Coucou ! Voilà le nouveau chapitre de The End of The Night, il est un peu long mais je suis contente d'avoir enfin réussi à le boucler (ça fait presque une semaine que je bosse dessus), j'espère qu'il vous plaira !! :p

Chapitre 13 : Noël en famille...

JOUR 84

-          Tu vas t’en sortir tout seul avec le bout d’chou ?, me demande Liam

-          J’vais essayer…

-          Si jamais tu ne t’en sors pas, tu m’appelles hein ?

-          D’accord. Merci de m’avoir ramené.

-          Au revoir Monsieur, dit Henry à Liam

Liam sourit et serre la main à mon fils en rigolant. J’entraîne Henry vers mon appartement. Ça va devenir sa nouvelle maison, mais il faut qu’on se dépêche de mettre un peu d’ordre, ma mère arrive dans une heure avec mes sœurs et mon père, et la mère de Perrie a promis de passer avec Jonnie dans l’après-midi. Je ne leur ai encore pas dit pour Henry. J’ai un peu peur de leur réaction à vrai dire.

-          Henry ?

-          Oui Zayn ?

-          Tu vas poser tes affaires là-bas, dis-je en lui désignant le bureau, et après reviens me voir, il faut qu’on discute toi et moi.

Il n’a que quatre ans mais il se dirige comme un grand vers le bureau avec ses quelques affaires et les jouets qu’il a reçu ce matin.

-          Direction chez mes parents maintenant, dit Danielle, ils sont ravis que je te présente enfin à eux…

-          Tu crois qu’ils vont bien m’aimer ?

-          Ils t’adorent déjà…

Je l’embrasse longuement avant de la laisser prendre le volant. C’est parti !!

C’est Louis qui conduit, dans notre coffre se trouvent les cadeaux qu’on a déballé ce matin, beaucoup de choses inutiles, comme  d’habitude, mais ça doit être un peu le principe de Noël.

-          Tu ne veux pas te détendre un peu ?

-          Désolé Lou’, j’angoisse un peu, je te rappelle que notre histoire a encore un peu de mal à passer auprès de mes parents…

-          Je sais. Mais ça va bien se passer, sinon elle ne nous aurait pas invités…

-          Tu connais pas ma mère Louis…

-          Si justement, je la connais bien, c’est pour ça que je sais que ça se passera bien…  Détends-toi on arrive dans vingt minutes.

Jade est en grande conversation au téléphone avec Jesy, elle lui explique pour Henry, mais elle semble ne pas y croire.

-          Mais si je te jure… Oui bien sûr qu’il est mignon mais Zayn se retrouve tout seul avec un gamin de quatre ans à gérer, et en plus il a la main dans le plâtre… Oui, il a un peu pété les plombs à cause de Jenny, elle l’a quitté à cause d’Henry… Ouais ok, je te rappelle tout à l‘heure.

On a déposé Jenny et Lily chez elles et on retourne à notre appartement.  On va passer un Noël tranquille, ou tout du moins on l’espère. Lorsque je me gare devant l’immeuble j’en profite pour embrasser langoureusement Jade, ça me fait du bien. Je l’aime à en crever. On sort de la voiture, on récupère nos affaires dans le coffre, on monte jusqu’à notre appartement. Devant la porte attendent mes parents, et mon frère avec sa femme et son fils. Je lâche la main de Jade et dit :

-          Qu’est-ce que vous faites là ?

-          Surprise !!

C’est génial… et en même temps ça doit être particulièrement déroutant pour Jade. Je me tourne vers elle en souriant et dit :

-          Jade je te présente ma famille…

Elle s’approche timidement et dit bonjour à tout le monde. Je serre très fort mon frère dans mes bras, il m’a manqué. J’ouvre ensuite la porte de l’appartement et fais entrer tout le monde.  Je ne m’y attendais vraiment pas.

Henry est assis sur mes genoux, j’ai mis un dessin animé à la télé. Je suis dispensé de la corvée de cuisiner, ma mère a promis qu’elle venait avec le repas, tant mieux, parce qu’avec mon plâtre j’aurais eu du mal.

-          Zayn ?

Je baisse les yeux vers mon fils :

-          Pourquoi tu m’as adopté ???

Il me regarde avec ses grands yeux bruns. Qu’est-ce que je suis censé répondre à une telle question ?

-          Parce que je t’aime et que Perrie l’aurait voulu…

Il sourit et se reconcentre sur son dessin animé. Mes yeux se posent sur un cadre à photo posé sur mon étagère, dedans deux photos : une de Perrie et moi et une de moi avec Jenny et Lily. Jenny… Elle me manque déjà.

FLASH-BACK

Je m’éveille à côté de mon fils qui dort toujours. En me sentant bouger Jenny se réveille aussi et apercevant nos doigts entrelacés elle se dépêche d’enlever sa main de la mienne. Elle se lève et va rejoindre mes amis qui sont en train de discuter à voix basse en cuisine. Je la suis de près, mais sans l’aborder. Je comprends sa volonté de ne pas me parler… Pourtant j’aimerais…

-          Salut ! lance Niall, bien dormi ? Zayn ça va ta main ?

Je hausse les épaules. Je m’en fous. Jenny se retourne et regarde ma main.

-          PUTAIN Zayn qu’est-ce que t’as encore fait ??

-          J’ai préféré taper dans le mur plutôt que de te hurler dessus, dis-je platement

Elle me regarde et fonds en larmes. Et merde. Liam la prend dans ses bras et au moment où Louis et Harry arrivent à leur tour dans la cuisine ils ne comprennent pas vraiment ce qui se passe. Je suis vraiment un idiot, j’arrive à tout foutre en l’air…

FIN DU FLASH-BACK

Je suis tiré de ma rêverie par la sonnette de mon appartement.

-          Henry ? On va voir qui c’est ??

Mon fils me regarde avec un immense sourire, complètement surexcité. Je lui tends la main, il glisse ses petits doigts dans les miens et je vais ouvrir la porte. La première chose que je vois c’est Walihya qui me saute au cou, suivie par mes autres sœurs. Je les serre contre moi avec mon bras valide, puis les laisse entrer.  Mon père et ma mère me font ensuite la bise et immédiatement les yeux de ma mère se posent sur Henry qui s’est caché derrière mes jambes.

-          OH PUTAIN ! Zayn !

Je baisse les yeux, m’attendant à ce qu’elle me crie dessus, à ce qu’elle me dispute comme quand j’étais petit, pour avoir fait une bêtise.  Elle n’en fait rien, dépose le plat qu’elle tenait dans ses mains dans les bras de mon père et s’accroupit pour être à la hauteur d’Henry.

-          Bonjour mon bonhomme, je m’appelle Tricia, je suis la maman de Zayn.

-          Bonjour madame, dit mon fils poliment

-          Est-ce que tu accepterais de venir dans mes bras pour que je te présente à tout le monde ?

Henry se cache un peu plus derrière-moi et je lui dis :

-          Tu peux y aller, elle est gentille, c’est ma maman…

Henry se détache tout doucement de mes jambes et accepte les bras que ma mère lui tend.

On vient de se mettre à table, je suis encore un peu intimidé, mais les parents de Danielle m’ont bien accepté. Ils veulent voir leur fille heureuse et c’est tout. Sa mère à cuisiné toute la matinée pour nous préparer un vrai festin de Noël. Danielle me sourit et me vole un baiser en disant à voix basse :

-          Tu vois je t’avais dit que ça se passerait bien.

-          Oui. Ils sont vraiment sympas…

On est garés devant chez lui mais il refuse de sortir de la voiture. Ça fait près de dix minutes que j’essaye de le convaincre que ça va bien se passer. Le ton commence à monter entre nous deux :

-          Putain Harry arrête de faire l’enfant ! On est invités alors on y va !

-          Je te dis que j’ai un mauvais pressentiment…

-          Tu me saoules Harry !

J’ouvre la portière, sort de la voiture et me dirige à grands pas vers la maison familiale de mon petit-ami. Il me rattrape après seulement quelques mètres, entrelace ses doigts aux miens, m’embrasse dans le cou et dit :

-          Désolé je suis un peu nerveux.

Il passe devant moi, sonne et entre dans la maison. Je suis déjà venu ici, mais en tant qu’ami d’Harry, en tant que son meilleur ami, jamais en tant que son petit-ami.

-          Salut, nous dit Anne, la mère d’Harry

Elle nous serre dans ses bras en même temps, et j’entends Harry éclater de rire à côté de moi.

-          Maman, tu m’étouffes !!!

Anne rigole et nous relâche. Robin vient nous saluer et nous entrons dans le salon. Je n’aurai jamais dû, ma mère et mon beau-père sont là, avec mes sœurs.

-          Harry, on s’en va, dis-je à voix basse à mon petit ami qui semble aussi surpris que moi

-          Attendez !, nous dit ma mère, on peut parler au moins ?

-          Oui, on va parler, dit Harry avec une détermination que je ne lui connaissais pas

Je commence par aller serrer mes sœurs dans mes bras. C’est fou ce qu’elles me manquent…

Greg est en train de charrier Jade et de l’interroger pour savoir ce qu’elle aime chez moi, car selon lui je n’ai rien pour attirer et retenir les filles. Ma mère essaye vainement de me défendre et Jade commence à perdre pied, il faut que j’intervienne.

-          Greg ! Arrête de l’embêter sil-te-plaît et viens chercher de quoi mettre la table…

Il rigole, embrasse ma copine sur la joue pour se faire pardonner et viens m’aider en cuisine. Mes parents s’entendent super bien avec Jade, même s’ils ont été un peu surpris au début que je sorte avec une amie de Perrie. Je reconnais que c’est bizarre mais l’amour ne choisit pas ses cibles. Enfin je pense.

Ma mère profite du fait que je fasse le café pour venir discuter en privé avec moi dans la cuisine. Mon père et mes sœurs s’occupent d’Henry dans le salon, il s’est très bien intégré  ma famille. Tant mieux.

-          Pourquoi tu m’as rien dit ?

Ma mère a croisé les bras et me regarde droit dans les yeux.

-          J’en sais rien, sûrement parce que j’avais peur de ta réaction…

-          T’es rentré quand ?

-          Hier.

-          Jenny ?

-          Elle m’a quitté.

-          Ta main ?

-          Je me suis un peu emporté et j’en ai fini par frapper dans le mur pour calmer mes nerfs.

-          T’en pense quoi avec un peu de recul ?

-          De quoi ?

-          Henry.

-          Même si je n’avais pas pris conscience de tout ce que ça implique je vais assumer. C’est mon fils.

-          T’es complètement inconscient…

-          C’est faux. Et puis après tout je pourrais aussi te reprocher de rien ne m’avoir dit sur Henry, même après la mort de Perrie.

-          Ça aurait servi à quoi ? Je voulais que tu te reconstruises, pas que tu continues à vivre éternellement dans son souvenir.

-          Mais merde, c’était ma fiancée ! Tu ne penses pas que j’avais le droit de savoir ? Tu ne penses pas qu’elle aurait voulu que je le sache ?

