Yeeeeeeeeeeeeeeeeeeees ! J'ai enfin fini ce chapitre qui est plutôt long et que je sais que vous attendez avec impatience. Alors sans plus attendre je vous laisse le lire ;)

Chapitre 18: Déménagement...

JOUR 160

-          Oh la vache putain Danielle t’es énorme !!!

-          Je sais, dit-elle en posant la main sur son ventre, ça va toi ? Et Jade ?

-          Moi ça va, dis-je

-          Moi aussi !, dit Jade en passant sa tête depuis la cuisine, oh mon Dieu Danielle, t’es vraiment…

-          Grosse ? Oui elle sait, dit Liam en souriant, en même temps elle est enceinte de triplés.  Bon on commence par quoi ?

-          Danielle, va aider Jade en cuisine s’il-te-plaît, il faut emballer la vaisselle, dit Zayn en arrivant dans le salon, Niall et Liam venez m’aider à démonter le bureau de Lily.

-          J’peux pas aller aider les filles en cuisine plutôt ?, dis-je

-          Non, me dit Zayn, j’ai besoin d’un handicapé du bricolage pour tenir les planches. D’ailleurs quelqu’un sait où sont Louis et Harry ?

-          Non, répondons-nous en chœur

Louis me regarde, m’embrasse machinalement et sort de la voiture. Quelque chose s’est comme… brisé entre nous depuis deux semaines. Et il ne fait aucun effort pour changer ça. Il m’en veut, il m’en veut d’avoir brisé son rêve de mariage. Mais je ne pouvais pas faire autrement. Il ne peut pas se marier avec moi, même si j’adorerais, alors qu’Eleanor est dans le coma à l’hôpital. Il est hors de question que je le laisse faire ça même si ça me brise le cœur.

-          Putain Haz’ tu te bouges ? On est en retard je te rappelle…

Je soupire et regarde Louis qui m’attend. Lui et moi on va avoir une sérieuse conversation ce soir. Très sérieuse.

-          Lily, les jouets faut les ranger, pas jouer avec. Met les poupées dans un carton, les jeux de société dans l’autre. Henry tu prends les peluches et tu les mets dans le grand carton là, allez on se dépêche. Niall, fais un effort s’il-te-plaît, sinon Liam pourra pas dévisser correctement.

Le blondinet me tire la langue et je le laisse faire avec Liam. Jenny est à l’auto-école alors c’est moi qui supervise les opérations. Aujourd’hui elle emménage chez moi. Pour de bon.

-          On est là, gueule Harry depuis le salon, oh la vache Danielle…

-          ON SAIT !, répondent Danielle et Liam en chœur

-          Bon les mecs, on se met au boulot, y’a la bibliothèque à vider, les cartons sont prêts, vous empilez, et quand ils sont pleins vous scotchez, dis-je en passant dans le salon

J’entre dans la cuisine où les filles discutent en emballant la vaisselle dans du papier bulle et en la rangeant dans des cartons.

-          Vache Danielle c’est vrai que t’as grossi, j’avais pas fait gaffe tout à l’heure mais t’es énorme.

-          Je sais, me dit-elle en souriant, j’ai pris quatre kilos en deux semaines, et vingt centimètres de tour de taille.

-          Bon courage, vous avez besoin de plus de cartons les filles ?

-          Non ça devrait aller. Y’a pas tant de choses que ça Zayn, me dit Jade, on devrait avoir vite fini. Elle arrive quand ta princesse ?

-          Je suis là, dit Jenny en enroulant ses bras autour de ma taille et en m’embrassant dans le cou, oh putain Danielle t’es…

-          Enorme oui je sais, dit Danielle en rigolant, tout le monde me l’a dit. Allez, aide-nous, à trois on ira plus vite

-          D’accord.

On vient de finir de démonter le bureau et Niall a insisté pour aider les petits à ranger les jouets. Du coup j’ai été retrouver Zayn pour démonter les autres meubles.  On est en train de démonter la commode de la salle de bain, préalablement vidée, et j’observe Harry et Louis dans le salon. Ils n’ont pas échangé un mot, pas un baiser, pas un geste tendre. Eux qui sont si tactiles d’habitude.

-          Tu ne les trouve pas bizarre ?, dis-je à mi-voix à Zayn

-          Ils sont brouillés. Ils font chambre à part à l’appart. Me demande pas pourquoi j’ai pas réussi à savoir.

-          Merde. C’est pas le moment pour eux de se brouiller… T’as pas une vague idée de ce qu’il a pu se passer ?

-          C’est Louis qui fait la gueule à Harry, mais Haz’ a pas voulu m’en dire plus.

-          J’aime pas ça. Il l’aime plus que tout, pourquoi il serait fâché contre lui ?

Vu comment Liam et Zayn nous regardent ils parlent de nous. Je jette un coup d’œil à Harry, il me fait un faible sourire et se reconcentre sur les livres qu’il est en train d’empiler.  Je m’en veux d’être fâché avec lui mais il m’a profondément déçu en refusant ma proposition de mariage. Surtout que je sais qu’il en rêve secrètement depuis des années. Je veux l’épouser, je veux officialiser avec lui, j’en ai besoin.  C’est viscéral pour moi. Et c’est viscéral aussi que je lui fasse la tête, il m’a déçu, blessé, presque humilié.

-          Louis, pourquoi tu pleures ?

Je me tourne vers Lily qui me regarde avec ses grands yeux d’enfant sage.

-          Parce que je me rends compte que je suis en train de perdre l’homme que j’aime le plus au monde. Excuse-moi Lily, faut que je parle à Harry… Haz’, viens avec moi s’il-te-plaît.

Je prends le bras de mon petit-ami et l’entraîne vers une pièce vide. Je ferme la porte sur nous, encadre le visage d’Harry de mes mains et dis :

-          Je suis tellement désolé. Tellement. Excuse-moi pour ces derniers jours. Je t’aime. Je ne veux pas te perdre.

-          Louis, stop. Je t’en veux pas, je t’aime aussi. Je suis dingue de toi depuis le premier jour. On en reparlera au calme.

-          J’ai pas droit à un bisou ?

-          Je sais pas…

Il me fait un clin d’œil et me vole un doux baiser.

Henry me regarde en attendant que je lui dise quoi faire. Lui et Lily ont fini de ranger les jeux de la jeune fille  dans les cartons.

-          Viens avec moi bonhomme, on va voir ce qu’on doit faire maintenant.

Je prends la main du petit garçon et on va dans le salon. Zayn nous dit alors :

-          Vous avez faim ?

-          Ouiiiiii ! s’exclame Henry

-          Comme ton fils, dis-je en souriant, je crève la dalle…

-          Nous aussi, disent Harry et Louis en arrivant main dans la main

-          On a commandé des pizzas les morphales, dit Jenny en arrivant.

On se doutait qu’ils auraient la dalle. En même temps il va être midi. Cet après-midi on devrait avoir un peu de renforts : Jesy, Leigh-Anne et Simon ont dit qu’ils passeraient.  Jesy et Leigh-Anne ne me portent pas vraiment dans leur cœur, forcément, j’ai pris la place de Perrie, mais Jade et Zayn les ont convaincues de venir.

-          Qui a dit qu’on allait manger ?, dit Danielle en arrivant derrière-moi, j’ai troooop faim !!

Liam éclate de rire et vole un baiser à sa copine. Ils sont trop mignons tout les deux. Il caresse doucement le ventre arrondi de sa copine. En fait, à trois mois et demi de grossesse elle a le ventre d’une femme enceinte de neuf mois. Sauf qu’elle va encore grossir. Elle grossit de jour en jour de ce qu’en dit Liam, mais on n’en sait pas beaucoup plus, ils sont partis se ressourcer au soleil pendant une semaine et demie, ils sont rentrés hier.

-          Il reste quoi à emballer ?, demande Jade après avoir embrassé longuement son petit-ami

-          Essentiellement les bibelots, dis-je, et nos fringues.

-          Et en meubles ?, demande Liam

-          Vous avez démonté les deux seuls qui m’appartenaient, tout le reste je le rends avec l’appartement…

-          Oh, dit Harry, bah l’avantage au moins c’est qu’on ira vite…

-          Exactement !, dit Zayn, bon allez, on se pose au salon, les pizzas devraient pas tarder à arriver.

On se pose tous au salon, mais le carton de livres que j’ai rempli gêne Henry qui ne peut pas s’assoir. Le petit garçon essaye de le soulever mais il n’y arrive pas.

-          Attends, je vais t’aider, lui dit Lily

Zayn me fait signe de ne pas bouger et de les laisser faire, on regarde tous les petits en rigolant. Lily tire le carton et Henry le pousse et ils réussissent à le reculer d’un bon mètre. Ensuite ils se tapent dans la main et se retournent vers nous. Je regarde Harry et me mords la lèvre pour ne pas éclater de rire. Ils sont trop chou.

-          Trop chou, dis-je à l’oreille de Jenny qui s’est assise à côté de moi, ils sont tout le temps comme ça ?

-          Tout le temps. Ils sont comme frères et sœurs.

-          Tant mieux non ?

-          Oui.

Louis n’a pas lâché ma main, il la caresse doucement tout en discutant avec Jenny. Zayn est parti récupérer les pizzas dès que le livreur a sonné, Lily et Henry joue à un jeu en se tapant dans les mains (va savoir…), Liam caresse le ventre de sa belle, Niall et Jade se sont éclipsés on ne sait où.

-          Harry ? Tu sais où est Niall ?, me dit Zayn en revenant avec les cartons de pizza

-          Aucune idée.

-          Eh ! s’exclame Jenny, hors de question qu’ils fassent un gosse dans mon appartement !!! NIALL ! JADE ! BOUGEZ VOTRE CUL SINON Y AURA PAS DE PIZZA POUR VOUS !!

-          On arrive, dit Niall en étouffant un rire

Mon Dieu, il faut absolument qu’ils arrêtent de se sauter dessus comme ça. C’est de pire en pire. Remarque c’est le meilleur moyen pour avoir ce bébé qu’ils désirent tant.

Henry regarde le ventre de ma petite amie depuis un long moment et je sens que la question ne va pas tarder à arriver. Probablement dès qu’il aura fini sa mini-pizza que son père lui a commandé. Danielle est en train de manger la sienne en caressant doucement son ventre. Henry a fini sa pizza, regarde Danielle, pose la main sur le bras de ma petite-amie pour attirer son attention et dit :

-          Pourquoi t’as un gros ventre Danielle ?

-          Euh… dit Dan’ un peu surprise, parce que j’ai des bébés qui grandissent dans mon ventre

Henry se retourne un peu surpris vers son père qui hoche la tête pour lui dire que c’est bien la vérité.

-          Combien y’en a des bébés ?, demande poliment Lily

-          Y’en a trois, dis-je, trois bébés.

-          On appelle ça des triplés non ?, dit Lily

-          Oui c’est ça ma puce, dit Danielle, comment tu sais ça ?

-          Une fois y’avait des triplés dans ma classe, dit Lily

Trop mignon. Danielle autorise les deux petits à poser leur main sur son ventre, ce qu’ils font en souriant. 

Avec Jade on fait profil bas, on pensait que notre fuite passerait inaperçu. Ce n’était pas le cas. Mais j’en avais besoin, j’avais besoin de me retrouver seule avec elle.  Jade mange sa pizza d’une main, de l’autre elle caresse mon dos, sous mon t-shirt. On est plus amoureux que jamais. 

-          Psst, Niall ?

Je sursaute et regarde Zayn qui vient de m’interpeller

-          Oui ?

-          Se sauter dessus tout le temps n’est pas la solution pour la mettre enceinte. Il vaut mieux… viser juste et du premier coup…

-          C’est pervers comme tout ce que tu viens de dire là.

-          Je sais, me répond Zayn, mais ça me manque de faire des blagues salaces…

-          Le plus salace d’entre nous on sait très bien que c’est toi Zayn…

-          N’importe quoi !!!

-          Y’a qu’à regarder la collection de dvd pornos que tu caches sous ton lecteur dvd.

-          Quoi ? Mais je…

Je souris, il ne peut pas se défendre. La collection de pornos c’est la mienne, mais ça il ne peut pas le prouver.

-          ZAYN ! Qu’est-ce que Niall vient de dire là ?, me demande Jenny

Putain. Je viens de comprendre le plan de Niall pour se venger. Très malin.

-          Zayn ?

-          Oui ma puce ?

-          Est-ce que c’est vrai ?

-          Euh… oui.

Je baisse la tête m’attendant à la pire des réactions de sa part.

-          Pourquoi ?

-          C’était avant qu’on soit ensemble Jenny… Je te le jure.

-          Je te crois.

-          Vraiment ?

-          Evidemment, j’ai toute confiance en toi Zayn… Cependant, il serait plus normal que tu t’en débarrasses, je ne voudrais pas que les petits tombent dessus par erreur.

-          D’accord. Je les filerai à quelqu’un qui semble en avoir plus besoin que moi, dis-je en regardant méchamment Niall qui éclate de rire

Finalement Jenny a plutôt bien réagi. Et puis je suis sûr qu’elle cache aussi de nombreuses choses, mais je ne vais pas chercher à savoir quoi. Elle a droit à son jardin secret.  Enfin c’est ce que je pense.

Je sursaute en entendant sonner à la porte. Ça doit être les mains supplémentaires qu’on a sollicitées pour nous aider. Je vais ouvrir et me retrouve face à deux magnifiques jeunes femmes : Jesy et Leigh-Anne. Zayn est venu me rejoindre et je me décale pour le laisser aller saluer les filles. Il les serre chacune dans ses bras un long moment puis il recule, s’écarte d’elles et dit :

-          C’est super sympa d’être venu les filles. Vous ne connaissez pas Jenny c’est ça ? C’est ma nouvelle petite-amie, enfin… vous le savez…

Il rit nerveusement.

-          Enchanté, dit Jesy en me serrant la main

-          Ravie, dit Leigh-Anne en me serrant la main elle aussi

Bon, c’est pas gagné. Elles entrent dans l’appartement et vont saluer tout le monde, y compris ma fille qu’elles semblent connaître. Je me retourne vers Zayn pour lui demander des explications et il dit :

-          La fois où on a enregistré l’album pour Perrie.  Elle était avec moi en studio. Elle m’a d’ailleurs bien aidé.

-          Oh.

Les filles ont revêtu un legging archi moulant et un petit débardeur, une tenue très pratique mais aussi très sexy et je vois Niall leur lancer de petits regards en coin dès que Jade ne le regarde pas.  Il manque encore Simon et on pourra se remettre au travail. Tout le monde sursaute en entendant la sonnette retentir une nouvelle fois. Jenny ouvre la porte et dit :

-          Oh, une paire de bras supplémentaire, bonne idée Simon. Et j’en connais deux qui vont être contents.  

Jenny et Zayn serrent Simon dans leur bras avant de le laisse rentrer mais de ce que j’ai compris il est venu accompagné.

-          Je suis passé récupérer une jeune demoiselle qui s’est proposé d’aider pendant son jour de congé, ça ne dérange pas j’imagine qu’Océane nous aide ?

-          Océane ? Simon t’es vraiment génial !!

Je tape dans la main d’Harry et on va serrer notre amie dans nos bras. Elle a eu une semaine très chargée à l’hôpital donc on ne l’a pas beaucoup vue.

Je considère la tenue de Jesy et Leigh-Anne comme de la provocation. Je sais ce qu’elles cherchent à faire, elles veulent me tester. Voir si je suis totalement amoureux de Jade ou si je pourrais aller voir ailleurs. Jade m’avait prévenu, elle se doutait que les filles feraient quelque chose dans le genre.

-          Bon, maintenant que tout le monde est là je pense qu’on peut se mettre au travail, dit Jenny, je vais aller trier mes fringues avec Zayn, Louis et Harry est-ce que vous pouvez aller aider Lily à trier les siens, Henry, avec Niall et Jade vous videz la salle de bain s’il-vous-plaît, Jesy et Leigh-Anne il faudrait terminer de vider la bibliothèque. Simon et Océane vous pouvez terminer d’emballer tout ce qu’il y a dans la cuisine ?

-          Et nous ?, demande Liam

-          Il faudrait vider le placard dans l’entrée, doit y’avoir des tas de conneries dedans mais je ferais le tri plus tard.

-          Ok, on le fait, dit Danielle, allez, au boulot.

Je prends la main du fils de Zayn et on file dans la salle de bain, il y a des tas de produits cosmétiques, de bain, de maquillage, bref il faut tout ranger au mieux dans un immense carton. Henry s’amuse à reboucher tous les flacons ouverts et à les ranger, bien droit dans un bac en plastique que son père lui a confié à cet effet.

J’ai suivi Jenny jusqu’à sa chambre, elle a ouvert son placard et elle sort ses fringues, je les plie et les empile dans un grand carton. Je découvre un certain nombre de jolis petits vêtements que je ne lui ai jamais vu porter. Je suis même assez impressionné par le genre de vêtements qu’elle me cache, c’est plutôt sacrément mignon et sexy.

-          Jen’ ?

-          Mmmh ?

Elle se tourne vers moi avec une pile de shorts dans les mains, et attend que je lui demande ce que je voulais lui demander.

-          Pourquoi tu portes jamais tout ça ? T’as des hauts très jolis, mais tu les mets jamais…

Elle pose les shorts dans le carton et s’assoit au bord du lit en soupirant. Je vais fermer la porte de la chambre et m’assois à côté d’elle. Je prends ses mains dans les miennes et l’embrasse doucement sur le front.

-          Je… Zayn c’est pas facile à dire…

-          Prends ton temps.

-          Après la mort de David j’ai perdu toute confiance en moi… Je ne voulais plus me regarder dans la glace, j’étais au fond du trou, bref j’ai un peu abandonné les petits hauts qui me mettaient bien en valeur. Il adorait me voir dedans, ça me rappelle trop quand il était là…

-          Je comprends. Tu sais, si tu ne veux plus les porter t’es pas obligé de les emmener. On pourra se faire une virée shopping ensemble.

-          Je verrais Zayn.  Pour le moment faut vraiment qu’on continue à tout ranger.

-          Oui.

-          Eh, Jenny, embrasse-moi.

Elle presse longuement ses lèvres contre les miennes puis on se remet au boulot.

On aide Lily à ranger toutes ses affaires dans des cartons et des valises. Enfin, on la regarde faire puisqu’elle a catégoriquement refusé qu’on le fasse. Du coup Louis et moi on s’est allongés sur le lit de la petite et on garde un œil sur elle en s’embrassant assez langoureusement.

-          Berk, c’est dégoutant, dit-elle en s’arrêtant et nous regardant avec ses deux mains sur les hanches, vous êtes dégouuuuutants !

Louis et moi on éclate de rire, et on se redresse.

-          Tu nous laisse t’aider alors ?, dit Louis

-          Oui, vous avez qu’à ranger mes affaires d’école !!!

La petite éclate de rire et je souris à Louis. Elle est trop mignonne. On se lève et on s’attelle à ranger ses affaires d’école. C’est dingue tout ce qu’elle a, et tout ce qu’il nous faut ranger.

On a eu assez vite fini, du coup on a été aider Simon et Océane en cuisine.  On est en train de chercher comment empiler au mieux les casseroles dans un carton. Simon et moi on se casse la tête pendant qu’Océane et Danielle discutent de grossesse, de bébé, et d’hormones je crois…

-          …as discuté avec ton gynéco de ta prise de poids ?

-          Oui, il a dit que c’était tout à fait normal.

-          Il a mis en place un suivi avec des rendez-vous réguliers pour suivre tout ça ?

-          Oui, répond ma copine, t’en fais pas Océane, je suis bien suivie.

-          Et le travail ?

-          Je suis en congé maternité, Simon m’a fait signer mon congé d’un an il y a quelques jours. Hein Simon ?

-          Exact Danielle

-          C’est bien, dit Océane, les derniers triplés qu’on a eu à l’hôpital sont arrivés avec six semaines d’avance parce que la mère n’avait pas pu avoir de congé pré-partum, un vrai désastre.

