Fanfictions sur les 1D

Chapitre 31: Epuisés

SURPRISE !! Après presque quatre ans de silence, me revoilà. J'ai récemment retrouvé l'envie d'écrire sur les boys. Dans un premier temps je ne pense continuer que British Experience et Et arpès... qui sont celles qui me tiennent le plus à coeur (et pour lesquelles j'ai encore des idées assez claires dans la tête). Comme d'habitude, je suis avide de lire vos commentaires à la fin de ce (court) chapitre... 

 

Chapitre 31: Epuisés

Appartement des garçons

Il va falloir qu’on leur dise. Cinq jours ont passé depuis le mariage de Liam et Amy, et nous n’avons toujours pas trouvé le moment idéal Perrie et moi de leur annoncer que nous allons être parents. J’ai demandé à mes amis de se réunir dans le salon, j’ai besoin de leur en parler. Tout le monde est là, et les deux bébés sont en train de hurler, en se répondant l’un l’autre.

Ma fille est en train de hurler dans mes bras, et je ne parviens pas à la calmer. Perola a essayé en vain pendant trente minutes, mais sans succès. Je commence sérieusement à fatiguer, mais il faut absolument qu’elle se calme.

-          Donne-la moi, me dit Zayn, je vais la calmer…

-          T’es sûr ?

-          J’ai un don avec les bébés, donne-moi ta fille !

Je dépose ma fille dans les bras de Zayn qui commence à faire les cent pas en lui fredonnant une chanson. Louis et Eleanor l’observent avec un sourire en coin, les connaissant, ils ont dû parier sur le fait qu’il réussirait à la calmer ou pas. Perola vient de m’enlacer par derrière et de glisser sa tête dans mon cou. Elle me murmure à l’oreille :

-          J’en peux plus d’entendre Kate hurler… J’étais à deux doigts de péter les plombs…

-          C’est une mauvaise passe, ça ne va pas durer, dis-je en l’embrassant sur le front

Noé braille comme jamais dans les bras de sa mère, et nous ne parvenons pas à le calmer. Apparemment Zayn s’en sort plutôt bien avec Kate, mais mon fils c’est une autre paire de manches. Cela fait quatre jours qu’il nous fait vivre un enfer.  Depuis le lendemain du mariage, il nous fait des crises de larmes interminables. A s’en rendre malade. Je sais qu’Amy vit très mal la situation, elle a l’impression d’être une mauvaise mère, de ne pas savoir s’occuper de notre fils.  Moi je sais qu’elle n’y est pour rien, elle est une mère formidable.

-          Il arrête de pleurer des fois votre fils ? demande Harry avec un soupir d’épuisement

-          Rarement ces derniers jours… On n’arrive pas à savoir ce qu’il a, dis-je

-          Peut-être qu’il fait ses dents ? suggère Perrie

-          C’est possible, répond Amy

Zayn qui a fini de calmer Kate se propose de calmer également mon fils. Je ne sais pas comment il s’y prend, mais en trois minutes Noé arrête de pleurer. Zayn garde son filleul dans ses bras et continue à le bercer en s’asseyant avec nous sur le canapé.

-          Bon, commence Zayn, je vous ai demandé de venir tous ici aujourd’hui parce que Perrie et moi on a quelque chose d’important à vous annoncer.

-          T’es enceinte ? rugit Eleanor en regardant son amie

Perrie acquiesce en silence, les larmes aux yeux. Elle tenait vraiment à faire un bébé avec Zayn pour sceller leur union. Les uns après les autres nous allons serrer la jeune femme dans nos bras, sans oublier de féliciter également le futur papa.

-          En tout cas, dit Agathe à Zayn, tu n’auras aucun mal à t’occuper de ton enfant, vu comment tu réussis à calmer ceux des autres.

-          Zayn le charmeur de bébés, renchérit Amy, c’est un vrai miracle que tu aies réussi à calmer Noé. On va te le confier plus souvent.

-          Avec plaisir, j’adore m’occuper de mon fils…filleul pardon.

Oups. Lapsus révélateur. Ça doit trotter dans la tête de Zayn de temps en temps qu’il est le père biologique de mon fils. Mais vu le regard noir que Liam vient de lui lancer, c’est toujours un sujet sensible. Je ne veux pas qu’ils se disputent aussi j’essaye de détourner la conversation :

-          On devrait peut-être emmener Noé chez le médecin s’il fait ses dents tu ne penses pas Liam ?

Mon mari ne m’a même pas entendu. Il n’a pas quitté Zayn des yeux, et la tension se fait palpable dans la pièce.  Il se lève soudain et lui dit fermement :

-          Rends-moi mon fils !

Zayn dépose Noé dans ses bras, tout en douceur et avec un regard d’excuse. Notre fils s’est endormi dans les bras de son parrain, et Liam fait très attention à ne pas le réveiller. Il s’éloigne dans la cuisine avec Noé dans les bras et je le suis immédiatement. Il s’est placé face à la fenêtre, dos à l’entrée de la pièce.

-          Bébé ?

-         

-          Bébé ?

-         

-          Liam ça va ?

Comme je n’ai toujours pas de réponse je m’approche de lui et glisse mes bras autour de sa taille. En posant ma tête sur son épaule je m’aperçois qu’une larme coule sur sa joue.

-          Liam ?

-          Désolé, dit-il en reniflant, je crois que je suis un peu sur les nerfs.

-          Liam regarde-moi

Il se retourne pour me faire face, toujours en berçant Noé tendrement.

-          Liam, le père de mon fils c’est toi. C’est toi qui lui donne son biberon, toi qui te lèves la nuit quand il pleure, toi qui lui donne son bain, toi qui le console quand il pleure…

-          Et pourtant ce n’est pas mon sang qui coule dans ses veines…

-          Liam… on en a déjà parlé. Le sang ne veut rien dire. Regarde à quel point mes parents et moi on était différents…

Je m’interromps. Le souvenir encore très frais de la nuit de mon mariage me revenant en mémoire.

FLASHBACK

Tous les invités sont partis, il ne reste plus que mon mari, mon frère, Mark et moi. Mon frère m’embrasse sur le front avant de me prendre les mains et de me dire très sérieusement :

-          Amy, il faut que je te dise quelque chose. Quelque chose de grave. Je m’en veux de te gâcher ce jour merveilleux, mais je ne peux plus me taire.

-          Erik ? Il se passe quoi ? Tu me fais peur…

-          Les parents. Nos parents…

-          Oui ?

-          Ils sont… ils sont… ils ont eu un accident. Ils sont morts.

Sa voix s’est brisée sur ce dernier mot et il s’effondre en larmes dans mes bras. Je suis sous le choc et n’arrive pas vraiment à réaliser ce que mon frère vient de m’annoncer.

FIN DU FLASHBACK

Je n’ai pas été à l’enterrement. Erik et Mark sont remontés dans le Nord pour s’occuper de ça. Je n’étais pas proche de mes parents, c’est le moins qu’on puisse dire.

Appartement des garçons, salon

Nous n’avons pas eu le temps de nous appesantir sur la bêtise faite par Zayn que l’on a sonné à la porte. Quelle ne fut pas ma surprise de trouver sa petite sœur Walihya sur notre palier.  

-          Salut Louis ! Mon frère est là ?

-          Euh… Oui vas-y entre.

Elle entre dans l’appartement et se dirige directement vers son frère :

-          Il faut que je te parle. En privé.

Je suis ma petite sœur jusque dans ma chambre. Elle a l’air sérieuse. Beaucoup trop sérieuse pour que je ne m’inquiète pas.

-          Wal’ ?

-          J’ai un problème Zayn…

-          C’est Jeremy ? Faut que je lui refasse le portrait ?

Mon sang bouillonne déjà, s’il a fait du mal à ma petite sœur je le tue.

-          Zayn écoute-moi.

Elle s’assoit sur le bord de mon lit et joue nerveusement avec ses doigts sans oser me regarder. Je m’approche d’elle et pose deux doigts sous son menton. Je lui fais relever la tête pour qu’elle me regarde.

-          Je suis enceinte, murmure-t-elle, le regard fuyant

-          PARDON ?!?

J’ai crié sans vraiment le vouloir et Wal’ a sursauté. Je vois ses lèvres trembler et elle fond en larmes. Je la prends dans mes bras et la serre tout contre moi. Je n’arrive pas à croire dans quelle merde elle s’est encore fourrée.

Appartement des garçons, salon

Je joue distraitement avec les bouclettes d’Harry en discutant au téléphone avec ma mère. Elle s’inquiète puisque ma rentrée est dans deux jours et que je ne semble pas avoir préparé ce jour. J’ai été tellement occupé avec Harry ces derniers temps que je n’ai absolument aucune envie de retourner à l’école. Alors que je raccroche avec ma mère, Amy et Liam viennent nous rejoindre dans le salon.

-          Il est où Zayn ? demande Amy en fronçant les sourcils

-          Avec sa sœur, répond Perrie

-          Laquelle ? demande Liam

-          Walihya, répond Louis, elle a débarqué à l’improviste.

-          Ok, dit-il, les garçons il faut que je vous parle de quelque chose. Bryan m’a recontacté il y a quelques semaines.

-          Qu’est-ce qu’il veut lui encore ?! réagit vertement Louis, il n’a pas déjà récupéré assez de fric comme ça ?!

-          Louis s’il-te-plaît, reprend Liam, laisse-moi finir. J’ai longuement réfléchi avant de vous en parler, mais il nous propose un nouveau contrat. Beaucoup plus libérateur que le précédent. Et je pense qu’on devrait accepter.

-          Hors de question, dit Niall, on s’est fait avoir une fois, pas deux.

-          Chéri, intervient Perola, moi j’aimerai que tu reprennes la musique. Alors peut-être que vous pouvez y réfléchir calmement.

-          J’en ai imprimé un exemplaire, dit Liam, je vais le chercher. Je voudrais vraiment qu’on en parle ensemble. Et avec vous aussi les filles, puisque nos vies sont aussi un peu les vôtres. Surtout avec des bébés en route…

Appartement des garçons, chambre de Zayn

Ma petite sœur pleure toujours dans mes bras et je n’arrive pas à la calmer.

-          Tu l’as dit aux parents ?!

-          Certainement pas, me répond-t-elle, papa me tuerait

-          Oui c’est certain. Pourquoi tu es venu me trouver moi ?

-          Parce que j’ai besoin d’un adulte pour m’accompagner à la clinique.

-          A la clinique ?

-          Je vais avorter Zayn.

-          T’en as parlé avec Jeremy ?

-          Non. Il ne sait même pas que je suis enceinte.

-          Il est de lui ?

-          Oui.

-          Je croyais que vous vous protégiez ?

-          Pas tout le temps…

-          Oh Wal’…

-          Tu vas le dire aux parents ?

-          C’est pas à moi de le faire. Si tu ne veux pas leur dire c’est ton choix, par contre je refuse de t’accompagner…

-          Quoi ? Mais pourquoi ?

-          Je refuse de t’accompagner tant que ton copain n’est pas au courant. Il a le droit de savoir.

-          Il voudra que je le garde.

-          Wal’. C’est ton corps, ta vie. S’il t’aime il comprendra. S’il ne comprends pas… je serais là.

Ma sœur me sourit faiblement avant de demander :

-          Je peux rester dormir ici ?

-          Bien sûr.

Appartement des garçons, salon

Noé s’est remis à brailler et je suis à deux doigts de me mettre à pleurer. Je suis littéralement épuisée. J’essaye de ne pas le montrer, mais j’ai de plus en plus de mal à me maîtriser.

-          Je m’en occupe, dit Agathe en voyant mon état d’épuisement, d’ailleurs je pense qu’on va vous le prendre pour la nuit. Vous êtes épuisés. Et vous avez besoin de vous reposer Liam et toi.

-          C’est bon Agathe, intervient mon mari, on va s’en sortir…

-          Hors-de-question ! intervient Harry, vous tenez à peine debout. On va s’en occuper de votre petit monstre. Ça vous fera du bien. Je suis sûr que vous n’avez même pas pu consommer votre mariage !

Liam et moi nous regardons un long moment en réalisant qu’effectivement, nous n’avons pas vraiment pu profiter l’un de l’autre depuis notre mariage. Noé a été infernal depuis lors.

-          Vous n’avez même pas pu vous poser un peu ? nous dit Eleanor

-          Non, dit Liam

-          J’y crois pas, dit Perrie, vous attendez quoi pour vous retrouver, rien que tous les deux ?

-          Et bah… On n’a pas vraiment eu le temps. Ni l’occasion. Et Noé occupe tout notre temps… dis-je

-          On s’en occupe pour la nuit, filez pour vous retrouver, votre couple en a besoin, nous lance Agathe.

J’embrasse mon amie sur le front en la remerciant chaudement. J’ai besoin de ce temps avec mon mari. J’ai besoin de passer du temps avec lui…

Posté par groovehigh à 22:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Voilà c'est fini...

... il fallait bien se douter que ça arriverait un jour, c'ets le cas : Zayn quitte le groupe, ils ne seront plus jamais comme avant. Même s'il revient, même s'il change de décision, rien ne sera plus jamais comme avant. 

Je devais publier un chapitre dans les jours prochains mais je ne me sens pas le coeur à le finir pour le moment. Je ne sait pas encore ce que ce blog ou ces fictions deviendront. Mais j'ai besoin de temps. Besoin de temps pour comprendre comment on en est arrivés là, comment on a pu merder à ce point pour qu'il en soit arrivé là...

 

Merci

 

zaynchezjonnie

1-direction-this-is-us_zayn-malik_03

3095604329_1_15_lSSqz0p9

Posté par groovehigh à 18:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Coucou à tous !

Bonjour à tous et bienvenue sur mon blog. 

 

anigif2

 

J'espère que vous prendrez un grand plaisir à lire mes fictions. Hésitez pas à commenter ( même si vous n'aimez pas ) et à faire tourner mon blog parmi vos amis ou tous les gens qui pourraient être intéressés ( pour celles qui ont un compte twitter si vous pouviez me faire un peu de pub je dis pas non et je vous follow au passage si vous me laissez votre username )

Sur ce blog vous trouverez plusieurs fictions :

- Amnésie (finie) qui contient 26 chapitres  ---> http://1dfanfic.canalblog.com/pages/amnesie/28176507.html

- British experience (en cours) qui est une fiction lemon ---> http://1dfanfic.canalblog.com/pages/british-experience/29028741.html

- En cavale (finie / saison n°2 Amnésie) ---> http://1dfanfic.canalblog.com/pages/en-cavale--amnesie-saison-n-2----sommaire/29028363.html

- The End of the Night (en cours) ---> http://1dfanfic.canalblog.com/pages/the-end-of-the-night/29141726.html

- Et après, on va faire quoi ... ? (en cours) ---> http://1dfanfic.canalblog.com/pages/et-apres--on-va-faire-quoi------/29141816.html

- Fugitifs (en cours / saison n°3 Amnésie) --->http://1dfanfic.canalblog.com/pages/fugitifs---amnesie-saison-n-3/29475822.html

 

Dans le fil des articles ci-dessous il n'y a pas de tri effectué entre les fictions je vous conseille donc de passer par les liens indiqués ci-dessus pour avoir accès au sommaire de chacune des fictions qui vous intéresse ...

 

 

 

Je vous invite également à aller visiter mes autres blogs :

- close2theedge.canalblog.com (récit fictif)

- imhereforyou.canalblog.com (fanfiction en co-écriture)

400710_505210886212660_1230451585_n

- lovedyoufirst.canalblog.com (fanfiction en co-écriture)

- 1dfanficenglish.canalblog.com ( fiction "Et après... ?" en anglais )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

facebook 2

 

 

Répertoriée  :

http://register-of-onedirection.skyrock.com/ fiction n°519 (Et après... ?)

http://register-of-onedirection.skyrock.com/ fiction n°563 (British Experience)

http://register-of-onedirection.skyrock.com/ fiction n°603 (Amnésie-En cavale-Fugitifs)

http://rep-fiction-1d.skyrock.com/ 

 

 

 

 

Posté par groovehigh à 18:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

11 avril 2018

Chapitre 12 : le jour où tout a basculé

BOOOOONSOOOOIIIIIR ! Je suis très fière de ce chapitre qui livre enfin quelques clés de réponses au mystère qui entoure l'hospitalisation de Louis. Le chapitre est assez dur, d'où le peu d'images. Les mots suffisent à exprimer la douleur je pense...

 

Chapitre 12 : le jour où tout a basculé

Appartement de Larry, 9h40

-          Je suis rentré !

Pas de réponse. En même temps qu’est-ce que je pouvais attendre d’autre de la part de mon idiot de mari ? Il doit encore être en train de pioncer. Je me suis levé il y a deux heures et j’ai eu le temps de faire un footing, prendre une douche, et aller à mon rendez-vous à la banque.

J’entre dans la chambre et me laisse tomber sur le lit à côté d’Harry qui dort toujours. Je passe ma main sur son front et lui dit :

-          Haz’ faut se lever mon cœur…

Après plusieurs minutes il émet un grognement avant de se tourner vers moi.

-          Il est l’heure de se lever mon amour…

-          Pas envie.

-          Il faut qu’on parle Harry

-          Hmm ?

-          On est ruinés.

Il ouvre un œil et m’interroge du regard. J’ai un peu exagéré pour le coup, mais c’est presque le cas. Il faut vraiment qu’on parle de finances… et d’avenir. Il y a quelque chose qui me tient vraiment à cœur et que je voudrais demander à Harry, mais je ne sais pas comment aborder le sujet avec lui…

-          Lou’ ?

-          Lève-toi, je vais préparer ton petit-déjeuner.

Je me dirige vers la cuisine et sors un verre du placard, le jus d’orange du frigo, et la cocaïne du tiroir. J’ai vraiment honte de ce que mon mari est devenu, mais je sais que c’est en grande partie de ma faute. Harry commence toujours la journée par un rail de coke. J’ai de plus en plus de mal à supporter ça, mais je sais qu’il est encore pire quand il est en manque.

J’embrasse Louis doucement avant de m’installer à la table du petit déjeuner. Je commence par la coke, comme tous les jours. Pour ne pas me voir faire, Louis s’attelle à la préparation de mes tartines. Je sais que je lui fais du mal, mais j’en ai besoin. Atrocement besoin.

-          J’avais rendez-vous à la banque ce matin Harry, dit-il toujours dos à moi, notre compte est presque à sec.

-          Comment ça se fait ?

-          A cause de tes merdes Harry. Tu fais les fête tous les trois jours, tu achètes des drogues de plus en plus sophistiquées et chères…

Sa voix se brise et il s’assoit à table en sanglotant.

-          J’ai plus la force Harry. Je n’arrive plus à supporter ça.

-          Oh Lou’

Je fais le tour de la table et m’agenouille par terre devant mon mari. Je prends ses mains dans les miennes et je lui dis :

-          On va trouver une solution mon cœur. On en trouve toujours une.

-          Ça me pèse de plus en plus Harry.

-          Je sais Louis. J’essaye de faire attention.

-          C’est pas suffisant

Il a dit ces derniers mots d’un ton très cassant et je me recule instantanément. Je sais qu’il souffre, mais moi aussi je souffre de la situation. Il n’est jamais là, il va à l’entraînement tous les jours, a des matchs presque toutes les semaines, et parfois les déplacements de son équipe durent plusieurs semaines. Je ne peux pas tout le temps l’accompagner, et il ne le veut pas toujours. Et ça me fait mal. Ça me fait beaucoup de mal d’être loin de l’homme que j’aime.

-          Mange ton petit-déj, je vais préparer mes affaires, lâche soudain Louis, on en reparlera

Chambre des garçons, 10h

Il faut que je prépare mes affaires pour l’entraînement. Comme tous les jours le foot me permet de m’évader de ce quotidien qui me blesse de plus en plus. J’aime Harry de tout mon cœur et de toute mon âme, mais je déteste la personne qu’il est devenu. Son addiction ne s’améliore absolument pas, et je lui en veux toujours pour le mariage de nos amis il y a quelques semaines de cela. Je m’assois sur le lit, la tête dans mes mains et je fonds en larmes. J’ai à peine exagéré la situation pour faire réagir Harry tout à l’heure. Entre notre loyer, la nourriture, mes voyages à travers le pays et à l’étranger, et surtout la drogue d’Harry, quasiment tout mon salaire y passe. Il va sans dire qu’Harry est absolument incapable de travailler dans son état, et que je suis donc le seul à subvenir à nos besoins. Je sursaute en sentant mon portable vibrer dans ma poche. C’est mon coach, il ne manquait plus que ça.

-          Allô ?

-          Salut Louis, ça va ?

-          Oui oui…

-          Ecoute, exceptionnellement on ne va pas faire d’entraînement aujourd’hui. J’ai rendez-vous avec les recruteurs de l’équipe d’Angleterre.

-          Ok.

-          Louis ? t’es sûr que ça va ?

-          Oui oui. Quelques problèmes de couple c’est tout, tu sais ce que c’est…

-          En effet. Bon courage, profites-en pour passer du temps avec Harry.

S’il savait. Je raccroche au moment où Hazza entre dans la pièce.

-          J’ai pas d’entraînement aujourd’hui. Tu veux qu’on fasse quoi ?

Il hausse les épaules et ne réponds pas. Il s’allonge sur le dos à côté de moi et laisse ses doigts glisser dans mon dos. Je le laisse faire, mais le cœur n’y est pas.

-          Harry je t’ai posé une question.

-          J’ai rien envie de faire.

-          Tu saoules putain, pour une fois qu’on peut passer du temps ensemble !

J’ai haussé le ton en me levant du lit, je suis énervé, et à nouveau au bord des larmes.

Salon, 14h30

Harry a sauté le repas du midi. Par contre la coke d’après repas il l’a bien prise. A mon grand regret. Je suis allongé dans le canapé, Haz’ est assis à l’autre bout, mes jambes sur ses genoux. Il regarde la télé d’un œil distrait tandis que j’ai ma mère au téléphone.

-          C’est compliqué Maman. Je ne peux pas faire défaut à mon club pendant toute une semaine. Et mes prochaines vacances ne sont qu’en Juillet.

-          C’est juste que j’aimerais vous voir plus souvent Harry et toi…

-          Je sais Maman.

Je soupire et je sens encore les larmes me monter aux yeux.

-          Louis ? Qu’est-ce que tu ne me dis pas ?

-          Rien du tout

-          Louis, je te connais par cœur, je sais que tu me caches quelque chose.

-          C’est rien je te dis.

-          Louis !

Le ton insistant de ma mère m’a fait fondre en larmes et je me lève précipitamment pour m’enfermer dans la salle de bain. Je pleure maintenant à chaudes larmes et j’entends que ma mère à l’autre bout du fil est désemparée.

-          Louis dis-moi ce qu’il se passe.

-          Y’a tellement de choses qui se bousculent maman. Tout n’est pas rose avec Hazza, mais on travaille dessus. Mes entraînements me prennent beaucoup de temps et je ne suis pas à la maison autant que je le souhaiterai. J’ai des envies, des projets pour le futur dont je n’arrive pas à parler avec mon mari. Mon coache me met la pression pour la sélection en nationale… Je… Je ne sais plus trop où j’en suis.

-          Louis, respire un grand coup. Je te connais, tu es quelqu’un de rationnel et organisé, et tu vas réussir à gérer cette situation.  Pour tes problèmes de couple avec Harry malheureusement je ne peux pas t’aider, mais sache que tous les couples en passent par-là à un moment donné. Pour ce qui est du foot, c’est la vie dont tu as toujours rêvé, mais tu peux en parler à ton coach si vraiment le rythme te pèse.

-          Merci Maman…

-          Tu parlais de projets d’avenir avec Harry, ça concerne quoi ?

-          Un bébé. Depuis des semaines, même des mois, j’ai des envies d’enfant… Je voudrais vraiment qu’on puisse envisager ça avec Harry. Mais je n’arrive pas à lui en parler.

Salon, 15h30

Louis est revenu dans le salon, mais il s’est complètement fermé, et refuse de parler. Il a passé un très long moment au téléphone avec sa mère, et je sais qu’il est très secoué d’avoir tant pleuré. J’aimerai dire quelque chose mais je ne sais pas du tout quoi dire, ni comment entamer la conversation.

-          Ça va ?

Je regrette cette platitude à peine après l’avoir dit. Louis me fusille du regard.

10df42b5ecdd5f02536806c4ba8764ba

J’éteins la télévision et je me tourne vers lui :

-          Tu veux qu’on en parle ?

-          Oui Harry je veux qu’on en parle.

Il se redresse un peu pour me faire face et prend ma main qui était jusqu’alors posée sur son genou.

-          Harry je t’aime de tout mon cœur. Tu le sais n’est-ce pas ?

-          Oui

-          Je t’aime, mais tu m’épuises. Ton addiction m’épuise. On en a déjà parlé, je voudrais que tu suives un traitement.

-          J’ai pas besoin de traitement. Je vais bien.

-          Non Harry. Tu es accro à la drogue. Et je ne peux pas, dans ces conditions, envisager un avenir serein avec toi.

-          Tu veux me quitter ?

Harry a réagi au quart de tour et je suis décontenancé par sa question.

-          Non bien sûr que non.

-          ALORS POURQUOI TU ME DIS CE GENRE DE CHOSES ?

Il s’est levé et mis à hurler sans que je comprenne pourquoi.

-          Harry calmes-toi !

-          NON JE NE ME CALMERAI PAS. ON S’EST MARIES POUR LE MEILLEUR ET POUR LE PIRE NON ?

-          CA NE VEUT PAS DIRE QUE JE DOIS SUPPORTER DE TE VOIR TE DROGUER A LONGUEUR DE JOURNEE JUSTE SOUS MON NEZ !!

-          TU DEVRAIS PEUT ETRE TE DEMANDER POURQUOI JE LE FAIS !

-          ET POURQUOI DONC ?

-          PARCE QUE TU N’ES JAMAIS LA LOUIS ! LE FOOT PASSE BIEN AVANT TOUT LE RESTE ! ENTRE LES ENTRAINEMENTS ET LES DEPLACEMENTS JE RESTE TOUJOURS SEUL A LA MAISON !

-          PARCE QUE TU N’ES PAS SORTABLE HARRY ! JE NE PEUX PAS REVELER AU MONDE ENTIER QUE TU ES UN JUNKIE !

-          JE. NE. SUIS. PAS. UN. JUNKIE.

Il a détaché chacun de ces mots en se rapprochant de moi et il me regarde maintenant d’un air très mauvais.

-          TU ES UN JUNKIE HARRY ! UN JUNKIE AVEC LES MOYENS CERTES, MAIS UN PUTAIN DE CAME QUAND MEME !

Harry me regarde de plus en plus méchamment et je vois son poing trembler. Avant que je n’ai pu réagir, il m’assène une gifle magistrale et dit d’une voix presque trop posée :

-          NE ME TRAITE PLUS JAMAIS DE JUNKIE.

C’était le geste de trop. J’ai fondu en larmes. De rage et de désespoir. J’attrape ma veste qui traîne sur le dossier du canapé et je m’en vais. En claquant la porte de l’appartement je sais que quelque chose s’est brisé entre Harry et moi. Définitivement. J’espère simplement qu’on arrivera à recoller les morceaux. Mais pour cela je ne connais qu’une seule solution, et elle ne va pas lui plaire…

Dans l’appartement des garçons,  15h45

Je bouillonne de rage contre mon mari. Il a osé me traiter de junkie. Alors que je ne ressemble en rien à ces camés qui traînent les rues, drogués du matin au soir. De rage je balaie les verres qui étaient sur la table basse d’un revers de la main. Je me coupe dans le processus mais je m’en fous. J’ai simplement besoin d’évacuer toute ma rage. Je cogne sur tout ce qui me passe sous la main, je ne m’arrête qu’une fois le cadre contenant notre photo de mariage brisé à mes pieds. Je fonds alors en larmes sans pouvoir m’arrêter.

Dans la rue, 15h55

La rage m’a éclairci les idées et je marche d’un pas décidé vers ma destination. J’ai remonté la capuche de ma veste afin de passer le plus incognito possible. Par contre j’ai laissé mon téléphone à l’appartement. Il faudra donc que j’y retourne une fois la première partie de mon plan achevée.

Je vais voir le dealer d’Harry. Je le connais bien, j’ai souvent accompagné mon mari afin de lui payer sa merde. Je vais le vois aujourd’hui pour lui dire que c’est fini, qu’Harry ne lui achètera plus jamais rien. Je vais forcer mon mari à entrer en cure de désintoxication. Qu’il le veuille ou non. Il n’aura pas d’autre choix que de le faire, par amour pour moi, par respect pour notre histoire. Et j’ai bien prévu de faire intervenir mes parents et les siens pour pouvoir le convaincre.

Appartement des garçons, 17h45

Cela fait deux heures que je suis dans une sorte de transe mêlant drogue, alcool (il y avait des bières au frigo), et colère. Louis n’est pas encore revenu et au fond de moi je commence quelque peu à m’inquiéter. J’ai peur qu’il ne revienne pas. Qu’il m’ait quitté pour de bon.  J’ai été beaucoup trop loin. Je l’ai frappé. Je sais qu’il m’en voudra toujours pour cela. Toujours.  Je me relève, les mains en sang d’avoir trop brisé des objets en verre, et je prends ma veste et mon portable. Avant de sortir de l’appartement je laisse un post-it sur la porte à destination de mon mari.

« Je suis parti acheter ce que tu sais. Je suis désolé. Je t’aime.    – Haz »

tumblr_nyjsohU3341sadzfao1_500

J’enfile ma veste, met la capuche, et me dirige, comme toujours, vers la rue dans laquelle mon dealer officie. J’ai cent livres dans la coque de mon téléphone, ça devrait me suffire pour une petite dose d’une drogue bien dure. J’en ai besoin. J’effectue les deux kilomètres en à peine quinze minutes et je m’aperçois tout de suite que quelque chose cloche. La rue est complètement déserte et les rabatteurs habituels ne sont pas là. Au milieu du trottoir une forme sombre se distingue sur le pavé. Quelque chose, où quelqu’un gît là. Je percute en un quart de secondes en reconnaissant les baskets de mon mari.

-          LOUIS ! PUTAIN !

Je me précipite vers lui et m’agenouille à ses côtés. Il a  le visage complètement défoncé et du sang coule de son nez.

-          Louis est-ce que tu m’entends ?

Pas de réponse.  Je tâte maladroitement son cou pour essayer de trouver un pouls mais je panique tellement que je n’y parviens pas. En larmes et complètement paniqué je sors mon téléphone pour appeler les pompiers. En attendant qu’ils arrivent je me saisis de la main de mon mari et je dis :

-          Louis ne me laisse pas je t’en supplie. Accroche-toi ! J’ai besoin de toi. Je suis désolé, je n’aurais jamais dû te gifler. Je m’en veux terriblement…

Hôpital de Londres, salle d’attente, 20h23

J’ai une sale gueule. L’angoisse et la culpabilité me rongent et je fais les cent pas dans la salle d’attente. Je suis arrivé avec Louis mais les médecins l’ont transporté immédiatement en salle de soins. Je n’ai pas eu le droit de les accompagner. J’ai déjà bu trois cafés, tenté de feuilleter cinq magazines, mais mon esprit en revient inexorablement à mon engueulade avec Louis, et à la gifle que je lui ai donnée.

-          Monsieur Styles ?

-          Oui ? Comment va mon mari ?

Le médecin qui se tient face à moi semble assez fermé quant à cette question.

-          Son état ne s’est pas amélioré du tout. Malgré tous nos efforts il n’a pas repris connaissance.

-          Il va… ?

-          Seul le temps nous le dira. Nous le gardons sous étroite surveillance cette nuit.

-          Je peux le voir ?

-          Non. Il est encore avec les médecins… Vous pourrez le voir demain je pense. Est-ce que vous avez de la famille ? Quelqu’un que vous pourriez appeler pour du soutien ?

-          Je.. euh… Oui.

-          Vous devriez prévenir la famille de votre mari également.

-          Oui. Je vais le faire. Merci.

Après m’avoir jeté un dernier regard inquiet il s’éclipse. Je me laisse tomber sur l’un des fauteuils de la salle d’attente et fonds en larmes. Je me prends la tête dans les mains et pleure à chaudes larmes jusqu’à ne plus avoir de larmes à verser. Je me sens vidé, perdu, seul. Je sors mon portable de ma poche et compose machinalement le numéro de chez mes parents. Lorsque ma mère décroche je ne sais quoi dire et s’en suit un long silence. Elle finit par me dire :

-          Harry ? Qu’est-ce qu’il se passe ?

-          Est-ce que tu peux venir maman ?

-          Tu es où ?