J’ai haussé le ton mais a mère n’a pas baissé les yeux.

-          On fait tous des erreurs. Je suis contente que tu ais pris une décision. Je serais là pour t’aider à assumer…

-          Maman ?

-          Oui ?

-          J’suis désolé. Je fais que des conneries en ce moment. Mais j’ai besoin de toi, et de papa, et de mes sœurs. Et d’Henry. Je pense que c’est ce que Perrie aurait voulu que je fasse. Je ne pouvais pas le laisser là-bas, il attendait Perrie, il espérait que quelqu’un le sortirait de cet orphelinat.

-          C’est ton choix. Mais va falloir assumer. Et il a besoin de toi aussi visiblement, comment tu vas faire quand tu seras en tournée ?

-          Je l’emmène avec moi. Je ne veux pas le laisser ici en garde à quelqu’un, j’ai besoin de lui, il a besoin de moi, on va y arriver.

-          Oui.

Elle s’approche de moi et me prends dans ses bras.  Ça me fait du bien. Je sais bien qu’elle n’approuve pas franchement ce que j’ai fait, mais elle reste ma mère et je sais qu’elle fera tout pour me protéger et m’aider.

-          Tu l’aimes ?

-          Oui. Il est si mignon…

-          Ça c’est vrai… C’est ce que tout le monde disait à son propos…

-          Ça fait combien de temps que t’étais au courant ?

-          Presque un an maintenant… Tu sais, Perrie était très courageuse, et si personne ne t’a rien dit c’était pour te préserver.

-          Merci Maman

Louis me regarde, ne sachant trop quoi répondre. Ça fait plus d’une heure qu’on discute avec la mère de Louis sans réussir à lui faire entendre raison sur notre couple. Le ton est monté plusieurs fois, mais on reste déterminés à avoir le dernier mot. De toute façon si elle n’accepte pas notre relation on s’en va.

-          Harry ?, me dit soudain ma mère en débarquant dans le salon que tout le monde avait déserté, viens me voir une minute s’il-te-plaît…

-          Maman je…

-          Viens !!

Je soupire, embrasse longuement Louis pour lui donner du courage et le laisse seul avec sa mère. Ma mère me prend par le bras et m’emmène dans la cuisine où tout le monde attend que notre conversation se termine.

-          Qu’est-ce qui se passe ?

-          Je pense que Louis a besoin de parler à Jay seul à seule.

-          Non. Maman putain c’est pas une bonne idée…

-          Fais-moi confiance, tu vas le retrouver ton petit-copain, et en un seul morceau…

-          De toute façon si ça se passe mal on se barre maman, j’suis désolé, ça me fait du bien d’être là, mais c’était quand même vache de faire venir la famille de Louis

-          C’était le seul moyen pour qu’ils se parlent, me dit le beau-père de Louis quand on entre dans la cuisine, et j’ai espoir que ça s’arrange.  Si Louis est heureux, Jay l’acceptera, même si c’est dur pour elle parce qu’elle est très attachée à Eleanor.

On est en train de boire une tasse de thé en discutant quand mon portable sonne dans ma poche. Je fronce les sourcils en voyant que c’est Simon. Je vole un baiser à ma petite amie et m’éloigne pour répondre à notre manager.

-          Allô ?

-          Joyeux Noël Niall !

-          Joyeux Noël à toi aussi Simon ! Y’a un problème ?

-          Je voulais juste m’assurer que chacun d’entre vous ne passe pas Noël tout seul et que tout va bien…

-          De mon côté ça va.

-          Comment ça de ton côté ?

-          T’as pas appelé Zayn encore ?

-          Non. Qu’est-ce qui s’est passé ?

-          Il a adopté un gamin, et il est rentré hier, Jenny l’a engueulé, ils ont rompu, de rage il a frappé dans un mur, il a toute la main droite plâtrée pour un bon moment et il se retrouve avec un gosse de quatre ans à charge…

-          De quatre ans ? Est-ce que le gosse s’appelle Henry ?

-          Oui. Tu le connais ?

-          Vaguement. Perrie m’en avait parlé, et j’ai témoigné dans le dossier d’adoption…

-          D’accord.

-          Sa main c’est grave ?

-          Deux mois de plâtre minimum. Je ne sais pas comment il va faire…

-          Je ne sais pas non plus. Merci Niall, je vais lui téléphoner. Jade est avec toi ?

-          Oui. Et mes parents et mon frère aussi, ils m’ont fait la surprise de passer. Du coup ils ont fait la connaissance officielle de Jade, qu’ils avaient déjà croisée quelques fois…

-          C’est bien alors. Passe un bon après-midi !

-          Merci Simon ! A Plus…

Je sens des bras entourer ma taille et les cheveux de Jade viennent chatouiller mon cou. Elle me glisse à l’oreille :

-          Il voulait quoi ?

-          S’assurer que je ne suis pas tout seul… Et prendre des nouvelles par la même occasion.

Ma mère est en train de réfléchir, en silence, je lui ai clairement fait comprendre qu’elle risquait de me perdre si elle était butée comme ça. Harry me manque, il me calme en temps normal quand je m’énerve. Mais là il est avec sa mère, je me retrouve tout seul… Mon portable sonne dans ma poche et je décroche sans regarder qui m’appelle.

-          Allô ?

-          Joyeux Noël Louis !

-          Oh Simon ! Joyeux Noël à toi aussi !!

-          Merci. Ça va ?

-          Bof…

-          Qu’est-ce qui se passe ?

-          Rien rien, je me prends juste la tête avec ma mère…

Ma mère me jette un regard noir mais je l’ignore et continue ma discussion avec Simon.

-          Harry n’est pas avec toi ?

-          Si…enfin pas là à la minute mais on est chez ses parents, et ma famille est là aussi, c’est Anne qui a voulu ça pour qu’on réussisse à mettre les choses au point.

-          D’accord. J’espère que ça va marcher.

-          Moi aussi.

-          T’es passé voir Eleanor récemment ?

-          Hier après-midi, je lui ai amené son cadeau de Noël, je sais que c’est idiot mais j’ai pas pu m’en empêcher…

-          T’as toujours espoir qu’elle se réveille vite hein ?

-          Oui.

-          Et comment tu vas faire avec Harry quand elle se sera réveillée ?

-          J’en sais rien. Je les aime tous les deux à en crever, faudra que je réussisse à trouver un équilibre entre les deux…

-          Fais gaffe à toi Louis surtout…

-          Promis.

-          Bon je te laisse, passe le bonjour à tout le monde, faut encore que j’appelle Liam et après Zayn puisqu’il paraît qu’il a merdé…

-          Ouais. Et pas qu’un peu…

-          Je sais. Je vais tirer ça au clair avec lui…

-          Simon ? Essaye de rester cool avec lui. Il souffre, même s’il le montre pas…

Je crois que c’est le pire Noël que j’ai passé de toute ma vie. Lily est partie jouer avec Romain et je me retrouve toute seule. Toute seule avec le grand vide que Zayn laisse. Il me manque terriblement, pourtant je sais que j’ai pris la bonne décision en le quittant. Comment est-ce qu’on aurait pu construire quelque chose ensemble s’il prend des décisions aussi lourdes de conséquences sans me consulter ? Je crois que je ne l’en aurai même pas dissuadé, mais le fait qu’il ne m’ait rien dit et qu’il me mette devant le fait accompli m’a rendu dingue. Voilà pourquoi je l’ai quitté. Mais il me manque… Putain il me manque tellement…

Je sursaute en entendant mon téléphone sonner et m’excuse platement auprès des parents de ma petite amie, je m’isole pour répondre à Simon.

-          Ouep Simon ?

-          Joyeux Noël Liam !

-          Joyeux Noël à toi aussi, y’a un problème pour que tu m’appelles un 25 Décembre ?

-          Je m’assure juste que vous allez tous bien, c’est un Noël un peu particulier quand même…

-          Oui. C’est gentil de ta part. Je suis chez les parents de Danielle là, et dès ce soir on va chez les miens…

-          C’est la première fois ?

-          Oui. On est un peu nerveux mais si ça s’est bien passé avec ses parents y’a pas de raison que ça se passe mal avec les miens…

-          Oui. J’suis sûre que ta mère va l’adorer…

-          J’en doute même pas…

-          Dis Liam, t’en pense quoi de l’attitude de Zayn ?

-          Par rapport à quoi ?

-          Par rapport à Henry.

-          Je le comprends, mais je désapprouve le fait qu’il n’ait pas prévenu Jenny de ce qu’il allait faire, je suis sûre qu’elle aurait compris, et qu’elle l’aurait même poussé à le faire…

-          Tu crois ?

-          Elle me l’a dit… Mais encore une fois il a agi sur le coup de l’impulsion et sans réfléchir. C’était vraiment débile…

-          Ouais je vois. Et il s’est passé quoi avec sa main ?

-          Il est sorti après que Jenny l’a quitté. Et pour passer sa rage il a cogné de toutes ses forces dans le mur. Du coup il s’est explosé le poignet et plusieurs doigts. Ce qui le handicape vachement parce qu’il ne peut pas sortir de chez lui, vu qu’il ne peut pas conduire….

-          C’est peut-être pas plus mal.

-          Ouais…  Au moins on est sûr qu’il se barrera pas.

-          Ouais. Bon allez, je te laisse, il faut encore que je l’appelle. 

-          Simon ? Soit sympa avec lui, il n’a pas un mauvais fond.

-          Je sais. Il ne s’est juste pas encore remis de la disparition de Perrie.

-          On s’en remettra jamais vraiment…

-          Oui.

Ma mère est en train de jouer avec Henry, mon père les regarde en rigolant et mes sœurs se sont blotties contre moi sur le canapé, on regarde un film de Noël bien débile, mais ça soude encore un peu plus nos liens.  Elles m’ont manqué, je suis contente de les voir. En plus elles ont tout de suite intégré Henry, elles s’entendent super bien avec lui, et ça c’est important. Mon téléphone sonne et je regarde en soupirant qui m’appelle. C’est Simon, je suis obligé de répondre. Je fais bouger tout le monde et vais m’isoler dans la cuisine pour lui répondre.

-          Ouais ?

-          Joyeux Noël Zayn, ça va ?

-          Joyeux Noël Simon…

-          T’as pas répondu à ma question Zayn

-          Ouais ça va.

-          Qu’est-ce que tu me caches ?

-          J’ai adopté Henry.

-          Henry ?

-          Fais pas semblant Simon, t’as témoigné en ma faveur dans le dossier d’adoption.

-          Ouais okay… T’as rien d’autre à me dire ?

-          J’ai la main droite complètement plâtrée, je me suis un peu emporté hier soir.

-          Je sais, les garçons m’en ont tous parlé.

-          Donc en fait tu savais ?

-          Oui. Mais je voulais l’entendre par toi.

-          Génial…

-          Zayn, soit pas aussi sarcastique, je ne vais pas te juger sur ce que t’as fait, tu sais que ce qui m’importe c’est que tu ailles bien, et que tu sois heureux surtout.

