J'ai ENFIN fini mon chapitre de The end of the night, il est (très) long (peut-être trop) mais il couvre quatre jours complets donc forcément il est long. Il vous réserve de nombreuses surprises, je ne vous en dis pas plus et je vous laisse lire !!

Chapitre 10 : Quand le passé redevient bien présent...

JOUR 78

-          J’en ai marre d’être coincé ici Louis…

-          Oui mais tu sais qu’on ne peut pas se montrer ensemble, et en plus il neige j’ai pas envie de prendre froid…

-          Pfff… ça me soule.

Harry se dégage de mes bras et se dirige vers la chambre. Je me retrouve comme un con sur le canapé. Il est juste un peu nerveux Juste un peu. En même temps ça fait presque trois semaines qu’on vit notre histoire clandestinement, même les garçons ne sont pas au courant qu’on est toujours ensemble. Pourquoi est-ce qu’on est obligés de se cacher ? Parce que ma mère m’a interdit de voir Harry en dehors du travail, et que la mère d’Harry lui a formellement défendu de continuer à me draguer. Et on a tenu très exactement 17h avant de retomber dans les bras l’un de l’autre. Et depuis on vit comme des clandestins.

-          Hazza ?

Pas de réponse. Il m’énerve quand il fait ça. Je me lève et vais le rejoindre dans la chambre. Il est assis au bord de ma fenêtre, tourné vers l’intérieur, les pieds contre le mur.

-          Arrête de faire la gueule Haz, s’il-te-plaît. Tu sais bien que c’est dur pour moi aussi.

-          C’est pas pareil. Toi t’as une raison pour sortir de temps en temps moi ma seule raison de me lever le matin j’ai interdiction de la voir en public…

-          Oh Hazza…

Il baisse les yeux. Il a raison. J’aimerai tant que ce soit possible, qu’on puisse sortir main dans la main tous les deux.

-          Zayn j’ai faim !

-          On va aller goûter ma puce c’est promis, on attend juste que ta maman sorte de la douche d’accord ?

-          D’accord !!

Lily me tape dans la main en rigolant et je lui fais un gros câlin. Jenny sors de la salle de bain vêtue d’un jeans et d’un pull, les cheveux négligemment attachés et je souris. Elle est magnifique. Et je suis fier d’être son petit-ami.

-          Maman j’ai faaaaaiiiiiim ! dit Lily

-          Oui on va goûter ma chérie, va nous attendre dans la cuisine, on arrive

Lily file en cuisine et Jenny s’approche de moi. Je me lève et la prend dans mes bras. Je l’embrasse doucement, plusieurs fois, je sais qu’elle aime ce genre de moments privilégiés qui n’appartiennent qu’à nous. Après de longues minutes et devant l’insistance de Lily pour avoir son goûter nous nous rendons main dans la main dans la cuisine. Jenny me met un café à couler pendant qu’elle prépare les tartines pour sa fille. C’est comme ça tous les jours depuis trois jours, depuis qu’on est rentrés en fait. On a fait quelques semaines de promotion à travers l’Europe et maintenant on est en vacances pour les fêtes de fin d’année. On est le 19 Décembre, le 24 c’est l’anniversaire de Louis, et on a aussi décidé que pour une fois on passerait Noel tous les cinq ensemble, avec nos compagnons respectifs. Le 24 au soir on va donc tous se retrouver dans une salle pour manger et partager du temps ensemble. On se rendra dans nos familles après. Je n’ai pas encore dit à ma famille que je sortais avec quelqu’un, j’ai peur qu’ils le prennent mal, qu’ils trouent ça trop tôt par rapport à la mort de Perrie. D’ailleurs je ne l’ai pas dit non plus à sa mère, pourtant je devrais. Mais j’ai un peu peur. Et je veux d’abord laisser les choses évoluer avec Jenny.

-          Chut, mon cœur, ça aller… elle serait vraiment fière de vous trois.

Je suis en train de calmer Jade qui pleure à chaudes larmes dans mes bras. Aujourd’hui elle doit, avec les autres filles, enregistrer ses parties du titre en hommage à Perrie. Mais c’est vraiment dur. Pour tout le monde. Ça fait trois heures que les filles ont commencé et elles sont loin d’avoir fini. Simon, assis dans un coin de la salle de montage me regarde d’un air désolé. Il a bien compris que c’est aussi dur pour moi de voir pleurer les filles, et surtout Jade, sans compter que la mort de Perrie m’attriste toujours autant.

-          Jade, dis-je à ma petite amie, il faut que vous y retourniez maintenant, vous êtes presque au bout, il ne vous reste que les refrains à enregistrer.

-          Oui, me répond-t-elle d’une toute petite voix, mais c’est dur d’entendre résonner sa voix dans ces murs où elle n’est plus…

Et elle repart dans une nouvelle crise de larmes. Je la serre un peu plus fort contre moi et caresse doucement l’arrière de son crâne. Je n’ai aucune idée de comment ça va se passer demain. Parce que demain c’est à notre tour d’enregistrer notre titre. Et ça ça risque d’être dur pour Zayn. Terriblement difficile même. 

-          Je te pensais pas aussi souple, dis-je en souriant à ma petite amie

Elle me regarde un long moment avant de comprendre le sous-entendu. Elle éclate de rire et entrelace ses doigts aux miens.

-          N’importe quoi Liam. En tout cas ça à l’air de t’avoir plu de me voir danser.

-          Exactement. J’ai adoré, t’es vraiment très belle quand tu danses, et on voit que t’es heureuse. Et je veux te voir heureuse.

-          T’es trop mignon ! Allez viens on va manger un truc j’ai la dalle !

-          Où ça ?

-          Y’a un centre-commercial juste là, dit-elle, et y’a un café à l’intérieur où ils font des trop trop bonnes gaufres !

-          Espèce de morphale, dis-je en rigolant

Elle m’embrasse dans le cou et on continue à marcher main dans la main jusqu’au centre commercial voisin.

Je sirote tranquillement mon thé, j’attends que Louis revienne, il devait juste passer voir Eleanor mais il m’a promis qu’il ne resterait pas longtemps. Il y a trois jours il a promis la même chose et n’est revenu que plusieurs heures plus tard. Autrement dit j’en ai pour de longues heures d’attente à mon avis. Avec rien à faire. Je ne peux même pas aller discuter avec Zayn, il est chez sa copine, il y passe ses jours et ses nuits dès que nous sommes sur Londres. Tant mieux si ça le rend heureux.

Lily est partie jouer avec le petit voisin, elle est amoureuse de lui je crois bien. Mais c’est pas grave, à son âge c’est mignon. Et ça me permet de passer un peu de temps en tête à tête avec mon chéri. On est posés sur le canapé, en train de regarder distraitement la télé. Je suis allongée, la tête sur ses genoux. Il joue doucement avec mes cheveux, tout en fredonnant quelques-unes des chansons de son groupe.

-          Jenny ? Tu voudras bien venir demain à ma session d’enregistrement ?

-          Ouais pourquoi pas… Si ça te fait plaisir…

-          C’est pas que ça me fait plaisir mais je risque d’avoir besoin de soutien, tu comprends, on va devoir superposer ma voix à celle de Perrie et je suis pas sûr d’être préparé à entendre ça…

Il regarde dans le vide avec un regard profondément triste. Je m’apprête à dire quelque chose pour le consoler mis mon portable, rangé dans ma poche de jeans sonne. Je le sors et regarde qui m’appelle avant de décrocher : c’est ma demi-sœur. Ma demi-sœur ? Qu’est-ce qu’elle me veut ? Ca fait plus de deux ans qu’on ne s’est pas parlé. Je décroche en fronçant les sourcils.

Jenny a l’air particulièrement préoccupée par cet appel. Elle décroche avec appréhension, je la sens toute tendue entre mes bras.

-          Oui… Quoi ? Mais depuis quand ?... Pourquoi tu me l’as pas dit avant ?...  Ouais je comprends… ça m’embête, on est à quelques jours de Noël et…  Non mais je comprends qu’il ait demandé à me voir mais je suis pas sûre que ce soit une bonne idée… Oui d’accord… D’accord je vais voir ce que je peux faire pour venir. Je te rappelle.

Elle raccroche et se tourne vers moi. Je peux lire dans ses yeux que des dizaines d’émotions se bousculent en elle. Elle finit par dire :

-          Mon père va mourir, il a demandé à me voir une dernière fois avant de s’éteindre… Je,… je sais pas quoi faire, ça va faire dix ans que je ne l’ai pas vu, et je veux pas le voir et je…

Elle fond en larmes dans mes bras. Je la serre contre moi en disant :

-          Chut ma puce… Je sais… Liam m’a tout expliqué…

Après de longues minutes elle cesse enfin de pleurer. Elle me regarde longuement et dit :

-          Il faut que j’y aille, c’est peut-être ma dernière chance de m’expliquer avec lui…

-          Oui je pense aussi…

-          Ça te dérangerai de garder Lily quelques jours ?

-          Non non ça ne me dérange pas.

-          Merci Zayn, j’essayerai d’être revenue pour le 24 c’est promis.

