Coucou ! Voila le 15e chapitre de The End of The Night, plein de rebondissements ;)

Chapitre 15 : Une journée à l'hôpital...

JOUR 101

Je me réveille en entendant la sonnette, je jette un coup d’œil au réveil, ça doit être Jay. Louis dort profondément et je me décide à me lever pour aller ouvrir à sa mère. Autant qu’il dorme le plus qu’il le peut, il en aura besoin.  Je passe ma main dans mes cheveux et vais ouvrir. Jay entre dans l’appartement et me serre dans ses bras. Longtemps. Elle finit par me dire :

-          Merci de prendre soin de mon fils.

-          De rien, dis-je, je l’aime et je ferais n’importe quoi pour lui.

-          Il est où ?

-          Il dort. Il en aura bien besoin je crois.

J’ouvre les yeux en entendant du bruit dans le salon. Merde. Si les gosses sont réveillés ça craint. Je réveille Zayn en le secouant, lui balance son t-shirt et son jeans  à la tête en disant :

-          Tu te débrouilles comme tu veux, mais je veux pas qu’ils sachent qu’on a dormi ensemble. T’auras qu’à dire que t’as dormi dans la chambre de Lily. Je me lève je vais voir.

Il soupire et commence à s’habiller. Je lui vole un baiser et vais dans le salon. C’est Henry qui est réveillé.

-          Coucou mon bonhomme, dis-je, t’as fait un gros dodo ?

-          Oui, me répond-t-il en souriant

Je le prends dans mes bras et lui fais un gros bisou sur la joue.  Finalement il s’intègre bien à mon cadre familial. Tant mieux.

-          Chut. Bébé… Calme-toi…

Danielle caresse doucement mon dos alors que je pleure dans ses bras. J’ai relâché toute la tension d’hier.  Je m’en veux tellement de pleurer ainsi pour une autre fille qu’elle, mais je n’arrive pas à arrêter mes larmes. Après de longues minutes je cesse enfin de pleurer et dit :

-          Désolé.

-          Je comprends, dit Danielle, t’inquiètes pas, je t’en veux pas pour ça.

-          Merci. On peut aller prendre l’air aujourd’hui ? j’ai besoin de m’éloigner de tout ça avec toi…

-          Liam, j’ai répétition, dit-elle en grimaçant, mais après on ira se balader si tu veux d’accord ?

-          Merci. Je t’aime Danielle…

-          Je t’aime aussi Liam.

Louis boit son thé en silence, assis à la table de la cuisine, ses genoux repliés sous son menton.  Je discute avec Jay dans le salon, je lui raconte les grandes lignes de ce qu’il s’est passé hier. Elle m’écoute avec attention, elle veut savoir comment aider son fils au mieux.

Je jette un coup d’œil au salon, ma mère discute avec Harry, c’est dingue qu’il ait fallu un presque drame pour qu’ils enterrent la hache de guerre. Je suis content que ma mère soit là bien sûr, mais entre Harry et Eleanor elle va encore essayer de m’influencer. Je sursaute en sentant mon téléphone vibrer dans ma poche et je renverse la moitié de mon thé sur mon t-shirt.

-          ET MERDE !

Je pose ma tasse et sors mon téléphone, je décroche tout en essayant d’essorer mon t-shirt maintenant dégueulasse.

-          Allô ?

-          Monsieur Tomlinson ?

-          Oui ?

-          C’est l’hôpital

L’hôpital ? Oh putain ! Faites que mon fils aille bien ! Et El’ aussi…

-          Monsieur Tomlinson ?

-          Oui excusez-moi, je vous écoute.

-          Je voulais simplement vous dire que vous pouvez venir voir votre fils. Je me suis dit que vous aimeriez sûrement le savoir le plus tôt possible.

-          Je peux vraiment le voir ?

-          Oui. Mais je préfère vous prévenir tout de suite, il a un assistant respiratoire, ses poumons sont très fragiles, et son cœur est surveillé en permanence.

-          J’arrive. Merci beaucoup.

J’abandonne l’idée d’essorer mon t-shirt et me précipite dans le salon.

-          Hazza, maman, accompagnez-moi voir mon fils s’il-vous-plaît, c’était l’hôpital, je peux enfin le voir…

-          On y va, dit Harry en allant chercher nos vestes

J’ai fait semblant d’avoir dormi dans la chambre de Lily, puisque Jenny ne veut pas que nos enfants sachent qu’on est de nouveau plus ou moins ensemble. J’ai rejoint les trois amours de ma vie (outre Perrie) qui déjeunent dans la cuisine.

-          Papaaaaaaa, dit Henry en se jetant à mon cou

-          Doucement Henry, Papa a encore son bobo au bras…

Je fais quand même un gros câlin à mon fils, avant d’embrasser Lily sur le front, et de faire un petit sourire à Jenny.

-          Tu veux bien m’accompagner chez Simon ?, comme ça tu pourras garder un œil sur Lily pendant que je bosse, s’il-te-plaît.

Je lève la tête vers Jenny, sourit et dit :

-          Oui bien sûr, de toute façon je dois lui raconter pour hier.

Je soupire en regardant Danielle se préparer. Qui a eu l’idée d’inventer les répétitions de danse de 11h à 14h ?  J’ai la flemme de me lever, je suis épuisé.

