Bonsoir ! Voilà le nouveau chapitre de "Et après... ?", vous le verrez assez vite, il ne concerne que Larry, le chapitre suivant fera de même et celui d'après sera basé sur Ziam... Il en faut pour tout le monde :p

Chapitre 3 : Time to be together again...

17 Septembre 2017

Appartement de Louis

Je balance mon sac de sport dans l’entrée, je n’ai pas entrainement aujourd’hui. Et pourtant j’aimerais. J’aimerais tellement pouvoir aller me dépenser sur le terrain, je me fais chier quand je me retrouve tout seul. Mon sac de sport gît au milieu de l’entrée, à moitié ouvert, mes fringues crades de foot à l’intérieur.  Harry serait là il râlerait et me gueulerait d’aller ranger tout ça. Mais il n’est pas là. Ça fait un mois et demi maintenant qu’on a rompu. Mais bon… Tant pis… Je m’y suis fait. Je me pose dans le canapé devant la télé, et zappe sur une chaîne qui diffuse du sport en continu. Mon coach m’a dit d’en regarder le plus souvent possible, pour conditionner mon esprit. Je ne suis pas vraiment sûr que ça va marcher mais bon… qui ne tente rien n’a rien disait l’autre. Une vingtaine de minutes plus tard on sonne à la porte de mon appartement. Je lève les yeux vers l’horloge, il est 17h30, qui cela peut-il bien être ?

one-direction-lousi-tomlinson-rehab-drogues

 

Je me lève sans grande conviction et vais ouvrir. Harry se tient là, sur le pas de ma porte, les mains dans les poches. Je reste un instant à l’observer puis je lui claque la porte au nez. Je ne veux pas le voir, je ne veux pas lui parler. Lui et moi c’est fini…

Je m’y attendais pas à ça… J’avais tout imaginé sauf ça. Je sonne encore, pas de réponse, je presse à nouveau mon doigt sur la sonnette et je l’entends soupirer derrière la porte.  Je garde mon doigt appuyé sur la sonnette jusqu’à ce qu’il ouvre à nouveau la porte.

-          Qu’est-ce que tu veux ?

-          Parler.

-          Je peux pas, j’ai entrainement…

-          Louis, t’as pas entraînement du tout, on est vendredi et t’as jamais eu d’entrainement le vendredi. Dis plutôt que tu ne veux pas me parler…

-          Ouais. Toi et moi c’est fini Harry, tu ne peux pas te pointer comme ça après un mois et demi en disant que tu veux parler.

-          Ça te coûte quoi de me parler ? Accorde-moi une heure, et si dans une heure t’as toujours envie de me foutre dehors tu pourras le faire.

Il soupire et s’écarte pour me laisser entrer. Ça me fait bizarre de me retrouver ici. Cet appartement on y a vécu ensemble pendant près de deux ans, jusqu’à ce que tout explose entre lui et moi. Je me dirige vers le salon et m’assois sur le canapé, Louis vient se poser à l’autre bout, assis en tailleur face à moi.

Un bon mètre nous sépare. Il ne dit rien, il se contente de me regarder. J’éteins la télé et lui dis :

-          Tu veux quoi ?

-          Parler, je te l’ai déjà dit…

-          Parler de quoi ?

-          Je ne sais pas, comme tu veux…

Je ne réponds rien et il reprend

-          J’ai vu les résultats de ton équipe Louis, vous changerez de division à la fin de la saison si tout se passe bien hein ?

-          Ouais…

Je sais qu’il n’est pas là pour me parler de foot. Mais dans un sens c’est plus simple pour moi de parler de ça avec lui.

-          Tu m’as manqué tu sais…

Il a lâché ça d’un ton sec. Comme si c’était de ma faute… Il faut que je gagne du temps, que je trouve un moyen de combler le fossé entre nous, sinon l’heure prochaine risque de passer très lentement.

-          Je vais faire du thé, t’en veux ?

-          Ouais je veux bien, dit-il en souriant

Je me lève et me dirige vers la cuisine, je mets de l’eau à chauffer dans la bouilloire et du thé dans la théière. Qu’est-ce qu’il me veut  Pourquoi est-il là ?