-          D’accord. Tu veux que je te dépose à la gare ?

-          Ouais, dès que j’ai préparé mes affaires.

-          Vas y, va te préparer je vais chercher Lily.

-          Oui… attends ! Zayn, lui dit rien à propos de mon père s’il-te-plait, elle n’a pas besoin de savoir ce genre de choses.

-          Oui promis.

Je l’embrasse doucement, longuement. Elle file ensuite dans sa chambre préparer quelques affaires pendant que je vais sonner chez les voisins pour récupérer Lily. La voisine m’ouvre et me regarde d’un air suspicieux.

-          Bonjour, je suis venu récupérer Lily, je crois qu’elle est chez vous..

-          Vous êtes ?

-          Le nouveau petit-ami de Jenny.

-          Ah oui c’est vrai, elle m’en avait parlé. Entrez je vous en prie, elle doit être là au fond, dans la chambre de Romain

La mère du petit garçon m’amène jusqu’à la chambre de son fils et dit :

-          Lily, je crois qu’il faut que tu rentres, y’a quelqu’un qui est venu te chercher.

La petite fille sort de la chambre et me saute dans les bras. Elle enfouit sa tête dans mon cou et je la serre contre moi.

-          J’suis désolé Lily, mais il faut qu’on y aille maintenant, dis-je à la petite fille

Je sors de la chambre d’Eleanor après l’avoir longuement embrassée. Elle est toujours dans le coma, et personne ne peut me dire quand elle va en sortir. Elle me manque. Enormément. Même si j’ai Harry. C’est différent… En plus elle doit accoucher dans un peu moins de quatre mois maintenant. Ça se rapproche inexorablement mais je n’arrive pas à m’imaginer que cela arrive sans qu’elle soit réveillée… Maintenant faut que je rentre ; je regarde ma montre, ça fait deux heures que je suis parti. Harry va encore me faire une crise. Tant pis. De toute façon je viens d’avoir une idée, qui va me prendre encore un certain temps.

Lorsque je sors de l’hôpital mes pieds s’enfoncent dans la neige qui tombe sans discontinuer depuis deux jours. Je remonte la capuche de mon sweat sur ma tête et me dirige vers ma voiture. Ça fait du bien de pouvoir conduire tout seul, sans avoir peur d’avoir le bras engourdi ou douloureux. Je suis complètement guéri, physiquement en tout cas. Psychologiquement j’essaye d’occulter l’accident de ma mémoire. Mais cela me revient souvent la nuit, et j’en cauchemarde parfois violemment. Je démarre la voiture et me dirige vers le centre-ville, j’ai envie de ramener quelque chose à Harry, et je sais exactement ce qui lui fera plaisir.

Les filles ont enfin fini d’enregistrer. Le rendu final est vraiment exceptionnel, surtout avec la voix de Perrie. Heureusement qu’elle avait enregistré ses parties avant de mourir… Jade va mieux, elle pleure un peu moins, et elle discute maintenant avec Leigh-Anne et Jesy. Les trois filles sont soudées comme jamais. Je trouve ça vraiment trop mignon.

-          Je peux te parler Niall ?, me demande soudain Simon

-          Euh oui.

-          Viens, on monte dans mon bureau

Je fais signe à Jade que je monte avec Simon et ma petite-amie me sourit. On monte rapidement et Simon s’installe à son bureau. Il me fait signe de prendre place en face de lui. Je me demande ce qu’il peut bien me vouloir…

-          T’es amoureux ?

-          Hein ?

-          De Jade. Est-ce que t’es amoureux d’elle ?

-          Bah oui, sinon je ne sortirai pas avec elle.

-          C’est pas si évident que ça, me dit Simon en souriant, vous comptez faire quoi, officialiser ou pas ?

-          Non. On aspire à être tranquille, et ça ne regarde que nous.

-          Génial. Non pas que je ne veuille pas que vous sortiez ensemble, mais je ne suis pas pour la médiatisation d’une telle relation entre deux stars.

-          Je sais… C’est tout ce que tu me voulais Simon ?

-          En fait non. Je voulais te parler de la session d’enregistrement de demain…

-          Je t’écoute.

-          Vous avez décidé avec Zayn quel titre vous allez chanter ?

-          Il a voulu qu’on reprenne Change Your Life, pour pouvoir superposer la voix de Perrie à la nôtre.

-          D’accord. Est-ce que tu penses qu’il accepterait de chanter un titre en solo sur l’album ?

-          Comment ça en solo ?

-          Bah en fait pas vraiment en solo, mais dans une sorte de duo avec Perrie. On a retrouvé des enregistrements d’elle sur toute sortes de chansons différents et un des producteurs de l’album a demandé si Zayn accepterait de chanter sur un de ces morceaux.

-          Ah. Je ne sais pas. Peut-être. Sûrement même, puisqu’il a toujours voulu faire un duo avec elle. De toute façon tu ne perds rien à lui proposer ça…

-          Ouais. Je lui proposerais.

Je suis dans la voiture de Zayn, à l’avant, sur le siège passager. Il a gentiment proposé de me déposer à la gare.  J’ai fourré quelques affaires dans un sac, je ne compte pas rester de toute façon. Zayn a aidé Lily à préparer un sac, il l’emmène chez lui pour les quelques jours que vont durer mon absence. Ma fille semble avoir compris qu’il se passait quelque chose d’assez grave puisqu’elle n’a pas posé de questions.  Nous arrivons devant la gare et sortons de la voiture. Je prends longuement ma fille dans mes bras. Elle va me manquer pendant ces quelques jours. J’embrasse aussi Zayn très longtemps. Son soutien va me manquer, sa présence aussi. Après leur avoir fait un dernier câlin à chacun je m’éloigne pour entrer dans la gare. Je vois Lily reprendre place à l’arrière de la voiture de mon petit-ami qui se remet au volant et démarre. 

Lily est à l’arrière, je l’observe dans le rétroviseur, elle serre son nounours contre elle et semble vouloir dire quelque chose mais ne pas oser.

-          Ça va ma puce ?, dis-je

-          Elle va où ma maman ?

-          Euh... elle doit aller régler quelque chose dans sa famille et après elle reviendra.

-          Pourquoi elle ne veut pas que j’aille avec elle ?

-          Parce que… euh… parce qu’elle pense que ce n’est pas fait pour les petites filles là-bas.

-          D’accord.

Je soupire de soulagement d’avoir trouvé quelque chose à répondre à ses interrogations.

-          Je vous les emballe ?

-          Oui s’il-vous-plaît.

-          Pas de problème.

Je regarde la vendeuse emballer précautionneusement les trois petites boîtes. Je sors mon portefeuille et lui laisse une somme plus élevée que celle demandée en la priant pour la peine de garder le secret sur mes achats. Je sors de la boutique avec les trois petites boîtes dans un sachet.  J’ai repéré un paparazzi au coin de la rue et je lui fais un petit signe de la main pour lui faire comprendre qu’il a été vu. Je remonte dans ma voiture et démarre pour rentrer à mon appartement.

Je me fais chier. Je suis allongé sur le canapé, la télé tourne mais je ne l’écoute pas, je ne la regarde pas non plus, je pense à Louis. Je pense à la manière dont nos mères ont essayé, vainement de nous séparer, et à la manière dont on s’était rendu compte qu’il nous était devenu intolérable d’être loin l’un de l’autre.

FLASH-BACK

Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit. C’est la première nuit que je passe seul, sans Louis. Ma mère m’a fait promettre d’arrêter de le draguer, et il a eu interdiction, de par sa mère, de me fréquenter en dehors du travail. En gros on n’a plus le droit de se voir. Et on ne s’est pas vu, ni parlé depuis hier soir. Ça fait plus de seize heures que je n’ai pas pu échanger un mot avec lui. Hier soir j’ai mangé au restaurant avec ma mère puis elle est rentrée et je suis reparti à mon appartement. J’ai envie d’appeler Louis. Il me manque. Sans lui je me sens seul, vide, perdu. Mais et si sa mère était encore là ? Elle me tuerait c’est sûr ! Déjà qu’hier elle m’a clairement fait comprendre qu’elle m’en voulait d’avoir en quelque sorte perverti son fils… Je me lève et vais dans la cuisine me préparer une tasse de thé. Je commence à le boire quand on sonne à ma porte. Qui cela peut-il bien être ? Sûrement un voisin, ou le facteur…

Je vais ouvrir, résigné. A peine ais-je entrouvert la porte que je sens des bras m’enlacer et des cheveux me chatouiller la joue. Je reconnaitrai cette odeur entre mille : c’est elle de Louis.

-          Lou ? Qu’est-ce que tu fais là ?

-          Je suis venu dès que j’ai pu Hazza, ma mère vient seulement de partir, je… j’ai besoin de toi dans ma vie, sans toi je me sens pas bien, pas complet, s’il-te-plaît pardonne moi de ne pas t’avoir défendu devant nos mamans hier, mais je sais que ça aurait servi à rien, mais maintenant je suis sûr de moi, j’ai pas dormi, j’ai trop pensé, et je sais qu’il faut que je t’accorde une place important dans ma vie. Je t’aime Harry, je t’aime…

Je le serre contre moi, je ne veux plus le laisser s’éloigner. Je l’aime moi-aussi. Et ça me touche profondément ce qu’il vient de dire.