-          Ils vont bien ?, dis-je un peu inquiet

-          Oui oui, mais la mère a eu du mal à récupérer après ça. Mais avec Danielle ça devrait bien se passer…

Je me désintéresse de la suite de la conversation et on termine de mettre la vaisselle en carton, on a presque tout fini.

La salle de bain a été assez vite à ranger et on a fini. J’installe Henry sur le canapé, devant la télé, et Jade et moi on aide Jesy et Leigh-Anne à terminer de tout mettre en carton dans le salon. J’emballe tout pendant que les filles me passent les objets en discutant entre elles. Elles parlent de Jenny, évidemment.

-          … connu ?, dit Jesy

-          Au cimetière je crois, dit Jade, mais tu lui demanderas

-          Comment ça se fait qu’ils emménagent ensemble aussi tôt ?, reprend-t-elle

-          Ils ont vécu à peu près les mêmes choses, répond ma petite amie, le père de Lily est mort dans des circonstances tragiques, et ça a été un véritable coup de foudre entre eux…

-          T’en pense quoi toi ?, dit Leigh-Anne

-          Zayn est heureux, il sourit, il fait autre chose qu’aller voir Perrie au cimetière et…

-          C’est bien ça le problème, la coupe Leigh-Anne, il a complètement oublié Perrie.

-          Je ne suis pas d’accord, dis-je en intervenant, il ne l’a pas oublié, il essaye juste d’aller de l’avant. Perrie lui manque, elle manque à tout le monde, mais je préfère le voir heureux avec une très belle et très gentille jeune femme plutôt que seul à pleurer au fond de son lit. Et vous devriez être contentes pour lui.

-          C’est quand même très rapide, ça fait seulement 160 jours que Perrie est morte, et ul emménage déjà avec une autre femme, dit Leigh-Anne

-          Vous n’avez même pas donné sa chance à Jenny ! s’exclame Jade outrée, essayez de voir ce qu’elle vaut avant de la juger, vous ne lui avez même pas parlé. Elle est vraiment adorable, et elle ne prendra jamais la place de Perrie, Perrie et Jenny sont deux personnes différentes, et vous devriez le comprendre !

Elle a haussé le ton et la regarde méchamment. Je n’ose pas intervenir de peur de briser quelque chose entre les deux filles. Jesy me regarde d’un air désolé en haussant les épaules.

-          Pourquoi vous criez ?, dit innocemment Lily en débarquant dans le salon tirant deux valises derrière-elle

-          Pour rien Lily, dit Jade en souriant, je pense que Leigh-Anne a compris ce que je voulais lui dire. T’as fini de vider ta chambre ?

-          Oui.

-          Et ils sont où Harry et Louis ?, dis-je

-          En train de faire des cochonneries sur mon lit, répond la petite en s’installant sur le canapé avec son demi-frère

Jade et moi on se regarde et on éclate de rire.

-          Les paquets de bouffe entamés on en fait quoi ?, dis-je en avisant les placards

-          Dans le bac vert, dit Océane, consigne de Zayn, ils trieront tout chez lui.

-          Ils n’ont pas fini de trier à mon avis, dit Simon, elle va y passer des jours et des jours.

-          Elle est pas censée travailler pour toi Simon ?, dis-je

-          Elle a posé ses jours de congé durant votre première semaine de concert, pour tout ranger ça ne sera pas de trop.

-          Et j’irai l’aider, me dit ma petite amie, j’ai prévu ça avec elle

-          Tu comptais me le dire quand ?, dis-je

-          Euh… j’ai pas pensé. Désolé, dit Danielle en rougissant légèrement

-          Pas grave.

Je lui vole un baiser et on finit de vider la cuisine.

Louis est allongé dans mes bras, sur le lit de Lily. On discute calmement, on profite d’être seuls tous les deux.

-          Tu sais, dit Louis, je me disais que Zayn était en train de tourner la page de l’accident, mais moi je ne pourrais jamais la tourner. Pierre est intrinsèquement lié à ce jour fatal.

-          Louis, vous allez vous reconstruire, mais ça sera plus long pour toi j’en doute pas. Mais je t’aiderais.

-          Vraiment ? Pourtant tu ne veux pas te marier avec moi…

-          Louis, on en a déjà parlé des dizaines de fois…

Je soupire et il me regarde en disant :

-          Désolé, je sais que t’as raison, enfin non, ça me brise le cœur et ça m’atteint dans ma fierté que tu refuses de te marier avec moi et…

-          QUOI ??????????

On sursaute et on se retourne vers Zayn qui nous regarde sans comprendre.

-          Dites moi que je me fais des idées et que j’ai pas entendu ce que je viens d’entendre, dis-je

-          Je sais pas ce que t’as entendu, dit Louis, mais tu te fais sûrement des idées.

-          J’ai entendu que vous alliez vous marier.

-          Quoi ? Qui va se marier ?, dit Niall en passant sa tête derrière mon épaule

-          Personne, dit Harry, vous n’avez rien entendu et on n’en dira pas plus.

-          Ah non, dis-je, moi je veux comprendre.

-          On peut expliquer à tout le monde alors ?, demande Harry, j’ai pas envie d’en parler des dizaines de fois. Une seule sera bien suffisante.

-          Ok, on a fini de toute façon, après faudra tout charger dans les voitures, dis-je, on vous attend dans le salon, dépêchez-vous.

Zayn et Niall repartent et je pose ma tête sur le torse d’Harry.

-          On est dans la merde, dis-je, qu’est-ce qu’on va leur dire ?

-          La vérité, me répond Harry, c’est nos amis, on a confiance en eux non ?

-          C’est vrai. Mais ils ne vont pas aimer.

-          Ça te libèrera d’en parler. Crois-moi.

-          Hazza, quoi que les autres vont en dire sache que je le pensais vraiment quand je disais que je voulais qu’on se marie.

-          Chut Louis, je le sais ça. Et tu sais ce que je t’ai répondu.

-          Oui. Allez, debout, on y va !

Avant de rejoindre nos amis au salon je l’embrasse très longuement en passant mes bras autour de son cou.

Ça me fait trop bizarre de voir mon appartement vide comme ça, on s’est tous réunis au salon, Zayn et Liam se chargent de faire du thé et du café et Danielle a ramené un paquet de petits gâteaux de la cuisine, ça va nous faire du bien de faire une petite pause.

-          Jenny ?

Je me retourne vers Jesy qui vient de m’interpeller.

-          Oui ?

-          T’as une fille très mignonne et très intelligente. Et je suis désolé de t’avoir jugé aussi rapidement, parce que tu m’as l’air d’être quelqu’un de bien.

-          Merci. Vous voulez rester manger ce soir à l’appartement toi et Leigh-Anne ? ça nous permettra de discuter un peu plus.

-          Moi je veux bien, dis-je

-          Moi aussi, dit Leigh-Anne, c’est gentil de ta part.

Je souris à la jeune femme et vois Zayn lever ses deux pouces en l’air dans ma direction. A ce moment précis Louis et Harry débarquent dans le salon, main dans la main, et un peu hésitants.

-          Bon vous nous expliquez votre histoire de mariage ?, dit Zayn aux deux arrivants

-          Oui, dit Louis en s’asseyant sur un coin du canapé avec son petit-ami sur ses genoux

De mariage ? C’est quoi cette blague ? Qu’est-ce qu’ils ont à nous dire ?

-          Voilà, se lance Louis, y’a une semaine et demie j’ai dit à Harry que je voulais me marier avec lui…

-          QUOI ?, s’exclame Simon

-          Oh putain ! lâche Océane

-          Mon Dieu, dis-je en même temps que Jade

-          C’est une blague hein ?, dit Zayn

-          Non, dit Louis, c’est pas une blague.

-          Le seul problème, dit Harry, c’est que j’ai refusé.

Un soupir de soulagement s’échappe de nos bouches à tous. Je n’ose même pas imaginer le cataclysme s’ils avaient décidé de se marier.

-          On peut savoir pourquoi tu as refusé Harry ?, demande Simon

-          Parce qu’on ne peut pas faire ça, pas tant qu’Eleanor est… enfin voilà. Le jour où elle se réveillera il sera bien temps pour Louis de réfléchir à la personne avec laquelle il veut passer sa vie.

-          T’as raison Harry, dit Océane, t’en penses quoi Louis ?

-          Je suis blessé dans ma fierté et dans mon ego mais au fond de moi je sais qu’il ne se trompe pas. Mais je lui en veux quand même un peu. Ceux qui nous auront croisé cette semaine comprennent pourquoi on était un peu en froid.

Louis caresse doucement ma cuisse, je sais que ça le détend plus que ça ne me relaxe moi. Tout le monde nous regarde, ne sachant trop quoi dire…

-          Et bah, finit par lâcher Danielle, je pense qu’on est tous d’accord pour dire que vous avez bien fait d’en parler, et Louis, Harry a raison et tu le sais. Mais tu me fais pitié à être tout triste comme ça, viens là que je te fasse un câlin.

Je laisse Louis se lever et il va serrer la jeune femme dans ses bras. Ça se finit en un immense câlin collectif, même les enfants nous rejoignent. Je dois bien avouer que ça fait du bien.  Je croise le regard de Simon en prenant ma place et je comprends qu’il me prendra sûrement à part tout à l’heure pour qu’on en discute. Mais je sais que j’ai fait preuve d’un immense courage en écoutant ma raison plus que mon cœur. Pourtant je voudrais épouser Louis, il est celui qui fait battre mon cœur jour après jour, mais on ne peut juste pas. Même si on le voudrait tous les deux. Ça ne serait ni correct pour Eleanor, ni pour Jay, ni même pour Pierre. D’ailleurs en parlant de Pierre il faudra qu’on passe le voir demain avant de partir. Ça va encore être un déchirement pour Louis de devoir laisser son fils pour un mois et demi. Mais c’est la dernière fois, ensuite on rentrera, et tout notre boulot se fera en studio. Heureusement parce que c’est à peu près à cette période que Pierre devrait sortir de la maternité. Ça va être du boulot… Et Eleanor qui est toujours dans un profond coma. Si seulement elle pouvait nous donner un petit signe qu’elle va bien, ça ferait beaucoup de bien à Louis de savoir qu’il y a un espoir qu’elle se réveille un jour.  

-          Hazza ?

-          Hmm ?

Je lève la tête et cherche qui m’a appelé, c’est Liam.

-          Oui Liam ?

-          Ça va ? T’as l’air songeur…

-          Oui oui, je pensais juste à … dans quelques mois. Bon, on s’y remet ? Parce qu’on a un paquet de cartons à descendre.

-          Oui, dit Simon, je pense que tu as raison Harry

J’ai écouté les grands parler mais je n’ai pas tout compris. Quand tout le monde se lève je prends le bras de Zayn et il se rassoit à côté de moi.

-          Qu’est-ce qu’il y a ma puce ?

-          Pourquoi Harry et Louis ils ne peuvent pas se marier ?

-          C’est compliqué Lily…

-          Mais, je croyais que les amoureux ils se mariaient…

Jenny s’est arrêtée pour savoir ce que sa fille me voulait. D’un regard je lui fais comprendre que je suis embêté par la question de Lily mais Jenny me dit :

-          Explique-lui, elle est grande. Mais sans rentrer dans les détails.

-          M’expliquer quoi ?, dit Lily

-          Pourquoi Harry et Louis ne peuvent pas se marier, c’est bien ce que tu voulais savoir ?

-          Oui.

Jenny est partie aider les autres à regrouper les cartons et je me retrouve seul sur le canapé avec Lily et Henry. Mais mon fils est captivé par la télé.

-          Bon alors… En fait, Louis aime Harry, mais il a aussi une autre petite amie.

-          Une amoureuse ?

-          Oui une amoureuse. Mais elle est à l’hôpital, dans le coma…

-          C’est quoi le coma ?

-          C’est comme si elle dormait, mais sans pouvoir se réveiller. Donc ils la gardent à l’hôpital. Et Louis a aussi un petit bébé, mais comme il est encore trop petit il est à l’hôpital toute la journée.

-          Comment il s’appelle le bébé ?

-          Pierre.

-          D’accord. Mais…. Pourquoi ils ne peuvent pas se marier ?

-          Parce qu’un jour Eleanor, l’amoureuse de Louis, va se réveiller, et si elle voit que Louis est marié elle va être très très triste. Tu comprends ?

-          Oui je crois. Mais… Louis il est pas triste pour son amoureuse ?

-          Si, dit Louis en s’accoudant au dossier du fauteuil, je suis très triste. Mais j’ai Harry pour aller mieux.

Lily se met à genoux sur le canapé et elle enroule ses petits bras autour du cou de Louis en lui disant :

-          Ton amoureuse elle va vite se réveiller. Et tu me montreras des photos de ton bébé ?

-          Oui promis, lui dit Louis en souriant, tu pourrais venir nous aider maintenant ? Y’a ton sac d’école à récupérer dans ta chambre.

-          Oui j’arrive, dit Lily en filant avec lui

Elle est trop mignonne. Et je ne pensais pas réussir à lui expliquer ça comme ça.

On a regroupé tous les cartons dans l’entrée. On a prévu de les transporter à l’aide de nos voitures. Là on va devoir s’entraider entre mecs vu le poids des cartons, les filles ne pourront sûrement rien porter. De toute façon il reste deux trois cadres à photos à décrocher, les filles vont s’en occuper.

-          Bon, on en charge un maximum dans la voiture de Zayn, ensuite dans celle de Louis et si y’a vraiment plus de place on chargera la mienne.

-          Nous on fait quoi ?, dit Danielle

-          Toi ma chérie tu te poses sur le canapé, t’en as largement assez fait pour aujourd’hui. Les autres filles, faut refaire le tour de toute les pièces et s’assurer qu’on a rien oublié. Et y’a des cadres à photos à décrocher du mur aussi Jenny.

-          Je m’en occupe avec toi Jenny, s’exclame Jade

Les autres filles vont se poser sur le canapé. Nous on commence à trimballer les cartons.

Jade s’est proposé de m’aider à décrocher les cadres à photos. Il n’y en a pas beaucoup, amis c’est vrai que j’aimerais les récupérer, surtout celui qui est dans le salon et qui nous représente, David, Lily et moi. C’est la seule photo que j’ai conservé en l’état, toutes les autres sont au fond d’une boîte dans l’un des cartons que les garçons descendent. Lorsque je le détache du mur pour le confier à Jade je vois une enveloppe tomber par terre. Je la ramasse, elle porte une simple inscription « Pour mes deux trésors, si jamais… ». Je reconnaîtrais l’écriture entre mille : c’est celle de David. Les larmes me sont montées aux yeux et Jade a bien remarqué que quelque chose n’allait pas. Elle a posé le cadre sur la table et me prend dans ses bras.

-          C’est… c’est de…

-          Chut. Je sais ce que c’est. Perrie avait fait pareil… Faut croire qu’ils étaient prévoyants. Tu veux l’ouvrir maintenant ?

-          Non, je l’ouvrirais ce soir avec Zayn. Mais je ne m’y attendais pas… Pas du tout…

-          Chut… pleure un bon coup si ça te fait du bien…

En attrapant un carton de livres je m’aperçois que ma copine est dans les bras de ma meilleure amie. Elle semble pleurer mais Jade me fait signe de filer sans rien demander. Pourtant ça m’inquiète énormément. Je n’aime pas quand Jenny va mal.

-          Jesy ? Tu sais ce qu’elle a ma copine ?

-          Aucune idée, me répond Jesy en haussant les épaules, mais tu sais à quel point Jade sait réparer les cours blessés..

-          Oui.

-          Bon Zayn tu bouges ton cul ? T’es en plein dans le passage là, me dit Louis en rigolant et en me poussant gentiment

-          Oui oui.

La voiture de Zayn est pleine, celle de Louis presque aussi. A mon avis il va falloir que Liam consente à faire lui aussi usage de son coffre. Les garçons m’ont assigné au rangement des cartons dans les coffres, Simon, Louis et Harry descendent les cartons et me les amène, je me charge ensuite de les empiler au mieux. Bref, je joue à Tetris. Zayn et Liam viennent de commencer à descendre les planches des meubles qu’ils ont démontés ce matin.

-          On arrive au bout Niall, me dit Liam, il ne reste plus grand-chose. Je vais ouvrir ma voiture, on mettra les meubles dedans.

-          D’accord.

Zayn s’appuie sur la planche qu’il portait pendant que Liam rapproche sa voiture et ouvre le coffre.

-          Niall ?

-          Ouep ?

-          Vous voulez toujours faire un enfant toi et Jade ?

-          Oui. Mais on prend un peu plus notre temps. On en a beaucoup parlé et finalement ce n’est pas si urgent que ça.

-          Génial.

-          Ça t’enchante ps vraiment hein ?

-          Non pas trop, mais vous êtes adultes, vous faites ce que vous voulez.

-          Zayn, dis pas ça, t’en as pas rien à foutre, je sais que ça te blesse.

-          Je n’imagine juste pas Jade avec un bébé.  Toi je m’en fous, je sais que t’assumeras, elle elle est fragile, la mort de Perrie lui pèse encore énormément, et je ne pense pas qu’elle soit capable d’assumer un bébé. Mais c’est votre problème pas le mien…

-          Zayn, dis-lui tout ça, peut-être que si t’es franc avec elle ça ira mieux.

-          Je ne peux pas. Et puis ça me regarde pas, c’est votre vie. Allez, bouge, faut que je mette la planche dans le coffre de Liam.

Je suis déçu qu’il ne veuille pas dire ça en face à face à Jade. Mais peu importe. De toute manière elle ne changera pas d’avis, quoi qu’on lui dise. Et je m’en fous, je veux aussi avoir des enfants, alors pourquoi pas dès maintenant ?

On a fini avec les cartons et on s’est posés sur le canapé avec Simon et les filles. Jenny a récupéré les dernières choses qu’elle voulait récupérer mais elle ne semble pas aller trop bien. Jade caresse doucement son dos pour la détendre, c’est chou. Jesy et Leigh-Anne discutent à voix basse en observant Jenny, et Océane câline Henry et Lily qui regardent la télé. C’est trop mignon.

-          Océane ?,  l’interpelle Harry, tu restes manger à la maison ce soir ?

-          Si vous voulez.

-          Ça sera avec plaisir, dis-je, t’as une photo de ton filleul sur ton téléphone au fait ?

-          Oui, dit Océane, tu veux voir ?

-          Oui j’adorerais.

Elle se rapproche de moi et me montre la myriade de photos qu’elle a de Pierre. C’est trop mignon.

-          Et nous on peut voir ?  demande soudain Leigh-Anne

-          Evidemment, vous allez voir, il est trop mignon…

Océane leur montre les photos de mon fils et les filles fondent littéralement devant sa bouille d’ange. C’est vrai qu’il est mignon. Et il sera un vrai tombeur plus tard j’en suis persuadé.

-          Et voilà, fini, dit Liam, on peut y aller si vous voulez rentrer maintenant, sinon bah on prend notre temps.

-          On va rentrer assez vite, dit Zayn, Lily a encore des devoirs à faire pour l’école demain.

-          Oui, dit la petite fille

-          Et nous on doit se lever tôt demain, dit Jesy, d’ailleurs Jade il faut qu’on te parle

-          Euh… ouais, attendez venez on va parler au calme, dit Jade

Elles s’éloignent toutes les trois pour discuter et Simon sourit en les regardant.

-          Elles veulent recommencer à composer, me dit-il, elles vont en studio dès demain matin, tester deux trois arrangements.

-          Oh. C’est cool.

-          Eh, moi on m’a pas demandé mon avis, elles vont me voler Jade pour la dernière journée avec elle, dit Niall

-          T’accepteras bien de t’en séparer quelques heures non ? Au pire tu l’accompagne. En plus on ne part qu’à dix-huit heures, ça m’étonnerait qu’elles passent toute la journée en studio.

-          Oui, dit Niall en souriant, t’as raison.

-          J’ai toujours raison, dis-je, allez on y va, direction chez moi tout le monde, on a besoin d’aide pour décharger. Après on vous laissera passer du temps ensemble.