J’attends Louis en observant le salon. Rien n’a changé depuis que je suis passé récupérer mes affaires. Il y a juste un peu plus de poussière sur les meubles. Ça ne m’étonne pas de Louis, il n’a jamais été très porté sur le ménage. Pourtant un cadre à photo semble plus propre que les autres, sur le buffet. Je me lève et vais le prendre en main.  C’est le cadre qui contient la plus belle photo de Louis et moi, torse nus, enlacés et amoureux, chez ma mère, il y a à peu près un an. Louis revient avec deux tasses de thé fumantes. Il me voit avec la photo dans la main et grimace.

-          Tu l’as nettoyée, dis-je

Il ne répond rien… je retourne m’assoir après avoir reposé la photo et prend ma tasse de thé en main. Je la sirote doucement en observant Louis. Il a maigri, il a dû perde trois kilos à peu près, ses joues sont un peu plus creuses, il est un peu plus pâle aussi. Il paraît qu’il passe ses journées entières à parfaire sa technique au foot, c’est en tout cas ce que Lottie et Fizzy m’ont dit. Il faut qu’il lève le pied. Et qu’il mange correctement mais il n’a jamais vraiment su cuisiner…

-          Harry, qu’est-ce que tu me veux ? Qu‘est-ce que tu me veux vraiment ? T’es pas venu ici seulement pour discuter, je te connais, je le vois dans tes yeux…

-          J’voulais m’excuser…

-          C’est trop tard Harry.

-          Non attends, laisse-moi te dire ce que j’ai à dire, tu m’as accordé une heure tu te souviens ? Il nous reste quarante minutes… Alors laisse-moi parler.

Je le regarde en haussant les épaules. Qu’il parle s’il veut parler. Ses excuses ne valent rien, pas après autant de temps. Surtout qu’il ne doit pas en penser un mot.

-          Je suis désolé de tout ce que j’ai pu faire. J’ai changé.

-          En un mois et demi ?, dis-je d’un ton ironique

-          Ouais. J’ai beaucoup réfléchi et je me suis dit que c’était dommage de gâcher notre histoire pour des stupidités comme ça.

-          Fallait y penser avant.

-          Je m’en veux.

-          Je t’en veux aussi je te rassure.

-          J’ai merdé.

-          C’est le cas.

-          Pardonne-moi…

-          Non. Je ne peux pas. Mon cœur s’est brisé il y a quelques mois, comment je peux être sûr que tu ne vas pas recommencer ?

-          Je ne te demande pas de te remettre avec moi mais de me pardonner, j’ai vraiment merdé c’était nul, et je m’en veux d’avoir gâché notre histoire pour ça…

Je ne réponds pas et me concentre sur ma tasse de thé qui fume entre mes doigts…

Ce n’est pas gagné. J’ai les yeux rivés sur l’horloge. Dans une demi-heure il pourra me foutre à la porte et je sais qu’il le fera. Mais je voulais essayer au moins. Au moins essayer de me faire pardonner. 

-          Tu m’as manqué aussi tu sais ?

Je lève les yeux vers lui, est-ce que j’ai rêvé où est-ce qu’il l’a vraiment dit ?

-          Me regarde pas comme ça, je n’aime pas quand tu me regardes comme ça

-          Pardon.

-          Je te pardonne.

-          Mon regard ou mes conneries ?

-          Les deux.

-          Vraiment ?

-          Je vais pas t’en vouloir à vie Harry, ça ne sert à rien du tout, alors ouais je te pardonne ces conneries. Et c’est vrai que c’est dommage d’avoir gâché notre histoire comme ça.

-          Merci.

-          Ne me dis pas merci.

S’en suit un long silence pendant lequel je finis mon thé. Je me lève ensuite et parcourt l’appartement, je me retrouve dans l’entrée et par réflexe je pousse le sac de sport de Louis contre le mur, à sa place. Je l’entends ricaner dans mon dos.

-          Tu peux pas t’en empêcher…

-          Non.

Je me retourne vers lui, il sourit C’est la première fois en quarante minutes qu’il me sourit. Mais il se fout de moi, il ne faut pas que je l’oublie.