FIN DU FLASH-BACK

Plus j’y repense et plus je me demande si on a bien fait. Au final c’est plus compliqué qu’avant. Et en plus ça sera encore plus dur pour nous lorsqu’Eleanor se réveillera.

Danielle a accepté de venir à notre session d’enregistrement demain. Aujourd’hui j’ai vu ses répétitions de danse, demain c’est à elle de découvrir mon univers. On a beaucoup discuté en mangeant nos gaufres. C’est fou comme je me sens bien avec elle. On sort du centre-commercial main dans la main et je me fais arrêter par quelques fans qui nous croisent. Comme j’hésite à leur accorder une photo Danielle intervient et dit :

-          Allez, Liam, donne leur une photo, ça leur ferait tellement plaisir

Je me prête alors au jeu des photos avec les jeunes filles, sous le regard attendri de ma copine. Avant de nous laisser partir une des jeunes filles me dit discrètement :

-          Tu diras à ta copine qu’elle est magnifique et qu’on l’adore.

-          Merci. Bonne journée !

Je reprends la main de ma petite amie et alors qu’on s’éloigne je dis :

-          Elles t’adorent. Et elles te trouvent très belle.

-          N’importe quoi… Je le suis pas…

-          Bien sûr que si ! Tu es absolument parfaite !

Elle éclate alors de rire.

J’arrive à la maison et me dépêche de monter à l’appartement. Harry doit m’attendre, il doit ‘en avoir marre. Je suis parti en tout trois heures et quart, et je m’attends à ce qu’il soit encore plus tendu que tout à l’heure à cause de ça. Lorsque j’entre dans l’appartement il lève à peine la tête vers moi et fait semblant de regarder la télé. Je sais qu’il fait semblant car sa position est plus qu’étrange et personne, pas même mon étrange petit-ami, ne se place ainsi pur regarder la télé.

-          Hazza je sais que tu fais semblant. Viens m’embrasser s’il-te-plaît. Et j’ai une surprise pour toi.

Il tourne très lentement sa tête vers moi sans vraiment y croire. Il finit par consentir à se lever et vient m’embrasser. Longuement, très longuement, trop longuement. Je suis obligé de l’arrêter parce que je commence à manquer d’air.

-          Doucement Hazza…

-          J’y peux rien si tu m’as manqué !

Que répondre à quelque chose d’aussi mignon ? Rien. Alors je souris, l’embrasse furtivement et sort les trois petites boîtes. Je les place dans sa main et dit :

-          C’est le seul moyen que j’ai trouvé pour que tu sois toujours avec moi et que je sois toujours avec toi.

-          Qu’est-ce que c’est ?

-          Ouvre et tu verras.

Je profite du moment où il défait le papier autour des boîtes pour enlever ma veste et mes bottes pleines de neige.  Je vais ensuite le rejoindre sur le canapé où il s’est assis et je me place derrière lui, en entourant sa taille de mes bras. Il ouvre la première boîte avec un air suspicieux. Il en sort les deux chevalières et les observe longuement. L’une des deux porte mes initiales, l’autre celles d’Harry. Il semble comprendre puisqu’il enfile celle avec mes initiales et me donne l’autre que je mets en souriant. Il déballe ensuite le deuxième paquet, toujours sans dire un mot et tombe sur les deux gourmettes gravées, sur la face avec nos prénoms respectifs, et sur l’envers avec le prénom de l’autre. Il les tourne un très long moment dans ses mains avant de me laisser prendre celle qui m’est destinée, avec mon prénom sur l’endroit (pour être plus discret vis-à-vis des gens autour de nous). Il m’embrasse tout doucement sur la joue et continue le déballage. Dans la troisième il trouve deux chaînes en argent, très masculines, avec chacune un pendentif. Au bout de chacune des chaînes pendent une main, et si on les assemble elles s’emboîtent parfaitement. Harry sourit franchement et m’en donne un pour que je le mette. Je le mets, je l’aide à mettre le sien et il se tourne vers moi. On est tous les deux assis en tailleur sur le canapé, l’un face à l’autre. Il joue doucement avec le bout de mes doigts.

-          Je t’aime Harry. J’ai aucune idée de l’endroit où ça va nous mener mais je sais que tu seras toujours dans mon cœur.

-          Tu es dans le mien depuis notre première rencontre, me répond-t-il, et tu y seras jusqu’à la fin de mes jours.

Je confie à Lily son sac et nous montons jusqu’à mon appartement. Je l’aide à enlever sa veste et ses bottes qui sont maculées de neige, je fais de même et dit :

-          Tu m’attends là cinq minutes ma puce d’accord ? Je vais chercher les dvd chez Louis juste à côté et je reviens

-          D’accord. Je peux me mettre sur le canapé ?

-          Bien sûr…

Je l’embrasse sur le front et file jusqu’à l’appartement de mon ami. En espérant qu’il soit là. La porte n’est pas verrouillée et j’entre donc sans frapper. Je débarque dans le salon et marque un long temps d’arrêt en observant la scène qui se déroule sous mes yeux. Harry est allongé au-dessus de Louis, en caleçon, Louis est à moitié déshabillé en-dessous de lui.

-          Putain les mecs si vous vous envoyez en l’air pensez à verrouiller la porte. Louis je passais juste récupérer les dvd de la dernière fois que je dois récupérer depuis trois jours. Et soyez sans crainte je dirais rien sur ce que j’ai vu.

Ils rigolent en rougissant un peu et attendent que je sois sorti, avec les dvd que Louis avait préparé sur un coin de la table, pour recommencer à s’embrasser. Je me doutais qu’ils étaient encore ensemble. Mais ce ne sont pas mes affaires, c’est à eux de choisir la vie qu’ils veulent mener.  Je ne les jugerai pas pour ça, même si c’est injuste pour la pauvre Eleanor. En même temps ça fait trois mois, et Louis ne peut pas s’arrêter de vivre pour elle. Je rentre dans mon appartement et retrouve Lily, allongée sur mon canapé en train de jouer avec son nounours. Je la rejoins et lui propose qu’on regarde un dvd avant de manger. La petite accepte avec enthousiasme et je la laisse choisir.

Danielle et moi sommes chez Niall qui nous a invités à prendre l’apéro chez lui, pour une fois. Bien évidemment Jade est là aussi. Elle a le visage creusé, on voit bien que sa journée a été difficile. En même temps demain c’est la nôtre qui sera horrible. D’ailleurs il faudra que je rappelle à Zayn à quelle heure on rendez-vous chez Simon, sinon il va encore être en retard. Et pour enregistrer un album en hommage à sa fiancée décédée, ça ne le fait pas.

-          Vous avez fait quoi aujourd’hui ?, nous demande Jade tandis que son petit-ami sert à boire à tout le monde (bière pour lui et moi et cocktail alcoolisé pour les filles)

-          Bah déjà on s’est pas levés tôt, dis-je, vers onze heures…

-          Et cet après-midi j’avais une répétition, ajoute Danielle, et Liam m’a accompagnée. Et après on s’est promenés un peu en amoureux, on a rencontré quelques fans et voilà…

-          J’aimerai bien qu’on puisse sortir comme ça, dit Jade, mais pour ça faudrait qu’on officialise notre relation

-          NON !, s’écrire Niall, désolé si je vous ai fait peur, mais j’ai promis à Simon qu’on n’officialiserait pas.

-          A Simon ?, dit Jade

-          Oui. Il ne veut pas à avoir à gérer ce genre de choses qui risquent de compliquer nos carrières. Désolé Jade, et puis je préfère qu’on garde cette relation encore un peu secrète.

Jade ne répond rien mais vient l’embrasser doucement dans le cou. Ils sont vraiment trop mignons.

-          Au fait, tant que j’y pense, reprend Jade, Louis et Harry ils en sont où ?

-          Nulle part, dis-je en rigolant, normalement ils sont chacun dans leur appartement avec interdiction de se voir

-          J’y crois pas, intervient Danielle, ils sont trop amoureux pour ça

-          Je suis d’accord avec toi, dit Jade

-          J’ai bien dit « normalement », après le reste ça ne nous regarde pas. On s’en fout de savoir où Louis fout sa…

Danielle m’a empêché de finir ma phrase, profondément vulgaire, en m’embrassant doucement.

-          On a compris l’idée, me dit gentiment Niall, mais c’est vrai que si ça se trouve ils sont toujours ensemble. Je ne sais pas trop quoi en penser.

-          S’ils sont ensemble c’est qu’ils en éprouvent le besoin, on n’a pas le droit de les juger pour ça. Même si ce n’est pas juste pour Eleanor, ni pour le fils de Louis. L’important c’est juste que Louis arrive à oublier tout ce qui s’est passé de tragique…

-          Il a le droit de vivre, dit Danielle, exactement comme Zayn.