-          Je suis heureux avec Henry

-          J’en doute pas, mais c’est beaucoup de boulot d’avoir un enfant à charge, surtout avec une main plâtrée.

-          Je sais, je n’avais pas vraiment anticipé tout ça, mais je vais y arriver, je me dois d’y arriver, pour Perrie. Elle l’aurait voulu…

-          Oui. Et elle serait fière de toi.

-          Tu crois ?

-          J’en suis persuadé. Quand tu seras un peu plus au calme, tu regarderas les vidéos que Liam t’a ramené l’autre jour, tu comprendras à quel point elle tenait à toi, et à quel point elle voulait de cet enfant…

-          Tu les as visionnées ?

-          Vite fait, la plupart te sont destinées exclusivement, donc je les ai passées vite fait pour être sûr qu’elle ne nous cachait rien d’important…

-          D’accord.

-          Ça te gène ?

-          Oui… Enfin non, je comprends tout à fait, mais ça me fait bizarre…

-          Je comprends

On sonne à la porte de mon appartement et je dis à Simon :

-          Désolé je dois te laisser, y’a Jonnie et sa mère qui viennent d’arriver, il faut que je leur présente Henry.

Je raccroche sans qu’il ait pu répondre et me précipite dans le salon. Je tends mon bras valide à Henry qui attrape ma main et on va ouvrir.  Jonnie me prend dans ses bras rapidement, puis sa mère fait de même, avant que les deux ne remarquent exactement en même temps Henry, qui s’est de nouveau caché derrière-moi.

-          Henry sors de là, ils ne vont pas te manger, dis-je en souriant,  Déborah, Jonnie, je vous présente Henry, mon fils… Enfin, le fils que Perrie et moi on aurait dû adopter ensemble…

Je lis des larmes dans les yeux de Déborah, elle semble bouleversé que j’ai fait ça, bouleversée que j’ai adopté Henry Jonnie ne sait pas trop quoi dire. A mon grand étonnement c’est Henry qui débloque la situation :

-          C’est toi la maman de Perrie ?, dit mon fils à Déborah

-          Oui c’est moi, répond-t-elle en se mettant à sa hauteur, je suis ravie de faire ta connaissance mon bonhomme.

-          Moi aussi, dit Jonnie en faisant de même

Mon fils leur fait à tout les deux un câlin puis il file dans les bras de Doniya, à qui il fait un énorme câlin.

-          Désolé de rien vous avoir dit, dis-je à ma belle-famille, mais je l’ai fait un peu spontanément et sans réfléchir…

-          C’est pas grave. C’est bien que tu aies été le chercher, me dit Déborah en me prenant dans ses bras

Harry vient de me rejoindre, appelé par ma mère, elle veut nous parler à tous les deux, j’ai espoir que la situation se débloque enfin. En plus j’ai faim, et on a repoussé le repas à la fin de notre conversation, il est donc temps que ça se termine.

-          Bon les garçons, commence ma mère, ça sert à rien que je m’oppose indéfiniment à ce que vous soyez ensemble, de toute façon vous n’allez de toute évidence pas rompre, à mon grand malheur. Toutefois Louis semble assez heureux, et je sais que tu l’aimes depuis longtemps Harry, ta mère me l’a dit, alors même si je ne cautionne pas j’accepte. Parce que je ne veux pas perdre mon fils.  Mais je voudrais que vous me fassiez la promesse que quand Eleanor se réveillera vous essayerez tous les deux de la protéger de tout ça, elle, et son bébé bien sûr.

-          Comment ça ?, dit Harry un peu sur la défensive

-          Je souhaiterai qu’au réveil d’Eleanor, mon fils retrouve sa petite amie, et qu’il continue à vivre avec elle…

Harry s’apprête à rétorquer quelque chose mais je l’en empêche en posant ma main sur la sienne. Il comprend et se tait.

-          Ce qui se passera au réveil d’Eleanor n’appartient qu’à moi, mais oui, j’ai besoin d’elle, et j’ai hâte qu’elle se réveille, et Harry le sait bien, on en a longuement parlé lui et moi.  Alors je peux rien te promettre, mais je sais d’ores et déjà que ma vie se partagera entre eux, parce que j’ai besoin des deux pour mon bien-être, si tu veux me voir heureux c’est la seule chose qu’il faut que tu acceptes.

-          D’accord.

Ma mère esquisse un demi-sourire et je me précipite pour la prendre dans mes bras. Elle a enfin compris. Elle m’a énormément manqué le temps qu’on était fâchés, j’ai toujours eu une relation fusionnelle avec elle, et je ne pouvais pas concevoir qu’elle s’oppose à mon bonheur.

Louis est dans les bras de Jay, finalement tout s’arrange. Je sais que ça ne sera pas simple pour elle, mais on va tous faire des efforts pour que ça se passe bien. Je les laisse tout les deux dans le salon et lorsque j’arrive dans la cuisine je dis :

-          On peut enfin se mettre à table, j’en peux plus je crève la dalle !!

Tout le monde soupire de soulagement. On va enfin pouvoir fêter Noël tous ensemble. Je serre ma mère dans mes bras, c’est grâce à elle si les choses s’arrangent…  Je regarde ma montre, il est presque trois heures, il est effectivement temps de passer à table.

On s’est tous installés devant la télé, j’ai Théo dans mes bras, il est trop mignon.  Jade le regarde avec tendresse, elle le trouve vraiment mignon. Elle a posé la tête sur mon épaule et discute calmement avec Denise, mon frère, captivé par le film, n’en oublie pas pour autant de veiller sur son fils. Mes parents, dans les bras l’un de l’autre, nous regardent en souriant. On est vraiment une famille, et tout le monde s’entend bien avec Jade, en même temps elle est quasiment parfaite…  Je l’aime tellement… Je profite de ce moment de calme pour penser à Zayn, j’espère qu’il s’en sort avec Henry, ça doit être un peu dur, mais il l’a choisi… Je ne sais toujours pas quoi en penser. Oui c’est bien dans un sens, parce qu’il a honoré la mémoire de sa fiancée, et Dieu sait à quel point il l’aimait ! Mais par ailleurs Jenny en a beaucoup souffert, alors ce n’est pas trop cool…

On prend congé des parents de ma petite amie, ils sont vraiment géniaux.  On a un peu de route à faire pour aller chez moi, mes parents nous y attendent pour le repas de ce soir, c’est la première fois que je ramène une fille à la maison. Une fille avec laquelle c’est vraiment sérieux, pas juste un coup d’un soir quand je suis un peu bourré.  Une fois que nous sommes dans la voiture je dis à ma petite-amie :

-          Ça va ? T’angoisse pas trop ?

-          Non. Je suis sûre que tes parents sont géniaux…

-          Les tiens le sont aussi…

-          Merci. Et tu vois, ça s’est super bien passé, ils t’adorent.

-          Oui j’ai cru comprendre ça…

On éclate tous les deux de rire et j’en profite pour l’embrasser, langoureusement, longuement, avec passion. Avant que la situation ne dérape elle me repousse gentiment et dit :

-          Bébé, tes parents nous attendent, il faut qu’on y aille…

-          Oui.

Elle me sourit et je démarre, direction chez moi !!

Henry est au centre des attentions de tout le monde, il est un peu le roi en ce jour de Noël, tant mieux. Jonnie et moi avons longuement discuté, il m’a confié ne pas avoir pensé un seul instant que je le ferais, que j’aurais le courage d’aller chercher Henry tout seul, mais il est vraiment heureux que je l’aie fait.  Lorsqu’on sonne de nouveau à la porte je fronce les sourcils : qui cela peut-il bien être ? Je me lève et vais ouvrir, Jesy et Leigh-Anne me regardent en souriant, plantées sur le pas de ma porte.

-          Joyeux Noël, dit l’une

-          On est venues voir la petite merveille, ajoute l’autre, Jade a vendu la mèche ce matin.

-          Bah entrez alors, Henry, viens dire bonjour s’il-te-plaît mon cœur…

Mon fils s’extrait des bras de ma mère et s’approche timidement. Les filles se regardent puis se mettent accroupies pour être à sa hauteur.

-          Bonjour bonhomme, dit Jesy

-          Coucou Henry, dit Leigh-Anne, comment tu vas ? On est des amies de Perrie…

Jesy lui tend la main et mon fils la lui serre en souriant, il fait de même avec Leigh-Anne et je ne peux m’empêcher de rigoler. Il me rend si fier, si heureux. Je découvre de nouvelles émotions, des émotions que je ne connaissais pas avant d’être père. J’aimerais le prendre dans mes bras, mais avec une main dans le plâtre c’est difficile. Il retourne jouer avec mon père et ma belle-mère et les filles se relèvent.

-          Il est magnifique, dit Jesy

-          Parfaitement parfait, ajoute Leigh-Anne, trop mignon… Ta main elle va comment ?

Je leur montre mon plâtre et Jesy me dit :

-          Putain tu t’es bien amoché, qu’est-ce qui t’es passé par la tête ?

-          Jenny. Elle m’a quitté quand elle a su pour Henry. Mais je l’aime…

-          Ça je le sais, reprend Jesy, mais est-ce que c’était une raison pour t’exploser la main ?

-          Je ne sais pas, sur le coup ça m’a paru assez intelligent…

-          Tu nous fais peur Zayn, dit Leigh-Anne en rigolant, bon allez, laisse nous passer qu’on aille dire bonjour à tout le monde.

Je m’écarte et elles rentrent plus avant dans mon appartement. Je ne me souviens pas la dernière fois qu’il a été aussi plein. Mais ça me fait du bien d’être entouré, et surtout de voir que tout le monde a parfaitement intégré Henry, comme s’il était mon fils biologique.

-          Hazza ?

-          Hmm ?

-          Je t’aime…

-          Moi aussi Louis, moi aussi…

-          T’es sûr ?

-          Certain.

Louis est allongé dans mes bras, sur mon lit, on s’est isolés un peu pour pouvoir discuter tranquillement, les autres sont en bas, en train de discuter.

-          Tu vas la demander en mariage ?, dis-je soudain

-          Hein ?

-          Eleanor, la bague, ça signifie quoi pour toi ?

-          Hazza, t’es sûr de vouloir parler de ça ?

-          J’aimerais bien, mais si tu veux pas on n’en parle pas…

-          Si si, je m’en fous…

-          Alors réponds-moi, tu vas la demander en mariage ?

-          Peut-être. J’y songe en tout cas.

-          C’est mignon…

-          Ça te gêne pas ?

-          Louis, je sais pertinemment que tu aimes Eleanor, elle est la mère de ton fils, et je comprendrais totalement que tu l’épouses…

-          Mais ça va te briser le cœur Harry…

-          Ça sera pas la première fois…

-          Hazza, j’aime pas quand tu dis ce genre de choses…

-          Je m’en fous, j’ai jamais pensé qu’on finirait notre vie ensemble Louis, je profite d’être avec toi, je t’aime, mais je sais qu’Eleanor compte plus à tes yeux…

-          Pas plus. Différemment.