Harry revient dans le salon, les mains dans les poches de son jeans. Sa chemise semi-ouverte laisse entrevoir un bout de son torse.

-          T’as un nouveau tatouage ?

-          Oui.

-          C’est quoi ?

-          Laisse tomber…

-          Harry !

Il soupire et termine d’ouvrir sa chemise. Il l’enlève et me laisse regarder son nouveau tatouage, sur son pectoral droit, au-dessus de l’hirondelle. Deux lettres. Deux simples lettres, entrelacées, entremêlées : un L et un H.

Capture

-          Nan ?

Devant mon rictus moqueur il rougit et remet sa chemise. Ça lui ressemble tellement ce genre de choses.

-          Tu l’as fait quand ?

-          Y’a quelques jours…

-          C’est si… Mignon…

Je ne peux pas m’empêcher de me foutre de sa gueule. Pourtant je pensais à faire le même genre de choses. Mais je ne vais pas lui dire.

-          T’as match dimanche ?

-          Oui.

-          T’as entraînement demain ?

-          Non. C’est le baptême d’un neveu à mon coach donc il ne sera pas là, mais je pense que j’irais quand même au stade m’entraîner un peu.

Il ne répond rien et semble pensif… Je jette un coup d’œil à l’horloge : dans cinq minutes je peux lui demander de partir. Encore cinq minutes à meubler et s’en sera fini, il s’en ira et ma vie reprendra son cours. Sa routine. Je me commanderais des sushis que je ne mangerais qu’à moitié, je jetterais le reste à la poubelle, puis j’irai prendre une douche à l’eau froide pour tonifier mes muscles, je téléphonerai à ma mère ou à l’une de mes sœurs, puis j’irais au lit. Comme tous les jours.

-          Je crois que je vais y aller…

-          Ouais. C’est gentil d’être passé Harry, dis-je en me forçant à sourire

Il me fait un petit sourire forcé et se dirige vers l’entrée. Je le raccompagne et dès qu’il est sorti je ferme la porte derrière-lui, je m’y adosse et me laisse glisser jusqu’au sol.

1503335_606503439416737_640524380_n

Je ne peux pas partir comme ça. J’aurais tellement aimé qu’il me retienne, que comme dans les films il me rattrape au dernier moment, mais il s’est contenté de fermer la porte en silence. Je m’assois dans l’escalier et m’appuie contre la porte de son appartement. Je pensais que tout pouvait repartir à zéro. Je me suis encore trompé.

Pourquoi est-ce qu’il s’est permis de faire irruption de nouveau dans ma vie ?

Est-ce que c’est vraiment fini entre nous ?

Comment a-t-il pu croire que je l’accueillerai à bras ouverts ?

Pourquoi est-ce que j’y ai cru à ce point ?

Et si finalement j’acceptais la vérité ? Et si j’acceptais l’idée qu’il me manque et que j’ai besoin de lui ?

Tant pis, je devrais m’en aller. Pourtant tout me pousse à rester. En écoutant plus attentivement je m’aperçois que je n’entends pas que le bruit de mon souffle, mais également celui de Louis, de l’autre côté de la porte.   Il doit être assis tout comme-moi, assis juste derrière la porte. Ça me fait sourire bêtement. Je toque doucement trois petits coups à la porte, Louis me répond : un coup, puis deux coups rapides. C’est un code entre nous. Il vient de me répondre « attends, ne rentre pas ». Je souris et attends. J’attendrai le temps qu’il faudra, mais je suis sûr que je vais réussir à me faire pardonner mes fautes.

10222844-256-k763337

J’ai craqué. Harry m’a demandé s’il pouvait entrer, je lui ai répondu d’attendre. Je sais qu’il est derrière la porte, j’entends sa respiration régulière.  

-          Harry ?

-          Oui ?

-          Si je te laisse entrer tu vas faire quoi ?

-          A manger. J’ai faim, et t’as trop maigri à mon goût…

-          Tu ne vas pas me sauter dessus ?

-          Non.

-          Tu ne vas pas considérer qu’on se remet ensemble ?