J’ai vu la main de Niall se crisper à l’évocation de Zayn. Il lui en veut toujours. Et même s’il a été récemment déplâtré il n’est ps prêt d’oublier cet incident malheureux.

Louis caresse tout doucement mon dos le temps que je reprenne mon souffle, on a fini dans son lit, à faire sauvagement l’amour. On vient de finir et je suis puisé. Louis m’a expédié deux fois au septième ciel et j’ai vraiment du mal à respirer normalement. Ma main est posée sur son torse, et je caresse distraitement ses pectoraux musclés. Je l’aime.  Je sais que c’est complètement dingue et que ça va nous attirer des problèmes mais je l’aime. Et les cadeaux avec lesquels il est revenu tout à l’heure sont vraiment trop mignons. J’ai compris à quel point il m’aime. Et je sais au fond de moi que je n’ai ps le droit d’être jaloux d’Eleanor. Parce qu’il nous aime tous les deux. Jusqu’à présent j’avais toujours pensé qu’on ne pouvait aimer qu’une seule personne à la fois, je m’aperçois maintenant que ce n’est pas vrai. On peut aimer deux personnes à la fois, c’est ce que ressens Louis. Eleanor est sa petite-amie, la mère de son enfant qui naîtra dans quelques mois, je suis son meilleur ami, son amant, celui avec lequel il découvre et tente de nouvelles expériences, celui par lequel il console sa douleur. Après un long moment sans parler je finis par dire :

-          Tu sais Louis, j’vais essayer d’être moins jaloux d’Eleanor.

-          Merci. T’as enfin compris qu’elle et toi vous aviez chacun votre place dans mon cœur et dans ma vie ?

-          Oui.

-          C’est bien. Je t’aime Hazza.

-          Je t’aime aussi Louis. Et merci pour ce que tu as ramené tout à l’heure, dis-je en avisant les bijoux posés sur la table de nuit, c’est vraiment trop mignon.

-          Je me suis dit que comme ça, toi et moi on partagerait un truc qui n’appartiendrait qu’à nous et qui nous rappellerai toujours notre amour l’un pour l’autre.

Je n répond pas mais l’embrasse longuement dans le cou. Je sais qu’il adore ça. Sa main vient se loger au bas de mon dos, sans arrière-pensée.

Heureusement que j’ai trouvé une bonne excuse pour échapper à Cendrillon. Je n’aurai pas tenu une minute de plus. Ce dessin animé est assez niais en fait. Du coup j’ai dit à Lily que j’allais préparer manger. Ça sera purée de carottes et de pommes de terre, et escalope de dinde (hallal mais ça elle n’est pas obligée de le savoir). Par conte demain il faudra que j’aille faire des courses avec elle, sinon on n’aura rien à manger, je n’ai rien dans mon frigo puisque je devais passer ces quelques jours chez Jenny.

-          Zayn c’est fini !, me dit Lily en se pointant à la porte de la cuisine

-          D’accord. Je vais éteindre la télé et on mange. Tu es capable d’aller te laver les mains toute seule ?

-          Oui !!!

Je vais éteindre la télé en jetant un coup d’œil dans la salle de bain ou la petite se lave les mains. Elle revient ensuite en cuisine avec moi, on v manger là ce soir. Elle m’aide gentiment à mettre la table avant de s’installer sur sa chaise, affamée.

-          J’ai cuisiné spécialement pour toi princesse, dis-je, c’est un vrais bon repas pour que les petites filles comme toi elles grandissent et deviennent des belles jeunes femmes.

Elle éclate de rire pendant que je la sers. Je sens que ces quelques jours en tête à tête vont profondément nous souder.

Je viens de descendre de mon train, en pleine campagne paume de l’extrême  Ouest du pays de Galle, dans le village de mon enfance. Plus le train avançait et plus je me disais que je n’aurai jamais dû venir. Mais maintenant que je suis là  je n’ai plus vraiment le choix. Une foule de souvenirs me reviennent en mémoire, et pas que des bons. Je sors de la gare et me retrouve au centre de la petite bourgade. Si je me souviens bien il doit y avoir un petit motel dans une rue adjacente, je vais dormir là, et j’irai voir mon père et ma demi-sœur demain. Effectivement mes souvenirs sont bons, il y a bien un motel. Avec mon sac de voyage sur l’épaule j’entre en espérant qu’il leur reste au moins une chambre pour cette nuit.

-          Bonsoir, est-ce qu’il vous reste une  chambre pour la nuit ?

-          Oui bien sûr mademoiselle, me répond le réceptionniste en me tendant une clé

Je m’empare de la clé, le remercie et monte à l’étage pour trouver ma chambre. Lorsque j’entre à l’intérieur de celle-ci je ne peux retenir un fou rire tant la décoration est vieille et mossie. Mais je m’en fous, je n’en attendais pas moins ici. Je pose mes affaires dans un coin de la chambre et me pose sur mon lit pour téléphoner. Il faut que je prévienne Zayn et Lily que je suis bien arrivé. En plus ils me manquent beaucoup. Je compose le numéro et met le haut-parleur pour pouvoir déballer un peu mes affaires tout en téléphonant.

-          Allô ?

-          Coucou Zayn c’est moi…

-          Ça va ? T’es bien arrivée ?

-          Oui oui, je viens de me prendre une chambre d’hôtel là.

-          D’accord. Ça va ? tu te sens comment ?

-          Bof. J’ai toujours aussi peu envie de le voir, mais me forcerais à le faire demain.

-          C’est bien. Tu sais que je suis là si jamais tu veux parler hein ? A n’importe quelle heure du jour et de la nuit…

-          Oui je sais. Ça va vous ?

-          Ouais on finit de manger là, Lily est en train d’engloutir sa mousse au chocolat, tu la verrais elle est trop mignonne…

-          Normal c’est ma fille !

-          C’est pas faux. Tu veux lui parler un peu ?

-          Oui. S’il-te-plaît.

Il me passe ma fille qui me dit :

-          Allô maman ?

-          Coucou ma puce ! ça va ?

-          Oui oui, avec Zayn on a regardé Cendrillon et après on a mangé, c’était trop bon !

-          C’est bien alors. Tu vas être sage avec Zayn hein ?

-          Promis.

-          C’est super, je suis fière de toi ma chérie…

-          Merci maman.

-          Et tu vas pas te coucher trop tard hein ?

-          Oui, me répond-t-elle en soupirant

Je souris et dit :

-          Repasse moi Zayn maintenant s’il-te-plaît ma chérie, je t’aime et je te souhaite une bonne nuit.

Zayn reprend :

-          Attends je te reprend dans deux minutes.

Je l’entends dire à ma fille :

-          Lily, ma grande, va te laver les dents s’il-te-plaît, et mets-toi en pyjama aussi.

Ma fille essaye de râler un peu mais Zayn l’expédie à la salle de bain gentiment.  Il me reprend ensuite :

-          Ça va aller pour cette nuit ?

-          Je pense. J’espère. Si mes souvenirs veulent bien me laisser un peu tranquille.

-          Quoi comme genre de souvenirs ?

-          De mon père. De son poing qui frappait, encore et encore. De la mort de ma mère, des hurlements qu’elle poussait à chaque fois qu’il la frappait…

-          Il faut que t’essayes de te dire que c’est du passé tout ça…

On a mangé une pizza devant la télé avec Jade, et maintenant elle a accepté qu’on regarde un match de foot. Visiblement elle aime bien ça puisqu’elle semble suivre le déroulé du jeu autant que moi. Enfin, je ne suis pas vraiment, je pense à autre chose, je pense à demain. Je vais devoir côtoyer Zayn toute la journée, et le moins que l’on puisse dire c’est que je n’en ai pas envie. Je lui en veux toujours de m’avoir considéré comme un pédophile sans scrupule et de m’avoir explosé le poignet. On ne s’est pas parlé en dehors du travail depuis ce jour-là. On s’évite autant que possible et ça me convient.

-          Bébé ? Pourquoi t’es tout tendu comme ça ?

Je baisse les yeux vers Jade qui somnole sur mes genoux

-          Pour rien, laisse tomber.

-          T’angoisse de passer la journée avec Zayn demain c’est ça ?

-          Comment t’as deviné ?

-          Ça fait deux jours que t’en parle dans ton sommeil Niall…

-          Hein ?

-          Quand tu dors. Tu parles quand tu dors, et tu as répété je ne sais combien de fois que tu ne voulais pas voir Zayn.

-          Je m’en souviens ps.

-          Normal, mais moi ça m’a réveillé donc je m’en souviens.

-          Désolé. Mais ça m’angoisse vraiment. Je sais pas si je vais réussir à le supporter une journée entière…

-          Ça sera tellement chargé en émotions que t’y pensera même pas.

-          Mouais…

-          Niall fais un effort s’il-te-plaît. Pour moi. Fais le pour moi pas pour lui…

-          D’accord.

Elle se redresse et se retrouve à genoux face à moi sur le canapé. Elle glisse tout doucement sa main sur ma joue et viens m’embrasser. Je crois que nos sentiments se renforcent de jour en jour. C’est trop bizarre comme sensation.