-          A l’hôpital. Il est arrivé quelque chose à Louis…

-          Oh mon Dieu. C’est grave ?

-          Oui

-          J’arrive.

Elle raccroche précipitamment. Je sais qu’elle en a pour environ une heure et demie de route. Il faut que j’appelle la mère de Louis maintenant. Elle va me détester. C’est de ma faute si son fils est dans cet état-là. Et comment lui annoncer qu’il ne s’en sortira peut-être pas ?

-          Ici Jay, ça va Harry ?

-          Pas vraiment, dis-je entre deux sanglots, il faut que tu viennes Jay.

-          Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il se passe ?

-          C’est Louis…

Je suis incapable de dire quoi que ce soit de plus, mais ma belle-mère insiste pour obtenir des réponses.

-          Il va bien ?

-          …

-          Qu’est-ce qui est arrivé à mon fils Harry ?

-          Il est… à l’hôpital. Je t’en prie Jay, il faut que tu viennes.

-          J’arrive tout de suite !

J’ai senti dans sa voix toute l’inquiétude que cette nouvelle lui a créée.

Salle d’attente de l’hôpital, 22h35

Je me suis jeté dans les bras de ma mère dès qu’elle est arrivée et j’ai pleuré encore une fois de tout mon saoul. J’ai tellement peur pour mon mari. Elle me serre contre elle sans dire un mot, mais je sais qu’elle a des centaines de questions. Et elle commence par une très inattendue :

-          Harry qu’est-ce qui t’es arrivé ? Tu es tout maigre, et ça fait cinq semaines que tu n’as pas donné signe de vie…

-          Je vais bien Maman. C’est Louis qui va mal..

-          Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

-          On s’est disputés, il est parti et… et… je l’ai retrouvé inanimé dans la rue et… et..

Ma phrase est ponctuée de longs sanglots et je ne parviens à finir ce que je voulais dire.

-          Tu as prévenu Jay ?

Je hoche la tête

-          Elle arrive.

Ma mère n’ajoute rien, elle me serre juste contre elle, le temps que Jay nous rejoigne.

Salle d’attente de l’hôpital, 23h17

Je viens de tenter d’expliquer à Jay ce qui s’est passé. Du peu que je sais. Elle m’en veux clairement, et elle a raison. Je sais très bien au fond de moi que si je n’avais pas giflé Louis, il serait parmi nous ce soir, et pas cloué dans un lit d’hôpital. J’ai tellement peur qu’il ne s’en sorte pas. Tellement peur de perdre mon mari, sans avoir eu l’occasion de m’excuser auprès de lui. Je sens mes mains commencer à trembler, je n’ai pas pris de fix depuis environ 10 heures, et je suis en manque. Je dis à ma belle-mère avec toute la sincérité dont je suis capable :

-          C’est entièrement de ma faute Jay. Je m’en veux terriblement, je ne me le pardonnerai jamais.

-          C’est effectivement de ta faute si votre mariage n’est pas heureux. Lousi m’a appellé en larmes tout à l’heure…

-          Je sais.

-          IL VOULAIT AVOIR UN ENFANT AVEC TOI PUTAIN HARRY !

La nouvelle m’a cloué sur place. Je suis bouche bée. Il ne m’en a jamais parlé. Jamais. Si j’avais su… Je le désire aussi terriblement, mais pas dans cet état. Je me lève, avec les jambes tremblantes, et je m’approche de Jay. Je voudrais lui dire encore une fois à quel point je suis désolé, mais elle ne m’en laisse pas le temps et me gifle violemment.

-          S’il ne s’en sort pas je ne te le pardonnerai pas Harry. Quand tu as épousé mon fils, tu as promis de prendre soin de lui, quoiqu’il arrive.

-          Je…

-          Tais-toi !

Je retiens mes mots et continue à écouter Jay m’engueuler copieusement :

-          Louis n’a jamais été heureux dans votre mariage. Il t’aime profondément, et il n’a jamais voulu me dire ce qu’il se passait réellement entre vous, mais je sais qu’il était en souffrance. C’est mon fils, je le connais par cœur, et je sais à quel point il était désolé que votre mariage ne fonctionne pas comme il l’aurait voulu. Et je sais qu’il s’en veut aussi beaucoup d’être souvent absent, de ne pas toujours être là pour toi, d’être pris par le foot. Mais il pensait que toi plus que quiconque le comprendrait. Et l’accepterait. Si vous ne vous étiez pas engueulés, il ne serait pas parti, et vous n’en seriez pas là. Qu’est-ce qu’il faisait dans un quartier aussi mal famé d’ailleurs ? Et comment tu l’as retrouvé ?

-          Euh… Jay…Désolé.

Je la plante sur place et me précipite dans les toilettes où je vomis pendant de longues minutes. Je m’assois ensuite par terre, épuisé et tremblant. Je suis en manque, il me faut absolument une dose de quelque chose où mon corps va me faire défaut. En glissant la main dans ma poche de jean je m’aperçois que j’y ai glissé deux pilules avant de partir. Je me dépêche de les mettre dans ma bouche et je ferme les yeux. Aussitôt le visage de mon mari s’invite devant mes yeux.

original

J’ai tellement peur d’avoir tout gâché. Tellement peur qu’il ne s’en sorte pas. Je l’aime. A en crever.

 

 

Alors ? Qu'en avez vous pensé ? N'hésitez pas à commenter !!! 

Posté par groovehigh à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 avril 2018

Chapitre 11 : Beaucoup d'amour...

Bonsoir bonsoir,

Je n'ai que trop tardé à reprendre cette fiction qui me tient vraiment à coeur, surtout qu'on approche de plus en plus du moment dévoilé dans le Prologue, et que j'ai vraiment envie d'aborder ce point de rupture. N'oubliez pas de commenter si vous aimez ;)

 

Chapitre 11 : Beaucoup d'amour... 

5 Mars 2022

Maison de Ziam, chambre du couple, 8h24

-          Coucou mon cœur. Bien dormi ?

-          Mmmmh, laisse-moi me réveiller Liam…

Je pose le plateau du petit déjeuner sur la table de nuit de mon fiancé et l’embrasse sur le front en souriant.

-          J’veux dormir encore un peu Liam, dit Zayn en se retournant dans le lit

-          Non non non mon cœur, pas aujourd’hui.

-          Mmmmh…

J’adore quand il est bougon comme ça le matin. Il finit par ouvrir les yeux et me regarder.

-          Laisse-moi deviner, Lena est encore au lit alors tu veux profiter du temps qu’on a rien que toi et moi ?

-          En même temps c’est censé être le plus beau jour de notre vie aujourd’hui, dis-je, alors oui je veux profiter de toi au maximum.

-          Viens-là

Il soulève un peu la couette et je me glisse contre son corps chaud. Il passe son bras autour de ma taille, glisse sa tête dans mon cou et me laisse lui murmurer des choses douces à l’oreille.  Après de longues minutes de tendresse c’est le vacarme à l’étage qui nous réveille : notre fille vient de se lever et comme tous les matins elle retourne complètement sa chambre avant même de descendre déjeuner.

-          Oh non pas déjà… soupire Zayn

-          Déjeune tranquillement, je m’occupe d’elle.

Liam m’embrasse doucement et file à l’étage s’occuper de notre petite merveille. Aujourd’hui est un jour important : on se marie. On en a tellement rêvé, aujourd’hui ça va devenir réalité. Enfin.. Je regarde le petit déjeuner que mon petit-ami m’a préparé, il y a tout ce que j’aime dessus, et il a ajouté une rose d’un rouge éclatant sur le plateau. Trop mignon.

0000350_single-red-rose-600x600

Salon, 9h47

-          Liam ton téléphooone ! C’est Louis !!!

Je me précipite sur la table basse et m’empare de mon téléphone. Je m’assois sur le canapé pour répondre pendant que Zayn file à la salle de bain surveiller notre fille.

-          Allô ?

-          Liam ? C’est Louis…

-          Ah Louis ! Vous êtes déjà à l’aéroport, faut qu’on vienne vous chercher ?

-          Non Liam on… je… rhaa merde je suis sincèrement désolé Liam mais on ne viendra pas.

-          QUOI ? Louis tu peux pas me faire ça t’es mon témoin !!!

-          Je sais mais Harry est trop déf… il est malade. Complètement malade et je ne peux pas le laisser comme ça.

-          QUOI ? Non Louis non…

-          Je suis sincèrement désolé Liam… Sincèrement. Tu sais que j’aurais aimé être là… Mais c’est Harry…

-          Ouais je comprends. Je dois te laisser. Salut Louis.

Je raccroche et balance mon iPhone contre le mur en criant de rage :

-          QUEL CONNARD !!!!

Je descends en courant et trouve mon futur mari en larmes sur le canapé. Les miettes de son iPhone maculent le sol et je me rapproche de lui pour savoir ce qui se passe.

-          Mon amour, qu’est-ce qu’il y a ?

-          Lou et Haz… ils… ils ne viendront pas…

-          Mais, Louis est ton témoin non ?

-          Oui mais il ne viendra pas. Soi-disant qu’Harry est malade.

-          Il l’est peut-être vraiment…

-          Je ne sais pas, c’est bizarre, Louis semblait dérangé par quelque chose.

Sans qu’il puisse en dire plus je serre Liam dans mes bras et il sanglote fortement sur mon épaule. Lena, vêtue de sa petite robe rose n’ose pas entrer dans le salon, effrayée par la violence dont a fait preuve Liam.

-          Viens ma puce, viens faire un câlin à papa Liam, dis-je, il a besoin d’un très gros câlin.

Notre fille ne se fait pas prier et viens serrer Liam dans ses petits bras.

Chambre d’hôtel à Paris

Harry ouvre enfin les yeux, je le regarde, des larmes de colère inondant mes yeux et je dis :

-          T’as intérêt à fermer ta gueule Hazza.

-          Mais qu’est-ce que…

-          TA GUEULE !

giphy

J’ai crié mais c’est sorti tout seul. A cause de lui je ne peux pas aller au mariage de mon meilleur ami, et je sais qu’il m’en veut pour ça.

-          Hazza tu sais je t’aime et je t’aimerais jusqu’à la fin de mes jours, mais là c’est vraiment abusé, t’avais promis, tu me le promets depuis un mois qu’aujourd’hui tu seras clean, ou en tout cas suffisamment clean pour qu’on puisse assister au mariage de Liam et Zayn. T’avais promis et pourtant tu t’en es mis comme jamais, t’étais tellement stone que j’ai failli t’emmener à l’hôpital. Mais bien évidemment tu t’en fous et tu vas dire que c’est pas ta faute, que t’es acrro et…

-          Hein ? Qu’est-ce que tu racontes Louis ?

-          Putain je sais même pas pourquoi je te parle, tu comprends rien, rendors-toi je vais à la douche.

Je pousse la tête de mon petit-ami et la repose sur l’oreiller avant de me lever et de me diriger vers la salle de bain. Quand j’avais proposé à Harry de m’accompagner dans mon déplacement professionnel à Paris je n’avais pas imaginé que ça se finirait comme ça. Il a passé la nuit à se droguer, enfin à boire des cocktails à base de drogue, et rien de ce que j’ai pu lui dire n’a réussi à le stopper. Quand il fait ça rien ni personne ne peut l’arrêter.  Pas même moi, son mari.  Je fonds en larmes dans la salle de bain et m’assois par terre pour ne pas tomber tant les larmes strient mes joues.

Maison de Ziam, 14h30

-          Allez enfile ta veste, je veux te voir dans ton costume !!!!

Maintenant que la crise « Harry est un enculé » est passée, Liam est surexcité à l’idée de notre mariage.

-          Mon cœur, t’es encore en caleçon…

-          Je m’en fous, me répond mon futur mari, allez met ta veste !!!

J’enfile ma veste de costume, ajuste ma cravate et sens les bras de mon fiancé s’enrouler autour de ma taille.

-          T’es magnifique Zayn…

-          Vraiment ?

-          Le plus beau des maris.

-          Merci. Habille-toi.

-          J’ai pas envie.

-          Je sais.

-          Sans Louis c’est pas pareil…

-          Et puis on aurait revu Harry.

-          Chut ! Ne me parle surtout pas de lui !

-          Liam, tu pourras pas faire indéfiniment comme si rien n’était arrivé. Assied-toi sur le lit je veux qu’on en discute calmement.

-          Je veux pas en discuter.

-           Liam. S’il-te-plaît.

-          Pfff okay.

Il s’assoit en tailleur sur le lit et je m’étends à côté de lui.

-          Tu lui en veux ?

-          J’en veux à Harry, je suis sûr qu’il n’est pas malade, sinon Louis n’aurait pas paru tant embarrassé.

-          T’en veux à Louis ?

-          Non pas du tout. C’est mon meilleur ami, il l’a toujours été, il devait être mon témoin.

-          Je sais Liam. T’as réfléchi à qui tu vas prendre comme témoin du coup ?

-          Je pensais demander à ma sœur.

-          Laquelle ?

-          Je sais pas.

Je ne sais même pas qui prendre comme témoin. Et je me marie dans moins de deux heures. Je suis pathétique. Mais j’étais tellement heureux que Louis ait accepté d’être mon témoin, ça comptait beaucoup pour moi. Il avait même demandé à son coach deux jours de congé pour pouvoir venir.

-          Liam… Faut que tu fasses un choix.

-          J’vais demander à Ruth.

-          D’accord. Tu veux bien t’habiller maintenant ? Parce qu’on va être en retard.

-          On sera pas en retard c’est notre mariage.

-          Habille-toi, je vais voir en bas si tes sœurs ont fini de préparer Lena.

-          Oui.

On échange un très long baiser et Zayn s’éclipse, me laissant seul pour m’habiller.

Je suis descendu au salon où les sœurs de Liam s’affairent à préparer notre fille pour qu’elle soit la plus belle. Notre fille est maintenant coiffée, mais ça n’est pas tout puisqu’elle vient me voir avec un immense sourire angélique.

-          Qu’est-ce que t’as encore fait ma puce ?

-          Tata Nicola elle m’a mis du gloss.

1083full-mackenzie-foy

Ma fille me montre ses lèvres et j’éclate de rire.  Elle est trop mignonne. Nicola me fait un clin d’œil et je souris.

-          Ça sera pas comme ça tous les jours ma puce, dis-je, est-ce que tu peux aller jouer un peu dans ta chambre ma chérie ? Il faut que je parle à tes tantes.

-          Oui papa.

-          Mais fait attention à ta robe et à ta coiffure Lena, on s’en va dans une heure.

-          Oui papa.

Elle file et je me tourne vers les sœurs de mon futur mari.

-          Comment il va ?, me demande Ruth

-          Bof. Il est encore un peu sur les nerfs mais ça va aller. Par contre il risque de te demander d’être son témoin donc je t’en supplie accepte, il ne supporterait pas que tu dises non.

-          Y’a pas de souci, me dit la jeune femme

-          T’en as su plus sur Louis ?, demande Nicola

-          Non, j’ai essayé de l’appeler mais il ne répond pas.

-           T’as essayé d’appeler Harry ?,  dit Ruth

-          Son numéro n’est plus attribué, il a dû changer de téléphone.

-          Merde, disent les deux filles en chœur.

Je sursaute en entendant mon téléphone sonner dans la cuisine. Je me dépêche d’aller le chercher et répond immédiatement à mon petit irlandais préféré.

-          Salut Niall !

-          Coucou Zayn, dis voir, c’est à quelle heure la cérémonie ?

-          16h15 pourquoi ?

-          Parce que ta filleule a sali sa robe et faut qu’on passe à l’appartement d’Eva la changer donc on voulait savoir combien de temps on avait.

-          T’inquiètes pas, on vous attendra même si vous êtes en retard.

-          Merci, dit Niall, Louis et Harry sont déjà arrivés ?

-          Ils viendront pas.

-          Ah bon ? Pourquoi ?

-          Il paraît qu’Harry est malade, mais Liam n’y croit pas, d’ailleurs est-ce que tu pourrais téléphoner à Louis pour essayer d’en savoir un peu plus ? Il me répond pas à moi.

-          Ouais je vais essayer. Bon je te laisse on arrive à l’appartement, à tout à l’heure !

-          A toute !

Appartement de Niall et Eva

-          Tu t’occupes de Clemence ?, dis-je à ma femme

-          Oui oui, appelle Louis comme te l’as demandé Zayn…

-          Oui.

-          Merci ma chérie.

-          Essaye juste de garder un œil sur notre fils, me dit Eva, tu sais qu’il a tendance à mettre le bazar partout où il passe.

-          Oui ma puce…

Tout en surveillant mon fils qui joue tranquillement avec les quelques jouets qu’il a ici je téléphone à Louis. Mais ce n’est pas lui qui me répond.

-          Allô ?

-          Harry ?

-          Oui c’est moi.

-          Ça va ? t’as pas l’air si malade que ça en fait…

-          Malade ? Mais je suis pas… ah si ! si si je suis très malade !

S’en suivent deux toussotements qui me semblent fait exprès et Louis reprend le combiné

-          Niall ? 

-          Louis c’est quoi ce traquenard ?

-          Quoi ?

-          Pourquoi vous venez pas ? Qu’est-ce qu’il a Haz ?

-          Il est malade. Je peux pas le laisser.

-          Mais oui bien sûr, je te crois pas Louis, dis-moi ce qui se passe vraiment.

-          Attends… je te reprends dans deux minutes.

Chambre d’hôtel à Paris

Je mets ma main sur le combiné pour que Niall n’entende pas et je me tourne vers mon mari :

-          Va prendre ta douche, je gère.

-          T’es sûr ?

-          Va prendre ta douche s’il-te-plaît Hazza.

Il soupire, m’embrasse au coin des lèvres et file dans la salle de bain. Je m’allonge sur le lit et reprend la communication avec Niall.

-          Niall, y’a aucun problème, Harry est juste malade…

-          Il est pas suffisamment malade pour ne pas prendre l’avion, si ?

-          Pff…

Qu’est-ce que je vais bien pouvoir lui dire ?

-          Louis, tu sais que tu peux tout me dire.

-          C’est juste qu’il est pas présentable. Je t’en supplie ne pose pas plus de questions.

-          Il est bourré ?

-          Non.

-          Défiguré ?

-          Non plus. Niall, s’il-te-plaît, fais-moi confiance, je suis son mari, je gère ses… crises.

-          Ses crises ? Il a quoi ? Dis-moi !

-          Rien, je dois te laisser. Bye.

Je raccroche et éteins mon téléphone. On a eu très chaud.

Je n’ai pas pris ma douche mais j’ai écouté toute la conversation à travers la porte. Louis sanglote maintenant dans la chambre, je reconnaitrais ce bruit entre mille. Je pousse la porte et vais le rejoindre. Il est allongé sur le ventre, et sanglote la tête dans les oreillers.

-          Louis ?

-          Ta gueule !

-          Louis s’il-te-plaît…

-          Quoi ? Tu vas encore une fois t’excuser platement pour ta conduite ?

-          Non. Je suis inexcusable.

Louis se retourne vers moi et s’assoit au bord du lit.

-          J’ai merdé je le sais, dis-je, c’est inexcusable ce que j’ai fait. J’aurais pas dû me droguer cette nuit sachant qu’on avait un avion à prendre ce matin. Je sais que les garçons ne me le pardonnerons pas, mais j’espère au moins que toi tu comprendras. Même si j’ai vraiment pas assuré pour le coup.

-          Habille-toi.

-          Quoi ?

-          Habille-toi, je t’emmène quelque part ce soir, je t’aime et je veux profiter des moments où tu es à peu près clean. Et je veux tirer un trait sur cet incident malheureux. 

-          Vrai ?

-          Oui Harry. Je t’aime. Viens m’embrasser…

Je me penche vers lui et dépose un doux baiser sur ses lèvres.

-          Je suis sincèrement désolé.

-          Chut. Habille-toi !

Mairie de Londres, 16h10

-          Tu te sens prêt ?

-          Oui Niall, dis-je en souriant, je crois qu’inconsciemment j’ai attendu ce moment toute ma vie…

-          T’es tellement amoureux

-          Exactement, je suis dingue de lui.

-          Et il est dingue de toi, dit Ruth en arrivant derrière-moi, maintenant je suis désolé mais il faut que je t’enlève Niall, j’ai quelque chose à lui dire. Toi, mon cher frère, ta fille te réclame.

-          Qu’est-ce qu’elle veut ?

-          J’en sais rien.

Je me dirige vers ma fille et la prend dans mes bras.

-          Qu’est-ce qu’il y a ma puce ?

-          C’est qui le monsieur blond avec qui tu discutais ?

-          Un ami.

-          D’accord. Et c’est qui les deux monsieur là-bas ?

-          C’est des amis à nous aussi.

Je vois Eva, la femme de Niall se diriger vers moi à grands pas. Bizarrement je sens que je sais pourquoi.

-          Je peux savoir ce qu’il fait ici ?

Elle désigne du doigt le photographe du shooting photo que nous avons fait ensemble.

-          C’est devenu un ami à nous

-          Un ami ?

-          C’est une longue histoire. Désolé mais je crois qu’il est l’heure d’y aller. Tu devrais essayer de récupérer ta fille, il me semble qu’elle gambade partout.

-          Oui désolé, tu dois bien te douter de ce que c’est à cet âge-là.

Elle court après sa fille et je pose la mienne par terre en lui disant :

-          Tu peux aller rejoindre mamie Karen s’il-te-plaît ma puce ?

-          Oui papa.

Il est l’heure d’y aller, on a décidé pour rendre les choses un peu plus cérémonieuses que tous nos invités rentreraient d’abord à la mairie, et nous deux arriverons après. La mère de Liam a pris notre fille dans ses bras et m’a gratifié d’un immense sourire en passant devant moi. Je me retrouve maintenant seul dehors avec mon futur mari, il me sourit avant de m’embrasser fougueusement, me mordillant la lèvre par la même occasion.

-          Ola ! Doucement mon cœur.

-          Pas de ma faute si je t’aime tant…

Il me fait un clin d’œil et entrecroise ses doigts aux miens.

-          Tu te sens prêt ?, me demande-t-il

-          Evidemment. Depuis le temps que j’attends ça ! On va unir nos vie pour l’éternité !

-          T’es sûr de le vouloir ?

-          Liam… t’as des doutes ?

-          Non. Mais je veux être sûr que tu n’en as pas.

-          Je n’en ai aucun. Tu es l‘homme de ma vie, celui que le destin a placé sur mon chemin. Jamais je ne te laisserais, tu es celui qui fait battre mon cœur chaque jour un peu plus et avec lequel je veux passer le reste de mes jours…

-          C’est pareil pour moi. Je t’aime.

-           Je t’aime aussi.

68747470733a2f2f73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f776174747061642d6d656469612d736572766963652f53746f7279496d6167652f4d5265365464764e7172414637673d3d2d3330303336363433392e313436633339623262636431643963623631353333313635323033342

Quelqu’un se racle la gorge dans notre dos et on se retourne vers Walihya.

-          Désolé d’interrompre ce moment très touchant mais tout le monde vous attend.

Je rigole et prend la main de mon petit ami pour que nous entrions dans la mairie. J’aime le fait de vois nos amis et nos familles réunies autour de nous. Notre fille est avec Doniya et elle nous regarde avec ses grands yeux innocents. Zayn qui a croisé mon regard me sourit et nous arrivons devant le  maire.

-          Bienvenue dans cette mairie pour la célébration de votre mariage…

17h15, parvis de la mairie

Ça y’est, ils sont mariés. Depuis le temps qu’ils s’aiment ces deux-là… Leur bonheur irradie sur leurs visages et ça fait vraiment plaisir à voir. Lena, leur fille saute partout, sourire aux lèvres, en répétant que ses papas sont mariés.  Elle est trop mignonne. Et elle s’entend très bien avec nos enfants, même s’ils n’ont pas exactement le même âge.

-          S’il-vous-plaît, dit Zayn en tapant dans ses mains pour avoir le silence, vous nous suivez ? On va prendre le chemin de la maison pour une petite réception qui sera donnée dans notre jardin. 

Ils ont choisi de garder leur mariage de manière intimiste, et je trouve ça bien. Il ne manque que Louis et Harry pour que la fête soit parfaite. J’envoie rapidement un message à Louis avant de monter dans la voiture pour conduire ma famille chez Liam et Zayn.

A Louis : Tu viens de louper le plus beau mariage de tout les temps. Ils se sont enfin dit oui. Tu les verrais, ils sont tellement amoureux. J’espère qu’Haz va « mieux », on en reparlera !

wedd-468

17h30, Paris

-          T’as pris ta dose c’est bon ?

-          Oui Louis c’est bon.

-          Tu tiendras la soirée ou faut que j’en prenne avec moi ?

-          C’est bon.

-          Met ta capuche, on file

-          Ma capuche ? Pourquoi ?

-          Parce qu’on est censés être au mariage de nos meilleurs amis et que si quelqu’un nous voit sortir a restaurant maintenant ils vont pas apprécier.

-          Ouais.

Il met la capuche de son sweat, je mets la mienne, l’embrasse doucement sur les lèvres et on file. J’ai eu un sms de Niall mais ne l’ai pas dit à Harry. J’aurais tellement aimé être là-bas en ce moment. Mais ce qui est fait est fait. Et même si j’en veux à Harry je l’aime et je sais que je suis aussi en partie responsable.

1h30, jardin de Ziam

La fête ne s’est pas trop éternisée, de toute façon il fallait que Lena finisse par aller au lit. Liam est monté la coucher et je l’attends avec une coupe de champagne dans le jardin. J’ai besoin d’un petit moment privilégié avec lui maintenant que tout le monde est reparti.

-          Je suis là, dit-il en arrivant

Il a dénoué sa cravate et défait les trois premiers boutons de sa chemise : très sexy.

-          Heureux ?, dis-je en lui tendant une coupe de champagne

-          J’ai jamais été plus heureux qu’aujourd’hui. Tu es l’homme de ma vie.

-          Et tu es mon âme sœur, réponds-je en souriant, Lena dort ?

-          Oui, elle était épuisée.

-          C’est un vrai petit rayon de soleil m’a dit ma mère tout à l’heure

-          Elle a raison.

-          Je peux appeler Louis tu crois ?

-          Oui, prend des nouvelles d’Harry en même temps.

Liam est encore nerveux à ce sujet, mais l’alcool aidant il a fini par accepter l’idée que nos meilleurs amis n’étaient pas présents aujourd’hui.

Je sors mon téléphone et compose le numéro de Louis. Il répond après une tonalité à peine :

-          Une raison pour nous interrompre en pleine partie de jambes en l’air ?, dit Harry

-          T’étais pas censé être malade ?

Liam me fait signe de mettre le haut-parleur, je m’exécute et Harry reprend :

-          Rien de mieux que le sexe pour se remettre sur pied.

Il n’a pas tort.

-          C’est dommage que vous ayez pas pu venir, la fête était vraiment bien, dis-je

-          On s’en doute, répond Louis, encore une fois on est désolés.

-          Tant pis, dit Zayn, on trouvera une autre occasion de se voir.

-          J’espère, répond Louis

On entend des murmures à ‘autre bout de la ligne puis une porte qui se ferme et Louis reprend :

-          Je suis seul, c’est à moi que vous vouliez parler je suppose ?

-          Oui, dit Zayn, il va comment Harry ?

-          Pas trop mal, mais  c’est encore pas ça… ça le sera jamais plus de toute façon…

-          Comment ça ?, dis-je

-          Rien, répond Louis, rien de grave…

-          Louis, qu’est-ce que tu nous cache ?, demande mon mari

-          Rien, juste quelques soucis concernant Harry mais ça va se régler bientôt je crois.

-          Problèmes de santé ?, dis-je

-          Plus ou moins, répond Louis

Sa voix s’est brisé sur le dernier mot et je comprends alors qu’il est en souffrance. En réelle souffrance.

-          Louis, qu’est-ce que tu dirais de venir passer deux jours à la maison, to tout seul, pour faire le point loin d’Hazza.

-          Je veux pas le quitter, répond-t-il en sanglotant, je peux pas

-          Même pour deux jours ?, demande Zayn

-          Même pour deux heures, dit Louis, faut que j’ai un œil constamment sur lui

-          Réfléchis-y quand même, dis-je, ça pourrait te faire du bien

-          Je sais, dit Louis, faut que je vous laisse, gros bisous et encore félicitations, Niall m’a dit que vous étiez trop mignons tout les deux.

-          Bisous !, répondons-nous en chœur avant de raccrocher

Zayn me regarde en grimaçant :

-          C’est pas trop bon hein ce qu’il a dit sur Hazza ?

-          Non, dis-je, mais pour ce soir je voudrais qu’on oublie ça et qu’on passe la plus belle des nuits de noces possible…

-          Ah oui ?, et comment ça ? me demande mon mari avec un regard très coquin

-          Je crois que tu le sais…

-          C’est vrai. Suis-moi !!

Il me prend par la main et m’emmène en courant jusqu’à notre chambre. La nuit s’annonce extrêmement bouillante.

Posté par groovehigh à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


18 novembre 2014

Chapitre 6 : Jour 3, Tensions…

Coucou ! Je vous poste ici le sixième chapitre de Fugitifs que je sais que vous attendez depuis un long moment. J'espère que vous l'apprécierez même s'il est court (il se passe côté Anglais de l'Atlantique)

Chapitre 6 : Jour 3, Tensions…

Point de vue de Niall

-          Tu peux pas comprendre de toute façon ! On dirait que ça te fait ni chaud ni froid qu’ils se soient barrés ! Mais moi ça me fait peur, peur pour mon idiot de petit-frère parce que cette fois-ci il risque vraiment de se retrouver en prison, et peur pour Cécile parce qu’elle va pas pouvoir fuir toute sa vie comme ça…

-          Mais Gemm’…

-          DE TOUTE FACON MA DECISION EST PRISE JE RENTRE CHEZ MA MERE ! ESSAYE PAS DE ME RETENIR !

Elle tourne les talons, empoigne son sac et sort de l’appartement en claquant la porte.  Je me laisse tomber sur un des tabourets de la cuisine et plonge ma tête entre mes mains.  J’avais bien senti en me réveillant ce matin que la journée serait longue et difficile. Trois jours déjà que ces idiots se sont barrés ensemble. Je jette un coup d’œil à la pendule de la cuisine : 14h. Il est temps que je rende une petite visite à mes amis.  Je prends ma veste, mes clés et mon portable et prend ma voiture en direction de l’appartement de Liam.

Quelques minutes plus tard je suis arrivé et alors que je monte les escaliers j’entends des voix dans mon dos. Je me retourne et voit Zayn accompagné de Perrie. Est-ce que j’ai loupé quelque chose ? D’habitude il n’implique pas sa petite amie dans les problèmes de notre groupe.

-          Coucou ! ça va ?, me demande Zayn

-          Bof.

-          Elle est où Gemma ? poursuit-il

-          Partie chez sa mère.

-          Oh, dit simplement Perrie

Evidemment Zayn a du tout lui raconter dans les détails. J’ouvre la porte de l’appartement de Liam sans frapper, de toute façon c’est toujours comme ça.

-          Y’a quelqu’un ?, lance Zayn en me suivant

-          Oui nous, répondent Jason et Ana en chœur, Liam et Louis dorment encore je pense.

-          Oh, dis-je, ils ont dû parler une bonne partie de la nuit si c’est le cas…

C’est bizarre quand même. Très bizarre.

-          Hey !, lance Liam en arrivant dans la pièce, comment ça se fait que vous êtes tous dans ma cuisine ? Salut Perrie, ajoute-t-il en lui faisant la bise, Niall t’as fait quoi de Gemma ?

-          Elle est partie. On s’est violemment disputés et elle est repartie chez sa mère.

-          Merde, dit Ana, tu te sens comment toi ?

-          Dépité, dis-je simplement, Liam il est où Louis ?

-          A la douche, répond Liam en se servant un bol de céréales

Des céréales. A bientôt trois heures de l’après-midi. Oui pourquoi pas.

-          Cécile s’est fait une entorse, dit-il avant de se mettre à manger ses céréales

-          QUOI ?, s’exclamons nous tous en chœur

-          Harry m’a appelé paniqué tôt ce matin pour savoir comment résoudre ce problème.

-          Et t’as pas demandé où il était ?, dit Jason

-          Si, dit Liam, il a pas voulu le dire…

-          Comment elle s’est fait une entorse ?, demande Zayn

-          Aucune idée, répond Liam, je sais juste ce que je vous ai dit.

-          Au fait Liam je voulais te dire…

Louis qui vient d’entrer dans la pièce s’interrompt en nous voyant tous réunis.

-          J’te dirais plus tard, dit Louis en regardant Liam, salut Perrie, je suppose que Zayn t’as tout raconté ?