-          Seulement si tu le veux…

Après un long silence je me lève et je lui ouvre la porte. Il se lève à son tour, entre, je ferme la porte et la verrouille et il se dirige vers la cuisine. Je ne sais même pas pourquoi je fais ça. C’est tellement… idiot. C’est puéril. Mais il a foutu en l’air toute la carapace que je m’étais construite en un mois et demi. Je n’ai pas bougé de l’entrée et je le vois passer en sens inverse quelques minutes plus tard.

-          Je reviens, je vais faire des courses, t’as rien de consommable dans ton frigo Louis, je ne serais pas long…

Il déverrouille la porte, empoche les clés et file. Et s’il ne revenait pas ?

Une heure plus tard

-          T’es trop con Louis

-          Désolé mais ça m’avait manqué…

-          Faut vraiment que t’apprennes à cuisiner, t’es tout maigre…

-          N’importe quoi…

-          Louis. Ça fait combien de temps que t’as pas eu un vrai repas ?

Il réfléchit un moment.

-          Trois semaines. Depuis que j’ai été manger chez ma mère.  

-          Je ne sais pas comment tu fais.

-          J’ai pas le choix, tu sais bien que je sais même pas faire cuire des pâtes correctement…

-          Je t’apprendrais si tu veux. Je pensais que les sportifs de haut niveau devaient manger beaucoup de féculents…

-          Le riz des sushis ça ne compte pas ?

-          C’était pas exactement ce que je m’imaginais…

Il me sourit de toutes ses dents. Ça m’a fait du bien de manger autre chose que des sushis. Il m’a cuisiné des pâtes à la carbonnara, il sait que j’adore particulièrement ça.  On a mangé en discutant beaucoup, on a bien rigolé aussi, ça m’a fait du bien. Pour une fois que je ne me retrouve pas tout seul à zoner dans mon appartement.

-          Tu veux prendre une douche ?, dis-je

-          Nan, je vais me poser devant la télé si ça te dérange pas

-          Non, vas y, je te rejoins après.

Quelle idée j’ai eu là de lui proposer de rester dormir ? Mais je ne veux pas le laisser partir, j’aurais trop peur qu’il ne revienne pas. Déjà que j’ai eu extrêmement de crainte qu’il ne revienne pas des courses, qu’il me laisse tomber, qu’il m’abandonne…

Je m’installe devant la télé et sors mon téléphone de ma poche. J’ai reçu deux sms.

A Haz : T’as intérêt à avoir réussi à te faire pardonner de mon frère sinon je te fous un coup de pied au cul !! Bisous. Fizzy

A Hazza : Ou es-tu ? Maman

Je m’empresse de leur répondre

A Fizzy : On en reparle demain ok ? Je suis pas encore sûr de pouvoir te dire ce qu’il en est.

A Maman : Chez Louis. Je t’expliquerai. Bisous, bonne nuit…

J’éteins mon téléphone et le pose sur la table basse. J’enlève mes baskets et m’installe confortablement devant la télé. Il n’y a rien de bien probant, mais j’avise la boîte d’un dvd, posé sur la télé. Je me lève et vais regarder ce que c’est.

Je sors de la douche, je déteste toujours autant me doucher à l’eau à peine tiède, mais il paraît que c’est mieux pour la circulation sanguine.  Je me sèche rapidement et enfile seulement un caleçon. Je me coiffe rapidement, jette un coup d’œil à mon reflet dans la glace et je vais rejoindre Harry. Je m’arrête net en voyant ce qu’il regarde. Ghost. C’est notre film. Celui qu’on aimait regarder dans les bras l’un de l’autre quand on était ensemble. Il m’est arrivé de le regarder sans lui aussi, mais ce n’était plus pareil.

-          Bah entre, tu vas pas rester planté là,  je me suis permis de mettre le dvd, tu l’avais laissé traîner sur la télé…

Je vais m’assoir sur le canapé, le plus loin possible de mon ex. Il n’a presque pas décollé ses yeux de l’écran mais moi c’est de lui dont je n’arrive pas à décoller les yeux. Je ne cesse de l’observer, il n’a pas changé en un mois et demi. Contrairement à moi.  Comme il me l’a bien fait remarquer j’ai maigri. Et pas qu’un peu. Mon coach m’a fait promettre de me remettre à manger correctement, sous peine de m’obliger à arrêter le foot à haut niveau.