Je viens de me rendre compte que le matelas est resté chez Louis depuis la dernière fois au moment où Lily vient me faire un gros câlin en pyjamas. Je la prends dans mes bras et décide d’aller le chercher chez mon voisin. Avant d’entrer dans l’appartement, me souvenant de mon expérience plutôt gênante de tout à l’heure je toque et dit :

-          Louis ? Hazza ? Je peux entrer ?

-          Ouais, me répond Louis depuis l’intérieur de l’appartement

J’entre avec Lily dans mes bras et Louis et Harry, vêtus chacun d’un bas de jogging sortent de la cuisine.

-          Hey coucou toi !!!, me dit Harry

-          Bonjour Harry, comment tu vas ?

-          Très bien et toi ma puce ?

-          Super !!!

Je lui tends les bras et il me prend tout contre lui. Il me fait un gros bisou sur la joue. Louis vient aussi me faire un bisou avant de dire à Zayn :

-          Y’a un problème ?

-          C’est toi qui a le matelas gonflable ? J’en ai besoin pour coucher Lily.

-          Ouais il est dans le placard de l’entrée, prend-le si tu veux. Jenny n’est pas là ?

-          Non, répond Zayn, c’est un peu… compliqué… Je vous expliquerai…

-          Vous voulez rester un peu ici ?, dit Louis, on pourrait s’occuper tous ensemble, ça nous éviterait de passer nos soirées chacun de notre côté.

Je fais un grand sourire et regarde Zayn pour qu’il dise oui, je veux rester, Louis et Harry sont trop gentils avec moi !!!

-          Je… euh…, commence Zayn

-          STEUPLAIT ZAYN JE VEUXTROP RESTER !!!, dis-je en criant

-          D’accord, dit Zayn en souriant

-          OUAIIIIIS !!

Je fais un énorme câlin à Harry qui me tient toujours dans ses bras. C’est cool qu’on reste. Harry me pose par terre et me dit :

-          Bouge pas de là, je reviens.

Il fait un bisou sur la bouche de Louis et va dans la chambre chercher quelque chose.

Je sais où sont rangés les jeux chez Louis, il nous arrivait de faire une partie de société avec Eleanor des fois quand Louis était à ses entraînements de foot.  J’ouvre le placard et en sors quelques jeux pour occuper Lily avec nous. On va bien s’amuser. Et puis moi j’aime bien Lily, elle est vraiment mignonne. Et ça fera du bien à Zayn de ne pas passer sa soirée seul, vu que Jenny n’est pas là, on a encore tous en mémoire les horribles nuits qu’il a passé dans les hôtels de luxe où nous avons dormi ces dernières semaines. Personnellement je suis celui à qui il s’est le plus confié les soirs où le blues le gagnait. Et je peux le comprendre, se retrouver à dormir seul, lui rappelle qu’il a perdu Perrie. Je reviens dans le salon avec les jeux. Mon petit-ami s’est assis sur le canapé avec Lily, Zayn a pris place dans le fauteuil, je pose les jeux sur la table et on laisse Lily choisir.

JOUR 79

Je m’éveille dans mon lit en entendant Lily me rejoindre. Elle se glisse sous la couette, comme elle le fait avec sa mère, et vient se coller à moi. Je lui fais un gros câlin en repensant à notre soirée d’hier. On a joué une grande partie de la nuit à divers jeux de société avec Louis et Harry, on s’est bien amusés, et il est vrai que je me suis senti beaucoup moins seul. Je crois que c’était le but recherché par les garçons. Il faudra que je leur dise merci. Je jette un coup d’œil au réveil sur ma table de nuit : il est neuf heures et demies, il faut qu’on se lève si on veut pouvoir faire tout ce qu’on a à faire aujourd’hui.

-          Lily ma puce ?

-          Mhhh ?

-          Il faut qu’on se lève, c’est l’heure…

-          Déjà ?

Elle me fait fondre avec ses grands yeux et son petit sourire.

-          Oui ma puce déjà. Désolé, mais il faut qu’on aille faire quelques courses.

-          D’accord. On va petit-déjeuner d’abord ?

-          Bien sûr…

Je me lève et prend la petite dans mes bras. Je la serre très longuement contre moi avant de l’emmener à la cuisine.

-          Jade putain il n’est même pas dix heures !

-          J’en ai rien à foutre, il faut qu’on passe en studio j’ai besoin de réécouter un truc, je suis sûre que y’a un problème avec ce qu’on a enregistré hier !

-          Hein ? qu’est-ce que tu racontes Jade ?

-          Ce qu’on a enregistré hier avec les filles, j’y ai beaucoup repensé et je suis persuadée que ça va pas, y’a un truc qui cloche.

-          Mais non Jade, c’était très bien je t’assure.

-          Je te dis que non…

-          Rho tu me soules !

Je repousse la couette et me lève pour voir ma petite amie me sourire franchement.

-          Attends, c’était une vanne ?

-          C’est le seul moyen que j’ai trouvé pour que tu te lèves.

-          Pourquoi il fallait absolument que je me lève ?

-          Parce que ça fait un moment que je suis debout et que je m’emmerde. En plus j’ai la dalle.

-          Bah t’avais qu’à manger.

-          Y’a rien dans ton frigo Niall, et les céréales dans ton placard sont périmées.

-           Non ?

-          Si.

-          Et merde. Désolé mon cœur…

Je l’embrasse doucement et me dirige vers la cuisine. C’est vrai que j’ai faim aussi. En même temps Jade m’a épuisé au lit hier soir, et ça ça creuse.

Je profite au maximum de la sensation de m’éveiller dans les bras de Louis. Il dort encore, sa respiration est très régulière, et ça m’apaise. Mais il a passé une mauvaise nuit. Je l’ai senti se tourner et se retourner dans le lit durant une bonne partie de la nuit. Ça m’inquiète, je n’aime pas quand il dort comme ça… Il finit par s’éveiller et me dire :

-          Ça va ? Bien dormi mon amour ?

-          Mieux que toi en tout cas. Pourquoi t’as aussi mal dormi ?

Son regard s’assombrit et son sourire s’évanouit.

-          Pour rien…

-          Louis. S’il-te-plaît. Dis-moi, ça m’inquiète…

-          C’est rien je te dis…

Je me redresse dans le lit et me dégage de ses bras.

-          Putain Louis tu fais chier, je croyais qu’on avait décidé hier qu’on devait tout se dire ? parce que moi c’est ce que j’inclus dans le fait d’être ensemble ! Si toi tu ne conçois pas de tout me dire alors que tu m’aimes et qu’on est ensemble alors autant arrêter tout de suite !

Il me regarde complètement incrédule.

-          Hazza qu’est-ce qu’il t’arrive ?

-          Désolé mais j’en ai marre, déjà qu’on ne peut pas être un couple à l’extérieur alors si à l’intérieur on n’est pas un couple non plus ça ne me va pas.

-          J’ai fait cauchemar sur cauchemar, c’est pour ça que j’ai mal dormi.

-          Oh mon bébé… pourquoi ?

Je me blottis à nouveau dans ses bras et il me dit d’une voix triste :

-          L’accident. Je le revis toute les nuits. Et c’est très dur pour moi…

-          Oh Louis…

Je voudrais ajouter quelque chose mais j’ai entendu la porte de l’appartement s’ouvrir. J’embrasse Louis sur les lèvres et vais voir qui c’est.

-          Tu bouges pas, tu restes couché on en reparle dès que je reviens…

Je sors de la chambre et m’aperçois que c’est Zayn qui vient d’entrer avec Lily accroché à lui comme un koala.

-          Vous avez des céréales ?, me demande-t-il, je n’en ai pas et Lily ne veut manger que ça le matin

-          Je peux te laisser aller dans la cuisine et te débrouiller ? J’ai un truc à régler avec Louis, dis-je

-          Ouais pas de souci, merci…

Il file dans la cuisine avec la petite dans ses bras et je retourne dans la chambre voir Louis.

-          J’adore recevoir des appels de Niall tôt le matin qui me dit qu’il n’a plus rien à bouffer chez lui

-          Calme-toi bébé…

-          Bref. Il me soule.

On attend Niall et Jade qui vont venir déjeuner chez nous, puisque Niall a encore oublié d’aller faire les courses. Danielle me regarde en rigolant doucement.

-          Vous avez rendez-vous à quelle heure chez Simon ?

-          13h30.

-          Ok.

-          Tu viens hein ?

-          Bien sûr, je te l’ai promis Liam. J’ai envie de découvrir ton univers.

-          Vraiment ?

-          Ouais. Je ne conçois pas une relation de couple sur le long terme si chacun ne s’intéresse pas à ce que fait l’autre. Et en plus j’ai envie de t’entendre chanter autrement que sur cd ou à la télé.

-          Ouais je vois… J’aurai espéré que tu découvres ça dans d’autres circonstances, ça risque d’être assez hard comme session d’enregistrement.

-          Ce n’est pas grave, ça fait aussi partie du métier. Tu sais quelle chanson vous allez chanter ?