Je prends mon fils dans mes bras pendant que tout le monde sort et descend. J’ai confié mes clés à Liam, ils y seront sûrement avant nous. Jenny récupère son sac, prend la main de sa fille, empoigne les deux cadres à photos posés sur la table et dit :

-          Bon bah voilà, on s’en va. Ça me fait trop bizarre… 

-          Tu t’y feras. Allez, il faut qu’on file.

-          Oui.

Je lui vole un baiser et on sort tout les quatre. Jenny ferme la porte de l’appartement à clé et on descend dans la voiture. J’attache mon fils sur le siège arrière avant de prendre ma place de conducteur à l’avant.

On est arrivés les premiers chez Zayn, il devait s’en douter, c’est pour ça que j’ai ses clés. Je vais déverrouiller son appartement et on commence à décharger les cartons. Zayn arrive une petite dizaine de minutes après. Le déchargement se fait assez rapidement puisqu’on empile tous les cartons dans l’entrée de l’appartement, ils se débrouilleront pour ranger.  Une fois que tout est déchargé dans leur appartement Harry dit :

-          Nous on file avec Océane, si t’as besoin d’aide Zayn bah tu sais où nous trouver.

Louis, Harry et Océane serrent rapidement Zayn et Jenny dans leur bras  et filent dans l’appartement d’à côté.

-          Nous aussi on va rentrer, dit Danielle, désolé mais je suis fatiguée.

-          Je te comprends, dit Jenny, repose-toi bien, t’en as besoin.

Elle serre ma petite amie dans ses bras, et Danielle et moi on file. Il faut que Danielle se repose, c’est important. Elle attend quand même des triplés ! Des triplés…

-          Liam ?, me dit-elle en s’installant dans la voiture, comment on va faire à l’appartement avec nos enfants ? On n’y arrivera jamais.

-          Je t’ai dit quoi ? Je m’occupe du côté matériel.

-          Mais ça m’angoisse Liam. Je veux pouvoir mettre un toit au-dessus de la tête de mes enfants.

-          Fais-moi confiance…

-          Tu fais chier Liam…

Elle se met alors à regarder par la fenêtre. Je l’ai peut-être un peu énervée. Mas je voudrais vraiment faire ça de moi-même.

On vient de filer aussi, Jade a promis d’être en studio demain matin autour de neuf heures et demies ou quelque chose dans le genre.  

-          Zayn  a l’air heureux, dit-elle pensivement

-          Oui. Il est fou amoureux de Jenny.

-          Ça fait bizarre, mais moi j’adore Jenny, elle est vraiment agréable

-          Evidemment, sinon Zayn ne serait pas avec.

-          Ella a trouvé une enveloppe que David avait caché, c’est pour ça qu’elle pleurait tout à l’heure.

-          Oh. Y’avait quoi dedans ?

-          Je ne sais pas, elle a dit qu’elle l’ouvrirait ce soir au calme avec Zayn. Mais à mon avis elle va pleurer à chaudes larmes.

-          Forcément. Dis, après la mort de Perrie t’as rien retrouvé à votre appartement ?

-          Si. Une lettre. Un peu comme celle que Zayn avait.

-          Oh. T’accepteras de me la montrer ?

-          Je sais pas.

-          Ok, je t’oblige pas tu sais, c’est personnel et si tu veux la garder pour toi je comprendrais.

-          Merci.

Océane est sur notre canapé, en train de partager ses photos avec Louis, une bière à la main. Ce soir je cuisine un peu, ça change. J’ai décidé de faire des pâtes aux lardons, avec de la crème. C’est notre dernier dîner à la maison avant de repartir pour un mois et demi sur les routes. Mon portable sonne dans ma poche et je décroche sans faire attention à qui m’appelle.

-          Allô ?

-          Coucou mon petit Hazza…

-          Oh, maman ! ça va ?

-          Oui très bien et toi ?

-          Ça va oui, on a déménagé l’appartement de la nouvelle copine de Zayn aujourd’hui. Et on part demain.

-          Je sais. Vous êtes passés à l’hôpital ?

-          Non. Pourquoi ?

-          Parce que Jay y est passé cet après-midi et elle n’a pas pu voir son petit-fils.

-          Oh. Pourquoi ?

-          Il paraît que Louis a demandé que personne d’autre que lui ne puisse accéder à la chambre de Pierre.

-          Ah non, c’est pas ce qu’il a demandé. La restriction ne devait s’appliquer qu’aux parents d’Eleanor. C’est l’hôpital qui a du mal comprendre.

-          Vous penserez à appeler Jay, elle était effondrée.

-          Oui. Pourquoi elle n’a pas appelé directement Louis ?

-          Elle a essayé, mais ton copain doit avoir éteint son téléphone.

-          Il l’a rallumé depuis, je vais lui en parler. Dès qu’il aura fini de draguer Océane.

-          Océane ?

-          La marraine de Pierre, une de nos amies.

-          Et il la drague ?

-          Oui. Enfin non, pas vraiment… Il le fait sans s’en rendre compte et…

-          T’es jaloux ? me coupe-t-elle

-          Un peu. Mais je le comprends, il a besoin de séduire, elle est très jolie et puis il m’en veut donc…

-          Pourquoi il t’en veut ?

-          Maman…

-          Dis-moi Harry, je suis ta mère j’ai le droit de savoir…

-          J’ai refusé de me marier avec lui.

-          QUOI ?

-          Maman, s’il-te-plaît… Ne fais pas comme si t’avais pas compris.

-          Nan mais explique-moi, je suis curieuse de comprendre.

-          Il a émis l’idée qu’il voulait m’épouser. J’ai catégoriquement refusé et j’ai tenté de l’en dissuader, mais il m’en veut toujours un peu. Mais je sais que c’était la bonne chose à faire.

-          Exactement. Je suis fière que tu aies su lui dire non.

-          Ça m’a brisé le cœur, il m’en a voulu pendant des jours, ça fait une semaine et demie qu’on fait chambre à part. Il a seulement accepté de me pardonner aujourd’hui.

-          Oh Harry, pourquoi tu me l’a pas dit avant ?

-          Je sais pas.

-          Ça va aller t’es sûr ? J’ai pas besoin de venir ?

-          Ça va aller maman je te le promets.

Simon vient de partir, et il ne reste plus que nous quatre, et Jesy et Leigh-Anne.

-          Je vais préparer à manger, dit Jenny, vous venez avec moi les filles ? ça nous permettra de discuter. Lily tu files faire tes devoirs, Zayn tu veux bien l’aider s’il-te-plaît ?

-          Et moi ?, dit mon fils en souriant

-          Toi tu peux aller jouer mon bonhomme, lui répond Jenny en souriant elle-aussi

-          Coool ! s’exclame mon fils en partant dans sa chambre en courant.

Les filles s’éloignent en cuisine et Lily me dit :

-          Mes affaires pour mes devoirs elles sont dans les cartons….

Elle baisse la tête et je regarde la pile de cartons à côté de nous, ceux provenant de la chambre de Lily sont au-dessus, heureusement.

-          Prends ton sac d’école, j’arrive avec le reste. Tu vas t’installer dans ta chambre.

-          Oui.

Je récupère le carton de ses affaires d’école et l’accompagne dans sa chambre. Henry est en train d’y faire un puzzle.

-          Mon cœur ? Tu voudrais bien te mettre au salon pour jouer ? Il faut que Lily travaille.

-          Oui papa.

Mon fils file sans demander son reste et je sors toute les affaires de Lily sur le bureau.

-          Bon, t’as quoi à faire ?

-          Je… euh….

Elle rougit et baisse la tête.

-          Lily ?

-          Je ne sais pas.

-          Comment ça tu ne sais pas ? Il est où ton cahier de textes ?

-          Je l’ai… perdu.

-          Encore ? Je ne te crois pas Lily, ça fait tout juste une semaine que tu l’as. Où est ton cahier de texte ?

-          Y’a quelqu’un qui me l’a pris.

-          Pris ? Comment ça ?

-          Volé. Y’a un garçon de ma classe qui me l’a volé.

-          T’es sûre ?

-          Oui, je l’ai vu, mais il a dit qu’il me taperait si je le disais à quelqu’un.

-          Oh Lily, t’aurais dû nous le dire.

-          Mais j’avais peur. Il va me taper.

-          C’est la première fois ?

Elle balance la tête de droite à gauche en signe de négation.

-          Combien de fois ?

-          A chaque fois que j’ai dit que j’avais perdu mon cahier de texte.

Je soupire. Quel petit con ce gamin.

-          Va jouer avec Henry, on ira t’acheter un nouveau cahier de textes demain et je t’accompagnerai à l’école pour parler à ce garçon.

-          Et mes devoirs ?

-          Je te ferais un mot.

-          Merci Zayn.

Je la serre très fort dans mes bras et la laisse aller jouer avec Henry. Je vais donc rejoindre les filles dans la cuisine.

-          Déjà ?, me dit Jenny

-          Elle ne les a pas faits, je t’expliquerais tout à l’heure. Putain ça sent bon t’as fait quoi ?

-          Des pâtes.

-          Et de la sauce tomate, ajoute Jesy, il paraît qu’elle ne mange pas de viande ta belle…

-          Exact. Enfin elle évite…

Je souris et vole un baiser à Jenny. J’espère vraiment que les filles vont réussir à l’accepter.

On est arrivés à l’appartement et Danielle me fait clairement la gueule. Tant pis. Je sais ce que je fais.  Elle s’est allongée sur le canapé et regarde la télé, pendant que je prépare à manger. Je la comprends, elle aimerait avoir la main sur les changements qui vont s’opérer dans notre vie, mais j’ai besoin de lui prouver, de me prouver, que je suis capable d’assumer. Néanmoins ça me fait mal de la voir comme ça. Peut-être que je pourrais au moins en parler avec elle. Oui, ça la rassurerait sûrement. Je coupe le feu sous la casserole, on mangera plus tard. Je prends mon ordinateur portable que j’avais mis de côté en prévision du départ de demain et je vais la rejoindre au salon.

-          Tu me fais une petite place ?

-          T’étais pas en train de préparer à manger ?

-          Je voudrais qu’on regarde les maisons ensemble Danielle.

-          Oh.

Elle se redresse et me liasse m’assoir à côté d’elle. Pendant que mon ordinateur charge elle s’installe un peu mieux et pose sa tête sur mon épaule.

-          Tu m’en veux toujours ?

-          Non Liam, je t’en veux pas vraiment… J’ai juste mauvais caractère.

-          Un peu oui, dis-je en rigolant

-          Eh !!

Elle me donne un petit coup de poing dans le bras et on éclate tous les deux de rire.

Je suis en train de cuisiner pour ma belle pendant qu’elle prend sa douche. Saucisses purée, pas original il est vrai, mais déjà je fais l’effort de cuisiner. Elle débarque dans la cuisine vêtue d’un petit short noir et d’un large t-shirt blanc, en train de se faire une queue de cheval.

-          Mmmh ça sent bon. Et j’ai faim.

Elle s’apprête à jeter quelque chose dans la poubelle mais je la stoppe, sachant très bien ce que c’est.

-          Il est négatif ?

-          Evidemment…

-          Je peux voir ?

Elle soupire et me tend le test de grossesse. Négatif, comme ceux qu’elle fait tous les jours.

-          Assieds-toi, dis-je en le jetant à la poubelle, faut qu’on en discute. Calmement et sans s’énerver.

Elle s’assoit sur un des tabourets de la cuisine et tout en continuant à cuisiner j’engage la conversation avec elle sur ce sujet plus qu’épineux.

-          Faut arrêter ça…

-          Tu ne veux pas vraiment d’un enfant avec moi hein ?

-          Si. Je veux vraiment qu’on ait un bébé mais tu t’empoisonnes la vie à faire des tests tout le temps. La vie est ce qu’elle est, laisse la Nature faire les choses.  S’il-te-plaît. Le jour où tu seras enceinte tu le sauras bien assez tôt crois-moi.

-          Tu veux quoi alors ?

-          Que tu arrêtes les tests. S’il-te-plaît.

-          Mais … et si je fais un déni ?

-          Jade, y’a aucune raison que tu fasses un déni. Tout va bien.  Alors t’es d’accord pour arrêter les tests quotidiens ?

-          Oui.  Je ferais n’importe quoi par amour pour toi Niall.

-          N’importe quoi ?, dis-je en souriant

-          T’as quoi derrière la tête ? demande-t-elle dans un éclat de rire

-          Déshabille-toi. S’il-te-plaît.

-          Pourquoi donc ?

Son regard coquin me fait comprendre qu’elle a décidé de me faire languir.

On vient de se mettre à table, je suis assez contente de ce que j’ai cuisiné. Pour une fois. Et Zayn aussi semble content pour moi.

-          Vous êtes des amies de Perrie hein ?, demande Lily à nos deux invitées

-          Oui c’est exactement ça, dit Jesy

-          Et vous êtes tristes ?, dit encore ma fille

-          Lily ! C’est pas des choses qu’on demande ça, dis-je

-          Laisse, dit Leigh-Anne, elle est largement en âge de comprendre. Oui on est tristes mais comme Zayn on essaye d’aller de l’avant.

-          Ça veut dire quoi aller de l’avant ?, demande Henry en mangeant ses pâtes

-          Ça veut dire continuer à vivre, répond simplement Zayn

-          Mais… dit Lily soudain songeuse, Louis aussi il va de l’avant alors ?

-          Oui, dit Jesy en rigolant, t’es très intelligente dis-donc !

-          Normal, je suis première de la classe ! s’exclame Lily

On rigole tous et j’échange un regard avec Zayn. Il semble fier de Lily. Je trouve ça bien, il va être un très bon beau-père pour elle.

-          En parlant d’aller de l’avant il paraît que vous retournez en studio demain les filles ?, dit Zayn, je trouve ça bien.

-          Vraiment ?, dit Leigh-Anne

-          Oui, répond mon petit copain, ça vous aidera à aller mieux. Et ça détournera peut-être Jade de son idée de bébé.

-          T’en pense quoi de ça ?, dit Jesy

-          Ils sont trop jeunes, trop immatures, et trop pressés pour avoir un enfant, dit Zayn, mais c’est leur choix.

-          Et sur la relation en elle-même entre Jade et Niall ?

-          Ils sont vraiment amoureux, dit Zayn, et c’est mignon à voir même si ça me fait un peu bizarre…

-          Tu le penses fidèle ?

-          Quoi ?, ne puis-je m’empêcher de dire, Niall infidèle ? Je ne pense pas.

-          Je ne pense pas non plus, dit Zayn, où est-ce que vous avez été chercher cette idée-là ?

-          Jade a des doutes, explique Jesy, et elle nous a demandé d’essayer de savoir.

-          Pourquoi elle a des doutes ?, dis-je poliment

-          Parce qu’elle n’a pas trouvé de… films euh… tendancieux chez Niall, et tout mec normalement constitué en a. Donc elle a pensé qu’il pouvait aller se faire plaisir ailleurs, et que c’est pour ça qu’il n’avait pas besoin de ce genre de films.

-          C’est moi qui les ai, dit Zayn, j’ai sa collection entière, voilà pourquoi elle n’a rien trouvé. Vous pourrez rassurer Jade demain, Niall est tout ce qu’il y a de plus fidèle.

-          Sûr ?

-          Tu ne penses pas que je le saurais s’il allait voir ailleurs ?, dit Zayn, il est fidèle. Il est fou amoureux.

On a bien dégrossi les choses, on a regardé ce qui existait en maison à Londres et autour et on a défini quelques critères qui nous semblaient indispensables. On veut un jardin, on a besoin d’au moins un garage si ce n’est deux, et Danielle tient absolument à ce qu’on ait cinq chambres minimum.

-          Merci Liam.

-          De rien ma puce. Mais maintenant tu me laisses gérer d’accord ?

-          Oui.

-          Et surtout quand je ne serais pas là, tu te reposes. C’est important. Attendre des triplés c’est pas rien.

-          Je sais Liam, crois-moi je sens déjà mon corps changer et c’est pas nécessairement agréable.

-          Comment ça ?

-          Je vois déjà presque plus mes pieds quand je suis debout. Je me sens énorme, je me sens grosse et pas désirable, bien sûr je suis heureuse d’être enceinte, mais la grossesse c’est pas cool.

-          Si je peux te rassurer sur un point tu es très désirable.

-          Tu le penses vraiment ?

-          Oui.

-          Explique-moi.

-          Je t’aime, donc je te désire, quel que soit ton corps et tes rondeurs. En plus tu portes mes enfants et c’est la plus belle preuve d’amour qui soit.

-          OOOOH T’es trop mignon !!

Elle fond alors en larmes. Merde. Qu’est-ce que j’ai fait ? Je la serre contre moi et elle se calme doucement dans mes bras. Une fois que ses larmes se sont taries je lui demande doucement :

-          Pourquoi tu pleures ?

Elle éclate de rire en disant :

-          J’en sais rien !

Ça ça doit être les effets des hormones. Va falloir que je m’y fasse. Encore six mois de grossesse. Ça craint.

On a fini de manger et on s’est posé tous les trois devant la télé. Louis au milieu, entre Océane et moi. Il a passé ses bras autour de nos épaules, et j’ai posé ma tête sur son épaule. Il joue distraitement avec mes bouclettes.  Océane reste dormir, mais sur le canapé puisque je réintègre la chambre conjugale. Demain en l’accompagnant au travail on ira à l’hôpital voir Pierre, et Eleanor. Nos valises sont déjà prêtes de toute façon, on n’a plus qu’à les mettre dans la voiture.

-          Les mecs ?, dit soudain Océane

-          Oui ?, dis-je

-          On devrait aller au lit, profitez de pouvoir dormir tant que vous le pouvez. Moi je voudrais aussi pouvoir dormir, demain j’ai une garde de plus de douze heures.

-          T’as raison, dit Louis

Il l’embrasse sur la joue pour lui dire bonne nuit et file. Je serre la jeune femme dans mes bras et vais rejoindre mon petit-ami dans la chambre. Il s’est déjà dévêtu et couché, il n’attend plus que moi. Je me mets en caleçon et m’allonge à côté de lui. Il m’embrasse sur les lèvres, me dit bonne nuit et se retourne pour dormir. Nan mais je rêve ? J’ai droit à rien de plus ?

Ça me fait du mal de faire ça à Harry mais je lui en veux toujours un peu. Et puis mon cœur fait des siennes : je commence à ressentir des choses pour Océane. Et j’ai envie d’elle, même si c’est totalement idiot et que j’en ai honte.  Je voudrais parler avec Harry, lui dire tout ce que je ressens, mais il se foutrait de moi, et après il me ferait la gueule.  Je me retourne doucement dans le lit et m’aperçois qu’Harry me tourne le dos. Il doit déjà dormir au vu du rythme de sa respiration. Je l’aime mais je suis perdu. Complètement perdu. Il y a quelque chose que j’aimerais bien faire, mais je sais que c’est totalement stupide. Et pourtant ça tourne et retourne dans ma tête. Il faut que j’assouvisse cette pulsion. J’embrasse doucement l’omoplate d’Harry en murmurant :

-          Je suis tellement désolé…

Je me lève ensuite dans le plus grand silence et en faisant bien attention à ne pas réveiller l’homme endormi à mes côtés et je me dirige vers le salon pour rejoindre Océane.

On a englouti notre repas et bien évidemment tout cela a très vite dérapé, forcément, avec le corps de déesse de Jade… On est sous la douche, et entre nous l’ambiance est très très hot. Elle savonne mon corps sensuellement avec le sien et le désir monte très très vite entre nous. Ses mains s’aventurent sur mon entrejambe et mon membre se raidit dans ses doigts. Elle éclate de rire et commence à me branler doucement.

-          Merci d’être restées, dis-je en serrant Jesy et Leigh-Anne dans mes bras

-          De rien Zayn, dit Leigh-Anne, t’es heureux et on est contentes pour toi…

-          N’ayez aucune crainte, dis-je à voix basse, Jenny ne remplacera jamais Perrie, mais elle est une nouvelle page de ma vie. J’avais besoin d’elle, elle est parfaite.

-          Oui elle l’est, me dit Jesy, elle est vraiment chouette. Profitez ensemble…

-          On compte bien le faire.