-          C’est pas pareil quand je suis pas dans tes bras….

Harry a dit ça platement, comme une simple constatation.

J’ai besoin de me mettre dans ses bras, de me blottir contre lui, je l’aime. Je l’aime encore. Je l’ai toujours aimé. Je l’aimerais à jamais. C’est pour ça que nos initiales sont désormais tatouées sur mon torse. Après un très long silence il se lève, éteint la télé et me tend sa main.

-          Viens… Viens dormir avec moi, tu ne vas pas dormir sur le canapé, ça serait trop inconfortable…

-          C’est bon Louis, je peux rester dans le salon tu sais

Je n’en pense pas un mot et attrape la main qu’il me tend. Il sourit et nous nous dirigeons vers sa chambre. Vers notre chambre. Dès qu’on en a franchi le seuil il lâche ma main et va se glisser sous la couette, de son côté, du côté où il a toujours dormi. Je souris et prend le temps de me déshabiller avant d’aller m’allonger à côté de lui, de mon côté du lit. Nos corps ne se touchent pas mais je sens sa chaleur, et je sais aussi qu’il ne dort pas, je peux le deviner au rythme irrégulier de sa respiration.

Je m’en veux de lui avoir proposé de rester, qu’est-ce que je fais maintenant ? Je ne veux pas faire l’erreur de retomber dans ses bras, et pourtant tout mon corps me pousse à me rapprocher de lui. Je me retourne sur le flanc et me retrouve face à lui, on se regarde un long moment, sans rien dire. Mes yeux se posent sur ses lèvres roses et charnues, j’essaye de me souvenir du goût qu’elles ont. Le meilleur goût que je n’ai jamais connu, d’autant que je me souvienne. Un mélange de douceur et d’acidité, un goût qui n’appartient qu’à lui.

-          Harry ?

-          Oui ?

-          Je crois que je t’aime…

-          Je crois que je t’aime aussi Louis…

Après cette confession aucun d’entre nous deux n’ose faire le premier pas. Pourtant il va bien falloir, sinon on ne va arriver à rien. Tout doucement j’approche ma main de lui, il semble avoir eu la même idée puisque nos doigts se rencontrent et s’entremêlent. Il rit nerveusement. On dirait qu’on est revenus au début de notre histoire.

Louis me sourit, mais semble hésiter, pourtant j’aimerais l’embrasser, j’aimerais pouvoir goûter à ses lèvres charnues et douces. Ses lèvres qui ont tant de fois parcouru mon corps me provoquant des frissons divinement agréables. Je me rapproche tout doucement de lui, il me laisse faire, je rapproche mon visage du sien, il ne proteste pas.  Nos doigts sont toujours entrelacés, et rien que ce contact-là me rend dingue. Nos souffles se mêlent maintenant, ses lèvres ne sont qu’à quelques millimètres des miennes. Il ferme les yeux et en souriant franchit le court espace qui sépare nos lèvres. Au moment où ses lèvres viennent caresser les miennes c’est comme si mon cœur explosait dans ma poitrine, comme si tout mon corps se réveillait enfin. Je frissonne de plaisir et d’excitation, sa main vient doucement caresser ma joue, il retrouve les gestes qu’il avait l’habitude de faire et moi aussi.  Je me colle à lui, ma main se loge au bas de son dos, ses lèvres n’ont pas quitté les miennes et il cherche à forcer le passage avec sa langue.

Lorsque nos langues s’entremêlent pour la première fois depuis si longtemps je perds complètement la raison. Je suis totalement ailleurs.  Plus rien ne compte hormis Harry. Rien sauf Hazza. Mon Hazza… Mon petit-ami, l’homme que j’aime depuis que je le connais quasiment et pour qui je serais prêt à tout quitter. Je l’aime. Tellement. Comment est-ce que j’ai pu vivre sans lui pendant un mois et demi ? Comment ? J’en sais rien. Je m’en fous. Je l’embrasse encore et encore. Inlassablement. Je l’aime. Je suis dingue de lui. Ses lèvres prennent la direction de mon cou, il connaît par cœur mon point faible, je le laisse faire en souriant, mes doigts viennent se plaquer sur son torse, je caresse doucement ses pectoraux, je dessine le contour de son nouveau tatouage. L et H. Louis et Harry. Lui et moi. Pour toujours dans sa peau… Après de longues minutes il cesse de m’embrasser dans le cou mais reste blotti dans mes bras. Je le serre tout contre moi, ça m’a manqué. Enormément…

-          Louis ?