-          Exact, répond la jeune femme, il m’a tout dit.

-          Gemma elle est où ?, demande Louis en se tournant vers moi

-          Repartie chez sa mère, dis-je en soupirant

-          Merde, dit Louis, vous vous êtes disputés ?

-          Oui, elle m’accuse de ne pas m’inquiéter pour Harry et Cécile. Mais je m’inquiète pour eux, même si je le montre pas.

-          Elle est vraiment flippée non ?, demande Jason

-          Oui. Elle a peur que son petit frère aille en prison pour ce qu’il a fait.

-          N’importe quoi, marmonne Liam

-          Pas tant que ça, dit Ana, il risque en effet la prison, jusqu’à sept ans d’après ce que j’ai lu.

-          Ce que t’as lu ?, demande Louis, dubitatif

-          Elle a fait quelques recherches ce matin pendant que vous dormiez, explique Jason, et Harry risque assez gros pour ce qu’il a fait.

S’en suit un très long silence pendant lequel nous prenons conscience que nos amis risquent gros.

-          Elle sera majeure quand ?, demande soudain Perrie

-          Le douze, dit Louis avec un peu trop d’empressement, enfin je crois…

-          Et on est le combien ?, demande Jason

-          Le trois, répond Liam en soupirant

-          Ça tente quelqu’un une partie de cartes ? ça nous occupera l’esprit, dit Zayn

tumblr_mj0ar2oJtf1qiolaso3_250

-          Oui bonne idée, dis-je, ça m’évitera de trop penser.

Après deux heures à jouer aux cartes je me décide à partir. On n’a pas avancé sur le mystère Harry-Cécile, et je broie toujours du noir à propos de Gemma. Je pense que quand les choses se seront calmées avec son frère tout redeviendra comme avant entre nous. Enfin j’espère. En rentrant dans mon appartement je m’aperçois que j’avais laissé mon portable dans la cuisine. J’ai un appel en absence et un message sur mon répondeur :

-          Hey mon cœur, c’est Gemm’, je sais que tu m’en veux pour ce matin, je voulais te dire que je suis désolée mais j’ai besoin de temps pour

réfléchir, avec tout ce qui se passe pour mon frère c’est pas facile en ce moment donc j’ai besoin de temps.

Et c’est tout. Ça me donne presque envie de pleurer. Je l’aime à la folie. A la folie. Et oui c’est le cas de le dire parce que ma relation avec elle est complètement folle, et très risquée. Je ne sais pas encore comment on va l’annoncer à Harry, mais il faudra le faire dès qu’il revient avant qu’il ne l’apprenne par quelqu’un d’autre.  Sans même me déshabiller je m’allonge sur mon lit et tombe dans le sommeil quasi immédiatement. 

C’est mon téléphone qui me réveille quelques heures plus tard. A en juger par mon réveil il est 23h passes. J’espère que c’est Gemma. Je décroche avec la tête encore dans le gaz :

 

-          Allô ?

-          Niall ? J’ai fait une connerie…

Oh Mon Dieu ! Je reconnaitrais cette voix entre mille ! C’est celle de Cécile !

-          Cécile ? Mais vous êtes où ? Et il s’est passé quoi ?

-          J’ai merdé Niall… J’ai tout dit à Harry pour toi et Gemma…

Bah comme ça au moins c’est fait…

-          Oh. Il a réagi comment ?

-          Très très mal.

J’imagine bien qu’il a du mal réagir, il m’avait prévenu : Gemma était la seule fille que je n’avais pas le droit d’approcher. Mais si elle me téléphone pour me dire ça c’est qu’il ne doit pas être avec elle.

-          Il est où ?

-          J’en sais rien. Il s’est barré en courant, il est furieux contre toi et Gemma mais il est vraiment blessé que je lui aie caché ça pendant autant de temps. Il m’en veut à mort…

-          Vous êtes où ?

-          Je peux pas te le dire Niall. Mais je sais pas quoi faire, j’ai peur d’avoir brisé quelque chose entre lui et moi.

Je dois à tout prix la calmer sinon elle va hyperventiler et faire un malaise. Je la connais par cœur.

-          Cécile. Calme-toi. Tu respires d’accord ? Et tu arrêtes de pleurer.  Ensuite tu vas réfléchir à ce que tu vas dire à Harry quand il va revenir. Tu lui expliques que c’est nous qui t’avons demandé de garder le secret, que c’était pour son bien. Et que s’il veut nous tuer il le pourra.

-          Merci Niall. J’vais essayer. Mais je sais même pas quand est-ce qu’il va revenir…

-          Tu veux vraiment pas me dire où vous êtes ?

-          Non Niall, dis-je, je peux pas, c’est trop risqué. J’suis désolée, tu sais que j’aimerais bien, tu sais que je le voudrais vraiment, mais je peux pas…

Je ressens toute la détresse dans sa voix et comprend qu’elle est vraiment sincère.

-          D’accord. Je n’insiste pas alors.

-          Merci. Ça va avec Gemma ?

-          Euh…  un peu dur, je t’expliquerais.

-          Dis-moi…

-          Elle est partie chez sa mère.

-          Pourquoi ?

-          On s’est un peu pris la tête. Elle vit très mal le fait qu’Harry ait disparu sans laisser de traces.

-          Merde. Tu crois que je dois le dire à Harry ?

-          ME DIRE QUOI ? hurle Harry à l’autre bout du téléphone, DONNE MOI CE TELEPHONE !!

A communication est coupée brutalement et j’espère sincèrement que Harry va réussir à se calmer. Je suppose qu’il est impossible que j’essaye de la rappeler pour le moment, Harrry et elle doivent avoir une explication. C’est donc très nerveux que je me recouche dans mon lit, et retrouve le sommeil…

A six heures du matin, après un sommeil très agité où j’ai cauchemardé que Cécile m’appelait au secours alors qu’Harry s’apprêtait à la frapper mais que Gemma m’empêchait de lui porter secours, je me décide à me lever. J’ai passé une des pires nuits de toute ma vie. Je me dirige vers la cuisine pour essayer de déjeuner quelque chose mais je suis interrompu par la sonnette de ma porte d’entrée.

Holy crap ! Qui cela peut-il bien être à une telle heure ? Je me dirige vers la porte et l’ouvre, avec inquiétude. Ce que je découvre derrière est au-delà de tout ce que j’aurais pu imaginer…

Posté par groovehigh à 18:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

15 novembre 2014

Chapitre 19 : Will he forgive me or forget me ?

Hello everybody !! Eh oui je parle anglais, normal, je suis actuellement à Londres pour mes études ! Je sais que ce n'est pas vraiment une excuse mais je n'ai pas beaucoup écrit ces derniers mois notamment à cause de ça (les premiers mois ont été compliqué malgré la magnifiscence de la ville), mais j'essaye de m'y remettre petit à petit (les 3/4 des prochains chapitres de chacune de mes fics sont déjà écrits d'ailleurs), et aujourd'hui on reprend avec The End Of The Night ! j'espère que vous aimerez ce chapitre !

Chapitre 19 : Will he forgive me or forget me ?

JOUR 192

 

-          Dépêchez-vous un peu, on n’est pas en avance, et j’aimerai quand même le voir avant qu’il monte sur scène.

-          Calme-toi Jenny, tu vas le retrouver ton copain, me dit Océane d’une voix calme

Je ne peux pourtant pas m’empêcher d’être complètement excitée. Parce que ça va faire un mois que nous n’avons pas vu les garçons, et nous sommes ici en surprise, ils ne sont au courant de rien.

-          Merde, mon téléphone, dit Jade, putain c’est encore Niall, c’est la cinquième fois aujourd’hui…Tant pis je prends pas.

Elle éclate de rire et on prend la direction de la sortie de l’aéroport. On forme une belle bande de filles nous toutes : il y a Océane, Jade, Danielle dont le ventre est déjà bien proéminent, et moi avec ma fille.

-          Lily tu donnes la main à quelqu’un s’il-te-plaît. Il y a beaucoup de voitures sur le parking.

Mon fils est sur mes genoux en train de regarder un livre pendant que Lou me coiffe pour notre show de ce soir. Nous montons sur scène dans une heure et demie, comme tous les soirs depuis un mois. Je dois bien avouer que Jenny et Lily me manquent énormément. Mais il nous reste encore un mois de concerts à faire. Après nous serons à la maison pour de longs mois, et ça va nous faire du bien à tous.

-          Putain elle est encore sur répondeur !!!

-          Calme-toi Niall, dit Louis depuis l’autre bout de la pièce, elle doit être en studio.

-          Oui, Louis a raison, dis-je, elle doit être avec les filles.

-          Je sais pas, nous répond le blondinet, ça fait trois fois de suite que je tombe sur son répondeur, c’est bizarre…

-          Elle te rappellera t’en fais pas, répond Liam, elle te manque hein ?

-          Oui, admet Niall en rougissant légèrement

-          C’est mignon, dit Harry d’un ton sarcastique en entrant dans la pièce, au moins vous y’a quelqu’un qui vous manque et à qui vous manquez…

Il m’énerve quand il fait ça. C’est pareil tous les jours. Il ne supporte pas d’être dans la même pièce que Louis, et ça nous pose parfois des problèmes sur scène. Même les fans ont remarqué que ce n’était plus pareil entre eux.

Je me suis levé d’un pas rageur pour sortir de la pièce afin de montrer à Harry que ses remarques ne m’atteignent pas mais en fait je suis complètement détruit à l’intérieur. Ce que j’ai fait me ronge depuis un mois et je ne supporte pas d’être si éloigné d’Harry.  Je m’assois dans le couloir et sors mon téléphone pour parler à ma mère.  Ça me fait du bien en ce moment de lui parler. Elle répond après seulement deux tonalités.

-          Coucou mon cœur, comment ça va aujourd’hui ?

-          Mal, comme d’hab quoi…

-          Qu’est-ce qu’il s’est encore passé ?

-          Pareil que d’habitude, chaque fois qu’il entre dans la pièce il dit quelque chose de méchant me visant, même s’il me le dit pas en face.

-          En même temps il n’a pas tort..

-          Maman !

-          Quoi ? tu sais que j’ai raison Louis ! S’engager dans une relation c’est pas rien, et là t’as merdé, à toi de rattraper le mal que tu lui as fait.

-          Mais comment ? Il refuse de me parler, il m’a bloqué sur son téléphone, sur twitter, sur facebook et sur instagram. Je n’ai aucun moyen de l’atteindre.

-          Peut-être sur scène non ?

-          Sur scène ?

-          Adresse-toi à lui sur scène, c’est le seul endroit où il ne pourra pas $se dérober, et tu auras des milliers de témoins…

-          Je suis pas sûr de vouloir autant de témoins maman…

-          A toi de voir, moi je te propose des solutions c’est tout.

-          Je vais y réfléchir.

-          C’est bien, tu progresses.

-          Te fous pas de moi maman, dis-je en réprimant un éclat de rire, c’est pas drôle comme histoire…

Le taxi s’est arrêté sur un grand parking où il n’y a rien, c’est bizarre.

-          Où on est maman ?

-          Près de là où Zayn va chanter ce soir. Tu veux le voir chanter ?

-          Oh ouiiiiiiiiiiiiiiiiii ! ça serait trop bien !!

-          On le verra chanter ce soir. Pour le moment on va aller le voir en coulisses et lui faire la surprise.

-          Henry aussi il sera là ?

-          Oui ma puce, dit Danielle

-          Et les autres garçons aussi ?

-          Oui, me dit Jade, t’es contente ?

-          Ouaaaaaaiiiiiis !!!

Ma fille est trop mignonne. Je lui prend la main et on sort du taxi, on est passées rapidement déposer nos affaires à l’hôtel donc nous n’avons pas de bagages à récupérer dans le coffre et nous pouvons directement filer. J’attrape la main de ma fille et je me dépêche de la faire rentrer dans le bâtiment, car je sais que les fans déjà massées autour de la salle de concert nous observent. L’information de notre présence ici va se répandre comme une trainée de poudre. J’espère juste qu’elle n’arrivera pas trop vite à l’oreille des garçons et que nous pourrons les rejoindre avant qu’ils ne soient informés qu’on est là.

-          Ça va Danielle ?, demande jade une fois que nous sommes toutes à l’intérieur

-          Oui oui, répond l’intéressée, c’est juste qu’avec un aussi gros ventre je peux pas marcher aussi vite que je le voudrais.

-          Ma pauvre, dit Océane

-          Mais je suis heureuse de fonder une famille avec Liam, dit Danielle, je suis vraiment heureuse. Il me reste juste 5 longs mois à supporter.

-          Oui, dis-je, allez, on y va si on veut en profiter un peu avant le concert…

On part toutes ensemble à travers les coulisses  en espérant retrouver le plus vite possible les garçons.

-          Tu crois qu’ils vont arrêter de se faire la gueule un jour ?, me demande discrètement Zayn

-          Qui ça ? Haz et Louis ?

Il hoche la tête et je continue :

-          Oui bien sûr qu’un jour ils vont arrêter. Mais ça prendra du temps. Pour le moment Harry est furieux après Louis et je le comprends mais Louis essaye de rattraper le coup du mieux qu’il le peut et il finira par y arriver. Parce qu’ils sont vraiment amoureux l’un de l’autre et ils ne pourront pas rester éternellement éloignés ainsi.

Je tourne la tête en voyant un petit bonhomme pas très grand rentrer dans la pièce en courant :

-          Papa ! papa !!! j’ai vu Lily !!!!

Zayn prend son fils sur ses genoux et lui dit calmement :

-          T’as du te tromper fiston, Lily est en Angleterre, avec Jenny, on leur a parlé hier soir…

-          Mais j’te dis que j’ai vu Lily !!! Elle était avec Jenny, Jade, Danielle et Océane…

A peine a-t-il dit ça que les personnes qu’il vient de nommer entre dans la pièce.

Avec un peu de temps j’ai réussi à pardonner à Océane et c’est donc avec plaisir que je me jette dans ses bras. Je suis content de la voir, elle est mon amie, et nous partageons à deux la responsabilité d’être le parrain et la marraine de Pierre. Et c’est quelque chose qui compte beaucoup pour nous.

-          Qu’est-ce que tu fais là ?

-          On a décidé de tous vous faire une surprise en venant aujourd’hui.

-          C’est une super idée. T’as vu Louis ?

-          Non pas encore.

J’ai ma petite amie dans mes bras et je ne peux m’empêcher de sourire bêtement. Elle m’a tellement manqué.

-          Ça fait trop du bien de te voir ma puce.  Tu m’as tellement manqué. C’est dur d’être si loin de toi quand je suis en tournée.

-          Je sais Niall, je connais ça très bien moi aussi. Mais on va réussir à faire avec la distance et notre couple n’en sera que plus fort.

-          Tu crois ?

-          J’en suis sûre.

-          Et notre famille alors ?

-          On y arrivera. D’autres l’ont fait avant nous.

Je ris, je pleure, je suis dans les bras de Jenny et n’arrive pas à contrôler mes émotions. Elle m’a tellement manqué. Nos enfants sont déjà en train de chahuter ensemble mais moi je n’ai d’yeux que pour ma belle.

-          Eh, du calme mon cœur… Si je savais que ça te ferais cet effet là je ne serais pas venue.

-          Désolé, j’suis très émotif depuis que Perrie est…

-          Ouais je comprends.

-          Ça fait tellement du bien de te voir mon amour. Tu m’as tellement manqué. Mais pourquoi vous avez décidé de nous rejoindre ? Je veux dire c’est un long voyage et avec Lily c’est pas facile, et puis Danielle ça doit être compliqué pour elle aussi.

-          On voulait vraiment vous voir et moi je voulais te voir sur scène ce qui n’a pour le moment jamais été le cas.

Elle me fait un immense sourire et je ne peux m’empêcher de l’embrasser à pleine bouche. Je suis profondément amoureux d’elle. Et c’est irrémédiable.

-          T’es folle d’avoir fait autant d’heures d’avion pour venir ici. Tu dois être épuisée.

-          T’es pas content de me voir ?, di Danielle en s’écartant soudainement de moi

-          Si si, bien sûr que si. Mais je suis inquiet, tu me connais…

-          Oui je te connais suffisamment pour savoir que tu t’inquiètes toujours pour rien. J’ai demandé à mon médecin ce qu’il pensait d’un tel voyage et il m’a autorisé à le faire à condition qu’après ça je reste le plus calme possible.

Je broie toujours du noir dans le couloir. Harry me blesse profondément à chacune de ses remarques. Mais l’idée de ma mère n’était peut-être pas si stupide que ça.  Il faut sérieusement que j’y réflechisse. En attendant je vais essayer de téléphoner à Océane pour avoir des nouvelles de mon fils. Elle décroche après trois tonalités :

-          Allô ?

-          Coucou Océane c’est Louis…

-          Oui je sais, je te rappelle que j’ai ta photo qui s’affiche sur mon portable chaque fois que tu m’appelles c’est-à-dire à peu près tous les jours.

-          Oui. Désolé.  Je t’appelais pour savoir comment va mon fils.

-          Aux dernières nouvelles il va bien !

-          Comment ça « aux dernières nouvelles » ? T’es pas à l’hôpital là ?

-          Non…

-          Mais t’es où ?

-          Juste derrière toi en fait.

-          Derrière moi ? Mais comment est-ce que… ?

Par réflexe je me retourne et aperçois Océane à quelques mètres de moi qui rigole à gorge déployée.

-          Océane ! mais qu’est-ce que tu fais là ? C’est trop bon de te voir !

Je me précipite sur elle pour la serrer dans mes bras. C’est bon de la voir. Mais ça veut dire qu’il n’y a plus personne pour veiller sur mon petit trésor là-bas en Angleterre. Comme en écho à mes pensées Océane me dit :

-          T’inquiète pas Louis, ta mère veille sur Pierre et Eleanor…

-          Elle m’a rien dit quand je l’ai eue au téléphone y’a quelques minutes.

-          Normal, je lui ai fait promettre de ne rien dire. On est arrivées là en surprise.

-          On ?

-          Jenny, Danielle, Lily, Jade et moi.

-          Oh. J’en connais qui doivent être heureux.

-          Oui c’est le moins qu’on puisse dire.

-          T’as vu Harry ?

-          Oui.

-          Ça se passe comment avec lui ?

-          Bien. Il a accepté mes excuses et il prend régulièrement des nouvelles de son filleul.

-          Pourquoi il accepte les tiennes et pas les miennes bordel ?!?!

Je sens les larmes me monter aux yeux mais je les refoule car je ne veux pas pleurer (encore une fois) devant Océane.

-          Ça va venir Louis t’inquiètes pas. Il a juste besoin de plus de temps pour savoir s’il peut à nouveau t’accorder toute sa confiance et te donner son cœur.

-          C’est beau ce que tu dis mais j’y crois pas.

-          Moi je sais que ça arrivera. Mais il faut aussi que tu apprennes à forcer un peu le destin.

-          Comment ça ?

-          Continue à t’excuser et à faire preuve de beaucoup de précautions vis-à-vis de lui.

-          Mais comment je peux…

-          LES BOYS ON Y VA ! VOUS DEVEZ ETRE SUR SCENE DANS DEUX MINUTES !!!

C’est Paul qui vient de crier ça et mieux vaut ne pas être en retard. Je n’ai pas envie du tout de me faire engueuler.

-          Bonne chance, me souhaite Océane avant de s’éclipser.

Comme d’habitude avant de monter sur scène on se fait un câlin collectif pendant lequel Harry évite soigneusement de toucher Louis puis nous montons sur scène pour notre show. Les filles avaient tout prévu avec notre management et elles assisteront donc au concert dans la loge VIP, avec Lou, Lux et Henry (qui eux assistent toujours au concert de là). Ça me fait un bien fou de savoir que Danielle est là, qu’elle me regarde et qu’après le concert je vais pouvoir passer du temps avec elle.  Mais pour le moment il faut qu’on chante, et qu’on se donne à fond pour nos fans.

Avant d’entrer dans la loge Jade a demandé à me parler et j’ai donc laissé Lily aller s’installer avec son demi-frère pendant que je parle avec la jeune femme.

-          Ça va ? T’as l’air un peu préoccupée depuis ce matin, dis-je

-          En fait j’ai quelque chose qui me tracasse, mais je veux pas en parler à Niall ni y croire trop vite, j’ai peur de m’emballer pour rien et de nous faire une fausse joie.

-          T’es enceinte ?!?

-          Chut, personne n’est au courant. Et je suis pas enceinte… Enfin si peut-être bien… j’ai une semaine de retard sur mes règles, et c’est vraiment excessivement rare que j’en ai donc je pense que c’est possible que….

-          Oh ça serait génial si c’était vrai.

-          Oui je sais, mais je suis pas sûre, et je veux pas le dire à Niall, j’ai peur qu’on découvre après que ce ne soit pas vrai et qu’il soit vraiment décu.

-          Faudrait que tu fasses un test de grossesse.

-          C’est pas vraiment fiable si j’en suis qu’au tout début de ma grossesse comme je pense effectivement l’être.

-          Alors dès qu’on retourne en Angleterre je t’emmène dans un cabinet médical faire une prise de sang, comme ça tu seras fixée d’accord ?

-          Oui.

-          T’arriveras à tenir jusque-là ?

-          Oui oui bien sûr.

-          Génial. J’espère vraiment pour vous deux que tu es vraiment enceinte.

-          Merci. Allez viens, on va les voir sur scène. C’est la première fois pour toi non ?

-          Oui, la toute première.

-          Alors profites, souvent c’est la meilleure.

Le concert se déroule comme d’habitude, avec des sous-entendus cachés dans chacune des phrases d’Harry qui me mettent de plus en plus mal à l’aise. Lorsque vient le temps de la dernière chanson je m’écrie soudain juste avant que les musiciens ne commencent à jouer :

-          STOP !

Tout le monde se retourne vers moi à cause de cette interruption inattendue. 

-          Il faut vraiment que je dise quelque chose pour mettre fin à ce qui dure depuis trop longtemps maintenant…

Je m’avance sur la scène jusqu’à l’endroit où Harry est assis sur une des structures sur lesquelles nous évoluons. Le stade est complètement silencieux et semble attendre l’issue des évènements. Les garçons me regardent sans trop comprendre, mais je sais ce que je fais. Enfin je crois. J’espère.  Harry me lance un regarde noir, mais je discerne aussi un peu de curiosité et d’émotion dans ses yeux.

-          Harry, dis-je en soutenant son regard, cette guerre entre toi et moi a assez duré. Je t’aime et je refuse d’être éloigné de toi une seconde de plus. Je sais que j’ai fait une énorme erreur, une erreur qu’on a encore tous les deux en mémoire. Et je en te demande pas de me comprendre, ou d’accepter de passer l’éponge, je te demande juste de bien vouloir me pardonner… (je pose un genou à terre et continue :) je t’en supplie Harry pardonne moi cette erreur, je sais que ça sera encore long pour que tout redevienne comme avant mais j’ai vraiment besoin de toi dans ma vie, tu es l’homme que j’aime et sans toi je ne suis rien du tout.

Après une seconde d’un silence interminable la salle éclate en cris et en applaudissements mais j’attends une réaction d’Harry. Il semble profondément touché par ce que je viens de dire et ce malgré la carapace qu’il s’est forgée en un mois de temps à peine.  Après de longues minutes Harry réclame le silence en levant le bras et une fois que tous nos fans ont arrêté de crier il dit simplement :

-          Je vais y réfléchir Louis. Mais merci de tes excuses publiques.

Il fait ensuite signe aux musiciens de démarrer pour qu’on puisse chanter notre dernière chanson. C’est tout ? Je n’ai droit à rien de plus ? Je suis terriblement déçu, je pensais qu’il accepterait d’emblée de me pardonner…

Wow. Ce que Louis vient de faire était terriblement courageux. Il a reconnu devant des milliers de personne que c’est lui qui était en tort et qu’il avait besoin d’Harry dans sa vie. En guise de soutien je m’approche de lui pendant la chanson et lui fait un clin d’œil accompagné d’un grand sourire. Je suis sûr qu’Harry et lui en reparleront hors-scène.  Les deux ont l’air très très perturbés, et c’est avec soulagement que nous voyons le concert se terminer. On se dépêche de descendre de scène pour aller rejoindre les filles qui nous attendent en coulisses. Je vois Zayn prendre Lily et Henry dans ses bras et les serrer très fort contre lui. C’est un papa comblé. Pourtant il y a encore quelques mois il n’aurait jamais pensé que cela aurait été possible. Jade me serre contre elle et me dit :

-          Je suis fière de toi mon petit irlandais…

Je trouve ça trop mignon quand elle m’appelle comme ça.  Vivement qu’on finisse cette tournée que je puisse passer du temps avec elle.

-          On sort ce soir ?, me glisse-t-elle à l’oreille

-          Je pense plutôt qu’on va rentrer à l’hôtel. Je préviens juste les autres et on file.

Je suis complètement perdu. Ce que m’as dit Louis était vraiment très touchant et le fait qu’il le fasse devant autant de personne aussi. Il a vraiment du prendre sur lui. Ce n’est pas facile d’admettre ses erreurs, encore moins de manière publique. J’ai envie de lui pardonner, mon cœur en tout cas en a envie, mais ma tête est encore trop énervée contre lui… Je ne sais pas du tout, je suis complètement perdu.

-          J’ai besoin de dormir je crois, me dit Jenny

-          De dormir ?

-          Oui. J’ai pas dormi dans l’avion, Lily m’a tenue éveillée à me raconter des histoires et j’ai pas pu fermer l’œil des quatorze heures de vol.

-          Cette gosse m’étonnera toujours. On va se dépêcher de rentrer alors. On mettra les deux petits dans la même chambre, et nous dans celle d’à côté, ça te va ?

-          Ça me convient parfaitement.

-          Génial alors. Les mecs je file avec ma copine et mes gosses, on est crevés on a besoin de dormr.

-          D’accord, bonne nuit à vous, répond Liam

-          Nous aussi on file, dit Niall en prenant la main de Jade

-          Dormez bien les amoureux, s’exclament en chœur Harry et Louis

Quelle coïncidence. Ils se regardent longuement avant d’éclater de rire. Leur réconciliation semble en bonne voie même s’ils gardent pour le moment tous les deux leurs distances.

-          Nous aussi on va rentrer ma puce, dis-je à Danielle

-          Si tu veux, mais je suis pas plus fatiguée que ça, j’ai bien dormi dans l’avion…

-          Vraiment ?

-          Oui, j’ai cette chance de réussir à bien m’endormir à peu près partout donc je suis pas super fatiguée.

-          Cool alors, parce que j’ai quelque chose à te montrer une fois qu’on sera dans notre chambre d’hôtel. Et je pense que tu vas aimer…

-          Qu’est-ce que c’est ?

-          Tu verras bien.

-          Je déteste tes surprises Liam, me dit-elle en rigolant

-          Et moi j’adore t’en faire ma chérie.

Quelqu’un se racle la gorge derrière nous et  je me retourne pour voir Louis, tête baissée qui dit :

-          Désolé de vous interrompre les amoureux, mais est-ce que je peux profiter du voyage pour rentrer moi aussi ?

-          Oui bien sûr, dit Danielle, Harry, Océane, on file, on ramène Louis avec nous.

Je me retrouve seul avec Océane et avec mes doutes. La jeune femme est en train de pianoter sur son téléphone et se tourne soudain vers moi en disant :

-          Tu vas lui pardonner hein ?

-          Je sais pas.

-          Pourquoi ?

-          J’en sais rien…

-          Tu sais dire autre chose que ça ?

-          Non.

-          Harry, fais un effort, qu’est-ce que te dis ton cœur ?

-          Que Louis est l’homme que j’ai toujours aimé, mon seul amour, le premier, le vrai, celui qui durera pour toujours.

-          Alors pardonne-lui…

-          Oui mais j’arrive pas à oublier l’idée qu’il a couché avec toi !

-          C’était une erreur, on te l’a tous dit. C’était vraiment stupide et il a immédiatement regretté. Immédiatement.

-          Peut-être. Comment va Pierre ?

-          Change pas de sujet Harry, Pierre va bien, mais la question c’est plutôt de savoir comment Louis et toi vous allez pouvoir traverser ça ensemble. Parce que le chemin est encore long, pour Pierre et pour Eleanor. Et Louis aura besoin de toi pour traverser ça.

-          Tout comme j’ai besoin de lui pour vivre.

-          Tu vois Harry, tu le dis toi-même.

-          Oui. T’as raison, je dois lui pardonner…

-          Et bah il t’en aura fallu du temps, allez, on file, tu lui parleras tranquillement à l’hôtel.

-          Merci Océane, heureusement que t’es là.

-          Je serais pas toujours là pour te botter le cul, va vraiment falloir que tu apprennes à faire face à tes responsabilités Harry, tout comme Louis doit apprendre à faire face aux siennes.

 

Bien évidemment comme à chaque fois que l’on se retrouve la température entre Jade et moi à encore très vite grimpé et nos fringues n’ont pas tardé à joncher le sol. On s’est enfermés dans ma chambre d’hôtel avec la ferme intention de ne pas en ressortir de sitôt.

-          Moins de bruit bordel, dit Zayn en tapant sur le mur séparant nos chambres, on essaye de faire dormir les petits !!!

Jade me regarde et on éclate de rire, déclenchant un soupir de Zayn de l’autre côté du mur.  C’est quand même pas de notre faute si on a des besoins physiques aussi importants chaque fois qu’on se voit.

-          J’ai ramené ça, me dit Jade en sortant quelque chose de son sac.

-          Qu’est-ce que c’est ?

-          Du lubrifiant, j’ai envie de tester quelque chose de nouveau aujourd’hui.

-          Quoi ? Répète voir ça…

Elle vient me mordiller le lobe de l’oreille en me murmurant :

-          J’ai envie que tu explores mon cul aujourd’hui…

Wow. Je n’en crois pas mes oreilles. Quelle coquine ! Elle cache bien son jeu !

Je rejoins ma copine en soupirant :

-          Ils sont incapables de se voir sans se sauter immédiatement dessus, s’en est presque chiant à force.

-          Arrête un peu de râler, laisse-les profiter me dit Jenny

-          Mouais. Je vais prendre ma douche, tu viens avec moi ?

-          Avec plaisir mon chéri.

Son immense sourire me fait complètement fondre et je lui roule une énorme pelle avant de l’entraîner dans la salle de bain. Je suis tellement heureux, je me sens enfin bien, et même si je garde Perrie toujours dans un coin de ma tête je sais désormais que ma vie tout entière est orientée en fonction de Jenny et de nos enfants.

-          Alors c’est quoi ce tuc que tu voulais absolument me montrer ?, dit Danielle en s’asseyant sur le lit

-          Laisse-moi sortir mon ordi et je te montre.

-           T’as trouvé la maison de nos rêves ? Dis-moi que c’est ça Liam !!!

-          Oui c’est ça.

-          Ouiiiiiiiiii !!!!

La voir aussi surexcitée fait plaisir à voir et je me dépêche d’allumer mon ordinateur pour pouvoir lui montrer. Le temps que ma session charge, je me met plus à l’aise et quitte mon jeans et mon t-shirt.

-          Toujours aussi sexy en caleçon Monsieur Payne, dit Danielle, sourire aux lèvres

-          Je sais, réponds-je en rigolant

Je m’installe sur le lit à côté d’elle et elle pose sa tête sur mon épaule, je pose l’ordinateur sur mes genoux et d’une main je caresse son ventre arrondi où grandissent nos enfants pendant que de l’autre je cherche les photos de notre future maison.

-          Et voilà, dis-je en montrant à ma petite-amie les photos d’une superbe villa en périphérie Londonienne.

-          C’est où ?

-          Grande banlieue de Londres, pour qu’on soit au calme mais pas trop loin du boulot.

-          Bonne idée, j’adore l’extérieur déjà, ça ressemble à la maison dont j’ai toujours rêvé en tout cas.

Allongé sur mon lit, en caleçon, bras croisés derrière la tête je fixe le plafond en réfléchissant à ma relation avec Harry. J’espère vraiment qu’il arrivera à mettre son ego de côté pour enfin me pardonner. J’ai besoin de lui.

-          Louis ?

On vient de toquer à la porte de ma chambre et mon cœur s’est arrêté quelques secondes quand j’ai reconnu la voix d’Harry.

-          Tu me veux quoi ? Si c’est pour me balancer des méchancetés c’est pas la peine…

-          Louis, ouvre, dit Harry en soupirant, j’vais pas passer la nuit à tambouriner à ta porte.

