Chapitre 6 : Une nuit mouvementée…

 

Woaoh… Quelle nuit ! Après s’être épuisés au lit Harry et moi nous sommes endormis l’un contre l’autre… Le rêve… Maintenant que je suis réveillée, je vais en profiter pour aller me brosser les dents avant qu’il ne se lève. Je me lève le plus silencieusement possible et me dirige vers la salle de bain. Mes soucis d’hier sont bien sûr toujours là, mais j’avais profité de ma nuit à fond. Le sac préparé par les garçons est toujours par terre, là où je l’ai laissé hier. Super. Du dentifrice et une brosse à dents. Mais où est-ce qu’ils ont rangé ça ? ça m’étonnerait qu’avec leur sourire ultra-Bright ils aient oublié de me mettre une brosse à dents.

Ah ça y’est j’ai trouvé ! Dans la poche du sac, sur le côté. J’en sors une brosse à dents et un dentifrice et farfouille pour voir ce que les garçons ont mis d’autre dedans. Du shampoing, du parfum, une petite boîte de tampons ( je les vois bien acheter ça au supermarché ), un tube de gloss et un flacon de vernis à ongles. Une vraie caverne d’ali-baba. J’ai tout sorti et tout étalé sur le sol de la salle de bain.  

-          Tu comptes absolument tout sortir de ce sac ?

La voix d’Harry m’a fait sursauter. Je me relève et lui fait face.

-          Non je cherchais juste de quoi me laver les dents…

-          A trois heures du matin ?

-          Tu déconnes ?

-          Non. Viens te recoucher t’aura le temps de voir ça plus tard…

Joignant le geste à la parole il me tend la main et m’invite à le suivre. Trois heures du matin ? Etrange horaire pour se réveiller. J’attrape la main d’Harry et le suis jusqu’au lit. Là, il m’attire à lui et m’embrasse. Ses baisers sont divins, je frissonne de partout tant j’apprécie ce moment merveilleux. Nous nous recouchons ensuite blottis l’un contre l’autre. Je ne tarde pas à me rendormir.

Lorsque je me réveille quelques heures plus tard, c’est pour m’apercevoir qu’Harry est déjà réveillé.

-          Coucou ma puce.

Ma puce ? S’il pense pouvoir m’appeler comme ça après une simple nuit il se trompe.

-          Ça t’arrive souvent de mettre des fans dans ton lit ?

Aie. Il me regarde un peu méchamment. Va falloir que je la joue finement.

-          Seulement quand elles ont un charmant sourire comme toi, dit-il

Mais oui bien sûr. Et je suis la reine d’Angleterre c’est ça ? Je sais qu’Harry est un tombeur, je sais aussi que je ne suis pas la première fille qu’il met dans son lit.

-          Joue pas à ça avec moi. Je suis la combientième que tu séduis comme ça ?

Ça y est j’ai trouvé son point faible. Il ne sait pas quoi répondre. Sauf que comme ça il est trop craquant et que je n’ai qu’une envie, celle de l’embrasser. Oh mon Dieu qu’est-ce que je fais ? Je continue mon rôle de « méchante » ou je l’embrasse passionnément ? Avant que j’ai pu répondre à cette question il s’est penché vers moi et a posé ses lèvres sur les miennes.

Oh my God ! Ce baiser est juste…divin… Et voilà je suis raide dingue du tombeur, du dragueur, de l’allumeur. Génial ! Sauf que des baisers comme ça j’en veux encore et encore. Je colle mon corps à celui d’Harry, enroule mes bras autour de son cou et lui rend son baiser avec plus de fougue encore… C’est magique. Nos bouches, soudées l’une à l’autre semblent en parfaite harmonie, nos langues jouent ensemble et se caressent doucement. Quel délice. Mais qu’est-ce que je raconte ? Oh mon Dieu je ne me reconnais pas…

 Est-ce qu’après le terrible accident à Boston on ne m’aurait pas fait un lavage de cerveau ? En deux nuits j’avais fait tout ce que je me pensais incapable de faire : boire ( beaucoup trop ), jouer au strip-poker ( vu ma tenue de la veille c’est que je ne sais vraiment pas jouer ), coucher dès le premier soir ( et perdre ma virginité au passage ). Mais qu’est-ce que je suis devenue ?

-          Service d’étage on vous apporte le petit-déjeuner, dit une voix depuis le couloir

Forcés et contraints nous interrompons notre langoureux baiser. Harry se lève, enfile rapidement un caleçon, remonte le drap sur mon corps nu et va ouvrir. En fait de service d’étage c’est Louis qui s’est chargé de nous apporter un bon petit-déjeuner. Il entre et pose le plateau sur la table de nuit. Puis avisant de ma tenue il dit :

941899_509135489153533_1474157460_n - Copie

-          A ce que je vois on a bien profité de la nuit mademoiselle. Pas trop fatiguée ?

-          Je l’ai apparemment pas assez épuisée, figure-toi qu’elle s’est levée à trois heures du matin pour se brosser les dents, répond Harry

Mais pourquoi est-ce que les garçons s’attachent toujours aux plus mauvais détails ? Harry n’a-t-il pas apprécié sa nuit ? Est-ce que je n’étais pas assez « à la hauteur » ? C’est vrai qu’il était beaucoup plus expérimenté que moi, amis je ne pense pas avoir à rougir de ma performance.

Ma performance ? Mais qu’est-ce que je dis bon sang ? Peu importe ma performance, il faut que je sache ce qui m’est arrivé à Boston ! Mais oui Boston ! Il est prévu qu’on s’y rende aujourd’hui même. J’interroge alors les deux garçons, qui étaient en pleine conversation à voix basse.

-          On va bien à Boston aujourd’hui ?

-          Yes. On va essayer de savoir ce qui t’es arrivé, dit Louis en rigolant

-          Ouais je pense que savoir me ferais du bien, dis-je

Louis sort de la chambre, en promettant de revenir bientôt. Boston. J’allais enfin savoir. C’est sûr que toutes les réponses se trouvent là-bas. Boston. Mais avant de partir, il y a quelque chose que je dois finir avec Harry…