-          Hmm ?

-          On se quitte plus hein ?

-          Seulement si tu promets d’arrêter de draguer et boire tout le temps.

-          Je bois presque plus. Et je ne draguerai plus. Il n’y a qu’une place dans mon cœur, et elle est pour toi.

-          Vraiment ?

-          Oh que oui… Je ne peux pas vivre loin de toi Louis… Je t’aime…

-          Je t’aime aussi Harry. Et je veux vivre avec toi pour le restant de mes jours…

Le lendemain matin

Je m’éveille le lendemain dans un lit froid et vide.

hazzabed

-          LOUIS ?

-          J’arrive, me répond-t-il, laisse-moi juste cinq minutes…

Ce genre d’attitude ne lui ressemble pas et je me lève pour aller voir ce qui cloche. Je le trouve dans la salle de bain, appuyé sur le bord du lavabo.

-          Ça va pas ?

-          J’me sens pas super bien. Mais c’est parce que j’ai trop mangé hier soir. Mon corps n’est plus habitué à recevoir autant de calories, il faut que j’en élimine.

-          Donc on va au stade ?

-          Oui. Mais t’es pas obligé de venir avec, je sais à quel point ça te barbe le foot.

-          Pas quand c’est mon petit-ami qui joue. On s’habille et on y va ?

-          Tu manges un truc d’abord, je veux pas que tu me fasse de l’hypoglycémie.

-          Ok.

Deux heures plus tard

Stade

Harry me regarde depuis les gradins, il m’encourage en criant mon prénom et en levant les bras en l’air. Je m’entraîne à tirer en direction du but, de plusieurs endroits du terrain. Ça me fait du bien. Ça me fait du bien de jouer, et encore plus de savoir qu’Harry est là pour m’encourager. Ça fait plus d’une heure qu’on est là, tout seuls, visiblement mes coéquipiers ont décidé de profiter de leur jour de repos. Pas moi. J’ai besoin du foot pour mon équilibre personnel. J’entends quelqu’un siffler dans mon dos et je retourne lorsqu’on m’interpelle.

Sweet-Louis-Playing-A-Football-Game-In-Doncaster-He-s-On-The-Ball-100-Real-louis-tomlinson-23277231-498-700

-          Hé Louis ! C’est qui la tapette qui hurle ton nom dans les gradins ?

Je regarde mon coéquipier sans comprendre. Est-ce qu’il vient de traiter Harry de tapette ? C’est une blague j’espère… Oui, ça doit être une blague…

-          Louis ? Allô ? C’est qui la tapette qui te regarde jouer ?

-          Ta gueule. Tu peux pas comprendre.

Je shoote rageusement dans le ballon et prend la direction des gradins en courant. Il est nouveau dans l’équipe, il n’a jamais vu Harry, alors oui ça doit être surprenant pour lui de me voir avec un mec. Mais je n’accepterais pas qu’il traite mon mec de tapette.

-          Hazza ? Je me change et on y va, fais pas attention à Mike s’il-te-plaît, il est nouveau et un peu con…

Mon mec me sourit et lève ses deux pouces dans ma direction. Je file au vestiaire me changer, l’entraînement ça suffit pour aujourd’hui, je vais maintenant profiter du reste de ma journée avec Harry.

Ellipse de trois heures et demie

-          Mais oui maman je te promets que ça va aller, je te jure il est plus pareil qu’avant…

Louis essaye de se concentrer sur sa conversation téléphonique avec Jay mais je m’amuse à le déconcentrer en l’embrassant dans le cou. Louis me repousse doucement mais je sais qu’il adore ça…

-          Oui promis maman je fais attention à moi. Oui j’ai match demain… Quoi ? J’en sais rien, je pense oui… Hazza ? Ma mère demande si tu viens me voir jouer demain…

-          Oui bien sûr.