Avec un long soupir je me lève et déverrouille la porte pour le laisser entrer. Je retourne ensuite sur mon lit, dans la même position qu’avant, ça me permet de cacher que mes mains tremblent comme jamais et que je suis dans un état de nervosité extrême. Harry n’a pas bougé de l’entrée de ma chambre, il referme la porte derrière-lui et fait tourner la clé dans la serrure. Il jette ensuite un coup d’œil à ma chambre qui je dois bien l’avouer est dans un sale état, avec du bordel partout.

-          La vache, je pensais pas que c’était à ce point-là quand les garçons m’ont dit que t’allais mal.

Je hausse les épaules et continue à fixer le plafond. Je ne me sens pas à l’aise, j’ai peur de ce qu’Harry me veut. Et s’il refusait de me pardonner ?

-          Je peux ?, demande Harry en s’asseyant au bord du lit

-          Si tu veux.

Après un long silence il enlève ses baskets et s’allonge à côté de moi, dans la même position que celle que j’essaye de conserver malgré mon stress. 

-          Liam tu as vraiment trouvé la maison parfaite, et chacun des triplés aura sa propre chambre c’est bien, c’est ce que je voulais.

-          Je t’avais dit que je trouverais et que t’avais qu’à me faire confiance.

-          Mais… C’est sûr qu’on va l‘avoir la maison ?

-          Oui bébé, elle est déjà payée, elle est à nous maintenant.

-          Géniaaaaaaal !!

Danielle se jette à mon cou et m’embrasse à pleine bouche. Je ne pensais pas que ça lui ferait cet effet-là. Peut-être les hormones ?

-          Doucement ma puce, dis-je

-          Désolé mais je suis trop trop trop contente. 

-          Je sais, moi aussi je susi heureux qu’on ait trouvé un endroit pour vivre. On essayera d’emménager doucement quand je rentrerai.

-          Cool.

Mes doigts s’aventurent sur son ventre et elle me dit en souriant :

-          De temps en temps je commence à les sentir bouger, c’est vraiment une super sensation.

Après un silence plus qu’interminable je lâche :

-          Comment on en est arrivé là Louis ?

-          Je sais pas. Je suis désolé, tout est de ma faute et…

-          Chut.

J’ai roulé sur le côté pour me rapprocher de lui et j’ai posé mon index sur sa bouche pour le faire taire. Pour la première fois depuis très longtemps on prend le temps de s’observer et je lis dans son regard à quel point il a besoin de moi, même s’il ne parvient pas toujours à l’exprimer.

-          Je ne veux plus jamais t’entendre t’excuser, c’est derrière nous tout ça, maintenant ça va aller, dis-je alors que je vois les larmes commencer à lui monter aux yeux, et je t’interdis de pleurer Louis

-          Mais je…

Cette fois-ci pour l’empêcher de dire quoi que ce soit je plaque mes lèvres aux siennes. En moi se déclenche alors comme une sort d’explosion, je me sens complet, entier, heureux. Je voudrais que cet instant magique ne s’arrête jamais.

-          Je t’aime Louis, je t’aime plus que ma propre vie et j’ai été con de t’en vouloir aussi longtemps pour une simple erreur, je sais que tu m’aimes aussi et que tu t’en veux suffisamment, donc laissons cette histoire derrière nous et repartons sur de nouvelles bases.

Louis ne répond pas mais je lis dans ses yeux toute la volonté qu’il a que notre histoire marche. Sans ajouter un mot de plus je colle de nouveau mes lèvres contre les siennes et profite de cette sensation divine.

En tant qu’adultes raisonnables on a réussi à ne pas faire déraper la douche commune mais je dois bien dire qu’après un  mois sans sexe Zayn semble en avoir besoin. Mais je crois qu’il s’est fixé comme un défi de tenir coûte que coûte. En se mettant au lit il me demande :

-          Alors t’en a pensé quoi du concert ?

-          C’était génial, je comprends pas pourquoi tu m’as pas invité à en voir un avant.

-          Je sais pas. L’important c’est que tu comprennes mon métier

-          Et quand on voit le plaisir que tu prends sur scène on ne peut que comprendre Zayn.

-          C’est vrai, c’est presque l’endroit au monde où je me sens le mieux.

-          Presque ?

-          Oui presque, y’a tes bras qui se placent en première position.

-          Alors viens là mon grand romantique, dis-je en rigolant et n lui ouvrant mes bras pour qu’il s’y glisse.

Il m’enlace par la taille et enfouit sa tête dans mon cou. Avant même que j’ai pu réagir il me fait un énorme suçon, juste sous l’oreille. Et je dois bien avouer que j’adore ça.

-          Doucement Zayn, prend ton temps, je vais pas m’envoler.

-          D’ailleurs vous restez combien de temps ?

-          Deux jours seulement, Lily a école après et on doit retourner bosser, enfin surtout moi parce que les autres c’est plus light en ce moment si tu vois ce que je veux dire…

-          Ouais je vois.

Jade s’est endormie dans mes bras juste après avoir joui. Je crois qu’elle s’est vraiment épuisé au lit mais on a tous les deux prit notre pied comme jamais. En jouant doucement avec ses cheveux je repense à son  désir d’enfant, à notre désir d’enfant. J’aimerais vraiment que ça fonctionne, j’aimerais qu’on réussisse à avoir un bébé. Notre bébé, notre petite merveille…   Si seulement on réussissait, Jade serait si heureuse, et je serais complètement comblé. On travaillera activement à ça dès que je rentrerais de tournée, et on y arrivera. Je l’aime et je veux fonder une famille avec elle. Dès que possible. De toute façon cela fait quelques mois maintenant que je suis absolument certain que c’est elle, elle est mon âme sœur et je suis la sienne, on s’accorde parfaitement et c’est la femme parfaite, celle qui comblera ma vie de bonheur.

Harry me regarde droit dans les yeux, son visage à quelques centimètres du mien. Son souffle chaud caresse doucement ma bouche et je me sens bien. Je me sens enfin revivre. Ça m’avait tellement manqué d’être avec lui. Je ne peux pas vivre sans lui. C’est désormais clair dans ma tête, jamais je en supporterais d‘être loin de lui.

-          Je t’aime, dis-je doucement

-          Je t’aime aussi Louis, n’en doute jamais, je n’ai jamais cessé de t’aimer.

-          Vraiment ?

-          Oui vraiment.

Il esquisse un sourire qui me fait une fois de plus craquer. Je lui souris en retour et il vient caresser doucement ma joue avec le bout de ses doigts.

-          Tu es la personne la plus importante à mes yeux Louis, n’oublie jamais ça. Tu le seras toujours. Tu es mon seul unique et véritable amour. Et je veux que notre relation reparte sur des bases plus saines.

-          Merci. Je peux pas vivre sans toi…

-          Ni moi sans toi.

-          T’es trop mignon Haz’

Je l’embrasse doucement et me colle un peu plus à lui.

-          Océane t’en as dit plus sur la date où Pierre pourrait sortir de l’hôpital ?, me dit Harry

-          Non, elle ne sait pas, ça va dépendre de la prise de poids de mon fils.

-          J’espère qu’il pourra sortir quand on rentrera de tournée. J’ai hâte de pouvoir le tenir dans mes bras et de te voir nous regarder amoureusement.

-          T’es trop mignon…

-          T’as déjà dit ça Louis, essaye un peu de dire autre chose.

On éclate tous les deux de rire mais sans se quitter du regard, ça fait tellement du bien de se retrouver, de se sentir à nouveau bien ensemble.

-          Papaaaaa !!!!!!!!!!

Je m’apprêtais à passer aux choses sérieuses avec Jenny quand mon fils s’est mis à crier dans l’autre chambre.

-          Merde. Désolé ma puce mais je sens qu’on va pas pouvoir faire ce qu’on avait prévu ce soir…

-          PAPAAAAAAA !!!!

Mon fils hurle et pleure en même temps, il a du faire un vilain cauchemar. Avant qu’il ne réveille tout l’hôtel je me précipite dans sa chambre, vêtu simplement d’un caleçon. Mon fils me tend ses bras et je le porte doucement pour qu’il se calme. Une fois que ses larmes se sont un peu calmées il me dit :

-          Papa j’ai peur, j’ai fait un vilain rêve.

-          Il parait de quoi ton vilain rêve ?

-          Y’avait un gros méchant loup, et il voulait tous nous manger.

-          Oh.

-          Papa je veux dormir avec toi…

-          Mais..

-          S’il-te-plaît…

Je ne résiste pas au regard que me fait mon fils et en soupirant je me résigne à le faire dormir avec nous. Lily qui s’est réveillée  à cause des cris d’Henry nous emboîte le pas et on se retrouve tous les quatre dans notre grand lit. Les enfants se sont glissés entre Jenny et moi et je lui lance un petit regard d’excuse pour les avoir autorisés à nous rejoindre. Elle me sourit et me fait signe qu’elle comprend, elle passe ensuite doucement sa main dans le dos d’Henry qu’elle berce pour qu’il se rendorme. Lily s’est collée à moi et je lui fredonne une berceuse pour qu’à son tour elle tombe dans les bras de Morphée.

JOUR 193

Le lendemain matin je m’éveille et pose immédiatement les yeux sur ma petite amie, qui roupille toujours. Je pose mes doigts sur son ventre arrondi et je souris. Je vais être papa. Dans quelques mois je serais papa.

-          Déjà debout ?, dit-elle en ouvrant les yeux

-          Oui, désolé.

-          Pas grave. J’avais une proposition à te faire pour aujourd’hui.

-          Je t’écoute.

-          Ça te dit d’aller à la plage ?

-          A la plage ?

-          Oui. J’ai envie de bronzer un peu…

-          Ok. Tu penses qu’on pourrait emmener les petits avec nous ? Comme ça Zayn et Jenny pourraient profiter un peu de leur temps ensemble.

-          Mais oui, ils seront ravis de nous les confier.

Je viens de réveiller Jade et on se prépare pour descendre déjeuner à la cafétéria de l’hôtel.

-          J’aimerai bien aller à la plage aujourd’hui, dis-je

-          Oui, moi aussi, faut profiter de la Floride quand même.

-          Ouais. Dis, les filles elles ont dit quoi de te laisser partir deux jours comme ça ?

-          Elles ont compris que je voulais te voir.

-          Mignon. Vous en êtes où de votre travail ?

-          On est en train de composer, mais on fait face à un autre problème, faut qu’on change le nom du groupe, et personne ne veut se résoudre à le faire.

-          T’en a parlé à Zayn ?

-          Non. Je devrais tu crois ?

-          Oui.

Je me suis levé sans bruit pour aller prendre ma douche, Harry dort toujours. L’eau chaude me fait du bien, et me réveille. Même si j’ai toujours l’impression d’être dans un rêve, je sais que c’est bien la réalité, qu’Harry est revenu, et qu’il ne va plus me quitter. Enfin je l’espère. Je sursaute en sentant des bras s’enrouler autour de ma taille et des bouclettes chatouiller mon cou.

-          Laisse-toi faire, me murmure Harry à l’oreille, on en a tous les deux besoin

Je souris car je ne l’ai pas vu arriver, mais que je suis heureux qu’il soit là. Je le sens placer tout doucement ses mains sur mes épaules et je me détends pour le laisser faire. Je sais ce qui va suivre. Il me pousse tout doucement  contre la paroi de la douche et se plaque contre mon dos. Il parsème ma nuque de doux baisers qui me font frissonner malgré la chaleur de l’eau. Ses mains sont descendues jusqu’à mes hanches qu’il agrippe fermement. Oh. Il va me pénétrer sans préliminaires. Ça promet d’être douloureux. Douloureux mais bon. Et je considère ça comme une sorte de punition pour ma conduite. Comme l’ultime punition avant la réconciliation. Avant que j’ai eu le temps de penser quoi que ce soit de plus je sens le sexe d’Harry s’enfoncer en moi. Comme je l’avais prévu ça brûle et fait très mal, les larmes me montent aux yeux et je ne peux réprimer un cri de souffrance. Harry pose sa main sur ma bouche pour me faire taire et il me chuchote ces mots :

-          Tu vas souffrir comme jamais, mais à toute chose malheur est bon. Apprend à endurer la souffrance pour en tirer du plaisir.

Wow. Qui êtes-vous et qu’avez-vous fait à mon Hazza ?

Je suis réveillée par Henry et Lily qui discutent comme si de rien n’était assis dans notre lit. Zayn essaye tant bien que mal de dormir mais son sommeil est agité et il ne va pas tarder à se réveiller. A peine ais-je pensé ça qu’il ouvre les yeux et soupire.

-          Chut les enfants, vous allez réveiller Jenny.

-          Trop tard, dis-je en souriant

-          Désolé ma puce, dit Zayn

-          Désolé de quoi ? D’avoir un charmant petit garçon qui s’entend très très très bien avec ma fille ?

On éclate tous les deux de rire. Alors que Zayn se lève pour ouvrir les rideaux on entend trois petits coups frappés à la porte. Je me lève pour ouvrir, c’est Océane.

-          Océane ? ça va ?

-          Oui oui, je vais à la plage avec Payzer et Horwall, est-ce que ça vous dit qu’on vous enlève vos deux petits monstres et qu’ils viennent avec nous pendant que vous passez du temps en amoureux ?

Un seul coup d’œil à Zayn m’a suffi pour comprendre que la réponse était affirmative.

-          Lily ? Henry ? Vous voulez aller à la plage ?

-          OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ! s’écrie ma fille

-          Trop chouette ! renchérit Henry

-          Confiez moi leurs affaires, je m’en charge, dit Océane, profitez à fond.

-          Merci, dit Zayn en commençant à rassembler des affaires pour nos deux petits monstres, des nouvelles de Stylinson ?

-          Stylinson ?, dis-je

-          Harry et Louis, me dit Zayn

-          Non, dit Océane, mais ils devraient être ensemble normalement.

-          Oh, vraiment ?, s’exclame Zayn

-          C’est ce qui était prévu.

-          Génial, dis-je, ils ont besoin de ça. Ils avaient besoin de se retrouver.

J’ai toujours ma main sur la bouche de Louis pour l’empêcher de crier. Il a les larmes aux yeux et je peux le comprendre, ça doit faire très très mal, mais j’avais besoin de lui montrer que j’étais plus fort que ce qu’il ne pense. Et visiblement il a l’air d’apprécier malgré la douleur. Lorsque j’atteins le septième ciel en lui je le sens tressaillir, signe qu’il l’a atteint lui aussi. Je me retire doucement et il reprend son souffle, lentement, appuyé à la paroi de la douche.

-          Ça va ?, dis-je doucement

-          Oui. C’était surtout très intense…

Il se retourne vers moi et me sourit. Ça va, il n’est pas trop contrarié par la douleur que je lui ai infligée.

-          Je t’aime Hazza. Plus que tout au monde.

-          Faux, tu aimes Pierre plus que moi, mais c’est normal, il est une partie de toi.

-          C’est vrai, tu as raison. Ça te dirait qu’on essaye d’appeler ma mère sur Skype ? Comme ça avec un peu de chance on pourra même voir mon petit ange.

-          Il te manque hein ?

-          Terriblement. C’est mon fils, et je voudrais pouvoir l’avoir dans mes bras toute la journée.

-          Ça sera bientôt possible ne t’en fais pas.

-          J’espère, mais je suis pas sûr d’être prêt à m’en occuper tous les jours.

-          Je serais là pour t’aider mon cœur.

-          Vraiment ?

-          Evidemment, on s’en occupera tous les deux de ton fils.

-          Génial.

On échange un long baiser passionné avant de sortir de la douche pour rejoindre la chambre.

On attend dans le hall de l’immeuble pour savoir si les petits viennent avec nous ou pas à la page. Océane est partie les chercher normalement.  Jade s’est assise par terre en attendant que la jeune femme revienne et elle discute avec Liam et Danielle de leurs futurs trois bébés à venir. C’est si fou.  Ils vont avoir trois bébés d’un coup. Un c’est déjà merveilleux, même si c’est aussi beaucoup de boulot, mais trois…

-          Et voilà, dit Océane en arrivant, je vous avais bien dit qu’on récupérerait sans problème les deux petits monstres.

Elle est en effet suivie par Lily et Henry qui se tiennent par la main. Ils sont trop mignons. De vrais frères et sœurs.

Cool, on va pouvoir y aller. Je pense que prendre l’air et le soleil nous fera du bien à tous, et ça ravira les gamins. Et au moins leurs parents pourront profiter l’un de l’autre.

-          Océane, t’as eu des nouvelles d’Haz et Lou’ ?

-          Non, mais ils devraient être ensemble si tout s’est passé comme prévu.

-          Alors on croise les doigts, dit Danielle, ils étaient trop mignons hier soir sur scène

-          Alors ils sont de nouveau amoureux ?, demande Lily avec son innocence habituelle

-          J’espère, répond simplement Océane

Danielle a posé sa main sur son ventre en regardant Lily. Elle espère évidemment que nos enfants seront pareils. Aussi mignons et ingénus. Je l’espère aussi. Et j’ai hâte.

Avec un peu d’angoisse je presse le bouton d’appel en espérant que ma mère à son portable sur elle. Harry s’est installé à côté de moi et a posé sa tête sur mon épaule, comme avant, comme si rien de tout cela ne s’était passé. Il a entrelacé ses doigts aux miens et sourit en me regardant. C’est mignon et ça me fait du bien.

-          Allô ?

-          Maman !, dis-je en la voyant apparaitre à l’écran, ça va ?

-          OH MON DIEU LOUIS !!! CA Y EST VOUS VOUS ETES RECONCILIES TOUT LES DEUX ?, s’écrie-t-elle en voyant Harry avec moi

-          Ravi de vous revoir aussi Jay, dit Harry en rigolant, et pour répondre à votre question oui on s’est réconciliés et on est même plus soudés que jamais.

-          C’est vrai ça ?, dis-je en me tournant vers Harry

-          Bien sûr mon cœur, dit-il en m’embrassant furtivement, toi et moi, pour toujours…

Jenny s’est blottie dans mes bras et elle s’est rendormie. On a besoin de sommeil, et de proximité. Et je suis vraiment heureux de pouvoir la serrer contre moi. Bien sûr j’aimerais qu’elle ne reparte pas déjà demain, mais il faut que Lily aille à l’école. Heureusement qu’on n’a plus qu’un mois de tournée. Mais je sais déjà qu’après la sortie de notre prochain album tout cela recommencera et ça sera encore plus dur à vivre pour nous. A moins que… Oui ça semble être une bonne idée, il faudra que j’en discute avec Jenny, mais je pense qu’elle acceptera sans hésiter puisque ça permettrait à notre petite famille d’être toujours ensemble, même lorsque je parcours le monde avec les garçons.

Henry a été surexcité pendant tout le trajet jusqu’à la plage et on peine à le retenir pour ne pas qu’il se jette à l’eau tout habillé. Je l’aide à mettre son maillot de bain (Iron Man, c’est Zayn qui a choisi), mais le retient pour ne pas qu’il s’enfuie sur la plage sans que l’un de nous ne l’accompagne. J’enlève mon t-shirt et je suis prêt à me jeter à l’eau, Jade a prévu de rester sur la plage avec Danielle, mais Océane s’est mise en bikini et Liam en maillot, et ils ont aidé Lily à mettre le sien.

Je prends Henry dans mes bras et embrasse Jade avant de la laisser sur la plage et de me diriger vers l’océan. Lily me suit en sautillant partout et Océane et Liam sont obligés de nous courir après tant les enfants sont heureux de pouvoir se baigner.

Louis a fondu en larmes dès qu’il a eu raccroché avec sa mère et il pelure à chaudes larmes sur mon épaule. Ce qui l’a bouleversé à ce point ? De voir que son fils a tant changé pendant son absence. Il a bien grandi et grossi, et il ne dort plus autant la journée, ce qui permet à Jay, qui passe ce week-end à l’hôpital à veiller sur lui, de vraiment profiter de son petit-fils.

-          Hazza ?

-          Mmmh mon cœur ?

-          On ira le voir dès qu’on rentre hein ?

-          Bien sûr, c’est ton fils, c’est normal que tu veuilles le retrouver au plus vite. Et c’est mon filleul et il me manque aussi beaucoup.

-          T’as demandé des nouvelles de lui pendant qu’on était fâchés toi et moi ?

-          Oui. Je m’inquiète aussi pour lui tu sais, mais je suis sûr qu’il va aller bien maintenant.

-          J’espère.

-          Crois-moi, si il a hérité de ton caractère il va être très fort et très borné.

-          J’suis borné moi ?

-          Autant que moi.

-          Je pense que tu l’es plus que moi Hazza…

-          N’importe quoi !

On commence alors à se chamailler comme des gamins en rigolant aux éclats. Vive la complicité retrouvée…

 

 

 

Alors alors alors ? J'attends avec impatience vos avis sur ce nouveau chapitre riche en rebondssements !

Posté par groovehigh à 20:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

02 juillet 2014

Chapitre 30 : Mariaaaaage...

Coucou ! Voilà (enfin) le chapitre de British experience sur lequel je bosse depuis un bon mois. D'ailleurs je tiens sincèrement à m'excuser pour le retard accumulé mais j'ai eu un mois très chargé (fin des cours, déménagement, rangement de chambre etc...) mais je vous promets que je vais me remettre sérieusement à écrire. En attendant je vous laisse découvrir ce chapitre !

 

Chapitre 30 : Mariaaaaage...

Château, chambre d’Amy

-          Vous pensez qu’il va me trouver belle ?

-          Evidemment, me dit Ruth

-          Tu es magnifique Amy, me dit Nicola, vraiment somptueuse. Il va tomber par terre quand il va te voir.

-          Merci les filles. J’ai peur, je sais pas pourquoi, c’est idiot, c’est qu’un mariage, mais je stresse.

-          C’est normal de stresser pour un mariage, dit Ruth, le mariage c’est un engagement fort, et pour la vie.

-          Ouais. Bon, je vais prendre ma douche, j’enfilerai ma robe après.

-          Fais attention à tes cheveux, me lance Ruth

Chambre de Liam

-          Vos qui avez vu la robe de ma femme, y’a de la couleur dedans ou pas ?

-          Non.

-          Ok.

J’hésite sur la cravate à mettre. Amy ne m’a rien dit et d’habitude pour les grandes cérémonies c’est elle qui choisit mes tenues.  On a choisi de se préparer avec nos témoins mais elle se prépare avec les miens, c’est-à-dire mes sœurs, et moi avec les siens, à savoir Mark et Erik. 

-          La blanche à paillettes, dit Erik en se glissant derrière-moi et en regardant les cravates entre lesquelles j’hésite, prend la blanche à paillettes et vous serez parfaitement accordés.

-          Merci mec.

Il retourne s’asseoir sur le lit avec son petit ami pendant que je termine de sortir mes fringues. Je suis encore en caleçon, et attend que l’un des garçons me coiffe, parce que mes cheveux sont devenus une vraie calamité

Chambre de Zerrie

J’attends Perrie, elle devait aller récupérer les résultats de ses tests sanguins. Mais elle n’y croit pas. Et pourtant il se pourrait bien qu’elle soit enceinte. Je suis allongé sur mon lit et sursaute quand elle entre dans la chambre.  Elle tient une enveloppe dans la main et me la jette presque à la tête.

-          J’ai pas osé l’ouvrir.

Je pose l’enveloppe sur mes genoux en m’asseyant et lui fais signe de s’approcher, elle me rejoint sur le lit et se pose à côté de moi.

-          T’as peur de quoi ?

-          Je sais pas, si le résultat est positif ça va tout changer dans notre vie, et s’il est négatif tu vas être déçu comme pas possible.

-          Quel que soit le résultat on l’acceptera ensemble ma puce, dis-je

-          Ouvre l’enveloppe, je ne veux pas voir ça, tu me diras.

Elle glisse sa tête dans mon cou de manière à ne pas voir. J’ouvre l’enveloppe et parcourt rapidement la feuille des résultats.

-          Bébé ?

-          Oui ?

-          T’es enceinte !

-          VRAIMENT ?

-          Oui, t’en es à un mois et demi environ, ça date donc de notre mariage.

-          Vraiment vraiment ?

-          Oui Perrie. On va avoir un bébé !

Elle se jette à mon cou et sanglote sur mon épaule en me faisant basculer sur le lit. Je n’arrive pas à déterminer si ce sont ou non des larmes de joie.

-          On va être parents, me murmure-t-elle à l’oreille, je t’aime tellement Zayn. On va être parents…

Chambre d’Harry et Agathe

On fait office de nounou aujourd’hui. Ma fiancée s’occupe de son filleul qu’elle habille d’un petit costume, il doit être beau, c’est son baptême. Moi je m’occupe de Kate puisque Perola et Niall ont demandé à avoir un peu de temps pour eux (autrement dit, ils vont sauvagement s’envoyer en l’air avant le mariage).  Je suis en train de changer la couche de la petite fille avant de lui mettre sa jolie petite robe.

-          Tu t’en sors Hazza ?, me demande ma fiancée

-          Pas vraiment, je suis pas doué avec les couches et tu le sais.

-          Oui je le sais, attends je viens t’aider, prends Noé je m’occupe de Kate.

-          Merci.

-          Faut que tu mettes ses chaussures et ses chaussettes au petit bonhomme.

Chambre  de Liam

Erik est en train de me coiffer, il est plutôt doué en fait, et je me regarde dans le miroir en me disant que j’ai plutôt la classe.

-          Merde, mon téléphone, dit-il soudain, Mark, mets de la laque sur les cheveux de Liam, j’avais fini de toute façon.

Pendant que son copain me met de la laque dans les cheveux Erik répond à son téléphone

-          Oui oui c’est moi… QUOI ?!? Oh Mon Dieu !... Oui je comprends bien… Comment c’est arrivé ?... De voiture ?... D’accord… Je serais là demain… Non aujourd’hui je ne peux pas, ma sœur se marie… Non non je lui dirais moi-même. Merci d’avoir appelé. A demain.

Mark et moi on se tourne vers Erik, assis sur le lit, blanc comme un linge.

-          Mon cœur ? Qu’est-ce qui se passe ?, dit Mark en s’approchant de lui

Erik ne répond pas et pâlit encore plus. Il semble être au bord des larmes. Mais qu’est-ce qui se passe ?

-          Mes… mes parents… parvient à articuler Erik avant de fondre en larmes

Je m’assois à côté de lui et passe ma main dans son dos le temps qu’il se calme dans les bras de son copain.

-          Mes parents se sont… ils sont… ils… bordel ils sont morts.

-          QUOI ?!? nous écrions nous Mark et moi en même temps

-          Accident de voiture, pour une fois qu’ils sortaient du château… Bordel…

-          On annule tout, dis-je

-          NON ! s’écrie Erik, je ne veux pas gâcher le mariage de ma sœur, on ne dit rien jusqu’à ce soir, on  lui dira ce soir, mais avant je veux qu’elle profite de la journée.

-          Tu te sens capable de faire semblant mon cœur ?, dit Mark

-          Oui, répond Erik, et toi Liam ? T’arriveras à ne rien dire jusqu’à ce soir ?

-          Ouais. T’as raison, il faut qu’on profite de cette journée, on lui dira ce soir.

-          Alors habille-toi, dit Erik, tu te maries aujourd’hui !!

Chambre de Niall et Perola

On s’effondre l’un à côté de l’autre sur le lit, heureux et morts de rire. Ça fait tellement de bien tout ça.

-          Maintenant qu’on s’est envoyés en l’air tu peux peut-être répondre à ma question ?

-          Quelle question ?

-          C’est quoi le papier que t’avais dans ta poche de jeans…

-          Ah ça. C’est juste un papier disant qu’on est propriétaires du château. Je voulais être sûr qu’on l’ait pour notre mariage au cas où on n’arrive pas à trouver un truc bien en Irlande.

-          Attend attends, t’as… acheté le château ?

-          Ouais. Une broutille pour moi.

-          Nan mais Niall tu me fais une vanne là ?

-          Non non. Comme ça on l’aura quand on veut comme on veut pour n’importe quoi, mariage, baptême, anniversaire etc…

Chambre de Zayn et Perrie

On a décidé de ne rien dire aujourd’hui, on ne veut pas voler la vedette à nos amis, c’est leur mariage, le baptême de leur fils, bref, c’est leur journée.  Mais on est vraiment hyper heureux.  Perrie est aux anges, même si ça lui fait un choc, et elle est déjà en train d’observer son ventre dans le miroir.

-          Perrie, faut qu’on se prépare, on doit aller accueillir les invités à l’église.

-          Laisse-moi en profiter encore dix secondes.

-          Oui bah dépêche, on n’est pas en avance.

En effet, on avait été chargés d’accueillir les premiers invités à l’église, avant que les mariés n’arrivent. Enfin avant que la mariée n’arrive puisque Liam devrait être là avant elle.

Chambre d’Amy

-          Wow, tu es... commence Ruth

-          Y’a pas de mots, ajoute Nicola, encore plus belle que ce qu’on pouvait imaginer.

-          Merci. L’une de vous peut m’aider à fermer ma robe derrière ?

-          Evidemment, dit Ruth

-          Après faudra m’aider à mettre mes bijoux, et à me maquiller légèrement.

-          Bien sûr qu’on va t’aider, dit Nicola

-          Merci les filles, et vous êtes aussi splendides toutes les deux.

Elles portent la même robe jaune très clair, dans un drapé particulièrement joli. Elles sont les témoins de Liam, et moi j’ai demandé à Erik et Mark d’être les miens.

-          Quelle heure il est ?

-          Quinze heures

-          Wow. Dans une heure et demie je dois y être. Là je flippe vraiment.

-          Amy, me dit Ruth, respire, t’as l’air complètement paniquée. Pourtant tu aimes mon frère et il t’aime, et vous êtes déjà mariés depuis huit mois…

-          Oui mais s’engager à l’Eglise c’est pas pareil.

-          Amy, reprend Nicola, vous êtes vraiment parfaits ensemble, et votre fils est vraiment trop mignon.  Vous êtes un beau couple, très très amoureux, et vous allez vous marier. Alors profite. Profite de cette merveilleuse journée.

-          Merci les filles, dis-je, je sais pas ce que je ferais sans vous.

Hall du château

On vient de descendre avec les deux bébés qui sont étonnamment sages aujourd’hui. Tant mieux, s’ils ne hurlent pas ça se passera bien.

-          Je peux prendre mon filleul ?,  dit Zayn en descendant les escaliers

-          Evidemment Zayn.

Je lui confie Noé et Harry en profite pour me tendre Kate. Je crois qu’il commence à se rendre compte de ce que c’est que de s’occuper d’un bébé. Et j’espère que ça lui permettra d’attendre encore quelques années avant de me supplier de nouveau d’accepter d’en avoir un avec lui.

-          Bon qu’est-ce qu’ils foutent ?, dit Perrie, ils sont chiants à toujours être en retard.

-          On est là, dit Perola depuis le haut des marches, on arrive, désolé j’avais du mal à mettre ma robe.

-          Mais oui bien sûr, murmure Harry à côté de moi, ils étaient surtout trop occupés à se sauter dessus…

Je souris et rend sa fille à Niall.

Chambre de Louis et Eleanor

-          El ? s’il-te-plaît. On est en retard là. Ils vont nous tuer.

-          Je ne le sens pas.

-          Eleanor, ils savent tous qu’on s’est réconciliés, on peut se montrer ensemble, et on le doit.

-          Et ta famille elle va penser quoi de moi ?

-          Eleanor, viens là.

Ma petite amie s’approche de moi et s’assoit au bord du lit.

-          Ma famille t’adore, et ils respectent mes choix. Et mon choix il est évident, je t’aime, je t’aime à la folie, et il n’y a qu’avec toi que je peux faire ma vie. C’est une véritable évidence pour moi. Et quoi que tu aies pu faire, je m’en fous, et je te défendrais. Tu es la femme de ma vie, celle qui habite mon cœur depuis des années déjà et celle que j’aimerais jusqu’à la fin de mes jours.

-          Merci.

Elle dépose délicatement ses lèvres contre les miennes et entrelace ses doigts aux miens. Depuis une semaine elle alterne entre moments de tendresse avec moi, et gros moments de doutes comme maintenant. Mais on essaye d’y aller en douceur. Et aujourd’hui on va VRAIMENT se réafficher ensemble pour la première fois. Et c’est assez dur à assumer pour El’.

-          Allez Louis, on y va, ils vont nous tuer vu notre retard.

-          Tant qu’on n’arrive pas après la mariée ça va, dis-je en rigolant

-          Dois-je te rappeler qu’on est censés accueillir ta famille ?

-          Non, j’arrive.

Je termine de lacer mes chaussures et emboîte le pas à ma petite amie.

Chambre de Liam

-          Termine de te préparer, me dit Erik, ça va aller, j’ai juste besoin d’un peu de temps pour digérer la nouvelle.