-          Liam ? Habille-toi s’il-te-plaît, ça craint si je suis en retard.

-          Pfff…

Elle me regarde, arrête de s’habiller et viens s’asseoir au bord du lit. Elle prend mon visage dans ses mains et m’embrasse doucement.

-          Habille-toi, je vais préparer le petit déjeuner, si t’es pas prêt dans dix minutes je pars sans toi, je ne peux pas me permettre d’être en retard.

-          J’arrive.

-          Mmmh ? Bébé où tu vas ?

-          J’ai rendez-vous chez le psy dans une demi-heure, me répond Jade, tu peux dormir encore si tu veux.

-          Quelle heure il est ?

-          Dix heures et demie.

-          Je me lève, je vais aller voir Simon, je passerais te chercher chez le psy après.

-          D’accord, dépêche-toi de t’habiller comme ça tu pourras m’emmener.

Je me gare devant l’hôpital  et nous sortons tous les trois de la voiture. Jay a convaincu Louis de d’abord passer voir Eleanor. Je vais encore attendre comme un con dans la salle d’attente. Je suis mon petit-ami et se mère à distance, tout en réfléchissant. J’espère que le fils de Louis va s’en sortir, il serait dévasté s’il ne s’en sortait pas. Mais il y a des risques, c’est un grand prématuré, à peine viable.  Avant de monter au service où Eleanor est internée Louis me dit :

-          Je sais que t’aimes pas être là-haut, mais s’il-te-plaît, viens. J’ai besoin de toi.

-          Louis, ta mère est là…

-          Je m’en fous, viens s’il-te-plaît.

-          D’accord.

Il entrelace ses doigts aux miens et m’embrasse doucement avant que nous montions tous les trois. Jay a grimacé mais n’a rien dit, je pense qu’elle doit bien se faire à l’idée. Il le faudra de toute façon.

On vient d’arriver devant chez Simon, on y a été en bus, je ne peux pas conduire, et Jenny n’a pas de voiture. Elle porte Henry dans ses bras et je tiens la main de Lily, il ne nous reste qu’une rue à traverser et on y est. Il fait froid, on a tous mis des grosses vestes et des bonnets, et on a envie d’arriver vite à l’intérieur. Au moment où l’on s’apprête à rentrer dans le bâtiment je me retourne violemment sentant une présence dans mon dos. Putain !

-          Rentrez !, dis-je à Jenny et aux enfants, rentrez dans le bâtiment je vous rejoins.

De ma main valide j’attrape le photographe qui se trouve derrière-moi au niveau du col et je me mets à lui crier dessus.

-          SI JAMAIS T’AS PRIS DES PHOTOS ET QUE TU LES PUBLIE JE TE TUE. C’EST MA VIE PRIVEE ! DEPUIS OU TU NOUS AS SUIVIS ? HEIN ? REPONDS !

Il ne répond pas et une voix masculine dit dans mon dos :

-          Zayn lâche-le.

Je laisse alors le photographe et Simon le rattrape par le bras

-          Vous, vous venez avec moi, Zayn tu rentres.

On rentre dans l’immeuble et Simon qui n’a pas lâché le photographe le fait monter avec lui à son bureau. Je retrouve Jenny et nos enfants dans le hall, ils m’attendent en discutant tous les trois.

-          Désolé, dis-je en arrivant près de Jenny, mais je veux préserver notre…

J’hésite à prononcer le mot « histoire ». Est-ce que c’est une histoire qu’on vit elle et moi ? Je n’ai pas le temps d’y réfléchir que Niall entre dans le hall. En nous apercevant il sourit et s’exclame :

-          Hey ! Coucou ! Vous êtes aussi venus voir Simon pour lui raconter ?

-          J’ai un entretien d’embauche ici, dit Jenny en le serrant dans ses bras, Simon veut me voir à l’essai avant de peut-être m’embaucher.

Je les déteste. Louis caresse ma main et je voudrais pouvoir lui hurler dessus, lui dire de me lâcher la main, que lui et moi ce n’est plus rien, pas depuis qu’il couche avec Harry. Ils sont là tous les deux, et Jay est là aussi. Ma belle-mère, ma future belle-mère, enfin ça c’était avant que Louis ne gâche tout. Jay est de mon côté, et elle le sera toujours, elle m’adore.

-          Excusez-moi, dit une voix que je ne connais pas, Monsieur Tomlinson est-ce que je peux vous parler ?

-          Je n’ai rien à cacher aux personnes qui sont ici, je vous écoute.

-          Votre fils est toujours sous surveillance, on vous donnera une blouse stérile pour que vous puissiez aller le voir, et vous ne pourrez être que deux à entrer dans la pièce. Il va falloir faire un choix, je suis désolé, mais c’est pour la sécurité de votre fils.

-          Ils ne peuvent pas entrer avec moi l’un après l’autre ?

-          Non, on veut éviter au maximum toute contamination possible

-          Merde, lâche Louis

-          Louis, c’est bon, tu dois y aller avec ta mère, il s’agit de ta famille, je vous attendrais dans le couloir.

-          Sûr ?

-          Oui.