-          Bon allez, faut qu’on file, reprend Leigh-Anne, bon courage aussi pour ton mois et demi de tournée.

-          Merci.

Je leur fais un gros bisou sur la joue et les laisse partir. Jenny est en train de débarrasser et les petits sont partis se brosser les dents après s’être mis en pyjama.

-          Laisse ça Jenny, occupe-toi du coucher des petits, je m’occupe de la vaisselle.

-          D’accord

On échange un long baiser et je ramène la pile d’assiettes à la cuisine. Je les passe à l’eau et les range dans le lave-vaisselle.  Jenny me rejoint une dizaine de minutes plus tard en disant :

-          Ils sont au lit, je crois qu’ils étaient fatigués, ils n’ont même pas protesté.

-          Génial.

-          Tu m’expliques pourquoi ma fille n’a pas fait ses devoirs ?  

-          Attends, je mets le lave-vaisselle en route et on s’installe au salon pour en parler.

-          D’accord.

Je mets une pastille dans le lave-vaisselle, le ferme et le programme, puis j’entrelace mes doigts à ceux de ma chérie, l’embrasse très longuement avant de l’emmener au salon. On se pose sur le canapé, et elle se blottit contre moi. Je caresse tout doucement sa cuisse et lui explique :

-          En fait elle se fait systématiquement voler son cahier de textes.

-          Elle m’a dit qu’elle le perdait.

-          Oui, elle a commencé par me dire ça aussi, mais j’ai creusé un peu et y’a un mec de sa classe qui menace de la frapper si elle dit qu’il lui a volé son cahier de textes. Du coup elle n’avait aucune idée de ce qu’elle devait faire pour demain.

-          Merde.

-          Je l’emmène à l’école demain matin, j’irai parler au petit monstre et je lui ferais passer l’envie de recommencer…

-          Zayn, c »est à moi d’y aller, je suis la mère de Lily.

-          Et moi je suis son beau-père, elle est comme ma fille. Je m’en occupe.

-          Répète voir ça, me dit-elle avec un grand sourire

-          Je suis son beau-père, elle est comme ma fille. Je m’en occupe.

-          J’adore ça.

-          De quoi ?

-          Que tu dises qu’elle est comme ta fille.

-          C’est la vérité. Je la considère vraiment comme si elle était ma fille, je l’aime autant qu’Henry et je serais aussi strict avec elle qu’avec lui.

Jenny ne dis rien mais m’embrasse avec passion. Je crois que j’ai trouvé les bons mots.

-          Il faut qu’on parle de quelque chose Zayn, et c’est important.

Elle se lève et va chercher une énorme enveloppe dans son sac à main.

-          Qu’est-ce que c’est ?

-          Ce que David avait planqué derrière un cadre à photos. Je l’ai trouvé tout à l’heure.

-          Y’a quoi dedans ?

-          J’en sais rien, je voulais l’ouvrir au calme, avec toi. J’ai besoin de toi pour surmonter ça.

-          D’accord.

Elle ouvre proprement l’enveloppe et renverse son contenu sur la table basse. La première chose qui nous saute aux yeux est une quantité assez phénoménale de billets de banque.

-          Oh putain c’est quoi ça ?, dit Jenny

-          Lis la lettre, je compte les billets.

Elle entame la lecture de la lettre à mi-voix, les larmes aux yeux pendant que je compte l’argent. Il y a en tout dix mille livres. C’est énorme. Je n’ai jamais eu autant d’argent liquide entre les mains.

-          Y’a combien ?, me demande Jenny qui a fini sa lecture

-          10 000 livres.

-          Oh putain…

Elle fond en larmes et je la prends dans mes bras.

Bien évidemment je ne dormais pas. Et heureusement. Sinon j’aurais loupé ce que ce connard est en train de faire. Ce connard ? Louis. Ce qu’il est en train de faire ? Se taper Océane. Vu le bruit, ça ne fait strictement aucun doute. Il s’envoie en l’air avec elle dans le salon.  Quel idiot j’ai été ! Je pensais que les choses étaient réglées entre nous. En plus il prend son pied vu comment les deux sont en train de gémir. Je n’ai jamais entendu Louis gémir autant, faut croire qu’il s’éclate plus avec elle qu’avec moi. Ils semblent avoir fini parce que le silence se fait de nouveau dans l’appartement. Je garde les yeux fermés et attend que Louis me rejoigne. J’entends la porte s’ouvrir doucement et Louis s’approcher sur la pointe des pieds. Il reprend sa place dans notre lit, m’embrasse doucement dans le cou, et se retourne. Je le connais, dans moins de cinq minutes il dormira profondément. J’écoute sa respiration et dès que je suis sûr qu’il dort je me lève, remet mon jeans, mon pull, récupère mes baskets et sors de la chambre sur la pointe des pieds. Océane dort sur le canapé, elle n’a même pas eu la force de se rhabiller. Quelle conasse ! Je sors de l’appartement en prenant ma veste et mes clés et je me pose dans le couloir. Qu’est-ce que je vais faire ? J’ai besoin d’aide, et de conseils. J’avise la porte de chez Zayn et toque doucement à la porte. Pas de réponse. Tant pis, ils doivent être au lit, ou occupés. Je descends alors jusqu’à ma voiture, je sais où je vais aller. Chez moi. Dans MON appartement.

David a laissé dix mille livres pour nous mettre à l’abri du besoin en cas de problème.  Je les mettrais sur le compte de Lily, ça lui servira à financer ses études. Je ne m’attendais pas à une telle chose, mais j’en suis heureuse.

-          Putain qui c’est qui peut m’appeler à une telle heure ?!? Bordel de merde !

Zayn me repousse gentiment et court récupérer son téléphone sur la table du salon.

-          Merde c’est Simon, faut vraiment que je prenne.

-          Viens là et met le haut-parleur que je puisse suivre.

Il s’approche et décroche en mettant le haut-parleur

-          Que me vaut un appel à une telle heure Simon ?

-          Ta relation avec Jenny.

-          Quoi ? Il se passe quoi ?

-          Vous êtes le sujet de discussion favori des directioners ce soir.

-          Hein ?

-          Des photos de vous montant dans votre voiture ont été prises par un très bon paparazzi. Il les a mises en ligne, elles seront dans les tabloïds demain.

-          On voit clairement nos visages ?

-          J’ai jamais vu des photos d’une aussi bonne qualité. On distingue même très bien vos doigts entrelacés. Et on voit bien Lily aussi.

-          Putain de merde fais chier, dit Zayn

-          Calme-toi mon cœur, dis-je à mon copain, il aurait bien fallu leur dire à un moment où un autre.

-          Jenny a raison, dit Simon, peut-être que tu voulais garder ça encore un peu secret, mais de toute façon maintenant c’est public. Je voulais juste savoir comment vous alliez faire pour assumer.

-          On va faire comme d’habitude, dis-je d’une voix déterminée, et ne faire aucune déclaration sur notre vie privée. Aucune. Ça ne regarde que nous.

-          Tu crois ?, me dit Zayn, ça te dérange pas d’être exposée comme ça ? Ta vie va devenir un enfer.

-          Zayn, je savais à quoi m’attendre en m’engageant dans une relation avec toi. J’assume tous les aspects de cette relation.

-          Jenny a bien raison, dit Simon, fais-lui confiance Zayn.

-          Oui, dit mon petit-ami, je vais essayer.

Jade enfonce ses ongles dans ma chair en criant.

-          AAAAAAH PUTAIN NIALL CONTINUE !!!  

Jamais on n’a fait l’amour comme ça. Elle m’a branlé puis sucé sous la douce, ensuite on est passés dans notre chambre où après un petit cunni je me suis introduit en elle. Je lui fais l’amour très sauvagement. Et elle adore ça. J’arrive au point de non-retour et je la préviens en l’embrassant sur la bouche, en lui mordillant légèrement la lèvre, en explorant sa bouche avec ma langue. Elle se cambre en atteignant le septième ciel, déclenchant en moi le plus divin des plaisirs. Après m’être littéralement vidé en elle je m’effondre sur elle et elle couvre mon cou de tendres baisers le temps que je respire et retrouve mon souffle. Je me retire ensuite doucement, en essayant d’emporter le moins de semence possible avec moi. Elle nettoie mon sexe du bout de sa langue en rigolant et je me laisse faire.

-          Bébé ?

-          Oui ma puce ?, dis-je

-          Tu me crois si je te dis que j’en veux encore ?

-          Je te crois, on ne va pas se voir pendant un mois et demi donc je peux concevoir que t’en ai encore envie… Mais laisse-moi d’abord me reposer un peu…

-          Oui, promis. Qu’est-ce que tu dirais d’un petit massage en attendant ?

-          Oh, avec plaisir.

-          Mets toi sur le ventre, je reviens…

Je sens que je vais passer une nuit très douce.

Je déverrouille la porte de mon appartement et y entre. Ça sent le renfermé, mais je m’en fous. Je ferme la porte et m’effondre contre. Je pleure toute les larmes de mon corps, il m’a trahi, il a abusé de ma confiance, et je sais que quelque chose s’est définitivement brisé entre nous. Je sors mon téléphone de la poche de ma veste et envoie un message à ma mère

A Maman : T’avais raison, Louis est un con. Je t’appelle demain pour t’expliquer.

Elle me répond quelques minutes plus tard

A Hazza : Prend soin de toi surtout mon chéri ! Essaye de dormir aussi…

A travers mes larmes je souris. Quoiqu’il arrive ma mère me soutiendra toujours. Je pense aussi à envoyer un sms à Zayn, parce qu’il est le premier endroit où Louis cherchera dès qu’il aura remarqué que je ne suis plus là. Enfin s’il me cherche. Ce qui semble peu probable puisqu’il est avec Océane. Bref.

A Zayn : Si jamais Louis me cherche, dis-lui que tu ne sais pas où je suis, je vous rejoins à l’aéroport demain, ne lui dis pas que t’as eu de mes nouvelles s s’il-te-plaît.

La réponse de mon ami me parvient dans les secondes qui suivent

A Haz’ : Dis-moi ce qui s’est passé.

A Zayn : Je peux t’appeler ?

A Haz’ : Evidemment !

Je compose le numéro de mon ami et met le haut-parleur en posant mon téléphone par terre. Je pleure toujours, mais plus doucement…

-          Coucou Hazza, dis-moi ce qui se passe…

-          C’est Louis… Il… Il m’a…

-          Attends Hazz&, tu pleures ?

-          Oui. Louis m’a trompé, il a couché avec Océane. Il pensait que je dormais.

-          Comment tu le sais ?

-          Je dormais pas, je les ai entendus, putain j’y crois pas… Je me sens tellement blessé… Et tellement con d’avoir pu croire qu’il me pardonnerait…

-          Harry, t’es où ?

-          Chez moi, enfin dans mon appartement, je vais y passer la nuit, et demain je passerais récupérer mes affaires chez Louis dès qu’il sera parti avec Océane.

-          Passe chez moi, dit Zayn, passe chez moi demain quand tu viens récupérer tes affaires. Et t’inquiètes pas, je dirais rien à personne.

-          Merci Zayn, c’est gentil.

-          T’inquiètes pas, je me doutais bien que ce genre de choses arriverait un jour.

Danielle s’est endormie, elle est épuisée, et ça va être de pire en pire. Je la regarde dormir, elle est trop mignonne. Mes doigts parcourent tout doucement son ventre, on va être parents dans quelques mois, ça va changer notre vie. Surtout des triplés. Des triplés quoi… J’essaye de me représenter à quoi peut ressembler une poussette pour triplés, ça doit être immense, je ne suis même pas sûr que cela rentre dans la voiture.

-          Liam ?, dit Danielle en ouvrant un œil, dors s’il-te-plaît, tu vas être fatigué sinon.

-          Oui ma puce. Je me posais juste des questions sur la taille d’une poussette pour tripls.

-          Je me suis renseignée, je te montrerais demain. Dors je t’en supplie, il va être minuit, et tu me stresses en te retournant sans cesse dans le lit.

-          Désolé mon cœur

Je l’embrasse longuement et elle se rendort, je ne tarde pas à sombrer moi aussi dans le sommeil.

Zayn est nerveux comme jamais, et il n’a ps voulu me dire pourquoi. Il a eu Harry au téléphone, c’est tout ce que je sais. On se met au lit et dès qu’il s’est allongé je me colle à lui et lui demande :

-          Il s’est passé quoi ?

-          Il se passe que ce connard de Louis a brisé le cœur d’Hazza.

-          Comment ça ?

-          Il l’a trompé avec Océane, presque sous ses yeux. Harry s’est barré, il est effondré. Littéralement effondré.

-          Bah y’a de quoi, j’ai jamais vu quelqu’un d’aussi amoureux qu’Harry.  C’est vraiment pas sympa ce qu’a fait Louis.

-          C’est vraiment un bel enculé. Je me doutais bien que ça finirait comme ça. Il la dévorait des yeux cette après-midi.

-          En même temps faut avouer qu’elle est belle.

-          Oui mais Louis sort avec Harry.

-          Sortais, dis-je, à mon avis ce coup-ci c’est fini entre eux.

-          Ça ça m’étonnerait, me dit Zayn, crois-moi, Louis a merdé, mais Harry l’aime trop pour se séparer de lui.

-          On verra bien. L’important c’est de les protéger tous les deux.

-          Oui. On peut dormir maintenant ? Parce que je te rappelle que je dois amener ta fille à l’école demain matin.

-          Oui oui.

On échange un très long et agréable baiser puis il éteint la lumière et je ne tarde pas à m’endormir, collée à lui.

JOUR 161

Je  m’éveille dans un lit vide. Harry n’est plus là, et son côté est froid, signe que ça doit faire un bon moment qu’il est levé. Je jette un coup d’œil à mon téléphone, il est sept heures. C’est impossible qu’Harry soit déjà levé. J’enfile un caleçon et me lève. Océane dort toujours sur le canapé, nue. Et Harry est introuvable, il n’est pas dans la cuisine, ni à la salle de bain, bref il n’est pas là. Avisant Océane sur le canapé je comprends alors. Il est parti. Il a dû m’entendre ou me voir avec Océane et il est parti dès qu’il a pu. Merde.

-          Un problème ?, me dit Océane en s’éveillant

-          Haz’ s’est barré.

-          Pourquoi ?

-          Sûrement à cause de nous…

Elle me regarde un long moment, et je prends enfin conscience de l’énorme connerie que j’ai faite. Jamais je n’aurai du m’envoyer en l’air avec Océane cette nuit. Jamais. Je m’enfuis alors vers la salle de bain et ferme la porte à clé derrière-moi. Je me regarde dans le miroir, je me dégoute, je ne reconnais pas cet homme que je vois dans la glace. Je fous en l’air tout ce que j’entreprends, je brise la vie de tous les gens que j’aime. Avisant la lame de rasoir qui traîne au bord du lavabo il me vient une idée très tentante sur le moment. Je m’en saisis et m’ouvre les veines au poignet. Un mince filet de sang s’écoule le long de mon bras et je souris. Je me fais une deuxième marque plus haut sur le bras en souriant encore. Je ne me reconnais plus, mais je sais que ça me soulagera.

-          Louis ouvre-moi.

-          Va te faire foutre Océane.

Lily est en train de manger ses céréales, Jenny dort encore, tout comme mon fils. Je suis tiré de ma rêverie par des cris dans l’appartement d’à côté. Océane cherche à faire ouvrir une porte à Louis. Mais qu’est-ce qui se passe ? J’ai un sale pressentiment.

-          Termine de petit-déjeuner je reviens, dis-je à Lily

J’embrasse ma belle-fille sur le front et file dans l’appartement d’à côté. La porte est ouverte donc j’entre. Océane est en larmes contre la porte de la salle de bain.

-          Il est où ?

-          Dedans. Et il me répond plus. J’ai peur qu’il ait fait une connerie.

-          Enlève-toi je défonce la porte

Elle se pousse et je donne un grand coup d’épaule dans la porte qui cède sous mon poids. Louis est étendu au sol, le bras en sang.

-          PUTAIN DE MERDE !

Océane réagit immédiatement et stoppe l’hémorragie en faisant compression. Louis est dans les vapes, mais son pouls reste régulier. Dès que le sang de Louis a arrêté de couler Océane soupire.

-          File, t’as une famille dont tu dois t’occuper, je gère avec lui, il a quasiment pas perdu de sang, ça va aller.

-          Sûre ?

-          Oui. File. Je gère.  Je suis infirmière je te rappelle.

-          J’attends d’abord qu’il émerge, je veux être sûr qu’il va bien.

Océane lui donne de petites claques sur les joues et Louis finit par ouvrir les yeux.

-          Est-ce que je suis mort ?, dit-il d’une voix pâteuse

-          PUTAIN MAIS QUEL CON !!, je n’ai pas pu m’empêcher de crier

-          Non t’es pas mort Louis, et tu ne vas pas mourir de suite désolé, dit Océane. Redresse-toi que j’éponge le sang sur ton bras, après je te ferais un bon bandage. Et donne-moi la lame dont tu t’es servi.

-          Je vous laisse, dis-je, Louis toi et moi faudra qu’on parle dans l’avion ce soir. Et essaye aps de protester t’es juste qu’un connard…

Sur ces belles paroles je quitte la salle de bain de Louis et me dépêche d’aller rejoindre Lily. Elle me voit arriver et pousse un grand cri en basculant presque de sa chaise.

-          Zayn, t’as plein de sang….

Je baisse les yeux sur mon t-shirt et m’aperçois qu’effectivement il est maculé du sang de Louis. Merde.

-          C’est rien ma puce c’est Louis qui saignait un peu, je vais changer de t-shirt, tu termines ton bol de lait et tu le mets dans l’évier ?

-          Oui !!

La petite fille semble rassurée et je me dirige vers ma chambre pour me changer. Jenny est réveillée et en train de s’habiller.

-          C’était quoi le bordel à côt… OH PUTAIN ZAYN QU EST-CE QUE T’AS FOUTU !?!

-          Chut, crie pas, disons que Louis a tenté de… enfin bref il avait du sang plein le bras donc j’en ai récupéré sur mon t-shirt, je suis venu le changer, j’ai fait peur à ta fille.

Danielle a déjà vomi trois fois ce matin. Et elle n’a rien déjeuné. Ça lui arrive à peu près tous les trois jours. Elle est allongée sur le canapé et s’est rendormie. J’espère qu’elle ne va pas trop souffrir ce mois et demi, surtout que je serais loin d’elle. Ça ça m’inquiète sérieusement. Mais je sais à qui je peux demander de veiller sur elle et d’être là en cas de besoin. Je compose son numéro et porte mon téléphone à mon oreille :

-          Allô ?

-          T’es bien matinal Liam

-          Je sais Simon, je voulais te demander un truc…

Jade est en train de s’habiller. Cette nuit a été un véritable feu d’artifice. On l’a fait trois fois, et une sur le matin, du coup on a peu dormi. Mais on voulait profiter l’un de l’autre.

-          Quatorze heures maximum je serais rentrée mon amour, tu me tiens au courant de ce que tu fais ?

-          Hmmmm oui. Pour le moment je crois que je vais dormir un peu.

-          Ça ça m’étonnerait, dit Jade, t’as de la visite. Allez je file…

Elle m’embrasse un long moment et s’éloigne.

-          Fais comme si j’étais pas là, dit Harry en passant sa tête dans ma chambre, je cherche juste de quoi me nourrir.

Bon d’accord, c’est un peu osé de se pointer à l’improviste comme ça, mais il n’y a strictement rien à manger dans mon appart. Et Niall est le plus proche. Je me dirige vers sa cuisine et chope un yaourt dans son frigo.

-          Mec, il se passe quoi ? T’es au courant qu’il est que sept heures et demie ?

-          J’en ai pas la moindre idée, j’ai pas dormi.

-          Et puis d’abord qu’est-ce que tu fous là ? Et il est où Louis ?

-          Ça vaut même pas la peine d’en parler, dis-je

-          T’as dormi où ?

-          Chez moi.

-          Putain Haz je comprends rien, dit Niall en tirant une chaise et s’asseyant, explique-moi.