-          Il est encore temps d’annuler Erik, dis-je

-          Hors de question. Tu épouses ma sœur et baptise ton fils aujourd’hui. Mes parents peuvent bien attendre demain… De toute façon de là où ils sont ils ne sont plus à un jour près…

-          Mon cœur, ne dit pas ça, dit Mark

-          Ne les défend surtout pas ! Tout le monde sait qu’ils étaient horribles, mais ça reste mes parents, mais on s’en occupera demain. Je vais me passer un peu d’eau sur le visage et ça va aller.

Erik se lève et se réfugie dans la salle de bain en fermant la porte à clé. Mark se rapproche de moi, se glisse dans mon dos afin d’être dans le bon sens pour m’aider à faire mon nœud de cravate.  Wow, c’est bizarre, dans cette position on pourrait presque croire qu’on est en couple.

-          Liam, me dit-il à voix basse, ne revient pas sur le sujet, Erik est TRES borné quand il le veut.

-          D’accord, je n’insisterai pas alors.

-          Merci. Laisse-moi gérer. Je vais réussir à le calmer.

-          Je n’en doute pas. Mais c’est pour Amy que j’ai peur, il faudra lui annoncer ce soir, et je ne sais pas du tout comment elle va réagir.

-          N’y pense pas pour le moment. Profites d’elle, elle est magnifique tu verras.

-          C’est l’heure d’y aller, dit Erik en sortant de la salle de bain, c’est l’heure pour toi d’entrer vraiment dans la famille mec, dit-il en me serrant rapidement dans ses bras.

Chambre d’Amy

-          Amy, arrête de bouger, me dit Nicola, sinon tu vas avoir du mascara partout.

-          Désolé. Je suis nerveuse…

Et j’ai un mauvais pressentiment aussi, mais je n’arrive pas à définir quoi. Et ça c’est inquiétant.

-          Il est où Noé ?, me dit Ruth

-          Avec son, parrain et sa marraine, et normalement vu l’heure ils sont partis accueillir les invités.

-          D’accord, tu sais, reprend-t-elle, ton fils est vraiment un ange. Ça lui fait quel âge maintenant ?

-          Six mois. Et il commence à galoper à quatre pattes partout c’est horrible, faut pas le perdre des yeux une seconde.

-          Je n’en doute pas. Mais c’est les meilleurs moments, dans quelques mois il marchera, et là ça sera encore pire.

-          Oui je sais, dis-je en souriant, mais ça va aller, on sera en hiver, donc il sera confiné à l’intérieur, là où on n’aura pas trop de mal à le surveiller.

On éclate toutes les trois de rire. Ça fait du bien. On s’est beaucoup rapprochées toutes les trois, et tant mieux. Elles ont enfin compris que j’étais une fille sérieuse malgré mes apparences un peu désinvoltes.  Et elles savent à quel point Liam m’aime. Enfin je crois. Mais elles ont eu une trèèèèèèèès longue discussion à bâtons rompus avec lui il y a quelques jours, et je pense qu’il leur a bien dit qu’on était un couple sérieux et solide.

-          T’as mis quoi comme sous-vêtements ?, me demande soudain Nicola

Je me sens rougir, et pour cause, je ne porte rien sous ma robe, rien du tout.

-          Tu nous réponds ou on va vérifier de nous même ?, dit Ruth en rigolant

-          Rien, dis-je d’une toute petite voix

Les deux filles se regardent et éclatent de rire. Après de longues minutes à rire elles me disent

-          On avait parié avec Liam, et on a gagné.

-          Mais…

-          Mais quoi ? Tu fais ce que tu veux Amy, ta vie sexuelle ne nous regarde pas, si t’as envie de faire plaisir à Liam fais-le.

-          Merci.

Eglise

Kate est dans sa poussette et ça fait du bien de ne pas l’avoir tout le temps dans les bras. Ses grands-parents sont penchés au-dessus de ma fille et lui font des risettes absolument ridicules, mais c’est mignon.  Niall discute avec son frère et Denise, comme d’habitude, et je les observe de loin.

Gemma est en train d’emmerder son frère pendant que je discute avec Anne et Robin. Anne, après avoir regardé ses enfants me dit :

-          C’est des vrais gamins tous les deux, je ne sais pas comment tu fais pour vivre au quotidien avec mon fils…

-          Je vous l’accorde ce n’est pas tous les jours facile, mais il sait aussi être assez mature quand il le faut.

-          J’espère, dit Robin

J’observe Perrie qui discute avec mes parents tout en jouant avec Doniya. On a de la chance, sa grossesse ne se voit pas encore, tant mieux, on pourra choisir le moment propice pour l’annoncer. Demain sûrement on le dira à nos amis. Noé se met à hurler dans mes bras et je regarde ma montre : vu l’heure il doit avoir faim. Amy m’a confié un sac avec des affaires pour m’occuper de lui, mais je ne sais pas du tout où il est. Et tout le monde est occupé et ne peut se proposer de m’aider.

-          Tu veux que je le prenne ?

Je me retourne vers Lottie, la sœur de Louis qui vient de m’interpeller.

-          Oui je veux bien. Je reviens, je vais chercher son biberon. Tu ne le lâches pas hein ?

-          T’inquiète pas.

Fizzie et les jumelles sont aux anges que je me sois réconcilié avec Eleanor. Elles chahutent toutes les quatre ensembles pendant que je discute avec ma mère et mon beau-père.

-          T’es sûr de toi ?, me demande ma mère

-          Absolument certain, je ne peux pas vivre sans elle.

-          Vous êtes mignons tous les deux, dit mon beau-père en jetant un coup d’œil vers ma petite amie, et cette épreuve vous a soudés encore plus je pense.

-          Oui. On est conscients des erreurs qu’on a fait chacun de notre côté et on sait que c’était stupide et que chacun de nous deux a blessé profondément l’autre par ses actes. Et on ne recommencera plus, on s’aime, et on veut faire notre vie ensemble. 

-          Votre vie entière ?, demande ma mère

-          Oui.

-          A quand le mariage alors ?, ajoute-t-elle

-          C’est pas dans nos priorités.

-          Et le bébé ?

-          Maman ! C’est encore un sujet très sensible, alors évite de dire ça s’il-te-plaît…

-          C’est quoi le sujet sensible ?, demande Eleanor en se rapprochant de nous

-          La potentialité d’un futur bébé pour vous deux, dit mon beau-père

-          Oh. C’est pas vraiment à l’ordre du jour mais j’espère qu’on en arrivera là dans peu de temps, répond simplement Eleanor

Je ne sais pas trop comment mais Lottie est assise sur les marches de l’Eglise en train de donner son biberon à Noé, ce qui a libéré Zayn et lui a permis de se rapprocher de sa famille. Walihya est en grande discussion avec Lottie, assise elle aussi sur les marches de l’Eglise, dans les bras de son petit copain, gentiment invité par Liam et Amy.

Dans la voiture, à quelques centaines de mètres de l’Eglise

-          File Liam, j’ai besoin d’encore deux minutes avec Mark et on te rejoint. Tes invités sont là, il faut que tu ailles les accueillir.

-          Ça va aller t’es sûr ?

-          Certain.

Mark m’encourage du regard à ne pas polémiquer et à filer. Je jette un coup d’œil dans le rétroviseur, sourit et sort de la voiture. J’ai une rue à longer et j’y serais. Amy devrait arriver dans une vingtaine de minutes, avec mes sœurs, mes parents doivent être déjà là, ainsi que mes amis, et leurs familles, qui sont aussi un peu la mienne. La première personne que je vois en arrivant près de l’église c’est Zayn qui s’est éloigné pour fumer.

-          Il est où mon fils ?

-          Lottie lui donne son biberon, t’es magnifique Liam, dit-il après m’avoir regardé de la tête aux pieds, ils sont où Mark et Erik ?

-          Ils arrivent. Mes parents ?

-          A l’intérieur de l’Eglise en grande conversation avec le prêtre.

-          D’accord.

Je lui tape dans la main et me dépêche de me rendre sur le parvis de l’église.  

Château, entrée

-          T’as pris mon téléphone ?, dis-je à Ruth

-          Non, mais t’en a pas besoin, au pire j’ai le mien, calme-toi et va vers la voiture, on arrive.

En guise de voiture, la magnifique BMW blanche immaculée de mon mari m’attend. Mais interdiction pour moi de conduire ont dit les sœurs de Liam.  Je me regarde rapidement dans le rétroviseur, je suis magnifique. Enfin je crois. J’espère que Liam pensera la même chose.

-          Allez on y va la princesse, dit Nicola en prenant place au volant

Intérieur de l’Eglise

Ma mère me regarde, très émue, elle est au bord des larmes, elle est fière de moi et je le sais. On s’est tous installés et on attend l’arrivée de mes sœurs et de ma femme. J’ai récupéré mon fils et je le berce doucement pour qu’il reste calme tout en observant les gens. Les sœurs de Louis et celles de Zayn discutent entre elles, les parents de mes amis ensemble, Denise et Perola s’entretiennent toutes les deux dans un coin.  Mark et Erik arrivent enfin et serrent chacun dans leurs bras avant de venir me rejoindre.  D’un regard Erik me fait comprendre qu’il va bien et qu’il va réussir à gérer.

-          Finalement vous avez prévu ça comment ? Parce que vous avez rien voulu nous dire, me dit Mark

-          A notre image. Très religieux pour le mariage, beaucoup moins pour le baptême, enfin plus interculturel on va dire, vu que Zayn est le parrain de notre fils.

-          Oui forcément, dit Erik, c’est bien que vous ayez pu choisir comment vous vouliez que la cérémonie se déroule.

-          Elle est comment la robe de ma femme ?, dis-je

-          Tu verras bien, mais elle est magnifique, tu vas adorer.

-          Vraiment ?

-          Oui, dit Mark, franchement c’est une vraie déesse dans sa robe.

-          J’ai hâte de voir ça, dis-je en souriant

-          Puis-je récupérer mon filleul ?, demande Agathe que je n’avais pas vu arriver, Amy ne devrait pas tarder, tu ne nous fait pas un arrêt cardiaque en la voyant hein ?

-          Promis, dis-je en donnant Noé à Agathe, mais elle est si impressionnante que ça dans sa tenue ?

-          Oui.

Agathe vient me rejoindre avec Noé dans ses bras. Le petit garçon est très sage, tant mieux. Ma fiancée est à l’aise avec les bébés, bien plus que moi, mais je comprends qu’on soit encore un peu jeunes pour en avoir un. Elle ne rentre qu’en première après tout. Encore deux ans avant l’université, et dans deux ans on pourra sûrement envisager que les choses s’accélèrent entre nous.

-          Arrête de la dévorer des yeux, me murmure Gemma à l’oreille, on dirait que tu vas lui sauter dessus

-          Désolé, dis-je à voix basse, mais elle est quand même très canon, et j’aime la voir avec un bébé dans les bras.

-          Hazza, n’y songe même pas, elle est encore au lycée ! Si tu la mets en cloque je te jure que je te fais la gueule jusqu’à la fin de mes jours.

Au moment où je vois passer les sœurs de Liam dans l’allée je vois le visage de mon ami littéralement se décomposer. Eleanor me serre un peu plus fort la main, c’est le moment, Amy va arriver. Erik qui, en l’absence de leur père, doit l’accompagner jusqu’à l’autel se dépêche de sortir de l’église et tout le monde en profite pour se lever. La mère de Liam essuie déjà quelques larmes et je peux la comprendre, je pense que ma mère fera de même le jour où j’épouserais la femme de ma vie : Eleanor. On ne sait rien de la cérémonie, les amoureux l’ont préparée tous les deux ensemble, sans rien dire à personne. Même leurs témoins ne savent rien du tout.

Lorsque la musique démarre et qu’Amy s’apprête à faire son entrée je vois Liam se mordre nerveusement la lèvre et se tourner vers l’entrée de l’église. Amy y fait son apparition, au bras de son frère, elle est vraiment superbe.

Wow. Je ne sais pas quoi dire ni même quoi penser. Elle est juste… wow. Sa robe la magnifie. Elle est déjà belle au naturel, mais là elle l’est encore plus.  Elle me sourit franchement, son  petit bouquet de roses rouges à la main et me regarde amoureusement. En passant à côté d’Agathe qui tient Noé dans ses bras elle sourit à son amie et embrasse notre fils sur le front puis elle continue à marcher dans ma direction. J’ai les larmes aux yeux. On va se marier quoi… Se marier… Vraiment. Enfin… Lorsqu’elle et son frère arrivent près de moi Erik place la main de sa sœur dans la mienne et dit à voix basse :

-          Prends soin d’elle encore plus qu’avant s’il-te-plaît.

Le ton de mon frère était étrange mais je n’ai pas le temps de m’interroger là-dessus puisque le prêtre nous invite à démarrer la cérémonie. On prend place sur les sièges qui nous sont réservés et Liam en profite pour me glisser à l’oreille :

-          Tu es belle ma princesse, je t’aime…

-          Je t’aime aussi, lui dis-je en murmurant

Coincé sur un des banc entre mes sœurs et Perrie j’essaye de me concentrer sur tout ce que le prêtre raconte. Les mariés ont choisi un court texte extrait de la Bible et c’est Liam lui-même qui se charge de la lecture. On sent l’émotion dans sa voix, et ses yeux sont très humides, signe qu’il est au bord des larmes. On sait tous ici à quel point il tient à Amy et à quel point ça a été dur pour lui lorsqu’il a dû l’épouser du jour au lendemain en décembre. Mais depuis ils sont de plus en plus unis, et leur fils a contribué en partie à les rapprocher encore. D’ailleurs mon filleul est étrangement calme comme s’il sentait la solennité de la cérémonie. Kate aussi est très calme, mais ça ne va pas durer, elle a tendance à être aussi hyperactive que son père, et ce n’est pas peu dire.

La cérémonie a été assez vite et vient déjà le moment des échanges de vœux. Là encore on ne sait pas du tout comment cela va se passer puisqu’à part Amy et Liam personne ne sait quoi que ce soit.  Le prêtre tend le micro à Liam et le jeune homme sort une feuille de la poche intérieure de son costume. Il regarde Amy, jette un coup d’œil vers nous tous rassemblés puis se lance :

-          Amy, aujourd’hui et devant Dieu je m’engage librement et je te prend comme épouse légitime pour te chérir jusqu’à ce que la mort nous sépare.

Il passe ensuite le micro à sa femme qui dit :

-          Liam, aujourd’hui et devant Dieu je m’engage librement et te prend comme époux légitime pour te chérir jusqu’à la fin de mes jours.

Ils se sourient et on voit tous à quel point ils s’aiment.

-          Liam et Amy vous pouvez vous embrasser, dit le prêtre en reprenant le micro, et vous tous qui êtes réunis ici je vous invite à les applaudir chaleureusement.

L’église éclate en applaudissements mais je m’en fous, seuls comptent pour moi les magnifiques yeux avec lesquels Amy me regarde, attendant que je l’embrasse. Je me rapproche doucement d’elle et nos lèvres se soudent rapidement. Le baiser s’intensifie énormément mais en restant très correct, et plus rien ne compte pour moi excepté ma femme. Je l’aime tellement. Et je viens de m’engager pour passer le restant de mes jours avec elle. Et je sais que j’ai pris la bonne décision, elle est la femme de ma vie. Après un très très long baiser nous séparons légèrement nos lèvres et elle me murmure :

-          On est liés pour la vie. Je t’aime.

-          Je t’aime aussi…

On va maintenant passer à la partie baptême de Noé. Ils ont voulu que les deux évènements se déroulent le même jour, comme ça ça fait une seule et même fête.  Zayn et Agathe sont invités à avancer avec Noé pendant que les mariés et leurs témoins respectifs signent le registre. Ils sont tellement mignons Liam et Amy. Tellement amoureux aussi.

Amy est la première  à avoir signé et elle se rapproche de nous et tend les bras pour prendre son fils.

-          Non non non, tu vas salir ta robe, on s’en occupe. Tu peux l’embrasser si tu veux, mais je le garde dans mes bras, dit Agathe

La jeune maman presse ses lèvres sur le front de son fils et je trouve ça adorable. Mais avant que la deuxième partie de la cérémonie ne commence il faut absolument que je demande quelque chose à Amy.

-          Amy est-ce que vous avez prévu pour cette partie de la cérémonie quelque chose de très…

-          Chrétien ?

-          Oui, dis-je un peu gêné

-          Non Zayn, ne t’inquiètes pas, on a prévu quelque chose de très interculturel pour ne pas te mettre mal à l’aise.

-          Oh vous êtes trop mignons…

-          Normal, c’ est ton filleul…

Et mon fils biologique aussi. Mais je ne dois pas trop penser à ça. Je suis le parrain de Noé, et uniquement cela pour lui.

Au moment où le prêtre se rapproche de la cuve remplie d’eau bénite pour procéder au baptême de Noé je vois Walihya, assise avec son copain dans le rang devant moi se lever précipitamment et se dépêcher de sortir de l’église. Soupçonnant quelque chose de bizarre je fais signe à Eleanor que je vais voir ce qu’il se passe. Je sors moi aussi de l’édifice et trouve Walihya dans la rue, adossée contre le mur d’enceinte de l’église, blanche comme un linge.

-          Ça va Wal’ ?

-          Oh Louis… Oui oui ça va t’inquiètes pas.

-          T’es sûre ? T’es toute blanche.

-          Merde.

Elle prend de longues inspirations et retrouve peu à peu des couleurs.

-          T’es sûre Wal’ ?

-          Oui oui Louis, je me suis juste sentie mal, je crois que je vais rester dehors la fin de la cérémonie, tu peux retourner dans l’église si tu veux.

-          Je te laisse pas toute seule, tu me sembles encore très faible.

-          C’est bon, dit Jeremy en arrivant derrière-moi, retourne à l’intérieur Louis, je m’en occupe

-          Ok.

Je laisse les amoureux ensemble et retourne dans l’Eglise. Zayn qui a bien évidemment vu sa sœur partir me lance un regard inquiet mais je lève discrètement le pouce pour lui signifier que tout va bien. Il semble rassurer et cela tombe bien puisque voilà venu le moment du baptême à proprement parler de Noé.

Mon fils est très sage dans les bras de sa marraine, mais il se met à hurler au moment où le prêtre lui verse de l’eau sur le crâne. C’était à prévoir. Liam me regarde en souriant, il est fier, on est fiers, fiers d’être parents d’une petite merveille comme lui. Nous les parents, puis son parrain et sa marraine sommes invités à verser nous aussi quelques gouttes du liquide béni sur le crâne de Noé.  Dès que Liam et moi l’avons fait mon mari entrelace discrètement ses doigts aux miens et me glisse à l’oreille :

-          C’est MON fils. Et il le sera toujours à mes yeux quoiqu’il arrive.

Je souris de l’entendre dire cela. Bien évidemment qu’il est le père de Noé. Même si ce n’est pas son sang qui coule dans les veines de notre fils, pour moi, et pour tout le monde c’est tout comme.

-          Bien, maintenant que Noé a reçu l’onction divine, il va pouvoir grandir dans la paix et dans l’amour du Dieu qu’il choisira, dit le prêtre, je vous propose de reprendre vos places, nous allons clore la cérémonie.

Je reviens à ma place en même temps que ma sœur et son copain, en me penchant vers Walihya je lui dis :

-          Ça va ma puce ?

-          Oui oui, ça va, j’ai juste eu un coup de chaud.

Perrie me lance un regard réprobateur, m’intimant de me taire et de me concentrer sur ce que dit le prêtre.

C’était une belle cérémonie et on voit encore que Liam et Amy sont très émus. Leurs familles aussi, et nous également d’ailleurs. Niall caresse doucement la paume de ma main du bout de son pouce et ça me fait sourire, il ezt si adorable.  Denise qui a remarqué le geste de mon blondinet me sourit et me fait un petit clin d’œil. J’ai discuté un peu avec elle avant le début de la cérémonie, elle m’a bien aidé il y a un mois et demi, je me sens beaucoup mieux dans ma peau, j’ai accepté les deux trois rondeurs qui marquent désormais mon corps et j’ai appris à m’assumer, notamment nue, et ça ça fait du bien à Niall. D’ailleurs notre vie sexuelle a complètement décollé depuis le mariage de Zayn, et c’est reparti comme avant la naissance de notre fille. Et on aime les risques il faut croire puisqu’on ne se protège toujours pas. Même si on le devrait. Ça fait quelques jours que je me le dis, il faudra que j’en touche deux mots à Niall ce soir. Il ne manquerait plus qu’on se retrouve avec un second bébé sur les bras.

Comme chant final on a choisi « Oh Happy Day », pour mettre un peu d’ambiance en espérant que nos amis acceptent de chanter en sortant de l’Eglise pour aller nous attendre sur le parvis. Lorsque la musique démarre je vois Harry lever la tête vers moi en rigolant, en effet je l’avais soulé lors d’un trajet en voiture l’autre jour avec cette chanson, sans lui dire pourquoi elle me tenait tant à cœur. Nos amis entonnent le chant en souriant et sont invités à se réunir sur les marches de l’église avant que je n’en sorte au bras de ma femme. On profite de ce très très très court moment d’intimité pour s’embrasser langoureusement. Après de longues secondes et en se décollant légèrement de moi elle me dit :

-          Je t’aime de tout mon cœur Liam, je t’aime de plus en plus chaque jour qui passe, tu me rends heureuse, tu me rends belle, tu me rends femme.

-          Tu étais déjà une femme bien avant de me rencontrer

-          C’est faux, j’étais encore une gamine un peu paumé qui vendait son corps pour de l’argent…

Je pose doucement mon index sur ses lèvres pour qu’elle se taise et je l’embrasse tout doucement sur le front.

-          Je t’aime Amy, c’est tout ce qui compte.

-          Oui.

Je lui vole un dernier baiser et on s’apprête à sortir de l’église.

On attend les mariés sur les marches de l’église, des confettis ont été distribués à tout le monde pour qu’on leur lance dessus comme il est de tradition à la sortie de l’église.  C’est Zayn qui a récupéré Noé, alors je tiens doucement la main de ma fiancée qui me regarde en souriant. On applaudit, siffle, crie et chante en l’honneur des mariés en leur lançant des confettis à leur sortie de l’église. Ils sont tellement mignons et amoureux. Et ils sont heureux surtout.

Je suis heureuse, je n’ai jamais été aussi heureuse je crois. Liam n’a pas lâché ma main, et il me regarde avec des yeux qui en disent long sur l’amour qu’il me porte. Rapidement mon frère vient me serrer très très fort dans ses bras et il me dit à voix basse :

-          Je suis content pour toi ma petite sœur chérie, Liam est vraiment l’homme parfait, et on voit à quel point tu l’aimes.

-          Merci frangin, tu verras, toi aussi un jour tu épouseras ton chéri

-          C’ezt pas prêt d’arriver, il n’est pas pour le mariage…

-          Dis ps ça, Liam et moi on n’était pas pour non plus, et aujourd’hui je suis aux anges de me marier avec lui…

Je serre très fort Liam dans mes bras et lui dis :

-          Bien joué mec, c’est toi qui l’as eue, et tu l’as tellement bien choisie…

-          N’importe quoi, toi t’as Perrie et tu sais aussi ce que j’en pense.

Il me fait un clin d’œil, je souris et laisse ma place à Niall qui vient également serrer notre ami dans ses bras.

-          Félicitations mec, c’était une superbe cérémonie.

Tout le monde passe de longues minutes à congratuler les mariés et ma sœur (Lottie) en profite pour me glisser à voix basse :

-          Il a mis la barre très haut, il va falloir que tu assures pour ton mariage avec Eleanor…

-          Mon quoi … ? Mais il n’est pas du tout prévu qu’on se marie.

Ma sœur me sourit, me fait un clin d’œil et s’éloigne en rigolant. Je ne comprends rien, qui lui a mis cette idée en tête ? Il n’est pas question pour l’instant que je me marie avec elle, même si je l’aime à en crever.

-          Bon, je vous propose qu’on se rende au château on y sera bien mieux pour faire la fête et discuter, dit soudain Liam, vous conaissez tous le chemin ?

S’en suit un brouhaha dans lequel tout le monde essaye de trouver et retrouver les personnes  qu’il doit ramener et où tout le monde échange des indications routières parfois très inexactes. Perola a récupéré notre fille et mon frère m’aide à plier la poussette pour qu’on puisse la mettre dans notre voiture, Zayn semble chercher quelqu’un des yeux et je l’interpelle pour en savoir plus :

-          Zayn ! Tu cherches qui ?

-          Wal’, tu l’as pas vue ?

-          Je suis là, dit Walihya en émergeant derrière son frère, désolé j’ai juste fait le tour de l’église avec Jérémy…

Zayn fusille le jeune homme du regard et je me désintéresse de la scène, de toute façon j’en ai longuement discuté avec mon ami, il a du mal à accepter Jérémy. Même s’il fait tout pour se faire accepter dans le clan Malik, c’est très très dur pour lui.

-          Bon Niall, on y va ou tu restes planté là ?, dit Perola en ouvrant sa portière

-          Oui ma puce désolé j’arrive. T’as attaché Kate ?

-          Non non… Evidemment que je l’ai attachée ! T’es con ou tu le fais exprès ?

Elle éclate de rire et je lui vole un baiser avant d’aller prendre ma place au volant

Mes sœurs ont aidé Amy à s’installer dans la voiture pendant que j’aidais Harry à fixer le siège de Noé dans la sienne. Lorsque je rejoins enfin ma femme dans la BMW blanche et que je m’installe au volant tout le monde est déjà parti. Avant de mettre le contact je lui dis :

-          Ça te fais quoi d’être mariée à moi pour la vie ?

-          C’est… génial !

Elle sourit et me vole un très doux et très long baiser.

-          Ils ont quoi Mark et Erik ?, dit-elle en me relâchant, ils n’avaient pas l’air d’aller bien.

-          Si si, ils étaient juste un peu stressés je pense, surtout Erik, c’était quand même le mariage de sa petite sœur…

Amy semble suspicieuse mais elle ne dit rien. Tant mieux. Je ne tiens pas à lui annoncer la mort de ses parents dès maintenant. Pourtant il le faudra. Et le pire c’est que je n’ai aucune idée de la manière dont elle va réagir.

Au château

On est les premiers à être arrivés après Mark et Erik, je n’ai pas beaucoup pu discuter avec ma petite-amie pendant le trajet puisque les jumelles ont insisté pour qu’on les transporte et j’ai cédé. Elles se courent après dans le parc du château en rigolant, même en grandissant elles restent mes petits sœurs chéries. Eleanor a entrelacé doucement ses doigts aux miens et engagé la discussion avec Mark.

-          …adoption ?

-          C’est tellement long, dit Mark, il se peut qu’on attende des années, mais on n’abandonnera pas.  On veut cet enfant… Et on l’aura !!!

-          C’est trop mignon, dis-je, et vous serez de bons parents.

-          On verra, dit Erik en venant rejoindre son copain, on verra bien à ce moment-là. Mark je peux te parler s’il-te-plaît ?

-          Oui bien sûr, désolé les amoureux, on peut vous laisser accueillir tout le monde ? Le cocktail se prendra sous la tonnelle dans le parc à l’arrière, on vous y rejoindra.

-          Filez, dit Eleanor, on gère, Daisy ! Phoebe ! Venez voir nous aider un peu…

On se gare dans la cour du château et je récupère ma fille à l’arrière de la voiture, elle s’est endormie donc je vais monter la coucher.

-          Je peux venir avec toi ?, me demande ma mère

-          Evidemment maman !

Je vole un baiser à la fiancée et me dépêche de monter avec ma mère et ma fille.

-          Vous avez réfléchi à votre mariage ?

-          Pas encore maman, dis-je, enfin si un peu, mais on va s’y mettre plus sérieusement maintenant.

-          Tu veux bien m’en parler un peu ?

-          Oui bien sûr. On a décidé que ça serait juste un peu avant Noël, si on le peut en Irlande, sinon ici.

-          Va falloir que vous vous décidiez vite si vous devez réserver, ici ça ne sera peut-être plus disponible.

-          Aucun risque maman, j’ai acheté le château, il est à moi, à moi et à Perola.

-          Hein ?

Je souris, couche ma petite puce dans son lit et me tourne vers ma mère pour lui expliquer.

Qu’est-ce que mon filleul peut crier fort ! Il est en train d’hurler dans mes bras, et je n’arrive pas à le calmer.

-          Je peux ?, me demande Gemma

-          Si tu veux.

Je lui confie Noé et elle part se promener dans le parc en le berçant doucement.

-          Oh oh, dit Harry en observant la scène, je crois qu’il est temps qu’elle se trouve un petit ami pour en faire un à elle… Faudra que je lui en parle.

-          Hazza, laisse-la vivre.

-          Mais c’est ma …

Je l’empêche de protester en collant mes lèvres aux siennes. Il se détend instantanément et se laisse aller à mon étreinte.

-          Berk, ne vous bécotez pas en public, lance Nicola en passant à côté de nous, c’est dégueulasse… Et Harry décolle-toi d’elle, elle va étouffer.

Harry éclate de rire et recule un peu pour me laisse respirer. On entrelace nos doigts et on se sourit. Plus le temps passe et plus on est amoureux. Et j’adore ce sentiment !! Je me sent tellement bien avec lui !

Ma sœur s’est encore éclipsée, mais sans son petit-copain cette fois-ci puisqu’il est là, avec moi et qu’il la cherche des yeux.

-          Qu’est-ce qu’elle a aujourd’hui ?, dit-il visiblement énervé

-          Aucune idée.

-          Elle est peut-être tout simplement indisposée, dit Perrie en nous regardant d’un air complètement désolé, ça arrive à toutes les filles une fois par mois.

Jérémy hausse les épaules et s’éloigne avec mes parents qui l’ont invité à venir discuter un peu avec eux et je chuchote à l’oreille de ma femme :

-          Toi ça ne va plus t’arriver pendant un moment.

Elle rigole et me répond :

-          Ça sera pire…

-          Qu’est-ce qui sera pire ?, demande Safaa en nous rejoignant

-          Rien ma puce. Rien du tout.

-          Mais ! On me dit jamais rien à moi !, râle ma petite sœur

Je l’empêche d’en dire plus en la prenant dans mes bras et en chahutant avec elle sous les yeux amusés de Perrie.

Niall est redescendu avec sa mère et est en grande conversation avec Gemma, la sœur d’Harry. Greg et Denise discutent quant à eux avec Lottie et moi je surveille l’entrée du château puisqu’on attend toujours les amoureux. Louis et Eleanor se sont éloignés un peu de la foule et s’embrassent doucement. Ils réapprennent à cohabiter et à s’aimer en essayant d’oublier les rancœurs passées, et je trouve ça trop mignon. Mark et Erik débarquent dans le parc en souriant, et main dans la main, et ils se rapprochent de moi et me disent :

-          Ta fille est vraiment un ange

-          Comment ça ?

-          Bah elle s’était réveillée et elle babillait dans son lit mais sans hurler ou quoi que ce soit alors on lui a chanté une berceuse, elle a fermé ses petits yeux et s’est rendormie, dit Erik en souriant

Mark regarde son petit ami en souriant, ému aux larmes, ils veulent vraiment avoir un enfant ça se voit.

On arrive enfin au château, Amy a passé la moitié du trajet à essuyer les larmes de joie qui coulaient sur ses joues. Je n’ose même pas imaginer le moment où il va me falloir lui annoncer la terrible nouvelle. 

-          Liam ?, dit-elle avant qu’on sorte de la voiture

-          Oui ma puce ?

-          Je t’aime. Ça fait un an jour pour jour qu’on est ensemble et chaque jour mon amour pour toi se renforce, je n’imagine pas passer ma vie avec quelqu’un d’autre que toi.

-          Et on va fonder une belle famille.

-          C’est déjà en partie fait. Mais j’espère qu’on l’agrandira bientôt.

-          J’espère aussi mon cœur. On y va ?

-          Oui, allons rejoindre nos invités !!!

Elle m’embrasse langoureusement et on sort de la voiture sous les hourras de nos invités qui nous attendent déjà dans le parc.

Walihya a rejoint discrètement tout le monde et Zayn semble très inquiet pour elle. Mais je n’ai pas l’occasion de le rassurer que Liam et Amy font leur entrée dans le parc. Ils sont rayonnants de bonheur et ça fait du bien de voir ça. Gemma s’approche d’eux avec Noé dans ses bras et Liam récupère son fils qu’Amy embrasse doucement sur le front.

-          S’il vous plaît, lance soudain Zayn, je voudrais faire un petit discours en l’honneur des jeunes mariés…

Il fait un clin d’œil à Liam et monte sur le perron pour surplomber un peu tout le monde.