-          Ouais, comme tu veux, ça change rien, je serais heureux de te voir heureux avec elle…

-          Haz’ t’en penses pas un mot.

-          Ouais. D’accord. Ça me brise le cœur c’est vrai mais je sais que tu as raison et que j’ai tort. Donc…

Il se redresse dans mes bras, sa main vient se loger sur mes hanches et après un long moment à me regarder il m’embrasse. Longuement, langoureusement, mes doits commencent à se glisser sous son pull quand on entend des gloussements provenir du couloir.

-          Rho les petites pestes je vais les tuer, dit Louis en rigolant

Il m’embrasse furtivement puis dit en rigolant :

-          Attends-moi là, je ramène les deux petits monstres en bas et je reviens…

Les deux petits monstres, Daisy et Phoebe, partent en courant et en rigolant au moment où Louis sort de la chambre. Elles ont épié toute notre conversation, mais bon, elles sont inoffensives, et ce n’est pas comme si c’était un secret inavouable. Par contre elles ont failli nous surprendre dans une position plus embarrassante, heureusement qu’on les a entendues avant, sinon ça aurait été assez embarrassant.

-          Hazza !!! Descends dire au revoir, me hurle ma mère depuis en bas…

Je me dépêche de descendre dire au revoir à la famille de mon petit-ami.  Finalement on va pouvoir passer du temps tranquille ensemble puisque ma mère a proposé qu’on reste dormir ici ce soir.

-          Respire Liam, me dit Danielle, ça va se passer comme sur des roulettes

-          Désolé j’ai tendance à être assez nerveux. Avant qu’on y aille je peux appeler Zayn pour m’assurer qu’il va bien ?

-          Oui, si ça peut te rassurer un peu…

Je compose le numéro sur mon téléphone et Zayn répond après quelques tonalités seulement.

-          Allô ?

-          Ouais Liam ? qu’est-ce qui se passe ?

-          Je veux m’assurer que tu vas bien, que tu t’en sors…

-          Bah écoute vu le monde qu’il y a chez moi ça va…

-          Y’a qui ?

-          Mes parents avec mes sœurs, la mère de Perrie, Jonnie, et Jesy et Leigh-Anne…

-          Ah bah ça va tes pas tout seul.

-          Non effectivement je ne suis pas tout seul… ça va toi ? ça s’est bien passé chez les parents de Danielle ?

-          Ouais nickel, on est devant chez mes parents là, c’est à moi de lui présenter mes parents…

-          Connaissant ta mère ça va bien se passer. Et ton père va l’adorer…

-          Ouais je pense aussi. Bon, je te laisse, il faut qu’on y aille…

-          Ouais. Bon courage. On se rappelle demain si tu veux.

-          Ouais, à demain.

Je raccroche et Danielle me regarde :

-          Alors ?

-          Il est bien entouré, par sa famille et celle de Perrie. Et les filles sont là aussi, donc il n’est pas tout seul.

-          Cool. On peut  aller maintenant ?

-          T’as tant envie que ça de rencontrer mes parents ?

-          J’aimerais bien ouais…

-          Alors on y va.

Je l’embrasse rapidement et on sort de la voiture. Je sonne chez mes parents, et entre sans attendre leur réponse. Ma mère vient à notre rencontre et se jette dans mes bras. Ça fait un petit bout de temps que je ne l’ai pas vue, et elle m’a énormément manqué. Une fois qu’elle m’a lâché j’attrape la main de Danielle et dit :

-          Euh Maman je te présente Danielle, Danielle je te présente ma maman.

Les deux femmes sourient et se serrent dans les bras l’une de l’autre. Bon bah ça c’est fait. Mon père qui vient d’arriver en profite pour me faire un grand câlin, puis il serre lui aussi ma petite amie dans ses bras.  Danielle me sourit, effectivement ce n’était pas la mer à boire…

Mes parents et mon frère viennent de repartir, on se retrouve tout seuls dans mon appartement.  Tout en débarrassant la table on discute :

-          Jade, je pensais à un truc…

-          Dis-moi.

-          Je voulais savoir si tu aimerais t’installer ici avec moi pour de bon.

-          Genre… définitivement ?

-          Ouais… Enfin seulement si tu le veux, si tu trouves que c’est trop précipité je te force pas hein mais je…

-          Oui, m’interrompt-elle, oui je suis d’accord pour m’installer ici avec toi. De toute façon mon appartement n‘est plus pareil sans Perrie, j’avais tellement l’habitude de le partager avec elle que toute seule je ne m’y sens pas bien. Alors oui je veux bien venir vivre ici avec toi…

-          Génial !!

Je souris franchement. C’est cool, ça prouve que c’est vraiment sérieux entre elle et moi. Je l’aime tellement, et plus je la vois plus je me dis que c’est dommage qu’on ne se soit pas rapprochés du vivant de Perrie. Je suis sûre qu’elle aurait adoré l’idée.

Harry somnole dans mes bras, il se repose, on vient de faire l’amour assez sauvagement et ça l’a littéralement épuisé. Je caresse doucement son dos du bout de mes doigts et lorsque je le vois sourire je comprends qu’il apprécie vraiment ça.

-          Ça va Haz’ ?

-          Hmmm, j’adore ce que tu me fais là…

-          Je sais, je le vois à ton sourire…

-          Je t’aime Louis,  dit-il en embrassant doucement mon torse.

-          Je t’aime aussi Hazza…

-          Les garçons ?, dit Anne en toquant à la porte, on ne va pas tarder à manger, ça serait bien que vous descendiez maintenant que vous en avez bien profité…

-          On arrive maman, répond mon petit ami

Dès qu’on l’a entendue s’éloigner il ouvre les yeux, me regarde et dit :

-          Tu crois qu’elle nous a entendus ?

-          Oui. Je pense que c’était assez clair… En même temps on n’a pas cherché à être discrets.

-          C’est vrai, admet-il en rougissant, mais ça m’avait manqué.

-          Je sais, ça se voyait… Et j’aime toujours autant faire ça avec toi, c’est tellement agréable….

-          Vraiment ?

-          Oui.

Il m’embrasse dans le cou puis se lève et enfile un caleçon, il me cherche ensuite de quoi m’habiller moi aussi et me balance à la tête un t-shirt et un short, sans caleçon.

-          Je ne pense pas que t’ai besoin de mettre quoi que ce soit en dessous…

J’éclate de rire et m’habille, il a enfilé un t-shirt par-dessus son caleçon et avant de descendre il m’embrasse encore longuement, à de nombreuses reprises. Nous descendons ensuite main dans la main jusque dans la cuisine où nous attendent Anne et Robin.

Jonnie et Déborah sont repartis, non sans avoir promis de repasser bientôt, et non sans avoir pris une foule de photos d’Henry sur leurs téléphones respectifs.  Mes sœurs regardent la télé avec mon père, ma mère est partie préparer à manger puisque Jade et Niall se sont annoncés pour le repas de ce soir. Henry est en train de jouer avec moi, je lui ai sorti un vieux puzzle qui moisissait dans un placard, un vieux puzzle de gamin, une vingtaine de pièces, bien adapté à son âge. A chaque fois qu’il pose une pièce il me regarde avec un air triomphant et je l’embrasse sur le front. Il est tellement mignon, il est mon plus grand bonheur, ma plus grande fierté, et cela en à peine quelques jours.

-          C’est à qui ça ?, dit ma mère en tenant le lapin en peluche de mon fils par une oreille

-          C’est mon lapin à moi ! répond Henry en rigolant, il s’appelle Pan pan…

Quelle originalité. Une idée de ma fiancée sûrement. Mon fils descend de mes genoux et va récupérer son doudou qu’il serre tout contre lui. Trop mignon. Il escalade ensuite de nouveau mes genoux et continue son puzzle. On sonne à la porte.

-          Entrez, dis-je, faites comme chez vous…

Niall et Jade entrent, rayonnants et souriants, ça fait du bien. Jade vient tout de suite me serrer dans ses bras pendant que Niall va dire bonjour à ma famille.  Lorsqu’ils échangent leur places Niall me serre dans ses bras et dit :

-          Ça va ? Simon t’as pas trop engueulé ?

-          Non, il a été compréhensif je trouve…

-          C’est cool alors… Coucou bonhomme, dit-il en passant sa main dans les cheveux frisés de mon fils

-          Bonjour Niall, dit mon fils sans se détourner de son puzzle

Niall s’installe à côté de nous et aide mon fils à continuer son puzzle. Trop mignon…

-          Mais du coup où est-ce que tu vas travailler ?, demande ma mère à Danielle

-          Liam a demandé à Simon de m’embaucher, je commence après-demain.

-          Mais c’est génial ça…

-          Simon a toujours été un type bien, dit mon père en buvant sa bière

-          Ouais, dis-je en buvant moi aussi la mienne

-          Il est surtout très concerné par ce qui se passe dans la vie des garçons, il prend vraiment soin d’eux, fait remarquer ma petite-amie, je trouve ça vraiment bien, surtout dans ces mois un peu difficiles pour eux…

C’est vrai que le regard bienveillant de Simon sur nos vies fait du bien. On se sent un peu plus protégés, un peu mieux parfois, surtout lorsqu’on a besoin de lui parler, il est toujours là pour nous écouter.

-          Liam vient m’aider à mettre la table, me dit ma mère, on va se mettre à table, enfin si tes sœurs daignent arriver, dit-elle en jetant un coup d’œil à l’horloge

-          Tu sais bien qu’elles sont toujours en retard, dis-je

-          Oui je sais, dit-elle, ça m’énerve…

On a bien mangé, on a bien discuté, on a beaucoup rigolé, mais avant de me laisser monter ma mère m’a retenu un moment pour me parler seul à seule.

-          Essayez de faire un peu moins de bruit la prochaine fois, c’est assez dérangeant de vous entendre lorsque vous…

-          Oui. Désolé. On fera attention…

-          Vous vous protégez au moins ?

-          Hein ? Maman j’ai plus quinze ans, je ne vais pas parler de ça avec toi…

-          Harry ! J’ai le droit de savoir !

-          On ne se protège pas, mais on a fait notre test de dépistage y’a un petit bout de temps déjà, et comme on ne couche que l’un avec l’autre on a décidé de ne plus se protéger…

-          Ok. Ça me rassure un peu…

-          T’inquiètes pas maman, je fais attention à moi.

-          Je sais. Et la prochaine fois que tu vas récupérer ton lubrifiant dans la salle de bain évite de le faire à moitié nu, ça t’évitera quelques problèmes…

-          Tu m’as vu ?

-          Oui. Mais toi visiblement tu ne t’es même pas aperçu que j’étais dans le couloir…

-          J’étais trop occupé à penser à Louis, désolé

-          Allez, file le rejoindre, me dit-elle, allez prendre une douche avant de vous mettre au lit, ça vous fera du bien…

Elle me fait un clin d’œil et je comprends qu’elle s’attend à ce que j’en profite avec Louis.

-          Merci maman. Bonne nuit !!