-          Je ne suis plus avec Louis, et je ne lui parlerai plus jamais. J’ai dormi à mon appartement. Y’a rien à ajouter.

-          Tu veux pas me dire ce qui s’est passé ?

-          Il m’a… il m’a…

Je fonds en larmes et Niall se précipite pour me prendre dans ses bras. Je sanglote sur son épaule, je ne peux m’empêcher de pleurer. Ça fait gamin, mais ça me fait du bien. Je passe de longues minutes dans les bras de mon ami et quand je suis un peu calmé je lui dis :

-          Il s’est envoyé en l’air avec Océane, quasiment sous mes yeux.

-          Oh. Mais, vous avez rompu ?

-          Non, je me suis barré. C’est lâche mais si je l’affronte je sens que je vais faire ou dire des trucs que je vais regretter.

-          Je comprends. Du coup t’as pas ta valise ?

-          J’irai la récupéré quand les deux se seront barré, Océane doit aller travailler et Louis va voir son fils.

Océane est en train de me faire consciencieusement un bandage. Elle ne dit rien, et je l’observe, en silence. Je sais que j’ai merdé. Et pas qu’un peu.

-          Pourquoi t’as fait ça Louis ?

-          Parce que je fais merder tout ce que j’entreprends. Et que je ne veux pas perdre Hazza. Toi et moi cette nuit c’était une erreur. Une grave erreur.

-          Je sais, je suis en partie responsable, j’aurais dû te repousser.

-          Océane, c’est ma faute, c’est moi qui t’ai demandé le premier.

-          C’était pas une raison pour tenter de te suicider.

-          Sur le moment ça m’a paru assez intelligent.

-          N’importe quoi. Bon, sérieusement on fait quoi ? On alerte un médecin et on repousse ton départ où on ne dit rien et tu me promets sur la vie de Pierre que tu ne recommenceras pas ?

-          Ne dis rien, s’il-te-plaît. Je ne recommencerais pas c’est promis.

-          Juré ?

-          Juré. Merci de m’avoir sauvé la vie. J’ai un fils à élever…

-          De rien…

Elle m’embrasse sur le front et me dit :

-          Toi et moi on sera amis pour la vie, et on est liés par Pierre, mais on a merdé ensemble, et il faut qu’on rattrape le coup pour Harry d’accord ? Parce que tu l’aimes à en crever, c’est le cas de le dire, et que tu ne peux pas vivre sans lui.

-          Oui… Tu sais Océane, même si ça a sûrement été la plus grosse connerie de ma vie j’ai vraiment apprécié cette nuit, j’en avais besoin je crois.

-          Je pense auss…

Elle s’interrompt car son téléphone sonne. Elle le récupère et répond :

-          Allô ?.... oui je sais… désolé mais un ami à moi à fait un gros malaise ce matin… oui je suis là dans vingt-cinq minutes c’est promis… Oui oui encore désolé.

Elle raccroche et me dit :

-          Fonce t’habiller, je suis en retard au boulot, et faut absolument que j’y aille.

-          Oui. Merci pour tout ce que t’as fait Océane.

-          De rien. N’oublie pas ta valise.

-          Tu crois que je dois prendre celle d’Hazza aussi ?

-          J’en sais rien, comme tu veux.

-          Je la laisse, il passera sûrement la récupérer. Enfin j’espère.

Je tiens la main  de Lily alors qu’on arrive devant son école. J’ai mis un mot signé par Jenny dans son cartable ce matin pour expliquer pourquoi elle n’a pas fait ses devoirs.

-          Montre-moi lequel c’est le garçon qui t’as volé ton cahier de textes ma puce, dis-je

-          Là-bas, dit-elle, près de la grille, avec le sac gris.

Je regarde le petit monstre : un gamin d’une dizaine d’années maximum. Je m’approche et lance :

-          Eh toi ! Le jeune garçon avec le sac gris ! Viens me voir !

Il s’approche alors que Lily se cache derrière-moi. Je pose ma main sur l’épaule du garçonnet et dis :

-          Ne t’avise plus jamais de menacer ou de voler quoi que ce soit à Lily d’accord ? Sinon je te jure que tu vas le regretter amèrement.

-          Excusez-moi, je peux savoir qui vous êtes pour menacer mon fils ?

Je me retourne vers la mère du garçon qui vient d’arriver, sûrement parce qu’elle m’a vu aborder son petit chéri.

-          Le beau-père de Lily.

-          C’est qui ça Lily ?

-          La jeune fille à qui votre fils a volé au moins cinq cahiers de texte et qui a menacé de la frapper si elle parlait.

-          Je ne vous crois pas.

-          Vérifiez dans le cartable de votre fils, je suis sûr qu’on y trouvera le cahier de textes que j’ai acheté à Lily la semaine dernière, il y a une girafe dessus.

La mère ouvre le sac de son fils, pâlit, et en sort un cahier de textes avec une girafe : celui de Lily.

-          Ouaaaaais ! Mon cahier de textes !!

-          Tiens ma puce, dit la dame en rendant le cahier à qui de droit, je vais m’arranger avec mon fils pour que cela ne se reproduise plus, je suis vraiment désolée.

La femme me fait un regard d’excuse et tire son fils par le bras pour lui parler. A mon avis il va passer un sale quart d’heure.  Je me tourne vers Lily qui me saute au cou.

-          Merci Zayyyyyn !!! C’est trooooop bien !!! En plus celui avec la girafe je l’adoooore trop !!

-          C’est super ma puce, allez, maintenant tu files en classe.

-          Oui. C’est qui qui vient me chercher à midi ?

-          Je sais pas encore, ça sera la surprise.

-          D’accord.

Elle me fait un gros bisou et un gros câlin et elle file. J’aperçois alors un paparazzi au coin de la rue, il a dû me suivre depuis chez moi. Je lui fais un petit signe de la main, lui tire la langue et me dépêche de rentrer. Jenny m’a fait promettre de ne plus m’énerver contre eux. Elle veut qu’on assume notre relation. Et je lui en suis reconnaissant, le secret devenait lourd à porter.

Simon m’a promis qu’il veillerait sur Danielle. Ça me rassure un peu, lui sera à proximité en cas de souci. Mais espérons qu’il n’y en ait pas. Je suis en train de finaliser ma valise. Je déteste le moment de faire les valises… Mais il le faut. Danielle dort toujours, au moins elle sera en forme cet après-midi.

Finalement Harry a vidé son sac et m’a tout raconté, ça lui a fait du bien. Enfin je pense. Je me suis habillé et on a discuté tout en déjeunant. Il se sent blessé et trahi et il en veut terriblement à Louis. Il parle même de rompre avec lui, et Dieu sait que ça va leur briser le cœur à tous les deux. Mais je suis de l’avis d’Harry, c’est vraiment dégueulasse ce que Louis a fait. Vraiment immonde. Ça me dégoute en fait. Mais ça, j’en parlerai seul à seul avec Louis ce soir dans l’avion, parce que je ne pourrais pas m’empêcher de dire quelque chose. 

-          Niall, ça te dérangerait de m’accompagner récupérer ma valise ? Après Zayn m’a demandé de passer chez lui, et toi tu pourras aller retrouver Jade.

-          On reste avec toi Jade et moi, ça te fera du bien d’être entouré.

-          Merci. J’appelle juste ma mère et ensuite on y va d’accord ?

-          D’accord.

Je m’isole dans le salon et compose le numéro de ma mère. Elle décroche au bout de deux tonalités.

-          Allô mon cœur ? ça va ?

-          Non. J’ai le cœur brisé.

-          Je comprends, tu veux bien me dire précisément ce qui s’est passé ?

-          Il a couché avec Océane, j’en suis certain je les ai entendus. Dès qu’il s’est endormi j’ai pris mes fringues et je me suis enfui. Je ne veux plus jamais lui parler. Il m’a brisé le cœur, il l’a réduit en miettes. Et en plus de ça je me sens très con de lui avoir fait autant confiance.

-          Je comprends. Est-ce que tu veux que je viennes ?

-          Maman, je prends l’avion ce soir, ça sert à rien, je suis avec Niall, et après je vais chez Zayn, je ne suis pas tout seul, ça va aller.

-          Tu ne me fais pas de bêtise hein ?

-          Promis.

-          Juré ?

-          Oui maman. Tu sais, j’ai compris que j’avais besoin de vivre pour moi et non plus par lui.

-          D’accord, si jamais tu veux parler, ou si jamais tu veux que je te rejoigne, de n’importe quel côté du monde sache que tu peux m’appeler à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.

-          Merci maman.

-          Harry, en tournée comment vous allez faire ? Vous partagez la même chambre non ?

-          Non, j’ai envoyé un sms à Paul pour qu’il s’arrange pour qu’on ait chacun notre chambre.

-          D’accord. J’espère que ça va aller.

-          Mais oui. Avec ce qu’il m’a fait je peux te dire que j’ai les garçons de mon côté.

-          Je n’en doute pas. Bon faut que je te laisse, Robin est perdu dans son petit-déjeuner.

-          D’accord maman. Merci. Je t’aime.

-          Je t’aime aussi Harry.

Je raccroche et m’aperçois que je viens de recevoir un sms.

A Harry : je comprendrais totalement que tu ne veuilles pas me parler, mais je voudrais une occasion de m’excuser, appelle-moi si tu es d’accord, Océane.

Quelle conne ! Elle croit vraiment que je vais l’appeler ? Elle s’est tapé mon mec cette nuit alors non je ne vais pas lui pardonner et non je ne vais pas l’appeler. C’est hors de question.

-          Ça va Hazza ?

-          Oui oui t’inquiètes pas Niall.

Henry vient de se réveiller et il est maintenant accroché à moi, dans mes bras. Je profite de lui préparer son petit-déjeuner pour le câliner. Je l’aime comme un fils. Zayn est parti emmener Lily à l’école et il ne devrait pas tarder à rentrer.

-          Tu bois du caco toi le matin hein ?, dis-je au petit garçons dans mes bras

-          Ouiiii !

-          Chaud ou froid ?

-          Tiède !!!

Bah tiens, comme par hasard. Heureusement que Lily le boit aussi tiède, au moins je sais combien de temps ça doit chauffer aux micro-ondes.

-          Tu prends quoi avec ton chocolat ?

-          Des céréales !!!

-          D’accord.

Je sors le paquet de céréales du placard et Henry me dit :

-          J’aime pas celles-là, elles sont pas bonnes…

-          Euh… y’en a pas d’autres Henry, c’est celle que tu manges tous les matins.

-          Mais je les aime pas !!!!

Je soupire et pose le petit garçon assis sur le buffet, , je me met à sa hauteur et en le regardant droit dans les yeux je dis :

-          Ecoute-moi bien Henry, tous les matins tu manges tes céréales sans faire de problème, c’est pas parce que ce matin c’est moi qui m’occupe de toi que ça va changer. Alors soit tu manges tes céréales soit tu vas prendre ta douche sans déjeuner et tu n’auras rien à manger jusqu’à midi.

-          J’vais manger les céréales, dit Henry en baissant la tête

-          Super mon bonhomme, t’es un grand.

Je l’assois à table et lui prépare son bol. Le petit garçon boude mais déjeune tranquillement. Je me suis préparé un grand bol de fromage blanc que je mange en le surveillant. Zayn rentre dans l’appartement et nous rejoint à la cuisine. Il m’embrasse longuement puis s’assoit à côté de son fils. 

-          Tu boudes ?, demande-t-il à son fils

Henry ne répond pas. Zayn se tourne vers moi et me demande :

-          Qu’est-ce qu’il a ?

-          Monsieur a décrété ce matin qu’il n’aimait pas ses céréales.

-          Oh.

-          Mais j’ai pas cédé.

-          Je vois. Tu veux bien nous laisser une minute ?

-          Pas de problème.

J’embrasse Zayn et file dans le salon pour le laisser parler à son fils seul à seul.

On vient d’arriver à l’hôpital et Océane a filé sans demander son reste. Je suis dans la chambre d’Eleanor, c’est le seul endroit ici où je me sente à peu près bien. Je pleure, les larmes coulent sur mes joues sans que je puisse les retenir, bref je suis effondré, mes doigts entrelacés à ceux d’Eleanor.

Louis pleure toutes les larmes de son corps, et je ne sais pas du tout ce qui a bien pu se passer. Je suis très inquiète pour notre fils, et s’il lui était arrivé quelque chose ?

-          El’, il faut que tu te réveilles…. dit Louis dans un sanglot, quand t’étais là je ne faisais pas de conneries…

De quoi il parle ? Il faut qu’il continue à parler, j’ai besoin de comprendre.

-          J’viens de foutre ma vie en l’air. Je t’aime, j’aime Harry, j’ai des sentiments pour Océane, je suis perdu… Je ne sais plus quoi faire Eleanor… J’ai besoin de toi… Quel avenir je vais donner à Pierre bordel ?!?

Ses doigts se retirent des miens et je l’entends faire les cents pas dans la chambre. Je ne l’ai jamais vu comme ça. Je voudrais sincèrement pouvoir lui demander ce qui s’est passé, je suis inquiète pour lui-même si je lui en veux. Il finit par se rassoir et reprendre ses doigts dans les miens.

-          Je m’en veux d’avoir couché avec Océane cette nuit. Harry a dû nous voir ou nous entendre et il s’est barré. Je l’aime, je suis fou amoureux de lui, je sais que tu comprendras… Si jamais il fait une connerie, ou s’il me quitte je ne me le pardonnerais jamais. Mais j’avais besoin d’autre chose, d’une fille. Elle était là, elle n’a pas dit non, j’en ai profité. Tu sais El’, elle est très belle et je suis faible, ça fait tellement de temps que tu es clouée sur ce lit…

Oui je sais, pas la peine de me le rappeler. En plus, tu t’es tapée la marraine de notre fils. Pas étonnant qu’Harry soit parti.

-          Eleanor je sais pas si tu m’entends mais ça me fait tellement de bien de me confier. Je t’aime et tu le sais, t’es la mère de mon fils, et ça nous liera toujours, mais l’accident a brisé tout cet équilibre et Harry a su m’apporter la stabilité dont j’avais besoin. Il m’a sauvé la vie le lendemain de l’accident, et il m’a aidé à tout surmonter. Je ne sais pas où ça nous mènera mais je l’aime. Je l’aime à la folie, tout comme je t’aime toi, et je suis perdu, complètement perdu. Mais j’ai besoin de lui et je crois que cette fois-ci je l’ai perdu pour de bon. Je me sens tellement con…

Henry prend sa douche, tout seul comme un grand. Moi je suis dans le canapé avec Jenny et je lui raconte en quelques mots ce qui s’est passé avec Louis ce matin.

-          Il s’est tranché les veines du bras avec une lame de rasoir. Il était évanoui quand on l’a trouvé mais normalement il va bien. Heureusement qu’Océane était là pour s’occuper de lui.

-          Pourquoi il a fait ça ?

-          A cause d’Harry je pense. Je crois que Louis a compris à quel point il aimait Harry.

-          C’est dommage qu’ils en soient arrivés là.

-          Tellement…

-          PAPAAAAA !

-          Je reviens, dis-je, je crois qu’il a besoin de moi. Si jamais Harry arrive pendant que je ne suis pas là, pas un mot sur Louis, Harry s’en voudrait trop.

-          Promis…

Il file rejoindre son fils dans la salle de bain.

On s’est garés en bas de l’immeuble, j’ai peur de monter, ça me rappelle trop ce qui s’est passé la nuit dernière.  

-          On monte ?

-          Oui, dis-je, va bien falloir qu’on monte quoi…

-          Harry, je suis là, Zayn et Jenny sont chez eux, si jamais Louis est encore là on te protégera.

-          Niall, si jamais il est encore là, empêche-moi de le frapper. S’il-te-plaît.

-          Promis. Allez on monte.

On sort de la voiture et on monte. Je pousse la porte de l’appartement de Louis, elle est verrouillée. Donc il n’est pas là. Je sors mes clés, les introduis dans la serrure et ouvre la porte. Ma valise est posée au milieu du salon, avec une enveloppe dessus.

-          Je descends ta valise dans la voiture, on se retrouve chez Zayn, dit Niall

Il se saisit de ma valise, me donne une petite tape sur l’épaule pour m’encourager et met l’enveloppe dans mes mains. Dès qu’il est parti je l’ouvre et en sort un court mot rédigé de la main de Louis.

« Rien n’excuse ma conduite inqualifiable. Je suis sincèrement désolé. Je t’aime, tu es l’homme de ma vie, le seul que j’ai jamais aimé à ce point. Louis »

S’il croit que tout est si simple. Je ne lui pardonnerai pas aussi facilement. Je peux excuser certaines choses, mais certainement pas ce qu’il a fait. Je remets le papier dans l’enveloppe et la glisse dans la poche de ma veste avant de filer chez Zayn après avoir verrouillé l’appartement.

-          Coucou, me dit Jenny en me voyant arriver, ça va ? t’as réussi à dormir un peu ?

-          Pas vraiment, dis-je

Je lui fais la bise et m’installe sur le canapé avec elle.

-          Zayn est en train d’aider son fils à s’habiller, me dit Jenny, il va arriver, t’as récupéré ta valise ?

-          Oui, dit Niall en entrant lui aussi dans l’appartement, elle est dans ma voiture.

-          Salut Niall, dit Jenny en se levant pour lui faire la bise

Ça fait bizarre de le voir sans Jade.

-          Ah, coucou, dit Zayn en arrivant avec son fils dans les bras, je savais pas que tu venais aussi Niall.

-          Bah, je me fais chier sans Jade.

-          Je vois. Harry, tu peux prendre mon fils cinq minutes ? Il faut que je parle à Niall.

Je comprends alors qu’il va l’informer pour Louis. Il vaut peut-être mieux.

Zayn donne son fils à Harry et m’entraîne jusque dans la cuisine dont il ferme la porte.

-          Louis a tenté de se suicider ce matin.

-          QUOI ?

-          Chut. Je ne veux pas qu’Harry soit au courant, il s’en voudrait trop. Je voulais juste en parler avec toi, je pense que c’est important…

Danielle vient de se réveiller et on se prépare pour aller se balader puis manger au restaurant. Elle est dans le salon en train d’enfiler ses chaussures et je termine de me raser dans la salle de bain.

-          LIAAAAM ! Téléphone !!! C’est Louis.

-          Merde. Ma chérie je sens qu’on va devoir abandonner l’idée du restaurant.

-          Pas grave, me dit Danielle, mais prend ton téléphone avant que le répondeur ne s’enclenche.

Elle est venue jusqu’ici et me tend mon téléphone.

-          Merci.

Je décroche alors qu’elle s’éloigne et porte le combiné à mon oreille.

-          Allô ?

-          Liam ? J’ai besoin d’aide. On peut se voir seul à seul un moment ?

-          Pfff… t’es où ?

-          A l’hôpital.

-          Il s’est passé quelque chose avec El’ ? Ou avec Pierre ?

-          Non. Mais viens s’il-te-plaît…

-          J’arrive.

Je raccroche et compose le numéro de Zayn, il est le voisin de Louis, il doit savoir ce qui a pu se passer.

-          Allô ?

-          Zayn, il a quoi Louis ?

-          Euh… attends deux secondes.

J’entends du bruit, puis une porte se fermer et il reprend :

-          Voilà, ici tout seul je peux te le dire. Il s’est tranché les veines ce matin.

-          Pourquoi ?!?

-          Il a merdé cette nuit, Hazza s’est barré, et il a pété les plombs ce matin.

-          Putain je comprends rien. Il est où Harry ?

-          Chez moi.

-          Est-ce que je peux vous envoyer Danielle ? Louis a demandé à me parler, mais seul à seul et je ne veux pas qu’elle s’emmerde à la maison.

-          Pas de souci. Et dit à Louis qu’il est vraiment un connard.

-          Mais qu’est-ce qu’il a fait ?

-          Je lui laisse le soin de t’expliquer. Ça me dégoute trop. Attends, faut que je te laisse, les mecs font n’importe quoi avec mon fils…

Il raccroche sans dire au revoir.  Ok donc Louis a fait une connerie, suivie d’une tentative de suicide. Tout va bien,., notre avion part dans huit heures mais je ne sais pas dans quel état je vais retrouver mes amis.