Mais qu’est-ce qu’il va bien pouvoir dire ? Liam serre ma main un peu plus fort et on se tourne vers Zayn qui attend le silence pour commencer son discours.

-          Bon alors voilà, je sais que normalement c’est les témoins qui sont censés faire des discours mais je me suis dit qu’en tant que parrain de Noé je pourrais moi aussi en faire un petit.

Mon mari l’encourage d’un petit signe de tête et Zayn dit :

-          Je suis très heureux d’être là pour commencer, Liam t’es très beau dans ton costume et Amy tu es… époustouflante dans ta robe, je pense qu’on sera tous d’accord là-dessus.

Elle est même bien plus que ça, mais je ne dois pas trop y penser, c’est mal.

-          Aujourd’hui y’a un an jour pour jour que vous êtes ensemble, un an jour pour jour que tu as donné sa chance à Liam Amy, et j’espère que tu ne le regrettes pas. Ça fait aussi un an jour pour jour que tu m’as cassé le bras et les côtes Liam, et la moitié d’entre nous ici à peu près savent pourquoi… Les autres n’essayez pas de me corrompre je ne dirais rien.

Mais qu’est-ce qui lui prend de remettre ça sur le tapis ? Pourquoi maintenant ? Est-ce qu’il a perdu l’esprit ? Je me tourne vers Liam qui se mord nerveusement la lèvre. Son fils commence à s’agiter dans ses bras et c’est une occasion pour le jeune papa de s’éloigner de ce discours épineux. Amy se retrouve donc seule à écouter les paroles de Zayn, seule entourée de nous tous.

-          Bref je voulais juste dire que tout s’est chamboulé en un an dans nos vies à tous mais que je vous souhaite d’avoir des années bien plus calmes devant vous à l’avenir avec votre fils, et je vous souhaite aussi d’agrandir la famille, mais dans d’autres circonstances que la manière dont vous avez eu Noé.

Il sourit, descend du perron et vient serrer Amy dans ses bras. Ils échangent quelques mots à voix basse avant d’éclater de rire tous les deux et de déclencher les applaudissements de toute l’assemblée. Liam a confié son fils à Karen et vient lui aussi serrer le jeune homme dans ses bras. A distance Perrie regarde fièrement son mari, et baisse tout doucement les yeux vers son ventre. Se pourrait-il que… ? C’est fort possible, elle devait avoir les résultats de ses tests sanguins aujourd’hui ou demain. Il faudra que je pense à lui demander ce soir ce qu’il en est.

-          Quand est-ce qu’on mange ?, demande Daisy à Eleanor, je commence à avoir faim

-          Bientôt je crois ma puce, répond ma petite amie en souriant

-          C’est cool que tu sois de nouveau avec mon frère. Vous êtes troooooooooooooooop mignons ensemble.

J’éclate de rire et Liam dit à tout le monde :

-          On va passer à table maintenant ! Les petits-fours nous attendent !!!

 

 

Alors ? Qu'en avez vous pensé ? A vos commentaires !!!

 

Sinon j'ai une autre bonne nouvelle :ma fiction "Amnésie" va être publiée sous forme de livre (avec quelques modifications vous verrez ^^). Je vous tiendrais au courant plus tard de l'évolution de tout ça !!! 

Posté par groovehigh à 17:15 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

21 mai 2014

Chapitre 10 : Une jolie petite famille

Coucou ! Voilà le 10e chapitre de "Et après... ?", c'est encore un chapitre Ziam, mais vous y verrez et entendrez aussi parler des autres. Par contre, comme pour ma précédente publication, je ne mets pas de questions à la fin du chapitre, vous saurez quoi commenter (pour ceux qui se donnent la peine de commenter) ;)

Chapitre 10 : Une jolie petite famille

10 juin 2021, 8h du matin

Voiture de Ziam

-          Mais papa où on va ?, demande Lena

-          Tu verras ma puce c’est une surprise, répond Zayn en souriant

Je ne dis rien mais moi aussi j’aimerai savoir pourquoi Zayn nous a fait nous lever à une heure aussi matinale sans nous dire où nous allions.  En plus il nous a fait prendre des affaires pour une nuit, j’en déduis donc qu’on ne dormira pas chez nous ce soir.

-          Mon cœur, dis-je en me tournant vers mon fiancé, tu ne veux vraiment pas nous dire où tu nous emmènes ?

-          Liam, laisse-moi te faire la surprise, elle n’en sera que meilleure. On arrive dans dix minutes.

Dans dix minutes ? On est en proche banlieue de Londres donc on ne sortira pas de l’agglomération. Mais on se dirige vers des petits quartiers pavillonnaires très très très cossus. Je ne comprends pas. Il n’y a rien dans le coin à part de très grandes et très belles maisons.  Lena semble complètement émerveillée du quartier dans lequel nous venons d’entrer et pour cause les terrains sont immenses et les villas qui s’y trouvent très cossues.

-          Et voilà on est arrivés ! dit Zayn en se garant près de la plus belle des maisons du quartier

Je me dépêche de sortir de la voiture pour éviter que Liam aie le temps de me poser des questions, vais à l’arrière récupérer ma fille et la prendre dans mes bras.

-          Zayn qu’est-ce que… commence mon fiancé avant que je ne le coupe

-          Fais-moi confiance. Le jeu en vaut la chandelle. Crois-moi.

Je lui vole un rapide baiser et me dirige vers la maison devant laquelle nous sommes garés. Elle est tout au bout du lotissement, et le terrain de la propriété est immense. Je sors mon trousseau de clé et déverrouille la porte d’entrée. Je pose ma fille par terre et entrelace mes doigts à ceux de l’homme de ma vie.  On franchit le seuil et je peux lire de l’émerveillement dans ses yeux. Il est vrai que la maison est magnifique. L’entrée donne sur un immense salon ouvert, à gauche une porte mène dans une grande cuisine, à droite une porte descend à la cave et à côté des escaliers mènent aux étages supérieurs.

-          Zayn est-ce que… ?, demande Liam en se tournant vers moi

-          Est-ce que c’est chez nous ? Oui mon amour, c’est notre maison.

tumblr_mqclqsvNGU1rlp610o1_500

-          Mais comment…

-          Profites, on parlera du comment après.

Il m’embrasse assez langoureusement avant que nous nous rendions tous les deux compte que Lena a filé.

-          Lena ?, dis-je, tu es où ma puce ?

Elle dévale les escaliers en courant et nous dit :

-          Elle est trop chouette la maison ! Et les chambres en haut elles sont troooooop bien ! C’est à qui la maison ?

-          A nous ma puce. C’est notre nouvelle maison…

-          OUAAAAAAAAAAAAAIIIIIIIIIIIIIISSSSSSSSSSSS !!!

Elle saute de joie dans tout le salon, ça fait vraiment plaisir à voir.

-          Ma puce ?, dis-je doucement, je t’ai préparé une petite surprise dans le jardin, tu viens voir ?

-          Oui chouette !

Je fais signe à Liam de nous accompagner et me dirige vers la baie vitrée du salon. Je l’ouvre et on sort dans l’immense jardin.

Le jardin est vraiment grand, et au fond je distingue une silhouette qui me semble bien familière. Non ? Il n’a quand même pas… ?

full-1849851494

-          UN PONEEEEEEEEEEEEEYYYYYYYYY !!!

Lena hurle de joie et court en direction de l’enclos qui se trouve au fond du jardin.

-          Tu lui as acheté un poney ?, dis-je en souriant à Zayn

-          Et pas qu’un poney, elle qui est passionnée par les animaux elle va adorer. Viens…

Il me prend la main et m’entraîne jusqu’à l’enclos où notre fille s’émerveille devant son poney.

-          Comment il s’appelle ?, demande-t-elle

-          Il n’a pas encore de nom, dit Zayn, ça sera à toi de lui en choisir un. Mais avant ça j’ai d’autres animaux à te présenter.

Sans lâcher ma main il nous entraîne à l’arrière de l’enclos du poney. Dans un plus petit espace une petite chèvre, une poule et un coq marchent et semblent découvrir leur environnement.

-          Trooooop bien !, s’écrie Lena

-          C’est génial, dis-je à Zayn

Il me sourit et dit à notre fille :

-          Le coq il s’appelle Hubert, la poule elle s’appelle Géraldine, et la chèvre Daisy.

-          Merci papa !!!

Elle lui saute au cou et ils se font un très très gros câlin.

-          Tu viens voir ta chambre maintenant ?, dit Zayn, y’a encore une surprise pour toi… Enfin deux même…

-          Trop bien j’adore les surprises.

Elle s’élance en direction de la maison et je dis :

-          Encore des animaux ?

-          Oui, dit Zayn en rougissant légèrement, un lapin et un poisson rouge.

-          BON VOUS VENEZ ?, nous crie Lena depuis la maison

-          On arrive ! lance Zayn avant de m’embrasser furtivement dans le cou

On se dépêche de filer vers la maison et je reprends la main de Lena. On monte à l’étage et je dis :

-          Ma puce, toi ta chambre elle est encore plus haut.

-          Encore plus haut ? Mais… Y’a pas d’escaliers pour monter plus haut…

Elle semble complètement désemparée et je souris de la surprise. J’appuie sur un bouton situé dans le mur et des pans de mur s’avancent, formant des escaliers. Les yeux de ma fille brillent et ceux de Liam aussi. En souriant je glisse à l’oreille de mon fiancé :

-          C’est une des particularités qui m’a fait choisir la maison-là plutôt qu’une autre. Elle paraît simple comme ça, mais en fait elle est super moderne et fonctionnelle.

Puis je me tourne vers ma fille et dis :

-          On monte ?

-          Oui !

-          Alors grimpe, on te suit…

Elle monte les marches et on la suit jusqu’au palier supérieur. L’espace immense servira de salle de jeux pour notre fille, et, à gauche, une porte mène à sa chambre et à sa salle de bain rien que pour elle.

-          Papa Zayn ?, dit-elle en se tournant vers moi, c’est un vrai poisson dans l’aquarium là-bas ?

-          Oui ma puce, c’est ton poisson rouge.

-          Oh trop chouette !!

Elle s’approche de l’aquarium et regarde son poisson qui nage dedans. Liam passe son bras autour de ma taille et me sourit en chuchotant :

-          T’es vraiment un père parfait pour elle.

-          Tu l’es aussi mon amour, dis-je

-          Elle est où ma chambre ?, demande Lena en interrompant ce moment de tendresse

-          Juste là ma puce, dis-je en désignant la porte

Elle se précipite dedans et nous l’entendons s’écrier :

-          Waaaaaah c’est trop beau !!! Papa Liam j’ai même un lapin !!!!

Liam va en souriant rejoindre sa fille et je les laisse profiter de ces quelques secondes de complicité à observer le lapin avant d’entrer à mon tour dans la chambre et de dire :

-          Tu peux l’appeler comme tu veux, il n’a pas encore de nom…

-          Chocolat ! Je veux l’appeler Chocolat !, s’exclame notre fille, parce qu’il est tout brun comme le chocolat !

-          D’accord, dit Liam en souriant, on l’appellera chocolat alors. Et le poisson rouge ?

-          Je peux aussi choisir son nom ?, dit Lena en me regardant avec ses grands yeux innocents

-          Oui ma puce, dis-je

-          Je voudrais l’appeler Bulle…

-          D’accord, dit Liam, Chocolat le lapin et Bulle le poisson rouge.

-          Lena ma puce ?, dis-je, je te laisse ici tu peux regarder ton lapin et ton poisson rouge et sinon y’a déjà quelques jeux dans ton placard, moi je vais regarder le reste de la maison avec Papa Liam d’accord ?

-          Oui papa.

Elle nous fait à chacun un gros bisou sur la joue et on la laisse découvrir son univers.

On est redescendus à l’étage inférieur et Zayn m’entraîne vers une immense chambre que l’on devine derrière une porte entrouverte.

-          Ça c’est notre univers, dit-il

La chambre est immense et donne sur un grand balcon avec vue sur le jardin, à gauche, derrière une porte coulissante une immense salle de bain avec jacuzzi, baignoire ET douche, bref le grand luxe. En revenant dans la chambre j’observe le lit, c’est un lit immense et qui a l’air confortable au possible. J’enlève mes baskets, m’allonge dessus, et Zayn fait de même avant de me rejoindre. Je commence par l’embrasser de manière très très langoureuse puis on discute.

-          La maison est magnifique Zayn, je n’aurais pas rêvé mieux !

-          Vraiment ?

-          Oui vraiment… Mais, pourquoi t’as fait ça en secret ?

-          Je voulais vous faire la surprise à toi et à Lena. Je voulais vous impressionner.

-          C’est réussi. Elle est géniale la maison. Vraiment.

-          Et t’as encore pas tout vu.

-          Il est à combien le loyer ?

-          Le loyer ?

Il éclate de rire et peine à se calmer.

-          Liam, y’a pas de loyer, la maison est à nous. A nous, pour toujours…

-          Attends, on est… ?

-          Oui on est propriétaires.

-          Non ? Sérieusement ?

-          Oui sérieusement. On a maintenant une belle maison pour loger notre famille.

Il me sourit et presse ses lèvres contre les miennes. Je savais que ça lui ferait plaisir. Mais il s’arrête net, s’écarte de moi, et tenant mon visage dans ses mains me regarde dans les yeux en disant :

-          Avec quel argent ? J’ai fait les comptes hier et il n’y a aucun mouvement sur notre compte commun.

-          Tu te souviens l’argent que j’ai touché de l’héritage de mon grand-père et que j’ai placé sur un compte en disant que je le réserverai à un grand projet ?

-          Ouais

-          Bah voilà. J’ai payé toute la maison d’un coup, on n’a pas de dettes, pas de crédit à rembourser.

-          Attend Zayn, c’est impossible, vu le standing de la maison y’avait pas assez.

-          Disons aussi que le livret d’épargne dont j’avais complètement zappé l’existence y est passé aussi. Mais laissons tomber les questions matérielles, profites juste de la maison que je t’offre. D’ailleurs, viens avec moi, j’ai encore un endroit à te montrer. Même plusieurs mais y’en a un qui compte beaucoup à mes yeux.

Je prends sa main et l’entraîne jusqu’à la pièce en face de notre chambre. J’ouvre la porte avec un peu d’appréhension et laisse Liam entrer dans la pièce. C’est en fait une chambre d’enfant, et j’espère qu’il comprendra le message que je veux lui faire passer.

Une chambre d’enfant. La pièce qu’il tenait tant à me montrer est une chambre d’enfant. Il y a dedans un petit lit, et un lit d’enfant, le papier peint au mur représente des clowns. Zayn prend timidement ma main et je me tourne vers lui :

-          Zayn ? Qu’est-ce que tu me caches ?

-          Je te cache rien, je voudrais… éventuellement… qu’après notre mariage on songe à… agrandir la famille.

-          Pourquoi tu rougis en me disant ça ? C’est normal et humain, et je le veux aussi.

-          Vraiment ?

-          Oui. Et cette fois-ci je voudrais qu’on essaye d’adopter un petit bébé.

-          Wow, tu t’en sens capable ?

-          On aura un certain temps pour s’y préparer. Mais il faudra qu’on demande son avis à Lily avant, elle a son mot à dire aussi à propos de notre famille.

-          Oui. On a le temps de toute façon, je voudrais d’abord qu’on se concentre sur le mariage.

-          Oui.

On s’embrasse doucement et on termine d’explorer l’étage. Il y a un bureau, qui peut aussi servir d’atelier ou de studio puisqu’il y a un immense piano auquel Zayn s’installe de suite. Il pose ses mains sur les touches et se met à jouer une douce mélodie.

zaynchezjonnie

Je m’appuie contre le bord de la porte et le regarde faire. Il est heureux. S’éloigner de la musique lui a fait du mal. Et en quelques secondes il a renoué avec tout ce qu’il aime. Lena est descendue de sa chambre en entendant les premières notes mais elle n’ose pas trop s’avancer. Je la prends dans mes bras et on observe Zayn qui finit de jouer la mélodie. Dès que les touches du piano se sont tues Lena éclate de rire et applaudit chaleureusement son papa.

-          Bravo Zayn, j’avais oublié à quel point tu jouais bien, dis-je

Je me rapproche de lui avec Lena dans mes bras et on se fait un câlin tous les trois.

Deux heures et demies plus tard.

Cuisine

-          Oui maman il a adoré…

-          Et Lena ?

-          Lena aussi a doré, surtout les animaux, elle qui adore les animaux elle est gâtée.

-          Les animaux ?

-          Un poney, une chèvre, une poule, un coq, un lapin et un poisson rouge.

-          Tout ça ?

-          Rien n’est trop beau pour notre princesse

-          Je comprends. Tu me montreras des photos hein ?

-          De la maison ou des animaux ?

-          Les deux !

Je rigole et réponds :

-          Oui évidemment. De toute façon c’est toujours okay pour que tu gardes Lena demain après-midi ?

-          Oui oui.

-          Bah elle te racontera elle-même alors.

-          Oui. Bon, faut que je te laisse, tes sœurs viennent d’arriver pour le repas.

-          D’accord maman, à demain.

Je raccroche et range mon téléphone sous les yeux rieurs de Liam.

-          Tu ne lui avais pas dit pour les animaux ?

-           Non, je n’avais rien dit à personne en fait. Je voulais que ça reste une surprise.

-          PAPAA ZAYN ! dit Lena en m’appelant depuis le jardin, J’AI TROUVE UN NOM POUR MON PONEY !!

-          Viens ici ma puce, on va en parler ensemble.

Notre fille débarque pieds nus dans la cuisine quelques secondes plus tard.

-          Lena, elles sont où tes chaussures ?, dis-je

-          Je les ai laissées sur le bord de la terrasse parce que y’avait de la terre dessus.

-          C’est bien, dis-je, alors comment tu vas le nommer ton poney ?

-          Arnold !!

-          Si tu veux, dit Zayn, c’est mignon.  

Il soulève notre fille et l’assoit au bord de la table.

-          Ma puce, tu te souviens que demain tu vas chez mamie Patricia ?

-          Oui papa.

-          Tu seras sage hein ma puce ?

-          Oui

Elle nous fait un immense sourire et on sait par avance qu’elle sera infernale, comme à chaque fois qu’on la laisse chez quelqu’un.

-          Lena je ne rigole pas, reprend Zayn, il faudra que tu sois très sage.

-          Oui papa… Mais… Pourquoi je dois aller chez Mamie ?

-          Parce que Papa Liam et moi on doit aller travailler.

-          Vous allez faire quoi ?

-          On va poser pour des photos.

-          Ah d’accord.

Elle est trop mignonne. Zayn va avec elle nourrir tous ses animaux pendant que je termine de cuisiner un simple plat de pâtes. Demain on va bosser, on a un shooting photo un peu particulier, et pour cause : c’est avec la femme de Niall que nous allons poser. C’est elle qui nous as demandé, elle est restée très vague sur le shooting en lui-même et la marque pour laquelle on l’effectuerait. Mais Niall nous avait suppliés et on avait bien évidemment accepté.

Salon, 17h30

Lena s’est endormie dans les bras de mon fiancé. En même temps la journée a été épuisante pour elle, elle a sauté partout à découvrir la maison. Maintenant on est posés devant l’immense écran plat du salon, et elle dort. Liam la berce doucement en lui murmurant une berceuse. Il adore faire ça. Il reste une partie de la maison que je ne lui ai pas fait découvrir, mais je l’y emmènerai ce soir, quand notre fille sera au lit.

-          T’as réussi à en savoir plus sur le shooting de demain ?, me demande Liam

-          Non, Niall ne veut rien dire. Mais bon des shootings on en a déjà fait des tas, y’a pas de raison que ça se passe mal.

-          Je sais pas, reprend mon fiancé, j’ai l’impression qu’il nous cache un truc.

-          On verra ça demain.

Ça sonne à la porte et je bondis du canapé pour aller ouvrir. Ça doit être le livreur des pizzas qu’on a commandé pour ce soir.  Je lui ouvre, récupère les pizzas, le paye grassement et referme la porte. Lena s’est réveillée et fais un gros câlin à Liam.

-          Allez on mange, dis-je, et après au lit, demain il faudra se lever tôt.

-          Mais je suis pas fatiguée, tente de protester Lena

-          Si ma puce, tu es fatiguée, tu t’es endormie dans mes bras, et tu verras que tu vas bien dormir dans ta nouvelle chambre, dit Liam, mais d’abord on mange nos pizzas.

-          Je pourrais aller faire un câlin à Arnold avant d’aller au lit ?, demande notre fille

-          Oui, évidemment, dis-je, mais tu sais il dormira peut-être déjà…

21h25, palier du 1er étage

Je redescends de l’étage de notre fille, elle vient de s’endormir. Zayn m’attends, assis sur notre lit, en train de pianoter sur son téléphone.

-          Mon cœur ?, me dit-il, faut que je te parle du sous-sol encore…

-          Du sous-sol ? Qu’est-ce qu’il a le sous-sol ? C’est un repère d’agents secrets ? Une base spatiale ?

-          Ça m’aurait bien plu mais non, par contre, y’a deux sous-sols…

-          Comment ça ?

-          Mets-toi assis, je vais t’expliquer.

Je m’assois au bord du lit avec lui et il me dit :

-          Le premier sous-sol c’est un garage tout ce qu’il y a de plus banal. Et y’a encore un étage en-dessous qui fait une grande salle de sport.

-          Salle de sport ?

-          Avec les derniers appareils de musculation et de fitness qui sont sorti, de quoi entretenir nos corps d’athlètes. Et on a un bassin de natation de 25m aussi.

-          Non ? Tu me fais une blague là ?

-          Non non, je te jure que c’est vrai. Tu veux aller voir ?

-          On ira voir demain. Par contre y’a quelque chose que j’aimerais ce soir.

-          Ah oui ? Quoi ?

-          Que tu me joues un morceau au piano, t’avais l’air tellement heureux tout à l’heure.

-          Viens.

Il prend ma main et m’entraîne presque en courant jusqu’au bureau-studio-atelier. Il s’installe au piano et je ferme la porte pour atténuer les bruits et ne pas réveiller Lena qui dort.

Je m’installe au piano, Liam tire un tabouret et s’installe non loin de moi. Je pose doucement mes doigts sur les touches et commence à jouer Somewhere Only We Know. Liam reconnaît immédiatement la mélodie et je vois ses yeux s’humidifier au fur et à mesure de la chanson. A la dernière note je le regarde et dis :

-          Tu te souviens ?

-          Comment je pourrais ne pas m’en souvenir ? C’est la première chanson d’amour que tu m’as chantée. Après notre première nuit ensemble. Je m’en souviendrais toute ma vie, c’était un moment magique, j’étais un homme comblé ce soir-là…

-          Je sais. Je l’étais aussi.

-          Tu  ne l’es plus hein ? Je t’ai arraché à la musique, je m’en veux, je vois bien que ça te manque.

-          Hein ? Mais qu’est-ce que tu racontes Liam ?  Rapproche-toi…

Il se rapproche de moi et je commence par doucement caresser ses lèvres avec les miennes. Je dis ensuite :

-          La musique m’a fait vivre de belles années et m’a fait te rencontrer. Maintenant on a arrêté, alors oui ça me manque un petit peu mais maintenant je t’ai toi, Lena, et un jour on agrandira notre famille. Et c’est sur ça que je veux me concentrer.

-          Vraiment ?

-          Vraiment. Toi, Lena, notre famille. C’est tout ce qui compte. Et puis si y’a un piano ici c’est pas pour rien, ça me permettra de décompresser de temps en temps.

-          Oui. Mais t’es sûr que tu ne voudrais pas te remettre à écrire et à composer ?

-          C’est déjà fait Liam.

-          Oh. Tu écris ?

-          Depuis quelques semaines oui.

-          Tu voudras bien me montrer ?

-          Je me sens pas encore prêt.

-          D’accord. Tu me montreras quand tu seras prêt alors mon amour…

-          Merci Liam. On va au lit ? On a une longue journée demain.

-          Oui.

On se dirige vers notre chambre et on se glisse sous la couette en caleçon.

-          J’emmène Lena chez ma mère tôt demain matin, je te laisse dormir ?, me demande Zayn

-          Tu ne veux pas que je vienne avec toi ?

-          J’en ai pour deux heures et demie aller-retour ça va aller. Enfin si tu veux venir tu peux mais je pense que tu devrais dormir un peu.

-          Ok. Ça me fera du bien de dormir. Mais le soir c’est moi qui conduis pour aller la récupérer.

-          D’accord. 

Le lendemain matin

Chambre parentale

J’essaye de m’habiller en silence, je vais déposer Lena chez ma mère et je viendrais chercher Liam pour notre shooting de l’après-midi. J’entends des petits pas dans le couloir et j’ouvre la porte à ma fille pendant que je finis de boutonner ma chemise. Je lui fais signe de ne pas faire de bruit alors elle monte sur le lit et me regarde faire en silence.

full-mackenzie-foy-2126833639

-          Quelle heure il est ?, dit Liam d’une voix ensommeillée

-          Huit heures dix, dit Lily en regardant le réveil sur ma table de nuit, tu ne te lèves pas Papa ?

-          Non, dis-je, Papa Liam va dormir encore un peu,  et moi je t’emmène chez Mamie.

-          Ah d’accord, dit Lily en souriant

Liam et Lily se font un gros câlin dans le lit puis je prends ma fille par la main et l’emmène déjeuner dans la cuisine. Avant de descendre j’embrasse mon fiancé sur le front et lui dis :

-          Dors encore un peu, je reviens vite.

Il referme les yeux et à la manière dont il se retourne dans le lit je comprends qu’il va vite se rendormir.

1h45 plus tard

Cuisine

Je sirote mon café en observant les animaux au fond du jardin. La maison est parfaite, et Zayn nous as vraiment fait une belle surprise.  Mon portable, posé sur le buffet de la cuisine se met alors à sonner. Je m’en empare et réponds à ma mère qui me téléphone.

-          Allô maman ?

-          Coucou ! ça va ?

-          Oui très bien et toi ?

-          Super. Quoi de neuf ?

-          Zayn nous as acheté une maison, j’y suis là, elle est vraiment trop bien.

-          Oh. Où ça ?

-          Banlieue Sud de Londres, dans un quartier bourgeois. C’est une véritable villa de malade. Deux étages en plus du rez-de-chaussée, et double sous-sol avec piscine et salle de sport.  Et un immense jardin avec des animaux.

-          Des animaux ?

-          Lena est passionnée par les animaux depuis quelques mois alors Zayn lui a acheté un poney, une chèvre, une poule, un coq, et on a aussi un lapin et un poisson rouge.

-          Et bah dis-donc, ça fait beaucoup tout ça !

-          Oui mais tu la verrais, elle a les yeux qui brillent, elle adore sa nouvelle maison !  Et elle est dingue d’Arnold.

-          Arnold ?

-          Son poney.

-          Ah d’accord. Vous faîtes quoi aujourd’hui ?

-          On a un shooting photo avec Eva, la femme de Niall, du coup Zayn est parti déposer Lena chez sa mère, là je l’attends il ne devrait plus trop tarder.

-          Un shooting pour quoi ?

-          Aucune idée. Ni Eva ni Niall n’ont rien voulu nous dire. On verra cet après-midi.

-          Oui. Et puis ça vous permettra de voir Niall.

-          Exactement. Pour une fois qu’il passe et s’arrête en Angleterre.  

-          Et Louis et Harry ? T’as des nouvelles ?

-          Louis est très très pris par son boulot, il a entraînement tous les jours, son coach lui a dit que si sa saison était bonne il pouvait espérer être intégré à l’équipe nationale. Il a vraiment du talent.

-          Et Harry ?

-          Aucune idée, il va bien je pense. J’espère.

-          D’accord. Bon je vais te laisser, ton père vient de se lever et il faut que je lui fasse son café.

-          Oui maman. Bonne journée, gros bisous.

-          Merci à toi aussi.

Je raccroche en souriant, ma mère s’inquiète toujours pour tout et tout le monde. C’est mignon. Je mets ma tasse dans l’évier et me décide à aller voir cette fameuse salle de sport dont zayn m’a parlé hier. Je suis toujours en caleçon mais il ne fait pas froid au sous-sol. Je descends, passe le garage et descends encore. J’allume les néons et découvre la fameuse salle de sport. Effectivement elle est très moderne et fonctionnelle. Mais ce qui m’attire c’est le bassin de natation. Je me débarrasse de mon caleçon et pique une tête. L’eau est fraîche mais ça fait du bien. Je me met alors à faire quelques longueurs rafraîchissantes et agréables.

40 minutes plus tard

Entrée de la maison

-          C’est moi ! Je suis rentré !

Pas de réponse, mon fiancé doit encore dormir comme un bébé.  Je pose ma veste et monte jusqu’à la chambre, mais elle est vide.

-          Liam ?

Pas de réponse. C’est bizarre. Je descends dans la cuisine et m’aperçois qu’une tasse est dans l’évier. Il s’est donc levé. Mais où peut-il bien être ?  Pas avec Arnold visiblement d’après ce que je vois dans la baie vitrée. Ah je sais ! Il doit être en bas. Je descends, il n’est pas au garage alors je pousse jusqu’à l’étage inférieur et je le trouve en train de nager dans la piscine.  Je m’approche du bord et il s’arrête à la fin de sa longueur en s’accrochant au bord du bassin et me regarde.

-          Ça va ?, me dit-il, ça fait longtemps que t’es rentré ?

-          Non pas trop. Mais je te cherchais. 

-          Désolé, j’ai profité d’être levé pour faire quelques longueurs.

-          Pas de problème, tu comptes sortir ?

-          Encore deux longueurs et j’aurais fait un kilomètre, après je sors.

-          D’accord. Tu veux que j’aille te chercher une serviette ?

-          Oui je veux bien.

Je fais mes deux dernières longueurs et Zayn m’attend avec une serviette bien moelleuse dans laquelle je m’enroule en sortant de l’eau. Zayn en profite pour me prendre dans ses bras et m’embrasser langoureusement pendant de longues minutes.

-          On a rendez-vous à treize heures trente, donc on a une heure à tuer avant de manger et de filer, me dit-il en me relâchant

-          J’aimerais bien t’entendre encore au piano, tu sais à quel point ça me fait craquer.

-          Y’a une guitare aussi, on peut se faire des duos.

-          Je ne sais pas si je saurais encore en jouer.

-          Mais bien sûr que si ! ça ne se perd pas ça !

-          Je veux bien essayer. Mais je peux m’habiller d’abord ?

-          Oui, je t’aime bien nu mais c’est pas très raisonnable.

-          Exactement.

Une heure 15 plus tard

Bureau-studio

Les réflexes sont revenus très vite et je fredonne en jouant un morceau à la guitare.

imagine__105__liam_payne___11__by_mortalinstruments1-d5kxez0

Et je me sens bien. Je me sens bien de renouer avec la musique. Zayn m’accompagne au piano en souriant. Je crois qu’il savait ce qu’il faisait en me forçant à jouer.  A la fin de la chanson il éclate de rire et me dit :

-          Ça fait du bien hein ?

-          Ouais. Mais on a bien fait d’arrêter quand on a arrêté.

-          Exactement. Mais on n’était peut-être pas obligés de tout couper d’un coup comme ça.

-          C’était mieux Zayn, ça nous as permis de nous construire une vie. On y reviendra de toute façon. Mais on avait besoin de cette coupure.

-          Sûrement.

Il hausse les épaules, vient m’embrasser et on descend préparer à manger pour midi.

On fait la cuisine à deux, on adore faire ça ensemble. Par contre ce n’est pas très varié, j’avais juste amené un paquet de pâtes et du gruyère, donc ça sera pareil qu’hier midi.  

-          On emménage quand ?, dit soudain Liam

-          On va emménager petit à petit je pense, et je dirais qu’à la fin du mois prochain on devrait être totalement ici.

-          De toute façon Lily voudra passer ici tous les jours nourrir ses animaux.

-          Oui.  Elle est trop mignonne…

-          Elle n’a pas fait d’histoires chez ta mère ce matin ?

-          Non. Enfin si, elle ne voulait plus que je reparte. Mais comme d’habitude.

-          On devrait peut-être l’emmener voir un psy non ? Cette peur aussi forte de l’abandon c’est pas normal…

-          Ça va aller de mieux en mieux avec le temps tu verras…

-          J’espère.

-          Mais oui, dis-je en enroulant mes bras autour de la taille de mon petit-ami, ça va aller, elle est forte tu verras.

Liam me sourit et m’embrasse. Nos langues jouent ensemble pendant de longues secondes et Liam me dit :

-          J’aime toujours autant ça. Je ne me lasserais jamais de tes lèvres et de ta langue je crois.