Je l’embrasse sur la joue et monte les marches quatre à quatre, Louis m’attend sur mon lit, il a enlevé son t-shirt et je me jette à moitié sur lui. Je l’embrasse dans le cou et passe mon bras autour de sa taille.

-          Ça te dit qu’on aille prendre une douche ?

-          Tous les deux ?

-          Ouais. Ma mère a dit qu’elle nous laissait la salle de bain un moment…

-          Hmmm je sais pas, t’as vraiment envie de prendre une douche avec moi ?, dit-il d’un air espiègle

-          T’imagine pas à quel point, dis-je en glissant ma main dans son short…

On a bien mangé, ma mère cuisine toujours aussi bien, Henry commence à beaucoup plus parler, et il nous a raconté plein de choses à table. On a beaucoup rigolé. Mes parents et mes sœurs s’en vont, avant qu’il ne se fasse trop tard, ma mère tient énormément à ce que tout le monde se repose. Je me retrouve seul avec Henry, et Niall et Jade.

-          Mon cœur, tu ne penses pas qu’il est l’heure d’aller te coucher ?, dis-je à mon fils

-          Ooooh nooon !!!

Il me fait trop penser à Lily. Mais je ne dois pas céder, il n’a que quatre ans, il est l’heure qu’il aille au lit.

-          Jade, tu peux l’amener se laver les dents s’il-te-plaît ?

-          Pas de souci, tu viens mon bonhomme ?

Mon fils la suit un peu à contrecœur et je souris. Je sais que Jade est très attachée à lui, elle l’était déjà bien avant que je le connaisse.

-          Tu vas t’en sortir tout seul ?, me demande Niall

-          Ouais. Je devrais m’en sortir… Au pire j’appelle les garçons à côté.

-          Pas avant demain, ils sont restés dormir chez Harry.

-          Ah ouais ?

-          Ouais… C’est trop bizarre, ça veut dire qu’Anne cautionne totalement leur histoire puisqu’elle les laisse dormir ensemble sous son toit…

-          T’arrive toujours pas à t’y faire hein ?

-          Non. Je trouve ça assez bizarre, je comprends, mais je m’y fais pas vraiment… Et puis Louis va être papa dans trois mois, il va bien falloir qu’il remette les pieds sur terre.

-          Ouais. Enfin tu sais dès fois on devient père bien plus vite qu’on ne le croit…

Je rigole suite à la remarque de Zayn. On m’aurait dit y’a une semaine qu’il adopterait un gosse je n’y aurai pas cru. Et lui non plus je pense.

-          Zayn, j’ai pas de pyjama…

Henry regarde Zayn en serrant son doudou contre lui.

-          On ira t’en acheter un demain mon cœur, viens avec moi, je vais te sortir de quoi dormir… nan attends, dis bonne nuit à Niall et à Jade d’abord.

Le petit bonhomme vient nous serrer chacun fort dans ses bras puis file rejoindre Zayn dans le bureau.

-          T’as récupéré le matelas ?, dis-je à Zayn

-          Ouais ouais, je savais que ça me servirait, mais faudra que j’aille lui acheter un lit, me répond-t-il depuis le bureau.

Jade vient s’assoir à côté de moi et m’enlace par derrière, elle glisse sa tête dans mon cou et m’embrasse doucement. Je ne sais pas ce qui motive une telle tendresse mais ça me plaît beaucoup.

-          Il est trop mignon, me dit-elle

-          Qui ça ? Zayn ou Henry ?

-          Henry…

-          Ouais… Dis Jade, ça te dirait pas que…

-          Que quoi ?

-          Nan oublie, c’est débile.

Elle arrête de m’embrasser et me force à la regarder.

-          Dis-moi

-          Ça ne te dirait pas qu’on essaye de faire un bébé ?

-          Hein ? ça tes venu comment cette idée ?

-          Ça m’est venu quand j’avais Théo dans mes bras cet après-midi, mais je t’avais dit que c’était débile…

-          C’est pas si débile que ça, me répond-t-elle après un long silence

-          Vraiment ?

-          Ouais. J’aimerais bien…

-          Génial…

-          Tu trouves tout génial Niall !

On rigole tous les deux, tandis que Zayn nous rejoint après avoir couché son fils.

Danielle est allongée à côté de moi, son bras passé autour de ma taille, j’ai passé un bras derrière mon crâne et ai glissé l’autre dans son dos. Ça me fait bizarre de dormir ici avec une fille. D’habitude les filles ne dépassent pas le salon, mon père les fout dehors en oyant que je suis complètement bourré, avant de me faire monter au lit en m’engueulant. Quoique ça fait un certain temps que ça n’est pas arrivé.

-          Liam, tu penses trop, déclare ma petite-amie

-          Désolé. C’est vrai, je pense trop, mais j’essayais de me rappeler la dernière fois qu’une fille a dormi ici. Et je crois bien que t’es la première…

-          Quel honneur…

-          D’habitude je suis bourré quand je ramène des filles, donc mon père les fout à la porte avant que je les fasse monter…

Ah non. Il y a bien une fille qui est venue jusqu’à ma chambre. Mais il ne vaudrait mieux pas que je le dise à Danielle.

-          Bébé ? Tu me caches quoi ?

-          Rien.

-          Si, je le lis dans tes yeux…

-          En fait t’es pas la première, je viens de m’en souvenir, t’es la deuxième.

-          C’était qui ?

-          Personne, laisse tomber, ça ne comptait pas…

-          C’est loin d’être le cas vu comment tu en parle.

-          Eleanor. J’ai dormi une fois ici avec Eleanor, mais il ne s’est rien passé… C’était au tout tout tout début que je la connaissais, je l’avais fait entrer par la fenêtre, j’avais encore espoir qu’il pourrait se passer quelque chose entre nous, mais le lendemain elle a rencontré Louis. Et depuis bah…

-          Oh c’est trop mignon…

-          Arrête, ce n’est pas drôle.

-          Je rigole pas, c’est vraiment mignon, mais je te propose un autre programme pour ce soir…

Sa main glisse de mon torse à mon caleçon. Après tout pourquoi pas ?

J’ai posé ma main sur la bouche de Louis pour l’empêcher de crier, je suis en train de le prendre assez sauvagement dans la douche Je l’ai plaqué au mur, dos à moi, et à chacun de mes coups  de rein je l’entends gémir doucement.  Je sens que je ne vais pas tarder à jouir en lui, et je le préviens en lui donnant un petit tape sur l’épaule, en guise de réponse il se cambre un peu plus, pour que je le pénètre encore plus profondément. Au même moment on toque à la porte et j’entends ma mère crier :

-          Ou vous vous dépêchez de finir, ou vous finissez dans votre lit, mais dépêchez-vous, on aimerait aussi pouvoir prendre une douche…

-          Promis maman, on a presque fini, dis-je en essayant d’étouffer les gémissements de mon copain

-          Tu peux le laisser crier Harry, on ne vous en voudra pas…

Louis rigole et moi aussi, j’enlève ma main de devant sa bouche et continue ce que j’étais en train de faire. Je me sens bien quand je possède son corps ainsi. Louis gémit un peu plus fort et je déverse mon sperme en lui. Ça faisait longtemps que je n’avais pas pris autant de plaisir à faire l’amour. Il se retourne dès que je me suis retiré et m’embrasse. Je sens son membre grossir tout contre moi et je lui dis :

-          On va finir ça dans ma chambre, dépêche-toi de remettre ton caleçon !

On se sèche rapidement et on remet notre caleçon, je ne peux que très difficilement masquer mon envie de sexe et je suis soulagé que sa chambre soit juste à côté et qu’on n’ait pas à traverser toute la maison.  A peine sommes-nous dans sa chambre qu’il ferme la porte à clé et me pousse jusqu’au lit, il me fait m’allonger dessus, et m’embrasse rageusement, fougueusement, jusqu’à ce que nous soyons à bout de souffle. Il laisse ensuite ses lèvres parcourir mon torse et je souris. J’adore quand il fait ça, il me connaît par cœur, il sait que j’en suis dingue… il descend jusqu’à la limite de mon caleçon et vient jouer avec mon sexe du bout des doigts, à travers le tissu. Je me cambre involontairement tant ça me fait du bien. Il rigole et m’enlève le morceau de tissu, mon sexe se dresse alors devant-lui et il le regarde en souriant avant de le prendre en bouche. Ma main vient se loger dans ses bouclettes. Et je l’encourage à y aller de manière plus rapide et plus profonde, j’ai envie qu’il me fasse du bien comme il ne m’en a jamais fait. Il semble comprendre puisqu’il accélère franchement le rythme. Au milieu de mes gémissements se font entendre quelques bruits de succions lorsqu’il tente de reprendre un peu son souffle. Ma respiration se saccade, mon rythme cardiaque augmente sensiblement, je ne vais pas tarder à jouir, je le sens et en fait part à Harry qui choisit d’ignorer cela et de continuer cette pipe absolument magique.  Je finis par éjaculer une énorme quantité de sperme dans sa bouche, en souriant il avale le tout puis viens s’allonger dans mes bras. Je reprends mon souffle en silence, pendant un long moment où il en profite pour caresser mes pectoraux.

-          Merci Hazza, je crois qu’on en avait besoin tous les deux…

-          Ouais.

-          Je t’aime Haz’…

-          Je t’aime aussi Louis… Je me sens bien dans tes bras, t’imagines pas à quel point…

-          Tant que ça ?

-          Y’a que là que je me sens vraiment à ma place.

-          Oh c’est trop mignon…

-          Tu sais, t’es le premier mec que je ramène à la maison…

-          J’en doute pas. Mais en trois ans t’as jamais ramené personne ?

-          Non. Mon esprit était occupé jour et nuit par toi. J’en ai fait beaucoup de rêves. Et quelques cauchemars aussi…

-          Oh mon bébé…

Je l’embrasse sur le front et il continue :

-          Mais je ne regrette pas, je t’aime, et mon cœur est tout entier à toi, tu me l’as pris la première fois qu’on s’est croisés, depuis tu ne me l’as jamais rendu. Et je ne tiens pas à ce que tu me le rendes. Je t’aime bien trop pour ça…

-          T’arrêtes de dire des choses aussi mignonnes ?

-          Désolé. Mais j’ai besoin de parler Louis…

-          Je t’écoute. J’aime bien quand tu m’ouvre ton cœur…

-          N’importe quoi. Dans un sens j’ai peur que tu m’abandonnes, mais je sais que ce qu’on aura vécu ensemble ne pourra pas s’effacer comme ça d’un coup, et que j’aurais toujours une place dans ta vie… Du moins je l’espère. Mais comme je te l’ai dit tout à l’heure, je veux que tu sois heureux avec Eleanor, tu le mérites.

-          Tu mérites aussi d’être heureux Harry.

-          Oui, mais tu vas fonder une famille avec Eleanor, tu réfléchis aussi à la demander en mariage, je sais que ton cœur se porte instinctivement vers elle, même si tu m’aime et même si je sais que tes sentiments sont sincères.