-          Ça va ?, dit Danielle, t’es tout blanc.

-          T’imagines même pas ce que je viens d’apprendre. Louis a fait quelque chose cette nuit, quelque chose de suffisamment grave pour qu’Harry se barre et pour qu’il tente de se suicider.

-          Qui ça ? Harry ou Louis ?

-          Louis.

-          Merde.

-          Faut que j’aille le voir, il m’a appelé complètement désespéré. Toi t’es attendue chez Zayn ma puce, je ne sais pas quand je t’y rejoindrais, mais y’a Niall et Harry aussi. Ça te dérange pas ?

-          Non, ne t’inquiètes pas. Je les adore de toute façon, et je comprends que Louis veuille te parler en privé.

-          J’suis désolé ma puce, je voulais vraiment qu’on profite de cette journée ensemble.

-          Liam, tes potes font partie de ta vie. Va rejoindre Louis, je vais chez Zayn.

-          Merci, t’es la plus parfaite des femmes que je connaisse.

On échange un très long baiser, et je m’apprête à partir quand Danielle me rattrape et me dit :

-          Prends ta valise, on ne sait jamais. A mon avis ça risque d’être long…

-          Oui merci.

Je vais chercher mes affaires avant de monter dans la voiture.

Bon bah pour une petite journée tranquille en famille on repassera.  Niall et Harry ont incité Henry a sortir ses lego, ce qui fait qu’au milieu du salon, trône une immense tour et des myriades de petits chemins que je dois enjamber chaque fois que je bouge. Et le pire c’est que mes amis semblent plus heureux que mon fils de s’amuser avec tout ça. N’importe quoi. Jenny a filé en cuisine, elle réfléchit à ce qu’elle va bien pouvoir faire à manger à midi. On risque d’être un certain nombre à table puisqu’il faudra aller chercher Lily, Jade arrive dans une quarantaine de minutes (elle a téléphoné à Niall pour lui demander où il était) et Liam nous envoie Danielle.

-          T’as trouvé ma chérie ?, dis-je en la rejoignant dans la cuisine

-          Non, on n’a plus grand-chose dans notre frigo malheureusement…

-          Faut que j’aille faire des courses ?

-          Ça serait bien ouais. Je me disais qu’un poulet rôti et des frites ça plairait à tout le monde non ?

-          Oui bonne idée… Dis, tu sais, on avait parlé de passer au cimetière cet après-midi…

-          Ça me paraît compromis vu nos invités, dit Jenny en rigolant

-          On pourrait leur confier nos enfants non ?

-          Hahaha. Hors de question que je laisse ma fille avec Niall et Harry. Ils sont trop immatures.

-          Danielle et Jade seront là elles-aussi.

-          Dans ce cas-là je veux bien.

-          Génial, on fera ça alors…

Je l’embrasse très langoureusement et elle me dit en me relâchant :

-          Tu vas chercher Lily à l’école ? Et t’en profites pour aller à la boucherie acheter un poulet ?

-          Pas de problème ma chérie…

-          Oh j’adore trop quand tu m’appelles comme ça…

-          Ma chérie, ma chérie, ma chérie….

Elle éclate de rire et on échange à nouveau un baiser. Je crois qu’aujourd’hui je peux enfin dire que je suis heureux. Enfin. Je ne pensais pas ça possible après la mort de Perrie mais pourtant je le vis.

Je monte quatre à quatre les marches jusqu’à la chambre d’Eleanor, Louis doit y être, ça me paraît évident. Lorsque je pousse la porte je prends en pleine face l’ampleur de la situation : Louis est assis sur une chaise, ses doigts entrelacés à ceux d’Eleanor, la tête posée sur le ventre de la jeune femme.

-          Vache mec, qu’est-ce qui t’arrives ?

-          Prends une chaise.

Je tire une chaise et m’assois à côté de lui. Je passe ma main dans son dos et il lâche Eleanor pour accrocher ses bras à mon cou. Il fond en larmes sur mon épaule et je le serre contre moi. Très fort. Après d’interminables minutes il se calme un peu et entre deux sanglots il lâche :

-          Je suis le pire des connards qui existe…

-          C’est aussi ce que semble penser Zayn… Je peux savoir pourquoi ?

-          J’ai… je me suis tapé Océane, alors qu’Harry n’était qu’à quelques mètres. Je suis le pire des connards. Harry ne me le pardonnera jamais. J’ai perdu l’homme que j’aime et ma petite-amie, la mère de mon fils, est clouée sur un putain de lit d’hôpital. Putain mais pourquoi est-ce qu’Océane a stoppé mon hémorragie ce matin ? Elle aurait dû me laisser crever…

-          Dis pas ça Louis…

Il repart dans une nouvelle crise de larmes et je me contente de le serrer contre moi. Une fois qu’il a fini de pleurer je le garde dans mes bras, contre moi et dis :

-          Ça va s’arranger Louis.

-          Harry ne me le pardonnera pas.

-          Je pense que si, même s’il lui faudra sûrement beaucoup de temps. En tout cas ce n’est pas une raison pour te foutre en l’air ok ?

-          Oui.

-          Je peux voir ton bras ?

Il s’éloigne un peu de moi et relève la manche de son pull, son bras est entouré d’un long bandage, habilement fait.

-          C’est Océane qui t’a fait ça ?

-          Oui. Elle m’a sauvé la vie, mais elle a aussi tout foutu en l’air… enfin non, c’est de ma faute, c’est entièrement ma faute.

-          Louis. Stop. Ce qui est fait est fait, on ne peut pas revenir en arrière d’accord ? Alors tu te calmes, tu respires et tu réfléchis à ce que tu vas faire maintenant, pas à ce que tu as fait cette nuit.

-          Aide-moi Liam… Aide-moi…

-          Louis, je suis là… Je suis là pour t’aider. Mais j’ai besoin que tu arrêtes de pleurer.

-          Oui.

Il sèche ses larmes et je lui dis :

-          Viens avec moi, je sais que t’aimes Eleanor mais sa présence ne va pas t’aider pour le moment. On va aller boire un café, t’en as bien besoin, et puis on va aller prendre l’air d’accord ?

-          Si tu veux…

-          Louis t’as une sale tête, il faut que tu prennes un peu l’air. Viens avec moi…

Il embrasse doucement les lèvres d’Eleanor et me suis.

Danielle vient d’arriver, et je m’apprête à partir. Je fais la bise à la jeune femme et lui glisse à voix basse en passant :

-          Pas un mot sur Louis à Harry, one ne lui a rien dit pour le protéger…

-          D’accord. Tu vas chercher Lily ?

-          Oui. Et le repas de midi aussi, dis-je en souriant, on n’avait pas vraiment prévu d’avoir autant de monde ici ce midi.

-          J’en doute pas, me dit Danielle, je vais voir si je peux aider ta copine en cuisine.

-          Merci.

J’empoche mes clés et me dépêche de sortir.

Ça a l’air de faire du bien à Harry de jouer aux Lego avec un petit garçon. Pourquoi pas après tout ? Je garde un œil sur lui tout en pensant à Louis. J’aimerais vraiment savoir comment il va. Il paraît que Liam est avec lui, j’espère que ça suffira.

-          Merde, mon téléphone, dit soudain Harry en sursautant

Il sort son téléphone de sa poche et regarde l’appelant en grimaçant.

-          C’est Jay, je fais quoi ?

-          Prends, ça peut être important, dis-je

Harry soupire, se relève et s’éloigne pour répondre.

-          Oui ?

-          Coucou Harry, je voulais savoir si tu sais où est Louis, je n’arrive pas à le joindre.

-          Je euh… Jay… Je ne suis plus avec Louis. Il a… Il a fait quelque chose que je n’ai pas aimé et depuis on est fâchés.

-          Fâchés comment ?

-          Je ne lui ai pas parlée depuis hier soir, je n’ai pas dormi avec lui, je ne sais pas où il est. Désolé. Mais il doit sûrement être à l’hôpital.

-          Harry, il s’est passé quoi ?

-          Jay je peux pas te dire ça, c’est pas à moi de te le dire, je… je suis désolé…

-          Harry, tu sais, je t’aime bien et je sais que tu as besoin de mon fils pour être heureux, alors dis-moi.

-          Il m’a trompé.

-          Oh. Avec qui ?

-          La marraine de Pierre.

-          Oh putain… Quel con… Protèges-toi Harry et ne reste pas seul, je vais parler à mon fils.

-          Jay, c’est pas la peine…

-          Harry, ce que mon fils a fait est intolérable et j’aurais une petite discussion avec lui, je vais passer à l’hôpital cet après-midi voir ce qu’il en est.

-          D’accord. Jay ? Ma mère m’a dit hier que tu n’avais pas pu voir Pierre, qu’est-ce qu’il s’est passé ?

-          On m’a interdit l’accès, on m’a dit que Louis avait fait placer une mesure de restriction et que seul lui ou toi pouviez aller le voir.

-          Merde, ils ont tout compris de travers. On a mis ça en place il y a une semaine et demie pour ne pas que les parents d’Eleanor puissent le voir, Louis s’est fritté avec eux, mais toi tu aurais du pouvoir passer. Je vais passer un coup de fil à l’hôpital pour que ce soit réglé.

-          Merci.

-          Merci à toi Jay.

Je raccroche et range mon téléphone dans ma poche en soupirant. Je ne pensais pas que Jay me soutiendrais. Mais ça me fait du bien.

-          Eh Haz ! Assieds-toi, t’es tout blanc

J’écoute le conseil de Niall et m’assois sur le bras du canapé.

-          Elle voulait quoi ?

-          Elle cherche son fils.

-          Oh.

Liam m’a forcé à sortir, il a eu raison. L’air frais me fait du bien. Ça m’aide à avoir les idées plus claires.

-          Tu veux aller voir ton fils ?, me demande Liam en terminant sa clope

-          J’aimerais bien…

-          Tu veux que je vienne avec toi ?

-          Oui. J’y vais jamais seul. Et comme Hazza est… pas là. Et puis je ne sais pas si j’ai très envie de me retrouver seul avec Océane.

-          Je comprends.  Je monte avec toi alors.

-          Oui bah finis ta clope, je tiens pas à ce que tu intoxiques mon fils. D’ailleurs tu devrais arrêter purement et simplement.

-          J’ai repris depuis que je sais que Danielle est enceinte.

-          Oh. Pourquoi ?

-          J’angoisse, encore plus depuis que je sais pour les triplés.

-          Mec, devenir père c’est la plus belle chose au monde.

-          Et si ça se passe mal ? Et si on n’y arrive pas ? Trois bébés à gérer on va galérer…

-          Liam, on sera tous là pour vous aider.  Vous ne serez pas tout seuls. Alors respire, et éteins cette clope putain !

Il soupire, tire une dernière taffe et éteins sa cigarette dans le cendrier. Il passe ensuite sa main dans mon dos et on monte en néo-natalité voir mon fils.

J’attends devant l’école de Lily, elle finit dans deux minutes normalement, ensuite on ira acheter le poulet ensemble. 

-          Excusez-moi…. Monsieur Zayn Malik ?

Merde. Quand ça commence comme ça, en principe ça sent le roussi.

-          Oui ?, dis-je en m’efforçant de sourire à la personne qui vient de m’interpeller

-          Je suis journaliste, j’aimerais savoir si vous accepteriez de répondre à deux trois questions ?

-          Allez-y, je vous écoute.

-          Est-ce que vous confirmez sortir avec la nouvelle secrétaire de Monsieur Simon Cowell ?

-          Jenny ? Oui bien sûr, je pense que les photos étaient assez claires.

-          Et si ce n’est pas indiscret qu’est-ce que vous faîtes ici ?

-          Je viens chercher ma belle-fille. 

-          Votre…

-          La fille de ma nouvelle petite-amie. Excusez-moi, je dois vous laisser, elle va sortir.

Je laisse le journaliste en plan et m’approche de Lily qui vient de sortir. Je la prends dans mes bras et la serre contre moi.

-          Zayyyyyn tu m’étouffes !

Je rigole et desserre un peu mon étreinte mais je la garde dans mes bras.

-          On a une grande mission toi et moi ma puce, dis-je, on doit aller acheter un poulet pour midi.

-          Un poulet ? Mais on ne devait pas manger des steaks ?

-          Si. Mais on a des invités.

-          Oh trop chouette !! C’est qui ?

-          Euh y’a Niall et Jade, Harry et Danielle aussi. Et peut-être Liam mais c’est pas sûr.

-          Trop bien ! Mais… pourquoi Louis il est pas là ?

-          Euh… parce qu’il est un peu fâché avec Harry.

-          D’accord.

Faites qu’elle ne pose pas plus de questions, je vous en supplie !!

Lorsque Jade passe la porte je ne peux m’empêcher de sourire franchement. Elle est magnifique, magnifique et rayonnante.

-          Coucou vous ! Comment ça va ? Hey, coucou Henry, tu viens me faire un gros bisou ?

Henry se jette dans ses bras et ils se font un gros câlin. Jade adore ce gosse.

-          Salut, ça s’est bien passé ?, demande Jenny depuis la cuisine

-          Super bien, je me sens revivre, dit Jade en souriant très largement, la musique m’avait manqué, je comprends maintenant à quel point…

Je souris franchement et vais l’embrasser longuement

-          Beeeeerk, s’exclame Henry, vous êtes dégoutants…

-          Qu’est-ce qui se passe mon bonhomme ?, dit Danielle en sortant de la cuisine

-          Ils se font des bisous tout baveux ! Beeeerk !!

Danielle rigole et dit à Henry :

-          Est-ce que ça t’intéresse de voir comment on fait des frites ?

-          Oh ouiiii !!!

Il court en cuisine et Danielle nous fait un clin d’œil. Je rigole et continue à embrasser Jade.

-          Henry a raison, dit Harry d’une vois plate, c’est dégueulasse….

-          Bah qu’est-ce que t’as ?, dit Jade

-          Qu’est-ce que j’ai ? J’ai que mon copain s’est envoyé en l’air avec Océane et que je lui en veux à mort.

-          Oh. Viens-là, dit Jade

Harry se rapproche et Jade le prend dans ses bras. Elle passe ses mains dans le dos d’Harry en tentant de le rassurer par de douces paroles.

Danielle et Henry m’observent alors que je prépare la friteuse. Zayn ne devrait pas tarder à revenir normalement. Danielle a constamment une main sur son ventre, en même temps vu la taille je peux comprendre, j’espère que tout se passera bien pendant que les garçons seront en tournée.

-          Tu sais Danielle, si jamais un jour tu veux passer, même à l’improviste un soir y’a pas de souci, tu passes.

-          T’inquiètes pas. De toute façon je dois venir t’aider à déballer tes cartons.

-          Oui c’est vrai, c’est un peu le bordel pour le moment.

-          C’est normal, vous avez déménagé seulement hier, ça sera vite rangé ne t’en fais pas.

-          Merci Danielle, tu sais je t’apprécie vraiment, t’es une fille super sympa et…

-          C’EST NOUS !, crie Lily en entrant dans l’appartement

Elle débarque en cuisine et me tends un grand sachet blanc dans lequel se trouve le poulet pour midi.

-          Merci ma puce, tu peux filer jouer avec Henry si tu veux, tu feras tes devoirs ce soir.  

-          Merci maman.

Danielle fait descendre Henry du buffet sur lequel il était assis et il file avec ma fille.

-          Ils sont trop mignon, laisse échapper Danielle

-          Qui ça ?, dit Zayn en entrant dans la pièce

-          Ton fils et ma princesse, dis-je

-          Ouh c’est trop mignon.

Il me vole un long baiser avant de s’employer à s’occuper du poulet.

-          Depuis quand mon mec joue aux Lego ?, dit Jade en débarquant dans la cuisine.

Zayn et moi on se regarde et on explose de rire.

Louis est avec son fils, il pleure à chaudes larmes en le berçant. Je suis dans le couloir et l’observe à travers la vitre. Si seulement ce bout de chou pouvait aller suffisamment bien pour sortir d’ici.

-          Il va comment ? demande une voix féminine dans mon dos

-          Mal comme tu peux le voir Océane

-          Tu m’en veux ?

-          La question est pas là Océane, dis-je en me tournant vers elle, la question est pas de savoir si je t’en veux ou pas mais à quel point t’as foutu la merde entre Louis et Harry. Tu sais, au début je croyais pas à leur histoire mais ils ont tout traversé ensemble et que tu viennes tout foutre en l’air comme ça ça me met hors de moi. Bien sûr Louis est responsable aussi, mais lui au moins il s’en veut…

-          Tu crois que je m’en veu…

-          Tu ferais mieux de partir maintenant Océane, c’est pas une bonne idée que tu restes.

-          Mais…

-          Maintenant.

Elle s’en va en pleurant et je comprends que j’y ai sûrement été un peu fort avec elle. Mais j’ai fait ça pour Louis.

-          Oh Liam, ça va ?

Je me retourne et voit Jay qui me sourit.

-          Oui bien sûr Jay, et toi ?

-          Ça irait mieux si mon fils allait mieux.

-          Je comprends. Tu sais quoi à propos de ce qui s’est passé ?

-          Seulement qu’il a trompé Harry.

-          Jay je… il faut que je te dise quelque chose… Louis a… ce matin il…

-          Il a quoi ? Dis-moi Liam…

-          Jay, il a tenté de se suicider. Il s’est tranché les veines. Mais Zayn et Océane l’ont trouvé à temps.

-          Oh putain.

Je la retiens par le bras pour ne pas qu’elle s’évanouisse et la force à s’assoir sur un des sièges de la salle d’attente.

-          Jay s’il-te-plaît ne tombe pas dans les vapes. J’ai eu ma dose d’émotion aujourd’hui.

-          Désolé.

Elle respire un grand coup et me dit :

-          Pourquoi il a fait ça ?

-          Parce qu’il est persuadé d’avoir foutu en l’air sa relation avec Harry.

-          C’est pas faux.

-          Oui je le sais, mais faut surtout pas lui dire ça. Faut lui laisser croire qu’il peut encore rattraper les choses.

-          C’est pas la peine, dit Louis, je sais très bien qu’il ne me le pardonnera JAMAIS.

Il serre sa mère dans ses bras et s’assoit avec nous.

-          Est-ce que quelqu’un pourrait essayer de savoir si Liam compte rentrer ?, demande Danielle, j’ose pas l’appeler, s’il voit mon nom sur son téléphone il va flipper comme un dingue en pensant que y’a un problème.

-          Je m’en occupe, dit Harry

-          Attend, c’est pas une bonne idée Hazza, dit Zayn, Niall, tu peux t’en charger ?

-          Oui, dis-je

-          Mais pourquoi vous ne voulez pas ?, dit Harry

-          Hazza, Liam est avec Louis, dit calmement Danielle

-          Oh. Ouais appelle-le toi Niall, c’est mieux, me dit Harry

Je lui tape dans la main et m’éloigne un peu pour téléphoner à Liam.

-          Allô ?, dit mon ami après quelques tonalités

-          Liam ? ça va ? Il va comment notre Loulou ?

-          Mal. Et encore, c’est peu dire que de dire qu’il va mal.

-          Merde. Danielle veut savoir ce que tu comptes faire cet après-midi, savoir si tu viens nous rejoindre ou pas…

-          Non, on se retrouvera à l’aéroport. Jay est là pour Louis, mais je préfère rester quand même.

-          D’accord.

-          Dites à Danielle de venir à l’aéroport, je veux lui dire au revoir correctement avant de partir

-          T’en fais pas. Prends soin de Louis.

-          Et prenez soin d’Harry.

-          Oui promis. Passe le bonjour à Jay aussi…

-          Oui, on va manger, je vous laisse. A ce soir.

-          A ce soir.

Je raccroche et me tourne vers mes amis.