Il me sourit et termine de discuter avec sa mère alors que je laisse mes doigts s’égarer sur son torse. Lorsqu’il raccroche il me dit :

-          Hazza, arrête, tu m’excites et tu sais qu’on peut pas faire l’amour…

-          Pourquoi ?

-          Je dois économiser mes forces pour demain. J’suis désolé. Promis je me rattraperais demain…

-          Cool…

Je m’allonge dans ses bras, je pose ma tête sur son torse bouillant et dit :

-          On peut même pas aller prendre un bain ?

-          Ça dépend si t’aime l’eau froide….

-          Comment ça ?

-          Nouvelles directives du coach : on se douche à l’eau froide ou à peine tiède pour tonifier les muscles…

-          N’importe quoi…

-          Je sais. Mais j’ai pas le choix…

-          Ok. On fait quoi alors ?

-          Tu m’apprends à cuisiner ?

-          Si tu veux. Mais on commence par faire le tri dans ton frigo, y’a plein de truc périmés à foutre à la poubelle…

-          Je sais pas ce que je ferais sans toi Hazza.

-          Tu mangerais des sushis !

On éclate tous les deux de rire et il me vole un baiser en se levant pour aller dans la cuisine.

Le lendemain matin

Stade

-          Louis putain détends-toi, t’es tout crispé…

-          C’est juste que j’ai plus l’habitude que tu me regarde jouer…

-          En fait, j’ai une course à faire pendant que tu joues, c’est vraiment important, je te promet d’être revenu à la fin du match…

-          Tu sais même pas combien de temps ça dure un match de foot.

-          Si ! 90 minutes ! Avec une mi-temps d’un quart d’heure au bout de 45 minutes…

-          C’est bien…

Louis m’embrasse doucement quand son coach se met à hurler dans nos oreilles :

-          TOMLINSON ! A L’ECHAUFFEMENT ! TOUT DE SUITE ! ET TOI HARRY TU FILES, ON NE DISTRAIT PAS MES JOUEURS AVANT UN MATCH CRUCIAL !!

Je me fais tout petit, vole un dernier baiser à Louis et le regarde filer sur le terrain. J’ai un peu moins de deux heures pour faire la course que j’ai à faire…

Ellipse de deux heures

Je viens de sortir des vestiaires, on a gagné quatre à zéro. Harry n’est toujours pas là. Il avait promis pourtant… Je vois mes coéquipiers sortir un par un, me saluer, et filer. Et j’attends comme un con. Il avait promis qu’il serait là à l’heure ! Je m’assois dans les gradins, pose mon sac à côté de moi, et attends. Mon coach est le dernier à sortir des vestiaires et il m’interpelle :

-          Bah Louis, qu’est-ce que tu fais encore là ?

-          J’attends Harry. Il a promis de venir me chercher…

-          Ok. Prends pas froid…

-          Oui promis ! A demain !!

Il me salue de la tête et s’éloigne en direction du parking, qu’on ne peut pas voir de là où je suis placé. A peine le coach parti Harry fait son apparition. Il monte dans les gradins jusqu’à l’endroit où je suis assis et, voyant que je fais un peu la tête me dit :

-          Quand tu verras la surprise que je t’ai réservé tu comprendras pourquoi j’ai attendu que tout le monde soit parti.

-          Ça fait combien de temps que t’es là ?

-          Depuis plus d’une demi-heure. Mais je voulais attendre qu’ils soient tous partis…

-          Pourquoi ?

-          Embrasse-moi d’abord, je te dis après…

Je lève la tête vers lui et l’embrasse longuement, langoureusement. Dès que je l’ai lâché il se mord la lèvre et dit :

-          Promets de ne pas te foutre de moi… s’il-te-plaît…

-          Promis.

Il me regarde longuement puis pose un genou à terre devant moi et sors une boite de derrière son dos, dedans un anneau large en argent brille sous ce doux soleil de fin d’été.

-          Louis William Tomlinson, veux-tu m’épouser ?

Larry-Stylinson-3

Louis ferme les yeux puis les rouvre. Il me regarde longuement, trop longuement à mon goût.

-          Vraiment Harry ?