-          Change your life je crois, c’est une chanson des filles que Perrie aimait tout particulièrement.

-          D’accord. Il me semble l’avoir déjà entendue, elle est plutôt bien

-          Elle est carrément démentielle, dit Niall en entrent dans mon appartement avec Jade, mais ça reste une chanson adaptée à des voix de fille…

Harry s’est blotti dans mes bras,  on entend Lily et Zayn discuter dans la cuisine depuis notre chambre.

-          Bébé ?, me dit Harry

-          Mmmh ?

-          Tu culpabilise toujours ?, me dit-il à mi-voix

-          Je culpabiliserai toute ma vie. Surtout si El’ s’en sort pas.

Je regrette tout de suite ce que je viens de dire. Après un long moment de silence Harry reprend :

-          Elle va s’en sortir, elle va sortir du coma et vous allez être heureux avec votre fils.

-          Tu crois ?

-          J’en suis sûr.

-          Merci. Mais tu sais c’est pas parce qu’elle va sortir du coma que je vais t’oublier et te laisser tomber….

Pour m’empêcher d’en dire plus il dépose ses lèvres contre les miennes. Il est immensément doux avec moi, et ça me fait du bien.

-          Hazza ?, dis-je après ce long baiser

-          Oui ?

-          J’ai faim !

On éclate de rire tous les deux et on se lève pour aller rejoindre Zayn et Lily dans la cuisine. La petite est attablée avec un gros bol de céréales devant elle, Zayn adossé au plan de travail boit son café en gardant un œil sur la petite. Les deux sourient en nous voyant arriver. Lily nous observe un long moment avant de dire :

-          Pourquoi vous faites dodo ensemble ?

Harry me regarde en souriant et dit :

-          Parce qu’on est amoureux…

-          Mais pourquoi les amoureux ils dorment ensemble ?, demande la petite

-          Lily, arrête avec tes questions, dit Zayn, quand on s’aime on dort ensemble c’est tout.

-          Alors toi tu es amoureux de ma maman ?, dit la petite en se tournant vers Zayn, et Niall il est amoureux de Jade ?

-          Oui c’est ça.

Elle sourit et recommence à manger ses céréales. Elle est vraiment mignonne.

Je viens de me réveiller, j’ai passé une sale nuit, de nombreux souvenirs me sont revenus, me faisant cauchemarder terriblement. Ma première pensée ce matin est pour Zayn et Lily, j’espère qu’ils ont passé une bonne nuit, et qu’ils vont passer une bonne journée. Je prends mon téléphone et envoie un rapide message à Zayn

A Zayn (l) : Coucou mon cœur, j’espère que t’as passé une bonne nuit ! J’ai beaucoup pensé à toi et à Lily, passe lui le bonjour de ma part, et fais lui un gros bisou. Je t’aime Zayn et je te souhaite bon courage pour ton enregistrement de cet après-midi. Dit toi que Perrie serait fière de toi.

La réponse arrive dans les cinq minutes suivantes.

A Jen’ : C‘est toi qui va avoir besoin de courage,  n’oublie pas que tu peux m’appeler à n’importe quelle heure, si jamais ça va pas… Je t’aime aussi, et tu manques à Lily mais c’est une grande fille et elle est vraiment mignonne.

Je souris et me lève pour aller prendre ma douche. Après il faudra que j’aille voir mon père et ma demi-sœur, même si je n’en ai pas envie.

-          … et Simon veut lui proposer ça

-          Donc ça ferait un espèce de duo virtuel avec Perrie ?, dit Danielle

-          Ouais c’est ça, dis-je, mais je sais pas s’il va accepter.

-          Il acceptera, dit Jade, tel que je le connais il acceptera. Ce sera son dernier hommage à sa fiancée.

-          Sûrement, dit Liam, en tout cas ça va être terriblement dur à enregistrer.

-          Bah tu m’étonnes, dis-je, ça va être horrible. D’ailleurs Jade si tu ne veux pas venir je comprendrai

-          Quoi ? Il en est hors de question. Je serai là, de toute façon j’ai rien d’autre à faire…

Je me penche vers elle et l’embrasse doucement. Je l’aime. C’est une vraie battante !

-          Lily tu prends un panier s’il-te-plaît ma puce ?

Elle prend un panier dans une main, et de l’autre elle tient le caddie que je pousse. On est parti faire des courses dans un grand supermarché, en espérant qu’on n’y croise pas trop de monde. J’ai fait rapidement une liste sur mon téléphone, à manger pour trois quatre jours, une couverture pour que Lily soit mieux sur son matelas, et une paire de bottes de neige pour elle. On devrait aller assez vite, enfin j’espère. On commence par le rayon des céréales et je dis à Lily :

-          Choisis celles que tu veux ma puce, tu peux prendre deux paquets.

Elle hésite un long moment avant de mettre dans son paquet des miel pops et des coco pops. Génération kellog’s ! On se dirige ensuite vers le rayon poisson, j’ai envie de prouver à Jenny que je suis capable de bien faire à manger à Lily, et qu’elle mange équilibré. Elle pose son panier dans le caddie et je la prends dans mes bras, ensemble on détaille tous les poissons et animaux de la mer présentés sur l’étal du poissonnier, puis on finit par se décider pour du saumon, poisson préféré de Lily d’après ce qu’elle m’en dit.

-          J’en ai rien à carrer Hazza, y’a vingt centimètres de neige crois-moi que personne ne va venir nous emmerder si on se ballade ensemble. Tant qu’on ne se tient pas la main on ne risque rien.

-          Et si on est pris en photo quand même ? T’as pensé à ta mère ?

-          Je l’envoie se faire foutre dans ce cas-là. J’ai besoin de toi dans ma vie, et je veux que tu viennes voir Eleanor avec moi.

J’accepte à contrecœur et on sort de la voiture. Effectivement il n’y a personne sur le parking de l’hôpital. Vu la couche de neige ça ne m’étonne même pas. On se dirige en silence vers le hall, je marche quelques pas derrière Louis, j’espère juste qu’on ne se fera pas repérer. On monte rapidement jusqu’à la chambre d’Eleanor sans croiser personne. Je reste adossé au mur juste à côté de la porte tandis que Louis tire une chaise et s’assois à côté de sa petite-amie. Le ventre d’Eleanor a encore grossi depuis la dernière fois que je l’ai vue, elle doit accoucher dans un peu moins de quatre mois. En principe. Il faut qu’elle sorte du coma avant, même si ça va faire exploser ma vie, et que ça va briser mon cœur.  Louis a l’air tellement amoureux. Ça me fait bizarre parce qu’il porte le même regard sur elle que celui qu’il porte habituellement sur moi.

-          Louis ? J’vais chercher un truc à boire tu veux quoi ?

-          Un thé s’il-te-plaît.

Il a dû comprendre que c’était pesant pour moi e rester là. C’est vrai que je me sens oppressé dans cette chambre, comme si tout me criait que je n’étais pas à ma place.

Je suis assise par terre, en train d’essayer des bottes, Zayn me regarde faire en souriant. Il a dit qu’il me fallait des bottes si je voulais pouvoir sortir. Alors j’essaye des bottes. Elles sont roses et trop jolies. Je me remets debout avec les bottes au pied et Zayn dit :

-          Elles te vont ma puce ? Elles ne sont pas trop grandes ? Et elles ne te font pas mal aux pieds ?

-          Non elles sont super !

-          Tu ne dis pas ça juste parce qu’elles sont jolies hein ? Elles te vont vraiment ?

-          Oui.

-          Alors remets tes chaussures et mets les bottes dans le caddie.

-          Chouette !!!

Je fais comme Zayn m’a dit et on va à la caisse. Le caddie est bien rempli, je suis contente d’avoir fait les courses avec Zayn. Je l’aime beaucoup Zayn, il est vraiment gentil avec moi.

Je suis partie à pied vers la maison de mon enfance, au bout du village, mon père doit encore habiter là. J’essaye de refouler les souvenirs qui me reviennent, de plus en plus précisément.

-          Jenny ?

Je me retourne violemment vers la personne qui m’a interpellée.  C’est une vieille dame que je reconnais tout de suite, elle est la propriétaire et gérante du petit bar du village. Je l’ai toujours bien aimée, il m’arrivait souvent de passer du temps là-bas, malgré moi, délaissée par mon père qui se soulait la gueule… Elle s’approche de moi et viens me serrer dans ses bras. Je me laisse faire en souriant, elle fait partie de ceux qui m’ont toujours soutenu et qui m’ont encouragée à m’enfuir dès que je l’ai pu.

-          Ça fait plaisir de te voir, me dit-elle, ça fait combien de temps que tu n’es pas revenue ici ?

-          Depuis que je me suis enfuie avec David.

-          Tant d’années que ça ?

-          Eh oui… Mon père habite toujours la maison du bout ? 

-          Oui oui. C’est lui que tu es venue voir ;

-          Oui. Il paraît qu’il va mourir, il a demandé à me voir, alors je suis là.

-          Tu espères toujours des explications et des excuses ?

