Bonsoir ! Comme promis voilà le septième chapitre de "Et après... ?", on y retrouve Larry, un an après la dernière fois qu'on les y a croisés... La situation a bien changé vous verrez. Et je tiens d'ores et déjà à dire que je ne fais PAS DU TOUT l'apologie de ce qui se passe dans ce capitre, tout cela n'est que fictif et je désapprouve totalement cette conduite !

Chapitre 7 : Un an, et un problème majeur...

12 Décembre 2018, 18h30

En bas de l’immeuble de l’appartement de Larry, Londres

Je me gare et me dépêche de sortir de la voiture. Ça fait quatre jours que je suis parti et j’ai hâte de rentrer. En plus on a gagné notre match face au Réal, et un peu grâce à moi je dois bien l’avouer. Je récupère le bouquet de fleurs que j’ai acheté avant de rentrer, mon sac de voyage et je me dépêche de monter. Toute mon équipe est encore en Espagne, mais j’ai supplié mon coach de pouvoir rentrer aujourd’hui, parce que cela fait très exactement un an que je suis marié à Harry. L’homme de ma vie.  La porte n’est pas verrouillée et je rentre dans l’appartement.

-          C’est moi, je suis rentré !

Pas de réponse. J’enlève mes baskets, ma veste, pose le bouquet sur la table basse du salon et vais voir où peut bien être Harry. Lorsque je pousse la porte de la chambre je m’aperçois vite que quelque chose cloche : je bute sur une bouteille de bière vide, Harry est étendu sur le lit, bras et jambes écartées, les yeux grands ouverts, fixant le plafond.

hazza junk

-          Haz ?

Il esquisse un mouvement faible. Merde. Je m’approche de lui et me place au-dessus de lui, ses pupilles sont dilatées complètement, son bras et bleu, couvert de marques de piqures.

-          Putain Haz tu m’avais promis ! Tu fais vraiment chier !

Je lui donne une légère claque sur la joue et il réagit. Il est simplement défoncé. Complètement défoncé. Fais chier. Je sors de la chambre en pleurant à moitié, il m’avait promis qu’il ferait un effort, au moins pour aujourd’hui. Je me pose sur le canapé, dans le salon et allume la télé pour passer mes nerfs. Je l’aime mais je le déteste. Il a réussi à gâcher la soirée avec ses conneries. Oui, il a quelques problèmes avec la drogue depuis l’année dernière, mais je fais tout ce que je peux pour l’aider. Mais je ne suis pas souvent là. Et je me sens responsable de ça. Je me sens responsable de son addiction, c’est mon absence qui le pousse à faire de telles conneries. Je sais aussi que je ne peux rien faire pour le sortir de là alors j’essaye au moins de limiter les risques en lui achetant des seringues propres et stériles pour qu’il puisse se piquer. Je sais que c’est débile mais je me dis qu’u moins il ne se chopera pas une merde en utilisant une vieille seringue.

Chambre

Je reprends doucement mes esprits, je sais que Louis est rentré, je l’ai vu, mais j’étais trop défoncé pour lui répondre. Je m’étire doucement et m’assois sur le lit, ma tête tourne un peu et dans ma tête se déroulent comme un flash les évènements qui m’ont conduit à l’état dans lequel m’a trouvé Louis tout à l’heure : nos amis de Londres ici dans l’appartement, le joint qui circule, les seringues qui s’échangent, l’alcool, la cigarette. J’ai sûrement dépassé les bornes. Je me lève après un long moment et vais rejoindre Louis. Il est allongé sur le canapé, un bras derrière sa tête, et regarde la télé. Je m’arrête à l’entrée du salon et m’appuie contre l’encadrement de la porte.

-          Tu m’en veux ?

Il lève la tête vers moi, hausse les épaules et ne répond pas.

3154670000_1_4_QwfFVuuv

-          Je suis désolé Louis.

Toujours pas de réponse. Je suppose que je l’ai mérité. Je m’approche et m’aperçois qu’une larme roule le long de sa joue.