Une heure plus tard

Studio photo, centre-ville de Londres, avant-dernier étage d’un immeuble de luxe

-          Ils vont nous tuer quand ils vont savoir, me dit Eva, t’aurais dû les prévenir.

-          Ils auraient dit non d’emblée. Et je préfère que ce soit eux que d’illustres mannequins que je ne connais pas et dont je ne connais pas les intentions.

-          Niall, c’est juste un shooting pour de la lingerie.

-          Justement. De la lingerie, avec deux mecs nus qui posent avec toi, c’est bien ça qui me gêne.

giphy

-          N’importe quoi. Tiens, récupère ta fille, elle a fini son biberon.

Je prends ma fille dans mes bras, elle a un peu plus d’un an maintenant. Mon fils est chez Greg, son parrain.  J’avais tout de suite pensé aux garçons quand ma femme avait été contactée par son agence pour un tel shooting. Elle est la nouvelle égérie d’une grande marque de lingerie de luxe, et pour leur campagne de pub les directeurs marketing veulent qu’elle pose avec deux hommes nus, une sorte de remake d’Adam et Eve.

-          Coucou c’est nous, dit Liam en entrant dans le studio

-          Oh ma filleule !, dit Zayn en regardant Clémence qui vient de s’assoupir dans mes bras, et votre grand il est où ?

-          En vacances avec ses cousin chez Greg, dit Eva, ravie de vois voir les garçons.

Elle leur fait la bise à tous les deux et je les serre dans mes bras avant de confier ma fille à son parrain.

Je berce doucement Clémence dans mes bras. J’avais kiffé l’idée quand Niall m’avait demandé d’être son parrain.

-          Bonjour, dit un jeune homme plutôt beau et d’une trentaine d’année en entrant dans la pièce, je suis le directeur marketing et photographe de la campagne de pub. Où sont mes modèles ?

-          Là, dit Eva en nous désignant Liam et moi, les deux garçons-là vont poser avec moi.

-          Mmmh d’accord, répond l’homme, j’espère qu’ils sont musclés comme je vous l’ai demandé.

Qu’est-ce qu’il s’en fout qu’on soit musclés ou pas puisqu’on va porter des fringues ?

-          Bon, qu’est-ce que vous attendez ? Eva va te préparer, on commence avec l’ensemble rose…

-          Et nous ?, demande Liam

-          Vous ?  Mais vous posez nus, vous n’avez plus qu’à vous déshabiller ici, et à vous enduire le corps avec ça

Il balance un petit flacon que Liam attrape au vol. Je suis devenu complètement blême. Il n’était pas prévu au programme qu’on pose complètement nus. Niall a les joues qui ont légèrement rosi et je comprends alors qu’il savait.

-          Attendez, dis-je au photographe, vous pouvez nous laisser dix minutes ?

-          Oui bien sûr.

Il sort du studio et je confie Clémence à Liam avant de m’approcher de Niall :

-          Tu savais hein ?

-          Oui.

-          Pourquoi t’as rien dit ?

-          Parce que vous auriez dit non.

-          Evidemment qu’on aurait dit non ! On ne va pas poser nus quand même !

-          Attendez, intervient Eva, c’est aussi un peu de ma faute. Mon agence m’a contactée pour que je pose pour de la lingerie mais ils veulent également que je sois avec deux hommes nus, et plutôt que de solliciter des hommes certes très beaux mais pervers et hétéros on a pensé à vous, ça me gênerait moins de me retrouver en lingerie fine face à vous les garçons, et puis ça rassurerait Niall qui se dira que vous n’avez pas de pensées perverses à mon sujet.

-          Donc en fait, dit Liam, vous nous avez demandé ça parce qu’on est gays et qu’on ne risque pas de violer Eva ?

-          En gros c’est ça, dit Niall

Ça me fait bien rire. Mais ça fait beaucoup moins rire mon fiancé visiblement. Je rends Clémence à son père et entrelace mes doigts à ceux de Zayn pour le forcer à s’éloigner un peu de Niall et je lui dis à voix basse :

-          Tu ne veux pas le faire ?

-          Ça ne m’enchante ps trop mais je voudrais repousser mes limites. Et si ça peut faire plaisir à Eva et rassurer Niall je dis pourquoi pas.

-          On va le faire alors. Moi ça ne me dérange pas trop. Enfin je ne suis pas super à l’aise non plus, mais je veux bien tenter.

-          Ok. En priant pour que ça ne soit pas trop trop gênant. C’est quand même la femme de Niall.

-          Moi y’a aucun risque, je suis à  100% gay maintenant.

-          Pas moi. Je suis bi et tu le sais. Mais ça va aller.

-          Oui.

Je presse doucement mes lèvres contre les siennes et me retourne vers Niall et Eva en disant :

-          Ok on va le faire.

-          Merci, disent-ils en chœur

-          De rien.

-          Je vais me changer alors, dit Eva, déshabillez-vous et mettez l’huile que le photographe vous a filé sur tout votre corps. Mais pas trop, faut que ça reste naturel.

Elle file derrière un paravent et bien vite ses vêtements jonchent le sol. Niall s’est retourné et regarde par la fenêtre en veillant sur la petite Clémence qui dort dans ses bras. Zayn a déjà enlevé son jean et sa chemise et je fais de même. Lorsqu’il ne me reste plus que mon caleçon  j’hésite un moment puis je me lance et me met entièrement nu. Mon fiancé fait de même et je débouche le flacon d’huile pour le corps. Je lui en verse un peu dans la main et fait de même pour moi. On s’en tartine tout le corps en grimaçant car ça colle.

-          Et bah voilà, c’était ps compliqué, dit le photographe en revenant, vous êtes parfaits et très virils tous les deux.

Zayn rougit légèrement et Liam éclate de rire. Eva sort alors de derrière le paravent vêtue d’un ensemble de lingerie en dentelle rose bonbon, très très très beau. Et elle est magnifique.

Rose-fushia_portrait_w674

-          Vache, dit Liam, on ne croirait pas que t’as déjà porté deux enfants. T’es… superbe.

-          Merci, répond ma femme en souriant

-          Bon, dit le photographe, on va commencer par quelques photos debout, ensuite assises. Eva tu te mets debout sur la croix au milieu du champ, les garçons, un de chaque côté, à genoux, collés à elle, les mains sur ses cuisses.

-          Sur ses cuisses ?, s’exclame Zayn

Il échange un regard un peu paniqué avec Liam puis ils se tournent tous les deux vers moi et je leur donne mon approbation d’un regard.

On se met en place tous les deux mais je sais très bien qu’on va avoir un gros problème. Mon fiancé est nu face à moi, et j’ai une plantureuse jeune femme sous mes doigts, bref l’excitation monte en moi et j’essaye de me maîtriser pour ne pas bander. Mais c’est peine perdue et au fur et à mesure que le photographe règle les derniers détails je vois mon sexe grossir et durcir et je me mords la lèvre en priant pour que personne ne s’en aperçoive. Au moment où le photographe s’apprête à prendre la première photo Eva se racle la gorge, baise les yeux vers moi et dit :

-          Je suis vraiment désolée Zayn, mais là ça me gêne.

-          Qu’est-ce que… commence Liam avant de comprendre, non Zayn ?

-          Qu’est-ce qui se passe ?, demande Niall

Honteux je rougis, baisse la tête et m’écarte un peu d’Eva. Mon érection est bien visible et Eva détourne les yeux. A ma grande surprise Niall éclate de rire.

-          Putain Zayn t’es incorrigible.

-          Bon, va falloir calmer l’étalon avant de pouvoir passer aux photos. Parce qu’il ne s’agirait pas de faire des photos pornos jeune homme.

Liam me prend par la main et m’emmène derrière le paravent. Il me regarde droit dans les yeux et me chuchote :

-          Si je te taille une pipe t’arriveras à te calmer ?

-          Non, au contraire ça sera pire. C’est juste que j’ai pas l’habitude d’avoir des personnes aussi belles et nues ou presque autour de moi. Mais ça va aller. Faut juste que je me calme.

Il m’embrasse tout doucement et je respire longuement pour me calmer. Une fois que mon érection a disparu mon fiancé m’embrasse sur le front et dit :

-          Je suis fier de toi, on y retourne.

On se remet en place et le shooting photo commence. On prend différentes poses pendant de longues heures et ça devient vite épuisant mais c’est aussi un peu notre métier. Eva a revêtu des tenues à chaque fois plus courtes, plus transparentes, plus excitantes. Et même si je suis désormais gay à 100% je dois bien avouer qu’elle est magnifique. Niall garde un œil sur Zayn au cas où mais mon fiancé n’a désormais d’yeux que pour moi.

-          Allez, on en fait une dernière, dit le photographe, Eva, le string blanc et le soutien-gorge blanc en dentelle, les garçons ça sera la position la plus osée, après promis je vous laisse tranquille.

Je jette un coup d’œil à Zayn mais il me fait comprendre d’un signe de tête que ça va le faire, qu’il va y arriver. Lorsqu’Eva revient je ne peux m’empêcher de me mordre nerveusement la lèvre, elle est vraiment très… sexy et excitante.

-          Tiens, dit le photographe en lui tendant une paire de bas blancs bordés de dentelle et une paire de très hauts talons blancs eux-aussi, assise sur le canapé, toi, ajoute-t-il en pointant Zayn du doigt, à genoux à côté du canapé, à droite, et toi, allongé, la tête sur une de jambes d’Eva, et tes genoux repliés pour cacher ton sexe. Eva tu passe une jambe par-dessus le torse du jeune homme allongé et tu poses ta main sur sa joue, mais tu ne le regarde pas, tu regardes le jeune homme à genoux, et vous croquez tous les deux dans cette pomme.

Il tend une pomme à Zayn et je le vois sourire, c’est vrai que ça doit être comique, et que les photos vont être magnifiques. J’ai la jambe parfaite d’Eva juste au-dessus de mon torse et sa joue caresse doucement ma joue.

Ça m’amuse et ça m’inquiète, c’est très osé quand même.

-          Et mon autre jambe j’en fais quoi ?, demande ma femme

-          Avec le bout de ta chaussure tu rapproches le menton du jeune homme à genoux à côté de toi…

Ma femme a donc les jambes complètement écartées. Je me retiens pour ne pas faire de remarque au photographe et espère maintenant que le shooting va vite se finir. Parce que même si mes amis sont gays je sais que ma femme leur fait de l’effet, et je crois que le photographe en profite aussi pour se rincer l’œil.

-          Parfait, absolument parfait, dit le photographe, regardez-moi tous les trois, voilà c’est super, j’en fais encore une série et je vous libère.

Après d’encore longues minutes le photographe dit enfin :

-          C’est bon, vous avez été géniaux, Eva on se voit dans trois jours pour sélectionner les photos, messieurs merci d’être venus et de vous être prêtés au jeu. J’espère avoir l’occasion de retravailler avec vous

Il fait un clin d’œil à Zayn et je me retiens de pouffer. En fait il est gay ! Et il drague mes potes. N’importe quoi. Pendant qu’il range son matériel tout le monde se rhabille et ma femme vient me rejoindre, vêtue d’un jeans et d’un petit chemisier rose pâle. Elle prend Clémence dans ses bras et notre fille ne tarde pas à se réveiller pour son biberon. Elle a dormi tout l’après-midi, tant mieux. Eva récupère le biberon déjà prêt dans son sac et commence à nourrir notre fille. Avant de partir je vois le photographe glisser sa carte dans la poche de chemise de Liam sous les yeux archi protecteurs et jaloux de Zayn. Dès que le photographe a passé la porte Eva et moi on éclate de rire…

Ils sont morts de rire, et je ne sais pas si je dois rire moi aussi ou m’énerver du geste du photographe.

3127650005_1_2_PvMzPQYB

-          Il est gay, nous dit Eva, et vous lui avez clairement plu. Tous les deux.

-          N’importe quoi, dit Liam, je n’aime que Zayn de toute façon. Juste une question, le studio il est à qui ? parce qu’il est vraiment magnifique.

-          Il est à moi, dit Eva, j’me suis dit que je préférais faire mes shooting dans un endroit dans lequel je me sentais bien.

-          Et on a investi dans l’appartement à l’étage d’au-dessus, dit Niall, ça nous fait un pied-à-terre quand on est sur Londres. Vous montez boire l’apéro ?

-          Ouais mais rapidement, on doit aller récupérer notre fille ce soir, dit Liam

-          Je comprends, nous dit Eva, nous on va récupérer Ewin dans deux jours. Mais on a sûrement plus l’habitude de se séparer de lui que vous de Lena.

-          C’est surtout qu’elle a une peur bleue de l’abandon, dit Liam, même pour la déposer à l’école le matin c’est une épreuve pour elle.

-          Ah oui quand même, bon allez, on monte, on en discutera en haut.

Une heure plus tard

Appartement Londonien de Niall et Eva

-          Il faut qu’on file maintenant, ma mère va nous tuer, dit Zayn, elle ne devait la garder que l’après-midi mais c’est parti pour qu’on squatte ma chambre ce soir.

-          Je comprends, dis-je, mais faut que tu me rendes ma fille…

-          Oui je sais mais je suis dingue de ma filleule. Faut vraiment qu’on réussisse à se voir plus souvent.

-          On va essayer, dit Eva, dites, par hasard, vous avez eu des nouvelles de Louis et Harry ?

-          Louis travaille dur pour décrocher sa sélection en équipe nationale, dit Liam, et Harry aucune idée.

-          J’en ai pas eu non plus d’Harry, dis-je, mais je suppose que si y’avait un quelconque problème Louis nous en aurait parlé.

-          Sûrement.  Mais ça me rassure pas, dit Liam, de toute façon ils viennent à notre mariage l’an prochain donc on saura.

-          Ah d’ailleurs, dit Eva, donnez-nous la date tout de suite, qu’on puisse organiser nos agendas en fonction.

-          Le 5 Mars 2022, dit Zayn, un an jour pour jour après la demande…

-          Ouh c’est trop mignon !!, s’exclame ma femme, on a hâte d’y être.

3197560727_1_2_gtk1sSR4

Une demi-heure plus tard

Voiture de Ziam

-          Oui Patricia on est désolés, vraiment, mais le shooting a duré tout l’après-midi.

-          Je comprends bien Liam, mais votre fille est en larmes et elle pense que vous n’allez pas venir la récupérer.

-          Oh. Passe la moi s’il-te-plaît.

-          D’accord.

Après un long silence j’entends :

-          Allô papa ?

tumblr_inline_mgoggfkqsD1r1yj84

-          Oh ma puce… Pourquoi tu pleures ?

-          Vous allez venir me chercher hein ?

-          Bien sûr ma puce, on est sur la route, on sera là dans une petite heure.

-          C’est vrai ?

-          Oui ma chérie c’est vrai, on arrive avec papa, on est désolés, ça a duré plus longtemps que prévu.

-          D’accord…

Patricia reprend le téléphone et me dit :

-          Je ne la mets pas au lit, mais vous avez intérêt à vous dépêcher d’arriver.  Et la prochaine fois prévenez au moins !

-          Oui promis. Encore désolé, on fait aussi vite qu’on peut.

-          On vous attend.

-          Merci.

Je raccroche et Zayn me dit :

-          Elle est furieuse hein ?

-          Lena est en larmes, elle avait peur qu’on ne vienne plus la chercher…

-          Putain encore ?!?

-          Oui, ça m’a fait mal au cœur de l’entendre aussi triste.

-          Je crois que t’avais raison ce matin, on va l’emmener voir un psychologue. C’est pas normal et ça ne peut plus durer.

-          Oui.

Une heure dix plus tard

Maison des Malik, Bradford

-          Je hais les bouchons !

-          Zayn, ça fait vingt minutes que tu pestes, ça changera rien à notre retard…

Ouais il a raison. Je me calme rapidement et entre chez mes parents suivi par mon fiancé.

-          PAPAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !

Lena se jette dans mes bras et je la serre contre moi un long moment, puis elle tend les bras à Liam qui lui fait un gros câlin pendant que je salue mes parents et Doniya. Lena est accrochée au cou de mon fiancé et refuse de le lâcher.

-          Désolé maman, dis-je, j’ai oublié de te prévenir… On peut squatter pour la nuit ?

-          Il est 22h donc il est hors de question que vous fassiez une heure et demie de route en sens inverse. Evidemment que vous pouvez dormir ici. Mais il faudra que Lena dorme dans le même lit que vous.

-          C’est pas un souci, dit Liam, c’est pas si souvent. Et merci de nous héberger Patricia.

-          C’est une proposition intéressée, je veux tout savoir sur votre nouvelle maison, répond-t-elle

-          D’accord maman, dis-je, mais demain matin, je suis épuisé et je crois qu’on va tous les trois aller au lit.

-          Okay. Bonne nuit mes chéris…

Elle nous fait un câlin à tous les trois comme ma sœur et mon père puis on monte dans ma chambre. Je sors un vieux t-shirt à moi du placard et le donne à ma fille.

-          Garde ta petite culotte et mets-ça ma puce, ça te servira de pyjama.

-          OUAIIIIS !

Pendant qu’elle se change Liam et moi on se met en caleçon puis on s’installe tous les trois dans le lit.

-          J’ai pas de doudou, dit soudain Lena, je peux pas dormir sans doudou !

Je regarde Zayn qui soupire, se relève, farfouille dans son armoire et en sors un petit chat en peluche tout mignon.

-          Tiens ma puce, t’auras un doudou pour la nuit.

-          Merci Papa !

Elle fait un bisou sur la joue de Zayn puis s’allonge sur le côté, entre nous,  tournée vers moi, et elle s’endort quasi-immédiatement. Zayn est appuyé sur son bras et la couve des yeux.

-          Elle est belle hein ? Va falloir qu’on se méfie, à l’école elle doit avoir plein de garçons qui lui tournent autour.

-          Zayn, elle a même pas sept ans.  On s’inquiétera quand elle en aura dix de plus.

-          Oui t’as raison…

Il semble songeur et je lui demande :

-          Zayn, à quoi tu penses ?

-          Est-ce que tu penses qu’on est des bons parents pour elle ?

-          Evidemment ! Comme tous les parents on fait des erreurs mais on est des bons parents parce qu’on l’aime.

-          Si tu le dis…

-          Zayn, dis-je en entrelaçant mes doigts aux siens, on aime notre petite Lena, alors oui on n’est pas infaillibles mais ça va aller.

-          Mais, elle a eu peur qu’on l’abandonne.

-          C’est avec l’abandon qu’elle a un problème, pas avec nous.

-          Oui…

Je me penche au-dessus de Lena en faisant bien attention à ne pas la réveiller et j’embrasse doucement mon fiancé sur les lèvres.

-          Zayn si jamais on doit agrandir notre famille je ne veux plus que tu ais de tels doutes. On est des bons parents.

-          Tu le veux vraiment agrandir la famille ?

-          Oui. Je m’étais toujours imaginé avoir au moins deux enfants. Peut-être trois.

-          J’aimerais bien en avoir deux aussi. Trois ça serait envisageable mais dans quelques années je pense.

-          D’accord. Tout ce que tu voudras. Je t’aime mon ange. Et je suis fier de notre famille et de tout ce qu’on fait jour après jour.

-          Y compris de notre shooting de cet après-midi ?

-          Oui. Je suis particulièrement fier qu’on ait réussi à le faire, et que tu aies su te maîtriser.

-          Faut quand même avouer qu’Eva est très…

-          Sexy. Elle l’est. Elle est magnifique, surtout après avoir eu deux enfants. Franchement je lui tire mon chapeau. Et je t’avoue que la dernière pose m’a particulièrement excité, je n’étais qu’à quelques centimètres du tissu de son string et c’était… tentant.

Je rougis et Zayn me sourit.

-          Je croyais que t’étais gay à 100% ?

-          Je me fous de savoir à combien de pourcent je suis gay, ce que je sais c’est que mon cœur est tout à toi.

-          Tout à moi ? Et le photographe ?

-          Zayn arrête, il m’a juste un peu dragué. Et puis il t’a dragué aussi.

-          On fait quoi ? On le rappelle ou pas ?

-          Je sais pas, ça pourrait être cool de voir jusqu’où il est prêt à aller avec nous…

-          N’importe quoi !

Zayn me fait un clin d’œil, me donne une gentille tape à l’arrière du crâne et dit :

-          On en reparlera au calme, j’ai besoin d’y réfléchir. Maintenant il faut qu’on dorme.

-          Oui. Bonne nuit mon amour.

-          Bonne nuit mon ange.

tumblr_mpaacpgB9w1rde7e7o8_500

On garde nos doigts entrelacés au-dessus du corps de notre fille et on pose chacun notre tête sur notre oreiller. A peine ais-je fermé les yeux que je sens le sommeil me gagner et je ne tarde pas à m’endormir, dans le même lit que les deux amours de ma vie.

 

Posté par groovehigh à 19:37 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

16 mai 2014

Chapitre 5 : Jour 3, Tensions…

Coucou ! Voilà le nouveau chapitre de "Fugitifs", j'espère que vous l'aimerez :)

Chapitre 5 : Jour 3, Tensions…

Je m’éveille le lendemain matin dans le lit conjugal, seule.

-          Harry ?

Pas de réponse. Je jette un coup d’œil à ma cheville, toujours bleue mais beaucoup moins enflée.

-          HAZZA ?

Là je commence à m’inquiéter. Jamais il ne m’aurait laissée seule. Seule et blessée. Et il ne répond toujours pas. Bon, il doit dormir dans l’autre chambre, la glace sur ma cheville devait le gêner. Je pose ma jambe valide au sol, m’appuie dessus et pose ma main sur la table de nuit pour me lever. Je sautille jusqu’à la porte de notre chambre. Et pousse la porte de la chambre adjacente. Il n’y a personne et le lit n’est même pas fait, il n’a donc pas dormi là. Fais chier ! Toujours à cloche pied je me dirige vers la cuisine très lentement en faisant attention à ne pas me blesser de nouveau.

-          Putain mais qu’est-ce que tu fais ? Tu peux pas rester tranquille cinq minutes ?

Je lève la tête vers Harry qui me regarde, mi paniqué mi amusé depuis l’entrée de la cuisine.

-          Demi-tour, tu vas t’allonger, j’ai de la pommade et une attelle.

-          T’étais où ?

-          J’ai fait l’aller-retour jusqu’au continent.

-          Harry, c’est trop risqué, c’était pas la peine…

-          J’ai même pas mis le pied sur la plage, Gustavo m’attendait avec ton attelle et ta crème.

-          Pff… Tu me ramènes jusqu’à la chambre ? je suis pas sure de tenir encore très longtemps sur une seule jambe…

-          Bouge pas ma puce j’arrive.

Je me tiens toujours au mur et il arrive, passe son bras derrière mes jambes et me soulève. En me portant il me ramène jusqu’à notre lit, et me dépose dessus.

-          Tu bouges pas, ça risque de faire un peu mal par contre…

-          Harry, tu m’as même pas embrassée ce matin…

-          Désolé.

Il presse rapidement ses lèvres contre les miennes et les décolle tout aussi rapidement avant de se concentrer sur ma jambe, sans même un regard pour moi.

-          C’est moins enflé ça va, dit-il, par contre c’est tout contusionné. Mais avec la crème ça devrait passer… Mais ça va te faire un peu mal, je te préviens de suite…

-          Fais ce que t’as à faire Hazza…

Il se retourne vers moi, sourit, m’embrasse sur le front et récupère le tube de pommade. Il en met sur ma cheville et commence à l’étaler doucement avec ses doigts. Ça ne fait pas mal, c’est atrocement douloureux. Je me mords la lèvre pour ne pas faire de remarque parce que je vois bien qu’Harry essaye d’être le plus doux et précautionneux possible.

-          Aie, dis-je à un moment où il appuie un peu plus fort sur ma cheville

-          Désolé, j’ai fini, je te mets ton attelle et après je veux que tu dormes encore au moins une heure ou deux.

-          Harry, je suis pas fatiguée.

-          Oui mais t’es blessée et t’as mal dormi cette nuit donc…

-          Comment tu sais que j’ai mal dormi ?

-          Tu parles quand tu dors je te rappelle…

-          Merde. J’ai droit à un vrai bisou dès que tu m’aura mis mon attelle ?

-          Evidemment…

Il passe cinq minutes à me mettre mon attelle et à la serrer comme il faut avant de se retourner, de se pencher sur moi et de souder ses lèvres aux miennes. On échange un très long et langoureux baiser.

-          Tu restes te reposer avec moi ?, dis-je à la fin de notre étreinte

-          Ça va déraper Cécile, c’est pas une bonne idée. Je vais courir un peu autour de l’île. Je reviens dans une heure et demie et on pourra manger.

-          Hazza…

-          Quoi ?

Il me regard droit dans les yeux, je soupire et dis :

-          Rien. Va courir. Je t’aime…

-          Je t’aime aussi.. Dors…

Il m’embrasse très longtemps sur le front puis s’en va en fermant la porte de la chambre derrière-lui. Il est bizarre. Enfin bon, j’ai gâché nos vacances donc je peux comprendre.  Je m’en veux d’être aussi maladroite et de toujours me blesser. En faisant bien attention à ma cheville je me retourne un peu dans le lit et prend mon portable sur la table de nuit. Toujours des appels manqués. Tant pis. Je bascule mon téléphone en mode sms et envoie un message à Liam suite à notre appel d’hier.

A Liam : Je vais bien, merci pour hier. J’ai une attelle à la cheville et Hazza m’a mis de la pommade. Passe le bonjour à tout le monde.

Il me répond quasi immédiatement

A Céc’ : Content de voir que tu vas bien, mais dis-nous où vous-êtes, on est morts de trouille.

A Liam : Je ne peux pas. Désolé.

Je repose mon téléphone, pose la tête sur l’oreiller et finis par me rendormir. Une heure et demie plus tard c’est Harry qui me réveille par de douces caresses sur ma joue.

-          Faut que tu te lèves Cécile, il est onze heures, et je vais t’aider à prendre ta douche avant qu’on aille manger.

-          Mmmmh…

J’ouvre les yeux et le vois sourire.

-          Quoi ?

-          T’es trop mignonne quand tu te réveilles.

-          Mais je t’emmerde Harry, dis-je en éclatant de rire

Je prends encore deux minutes pour me réveiller puis je m’assois dans le lit. Harry regarde ma cheville droite, puis ma jambe gauche toujours recouverte d’un bandage et il me dit en souriant :

-          Tu t’es pas loupée ma puce…

-          Effectivement… Tu m’en veux ?

-          Quoi ? Pourquoi je t’en voudrais ?

-          J’ai gâché nos vacances, dis-je en baissant la tête

Il pose deux doigts sous mon menton et me force à le regarder dans les yeux.

-          Tout va bien ok ? T’as rien gâché du tout…

Il m’embrasse longuement, et ses lèvres ont un goût très salé. Après notre baiser je le regarde en rigolant et dis :

-          T’as mangé quoi ?

-          Mmmh j’ai juste bu une boisson enrichie en je sais pas trop quoi… Il paraît que je dois maigrir.

-          HEIN ?

-          Je t’ai pas dit ? ça fait quelques semaines que j’ai commencé.

-          Commencé quoi ?

-          Un régime pour perdre du poids et me muscler plus rapidement…

Je ne réponds rien parce que je suis complètement sur le cul. Il est très bien comme il est.

-          Cécile ?

-          Viens m’aider à prendre ma douche, on en reparlera plus tard… Quoique tu sais quoi ? On n’en reparlera même pas. Ça n’en vaut pas la peine…

Il s’apprête à répliquer quelque chose mais je dis :

-          Tais-toi parce que je crois que je vais m’énerver. Aide-moi plutôt à me lever.

Il passe un bras autour de ma taille et m’aide à me lever. Je m’appuie sur ma jambe valide et beaucoup sur Harry et il m’accompagne jusqu’à la salle de bain. Je m’assois au bord de la baignoire et il m’enlève mon short et mon bandage pendant que je me débarrasse de mon haut et de mon soutien-gorge. Il passe doucement ses doigts sur ma blessure en grimaçant.

-          Je te remettrai un peu de désinfectant après la douche, avec la chaleur et l’humidité qui règnent ici j’ai peur que ça s’infecte…

-          Ok.

-          Ecarte un tout petit peu tes jambes que je t’enlève ta culotte.

Je me laisse faire et me retrouve nue devant lui. Il m’enlève mon attelle et repasse son bras autour de ma taille en souriant.

-          Ma princesse est prête à prendre sa douche ?

-          Tu viens avec moi sous l’eau hein ?

-          Evidemment. Mais d’abord tu rentres dedans, ensuite je me déshabille et je te rejoins.

-          Merci Hazza…

Il me soulève et me dépose dans la douche, je m’accroche aux parois et me maintiens sur un pied pendant qu’il se déshabille, il vient ensuite me rejoindre, referme la douche et démarre l’eau. Il enroule ses deux bras autour de ma taille et colle son front contre le mien. Là, sous l’eau on se regarde droit dans les yeux en souriant. Après de longues minutes il ferme les yeux et colle ses lèvres aux miennes. J’enroule mes bras autour de son cou et me laisse aller à son étreinte. Il met fin à ce divin baiser après quelques minutes en disant :

-          Faut qu’on se lave ma chérie…

-          Oui…

Il prend le gel douche et m’en verse sur les épaules avant de frotter avec ses mains et de laisser ses doigts parcourir mon corps. Je savoure les caresses en rigolant.

-          Hazza, ça chatouille...

-          Je sais ma puce, mais j’aime te voir rire et sourire.

Il prend la pomme de douche et entreprends de me rincer. Il se savonne ensuite rapidement et se rince avant de me porter pour sortir de la douche. C’est trop mignon mais je ne m’imagine pas dépendante de lui comme ça pendant encore des jours et des jours. Il faut que ma cheville se remette vite. Très vite même.  Je retourne m’assoir en boitillant au bord de la baignoire et Harry vient m’embrasser très longuement avant de filer dans la chambre nous chercher des vêtements.  Il revient avec un simple petit short et un t-shirt pour moi, sans sous-vêtements.  Il a enfilé un short et je me doute bien qu’il n’a rien en-dessous.

-          Tu te sens capable de t’habiller toute seule et de me rejoindre dans la cuisine ? y’a pas assez de lumière ici pour que je te refasse un bandage et faut que je retrouve où j’ai foutu la trousse à pharmacie

-          Y’a pas de souci Harry, je te rejoins. Si je suis pas là dans dix minutes lance les recherches !!

Il éclate de rire et file en cuisine. Je m’habille et sautille à cloche-pied jusqu’à la cuisine où je prends place sur un tabouret. Harry s’assoit sur le tabouret d’en face, et prend ma jambe sur ses genoux.

-          Bon, ça a fait une croute donc on oublie le désinfectant, par contre je te fais un bandage assez épais d’accord ?

-          J’ai entièrement confiance en toi.

Il me fait très rapidement un bandage, le fixe avec du sparadrap puis prend mon autre jambe sur ses genoux à la place de celle qu’il vient de bander. Ma cheville a un peu désenflé, il remet de la crème et la fait pénétrer tout doucement en massant du bout des doigts.  Il remet ensuite mon attelle et me dit :

-          Gustavo m’a dit que y’avait des béquilles quelque part dans un des placards de la maison, tu ne les aurais pas vues par hasard ?

-          Non.

-          Ah je sais où j’ai pas cherché !!

Il part en courant et revient deux secondes plus tard avec une paire de béquilles et un air triomphant.

-          Et voilà !!

-          Elles étaient où ?

-          Dans le placard de l’autre chambre.

-          Génial.

-          Tu sais t’en servir ?

-          Oui donne-les moi.

Il me les donne et en quelques minutes je gambade dans la cuisine avec mes béquilles.

-          Et bah ça va mieux on dirait, dit Harry en souriant, bon allez, à table, c’est chaud !!

-          T’as eu le temps de cuisiner ?

-          J’ai couru qu’une heure, j’ai cuisiné un peu avant de te réveiller.

-          Qu’est-ce qu’on mange ?

-          Un gratin de pommes de terre.

-          Miam, trop bon.

-          Bah arrête de courir partout et pose tes fesses sur un tabouret.

Je m’installe à table, il sort deux assiettes, des couverts, il sort le plat du four et le pose sur un dessous de plat et  sort deux bouteilles d’eau du frigo avant de prendre deux verres dans le placard. Il s’installe en face de moi et alors qu’il découpe le gratin dans le plat je m’empare de la bouteille d’eau qu’il a fait bien attention à poser de SON côté de la table. Je lis l’étiquette et mon sourire s’efface à mesure que je la parcoure.

-          Depuis quand tu bois ces merdes ?

-          Trois semaines. Et j’ai droit à deux jours à manger et boire normalement chaque semaine. J’ai repris ce matin.