-          Oui. Mais je n’y crois pas vraiment.

-          Tu verras bien. Promets-moi de passer au bar me raconter tout ça après.

-          C’est promis !

Je la serre rapidement dans mes bras et reprend ma route vers la maison. L’appréhension monte peu à peu.

Harry vient de remonter après m’avoir laissé un moment seul avec Eleanor. Je sais que c’ezt bizarre et dérangeant pour lui d’être là, mais c’est important pour moi.  Par habitude j’ai posé ma main sur le ventre de ma petite-amie, maintenant sérieusement arrondi. Je sirote mon thé en silence, sous les yeux d’Harry. N’y tenant plus je dis :

-          Hazza prend une chaise et viens-là s’il-te-plaît.

Il soupire, prend une chaise et la place à côté de la mienne. Il a fini de boire son café et n’a plus rien à faire alors il croise ses bras et attends. Ça me fait mal de le voir comme ça. Tout doucement je viens chercher sa main, qu’il consent à me donner et je viens la placer avec la mienne sur le ventre de ma copine. Il essaye de retirer sa main mais je l’en empêche.

-          Concentre-toi sur ce que tu sens, tu verras c’est rigolo

En effet, on commence à sentir un tout petit peu mon fils bouger. Après de longues secondes je vois Harry sourire et se tourner vers moi :

-          C’est ton fils qui gigote comme ça ?

-          Ouais.

-          C’est trop mignon… T’as de la chance…

-          Oui. Désolé je t’ai un peu forcé la main mais je me suis rendu compte de ça hier et je voulais absolument te faire partager ça.

-          Merci. T’as eu l’occasion de discuter un peu ave les médecins de son état ?

-          Un peu ouais. Ils m’ont dit qu’ils sortiraient probablement le bébé par césarienne, une semaine avant le terme si tout va bien. Et concernant Eleanor ils ne savent pas. Ils ne peuvent pas dire si elle va sortir du coma un jour ou pas, ni dans quel état. Il est possible qu’elle garde des séquelles. 

Ma gorge se serre et je suis obligé de m’arrêter là. Harry comprends et caresse doucement mon dos pour m’apaiser.

-          Physiques ou mentales les séquelles ?, finit-il par demander

-          Physiques probablement. Normalement mentalement elle ne devrait pas avoir de problème, son cerveau est en bon état. Mais il se pourrait qu’elle galère au début pour remarcher ou ce genre de choses…

-          Oh…

Les lèvres d’Harry viennent trouver mon cou, il sait que ça me fait du bien. J’ai peur, peur qu’Eleanor ait des séquelles en se réveillant, ou encore peur qu’elle ne se réveille jamais. Si elle ne se réveille pas j’aurai tué deux personnes. Deux personnes innocentes, juste parce que j’avais un peu bu ! Ça m’est intolérable… Je sens quelques larmes rouler sur mes joues sans que j’arrive à les retenir. Je me sens con de pleurer mis ça me fera du bien alors je me laisse aller dans les bras d’Harry.

Finalement les amoureux sont restés manger avec nous à midi, on a beaucoup de choses à se raconter et ça nous fait du bien. Niall et Jade ont l’air vraiment vraiment amoureux, et c’est un peu bizarre, c’est vrai que ça me rappelle Zayn et Perrie à leurs débuts.  J’espère juste que Niall et Zayn ne se taperont pas sur la gueule cet après-midi, ça serait dommage…  Pourtant je comprends les rancœurs que Niall nourrit à l’égard de Zayn.

On s’est posés à la cafétéria du supermarché avec Lily après avoir chargé toute les courses dans ma voiture. Elle a choisi de manger une pizza, comme moi. On mange en discutant de tout et de rien, là elle m’explique pourquoi elle adore la neige et ce que son papa l’emmenait faire quand il y avait de la neige. David était un bon père, ça c’est sûr. Et il aimait énormément sa fille j’en suis persuadé. Soudain mon cœur se met à battre un peu plus vite, deux jeunes filles d’une quinzaine d’années semblent m’avoir repéré et semblent se poser des questions sur Lily. Et merde. Mais bon il fallait bien que ça arrive un jour. Mais qu’est-ce que je raconte ? Il faut que je protège l’identité de Lily coute que coute.

-          Lily ma puce ? Tu vas rester là cinq minutes d’accord, tu ne bouges pas et tu ne parles à personne, il faut que j’aille voir quelqu’un d’accord ?

-          Promis !!

Je lui tape dans la main qu’elle me tend et je m’approche des deux filles tout en conservant un œil sur Lily. Quand j’arrive près d’elle je dis :

-          Vous voulez une photo ou un autographe ?

-          Un câlin c’est possible ?, dit l’une des deux en rougissant

-          Oui bien sûr.

Je la serre dans mes bras rapidement et je fais de même avec l’autre. Elles me remercient et j’accepte de me prêter également au jeu des photos. Je garde un œil toujours sur Lily qui continue à manger tranquillement.

-          C’est qui la petite fille avec toi ?, finit par me demande une des deux filles

-          Si je te dis une amie à moi tu me crois ?

-          Oui, dit la jeune fille, en tout cas elle est très mignonne.

-          Merci. Est-ce que je peux vous demander de garder le secret sur elle s’il-vous-plaît ? Elle est trop jeune pour être prise dans le même tourbillon médiatique que moi.

-          Oui bien sûr, dit l’autre en souriant

-          Merci beaucoup les filles ! Vous êtes géniales !

Je retourne à table rejoindre Lily qui ne manque pas de m’interroger sur ce que je viens de faire. Elle est très curieuse et ça me plaît. En plus elle parle tout le temps, un peu comme Perrie le faisait. J’ai en fait un peu l’impression d’avoir une Perrie en miniature devant moi. On se dépêche de finir de manger et on remonte dans la voiture pour aller au bureau de Simon. On va enregistrer dans le studio qui est en sous-sol et que Simon a spécialement dédié pour les prochaines semaines à la préparation et à l’enregistrement de cet album hommage. Dans la voiture j’explique à Lily ce qu’on va faire cet après-midi.

-          Lily ?

-          Oui Zayn ?

-          Cet après-midi il faut que j’aille travailler un peu, avec les autres garçons mais je t’emmène avec moi on va voir Simon tu sais tu l’as déjà vu une fois, on avait été dans son bureau.

-          Oui je me souviens

-          Et bah on va aller là-bas, ça risque d’être un peu long pour toi mais je te laisserai mon téléphone pour que tu puisses jouer avec si tu veux.

-          D’accord ? Est-ce que Jade sera là ?

-          Je ne sais pas, je pense, pourquoi ?

-          Parce que j’ai quelque chose à lui dire, me répond la petite avec un sourire espiègle

-          Tu veux lui dire quoi ?

-          Je peux pas te le dire, c’est un secret entre elle et moi…

Je me mords la langue pour ne rien rajouter. Mais je demanderais à Jade ce que la petite lui aura dit, parce que ça m’intéresse vraiment. En fait je crois que ça m’énerve un peu qu’elle ne veuille rien me dire. On arrive devant chez Simon et je gare la voiture. Je prends Lily dans mes bras et on entre dans le hall. Liam, Danielle, Niall et Jade sont déjà là, il ne manque que Louis et Harry. Lily tend les bras à Jade qui me l’enlève des bras.

Zayn vient d’arriver avec Lily, je pensais qu’il serait venu avec Jenny.

-          Jenny n’est pas avec toi ?, lui dis-je

-          Elle a dû s’absenter quelques jours, c’est pour ça que je garde Lily.

-          Ah d’accord.  Rien de grave ?

-          Je t’expliquerai, me dit Zayn en me faisant comprendre qu’il ne peut pas en parler devant Lily

-          Ok.

-          Zayn est-ce que je peux te parler ?, dit Simon en débarquant dans le hall

-          Euh ouais, lui répond Zayn

-          On te garde Lily c’est bon, dis-je en sachant très bien ce que Simon va demander à Zayn

On vient de se garer devant chez Simon. On a prévu de ne rien dire aux autres sur le retour de notre relation, il faut donc que l’un d’entre nous sorte en premier. Et l’autre quelques minutes plus tard.

-          Vas y d’abord Harry, t’es plus ponctuel que moi en général.

-          Ok.

Il m’embrasse furtivement avant de sortir de la voiture et de se diriger vers chez Simon, un peu plus loin.  J’irai à mon tour dans cinq minutes, il ne faut pas que les garçons sachent qu’on est ensemble.  Enfin on va essayer de cacher ça le plus possible. Pour notre propre bien. J’observe la chevalière que je porte à ma main droite. C’est surprenant, je n’en porte pas souvent, mais là c’est symbolique. La chaîne ne se voit pas beaucoup elle est cachée sous mon pull, et ma gourmette est retenue par la manche du même pull. Par contre Harry a bien mis ses bijoux en évidence, comme d’habitude. Je ne peux m’empêcher de sourire à cette idée. Je l’aime. C’est particulièrement stupide de ma part puisque j’ai Eleanor, mais pourtant j’ai besoin d’Harry. Heureusement qu’il était là d’ailleurs parce que tout à l’heure à l’hôpital j’ai vraiment failli perdre les pédales…  On verra bien ou ça nous mène comme je lui ai dit.