-          Oh non Louis… Ne pleure pas, je t’en supplie…

Je m’assois au bord du canapé et essuie sa larme du bout du pouce, lui arrachant un sourire. J’avise ensuite le bouquet de roses rouges sur la table.

bouquet-rond-100-roses-fleur-100-rouge_22550

-          Une admiratrice secrète ?

-          Me dit pas que t’as oublié ?!?, dit Louis en se relevant vivement

Oublié quoi ? J’essaye de chercher dans ma mémoire mais n’y arrive pas.

-          Hazza, dit-il en prenant doucement mes mains, ça fait un an jour pour jour qu’on est mariés…

-          Oh. Désolé…

Je le regarde droit dans les yeux avant de l’embrasser doucement sur le front.

-          Va prendre une douche, tu empeste la coke et l’alcool, me dit mon mari, en attendant je vais réfléchir si je te pardonne ou pas…

-          J’suis vraiment vraiment désolé…

-          File !

Harry s’éloigne en direction de la salle de bain et je m’assois au bord du canapé. Des larmes roulent le long de mes joues, je lui en veux, mais je l’aime et je sais que c’est en grande partie de ma faute. Je cautionne son addiction à toutes sortes de drogue en me disant que je ne peux rien y faire, qu’il se distrait pendant que je suis absent… Et si je n’étais pas aussi absent ? Si je faisais un effort pour être plus présent ? Je ne peux pas… J’ai le football, mon équipe compte sur moi. Mais j’aurais dû pousser Harry à se faire soigner tout de suite, et ne pas laisser son addiction se développer. Ça remonte à cette nuit du nouvel an, l’année dernière, celle où bêtement j’avais laissé Harry se droguer pour la première fois. En fait le problème c’est ces amis de New-York qu’on revoit de temps en temps et qui sont des junkies depuis longtemps déjà. Je me hais, Harry est accro par ma faute. Je me devais de le protéger. C’est mon mari putain…

-          T’as quoi au poignet Louis ?, dit Harry en me rejoignant après sa douche

Je baisse les yeux sur mes poignets. Ah oui, j’avais oublié que je portais encore mes bandages.

-          Un tatouage. J’ai fait ça à Madrid.

-          Je peux voir ?

Je lui tends mes poignets et il dénoue les bandelettes qui les recouvrent. J’ai envie de pleurer, j’ai fait marquer dans ma chair cet amour que j’ai pour lui, mais je suis incapable de le protéger. Harry passe le bout de ses doigts sur mes nouveaux tatouages. Le sigle infini sur chaque poignet, avec son prénom sur un, le mien sur l’autre.

-          C’est vraiment beau.

-          J’avais fait ça pour nos un an de mariage.

-          Je m’en veux Louis, je savais que t’allais renter en plus, mais Steve et Andrew étaient sur Londres et ils sont passés et …

Il fond en larmes et je le prends dans mes bras. Je vais le protéger. Je me dois de le protéger.

-          Chut… Haz… C’est pas grave. C’est ma faute…

-          Dis pas ça, je suis nul, je suis le pire des maris qui puisse exister.

-          Et moi je ne suis jamais là… 

-          On va s’en sortir ensemble.

-          Oui.

-          J’ai le droit de cuisiner pour me faire pardonner ?

-          Avec plaisir.

-          Viens avec moi, je veux qu’on cuisine ensemble… Comme un vrai couple. On va essayer de passer la soirée tranquille et on reparlera de …

-          Ton addiction

-          Je ne suis pas accro. Mais oui on en reparlera demain.

-          Génial.

Je l’embrasse alors doucement sur les lèvres, puis il entrelace ses doigts aux miens et on file en cuisine.

tumblr_mi8axeAmsy1rblltco1_500

Deux heures plus tard

Cuisine

-          Tu veux encore de la mousse au chocolat ?

Louis me regarde et acquiesce en silence. On a fait des excès culinaires, mais tant pis, on profite juste d’être ensemble. Je lui ressers de la mousse au chocolat et commence à débarrasser pendant qu’il la mange. En commençant la vaisselle j’observe mes bras. Ils sont ravagés par les marques de piqures. J’ai vraiment merdé.

-          Haz ? Arrête ça tout de suite.

-          Quoi ?

-          Enlève le couteau de ton poignet…

Je baisse la tête vers mon poignet, et enlève doucement le couteau que j’avais posé contre sans m’en rendre compte. Louis m’a enlacé par derrière et a posé sa tête sur mon épaule.

-          Tu me fais pas ça hein ?

-          On en parle demain d’accord ?

-          Ok.

Je lui vole un baiser et me dépêche de finir la vaisselle.

Une heure et demie plus tard

Salon

-          C’est mon passage préféré celui-là, regarde comment Mike me passe la balle et le but de fou que je marque !!!

-          YEEEEEEEEEEEEEEEEEESSSSSSSSSSS !!!

louis-tomlinson-est-fan-de-foot-et-de-l-equipe

Harry est à fond dans une rediffusion de mon math contre le Real. Il le regarde, blotti dans mes bras, et m’encourage, bien que ce soit passé depuis trois jours. C’est fou ce que je l’aime.  Il est vraiment parfait si on excepte son problème avec la drogue. J’ai mes bras autour de sa taille, mes genoux relevés autour de lui. Je profite de sa présence. Il me manque quand je suis en déplacement pour le foot.

-          Haz ?, dis-je au moment de la mi-temps, je suis désolé mais il faut que j’en parle, est-ce qui si…

Il m’interrompt en posant son doigt sur ma bouche.

-          Demain, dit-il simplement, on parlera de tout ça demain, je veux passer un super anniversaire de mariage avec mon formidable mari.

-          D’accord. Tu le pense vraiment ça ?

-          Oui, je suis heureux de t’avoir épousé.

-          Vraiment ? Vrai de vrai ?

-          Oui.

-          Moi aussi Haz, je t’aime à en crever. Rappelles-toi en…

-          Je m’en souviens. Je ne l’oublie pas, je ne peux pas l’oublier.

-          Allez, ça reprend, regarde la deuxième mi-temps, je vais prendre une douche, ça me fera du bien.

Je l’embrasse très langoureusement et me dirige vers la salle de bain.

Louis vient de s’éloigner et je me remets sur le canapé pour regarder la deuxième mi-temps. C’est une rediff de son match, match que j’ai bien évidemment regardé à la télé, comme chacun de ses matchs. Je suis tellement fier de lui. Je suis vraiment fier de mon mari, il est ma raison de vivre et je sais que je dois faire des efforts pour aller mieux. Penser à la drogue m’a fait réaliser quelque chose, il faut que je vérifie tant que Louis ne me voit pas. J’ouvre le tiroir de la table basse et compte le nombre de seringues qu’il me reste. Merde.

images

Je n’ai pas de quoi tenir jusqu’à Noël il faudra que Louis aille m’en rechercher. Il va encore râler. Je me reconcentre sur le foot et encourage mon mari même si le match est passé. Je suis son plus grand fan. Et j’espère qu’il le sait… Le match est fini, mais Louis n’est toujours pas sorti de la salle de bain. Ça m’inquiète un peu je dois bien l’avouer. Je me lève et vais voir ce qu’il en est.  Il est appuyé au bord du lavabo, livide, le regard droit devant lui.

-          Louis ? ça va ?

-          Oui. On en parlera demain, je voudrais aller au lit maintenant…

-          D’accord.

Avant d’aller dans notre chambre on se fait un énorme câlin. Il n’est parti que quelques jours mais il m’a manqué. Il me manque à chaque fois qu’il s’éloigne de moi.  Il prend ma main et m’amène jusqu’au lit dans notre chambre.

-          Hazza… Je t’aime, dit-il en m’embrassant doucement sur les lèvres.

-          Je t’aime aussi.

Il s’allonge et je le rejoins après m’être mis en caleçon.

Je ne sais pas pourquoi mais son corps m’excite beaucoup ce soir. J’ai envie de lui faire l’amour comme jamais, mais il m’a profondément déçu aujourd’hui. Alors je ne sais pas trop. Il passe son bras autour de ma taille et commence à m’embrasser dans le cou.

-          Haz tu le mérites pas…

C’est sorti avant même que j’ai pu y penser. Il me répond du tac au tac :

-          Oui mais toi tu mérites un cadeau vraiment spécial pour être le meilleur des maris de cette terre

-          Hazza, c’est bon…

-          Laisse-moi faire.

Je me résigne et m’allonge sur le dos. Je sais très bien ce à quoi il faisait référence par un cadeau vraiment spécial. Il commence par parsemer mon torse de doux baisers, tout en descendant petit à petit. C’est aussi pour ça que je l’aime. Il sait exactement de quoi j’ai besoin quand je vais mal.

-          Hazza, doucement, je suis en manque, bourré d’hormones, je risque de venir très vite…

-          Je m’en fous. Je veux te faire hurler de plaisir.

-          Merci Hazza…

Je le laisse m’enlever mon caleçon en souriant. Je croise mes bras derrière ma tête et tente de calmer mes ardeurs. Il me fait la meilleure pipe que je n’ai jamais eue. Wow. Il me pompe de plus en plus rapidement et je sais que je ne vais pas pouvoir résister longtemps.

-          Haz’, doucement ! Profites…

Il me sourit en me regardant et reprend de plus belle.

-          Putain Haz’ je vais… Je vais…

tumblr_mm2vr6n2uD1s9impfo1_500

Je joins le geste à la parole et éjacule dans sa bouche. Il a l’habitude et avale le tout avant de nettoyer mon membre de sa langue experte.  Il remonte ensuite et s’allonge à côté de moi.

-          Merci Haz’… dis-je doucement

-          De rien, c’est la moindre des choses que je peux faire pour m’excuser.

-          Hazza, chut… Viens dans mes bras…

Il se blottit contre moi, recroquevillé, caressant mon torse du bout des doigts. Je le berce doucement et caresse doucement son dos pour qu’il s’endorme. Je sais qu’il en aurait aimé plus ce soir, et moi aussi j’aurai aimé. Mais ce n’est clairement pas comme ça que j’avais imaginé nos retrouvailles.

larry_cuddle_by_kuroshirosion-d52pe81

Le lendemain matin

Rues de Londres

Je suis sorti faire mon jogging, comme tous les matins où je zone sur Londres. Je cours en short avec un sweat duquel j’ai remonté la capuche sur ma tête pour rester discret.  Sur mon dos, un petit sac, avec de l’argent dedans, beaucoup d’argent. J’ai vérifié ce matin avant de partir, Harry va manquer de seringues avant Noël et comme on doit passer Noël chez ses parents, ce qui est déjà assez problématique vu son addiction, il faut absolument qu’il en ait assez. Bien sûr je culpabilise de faire ça, mais je ne peux pas le sevrer d’un seul coup, ça serait stupide et dangereux. J’arrive devant le cabinet médical où je me fournis en seringues et entre en faisant bien attention à ne pas me faire repérer.  Je sors la fausse ordonnance de mon sac et la tend à l’infirmière.

-          Encore vous ?

-          Oui.

Appartement des garçons

Je viens de me réveiller. Louis n’est pas là, ça ne m’étonne pas, il a dû partir courir, je sais que ça lui fait le plus grand bien. Je me lève et m’attelle à préparer le petit-déjeuner, mon champion en aura besoin quand il rentrera ! En passant je sens les roses que Louis m’a ramenés hier. Elles sont magnifiques et sentent trooooop bon. Je lui cuisine des œufs brouillés et du bacon que je tiens au chaud en attendant qu’il revienne et je me prépare un bol de chocolat chaud.  Je jette un coup d’œil à l’appart, il va falloir qu’on fasse un sérieux coup de ménage et de rangement.

-          Coucou c’est moi, dit Louis en entrant dans l’appartement, putain Haz ça sent trop bon, t’as cuisiné quoi ?

-          Des œufs et du bacon, ton petit déjeuner préféré mon amour…

Il enroule ses bras autour de mon cou et m’embrasse jusqu’à ce qu’on n’ait plus d’air. Il reprend de l’air en s’écartant de moi et me sourit. J’avise son sac à dos qu’il a déposé sur la table, il est énorme donc plein. Je sais ce que ça veut dire : il m’a acheté des seringues. Des toutes neuves et propres.

-          Merci pour les seringues Louis, lui dis-je à l’oreille

-          De rien.

Il s’empare de la poêle où attends son petit-déjeuner et s’assoit à table pour manger à même la poêle.

-          Assieds-toi.

Son ordre était clair. Je sais que la grande conversation arrive enfin. Et j’ai vraiment peur.

Il faut qu’on parle. Je le sais. Et c’est maintenant. Après je n’en aurai plus le courage.

-          J’arrête le foot.

-          QUOI ? Attends attends, répète voir…

-          J’arrête le foot.

J’ai pris ma décision hier soir, je savais qu’un jour je serais confronté à ce problème. J’aime Harry, et je dois le protéger, et pour ça j’ai besoin d’être avec lui.

-          Hors de question.

Oh. Harry se rebelle. C’était à prévoir.

-          Harry, je veux pouvoir prendre soin de toi et t’aider à décrocher

-          A DECROCHER DE QUOI ? JE SUIS PAS ACCRO !!

Merde.

-          Hazza, ça fait combien de temps que t’en as pas pris ?

-          Hier midi.

-          T’es en manque Hazza. Attends, bouge pas.

Il se lève et sort un paquet de poudre blanche de l’armoire. C’est ma réserve de secours. Il sort une paille, trace une fine ligne de poudre blanche sur la table et me tends la paille.

Cocaine Addiction Treatment copy

Il en profite pour laver consciencieusement la poêle. Il ne fait ça que pour ne pas avoir à me regarder sniffer la poudre. Je me dépêche de le faire et me sens tout de suite mieux, et j’ai encore tous mes esprits. Il me faut une dose bien plus forte pour me shooter.

-          Hazza, viens-là.

Il me tend ses bras et je me blottis contre lui.

-          Hazza t’es…

-          Accro oui je sais

C’est la première fois que je le reconnais.

-          Je te promets de t’aider et de te protéger, me murmure Louis à l’oreille

-          Alors commence par continuer le foot. T’en as besoin.

-          Non. Je suis trop souvent absent, je te laisse toujours tout seul. Je vais rester auprès de toi et petit à petit je vais te sortir de cette merde.

-          Je refuse. Le foot c’est ta vie, t’as vraiment du talent en plus, tu dois continuer.

-          On pourra reparler du foot plus tard ? Je veux vraiment prendre soin de toi… Je ne veux pas d’un mari junkie. Je te veux toi. Le vrai Harry, celui que j’ai épousé.

-          Je suis là. Au moins pour un moment. Alors profitons-en pour ranger notre appartement, il le faut.

Il rigole nerveusement, me vole un baiser et on se met au boulot.

1920539_1456710747879274_1367021853_n

Une heure et demie plus tard

Chambre des garçons

Je suis en train de passer le balai sous le lit pendant qu’Harry ramasse tout ce qui traîne.  Quatre seringues émergent avec la poussière.  Je les ramasse pour les mettre dans un bac où je les récupère quand je m’aperçois que quelque chose cloche. Mon sang ne fait qu’un tour et je m’énerve immédiatement :

-          HARRY !

Il sursaute et se retourne vers moi. Je prends la seringue sur laquelle je viens de tiquer et lui hurle à la figure :

-          C’EST QUOI CA ?!?

-          Euh… une seringue… Y’en a plein ici des seringues Louis…

-          ELLE NE TE SEMBLE PAS BIZARRE ?

Il regarde la seringue de plus près et semble percuter. Je prends une grande inspiration et dit sur un ton plus calme :

-          Est-ce que tu t’es piqué avec ?

-          Je euh…

-          Réponds-moi !

-          Oui.

-          PUTAIN HARRY A QUOI ÇA SERT QUE JE ME DECARCASSE A ALLER TE CHERCHER DES SERINGUES AVEC DES FAUSSES ORDONNANCES SI TU TE PIQUES AVEC LES SERINGUES DES AUTRES ? VU L’USURE ELLE N’A PAS SERVI QU’UNE FOIS !

-          Je suis désolé Louis je…

Je ne le laisse pas terminer sa phrase et je balance la seringue sur le lit avant de sortir de la chambre en en claquant la porte Je me réfugie dans la salle de bain et je ferme à clé derrière-moi. Je m’effondre au sol, en larmes.

-          Louis ! Ouvre-moi !

-          Laisse-moi tranquille Harry !

-          Louis s’il-te-plaît.

-          Harry tu m’as déçu, je fais tout pour que la situation soit la moins pire qui soit, je m’arrange pour que tu n’aies pas d’infection ou quoi que ce soit et toi tu te pique avec n’importe quoi…

Je me laisse glisser le long de la porte, dans le couloir. J’ai déçu Louis. Je m’en veux. J’ai un sérieux problème. Un très très grave problème avec la drogue.

-          Louis… aide-moi je t’en supplie. J’ai besoin d’aide, je veux m’en sortir…

Après d’interminables secondes j’entends le verrou s’ouvrir et je me lève pour entrer. Louis est assis par terre, les genoux repliés sous le menton. Il lève les yeux vers moi quand j’entre. Je me mets à genoux devant lui et prends ses mains dans les miennes.

-          Louis, c’est moi qui suis accro à la drogue, pas toi. Sèche tes larmes, j’ai besoin de toi pour m’en sortir…

-          Harry, je me devais de te protéger… J’ai merdé… Je suis nul comme mari… Je ne suis jamais là… Je m’en veux tellement. Comment je peux te protéger si je suis absent hein ?

-          Louis. Viens. Maintenant t’es là et c’est ce qui compte. Et je suis déterminé à changer. Pour toi, pour moi, pour nous… Mais j’ai besoin de ton aide.

-          Pourquoi t’as utilisé une autre seringue que celles que je t’ai achetées ?

-          J’étais déjà défoncé. J’ai pas réfléchi.

-          Demain je t’emmène passer des tests sanguins.

-          Non. Si tu fais ça tout le monde saura que je me drogue…

-          Et si t’as chopé un truc avec cette seringue ?

-          J’ai rien chopé, je l’ai désinfectée avant de m’en servir.

-          Pourquoi tu me l’as pas dit plus tôt ?

-          Louis, tu ne m’en a pas laissé le temps.

Il me regarde avant d’éclater de rire… Je me laisse aller à rire moi aussi…ça me fait du bien d’être juste… avec lui.

 

 

 

Alors ? Louis qui rentre de voyage en avance pour son anniversaire de mariage ? Harry complètement stone ? Louis qui craque et en a marre ? Louis qui culpabilise de le laisser seul et sait que l'addiction d'Harry est en partie de sa faute ? Harry qui revient à lui ? L'anniversaire de mariage oublié par Harry ? Les tatouages de Louis ? La cuisine en amoureux ? Harry qui dément être accro ? La rediff du match en amoureux ? Harry qui sait qu'il a merdé ? Louis qui s'en veut ? La manière qu'à de s'excuser Harry au lit ? Louis qui profite de son jogging pour les nouvelles seringues ? Harry qui prépare le petit déjeuner ? Louis qui veut arrêter le foot ? Le raï de coke sur la table de la cuisine ? Le ménage dans l'appart' ? La seringue différente des autres ? Louis qui craque ? Harry qui demande (enfin de l'aide) ? 

 

Quid de la suite ? Harry va-t-il s'en sortir ? Louis va-t-il arrêter le foot ? Quelles conséquences tout cela va-t-il avoir ?

Je rappelle que je ne cautionne pas du tout la drogue. 

Et je vous informe que le prochain chapitre sera un chapitre Ziam :)