-          Oui. Mes sentiments sont sincères. Je t’aime à en crever Harry, mais j’aime aussi Eleanor, et je sais que tu comprends…

-          Ouais. Louis ?

-          Hmm.. ?

-          Si une fois qu’on n’est plus ensemble je me trouve un mec, ou une fille, tu diras quoi ?

-          Je serais un peu jaloux, mais je te pousserais dans ses bras, parce que t’as le droit d’être heureux aussi.

-          Tu serais vraiment jaloux ?

-          Oui. J’aime pas quand quelqu’un s’approche trop de toi, surtout maintenant qu’on est ensemble…

-          Je vois…

Il me sourit, je lui souris et l’embrasse doucement. Il passe ensuite son bras autour de ma taille, pose sa tête sur mon torse et s’endort quasi immédiatement.

JOUR 85

-          Zaaaaaayn ! J’ai faim !

C’est ainsi que mon fils me tire du sommeil en ce 26 Décembre. J’entends Niall et Jade soupirer dans le salon, ils sont restés dormir afin de pouvoir m’emmener faire des courses aujourd’hui comme je ne peux pas conduire. C’est gentil à eux.

-          Zaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaayyyyyyyyyyyn !!!

-          J’arrive mon trésor, bouge-pas, je viens te chercher

Je me lève et vais voir mon fils dans le bureau. Il a les larmes aux yeux et serre son lapin tout contre lui.

-          Oh mon bébé, faut pas pleurer pour ça, la prochaine fois tu viendras me réveiller directement d’accord ?

Il hoche la tête en silence et je lui fais un gros bisou sur le front. Je l’aime tellement, c’est dingue. Je lui donne la main et l’amène jusqu’à la cuisine, je l’aide à grimper sur une chaise, et nous sommes rejoints par Niall et Jade, mal réveillés.

-          Thé ou café ?

-          Café, dit Niall

-          Thé, répond Jade

-          Et toi mon cœur, dis-je à mon fils, tu bois quoi le matin ?

-          Du chocolaaaaaaat !

On rigole et je sors de quoi déjeuner.

Je viens de me lever, Danielle dort encore, et je descends en caleçon dans la cuisine. Mes sœurs s’interrompent en me voyant entrer puis éclatent de rire.

-          Quoi ? Qu’est-ce qui y’a ?

-          T’as un suçon bien visible dans le cou, me dit Ruth

-          En même temps vu le boucan que vous avez fait hier, ajoute Nicola, c’est pas vraiment étonnant.

Je passe les doigts sur mon cou et grimace, je sens effectivement la marque que Danielle a imprimé dans ma peau. On s’est peut-être un peu laissé emporter…

-          Déjà debout les jeunes ?, nous dit mon père en entrant dans la cuisine

-          Je vous trouve bien matinaux, ajoute ma mère en rigolant, surtout toi Liam, vu comment tu t’es épuisé au lit hier soir c’est étonnant.

-          On a fait tant de bruit que ça ?

-          En fait non, dit Ruth, on te charrie un peu là…

Je m’éveille dans les bras de mon amoureux en souriant. Je l’aime tellement. Il ronfle légèrement et ça me fait sourire encore plus, il est si paisible, si calme. Il ne fait presque plus de cauchemars la nuit, et ça me rassure, il va peut-être pouvoir tourner la page… Quoique pour ça il faudrait qu’El’ se réveille. Et je ne le veux pas… Enfin si, parce que je veux voir Louis heureux, mais si Eleanor se réveille je vais perdre Louis, je vais perdre MON Louis. Je sens des larmes rouler le long de mes joues mais je n’ai pas la force de les retenir…

-          Eh ! Bébé ! pourquoi tu pleures ?, dit Louis en se réveillant

Je ne lui réponds pas et mes pleurs redoublent d’intensité. Et merde… Pourquoi est-ce que je pleures au juste ? J’en sais rien…

-          Harry, s’il-te-plaît, ne pleure pas…

Louis me serre un peu plus fort contre lui mais je me dégage de son emprise et file en courant.

Le temps que je réagisse et que je lui courre après il s’était enfermé dans la salle de bain.

-          Hazza, ouvre !!!, dis-je en tambourinant à la porte

-          Non !, me répond-t-il de l’intérieur

-          Hazza, s’il-te-plaît… Dis-moi au moins pourquoi tu pleures…

Pas de réponse.

-          Il se passe quoi les garçons ?, dit Anne en montant dans les escaliers

Je me précipite alors pour descendre et elle m’attend en bas, voulant surement des explications.

-          Qu’est-ce que je lui ai fait putain ?

-          Qu’est-ce qui se passe ?

-          J’en sais rien…  Il s’est enfermé dans la salle de bain là, il s’est réveillé en pleurant, je sais pas ce qu’il a… Putain mais qu’est-ce que j’ai fait de mal ?

-          Il s’est rien passé de spécial ?

-          Non. On s’est endormis dans les bras l’un de l’autre, et ce matin il chialait déjà quand j’ai ouvert les yeux…

-          Oh Louis…

Anne me prend dans ses bras et je fonds en larmes sur son épaule, je ne comprends pas ce qui se passe, mais je sais que si Harry est dans un tel état c’est à cause de moi. Je ne sais pas exactement pourquoi, mais je le sais c’est tout.

-          Chut Louis, me dit Anne en caressant doucement mon dos, ça va aller… Il t’aime à en crever tu sais ?

-          Je sais pas, je suis sûr qu’il chiale encore à cause de moi, je ne sais que le faire souffrir…

-          Louis ! Ne dit pas ce genre de chose, me dispute gentiment Anne, il t’aime…

-          Non. Enfin si, mais je l’aime pas assez pour le satisfaire complètement…

Anne me fait reculer et me regarde droit dans les yeux :

-          Louis… T’es au cœur d’une histoire compliquée d’accord ? T’aimes Eleanor, et t’aimes mon fils, et t’as besoin des deux, je peux le comprendre, mais je ne vous laisserais pas vous détruire. Ni lui, ni toi. Vous avez besoin l’un de l’autre tant qu’Eleanor n’est pas là. Pour ce qui est de la situation après son réveil on verra bien, pour le moment c’est pas à l’ordre du jour. Mais soi sûr que mon fils t’aime, il t’a toujours aimé, et il t’aimera toujours…

-          Tu crois ?

-          J’en suis sûre.  Et je sais à quel point tu l’aimes. Ça se voit, tu tiens à lui bien plus que tu ne le dis… Je le sais…

-          Oui. Je l’aime à en crever.

-          Je sais. On le sait tous. Même ta mère…

-          Tiens Louis, dit Robin en me tendant un tournevis, déverrouille la porte et va le rejoindre, il a besoin de toi je pense.

-          Merci !

J’empoigne le tournevis et fonce vers la salle de bain…

On vient de se garer sur le parking du leader mondial de l’ameublement (Ikea pour ceux qui n’auraient pas compris), Zayn doit acheter de quoi meubler la chambre de son fils. Zayn sort de la voiture avec son fils, Jade leur emboîte le pas, et je les suis après avoir pris un chariot. Il veut acheter un lit, mezzanine de préférence pour un gain de place, plus un bureau et une armoire. Et après il faudra non seulement monter les meubles, mais aussi déménager ce que Zayn a dans son bureau pour qu’il puisse y installer son fils. Quelle idée aussi !! Bref. Jade, me sentant un peu nerveux me lance un discret regard.  Par mesure de sécurité pour notre couple on avait décidé qu’elle serait la pour « accompagner Zayn », tout comme moi, et rien de plus. Mais je prie sincèrement pour qu’on ne croise pas de fans à une heure aussi matinale dans un magasin de meubles. Sinon s’en est fini de Zayn.  Parce qu’avec Henry, plus un bras dans le plâtre on est dans la merde. Enfin, il est dans la merde.

-          On commence par le lit, dit Zayn en souriant

-          Bonne idée, répond Jade, ce petit bonhomme a besoin d’un vrai lit pour dormir…

Elle prend Henry dans ses bras et nous entrons dans le magasin.

-          Mmmmh… bébé ?

Danielle me regarde en souriant, je viens de la réveiller, il faudrait qu’on se prépare pour rentrer chez nous.  

-          Coucou ma puce, faut que tu te lèves…

-          Il est quelle heure ?

-          Dix heures et demie.

-          Wow. Déjà ?, dit-elle en se redressant dans le lit

-          Oui. Mais on a un peu de temps encore t’inquiètes pas.

Elle m’embrasse doucement puis glisse ses doigts dans mon cou. Ils viennent se positionner sur le suçon qu’elle m’a fait hier et je la vois sourire.

-          Tu vois, j’suis peut-être pas la première fille que tu ramènes ici mais je pense pouvoir me vanter d’être la première à t’avoir fait ça…

-          T’es jalouse ?

-          Oui.

Elle éclate de rire et je souris. Oui, elle est la première avec qui je me laisse aller comme ça. Et j’en suis fier. Je l’aime tellement… Je l’aime à la folie.

-          Tu devrais appeler Zayn le temps que je me prépare, ça te fera du bien…

-          Oui, dis-je à ma copine en l’embrassant sur le front.

Pendant qu’elle s’habille je téléphone à mon ami.

-          Allô ?

-          Zayn ? ça va ?

-          Ouais ouais… Attends deux secondes je te reprends de suite…

Sa voix devient plus trouble mais j’entends quand même ce qu’il dit :

-          Je vous dis que le blanc est mieux parce que le bureau est intégré, alors on prend le blanc s’il-vous-plaît.  Voilà Liam je suis à toi…

-          T’achète des meubles ?!?

-          Pour Henry, il faut que je lui fasse une super chambre, c’est mon fils…

-          Oui ça je sais. Mais t’es pas tout seul avec lui quand même ?

-          Nan Jade et Niall m’accompagnent…

Je manque de m’étouffer.

-          Ensemble ?

-          Non non, dit-il à voix basse, chacun individuellement…  Mais heureusement qu’ils sont là, sinon j’aurais pas pu sortir de chez moi.

-          Ouais. Dis Zayn, j’suppose que tu vas pas monter les meubles tout seul ?

-          Bah non, vu ma main ça me paraît difficile.

-          Ok. On part bientôt de chez mes parents là et on passe à ton appart’ on viendra vous aider, puisque je suppose que y’aura aussi un peu de déménagement à faire.

-          Exact. Merci Liam, c’est gentil…

-          De rien. A tout à l’heure !

-          A toute !!

Je raccroche et soupire.

-          Bon bah on en a pour l’après-midi voir la soirée. Mais Zayn avec la main dans le plâtre et Niall qui sait même pas à quoi ressemble un tournevis je pense qu’un peu d’aide ne leur fera pas de mal…

-          Ouais t’as raison, me dit Danielle en souriant, tu t’y connais en montage de meubles toi ?

-          Ouais. J’ai aidé mon père à monter à peu près tous les meubles de ma chambre donc…

-          Cool… C’est pas mal d’avoir un petit copain bricoleur…

Je rougis légèrement et me lève pour l’embrasser à pleine bouche. Putain si elle savait à quel point je l’aime.