J’entends le bruit d’un baiser et mon cœur se brise une nouvelle fois. Comment peuvent-ils faire ça devant moi ? je les hais. Je les déteste ! Quels connards ! Le jour où je me réveille ils se prendront chacun une énorme baffe je crois.

-          On va y aller, dit Louis, il faut que je voie mon fils.

Il m’embrasse sur les lèvres. Je voudrais le repousser, de toutes mes forces, je voudrais lui hurler qu’il n’est qu’un salaud de s’envoyer en l’air avec son meilleur ami mais je ne peux rien faire, je suis prisonnière de ce corps inerte dont j’aimerai tellement être à nouveau maître.

Je suis dans le bureau de Simon, seule, les garçons sont restés en bas avec Henry et Lily. Liam est arrivé lui aussi avec Danielle qui s’est dépêchée de filer au deuxième sous-sol, au studio de danse.

-          Bien, dit Simon, comment tu vas Jenny ?

-          Euh… ça va.

-          Avec Zayn t’en es où ?

-          Je ne sais pas trop. On va essayer de construire quelque chose ensemble je pense, mais on veut faire les choses bien.

-          D’accord, tu sais, il t’aime vraiment.

-          Je sais.

-          C’est bien. Bon, j’ai besoin d’une secrétaire en bas à l’accueil, j’ai renvoyé l’autre elle était vraiment nulle, je te prends à l’essai aujourd’hui, si tu me conviens je te signe un CDI à la fin de la journée.

-          Vraiment ?

-          Oui oui.

-          Merci Simon.

-          De rien. Allez viens, je te montre vite fait ce qu’il faut que tu fasses et après je te laisse travailler.

-          D’accord.

On sort de son bureau et on redescend dans le hall, il m’explique rapidement ce qu’il attend de moi : répondre au téléphone, prendre les rendez-vous, garder un œil sur les allées et venues. Je devrais pouvoir m’en sortir

Simon nous interpelle et nous fais signe de monter dans son bureau. Je prends Henry dans mes bras, Niall prend Lily et on mont tous les cinq. Zayn a fait un immense sourire à Jenny. Elle est à l’essai ici, il paraît que Simon aimerait bien l’engager.  Nous entrons dans le bureau, fermons la porte derrière-nous et on dépose les deux petits sur une chaise. Zayn a sorti son portable avec des écouteurs pour Lily et je fais pareil pour Henry, ils n’ont pas besoin d’entendre ce que nous allons dire. On tire trois autres chaises une fois que les petits ont la musique dans les oreilles et on s’assoit face au bureau de Simon.

-          Zayn, commence Simon, le photographe de tout à l’heure ne publiera pas les photos.

-          T’es sûr ?, demande Zayn inquiet

-          J’ai récupéré sa carte photo, t’as de la chance de l’avoir repéré, parce que sur les photos on distingue bien Jenny, et Henry et Lily

-          Merci Simon, dit Zayn

-          Ça va les garçons ?, nous demande Simon

-          Euh… Ouais, dis-je

-          Ça va, ajoute Niall

-          Vous me racontez un peu plus en détail ce qu’il s’est passé hier ?

Mon fils est vraiment minuscule. Et intubé de partout, il est dans une couveuse avec un trou sur le côté pour que je puisse y passer ma main. Ma mère et moi portons des masques, des blouses et des charlottes pour limiter tout risque d’infection.

-          Il est minuscule, dis-je à ma mère

-          Oui mais il est courageux, il s’en sortira.

-          Tu crois ?

-          J’en suis sûre, regarde-le, il n’a même pas une journée et il s’est déjà démené pour vivre.

J’observe Louis et sa mère depuis le couloir. Il y a une fenêtre qui donne sur la salle où ils sont et je peux les observer. Le fils de Louis est vraiment tout petit, et il a l’air très fragile. Mais il s’en sortira, il le faut. Je jette un coup d’œil à ma montre, ça fait plus d’une demi-heure qu’ils sont là-dedans. Louis m’avais pourtant dit qu’il ne resterait pas longtemps. Il me fait comprendre à travers la vitre qu’il compte rester encore un moment, d’ailleurs il a tiré un siège pour s’assoir près de la couveuse de son fils. Jay est avec lui, ils discutent beaucoup, je me sens exclu. Bien sûr je comprends son envie d’être auprès de son fils, et je comprends qu’il ait emmené Jay, c’est même moi qui lui ait dit de le faire, mais je ne pensais pas qu’ils me laisseraient comme un con ici. Je ne vais pas attendre toute la journée comme un idiot. Je veux bien tout accepter par amour pour Louis, mais pas qu’il me sorte de sa vie comme ça puis qu’il me rappelle quand il est en manque de sexe ou de tendresse. Nouveau coup d’œil à ma montre, ça fait vingt minutes de plus. Je soupire et sors du couloir, j’en ai marre. Il n’y a pas de place pour moi dans sa vie, il faudra bien que je m’y résigne. Je descends au rez-de chaussée, sors de l’hôpital et me précipite vers ma voiture. A l’intérieur je fonds en larmes, mais qu’est-ce qu’il m’arrive putain ? Il faut que je passe mes nerfs, il faut que je m’occupe les mains et l’esprit. Je mets le contact et démarre la voiture, je roule, je ne sais pas où je vais mais l’asphalte file sous mes roues. Je m‘en fous, je veux juste fuir tout ça.