-          Oui vraiment. Je te demande en mariage là, et je ne compte pas rester à genoux toute la journée alors réponds s’il-te-plaît.

Il est pris d’un éclat de rire nerveux et moi aussi.

-          Putain j’y crois pas… Oui Harry ! Bien sûr que oui !!! Je veux t’épouser !!!

Je sens des larmes me monter aux yeux et Louis semble encore complètement sous le choc de ce qui vient de se passer. J’en profite pour lui passer la bague au doigt. Il m’attire à lui, m’embrasse,  langoureusement, pendant de longues minutes. Je n’en reviens pas, je ne pensais pas qu’il dirait oui…  C’est une idée qui m’était venue dans la nuit, et je m’étais dit pourquoi pas. Ça fait quatre ans qu’on est ensemble, voire un peu plus, je pense que c’était le moment pour nous de passer à l’étape suivante.  Et puis cela prouve que je tiens vraiment à m’engager avec lui.

-          Hazza ?, dit-il soudain en cessant de m’embrasser, on peut ne rien dire à personne à propos de ça pour le moment ?

-          Oui. Mais… pourquoi ?

-          Mes sœurs ont promis de me tuer si je me mariai maintenant… Elles estiment qu’avant trente ans le mariage ne vaut rien, et puis elles t’en veulent encore un peu pour notre rupture…

-          Ça m’étonnerait, c’est Fizzy qui m’a poussé à revenir vers toi, elle en avait marre de te voir triste.

-          Non ? Sérieux ? Je lui en toucherai deux mots ce soir…

-          Tu la remercieras… C’est grâce à elle si on est de nouveau ensemble… Et on va se marier en plus…

-          On va se marier…

Il reste pensif sur ces derniers mots…

Ellipse de plusieurs heures

Je viens de finir la vaisselle, Harry est parti prendre une douche. Je prends le temps d’admirer l’anneau qui brille à mon doigt. Il est tout simple, en argent brillant, et j’ai remarqué en l’enlevant pour mieux la regarder qu’Harry y a fait graver nos initiales. Trop mignon. A son image quoi… On a décidé de ne rien dire à personne de tout cela pour le moment, on voudrait garder ça un peu pour nous.

-          Louis !!!! Y’a plus de gel douche !! Et y’a plus d’eau chaude non plus !!

-          Bah sort…

-          Mais j’ai pas fini…

-          Tant que t’es pas plein de savon ça va…

J’éclate de rire et vais le rejoindre dans la salle de bain. Il est sorti de la douche et a enroulé une serviette autour de sa taille. Je ne porte qu’un caleçon et je dois dire que voir mon petit-ami à demi-nu m’excite vraiment. Je m’approche de lui et l’embrasse au coin des lèvres. Il sourit et je glisse mes doigts sur sa joue. Je l’aime. Et là, tout de suite, je veux lui faire du bien !!

Louis glisse ses doigts le long de mon torse et dénoue la serviette autour de ma taille. Je me retrouve nu, et ne peux masquer à quel point il me fait envie… Il me prend la main et m’emmène en rigolant jusqu’à notre chambre. Par réflexe je sors le lubrifiant de sa table de nuit et le lui tends, il rigole et dit :

-          Faut d’abord que tu me déshabille pour ça Harry…

4329_640

 

 

Alors ? Louis qui se laisse un peu aller depuis sa rupture ? Harry qui veut "parler" ? Le tatouage d'Harry ? Le fait que Louis garde un cadre à photo bien propre avec une photo d'eux ? Les excuses d'Harry acceptées par Louis ? Les garçons qui se retrouvent chacun d'un côté de la porte sans réussir à se parler ? La conversation qui s'engage entre eux ? Harry qui prend soin de Louis en lui faisant bien à manger ? Leurs retrouvailles dans le lit ? Mignon ou pas ? On a l'impression qu'ils en reviennent au début de leur histoire non ? Louis qui a besoin du foot pour se snetir bien ? La manière dont il protège Harry vis-à-vis des insultes ? Le matche de foot et Harry qui s'eclipse ? La demande en mariage ? Louis qui accepte ? Les retrouvailles un peu plus "sauvages" des garçons le soir même ? 

Qu'attendez vous pour la suite ? Dites-moi tout !!!