-          Il reste avec Louis. Jay est avec eux…

-          Merde, dit Harry

-          Quoi ?, demande Jade

-          Je voulais passer voir Pierre avant de partir. Tant pis. Je l’ai vu hier matin de toute façon…

-          Ooooh t’es trop mignon, dit Danielle en laissant échapper une larme

-          Pourquoi tu pleures ?, demande Henry

-          Désolé, dit Danielle, c’est les hormones…

-          Les horquoi ?, demande Lily

-          Les hormones. Quand une femme est enceinte elle pleure souvent, explique Zayn

-          Ah d’accord, dit Lily, dis Zayn, pourquoi Louis il saignait ce matin ?

QUOI ? Louis qui saignait ? Je me tourne vers Zayn qui grimace en regardant Lily.

-          Il a glissé dans la douche, dit Jenny, et il s’est blessé au bras, rien de grave mais ça a fait un gros bruit donc Zayn a été voir, mais comme Océane était là et qu’il devait emmener Lily à l’école on n’en a pas su plus.

-          Ah, dis-je, d’accord…

Je sais qu’ils me cachent un truc mais je ne sais pas quoi. Et je m’en fous. Louis ne fait plus partie de ma vie, il a fait son choix cette nuit quand il est allé rejoindre Océane. Tant pis pour lui. Moi je m’en remettrai, lui je m’en fous. Ce n’est plus mon problème.

-          Pourquoi tu t’es disputé avec Louis ?, dit Lily en grimpant sur mes genoux

-          Euh… parce que Louis a fait une grosse bêtise et qu’il m’a brisé le cœur…

-          Mais non, faut pas dire ça, me dit la petite fille, vous êtes trop mignon tous les deux…

-          On était trop mignons. Ça n’est plus le cas…

-          Mais…

-          Lily ! ça suffit maintenant, dit Jenny, viens m’aider à mettre la table.

J’embrasse la petite sur le front et la laisse partir avec sa mère.

-          Désolé Haz’, dit Zayn tout en continuant à empiler des Lego avec son fils, elle est un peu directe parfois.

-          C’est de son âge, dit Danielle, imaginez que dans quelques années nous on en aura trois comme ça.

-          Oh l’horreur, dit Jade, vous allez morfler.

-          Oui je sais, dit Danielle en portant la main à son ventre, mais je ne regrette pas. Et Liam non plus. Il est heureux. Heureux mais stressé, il s’est remis à fumer…

-          Merde, dit Niall, il avait presque réussi à arrêter.

-          Oui, dit Danielle, mais je préfère ça au fait qu’il se retourne encore et encore dans le lit la nuit.

-          T’as qu’à l’occuper au lit, dis-je, comme ça il se retournera pas.

On éclate tous de rire et je souris. Entouré de mes amis je me sens un peu mieux.

On est à la cafétéria de l’hôpital. Liam a dit qu’il restait pour me soutenir, mais je doute qu’il veut aussi un peu me surveiller. Ma mère m’a passé un savon mémorable pour ce que j’ai fait à Harry et pour ma tentative de suicide. Mais elle est restée pour me soutenir, et ça me fait du bien qu’elle ait quand même un peu compris ma situation. Océane vient de passer la porte et sans que personne ait pu me retenir je me lève et me dirige vers elle. Elle cherche à m’éviter mais je lui attrape le bras et dit :

-          Attends, faut qu’on parle. Et je voudrais te présenter quelqu’un…

-          Louis c’est pas une bonne idée, j’ai fait merdé ton histoire avec Harry, je suis désolée…

-          Mais qu’est-ce que tu racontes ? C’est entièrement ma faute et je ne t’en veux pas du tout je te le jure. Et je suis sûr qu’Harry ne t’en veux pas non plus.

-          S’il ne m’en voulait pas il m’aurait rappelée, dit Océane

-          Laisse-lui le temps. Allez viens, faut que tu rencontres ma mère…

-          Elle est au courant pour… ?

-          Oui. Mais viens. Allez. S’il-te-plaît.

Elle consent à me suivre et je la ramène jusqu’à notre table.

-          Maman, je te présente Océane, la marraine de Pierre.

-          Ah, la fameuse Océane, dit ma mère, je ne vous félicite pas mademoiselle…

-          Maman ! Océane compte beaucoup pour moi, et ça n’est pas du tout de sa faute ce qui s’est passé cette nuit. C’était entièrement ma faute et j’en assume toute la responsabilité. Et je voudrais que vous l’acceptiez…

-          Comme tu veux, dit Liam en haussant les épaules, elle s’est quand même immiscée entre toi et Hazza…

On est tous en train de s’installer à table, le repas est enfin prêt.  Comme on manque de chaises j’ai pris mon fils sur mes genoux et on partage les frites dans mon assiette. Les frites sont excellentes et le poulet est juteux, et visiblement ça plaît à tout le monde.

-          Faut que vous soyez à l’aéroport à quelle heure ?, demande soudain Jade

-          16h30. L’avion décolle à 18h mais on a besoin de temps pour charger les valises et passer les contrôles de sécurité…

-          Oh. C’est super tôt, c’est dans… quatre heures à peine ?, dit Danielle

-          Oui exactement, dit Harry, et crois-moi je suis pas pressé de partir.

-          Pourquoi ?, demande Niall

-          Parce que la simple idée de faire je ne sais combien d’heures de vol avec ce… avec lui, ça me rend malade d’avance.

-          Tu seras pas obligé d’être avec lui, tu peux rester avec nous, ou avec notre staff, ou avec Lou et Lux, bref on s’arrangera

-          Lou et Lux sont parties hier, dit Harry, vous pourrez m’empêcher de trop m’énerver ce soir ?

-          Oui bien sûr, dis-je, dis Hazza, tu penses pas qu’il faudrait prévenir Simon ? Juste pour qu’il soit au courant.

-          Non, dit Harry, il s’inquièterait pour rien…

Je m’apprête à répliquer mais Niall me fait signe de me taire. Je ne dis rien et continue à manger.

J’ai peur de ma réaction quand je vais me retrouver face à Louis. Je ne sais pas si je vais fondre en larmes ou au contraire m’énerver comme pas possible.  Les deux sont probables, on verra bien.

-          Ça vous dérangerait de garder nos enfants cet après-midi ?, demande Jenny, on voulait passer au cimetière avec Zayn et…

-          Y’a pas de souci, dit Danielle, on vous les garde le temps qu’il faudra, vous avez le droit de passer du temps ensemble, après tout c’est nous qui squattons.

-          Merci, dit Zayn, fallait vraiment qu’on y passe…

-          Normal, dit Niall

-          Mouais, dit Jade, j’aime pas les cimetières, c’est lugubre et froid…

-          Pas quand la personne que tu aimes le plus au monde y est enterré, dit Jenny, dans ces moment-là c’est le seul endroit où tu as envie d’être…

-          Ma meilleure amie est dans un cimetière, dit Jade, et je n’y ai été qu’une fois…

-          Parce que tu n’as pas fait ton deuil correctement, dit Jenny, elle est partie beaucoup trop vite et tu t’es protégée en n’allant pas là-bas. Ça ne veut pas dire que les cimetières sont lugubres, et ça ne veut pas dire que tu n’iras pas plus tard…

Jenny se lève un peu violemment et ramène les plats vides en cuisine. Zayn se précipite derrière-elle.

J’ai fondu en larmes dans les bras de Zayn. Parler de cimetière est toujours douloureux.

-          Je suis désolée, dit Jade en entrant dans la cuisine, j’ai peut-être manqué un peu de tact…

-          C’est pas grave, dit Zayn

Il tend un bras vers la jeune femme et elle vient nous rejoindre. On se fait alors un câlin à trois pendant un long moment.

-          Tu sais Jade, si jamais tu veux passer voir Perrie un de ces jours, je veux bien t’accompagner, dis-je, je sais ce que ça fait de perdre un être cher.

-          Merci Jenny, c’est trop gentil…

-          Non c’est normal… Bon allez, on prend le dessert,  Jade tu peux prendre les yaourts ? Zayn tu ramène les fruits ?

-          Oui ma puce…

Zayn me vole un baiser et je vois Jade détourner le regard. J’essayerais de me rapprocher un peu d’elle durant l’absence de mon chéri.

Océane est repartie travailler et Jay Louis et moi on est remontés, mais dans la chambre d’Eleanor cette fois-ci. Jay ne semble pas trop savoir quelle attitude adopter avec son fils : elle semble énervée contre lui mais terriblement inquiète aussi. Louis observe Eleanor en silence avant de se tourner vers nous et de dire :

-          Vous pensez qu’elle va se réveiller un jour ?

L’inquiétude pointe dans sa voix.

-          Oui je n’en doute pas, dit une voix que j’identifie comme celle de Jay

-          Evidemment, dit Liam, évidemment qu’elle va se réveiller…

Je perçois dans la voix de Liam une once d’inquiétude, c’est mignon.

-          Et si elle ne se réveille pas ? Qu’est-ce que je vais dire à mon fils sur sa mère ? Qu’elle est morte parce que j’ai été trop con pour prendre le volant en ayant bu ?

-          Louis, dit doucement Jay, c’était un accident. Un simple accident. Et de toute façon elle va se réveiller, moi j’y crois.

-          T’y crois toi ?, demande Louis

-          Oui, dit Liam, j’y crois. Je veux qu’elle se réveille…

Et pour cause, on est proches, on l’a toujours été. La position de Liam ne doit pas être facile.

-          Liam ?, ça va ?, demande Jay

-          Oui oui… wow, désolé je vais prendre l’air, dit Liam

Le pauvre. J’entends une porte se fermer et Louis dit à sa mère :

-          Il a failli sortir avec Eleanor. Il pense que je le sais pas, mais je l’ai appris par hasard un jour. Eleanor non plus ne sait pas que je suis au courant…

Bah maintenant si… Et moi qui avais peur qu’il réagisse mal en l’apprenant.

Pour une fois c’est nous les garçons qui débarrassons pendant que les filles surveillent Lily et Henry. Le salon de Zayn s’est transformé en un véritable capharnaüm de jouets en tout genre.

-          Tu va les faire ranger avant de partir ?, dis-je à mon ami en entrant dans la cuisine

-          Oui oui, hors de question que je parte avec un appartement en boxon, mais c’est vous qui les ferez ranger, avec Jenny je ne serais pas là. Et surtout vous ne cédez pas aux caprices de mon fils.

-          Il fait des caprices ?

-          Tous les jours il essaye oui… mais on ne cède pas avec Jenny, sinon c’est fini.

-          Vous avez bien raison, dit Harry, c’est horrible quand ça commence à faire des caprices.

-          Ça lui passera, dit Zayn, c’est de son âge.

-          Tu sais, dit Harry, j’ai réfléchi pour Simon, et il doit être au courant… je vais lui téléphoner je pense…

-          C’est bien Hazza, t’es raisonnable, dit calmement Zayn, mets le haut-parleur s’il-te-plaît qu’on sache ce qu’il en dit.

-          Oui.

Harry compose le numéro, pose son téléphone avec le haut-parleur sur la table et tire une chaise pour s’assoir.

-          Allô ?

-          Salut Simon, dit Harry

-          Oh, t’as une petite voix Harry, qu’est-ce qui ne va pas ?

-          J’ai rompu avec Louis.

-          Oh.

-          Enfin on n’a pas vraiment rompu, mais il est hors de question que je lui reparle un jour…

-          Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

-          Il s’est… envoyé en l’air avec Océane.

-          Oh, mais… tu en es sûr ?

-          Ça ne fait aucun doute Simon, je les ai entendus…

-          Tu veux que je parle à Louis ?

-          Non. Je me fous de Louis, lui et moi ça appartient au passé, il a choisi Océane, il avait qu’à y réfléchir avant…

-          Oh Harry… Vous ne pouvez pas terminer une si belle histoire comme ça.

-          Si Simon, c’est fini. Il m’a brisé le cœur…

-          Je comprends… Mais laisse le temps faire à la chose aussi…

-          Simon, Louis et moi on ne se remettra pas ensemble, il a choisi cette nuit quand il est allé rejoindre Océane, tant pis pour lui.

-          Je vois. Pour la tournée t’envisage ça comment ?

-          Je ferais semblant sur scène s’il le faut mais je refuse de le voir en dehors de la scène. Ça serait risqué pour lui…

-          Oh Harry… Et pour les chambres ?

-          J’ai demandé à Paul de nous en réserver une de plus, pour que chacun ait la sienne.

-          D’accord. Vous voulez que je vienne sur les deux premiers jours de tournée ?

-          C’est bon Simon ça va aller, dis-je, on protège Harry et Liam protège Louis, on va gérer…

-          Comme vous voulez les garçons, mais au moindre problème vous m’appelez hein ?

-          Bien sûr…, dit Harry, je voulais juste que tu sois au courant.

-          Merci de me l’avoir, dit répond Simon, bon je dois vous laisser, faites bien attention à vous tous, et protégez-vous les uns les autres.

Harry raccroche et soupire.

-          Ça c’est fait…

-          Hazza c’est bien, dit Zayn, il le fallait de toute façon.

Je suis descendu et je viens de m’enfiler deux clopes d’affilée. Oui j’ai encore des sentiments pour Eleanor, et j’en aurai toujours, même si je vais fonder une famille (nombreuse) avec Danielle.

-          Tu devrais pas fumer autant…

Je me retourne et regarde Océane qui vient de m’interpeller.

-          T’es chanteur non ?, me dit-elle, un chanteur ça protège ses cordes vocales…

-          Qu’est-ce que tu me veux ?

-          Discuter.

-          J’ai pas envie de discuter avec toi…

-          Pourquoi ?

-          POURQUOI ? t’as vu la merde que t’as foutu ?

-          Oui, dit Océane, je m’en veux assez, j’aurais dû repousser Louis cette nuit, mais il m’a dit des choses qui m’ont fait craquer… J’suis vraiment désolée, je voulais pas foutre la merde dans leur couple, je les adore tous les deux, et ça me fait aussi mal de perdre Harry à cause d’une bêtise…

-          Mouais…

-          Liam, s’il-te-plaît, est-ce que tu pourras donner ça à Harry ?

Elle me tend une enveloppe, je la prends, la range dans la poche de ma veste et dis :

-          Ok je lui donnerais.  Mais je te garantis pas qu’il te pardonnera…

-          Je sais, mais au moins j’aurais essayé.

-          Océane ? Tu sais, je t’en veux pas vraiment, je suis juste hyper inquiet pour mes amis, surtout pour Louis, sa tentative de suicide c’était pas anodin, ça traduit un véritable mal-être…

-          J’ai pas osé lui en parler de peur qu’il ne craque, mais essaye de voir s’il accepterait pas d’aller voir un psy…

-          Je vais essayer de lui en parler. Mais à mon avis ça n’ira pas… Mais je vais essayer…

Je serre la main de la jeune femme en guise d’accord, balance ma clope et me décide à remonter rejoindre Louis.

Jenny et moi on s’apprête à sortir, Henry fait une sieste, Lily joue calmement (pour une fois) aux petits chevaux avec Niall, Harry et Jade et Danielle s’est allongée sur le canapé. Elle me fait signe e m’approcher avant de sortir.

-          Oui ?

-          Profitez de votre après-midi en amoureux, c’est pas si souvent que ça… On vous ramène les gosses à l’aéroport tout à l’heure.

-          Attends, t’es sûre ? C’est dans trois heures…

-          Zayn, t’as besoin de ce temps avec Jenny, on s’occupe des gosses.

-          Merci Danielle t’es trop gentille…

-          De rien.

-          Je mets tout de suite les valises dans ma voiture alors… Merci merci merci Danielle.

-          De rien. Je sais ce que c’est…

Je l’embrasse sur le front et fonce récupérer ma valise et celle de mon fils dans la chambre avant de rejoindre Jenny qui m’attend devant la porte.

-          Qu’est-ce que tu fais avec ces valises ?

-          Je t’expliquerais. Viens on file…

Je l’embrasse longuement et on descend jusqu’à la voiture. Je charge les valises dans le coffre et m’installe au volant.

-          Tu m’expliques ?, me dit ma petite amie

-          On a l’après-midi rien que pour nous, ils ramènent les petits à l’aéroport tout à l’heure pour que tu récupères ta fille et moi mon fils.

-          Oh c’est trop gentil.

-          Oui…

Je la regarde un très long moment avant de l’embrasser à pleine bouche. Je l’aime, et elle m’aime. Et on va profiter de chaque seconde qu’on va pouvoir passer ensemble.

-          Coucou, je suis de retour, dit Liam

Raclement de chaise. Petit soupir.

-          Louis, il faut qu’on parle de quelque chose de très important, et je veux le faire ici, avec ta mère et Eleanor dans la pièce parce que je sais que leur présence t’apaise…

-          Euh… ouais ?, dit Louis

-          Je pense qu’il serait judicieux que… tu consultes un psy.

Aie. Louis vient de me broyer la main. Je peux comprendre, il a toujours refusé ce genre de choses.

-          Jamais de la vie, dit Louis d’une voix assez énervée

-          Louis, dit Jay, je pense que Liam a raison…

-          Alors toi aussi tu penses que je suis… malade ?, dit Louis avec la voix se brisant sur le dernier mot

-          Pas malade Louis, j’ai pas dit ça, reprend Jay, mais tu as besoin d’aide. Tu as les épaules solides mais tu ne peux pas tout supporter, tu encaisses tout depuis l’accident, absolument tout et c’est admirable, mais t’as atteint un point où il faut que tu te protèges, pour pouvoir encore encaisser par la suite, parce que ce que tu auras à vivre ne sera pas simple. Tu vas te retrouver très seul pour élever ton fils, mais je t’aiderais, et puis Eleanor risque de rester encore sur ce lit un long moment, alors oui tu as besoin de te faire aider. Mais tu n’es ni fou ni malade…

-          Tu m’aideras avec Pierre maman ?, dit Louis

Il pleure, je le sais au son de sa voix, et ça me brise le cœur. Il va se retrouver seul pour élever Pierre. Avec Harry il s’en serait sorti, mais seul… J’ai peur pour l’homme que j’aime, parce que oui je lui en veux mais je l’aime.

-          Tout le monde t’aidera, dit Liam, Louis on te soutient à fond, et on va pas te laisser tout seul avec un petit bébé. En plus ton fils est trop mignon…

-          Oui c’est vrai, il fait chavirer le cœur de toutes les infirmières qui s’occupent de lui, dit Louis en étouffant un éclat de rire, déjà un vrai tombeur. Et il n’a que deux mois…

Je souris. Enfin je souris intérieurement. Mon fils un tombeur, comme son père en fait…

-          Je suis d’accord pour voir un psy, mais en tournée c’est pas vraiment simple non ?

-          J’ai une idée pour ça, dit Liam, laisse-moi t’expliquer…

Je viens de perdre ma troisième partie de petits chevaux et j’enfouis ma tête dans mes bras. Je suis officiellement nul.

-          Encore gagné ! s’exclame Lily en tapant dans la main de Niall, on en fait encore une ?

-          Non, dis-je, j’en ai marre de perdre…

-          Oh Harry…

La petite me serre dans ses petits bras très fort contre elle.

-          Harry, tu veux bien faire un dessin avec moi ?, me dit Lily

-          Oui si tu veux….

-          Ouaaaaiiiis ! Je vais chercher des feuilles et des feutres !

-          Ne réveille pas Henry, lance Niall un peu trop tard

La petite s’est précipitée dans la chambre et a réveillé son demi-frère qui a fondu en larmes.

-          J’y vais, dit Danielle

-          Non, tu te reposes Danielle, je m’occupe de lui dit Jade en la devançant

Danielle soupire et allume la télé en s’installant sur le canapé. Elle doit en avoir marre qu’on lui dise tout le temps de ne rien faire et de se reposer. 

-          Je suis là, dit Lily en posant un blister de feutre multicolores devant moi, on fait un arc-en-ciel ?

-          Si tu veux ma puce… Viens sur mes genoux…

Je prends la petite sur mes genoux et on commence à dessiner ensemble.