On  a tout expliqué à Simon, Liam lui a même confié son histoire avec Eleanor, c’est courageux, si peu de monde était au courant jusqu’à présent.  Je reçois un sms sur mon portable que je regarde discrètement :

A Bébé : Mon psy a du retard, je serais probablement pas sortie avant 13h30, je te rejoins chez Simon dès que je suis sortie, ça me fera du bien de marcher.

-          C’est Jade ? me demande Simon

-          Comment tu le sais ?

-          On le voit à ton sourire, dit Zayn en souriant lui aussi, t’as l’air vraiment heureux avec elle…

-          Je le suis.

-          C’est du sérieux donc ?, dit Liam

-          Oui. On veut vraiment vivre et construire quelque chose de beau ensemble.  On veut avoir un bébé aussi…

Je me sens rougir un peu et Simon me regarde, les yeux écarquillés

-          Vraiment ?, dit-il

-          Oui. Jade le veut vraiment, elle dit qu’elle veut enfin maîtriser sa propre vie, prendre des grandes décisions, décider de son avenir.

-          T’as intérêt à prendre soin d’elle, dit Zayn, sinon t’es mort.

Je sors de la pièce où se trouve mon fils avec ma mère. Harry n’est plus là, il a dû aller s’assoir dans la salle d’attente. On se débarrasse de nos fringues stériles et après un dernier regard à mon fils je me dépêche d’aller retrouver mon copain. Seulement voilà, il n’est pas là.

-          Hazza ?

Putain où est-ce qu’il est ?

-          Reste-là, dis-je à ma mère, je vais voir s’il n’est pas avec El’

Je me dépêche de descendre et je me rue dans la chambre de ma petite amie. Il n’est pas là non plus. Je m’arrête pour prendre une grande inspiration, je commence à paniquer. Où est-ce qu’il est passé ? Lorsque je retrouve ma mère dans la salle d’attente je fonds en larmes. Je crois que j’ai compris. Il s’est barré. Il fallait que ça arrive un jour. Ma mère me serre dans ses bras le temps que je me calme puis elle me dit :

-          S’il est parti c’est qu’il ne t’aimait pas vraiment.

Je la repousse violemment et me met à crier :

-          COMMENT TU PEUX DIRE ÇA ? ON NE M’A JAMAIS AUTANT AIME QUE LA MANIERE DONT IL M’AIME ! MEME ELEANOR NE M’AIME PAS AUTANT ! IL EST LA PERSONNE SUR CETTE TERRE QUI M’AIME LE PLUS, ET JE SUIS ACCRO A LUI. TU PEUX LE COMPRENDRE ÇA ? JE SUIS AMOUREUX ! AMOUREUX COMME JE NE L’AI JAMAIS ETE !! DE TOUTE FAÇON TU NE VEUX PAS COMPRENDRE ! T’AS TOUJOURS ETE CONTRE MA RELATION AVEC HARRY ! JE T’EN VEUX POUR ÇA ! JE T’EN VOUDRAIS TOUJOURS !

Je fonds à nouveau en larmes mais ma mère ne me reprend pas dans ses bras. Elle se contente de me regarder, impuissante, désemparée, et un peu en colère je pense aussi.

-          Je vais voir Eleanor, finit-elle par déclarer, débrouille-toi pour trouver Harry si tu tiens tellement à le retrouver.

Je m’effondre sur un des sièges de la salle d’attente, en larmes. Où es-tu Harry putain ? J’ai tellement besoin de toi…

J’ai faim. On a décidé avec les garçons d’emmener les petits manger dans une pizzeria du coin en attendant nos petites amies. Simon nous accompagne, il n’a rien d’autre à faire. Alors que nous entrons dans la pizzeria mon portable sonne, je réponds immédiatement

-          Allô ?

-          Niall ? Est-ce qu’Harry est avec toi ?

-          Euh… non pourquoi ?

-          Merde. Merci quand même.

Et il raccroche sans m’en dire plus.  Qu’est-ce qu’il se passe encore ?

-          Est-ce que quelqu’un a vu Harry ou a eu des nouvelles de lui ce matin ?, dis-je, Louis le cherche, je pensais qu’ils étaient ensemble.

-          Moi aussi, dit Zayn

-          Où est-ce qu’il est encore passé ?, dit Liam

Je suis assis dans ma voiture, en train de terminer ma troisième bouteille d’alcool.  Je me suis enfilé une bière, une bouteille de vodka, et j’en suis au whisky. Je ne sais même pas pourquoi je fais ça, c’est tellement stupide.  L’alcool annihile totalement mes capacités de réflexion, je tombe petit à petit dans un doux sommeil.

Je ne sais pas où est Harry, je suis complètement en panique, personne ne sait où il est, et sans voiture je ne peux pas partir à sa recherche. J’ai téléphoné à Anne, elle n’a pas eu de nouvelles, Des non plus, Niall ne sait pas où il est, tout comme Zayn et Liam et Danielle et Simon et Jenny et Jade. J’ai épuisé toutes mes cartouches, je n’ai plus qu’à attendre et espérer qu’il revienne.

-          Monsieur ? Vous devriez aller manger un morceau si vous comptez passer la journée ici…

Je lève la tête vers l’infirmière qui vient de me dire ça. Elle s’aperçoit alors que je pleure et s’assoit à côté de moi.

-          Vous voulez parler ? C’est à propos de votre fils ? Vous êtes bien le papa du petit garçon prématuré ?

J’hoche la tête en silence. Elle attend, elle semble vraiment concernée par mon état.

-          Mon fils, est-ce qu’il va s’en sortir ?

-          Je ne sais pas. Il est trop tôt pour le dire. Mais c’est déjà un petit garçon courageux, il se bat pour vivre, on espère tous qu’il sera assez solide pour y parvenir

-          Je ne veux pas le perdre. Ma petite-amie est dans le coma, l’homme que j’aime s’est volatilisé dans la nature, et j’ai besoin d’eux trois dans ma vie.

Je commence alors à tout lui raconter, depuis l’annonce de la grossesse d’Eleanor jusqu’à aujourd’hui. Ça me fait du bien de parler, de parler avec quelqu’un de neutre, quelqu’un qui ne me jugera pas.

On a tous fini de manger sauf Henry. Zayn l’aide à manger sa pizza sans en mettre partout. C’est rigolo.  C’est vraiment bien de passer du temps avec les garçons, ils sont très gentils avec moi et avec Henry. Et Simon est gentil aussi. C’est le patron des garçons. Et il est très gentil avec eux. Niall a mangé deux pizzas, et maintenant il mange une grosse coupe de glace. Moi j’ai fini la mienne, mais j’en voudrais encore. Il me regarde en souriant puis me dit :

-          Tu veux encore de la glace ma puce ?

-          Oui !!

Il me prend alors sur ses genoux et on partage le reste de sa glace. C’est trooooop coooool !

Danielle vient d’arriver à la pizzeria, je n’attendais que ça pour partir, elle m’a assuré ne pas avoir faim et je serre rapidement chacun dans mes bras avant de partir avec elle. On a décidé d’aller se promener dans une petite forêt en bordure de Londres. Elle conduit tout en me racontant sa répétition de cet après-midi, elle s’est super bien intégrée à la troupe et elle est ravie de faire ce job.

Je sais que j’ai trop bu, je le sais pertinemment et je sais que j’arrive non loin du coma éthylique, mais je ne peux m’empêcher de boire et boire encore et encore. Ça m’aide à oublier. J’en suis à cinq bouteilles et demies, je carbure maintenant au rhum.  Je voudrais oublier Louis, oublier mes problèmes, tout oublier…

Niall est reparti avec Jade, et je me retrouve seul avec Simon, à gérer Lily et Henry. Mon fils est fatigué, il fait encore la sieste en principe, mais Lily n’est pas fatiguée du tout et il va être difficile de l’occuper jusqu’à ce soir.

-          Y’a personne au studio cet aprèm, me dit Simon, tu peux y aller avec Lily si tu veux, et je peux trouver un coin dans mon bureau pour coucher Henry.

-          Vraiment ? ça te dérange pas ?

-          Non non.

-          Merci beaucoup Simon.

On sort de la pizzeria et on retourne vers le bureau de Simon.

L’infirmière m’a écouté longtemps, elle m’a aussi donné simplement son avis, sans me juger. Et ça m’a fait du bien. Elle a été nous chercher des sandwichs et nous discutons maintenant en mangeant. Ça m’occupe l’esprit, ça m’empêche de penser à Harry.

-          Vous allez l’appeler comment votre fils ?

-          Je ne sais pas. Je n’étais pas préparé à ce qu’il naisse maintenant.

-          Vous n’avez pas une petite idée au moins ?

-          Si. Mais j’aurais voulu pouvoir en parler avec Eleanor ou Harry.

-          Je comprends.

-          Je voudrais l’appeler Pierre. Je sais que c’est un prénom qui ne fait pas trop anglais mais… c’est l’anagramme de Perrie, et j’aimerais vraiment lui rendre hommage. Parce qu’elle est morte par ma faute, je lui dois bien ça.

-          C’est une belle histoire, et un beau prénom.

-          Vous trouvez ?

-          Oui. Mais attendez le retour d’Harry pour avoir son avis si ça peut vous rassurer, et quand vous serez certain de vous, vous pourrez le dire aux infirmières qui l’écriront sur son petit bracelet de naissance.

-          D’accord. Merci.

Je baisse la tête sur mon téléphone et m’aperçois qu’il y a un truc que je n’ai pas essayé : appeler Harry. Tout simplement. Je m’empare de mon portable et compose son numéro. Ça sonne. Une tonalité, deux, trois… A la vingtième tonalité je comprends qu’il ne me répondra pas. Et merde !

Danielle s’est agrée et nous sommes en train de marcher dans la forêt. On aurait pu aller plus loin en voiture bien sûr, mais on a envie de prendre l’air. Nous marchons main dans la main, en parlant de tout et de rien, ça me fait du bien. On est loin de tout, loin de toute cette agitation, et je peux profiter d’elle autant que je le veux, sans penser à Eleanor.  Une voiture est agrée au bout du chemin, une voiture comme celle d’Harry. Pris d’un soudain doute je jette un coup d’œil à la plaque d’immatriculation. Merde ! Au moins on l’a retrouvé.

-          C’est la voiture d’Harry.

-          Bah on va voir ce qu’il fait là alors, me dit Danielle

On s’approche de la voiture et je m’aperçois vite que quelque chose cloche. Je jette un coup d’œil au côté conducteur : Harry dort. Je toque à la vitre, pas de réaction, j’avise alors les bouteilles d’alcool qui s’entassent sur le siège passager. Putain merde ! J’ouvre la portière, par chance pas verrouillée et retiens Harry pour ne pas qu’il s’écrase au sol. Il est dans les vapes, il ne dort pas. Je lui donne une petite tape sur la joue pour qu’il se réveille, pas de réaction, je le secoue, pas de réaction non plus. Merde. Hazza putain qu’est-ce que t’as fait ? Je pose mes doigts dans son cou, son pouls est régulier, c’est une bonne chose au moins. Je le secoue encore, il ne se réveille toujours pas, là je panique vraiment.

-          Danielle, appelle les pompiers ! Vite !

Ma copine s’exécute et je continue à essayer de réveiller Harry. Il est complètement bourré, il empeste l’alcool, et doit probablement faire un coma éthylique. Il n’y a plus qu’à espérer qu’il s’en sorte.

-          Est-ce que je préviens Louis ?, me demande Danielle

-          Non, mais tu préviens Simon, et Niall, donne leur rendez-vous à l’hôpital. Louis aura besoin de nous.

Je me reconcentre sur Harry et tente encore une fois de le réveiller. Peine perdue…

-          Putain harry qu’est-ce que t’as fait ?

J’ai murmuré ça mais Danielle l’a entendu et me dit :

-          Calme-toi, il a juste voulu oublier ses problèmes.

-          Et s’il ne s’en sort pas ? On fait quoi ?

-          Liam, respire, les pompiers arrivent

Effectivement j’entends la sirène des pompiers se rapprocher de là où on est. Faites qu’il ne soit pas trop tard.

Simon a fait sortir tout le monde de l’immeuble pour qu’on puisse se rendre à l’hôpital. Je dois bien avouer qu’il panique moins que moi. J’ai peur pour Harry, on est cons, on n’a pas pensé à la protéger. Je m’en veux.  Jenny du coup a fini son essai et Simon lui as promis qu’il lui ferait signer son contrat demain. Je tiens la main de Lily et elle a pris Henry dans ses bras, on a décidé de les prendre avec, tant pis si l’hôpital n’est pas un endroit pour eux, il y a urgence là.  Jenny qui comprends vite que je suis stressé passe sa main dans mon dos et me sourit doucement, elle veut me rassurer. Niall et Jade sont déjà en route pour l’hôpital, j’ai eu le blondinet au téléphone il y a peu. Simon nous fait monter dans sa voiture et se dépêche de mettre le contact. Louis va être dévasté.

La jeune infirmière est partie prendre son service, mais ça m’a fait beaucoup de bien de parler avec elle. J’ai envie de voir mon fils. Mais je ne veux pas lui faire encourir de risques. Alors je reste dans le couloir qui offre une vue sur son berceau via une grande fenêtre. Je l’observe, il est si petit…

On arrive à l’hôpital en même temps que Zayn, Simon, Jenny et les petits. Par réflexe on va voir si Louis n’est pas dans la chambre d’El’ : il n’y est pas.  Jade dit alors :

-          Il doit être avec son fils, Zayn, tu devrais monter, t’es le plus calme et le plus apte à lui expliquer.

-          Oui je veux bien, dit-il en regagnant avec nous la salle d’attente, mais je lui dis quoi ?

-          Coma éthylique, dit Liam en nous rejoignant, il est en soins intensifs mais les médecins sont plutôt optimistes on l’a trouvé assez vite.

-          D’accord, j’y vais.

Je monte au service de néo natalité après avoir demandé à une infirmière où c’était et je ne suis pas surprise d’y trouver Louis. Il a le front appuyé contre une vitre, il observe quelque chose.

-          Louis ?

Il me fait signe de m’approcher. Je comprends alors que c’est son fils qu’il observe ainsi.

-          Il est minuscule, dit-il, il est à peine plus grand que ma main, il ne devait pas naître maintenant.

-          Je sais, Louis est-ce que tu veux bien venir t’assoir avec moi ? Il faut que je te dise un truc…

Je passe doucement ma main dans son dos et il consent à me suivre. On se pose dans la salle d‘attente du service, on est seuls. Je le regarde un long moment avant de dire :

-          On a trouvé Harry…

-          Génial ! Il est où ?

Il s’arrête en voyant ma tête inquiète.

-          Quoi ? Il veut plus me voir ? c’est ça ? Dis-moi Zayn…

-          Il est en bas.

-          Où ça en bas ?

-          En soins intensifs…

-          QUOI ?

-          Il s’est bourré la gueule, il est en coma éthylique, mais les médecins sont optimistes

-          Putain merde !

Il fond en larmes et je le prends dans mes bras. Le pauvre.

On est dans la salle d’attente, en soins intensifs, Simon est parti avec Jenny et les gosses à la cafétéria. Danielle caresse doucement ma joue pour que je me calme. Pourquoi est-ce que c’est toujours moi qui assiste aux drames ? Déjà l’accident il y a quelques mois, maintenant Harry. S’il ne s’en sort pas on risque d’avoir plus d’un mort sur les bras.  Le médecin arrive dans la salle et dit :

-          Qui est arrivé avec monsieur Styles ?

On lève tous la main et il soupire de voir autant de monde.

-          Bon, vous avez de la chance d’avoir trouvé votre copain à temps, on lui fait éliminer son taux d’alcool, et il devrait commencer à vite se réveiller. C’était bénin comme perte de conscience, par contre, ce qui est loin d’être bénin c’est la quantité d’alcool qu’il a ingurgité. Est-ce qu’il fait ça souvent ?

-          Ça lui arrive de se bourrer la gueule, dit Louis en arrivant, mais jamais à ce point-là, c’est la première fois, je suis son petit-ami, est-ce que je peux le voir ?

-          Pas tant qu’il n’aura pas repris connaissance.

-          D’accord merci.

-          Attendez… Vous n’êtes pas aussi le papa du bébé né grand prématuré hier ? Et le petit-ami de la demoiselle dans le coma à l’étage du dessus ?

-          Euh… si.

-          Un jour faudra qu’on écrive un bouquin sur votre vie, dit le médecin en rigolant, il vous arrive tellement de trucs.

Il retourne dans le service alors que Louis esquisse un sourire.

-          Qu’est-ce qu’il est con, dit-il en souriant

-          Qui ça ?, demande Simon en revenant avec Jenny et les petits

-          Mon copain, répond Louis, il s’est bourré la gueule, j’y crois pas. Heureusement que vous l’avez trouvé. Merci d’ailleurs

-          De rien, répond Danielle à ma place, plus de peur que de mal je pense, t’as entendu ce qu’à dit le médecin ?

-          Oui.

On s’assoit tous et Lily vient me dire bonjour en me serrant fort dans ses petits bras. Elle est mignonne. Et fonctionne comme un véritable remède : avec elle on se sent bien. La petite reste assise sur mes genoux mais commence à jouer avec Henry, assis sur les genoux de son père. Ces deux gosses sont de véritables atouts pour la relation entre Zayn et Jenny. D’ailleurs ils ont l’air bien moins en froid qu’il y a quelque jours.

-          J’ai choisi le prénom de mon fils, dis-je soudain

-          Oh ! s’exclame Jade, dis-nous !

-          Oui dis-nous, ajoute Simon, je suis sûr que t’as choisi un prénom très original

-          En effet oui, j’ai décidé de l’appeler Pierre.

-          Pierre ?, s’exclame Jenny, plutôt original, ça n’a pas de consonance anglaise du tout, pourquoi Pierre ?

-          T’es au courant que c’est… ?, commence Zayn

-          L’anagramme de Perrie ? Oui. C’est pour ça que je l’ai choisi. Perrie mérite qu’on lui rende hommage. Je me sens encore responsable de sa mort.

Zayn passe son bras valide autour de mon épaule et je vois ses yeux qui brillent.

Je m’éveille difficilement, je ne sais pas où je suis, ni même ce que je fais là. Quelqu’un claque des doigts devant mes yeux, j’ai un mal de crâne terrible, il y a beaucoup de bruit autour de moi. Et un bip régulier, lancinant, terriblement dérangeant. Mon esprit est complètement embrumé.

-          Monsieur Styles ? Est-ce que vous m’entendez ?

-          Oui, dis-je faiblement

-          Génial, vous savez où vous êtes ?

-          Non.

-          Vous êtes à l’hôpital, un de vos amis vous as trouvé en début de coma éthylique, ça fait une heure qu’on s’occupe de vous.

-          Merde. Louis ?

-          Votre petit-copain ?

-          Oui.

-          Il est dans la salle d’attente avec tous vos amis, il a demandé à vous voir.

-          Il va m’en vouloir, dis-je

-          Il sera surtout soulagé de vous retrouver en vie. Vous auriez pu mourir jeune homme, est-ce que vous en êtes conscient ?

-          Pas vraiment.

-          J’aime autant vous dire que vous allez avoir droit à un sérieux suivi psychologique, ce que vous avez fait n’est pas anodin…

Je soupire. Que dire ?

On attend d’être sûrs qu’Harry va bien avant de partir. Je suis en train de discuter avec Simon tout en gardant un œil sur ma fille.

-          Tu m’as l’air d’être une bonne secrétaire, je suis déterminé à t’engager.

-          Merci Simon.

-          Par contre, il faut que tu trouves un moyen de faire garder ta fille…

-          Elle sera à l’école en journée, et sinon je m’arrangerais c’est promis.

Il me sourit et me donne une petite tape sur l’épaule. Je pense qu’il m’aime bien.  Le médecin sort du couloir et dit à Louis :

-          Il vient de se réveiller, on le monte dans une chambre où vous pourrez le voir, il va plutôt bien mais on le garde en observation au moins deux jours pour être sûr que y’aura pas de séquelles neurologiques.

-          D’accord, dit Louis, prévenez-moi quand je pourrais le voir

On pousse tous un soupir de soulagement quand le médecin repart.  Harry a frôlé la mort, si Danielle et Liam n’étaient pas partis se promener dans la forêt il serait sûrement avec Perrie et David à l’heure qu’il est.

-          Bon, dit Simon, Louis, ta mère ne devait pas être là ?

-          Si, mais on s’est engueulés, je sais pas où elle est partie, et je m’en fous.

-          Ok, comme tu veux, je vous donne à tous deux jours de congé, sauf toi Jenny, j’ai vraiment besoin d’une secrétaire, Danielle je te donne deux jours, allez vous reposer loin d’ici avec Liam, vous en avez besoin. Zayn, profites de ce temps qui t’es donné pour mettre les choses au point dans ta vie personnelle, Louis, reste au chevet des gens que t’aime, tu te dois de les protéger, Niall et Jade passez un maximum de temps ensemble pour mettre vos projets à exécution.

-          Merci Simon, dis-je, est-ce que tu pourrais nous ramener Zayn et moi avec les petits s’il-te-plaît ?

-          Bien sûr.

Les petits disent au revoir à tout le monde, on va serrer Louis très fort dans nos bras puis on s’en va avec Simon.

Niall et Jade regardent Zayn et Jenny partir en souriant. Je pense qu’on se dit tous la même chose : les affaires personnelles que doit régler Zayn c’est son histoire avec Jenny.  Danielle me prend la main, se tourne vers Louis et dit :

-          On va y aller nous aussi, passe le bonjour à Harry, et sois-fort, si tu veux parler tu sais qu’on est là pour toi.

-          Oui, dis-je, et tient nous au courant de l’évolution de tout le monde.

-          Promis, répond Louis avant de nous prendre tous les deux dans ses bras

Après un long câlin il nous dit :

-          Simon a raison, allez faire un tour dans votre famille, ou partez en amoureux sur la côte, bref, prenez du temps pour vous.

-          Oui, dis-je, on va faire ça.

Ils s’en vont et restent Niall et Jade. Ils me regardent un long moment avant que la jeune femme dise :

-          Tu veux qu’on reste ?

-          Non ça va aller, je pense que je vais réussir à tout encaisser.

-          Si jamais tu veux du soutien, dit Niall, on reste sur Londres, n’hésites pas.

-          Promis. Merci.

Je les serre rapidement dans mes bras avant de monter en suivant le médecin qui vient me chercher pour m’emmener voir Harry.

Ils m’ont monté dans une chambre, sous perfusion, et sous monitoring cardiaque. Je l’ai cherché. Tant pis pour moi. Je voudrais voir Louis. Il me manque. J’ai été stupide. Tellement stupide. Louis entre dans la chambre après avoir toqué quelques coups à la porte. Je me redresse un peu dans le lit et lui souris faiblement. Il s’approche de mon lit, bras croisés.

-          Tu m’en veux ?, dis-je d’une voix faible

-          Tu ne me refais plus jamais ça c’est bien clair ? J’ai eu la peur de ma vie.

-          Oui, promis…

Je baisse les yeux et me sens rougir. J’ai merdé je le sais. Il tire une chaise pour se mettre à côté de moi et il entrelace ses doigts aux miens.

-          Pourquoi t’as fait ça Harry ?

-          Je t’aime…

-          C’est pas une réponse ça, dit-il en souriant

-          Si. J’ai fait ça parce que je t’aime.

-          T’es vraiment un idiot Hazza… Mais je t’aime aussi…

Je lui souris doucement et il se penche pour déposer ses lèvres sur mon front.

-          Heureusement que Liam t’as trouvé à temps.

-          Oui. Désolé, je m’en veux, dis-je, je sais que j’ai merdé.

-          C’est pas grave, ça doit être aussi de ma faute non ?

Je hausse les épaules.

-          Dis-moi tout…

-          Ce matin quand t’étais avec ton fils, je me suis dit que j’avais pas ma place dans ta vie.

-          Oh Harry. Tu sais, j’aurais vraiment voulu te le présenter, c’est mon fils, il est magnifique. Mais minuscule.

-          Je sais, et désolé, j’ai été un idiot.

-          Hazza, chut.

Il pos sont doigt sur mes lèvres. Je me tais. Je le regarde, il me regarde, on se sourit puis il vient déposer le plus tendre des baisers sur mes lèvres. 

 

 

Alors alors alors ? Louis qui force Harry à l'accompagner avec Jay voir Eleanor ? Louis qui est obligé d'en laisser un dehors pour voir son fils ? La réaction d'Harry ? Harry qui se bourre la gueule et finit en coma éthylique ? L'engueulade Louis/Jay ? Louis qui flippe de ne pas avoir de nouvelles puis qui a peur pour lui ? Leurs retrouvailles à la fin ? Le choix du prénom du bébé ? 

Eleanor qui en veut terriblement à Louis ? 

Niall et Jade qui ont l'air d'être de plus en plus matures ? Danielle et Liam qui ont besoin de passer du temps ensemble mais n'y parviennent pas ? Zayn et Jenny dont le couple évolue lentement ? Simon qui veut engager Jenny ? La proposition de Simon à la fin ? Et ses recommandations à ses petits protégés ? 

 

Que va-t-il se passer ensuite ? Le couple Harry/ Louis va-t-il durer ? Pierre va-t-il s'en sortir ? Et Eleanor ? Comment les couples vont-ils évoluer ? Dites-moi tout !!