Je balance la bouteille sur la terrasse par la baie vitrée ouverte derrière-moi

-          EH ! Qu’est-ce que tu fais ?

-          Je veux pas que tu prennes ces merdes Harry ! T’es très bien comme tu es et t’as pas besoin de boire des trucs bourrés d’hormones et de substances dont rien que le nom me rend malade.

-          Mais t’es complètement folle, j’en ai besoin de ces trucs, je veux être mince et musclé… Pour toi…

Alors là il se trompe complètement. Je récupère mes béquilles et m’en vais sur la terrasse.

-          Où tu vas ?

Je ne réponds pas, récupère la bouteille par terre, la balance dans sa direction et vais m’installer sur un des petits canapés de la terrasse.

-          Ma puce, viens s’il-te-plaît, dit Harry en se rapprochant

-          Va te faire foutre.

-          Mais…

-          Ta gueule !

Harry hausse les épaules et me tend mon assiette

-          Mange au moins.

Je pose l’assiette sur mes genoux, récupère la fourchette qu’il me tend et commence à manger. Il retourne dans la cuisine en soupirant. Tant pis pour lui. Je ne veux pas qu’il boive cette merde, d’autant que j’imagine qu’il doit aussi prendre un certain nombre de pilules tout autant inutiles et dégueulasses.  Je me dépêche de manger le gratin qui est divinement bon et à peine ais-je fini qu’Harry est à côté de moi pour récupérer la vaisselle salle. Je suis sûre qu’il m’observait depuis la cuisine. Il repart avec la vaisselle sale et je reprends mes béquilles en lui emboîtant le pas.  Je me sers un grand verre d’eau (normale) et l’enfile d’une traite. Harry a vidé sa bouteille d’eau aux hormones et je lui jette un regard noir avant d’aller me poser au salon devant la télé.  Je l’allume et je cherche la BBC pour avoir quelques infos. Ma cheville est posée sur la table basse et Harry l’enjambe avant de se poser à côté de moi. On regarde les informations en silence, sans se parler, et sans se regarder. Soudain, n’y tenant plus je me tourne vers lui et dit :

-          Pourquoi tu fais ça Harry ?

-          Je suis pas satisfait de mon corps…

-          Pourtant t’es beau comme tu es, enfin je veux dire moi tu me plais, ça devrait te suffire…

-          Mais moi je me sens pas bien dans mon corps !!

Je ne sais même pas pourquoi il s’est soudain mis à crier. Il me regarde un long moment puis semble se rendre compte de ce qu’il vient de faire.

-          Hazza, on peut en parler calmement ?

-          Oui, désolé, dit-il, de toute évidence je ne suis pas aussi parfait que je le voudrais.

-          Hein ?

-          Ce matin, quand tu m’a demandé si je t’en voulais, c’était pas à toi que j’en voulais mais à moi, j’ai été incapable de te protéger, incapable de t’empêcher de te blesser, et maintenant je te déçois avec mes conneries…

-          Oh Hazza…

-          Chut, laisse-moi finir, tu sais, je pensais vraiment que ces jours seraient parfaits mais visiblement je suis pas à la hauteur de ce que tu attends, et je m’en veux, je voulais vraiment que ça se transforme en un véritable paradis mais tu t’es blessée, et maintenant tu es en colère contre moi à cause de ce régime un peu débile c’est vrai… Et je m’en veux pour tout ça…

-          Hazza, je t’en veux pas, j’ai peur pour toi. Je veux pas que tu prennes ces merdes parce que c’est pas bon pour ta santé.

-          Si je te promets d’arrêter on peut faire comme s’il s’était rien passé ?

Je craque devant son sourire troooop mignon…

-          Oui Hazza, mais j’exige de récupérer tous tes trucs de régime pour que tu ne les prennes pas en cachette.

-          Tout ce que tu voudras.

-          Et pour ce qui est de mon entorse c’est rien Hazza, ça sera passé dans quelques jours, et surtout c’est pas du tout de ta faute.

-          Si…

-          Non Hazza, si ça se trouve je me serais blessée aussi dans le parc de l’internat, c’est un accident, ça arrive, ça a tendance à m’arriver plus souvent que les autres je reconnais, mais ça arrive à tout le monde et c’est vraiment pas de ta faute. Et moi je m’en veux de gâcher nos vacances à cause de ça…

-          On fait la paix alors ?

-          Oui.

-          Cool, j’avais pas envie de me prendre une autre bouteille dans la tête.

-          Hein ?

-          La bouteille que t’as lancé tout à l’heure, tu l’as pas vu mais elle a cogné mon front.

-          Oh. Désolé…

Je ne peux m’empêcher d’éclater de rire et ça se finit dans un immense fou rire de notre part à tous les deux.  Ça fait du bien de se retrouver et de rire comme ça. Harry en profite pour me voler quelques baisers en souriant. Ça fait du bien. Et je l’aime…

-          Bon, on va faire le tri de mes produits illicites dans ma valise ?, dit Harry

-          Si tu veux… File-moi mes béquilles d’abord.

Il m’aide à me lever et je le suis jusqu’à la chambre où je m’assois sur le lit. Harry ouvre sa valise par terre et en sors des tas de boites et de bouteilles d’eau trafiquées.

-          Putain… Hazza, tu comptais vraiment ingérer tout ça ?

-          Oui, dit-il en rougissant

-          Complètement taré. Bon, mets-toi assis et explique-moi tout ça…

-          Alors, dit-il en prenant une grosse boîte posée devant moi, ça c’est des compléments alimentaires pour développer mes muscles, et ça c’est 100% naturel je te le jure.

Je détaille l’étiquette, effectivement ce ne sont que des plantes.

-          Ça tu peux le prendre si tu veux. L’eau c’est hors de question, et ça c’est quoi ?, dis-je en saisissant de petite boîtes

-          Des boosters d’énergie. Pour que je puis faire plus de sport plus vite et de manière plus efficace.

-          Ça c’est hors de question. Clairement.

-          Ok. Je les range dans ta valise alors ?

-          Oui, comme ça tu seras pas tenté d’y toucher.

Je bascule sur le lit et fout tout le bordel dans ma valise que je referme et que je glisse sous le lit. J’espère qu’il tiendra sa promesse.  Je m’allonge sur le lit et il se place au-dessus de moi avec un air coquin. Il vient mordiller ma lèvre inférieure et comme un réflexe mon corps entier se cambre.

-          Doucement ma puce. Je veux pas te blesser. On fera ça ce soir si tu veux, mais doucement.

-          Oui. On fait quoi en attendant ?

-          Comme tu veux.

-          Va te baigner un peu, t’en meurs d’envie, je vais me poser sur la terrasse avec un bouquin ou mon ordi.

-          Je préfèrerai que tu lises un livre, un ordi ça se trace facilement…

-          T’as pensé à ça pendant la nuit ?

-          Oui…

J’éclate de rire et cherche un roman dans le sac à dos posé à côté de mon lit. Dès que j’ai trouvé celui que je vais lire Harry m’aide encore à me lever, me donne mes béquilles et se dirige vers la plage. En cours de route il se déshabille et c’est donc complètement nu que je le vois piquer une bonne tête.  Ça me fait sourire et je m’installe à nouveau sur un des petits canapés extérieurs. Je cale un coussin sous mon crâne et m’allonge. Je lis mon roman à l’eau de rose tout en jetant par moment des coups d’œil vers l’océan où mon petit ami nage. Après plus d’une heure il sort de l’eau et viens me rejoindre. Avant toute chose on échange un trèèèèèèès long baiser qui me laisse à bout de souffle mais heureuse.

-          Je vais chercher une serviette et je reviens, tu me fais une petite place mon ange ?

-          Ouais…

Je me redresse péniblement et m’installe sur une moitié du canapé. Harry me rejoint, une serviette autour de la taille et s’installe sur l’autre côté. Il enroule un bras autour de ma taille et je pose ma tête sur son épaule. Ses bouclettes humides viennent me chatouiller le cou et ça me fait sourire.

-          Harry, tu m’aimes comment ?

-          A en crever…

-          Vraiment ?

-          Oui.

-          Tu ne m’abandonneras pas hein ? Quoiqu’il arrive ?

-          Promis.

-          J’ai pas de cadeau aujourd’hui ?

-          Oh, tu fais bien de m’y faire penser. Je vais le chercher, tu ne bouges pas hein ?

-          De toute manière tu seras revenu avant que j’ai pu faire le moindre pas.

Il éclate de rire et file chercher quelque chose dans la chambre. Il revient cinq minutes plus tard et dépose un petit objet dans ma main tout en m’embrassant pour ne pas que je voie de suite ce que c’est.  Lorsqu’il reprend place à mes côtés je regarde et découvre un porte clé dans lequel une photo de nous deux est incrustée. Trop chou.

-          Merci Hazza…

-          Attends, c’est pas fini. Je vais pas t’offrir un porte-clés sans clés…

-          Oh.

-          Celle-là c’est celle d’ici, me dit Harry en me tendant une clé

Trop mignon. Je l’accroche au porte-clés et lui fais un petit baiser.

-          J’ai toujours pas fini. J’en ai trois autres à te donner.

-          Trois ?

-          Oui trois mon ange.

-          Je t’écoutes…

-          Celle-là, c’est celle de mon appartement à Londres, elle te sera sûrement utile quand on rentrera

-          Oui, trop mignon !

-          La troisième c’est celle de chez ma mère, j’en ai parlé avec elle, elle pense que c’est important que tu en aie une. Juste au cas où…

-          Merci.  C’est une belle preuve d’amour et de confiance. Et la dernière ?

-          La dernière va avec ton cadeau de demain. Je ne t’en dirais pas plus.

Immédiatement mon cerveau se met à fonctionner à 10 000 à l’heure et je cherche ce que peut ouvrir la clé qu’il vient d’ajouter à mon porte-clés. C’est une clé de taille moyenne, normale, triangulaire sur le haut, bref je n’ai aucun indice sur ce qu’elle peut ouvrir.

-          Ne me regarde pas comme ça ma puce, tu verras demain…

-          Mais j’aime pas quand tu me caches des choses.

-          Crois-moi vu ce que je te cache tu ne m’en voudras pas trop. Tu vas adorer.

-          Vraiment ?

-          Je pense oui…

-          Hazza ?

-          Oui ?

-          Notre vie après elle va être comme ça ? Aussi trépidante et pleine de surprises ?

-          On va essayer oui. Mais l’un avec l’autre on ne pourra jamais s’ennuyer. 

-          Tu crois ?

-          J’en suis sûr. Entre tes blessures à répétitions mes conneries et nos délires on va adorer. Je veux vivre avec toi pour le restant de mes jours…

-          Et ta famille elle est d’accord avec ça ?

-          Ma mère t’adore et mon beau-père aussi. Gemma est hyper protectrice envers moi mais elle te trouve géniale pour moi. Et mon père a dit qu’il voulait absooooolument te rencontrer, parce que tout le monde lui a dit que t’étais absolument géniale et que j’étais fou amoureux.

-          Je serais ravi de le rencontrer.

-          Vraiment ?

-          Oui

-          Alors on essayera de programmer ça à notre retour à Londres.

-          Cool. Et tu envisages quoi pour notre futur ?

-          J’aimerais un beau mariage dans un an ou deux. Peut-être trois. Et après je voudrais qu’on ait des enfants. Et pendant tout ce temps j’aimerais que tu acceptes de me suivre en tournée, que je te fasse découvrir mon univers et que tu trouves un domaine dans lequel tu t’épanouisses et dont tu sois fière…

-          Je sais pas ce que je vais faire de ma vie Harry. J’ai pas de diplôme, je suis pas bête oui, mais sans diplôme je ne rentrerai jamais à l’université. Et je veux pas finir serveuse dans un fast-food…

-          S’il faut on te trouvera un lycée qui accepte de te faire refaire une dernière année pour que tu aies un diplôme et ensuite tu choisiras tes études mais sinon tu peux travailler dans notre monde, y’a énormément de métiers qui sont accessibles sans diplômes tu sais…

-          Quoi par exemple ?

-          Secrétaire, attachée de presse, responsable de la logistique… Bref y’a des tas de choses que tu pourrais faire, et comme ça en plus tu serais rémunérée pour nous accompagner en tournée.

-          Oh… ça peut être bien, je vais y réfléchir…

-          Oui. On pourra en discuter ensemble si tu veux…

-          Oui.

Après un très long silence pendant lequel Harry caresse doucement ma cuisse je dis :

-          Hazza ? Il faut que je te dise un truc…

-          Oui ?

-          Je euh…

-          Cécile ? Tu me fais peur là…

-          Ta sœur a un petit ami.

-          Oh. Comment tu sais ça toi ?

-          Elle et moi on a pas mal discuté. Et… je connais son copain…

-          Comment ça ?

Je me mords la lèvre nerveusement. Mais qu’est-ce qui m’a pris de lui dire ça ? Comment je me sors de ça maintenant ?

-          Oh putain me dis pas que…, commence Harry

Par réflexe je m’éloigne un peu de lui et à raison puisqu’il donne un grand coup de poing dans le dossier du banc.

-          C’est Niall hein ?, me dit Harry, Gemm’ sort avec Niall ? Dis-moi !!!

-          Oui, dis-je d’une toute petite voix

Il se lève et commence à marcher nerveusement sur la terrasse en parlant tout seul.

-          Putain j’y crois pas… quel connard. Il m’avait juré pourtant… et elle aussi… Quand on rentre je le tue… Je jure que je vais le tuer… Il a pas le droit de faire ça. Pas le droit de se taper ma sœur…

Il s’arrête soudain et se retourne violemment vers moi :

-          Ça fait combien de temps qu’ils sont ensemble ?

-          Quasiment aussi longtemps que nous…

-          Oh putain !

Il recommence à faire les cent pas sur la terrasse et je joue avec mes doigts en me demandant pourquoi j’ai fait cette connerie de lui dire. Je crois que j’en avais marre des mensonges.

-          T’es au courant depuis quand ?, dit Harry en s’asseyant à côté de moi

-          Euh…

-          Depuis quand ?

Il a haussé le ton et je prends peur. Ma main se met à trembler et je dis à mi-voix :

-          Depuis le début.

-          Répète voir ça…

-          Hazza. T’as très bien entendu…

-          Répète-le !

-          Depuis le début.

-          Donc ça fait deux ans que tu me caches la relation entre un de nos meilleurs amis et ma sœur ? C’est bien ça ?

-          Oui.

-          Putain mais j’y crois pas ! hurle-t-il en passant la main dans ses cheveux, mais vous étiez tous contre moi en fait ????

-          Hazza, c’était pas notre but, on savait que…

-          TA GUEULE !

Je me tais et le regarde sans comprendre. Je m’attendais à un déferlement de colère ça oui, mais pas dirigé contre moi. Harry me regarde, ne semble pas en croire ses yeux et s’en va en courant vers notre maison. Il se rue à l’intérieur et je l’appelle en vain. Il en ressort quelques secondes plus tard, avec un short, une casquette et des baskets aux pieds.

-          Harry ? Où tu vas ?

Il ne me répond pas, me lance un regard plein d’amertume et d’incompréhension et se dirige rageusement vers la forêt.

-          HARRY !!!

Je fonds en larmes parce que je sais qu’il est profondément déçu et blessé. Je l’ai déçu et blessé de lui avoir caché ça. Bien sûr il est furieux contre Niall, et en colère contre Gemma, mais je pense qu’il l’a encore plus mal pris venant de moi de lui avoir caché. Je pleure encore et encore sans pouvoir m’arrêter. Je pense que j’ai brisé toute la confiance qu’il avait placée en moi. Après de très longues minutes, plus d’une vingtaine, je récupère mes béquilles et me dirige vers la maison. Il est inutile que j’essaye de le poursuivre, avec ma cheville et mes béquilles ça ne marcherait pas. Je me dirige directement vers la chambre et me saisis de mon téléphone portable. Il est presque 16h ici, donc il doit être 23 en Angleterre. Tant pis, je prends le risque… Je compose le numéro et m’allonge sur le lit pour téléphoner.

-          Allô ?

-          Niall ? J’ai fait une connerie…

-          Cécile ? Mais vous êtes où ? Et il s’est passé quoi ?

-          J’ai merdé Niall… J’ai tout dit à Harry pour toi et Gemma…

-          Oh. Il a réagi comment ?

-          Très très mal.

-          Il est où ?

-          J’en sais rien. Il s’est barré en courant, il est furieux contre toi et Gemma mais il est vraiment blessé que je lui aie caché ça pendant autant de temps. Il m’en veut à mort…

-          Vous êtes où ?

-          Je peux pas te le dire Niall. Mais je sais pas quoi faire, j’ai peur d’avoir brisé quelque chose entre lui et moi.

-          Cécile. Calme-toi. Tu respires d’accord ? Et tu arrêtes de pleurer.  Ensuite tu vas réfléchir à ce que tu vas dire à Harry quand il va revenir. Tu lui expliques que c’est nous qui t’avons demandé de garder le secret, que c’était pour son bien. Et que s’il veut nous tuer il le pourra.

-          Merci Niall. J’vais essayer. Mais je sais même pas quand est-ce qu’il va revenir…

-          Tu veux vraiment pas me dire où vous êtes ?

-          Non Niall, dis-je, je peux pas, c’est trop risqué. J’suis désolée, tu sais que j’aimerais bien, tu sais que je le voudrais vraiment, mais je peux pas…

-          D’accord. Je n’insiste pas alors.

-          Merci. Ça va avec Gemma ?

-          Euh…  un peu dur, je t’expliquerais.

-          Dis-moi…

-          Elle est partie chez sa mère.

-          Pourquoi ?

-          On s’est un peu pris la tête. Elle vit très mal le fait qu’Harry ait disparu sans laisser de traces.

-          Merde. Tu crois que je dois le dire à Harry ?

large

-          ME DIRE QUOI ? hurle Harry en entrant dans la pièce, DONNE MOI CE TELEPHONE !!

J’ai tellement peur que je lâche mon téléphone et il s’en empare en coupant immédiatement la conversation avec Niall.

-          MAINTENANT TU M’ECOUTES ! NON SEULEMENT IL SE TAPE MA SŒUR MAIS EN PLUS IL EST SUPER PROCHE DE TOI ?!? C’EST MORT ! TU L’OUBLIES DE SUITE ! IL N’EXISTE MEME PLUS A MES YEUX ! JE L’AVAIS PREVENU, MA SŒUR C’ETAIT LA SEULE FILLE A LAQUELLE IL N’AVAIT PAS LE DROIT DE TOUCHER ! IL L’A FAIT, IL A BRISE LA CONFIANCE QUE J’AVAIS EN LUI ! ET TOI J’ESPERAIS AU MOINS QUE TU AURAIS ASSEZ CONFIANCE EN MOI POUR M’EN PARLER ! TU T’IMAGINES PAS A QUEL POINT JE ME SENS TRAHI ET HUMILIE DE N’AVOIR PAS ETE MIS AU COURANT ! JE T’AIME CECILE MAIS LA JE SUIS VRAIMENT FURIEUX, ET ÇA REMET BEAUCOUP DE CHOSES EN QUESTION ! BEAUCOUP ! JE SAIS PAS COMMENT ÇA VA EVOLUER MAIS JE SUIS SUR DE DEUX CHOSES : LA PREMIERE C’EST QUE JE SUIS VRAIMENT VRAIMENT FURIEUX CONTRE TOI, ET LA DEUXIEME C’EST QUE JE T’AIME TROP POUR T’EN VOULOIR INDEFINIMENT. MAIS J’AURAIS BESOIN DE TEMPS.

Harry s’assoit au bord du lit et fond en larmes. Il pleure à chaudes larmes et je comprends que tout se bouscule dans sa tête à une vitesse folle. Je m’approche doucement mais il me fait signe de rester à distance, alors j’attends. J’attends un long moment jusqu’à ce que ses larmes arrêtent de couler. Il tend ensuite doucement sa main vers moi et cherche à accrocher mes doigts. J’entrelace mes doigts aux siens, tout doucement et il se tourne vers moi en s’asseyant en tailleur sur le lit.

-          Je voudrais juste comprendre pourquoi tu ne me l’as pas dit, me dit Harry

-          Tu t’énerves pas d’accord ?

-          J’vais essayer…

-          J’en ai beaucoup parlé avec Niall, et on savait que tu réagirais très mal vu à quel point tu protèges Gemma. Gemma voulait te le dire à un moment mais ta mère l’en a dissuadée. Et ils se sont enfermés dans leur mensonge. C’est pas facile à avouer en fait…

-          Je sais. Du coup quand ma sœur m’a dit qu’elle allait chez son copain ce week-end elle parlait de Niall ?

-          Oui. Ils étaient ensemble.

-          A quelques pas de mon appartement en plus. Il habite à 200m de chez moi.

-          Ah oui ?

-          Oui. J’ai un peu de mal à y croire… Bref. Ils sont vraiment amoureux ?

-          Depuis le premier jour. Tu te souviens l’été où on a fui ensemble ? Les deux jours que j’ai passé en Irlande ?

-          Oui, dit-il en fronçant les sourcils ne comprenant pas où je veux en venir

-          C’est ce week-end là qu’il m’a avoué être amoureux de Gemma.  Après ils ont commencé à coucher ensemble comme tu le sais, et progressivement des sentiments se sont installés. Et ils ont voulu donner une chance à leur histoire dans le plus grand secret. Pour ne pas tout faire foirer. Et ça incluait que personne ne soit au courant, et surtout pas toi.

-          Je vois…

-          Tu m’en veux ?

-          Oui. Oui mais je comprends un peu mieux maintenant…

-          Je ne voulais pas te blesser Harry, mais j’avais peur de la manière dont tu réagirais. C’est pour ça que je t’ai rien dit.

-          Je comprends. Enfin je peux comprendre pourquoi tu ne me l’as pas dit, mais je suis blessé et déçu, je pensais que t’avais plus confiance que ça en moi.

-          Haz’, c’est pas que j’ai pas confiance en toi, c’est que je voudrais éviter que tu mettes ton poing dans la gueule de Niall.

-          Ah mais je te rassure, il va se prendre mon poing dans la gueule. Il peut avoir des milliers de filles et il a fallu qu’il choisisse ma sœur !

-          Harry, tu sais très bien qu’on ne choisit pas de qui on tombe amoureux.

-          T’as peut-être raison. Et toi qui les connais bien tu penses quoi de leur couple ?

-          Qu’il est solide. Ils ont eu deux ans pour faire évoluer tout doucement leur relation, et ils ont l’air vraiment amoureux l’un de l’autre. Et Niall voulait protéger ta sœur avant tout c’est pour ça qu’il n’a rien voulu te dire et qu’ils n’ont pas exposé leur relation…

-          Tu penses que Niall est le bon mec pour ma sœur ?

-          Oula… Je dirais oui. Il est prévenant et attentionné avec elle, et il est vraiment amoureux. Et il ne la blessera pas. Ni physiquement ni dans le cœur.

-          Tu peux me le jurer ?

-          J’en mettrai ma main à couper…

-          D’accord.

-          J’ai droit à un bisou ?, dis-je d’une toute petite voix

-          Un petit alors, me dit Harry

Il me fait un court baiser sur la bouche et je souris doucement. C’est mieux que rien.  Mais je sais qu’il lui faudra du temps pour me pardonner réellement.  Mais on a un peu avancé.

-          Ma puce, puisqu’on ne peut pas sortir ça te dis une petite partie de jeux vidéo ?

-          Si tu veux Hazza… On joue à quoi ?

-          Mario ?

-          Ouiiii !

On rigole tous les deux et il me porte jusqu’au canapé du salon. Il sort ensuite une console de jeu du meuble sous la télé et me tends une manette.

-          Prête à te faire défoncer ?

-          Totalement. Mais tu vas pleurer…

-          Pourquoi ?

-          Parce que tu vas perdre.

-          N’importe quoi Cécile !

Il me tire la langue, lance le jeu et s’installe à côté de moi. J’ai enlevé mon attelle et posé mon pied sur la table basse. Ma cheville a bien dégonflé, et elle tire maintenant plus au vert qu’au bleu. Mais elle me semble moins douloureuse.

-          Cécile ?

-          Oui ? Désolé j’observais ma cheville…

-          T’as encore mal ?

-          Beaucoup moins.

-          C’est cool, dit Harry avec un petit sourire

Il lance ensuite la partie et on passe près de deux heures à jouer. Bien évidemment il gagne haut la main. Mais c’est pas grave, on a passé un vrai bon moment à rigoler tous les deux.  Il pose sa manette sur la table basse et se rapproche de moi pour regarder ma cheville. Il passe tout doucement ses doigts dessus et attend ma réaction.

-          J’ai plus vraiment mal Harry. Bon certes je vais pas gambader tout de suite mais ça va vraiment mieux.

-          Génial…  Je peux te proposer quelque chose ?

-          Oui, je t’écoutes.

-          Je te propose qu’on aille à la cuisine manger un morceau et qu’on finisse la soirée au chaud dans le jacuzzi.

-          Ouaaaais !!!!!!!

Je sais que ça va nous permettre de renouer un peu les liens. Et je voudrais vraiment que ce soit le cas. Harry a été me chercher mes béquilles et je le suis jusqu’en cuisine.

-          Tu veux manger quoi ?, me demande-t-il

-          Pas grand-chose, j’ai pas super faim.

-          Deux tranches de jambon ça te suffit ?

-          Oui largement.

Il sort un blister de jambon, l’ouvre et le dépose sur la table entre nous. On s’amuse à déchirer les tranches et à manger par petits bouts. Une fois qu’on a fini le plat Harry me dit :

-          Va dans la salle de bain, on prendra le dessert dans le jacuzzi…

-          Oh ?

-          Fais-moi confiance

Je l’embrasse tout doucement dans le cou et vais dans la salle de bain avec mes béquilles. Je m’assois au bord du jacuzzi et mets l’eau à chauffer dedans. J’enlève mon attelle, me déshabille et entre dedans en faisant très attention à ma cheville.  Harry me rejoint quelques minutes plus tard et me tends un magnum au chocolat.

-          Mmmmmh. Trop trop bon. 

Je déballe ma glace pendant qu’Harry se dévêt et s’installe à côté de moi avec aussi une glace à la main. Il se rapproche de moi et passe un bras derrière mes épaules.  On déguste nos glaces en silence en échangeant des petits regards complices. Sa main libre caresse doucement ma cuisse, de la hanche au genou, du bout des doigts.  Ça me fait frissonner de partout et ça le fait sourire. A la fin de nos glaces il m’embrasse très langoureusement et me mord un peu la lèvre inférieure en disant :

-          Désolé, il restait un peu de chocolat.

Il me fait un clin d’œil et je souris au prétexte.  C’est trop mignon. Sa bouche vient câliner mon cou et la myriade de petits baisers me rend complètement dingue.

-          Hazza pourquoi tu…

-          Chut, me coupe-t-il, ne dis rien, profites juste du moment.

Je me tais et le laisse continuer à m’embrasser dans le cou. Il me fait un petit suçon et j’éclate de rire.

-          Doucement Hazza.  T’excites pas trop…

-          Trop tard, me répond-t-il en baissant les yeux et rougissant

Je glisse mes doigts jusqu’à son entrejambe et m’aperçois qu’en effet il a déjà une solide érection.

-          Hazza t’es pas possible…

Je lui souris et prend son membre en main. Je le caresse doucement, il ferme les yeux et penche la tête en arrière, bouche entrouverte. Petit profiteur ! Je le caresse encore et encore mais je joue à faire durer le plaisir.

-          T’en auras plus ce soir si tu veux.  Pour le moment ça suffit, dis-je, je veux encore profiter un peu d’être avec toi…

-          C’est trop mignon ma puce. Mais je voudrais qu’on se fasse une promesse.

-          Dis-moi Hazza.

-          Je voudrais qu’on se fasse la promesse de toujours se dire toute la vérité. Même si ça risque de blesser ou d’énerver l’autre. Parce que le mensonge fait encore bien plus mal…

-          D’accord Harry. Je t’en fais la promesse.

-          Je te la fais aussi.

-          Merci…

On échange un doux baiser et je pose ensuite ma tête sur son épaule. Il caresse doucement mon dos et on continue à discuter.

-          Ta cheville ça va ?

-          Ouais, ça me lance un peu de temps en temps mais sinon ça va.

-          Et ton autre jambe ?

-          Merde. J’ai pas enlevé mon bandage.

Il rigole et me l’enlève sous l’eau avant d’expédier la bande mouillée dans la poubelle d’un leste mouvement du poignet.

-          Essaye d’y penser la prochaine fois, me dit mon petit-ami en souriant, mais t’es trop mignonne à tout le temps tout oublier.

-          Mais… Je t’emmerde. J’oublie pas tout.

-          Ah oui ? C’est pas toi qui a oublié la date de mon anniversaire ?

-          Si mais c’est arrivé qu’une fois…

Effectivement, il y a quelques mois je lui ai souhaité son anniversaire le lendemain de la bonne date. Il l’avait pris en rigolant heureusement. 

-          T’es trop mignonne.

-          Hazza ?

-          Oui ?

-          Est-ce que tu me vois comme ta princesse ?

-          Oui.  Pourquoi cette question ?

-          Parce que la plus belle des preuves d’amour qu’un homme puisse offrir à une femme c’est de la traiter comme sa princesse. Et c’est ce que tu fais avec moi. Donc merci…

-          Mais de rien. Je t’aime ma puce…

-          Je t’aime aussi Hazza. On s’engueule plus jamais comme aujourd’hui hein ?

-          On va essayer.

-          Tu vas faire quoi pour Niall et Gemma ?

-          Je sais pas encore. Je me sens tellement blessé par leur attitude. Surtout Niall, il savait qu’il n’avait pas le droit. C’est ma sœur. Mon unique sœur. Pourquoi elle quoi ?

-          Parce qu’elle est purement magnifique.

-          Ça c’est vrai.

-          Et d’après Niall elle est très très douée au lit…

-          Cécile ! Ne me dis pas ce genre de choses s’il-te-plaît.

-          Oups. Désolé.

-          Il aime vraiment coucher avec elle ?

-          Oh ça oui ! Je suis obligé de le freiner quand il commence à me raconter ses nuits avec elle.

-          Mais… comment ils font pour se voir ?

-          Quand t’es à Los Angeles ils se retrouvent à l’hôtel en général.

-          Ah carrément ?

-          C’est moins risqué qu’à leurs appartements.

-          Exact. Et qui est au courant à part toi ?

-          Pour leur relation ?

-          Oui.

-          Ta mère. Et Louis s’en doute un peu je crois. Mais sinon personne n’est au courant.

-          D’accord.

-          Tu vas pas t’opposer à leur relation hein ?

-          Je sais pas encore.  Je veux protéger ma sœur, et Niall est mon ami, mais j’ai l’impression qu’ils se sont foutus de ma gueule pendant deux ans et ça fait mal.

-          Ils ne se sont pas foutus de toi, ils t’ont protégé. Protégé. Ça paraît difficilement concevable certes mais c’était le but.

-          Merci… On sort de l’eau ?

-          Ça dépend, dis-je, si on sort on fait quoi ?

Je lui fais un petit clin d’œil et il rigole doucement.

-          Oui on va faire l’amour ma puce. Mais doucement, je ne veux pas qu’il y ait de problèmes avec ta cheville.

-          Y’en aura pas.

-          Tu peux pas le savoir…

-          Hazza t’es le type le plus doux au lit que je connaisse.

-          Oui et ?

-          Et on peut faire l’amour sans que ma cheville en souffre.

-          Ok.

Il sort du jacuzzi, je m’assois au bord et il passe son bras sous mes jambes avant de m’emmener en me portant jusqu’au lit. Il m’allonge dessus et vient se placer à quatre pattes au-dessus de moi… ça va être très très chaud je le sens.

 

 

Alors ? Le réveil un peu difficile de Cécile ? Hazza qui a pris des risques pour aller lui chercher une attelle ? Harry qui semble un peu froid et distant ? Cécile qui s'énerve à cause du régime ? La douche en amoureux ? Les béquilles et Cécile qui retrouve sa mobilité ? Le pétage de plombs du repas ? La discussion à coeur ouvert sur le canapé ?  Les produits de régime ? Le début d'après-midi ? Le cadeau du jour ? Cécile qui craque et dit tout pour Niall et Gemma ? La réaction plus qu'explosive d'Harry ? Le coup de file désésperé de Cécile à Niall ? Harry qui débarque en hurlant ? Les explications de Cécile ? Les jeux vidéos et le repas du soir ? Le jacuzzi ? Harry qui hésite sur leurs activités nocturnes mais Cécile qui le rassure ? 

Posté par groovehigh à 12:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :