De leur première rencontre à leur fuite ensemble vous les avez suivis

Deux années ont passé, les amants ont grandi

Pourtant leur amour reste inchangé

Cette saison sous le soleil va briller

D'une fugue tout va partir

Mais comment cela va-t-il se finir ? 

Ils vont  vivre ensemble pendant douze jours,

Et cela va renforcer leur amour.

En apothéose cela va finir,

Et pour une nouvelle vie les amoureux vont partir...

fugitifsdefinitif

 

Bonsoir à tous ! Comme vous pouvez vous en douter je lance ici ma nouvelle fiction, Fugitifs, il s'agit en fait de la 3e saison d'Amnésie, ou si vous préférez, la suite d'En Cavale. Je vous laisse tout de suite avec le prologue, vous m'en direz des nouvelles. Comme d'habitude l'histoire est narrée du point de vue de Cécile.

 

Prologue: En fuite…

 

-          Passe-moi d’abord ton sac, je t’aiderai à passer au-dessus de la grille après.

Je grimpe sur la grille et fais passer mon sac par au-dessus, Harry le récupère et le pose à ses pieds, je lui donne mon deuxième sac qu’il récupère aussi, puis je regarde derrière-moi pour m’assurer que personne ne me voit. Personne en vue, je peux filer.  J’escalade la grille, passe au-dessus et redescends de l’autre côté.  Harry me réceptionne et me prend dans ses bras. Il m’embrasse doucement, me met une casquette sur la tête et des grosses lunettes de soleil. Il me prend la main, récupère mes sacs et on file vers sa voiture garée dans les sous-bois. Une fois à l’intérieur on éclate tous les deux de rire. Ce qu’on fait est illégal. Mais on s’en fout.

-          Hazza ?

-          Oui ma puce ?

-          Merci.

Il m’embrasse doucement et démarre la voiture. On est le 30 juin, le 12 juillet c’est mon anniversaire, j’aurais 18 ans, je pourrais faire ce que je veux. Normalement il me reste deux jours de cours à l’internat, mais je sais qu’aux vacances mes parents viendront me chercher et trouveront un moyen de m’empêcher de voir Harry, même après mon anniversaire.  Alors j’ai décidé de m’enfuir avec lui. C’est risqué, mais ça en vaut la peine. Et cette fois-ci on a vraiment tout prévu. Et personne n’est au courant, pas même les boys. Ça fait une éternité que je ne les ai pas vus, presque quatre mois.  Par contre j’ai vu Harry la semaine dernière déjà et on avait terminé de mettre les choses au point ensemble.

-          On fait toujours comme on a dit ?

-          Oui mon cœur, dit Harry, je te dépose à l’aéroport, tu pars en essayant de passer incognito et moi je file en train jusqu’à Londres pour prendre l’avion après.  Et on se rejoint là-bas.

Là-bas ? Le Brésil. On s’offre une escapade au soleil. Jusqu’à mes dix-huit ans, jusqu’à ce que mes parents ne puissent plus rien faire pour m’empêcher de voir l’homme que j’aime depuis deux ans déjà.

-           Normalement on arrivera presque en même temps, mais au cas où je te file un double des clés de la maisonnette que j’ai louée, et je te file les coordonnées GPS, tu les rentre sur ton iPhone et tu suis les indications.

-          Merci Haz ‘ 

-          De rien ma princesse.

-          Tu sais que tout le monde va nous chercher ? Tu te sens prêt à te couper du monde pendant douze jours ?

-          Oui. Je ferais n’importe quoi pour toi.

-          C’est mignon. C’est pareil pour moi.

-          Ah tiens, d’ailleurs, mets ça dans ton sac, tu la liras dans l’avion

Il sort une enveloppe de la poche de sa veste et me la tend. Je m’apprête à l’ouvrir mais il m’arrête en me disant :

-          Dans l’avion, pas avant.

-          D’accord. Comme tu voudras.

-          On arrive à l’aéroport, je sors pas de la voiture c’est trop risqué

-          Oui.

Il se gare sur un coin du parking, prend mon visage dans ses mains et m’embrasse. Fougueusement. Douloureusement aussi parce que nous devons nous séparer pour de nombreuses heures. Même si c’est pour mieux se retrouver après.  Après de longues minutes il me donne ses dernières recommandations :

-          Garde ta casquette le plus possible sur la tête, tout comme tes lunettes de soleil. Si tu penses que quelqu’un t’a repéré tu fais comme si de rien n’était ok ?

-          Oui promis. Je t’aime Hazza, et ça va bien se passer. Je te le promets.

-          Change-toi dans l’avion aussi

-          Oui.

Je l’embrasse une dernière fois avant de récupérer mon sac à dos et mon énorme sac de voyage plutôt lourd et de filer. Je lui fais un petit signe de la main alors qu’il s’éloigne déjà. J’entre dans l’aéroport, passe rapidement au guichet d’enregistrement, l’hôtesse contrôle mon passeport tout neuf, demandé exprès pour l’occasion. Je dépose ensuite ma valise et passe les contrôles de sécurité.  Je récupère mon sac à dos et vais attendre l’embarquement de mon vol. On embarque dans deux heures et demie. Il va falloir que je m’arme de patience. Je fouille dans mon sac à dos, en sors mon iPhone et mon casque (cadeau de Gemma pour le premier Noël que j’avais passé chez les Styles), et mets de la musique dans mes oreilles. L’attente s’annonce longue. Mais je sais que c’est mieux comme ça, si Harry et moi avions été vus ensemble hors de l’internat cela aurait posé des gros problèmes.

Onze heures après, mon avion se pose à Rio. Je suis l’une des premières à sortir, et je me dépêche de récupérer mon sac de voyage avant de filer. J’ai programmé le GPS de mon iPhone, j’en ai pour une vingtaine de minutes de marche. J’ai lu la lettre d’Harry dans l’avion, c’est mignon, il me redit ses sentiments pour moi dans cette lettre, et sa volonté que nous soyons ensemble. Il est dix-huit heures heure locale, et je prends la direction de notre maison de vacances en suivant mon GPS. Après une vingtaine de minutes de marche je me retrouve dans un tout petit port, aux environs de Rio. Je ne comprends pas, je revérifie les coordonnées donnés par Harry et celles entrées sur mon GPS, non je ne me suis pas trompée. Alors où est-ce que je suis ?

-          Excusez-moi, dit une voix dans mon dos

Je sursaute et me retourne vers le jeune homme qui vient de m’interpeller.

-          Est-ce que vous êtes Cécile ?, me demande l’homme dans un anglais teinté de sonorités brésiliennes

-          Euh… oui.

-          Monsieur Harry m’a demandé de vous donner ça, et après de vous conduire chez vous.

Je m’empare de l’enveloppe qu’il me tend, déchire le haut et en sort le mot d’Harry.

«  Fais confiance à Gustavo, il va t’emmener là où nous allons séjourner, je te rejoins dès que possible mon cœur »

Le jeune homme me fait signe de le suivre jusqu’à un petit bateau. Je suis perplexe, où va-t-on ?

-          Où est-ce qu’on va ?, dis-je à Gustavo

-          Vous voyez l’île là-bas ? me demande-t-il, on m’a demandé de vous y conduire.

-          D’accord merci.

Le trajet d’une trentaine de minutes en bateau se passe en silence. La nuit tombe sur Rio, le soleil se couche sur la mer, c’est juste magnifique.  Lorsque nous arrivons sur l’île Gustavo me dit :

-          Votre maison est à deux cent mètre à peu près, longez la plage et vous la trouverez. Monsieur Harry m’a aussi dit de vous dire de ne pas l’attendre, qu’il arriverait sûrement dans la nuit.

-          Merci Gustavo

Je récupère mes sacs et descends du petit bateau, je longe la plage comme Gustavo me l’a dit et tombe sur la maisonnette, en bois sombre, face à 

fugitifs1

l’océan, avec une petite terrasse sur l’avant et une immense baie vitrée qui donne sur l’intérieur de la cabane. J’adore. Et ça semble être plutôt luxueux.  Je déverrouille la porte avec la clé qu’Harry m’a confiée et entre dans la maison. Les lumières s’allument automatiquement, je ne me suis pas trompée,c’est du grand luxe. Venant d’Harry ça ne m’étonne même pas. Je cherche la chambre et y dépose mes affaires. J’en profite pour jeter un coup d’œil à la salle de bain attenante, il y a même un jacuzzi à l’intérieur ! Ces douze jours s’annoncent terriblement agréables. Je me décide à aller prendre une douche avant de me mettre au lit pour me rafraîchir un peu. Je sors des sous-vêtements propres de mon sac, ils me serviront de pyjama. Je sors aussi ma trousse de toilette et vais dans la salle de bain. Par réflexe je ferme la porte à clé. Je me déshabille et me glisse sous l’eau tiède de la douche. Ça fait du bien. Vraiment. Je reste un long moment sous la douche, puis je sors et m’enroule dans une serviette moelleuse que j’ai trouvée là. Je me regarde dans la glace, j’ai tellement changé ces derniers mois. Je deviens une vraie femme, et plus une jeune fille. Et je sais que ça plaît à Harry. Tant mieux. J’enfile mes sous-vêtements, opaques mais terriblement sexy.  Je prends le temps de me démaquiller, de me brosser les dents,  de tenter de dompter un peu mes cheveux puis je sors de la salle de bain.

-          AAAAAAAAAAAAAAAAAH !

J’ai crié en voyant une présence dans le salon et j’entends rigoler.

-          Crie pas ma puce, c’est moi, j’ai mis moins de temps que je ne le pensais.

Harry se montre à la lumière et j’éclate à mon tour de rire. Il m’a fait la peur de ma vie.

-          La prochaine fois préviens-moi que c’est toi. J’ai eu trop peur.

-          Désolé ma puce…

Il se rapproche de moi et passe ses bras autour de mon cou. Il me regarde un long moment dans les yeux avant que nos lèvres ne fusionnent. J’apprécie ce baiser, il a le goût de la liberté, de la liberté dont nous allons bientôt pouvoir jouir ensemble, sans que personne ne puisse s’y opposer. Harry intensifie notre baiser en glissant une main dans mon dos et une sur ma nuque, il me fait ensuite basculer sur le lit, les bras levés, et viens entrelacer ses doigts aux miens. Sa bouche prend immédiatement le chemin de mon cou et je comprends que la nuit va être bouillante. 

 

 

Alors ? La fuite du pensionnat ? Les amoureux qui ont tout planifié jusqu'à prendre des vols séparés ? L'arrivée de Cécile sur l'île et sa découverte de la maison ? Ses retrouvailles "pour de bon" avec Harry ? 

Est-ce que vous avez aimé ce prologue ? Vous vous attendez à quoi pour la suite ? (l'image de la fic en haut de cette article pourra vous éclaire sur ce point peut-être si vous avez un peu d'imagination)