Jade a déposé Henry sur le canapé et il s’est blotti contre Danielle pour regarder un dessin animé. Comme tout le monde est occupé Jade me prend la main et m’entraîne jusqu’à la cuisine. Elle ferme la porte derrière-nous et me plaque contre en collant ses lèvres aux miennes. Ma main trouve le chemin de sa nuque et j’intensifie cette étreinte. Qu’est-ce que ça va me manquer putain de ne pas pouvoir faire ça pendant un mois et demi… Après de longues minutes elle se décolle de moi et dit :

-          Désolé. Ça va me manquer…

-          Moi aussi… Mais tu pourras venir me voir si tu veux…

-          Niall je… j’ai promis aux filles qu’on bosserait tous les jours. Je ne pourrais pas te rejoindre cette fois-ci.

-          Oh. Pas grave, tant que tu sors pas avec le premier venu…

-          Niall ! Je ne vais pas faire ça…

-          Je sais, je plaisantais juste…

-          J’espère. T’as pas à avoir peur, je n’ai jamais été aussi amoureuse qu’aujourd’hui.

-          Moi aussi.

-          Vraiment ?

-          Evidemment Jade, et je te promets que la prochaine fois qu’on rentre on va sérieusement s’activer à faire un bébé…

-          Oui, dit Jade en me faisant le plus mignon des sourires au monde.

On est assis dans l’herbe devant la tombe de Perrie. Zayn a posé sa tête sur mon épaule, et de temps à autre une larme roule le long de sa joue. Je caresse doucement sa main qu’il a posée sur ma cuisse, mais je ne dis rien. Je le laisse avec Perrie, je sais qu’il a besoin de ce temps-là.

-          Tu réalises que c’est la première fois qu’on vient ici ensemble ?, dit-il soudain

-          Oui. Et est-ce que tu réalises aussi que c’est là qu’on s’est rencontrés ?

-          Oui. Grâce à Lily.

-          Oui, dis-je en souriant, je ne la remercierai jamais assez pour ça, elle m’a sauvé la vie sans le savoir…

-          Jen’, j’aime pas quand tu dis ça. Et je voudrais que tu me fasses une promesse, ici, près de David et de Perrie…

-          Dis-moi tout…

Il se tourne vers moi et en me regardant droit dans les yeux il dit :

-          Je veux que tu me promettes que tu ne feras pas d’acte insensé pendant que je ne suis pas là, et si jamais ça ne va pas tu sais que tu peux m’appeler à n’importe quelle heure du jour et de la nuit et si jamais je suis pas joignable tu peux joindre n’importe lequel des garçons où bien encore Simon, ou une des filles, mais si jamais t’as des idées noire je t’en prie parles-en à quelqu’un…

-          Promis, dis-je les larmes aux yeux, je ne te décevrai pas Zayn…

Il me prend contre lui et me serre dans ses bras.

-          Je veux pas partir Jenny… Je ne veux pas te laisser derrière-moi…

-          Zayn, tu dois partir, c’est ton métier. C’est ce que tu aimes, dis-je en prenant son visage entre mes mains, regarde-moi, tu aimes être sur scène, c’est ce qui t’as sauvé. Je t’attendrai, de toute façon Simon a prévu de me rallonger mes horaires dès que je reprends, et puis avec le déménagement j’ai plein de trucs à faire, j’aurais pas le temps de m’ennuyer. Et puis j’ai Lily…

-          Et moi Henry… Pourquoi est-ce qu’on est obligés de les séparer ? De se séparer ?

-          C’est la dernière fois  Zayn. La dernière.

-          Mais ça recommencera  l’année prochaine, et encore l’année d’après, et… putain j’ai besoin d’être avec toi Jenny, sans toi je ne vis pas vraiment…

Il a fondu en larmes et je les essuie doucement avec mes pouces.

-          Zayn, ça va aller. On va y arriver, je suis prête à vivre cette vie, je t’ai choisi, et je savais à quel genre de vie je m’engageais. Et je veux te voir heureux Zayn. Et tu as besoin de la scène pour être heureux… Et s’il faut je viendrais te voir très souvent en tournée. Et je t’amènerai tes enfants pour que tu les serre dans tes bras.

-          Mes enfants ?

-          Henry et Lily…

-          Oh Jenny, t’es trop mignonne…

-          Zayn ? Arrête de pleurer, je suis au bord des larmes là…

On retombe dans les bras l’un de l’autre, ça faisait un bon moment qu’on n’avait pas pu se parler comme ça aussi librement. Mais ici on est un peu chez nous, ici est un lieu symbolique pour nous…

J’ai mon fils dans mes bras, c’est la dernière fois que je vais le voir avant de partir. Je vais passer un mois et demi loin de lui, c’est long. Mais quand je reviendrai il pourra sûrement sortir.

-          Tu veux le prendre maman ?, dis-je en levant ma tête vers elle

-          J’adorerai.

Je dépose tout doucement mon fils dans ses bras et Pierre ouvre ses yeux pour la regarder.

-          Coucou mon bonhomme, c’est mamie Jay, dit ma mère, oh Louis il est trop mignon.

-          Oui je sais… Je peux te laisser un moment avec lui ? j’ai besoin d’un café, je vais aller en prendre un avec Liam…

-          D’accord.

Je souris et lui fais un petit bisou sur la joue avant d’aller rejoindre mon ami qui attend sagement dans le couloir.

-          Désolé mec, je t’ai pourri ta journée avec Danielle…

-          C’est pas grave, dit Liam en souriant, on en aura d’autres. Et puis t’avais besoin de moi, je suis ravi d’être là…

-          C’est pas ce que la tête que tu fais semble dire…

-          J’suis juste fatigué, je dormirais dans l’avion…

-          Oui 

Je souris et tape dans la main qu’il me tend en rigolant.

Ça m’a fait énormément de bien de discuter et de dessiner avec Lily, je me sens beaucoup mieux, et je m’autorise même à sourire assez souvent.

-          T’es beau quand tu souris, dit Lily en me regardant

-          Merci ma puce, toi aussi t’es jolie quand tu souris…

-          Oui, mon papa il me le disait tout le temps… Harry je te donne le dessin de l’arc-en –ciel qu’on a fait ensemble, comme ça tu penseras à moi quand tu seras triste.

-          Oh, t’es trop mignonne… Merci, je le mettrai dans ma valise tout à l’heure… Et je penserais trèèèèès fort à toi quand je serais loin d’ici.

-          Où est-ce que vous partez ?

-          On va aux Etats-Unis, tu sais où c’est ?

-          Ouiiiii ! Viens je vais te montrer sur la carte dans ma chambre.

C’est trop mignon, ils s’entendent trop bien tous les deux. Je regarde jade qui câline Henry en regardant la télé, et de l’autre côté Danielle qui s’est rendormie, la main sur son ventre. Je sursaute en sentant mon portable vibrer dans ma poche. Je le sors et décroche.

-          Allô ?

-          Oui Niall, c’est Simon, j’ai une question à te poser, ça m’embête un peu mais…

-          Vas-y Simon.

-          Ça te dérangerait de partager ta chambre au moins pour les trois premières nuits ?

-          Avec qui ?

-          Avec Harry, Paul n’a pas réussi à réserver de chambre supplémentaire pour votre première destination…

-          Ecoute, moi ça me dérange pas mais lui ?

-          Lui il n’aura pas le choix.

-          Ok, tu lui as déjà annoncé la bonne nouvelle ?

-          Non, je comptais sur toi pour le faire.

-          Oh. Merci Simon, tu me laisses tout le sale boulot…

-          Mais de rien Niall, c’est un plaisir. Allez, bon courage et bon voyage, vous m’appelez quand vous êtes arrivés hein ?

-          Promis.

Je raccroche et soupire.

-          C’est quoi la bonne nouvelle ?, me demande Jade

-          Je dois partager ma chambre avec Harry à Chicago

-          QUOI ?, dit Harry en sortant de la chambre des enfants, putain fais chier

-          Merci pour moi, dis-je en rigolant

-          Non Niall, c’est pas ce que je voulais dire, dit Harry, juste que j’aime pas partager ma chambre...

-          Bah pourquoi ?, demande soudain Henry

Je regarde Harry et éclate de rire.

Jenny et moi marchons main dans la main dans la rue, c’est la première fois, et on en est très fiers. Et moi je suis d’autant plus fier qu’elle est magnifique, elle porte un jean slim et un petit chemisier bleu clair, bref elle est splendide. Et rayonnante de pouvoir s’afficher avec moi…

-          Et voilà ma princesse, on est arrivés, dis-je en poussant la porte du café à côté de nous, on va pouvoir se partager cette fameuse coupe de glace.

-          Génial.

-          Aaaaah Zayn mon ami, comment ça va ?, dit le patron qui me connaît bien, oh tu es en très charmante compagnie, ravi de vous rencontrer mademoiselle…

-          Merci Gino, on peut avoir une table dans un coin tranquille, et la plus grosse coupe de glace que tu puisse nous faire.

-          Je vous amène ça de suite les amoureux, installez-vous à la table du fond, vous y serez tranquille.

J’entraîne ma petite-amie jusqu’à ladite table et on s’installe l’un en face de l’autre. Je prends sa main posée sur la table tout doucement dans la mienne et joue avec la bague de fiançailles qu’elle porte au doigt.

-          Zayn, qu’est-ce qui va pas ?

-          J’aimerais avoir le pouvoir d’arrêter le temps, je ne veux pas partir…

-          Zayn, on en a déjà parlé, et ça va aller. On se parlera tout les jours par Skype mon cœur…

-          Ouh c’est mignon ça, dit Gino en posant l’immense coupe de glace entre nous deux et en nous tendant à chacun une cuillère, mais ne vous en faites pas, je n’ai rien entendu…

Je souris au patron du petit restaurant italien et il s’éloigne, nous laissant manger notre glace. On la partage en se regardant droit dans les yeux, pas besoin de paroles entre nous, tout est si intense…

-          Louis, faut qu’on parte maintenant, je suis désolé, vraiment, mais va falloir que tu laisses Pierre.

-          Déjà ?

-          Oui.

-          Pff… J’ai droit à deux minutes avec mon petit ange encore ?

-          Oui.

Je referme la porte et laisse Louis seul avec son fils. Deux minutes, je lui laisse deux minutes, après il faudra vraiment qu’on y aille. En espérant qu’il n’y ait pas trop de bouchons sinon on sera à la bourre.

-          Je suis là, dit Louis en sortant de la chambre de son fils

Il a les yeux tout rouges et est au bord des larmes.

-          Viens-là…

Il ne se fait pas prier et viens se blottir dans mes bras. On se fait un grand câlin et on prend la direction de la voiture.

-          Allez allez on se prépare. Lily tu mets ta veste, Henry viens ici que je t’aide à mettre la tienne, dit Danielle, on n’est pas en avance, vous auriez dû me réveiller…

-          Dan’ c’est bon, on a de la marge de toute façon, dit Niall, allez les enfants on descend.

On descend tous ensemble et je m’installe avec les petits dans la voiture de Niall, pendant que Jade et Danielle sont dans la voiture de cette-dernière.  Niall met le contact et démarre quand Henry se met à hurler :

-          MON DOUDOU !! J’AI OUBLIE MON DOUDOU !!! JE PEUX PAS PARTIR SANS MON DOUDOU !!!!

Il pleure à chaudes larmes et Niall pile net.

-          Fonce Harry ! Va chercher son doudou, mais dépêche-toi.

Je détache ma ceinture, ouvre la portière et me dépêche de sortir. Je cours jusqu’à l’appartement de zayn, j’ouvre la porte avec le double que j’ai sur mes clés et je me précipite dans la chambre du petit garçon, son doudou est posé sur le lit. Ouf. Je prends le lapin et fait tout le chemin en sens inverse.  En remontant dans la voiture je donne son lapin au petit garçon qui pleure toujours et il le serre très fort contre lui.

-          Merci Harry. C’est ma maman Perrie qui me l’a offert.

-          Trop mignon, me souffle Niall, et je comprends qu’il ne veuille pas s’en séparer. Remet ta ceinture on y va.

On a du se dépêcher un peu de finir notre glace et on est en route pour l’aéroport. Jenny me fait rire en chantant les musiques qui passent à la radio. Je sais qu’elle fait ça pour que je sourie et ne pleure pas.  Mais j’ai le cœur gros, je vais la laisser pendant un mois et demi. Elle et Lily, je vais laisser derrière-moi les deux filles qui illuminent mon cœur. Et ça m’énerve. Heureusement que j’ai Henry avec moi, m’occuper de lui me divertit et m’empêche de penser à Jenny…

Louis s’est recroquevillé sur le siège et ne dis pas un mot. Pourtant il va bien falloir qu’il se bouge puisqu’on arrive.

-          Allez, bouge ton cul ! On y va, on doit être les premiers je pense.

Il soupire, détache sa ceinture et sort de la voiture. On a transféré sa valise dans ma voiture tout à l’heure donc je lui rends, je prends la mienne, récupère ma casquette, mon sac à dos et me dirige vers le hall de l’aéroport avec Louis qui traine des pieds derrière-moi.  Dans le hall on essaye de trouver un coin pas trop exposé et on s’assoit sur nos valises en attendant les autres. Quatre gardes du corps gravitent autour de nous sans se faire remarquer. Je fais un petit signe de la main à Paul qui me sourit. Zayn et Jenny arrivent quelques minutes après nous et viennent immédiatement nous retrouver. Zayn serre Louis dans ses bras et lui dit :

-          Ça va ?

-          Oui oui, dit Louis, vous avez abandonné vos gosses ?

-          Non, ils vont arriver avec les autres normalement, on s’est fait une petite escapade en amoureux.

-          C’est mignon, dis-je, ah, ils sont là…

Je me lève et me rapproche de ma petite-amie qui me sourit et me vole un léger baiser. Nos gardes du corps sont maintenant neuf et se sont grandement rapprochés de nous. Tout le monde se serre dans les bras les uns des autres, c’est le temps des retrouvailles et des aurevoir en même temps.

J’ai récupéré mon fils et il a enfoui sa tête dans mon cou, Niall vient de me raconter l’histoire du doudou et je trouve ça trop mignon.

-          DEGAGES PUTAIN ! TU M’APPROCHES PAS OKAY ???!!!???

Harry s’est mis à hurler et a poussé violemment Louis qui s’est défendu en poussant à son tour. Personne n’avait fait attention à la tension qui montait entre eux et ils sont maintenant en train de s’affronter du regard. Enfin plutôt de se fusiller du regard… Sans que personne ne s’y soit préparé Harry fout une énorme baffe à Louis qui vacille sous la violence du choc.

-          Oh !, dit Liam, tu te calmes Harry…

Harry récupère son sac à dos, sa valise et dit :

-          J’me casse, on se retrouve dans l’avion…

Il s’éloigne sans ajouter un mot et on reste tous un peu sous le choc. Louis se masse la jour sur laquelle apparaît déjà un gros bleu. Harry ne l’a pas loupé.

-          Les garçons, on part dans cinq minutes, dit Paul, ça va Louis ?

-          Oui oui. Mais je crois que je vais attendre un peu pour passer à l’enregistrement

-          Je pense que c’est une bonne idée, dit Niall

Jade et moi nous regardons, on est front contre front, nos lèvres à quelques millimètres l’un de l’autre et on se parle à voix basse. On essaye de se créer une petit bulle d’intimité ici dans l’aéroport bondé.

-          Tu te souviens de la promesse que tu m’as faite hier ma chérie ?

-          Oui. Promis j’en ferais pas. Je verrais bien le mois prochain…

-          Oui ma chérie… ça va aller. Et si tu veux parler tu m’appelles, quand tu veux…

-          Oui. J’ai pas envie que tu partes Niall.

-          Je sais, mais il le faut…

-          Oui.

Je profite de pouvoir encore caresser le ventre de Danielle quelques minutes. Quand je reviendrai elle aura pris une dizaine de centimètres de tour de taille, voire plus.

-          Liam, pourquoi tu pleures ? me dit Danielle

-          Pour rien, dis-je, j’ai juste pas envie de partir. Au moindre problème tu appelles Simon d’accord ? Il m’a assuré que tu pourrais l’appeler n’importe quand…

-          Liam, tout va bien se passer je te le jure.

-          J’ai peur, et s’il t’arrive quelque chose pendant que je ne suis pas là ?

-          Liam, dit-elle en encadrant mon visage de ses mains, je veux que tu profites à fond de l’adrénaline de la scène et que tu me reviennes en forme comme jamais d’accord ?

-          Oui.

Zayn me tient dans ses bras et il me parle à voix basse :

-          Tu seras sage avec ta maman hein ?

-          Oui promis.

-          Et tu travailleras bien à l’école ?

-          Evidemment… Je suis première !!

-          Je sais Lily. Et si jamais on te vole à nouveau ton agenda, tu le dis à ta maman hein ?

-          Oui.

-          Allez ma puce, je te pose, et tu dis au revoir à Henry pendant que je dis au revoir à ta maman.

Il me pose par terre et je fais un énorme câlin à Henry. Je l’adore, c’est comme mon petit-frère.  

Zayn se rapproche de moi, les yeux humides de larmes.

-          Non non non mon chéri, on a dit quoi ?

-          Oui, je t’ai promis de pas pleurer, dit-il en se forçant à sourire.

-          Un mois et demi ça sera passé très vite, et puis après on pourra vraiment se concentrer sur notre relation.

-          Tout à fait, on se parlera tous les jours sur Skype hein ?

-          Oui.

-          Et je pourrais parler à Lily aussi ?

-          Bien sûr Zayn, c’est aussi un peu ta fille…

-          Oui, c’est tout comme en tout cas.

-          LES GARCONS ON Y VA !!!, lance Paul

-          Merde, dit Zayn, déjà ? Jenny je veux que tu saches à quel point je t’aime et à quel point tu vas me manquer…

-          Je le sais Zayn, et je t’aime aussi de tout mon cœur…

Il plaque ses lèvres aux miennes et on échange un long baiser au goût salé des larmes de Zayn.

-          Excusez-moi, dit un homme en se rapprochant de notre petite groupe, lequel d’entre vous est Monsieur Louis Tomlinson ?

Je lève la tête vers l’homme d’une quarantaine d’années aux cheveux noirs

-          C’est moi, dis-je, vous êtes qui et vous me voulez quoi ?

-          Je suis le thérapiste envoyé par Monsieur Cowell, et à en juger par l’état de votre joue vous avez l’air d’en avoir bien besoin, je m’appelle Smith, Jason Smith, dit-il en me tendant la main

-          Merci d’être venu, vous êtes au courant que…

-          Que je pars avec vous pour un mois et demi ? Oui bien sûr, j’ai fait mon sac et je suis venu.

-          Merci, dis-je en lui serrant la main, venez, on va passer à l’enregistrement.

Louis s’éloigne avec l’homme et tout le monde me regarde en fronçant les sourcils.

-          Il en a besoin, dis-je simplement, on verra bien ce que ça donne. Allez les mecs, va falloir qu’on y aille.

On met tous nos sacs à dos sur notre dos et j’embrasse une dernière fois Danielle, très longuement avant de m’éloigner en direction de l’enregistrement. Niall m’a emboîté le pas avec Henry que Zayn lui a confié.

Je n’arrive pas à me résoudre à laisser ma petite amie. J’ai confié mon fils à Niall et je suis encore en train de serrer Jenny dans mes bras.

-          Zayn, tu vas louper ton avion si tu ne file pas maintenant.

-          Je veux pas partir.

-          Zayn, fais pas l’enfant. Tu pars, je reste. Dans un mois et demi on sera à nouveau réunis.

-          Oui…

 Je presse mes lèvres contre les siennes un long moment, j’embrasse Lily sur le front et je me dépêche d’aller rejoindre mes amis, non sans avoir fait un petit signe de la main à ceux que je laisse derrière-moi.

-          Ah bah enfin, dit Niall, c’est toi qu’à le passeport de ton fils, j’ai pas pu le faire enregistrer. Et dépêche-toi, vu le monde aux contrôles de sécurité on n’est encore pas arrivés dans notre avion…

-          Ouais. Allez, Henry, viens dans mes bras…

Mon fils me sourit et me tends ses petits bras…

 

 

 

Pour une fois je ne vais pas vous mettre une longue liste de questions, je pense que vous saurez par vous même quoi commenter ;)