Je sanglote sur l’épaule de Louis depuis plus de vingt minutes sans réussir à m’arrêter. Il a fait sauter le verrou avec un tournevis et nous sommes maintenant assis au milieu de la salle de bain, dans les bras l’un de l’autre. Il embrasse doucement mon crâne et caresse mon dos pour que je me calme. Mais je suis en train de relâcher toute la pression que j’ai accumulée depuis tant de temps. Après de longues minutes je finis enfin par me calmer assez pour que Louis puisse m’interroger.

-          Tu me fais plus jamais ça hein ?

-          Promis.

-          Tu veux bien me dire pourquoi tu pleures ?

Je hausse les épaules. C’était pas important, et puis il va se fâcher si je lui dis…

-          Ça a un rapport avec notre discussion d’hier ?

-          Oui…

-          Oh Hazza… T’as peur que je t’abandonne quand Eleanor se réveillera c’est ça ?

Je hoche la tête en silence. Je me sens si stupide. On a déjà eu cette discussion des millions de fois…

-          Oh mon cœur…

Il me prend dans ses bras et me serre fort contre lui.

-          Je te jure que je ne t’abandonnerai jamais. Je t’aime trop pour ça…

-          Ne fais pas des promesses que tu ne pourras pas tenir…

-          Hazza, je t’aime, tu le sais ça ?

Je hoche la tête. Il reprend :

-          Alors crois-moi. Ça sera dur quand Eleanor se réveillera mais c’est pas prêt d’arriver déjà, et en plus même si elle se réveille je te promet qu’on gardera cette complicité qu’on a…

-          Promis ?

-          Juré.

-          Je t’aime Louis. Désolé. Je suis un idiot. Je ne devrais pas douter de toi comme ça…

-          Chut…

Il s’écarte légèrement de moi puis en me regardant droit dans les yeux il vient souder ses lèvres aux miennes. Mon Dieu qu’est-ce que ça fait du bien…

-          Est-ce que vous voulez qu’on  vous livre directement tout ça chez vous monsieur ?, me demande la vendeuse avec sa chasuble jaune immonde

-          Ouais. Ouais je veux bien qu’on me livre tout ça, parce qu’en aucun cas ça ne rentrera dans la voiture…

-          Alors je vais avoir besoin de votre adresse !

Je lui donne mon adresse et un numéro de téléphone pendant que Jade va acheter une glace à mon fils. Il a été si sage pendant nos déambulations dans le magasin que je n’ai pas pu résister à sa supplique pour avoir une glace.

-          Niall ? On peut y aller ?

-          Oui, me répond le blondinet en souriant, tu fais livrer tout ça hein ?

-          Ouais…

-          Alors on y va, faut juste que tu récupères ton fils…

-          Oui oui t’inquiètes pas…

Je jette un dernier coup d’œil à ce qu’on a acheté.  Bien plus que ce qui était prévu. Comme d’habitude quoi… Je souris en pensant à ce que Perrie me dirait si elle voyait ça. Ça ressemblait à quelque chose du genre « C’est vraiment pas raisonnable Zayn… Mais on s’en fout !!! » et elle éclaterait de rire.

-          Zayn, dis Jade en revenant vers nous avec mon fils dans les bras, ton petit trésor à quelque chose à te demander…

-          Je t’écoute mon cœur…

Henry me regarde, arrête de lécher sa glace et dit :

-          Est-ce que je peux t’appeler papa ?

-          Euh…

Voyant que j’hésite à répondre Niall m’encourage du regard

-          Oui, si tu veux mon cœur.

-          Chouette !!!!!!, dit mon fils en souriant

Il se reconcentre ensuite sur sa glace et Niall me dit en souriant :

-          C’est trooooooooop mignon !

-          Tu trouves ?

-          Ouais. Bon, ça doit être un peu déroutant pour toi, mais tu verras tu t’y feras.

-          Oui. Mais ça prouve qu’il s’attache vraiment à moi non ?

-          Arrête de chercher des preuves partout, me dit-il, il t’aime, tu l’as sorti de son orphelinat, et t’es son père… C’est aussi simple que ça.

-          Merci…

On arrive à la voiture et Niall la déverrouille pour qu’on puisse y monter.

Harry est en train de discuter en bas avec sa mère pendant que je range nos affaires dans sa chambre. Dès que j’ai bouclé notre sac je descends les rejoindre. Robin m’empêche de m’approcher de la cuisine en disant :

-          Ils ont pas fini, laisse-les discuter encore un peu.

-          Ok.

-          Je peux te parler ?

-          Euh… ouais…

Le beau-père de mon copain m’entraîne dans le salon et me fait m’assoir sur une chaise. Il tire une chaise et s’assoit en face de moi.

-          Ça va ?

-          Euh… oui, pourquoi cette question ?

-          Parce que ça a dû te secouer un peu de voir Harry comme ça ce matin.

-          C’est bon, fallait bien que ça arrive de toute façon. Je ne me suis jamais imaginé que ça se passerait comme ça mais bon, au moins il m’a confié ses craintes.

-          Il a peur que tu l’abandonnes ?

-          Oui. Mais je ne le ferais pas… J’ai besoin de lui dans ma vie. Autant que d’El’. Je sais que ça sera compliqué mais je me partagerai entre les deux. Je suis accro à eux deux…

-          Je vois. Fais gaffe à toi Louis…

-          T’inquiètes, je gère… Je vais y arriver. J’ai pas le choix de toute façon…

-          Si jamais t’as besoin d’aide ou que tu veux parler tu sais qu’Anne et moi on est là…

-          Merci !!

Je le serre dans mes bras au moment où Harry débarque dans le salon.

-          Louis ? On peut y aller maintenant…

Harry nous rejoins et nous serre tous les deux dans ses bras. Je rigole, ça nous fait du bien à tous les deux je crois.

On vient de rentrer à l’appartement, Liam et Danielle devraient être là dans moins d’une heure. On boit un thé avant de se mettre au boulot. Zayn est parti observer la pièce qu’il va falloir déménager et réaménager. Heureusement que Liam vient en renfort parce que vu mes compétences en bricolage on y aurait passé la journée.  Jade aide Henry à boire son thé sans en foutre partout quand Zayn revient.

-          Faut tout démonter, pour pouvoir sortir les meubles. En aucun cas ils ne passent montés par la porte.

-          Génial !, dis-je en rigolant, comme si on n’avait pas déjà assez de boulot comme ça.

-          Désolé, dit Zayn, c’était pas prévu tout ça, et j’y avais pas vraiment réfléchi.

-          Pas grave, dit Niall, montre-moi ce que tu veux qu’on fasse…

Je le suis jusqu’au bureau et il m’explique

-          Bon l’ordi je le débranche et je le pose sur mon lit le temps qu’on bosse ici, le bureau faudrait le démonter et le remonter dans ma chambre, la commode qui est là elle peut aller dans la salle de bain, et tout ce qui est déco et compagnie je trouverais bien une place dans mon appart. Le lit d’Henry avec le bureau contre le mur de droite, au fond, l’armoire sur le mur qui est là, à droite, et la commode qui va avec sur le mur de gauche, et pour ce qui est de tout le reste qu’on a acheté on verra bien où il nous reste de la place.

-          Ok. C’est largement faisable. Commence déjà à débrancher l’ordi, je te laisse faire, moi j’y connais rien !

J’éclate de rire et lui aussi.

C’est Danielle qui conduit, j’ai mis la radio et je somnole à moitié sur le siège passager.

-          Bébé ?

-          Mmmh ?, dis-je en me tournant vers elle

-          Pourquoi ton père t’a retenu deux minutes juste avant qu’on parte ?

-          Il a entendu notre conversation, et il voulait savoir qui était la première fille que j’avais ramenée à la maison.

-          Tu lui as dit ?!?

-          Non. T’imagines la bombe si je lui disais ?

-          Ils ne sont pas au courant que t’as fréquenté Eleanor ?

-          Non.

-          Mais… du coup… y’a vraiment personne au courant ?

-          Non.  Sauf toi. Et Niall et Jade qui m’ont surpris une fois à l’hôpital avec El’…

-          Je vois. T’as eu des nouvelles d’Harry et Louis au fait ?

-          Je sais juste qu’ils doivent rentrer aujourd’hui. On en saura plus quand ils arriveront…

-          D’accord. J’espère que ça s’est bien passé chez la mère d’Harry.

-          Je pense ouais…  Tu sais, Anne s’inquiète pour son fils, mais elle veut avant tout qu’il soit heureux, même si c’est avec Louis.

-          D’accord.

Elle me sourit au moment où nous entrons dans l’agglomération londonienne.  Dans une dizaine de minutes nous serons arrivés chez Zayn. Le reste du trajet se passe en silence. Je pense à Eleanor, il faudra que je passe la voir un de ces jours, avant qu’on reparte en tournée…

-          Et voilà, on est arrivés !, dit Danielle en souriant, allez monsieur le bricoleur…

On sort de la voiture et après s’être longuement embrassés on monte jusqu’à l’appartement de Zayn. La porte n’est pas fermée alors on entre. Henry est sur le canapé, devant un dessin animé, Zayn surveille ce que je suppose être le démontage d’un meuble dans son bureau. J’entends Niall pester et Jade essayer de le rassurer en lui disant qu’il va y arriver. Je crois qu’il était temps qu’on pointe le bout de notre nez avec Danielle.

-          Bouge pas Niall, je pose ma veste et je viens t’aider, dis-je

C’est Louis qui conduit, ça le détend. On n’a quasiment pas parlé de tout le trajet. Je m’en veux d’avoir fait ça… Mais j’ai craqué, mes nerfs ont lâché, et j’ai pété les plombs. C’était idiot. Et il a l’air de m’en vouloir…

-          Tu m’en veux ?

-          C’est pas à toi que j’en veux…

-          T’en veux à qui ?

-          Moi-même…

-          Hein ? Pourquoi ?

-          Pourquoi ? TU ME DEMANDES POURQUOI ???

Je me recroqueville sur mon siège quand il se met à crier. Visiblement conduire ne l’a pas détendu du tout…

-          Parce que je te place dans une situation difficile, parce qu’à cause de moi tu vas souffrir, tout ça parce que je suis pas capable de faire un putain de choix, tout ça parce que je me suis entiché de deux personnes différentes !! Putain qu’est-ce que je suis con bordel de merde !!!

Il fond en larmes et je le force à s’arrêter.  Il se gare sur le bas-côté et je l’oblige à se tourner vers moi en plaçant mes mains autour de son visage. Il me regarde avec ses yeux baignés de larmes et je l’embrasse tout doucement. Je l’embrasse, encore et encore, jusqu’à ce que ses larmes se soient taries.  Une fois qu’il a arrêté de pleurer je lui dis :

-          Louis, écoutes-moi… t’as pas à t’en vouloir pour ça. Je t’aime, et j’accepte tout ce que ça implique. Y compris Eleanor. Et ton fils…

-          Vraiment ?

-          Oui. Je suis prêt à accepter ce genre de choses.

-          Vriament vraiment ? Mais je vais te briser le cœur…

-          Je sais que tu feras tout pour ne pas me le briser.

-          Oui, c’est vrai.

-          Je t’aime Louis, je t’aimerai toujours, et tu le sais. Peu importe ce qui se passera.

-          Putain Hazza je t’aime tellement… T’imagine même pas à quel point.

-          Laisse-moi prendre le volant Louis, on est à la maison dans dix minutes.

-          Non c’est bon, j’peux conduire…

-          T’es sûr ?

-          T’inquiètes, ça va…

-          Ok.

Je me tais et le laisse conduire, mais je reste vigilant, prêt à intervenir au moindre problème.

Le bureau a été démonté en un quart d’heure et remonté en dix minutes, grâce aux bons soins de Liam. Heureusement qu’il est là pour aider Niall. Jade et Danielle m’aident à préparer à manger pour tout le monde, Henry regarde des dessins animés.

-          Papaaaaa ???

Je me précipite vers mon fils qui vient de m’appeler.

-          J’ai faiiiiiim !

J’éclate de rire et lui dis :

-          Promis on va bientôt manger.  Est-ce que tu voudrais venir m’aider ? J’ai une grande mission pour toi…

-          Oh ouiiii !

Mon fils m’emboîte le pas jusqu’à la cuisine et je le charge avec Jade de mettre la table à la salle à manger.

-          Y’a quelqu’un ?, dit une voix que je connais bien depuis l’entrée

-          Entre Louis, vous restez manger tous les deux ? On a hâte de savoir comment ça s’est passé chez Anne, dis-je

-          Bah alors on veut bien rester, dit Harry, j’ai la dalle !

J’éclate de rire et sors deux assiettes supplémentaire que mon fils vient chercher en trottinant. Trop mignon.

-          Dis Zayn, dit soudain Danielle, je veux pas paraître indiscrète mais… ça fait longtemps qu’il t’appelles papa ? Parce que j’ai pas souvenir de l’avoir entendu t’appeler papa y’a deux jours…

-          C’est normal, il ne m’appelle comme ça que depuis ce matin.

-          Et ça te plaît ?

-          Terriblement !!

On n’a pas été plus loin que le salon avec Harry. On s’est posés dans le canapé de chez Zayn, on est psychologiquement épuisés. Enfin surtout moi. Harry me tient dans ses bras et caresse doucement ma joue, en silence. Ça me fait du bien. Et c’est cool que Zayn nous ait invité à manger, j’aurais pas eu le courage ni la force de faire à manger. 

-          Louis ?

-          Mmmh…

-          On garde ce qui s’est passé ce matin pour nous d’accord ?

-          Ouais okay…

-          Ça va les mecs ?, dit Niall en débarquant dans le salon

Je le regarde et éclate de rire. Il a les cheveux tout ébouriffés et transpire à grosses gouttes.

-          Ouais ça va, t’as fait quoi toi pour transpirer comme ça ?, dit Harry en rigolant aussi

-          Du bricolage.

-          Heureusement que je suis là pour l’aider, dit Liam en arrivant à son tour, parce qu’il sait pas tenir un tournevis.  D’ailleurs on vous embauche tous les deux cet aprèm, y’a tout ça à monter, dit-il en désignant une immense pile de cartons à l’entrée de l’appartement

-          Oh la vache… Tu déménages Zayn ?, dis-je

-          Non, me répond-t-il en arrivant dans le salon à son tour, je fais une chambre à mon fils…

-          Trop mignon, dit Jade, allez, on mange !!

On se lève et on va tous s’installer à table. 

Ça fait du bien d’être tous ensemble. Jade est assise à côté de moi, et elle garde un œil sur Zayn qui essaye d’aider Henry à manger ses pâtes. Mais à une main il galère. Elle n’intervient pourtant pas, je pense qu’elle veut voir, qu’elle veut être sûre qu’il saura s’en sortir tout seul avec le petit.  On mange notre plat dans un relatif silence, en écoutant Harry qui nous raconte les péripéties de son Noël avec Louis chez sa mère.  Louis et lui n’ont pas l’air très en forme, mais bon, ils n’ont pas vraiment l’air de vouloir en parler. Pendant qu’on mange notre dessert c’est Liam et Danielle qui nous racontent les présentations officielles à leurs parents respectifs. Jade et moi on en profite pour glisser quelques mots sur la surprise que mes parents m’ont fait de passer à l’improviste.

-          Bon, dis-je, une fois que tout le monde a fini, les mecs vous venez avec moi, on termine de sortir tout ce qui doit sortir du bureau et ensuite on attaque le montage des meubles. Les filles, aidez Zayn à faire la vaisselle.

-          T’inquiète mon cœur, dit Danielle avant de  m’embrasser dans le cou, juste à l’endroit où mon suçon est bien visible

-          La vache, dit Harry en regardant mon cou, elle t’a pas loupé… ça a dû être très chaud entre vous deux…

Je rougis bêtement et emmène les garçons jusque dans le bureau. Il nous reste deux meubles à démonter et à changer de pièce. Ensuite il faudra monter tous les nouveaux meubles.

Je suis en cuisine avec les filles, comme je ne peux pas mouiller mon plâtre elles passent les assiettes à l’eau et je les mets au fur et à mesure dans le lave-vaisselle. Henry s’est assoupi sur le canapé, et comme on a fermé la porte on peut discuter tranquillement.

-          C’est mignon qu’il t’appelle papa, dit Danielle, je trouve ça trop mignon

-          Ouais, dit Jade, et puis si Perrie avait été là il l’aurait appelée Maman, ça aurait été trop bizarre, mais mignon.

Je souris et elle reprend :

-          Je préfère te le dire maintenant Zayn, Niall m’a demandé si je voulais bien essayer d’avoir un enfant avec lui, et j’ai dit oui…

J’ai lâché l’assiette que je tenais dans la main et elle s’écrase au sol. J’ai peur d’avoir mal entendu…

-          Tu peux répéter ?

-          Rien, dit Jade, laisse tomber, je savais que tu le prendrais mal. Mais je pensais vraiment que tu voulais me voir heureuse.

Elle se retourne vers l’évier et je sais qu’elle est en train de pleurer. Je ramasse les morceaux d’assiette au sol et Danielle me lance de lourds regards pour que je dise quelque chose. Je ne sais pas quoi dire… Je suis complètement perdu, déboussolé. Putain…  Danielle finit par quitter la cuisine non sans m’avoir enjoint une nouvelle fois à parler à Jade.

-          Jade ? j’suis désolé…

Mon amie se retourne vers moi, les yeux inondés de larmes. Merde. Qu’est-ce que j’ai fait putain ?

-          Tu veux pas que je sois heureuse ?, me dit-elle

-          Si… Bien sûr que si… Mais tu ne trouves pas que c’est un peu… précipité ?

-          Précipité ? Putain Zayn j’ai besoin de vivre !! De vivre ! Alors ouais c’est précipité mais j’ai besoin de ça, j’ai besoin de construire quelque chose. Je n’ai jamais rien construit de ma vie, là pour une fois j’ai un but.

-          Ok. C’est juste que ça me fait bizarre, mais tu sais que je veux te voir heureuse Jade. T’as le droit d’être heureuse. Comme tout le monde ici… Perrie l’aurait voulu…

-          Alors tu ne vas pas me tuer ?

-          Non.  Viens me faire un câlin, j’en ai besoin…

Elle se précipite dans mes bras et je la serre contre moi. Elle se laisse aller à de longs sanglots. Qui suis-je pour la juger ? Franchement… Personne. Alors si elle veut être heureuse elle a le droit de l’être, mais faire un enfant avec Niall je trouve ça vraiment vraiment précipité. Mais je ne peux rien dire… J’espère juste que ça n’arrivera pas trop vite. Sinon je risque d’avoir vraiment du mal…

Danielle est venue nous rejoindre dans le bureau, elle a discuté un petit moment en aparté avec Niall avant qu’ils ne reviennent tous les deux nous aider. A dix bras on avance assez vite et malgré les notices incompréhensibles en deux petites heures la chambre est complètement montée. On va ensuite rejoindre Zayn et Jade qui discutent, assis sur le canapé, tout en veillant sur Henry qui s’est endormi sur les genoux de son père.  

Harry a profité que tout le monde se soit éloigné pour fermer la porte du bureau et me plaquer contre. Il m’embrasse doucement dans le cou. J’adore ça, je me sens bien avec lui.

-          Louis ? On ne doute plus jamais l’un de l’autre hein ?

-          Promis.

-          Je t’aime…

-          Je t’aime aussi Hazza… Je t’aime à en crever…

-          Oui bah crève pas tout de suite. J’ai besoin de toi.

 

Alors alors alors ?

La rupture Zayn/Jenny ? Zayn qui présente officiellement Henry à sa famille ? A la famille de Perrie ? A Jesy et Leigh-Anne ? Qui dit à Simon qu'il l'a adopté ? L'expédition Ikea pour acheter une chambre à son fils ? Le fait qu'Henry l'appelle "papa" ? 

Liam et Danielle qui font les présentations officielles à leurs familles respectives ? La nervosité de Liam ? Le fait que Danielle soit la 2e fille qu'il ramène à la maison ? Le fait qu'Eleanor ait été la première ? Liam qui prend les commandes du montage des meubles chez Zayn ?

Niall qui est bien obligé de présenter Jade à sa famille ? Jade qui accepte de vivre avec lui ? La petite visite qu'ils font à Zayn en soirée pour s'assurer que tout va bien ? Jade qui accepte l'idée de Niall d'essayer d'avoir un enfant ? L'expédition Ikea ? Jade qui révèle à Zayn qu'elle veut tenter d'avoir un bébé avec Niall ? Zayn qui surréagit et s'énerve ? Jade qui fonds en larmes et Zayn qui finalement comprend qu'elle a besoin d'être heureuse ? 

Louis et harry qui vont chez Anne ? Le piège qui leur a été tendu pour qu'ils parlent à Jay ? La discussion houleuse entre eux et Jay ? La mère de Louis qui finit par accepter ? La discussion à propos de la bague d'Eleanor ? Les garçons qui font assez sauvagement l'amour ? Anne qui s'inquiète pour son fils ? Harry qui au matin perds complètement les pédales ? Louis qui tente de le raisonner mais qui n'y arrive pas ? Anne et Robin qui les aident à se calmer et à se retrouver ? Louis qui va récupérer Harry dans la salle de bain en le rassurant ? Le pétage de plombs de Louis dans la voiture ? La fin trop mignonne ? 

 

A quoi vous attendez vous pour la suite ? Zayn et Jenny vont-ils se remettre ensemble ? Zayn va-t-il s'en sortir avec on fils ? Jade et Niall vont-ils réussir à être heureux ? Louis et Harry vonnt-ils arrêter de douter l'un de l'autre ? Et Eleanor dans tout ça ?? ;) Réponses au prochain épisode...