Lily est dans les bras de Jade à qui elle raconte tous ses secrets. Ma copine rigole avec la petite et ça m’énerve d’être un peu exclu de ces conversations mais ce n’est pas grave, ça doit être un truc de filles. Harry vient d’arriver, sans veste (oui il est très logique il neige et il ne met pas de veste) et avec un nouveau collier qui m’intrigue beaucoup. Il est en train de raconter sa journée à Danielle et Liam. On attend Louis, et après on descendra en studio sans attendre Zayn, le temps qu’on s’installe de toute façon il aura bien le temps d’arriver.

-          Zayn ce que j’ai à te proposer n’est pas facile et je comprendrais tout à fait que tu refuses. Ne te sens surtout pas obligé d’accepter.

-          Ok.

-          Alors voilà on a pensé avec le producteur de l’album en hommage à Perrie que tu pourrais chanter un titre en duo.

-          En duo avec qui ?

-          Avec Perrie.

-          C’est pas drôle Simon.

-          Je ne blague pas.

-          Je comprends pas…

-          Perrie a visiblement passé beaucoup de temps en studio, et on a des maquettes tout à fait exploitables sur de nombreuses chansons très différentes. Et on se disait qu’on pourrait faire un espèce de duo virtuel entre toi et Perrie.

-          D’accord. Je veux le faire.

-          Je t’ai mis toute les maquettes sur un Cd, je te laisse mon ordi et mon bureau pour que tu puisses les écouter au calme. Descends nous rejoindre quand tu auras choisi. Prends ton temps on va commencer par enregistrer les parties des autres.

-          Merci Simon.  C’est vraiment gentil à toi d’avoir prévu tout ça.

Il me sourit et me serre un long moment dans ses bras avant de descendre et de me laisser seul dans son bureau. Je prends sa place et démarre le cd qui est dans l’ordinateur. Je sens que ça va être très dur, je ne suis pas sûr d’être préparé à ça. Je mets le cd en pause avant que la première chanson ne démarre. Mais qu’est-ce que je suis en train de faire ? Entendre la voix de Perrie va raviver toute les blessures que je tente de refermer depuis des mois.  Est-ce que je veux vraiment le faire ? Est-ce que je dois le faire ?

Louis vient d’arriver, un peu essoufflé, il joue son rôle à merveille. Mais Louis m’a lancé un regard inquiet quand il a vu que Lily était là. Il est vrai que la petite est au courant pour nous deux, et je ne suis pas sûr qu’elle tienne sa langue. Mais on verra. On descend au studio avec Simon qui vient de descendre, Zayn doit être déjà en bas, ou peut-être en haut je n’en sais rien.

On entre dans la pièce en premier Jade et moi, c’est Danielle qui a récupéré Lily dans ses bras. Lorsque j’entre dans la salle de montage je vois Jesy et Leigh-Anne qui nous attendent en souriant

-          Qu’est-ce que vous faites-là ??????, dit Jade en se jetant dans leur bras

-          On s’est dit que les garçons auraient besoin d’un peu de soutien, et comme on n’avait rien à faire on a préféré venir ici plutôt que de traîner en ville…

-          C’est cool, dit Jade

-          Merci les filles, dis-je en les serrant très très fort dans mes bras

Tous les garçons disent la même chose aux filles en les saluant. Louis semble préoccupé depuis quelques minutes et il finit par dire :

-          Il est où Zayn ?

-          Il est monté avec Simon tout à l’heure !, s’écrie Lily en rigolant

Elle est vraiment trop mignonne.

Ça fait deux heures que je suis dans la maison mais je n’ai encore pas pu lui parler. Il dort. Ma demi-sœur est partie se reposer, je me retrouve donc seule à parcourir ces pièces que j’ai connues quand j’étais petite. Quasiment rien n’a changé depuis cette époque-là. Hormis l’ordinateur qui trône au milieu du salon. Et pourtant tout me semble étranger, je n’appartiens plus à cette vie, ni à cet endroit. Il est à mille lieues de moi. Mon téléphone se met soudain à sonner dans ma poche et décroche après en avoir regardé la provenance.

-          Oui mon cœur ?

-          Ça va ?, me dit Zayn

-          Bof pas vraiment et toi ?

-          Pas du tout. J’ai besoin de ton aide là.

-          Dis-moi tout…

-          Alors voilà, Simon m’a proposé de faire une sorte de duo virtuel avec Perrie sur l’album, et j’ai dit oui mais j’ai encore pas eu le courage de démarrer le cd où y’a les enregistrements de sa voix. J’ai peur que ça rouvre toutes mes blessures. Je suis un idiot, ça fait une demi-heure que je suis enfermé là sans pouvoir démarrer le cd. J’ai trop peur… Je m’en veux d’avoir peur, je me dis que c’est lâche, que je dois faire face à sa mort, mais je n’y arrive pas.

-          Chut. Bébé calme-toi… Tu veux le faire ce titre sur l’album ?

-          Oui… Enfin je crois…

-          Alors va puiser en toi, cherche l’amour que tu ressens pour elle et c’est ça qui t’aidera à trouver la force d’écouter ce cd.  Dis-toi qu’elle te l’a laissé, qu’il n’est qu’à toi et que pour toi. Si ça se trouve les chansons tu les connais toutes, parce qu’elle les a souvent fredonnées… Alors écoute-les, pleure si ça te fait du bien, pleure tout ce que tu dois pleurer, mais fais-le, parce que tu t’en voudrais de ne pas l’avoir fait…

-          Merci. Je vais faire ça. Je vais essayer… T’as pu voir ton père ?

-          Il dort, et ma demi-sœur a refusé qu’on le réveille. Donc je zone dans mon ancienne maison en attendant qu’il se réveille.

-          Ça va aller ?

-          Je suis venue ici sans me faire d’illusions, je n’attends rien de lui, alors oui ça va aller. J’écouterai ce qu’il a à me dire et après je m’en irai.

-          D’accord. N’hésite pas à m’appeler si tu veux bébé.

-          Promis.

-          Je t’aime Jenny…

-          Je t’aime aussi Zayn, et je suis sûre que tu vas y arriver.

-          Merci.

Je raccroche et range mon téléphone dans mon sac. J’espère qu’il va y arriver. C’est vraiment important pour lui.

-          C’était David ?, dit timidement ma demi-sœur en entrant dans la pièce

-          David est mort.

-          Désolé, je savais pas, papa ne m’a rien dit…

-          Je vois pas comment il aurait pu te le dire, il n’est pas au courant.

-          Ça fait longtemps ?

-          Plusieurs mois, dis-je d’une voix un peu sèche

On est en train de revoir avec Simon la répartition des paroles, pour essayer de les synchroniser au mieux avec les enregistrements disponibles de Perrie. Zayn n’est toujours pas descendu. Harry m’observe discrètement par-dessus l’épaule de nos amis. Lily joue avec les filles dans un coin de la salle, c’est une vrai pipelette, elle n’arrête pas de parler.

-          J’ai trouvé la chanson Simon, dit Zayn en faisant irruption dans la pièce

Il a les yeux rougis, il a dû énormément pleurer.

-          On en parlera plus tard, reprend-t-il, pour le moment on réfléchit à la chanson de groupe d’accord ?

On acquiesce tous en silence et Zayn se rapproche de nous. On lui explique rapidement ce qu’on a défini et il sourit en disant :

-          Ouais c’est cool comme ça. Mais j’aimerai qu’on l’enregistre à l’ancienne si c’est possible Simon ?

-          Tous ensemble dans le studio ?

-          Oui, s’il-te-plaît, je sais à quel point Perrie préférait cette technique-là à la nouvelle.

-          D’accord. Pas de souci, c’est toi qui gère pour le coup…

-          Génial Simon, s’exclame Zayn, on peut commencer par écouter la version des filles pour bien se la mettre en tête.

-          Oui, mais allez déjà vous installer, on va vous la diffuser directement dans le studio.

On va s’installer dans le studio, en cercle autour des micros, on met nos casques et on fait signe à Simon qu’on est prêts.  Je suis entre Harry et Liam, à côté d’Harry il y a Louis, à côté de Liam il y a Zayn. Il a les yeux vraiment rougis, je pense qu’il a dû pleurer. Beaucoup. Mais il a l’air d’aller mieux et je sais que cette session d’enregistrement lui tient à cœur. Derrière la vitre du studio les filles nous regardent. Danielle à Lily sur ses genoux, à côté d’elle Jade  explique quelque chose à la petite fille. Jesy et Leigh-Anne sont de l’autre côté du studio, avec Simon, ils nous observent d’un air triste. En tournant à nouveau la tête vers mes amis je comprends le pourquoi de cette tristesse : Zayn a fondu en larmes. Il a enlevé son casque et a enfoui sa tête dans ses mains.  Liam lui caresse doucement le dos et Louis lui a fait poser sa tête sur son épaule. Je me sens profondément triste pour lui.

Je suis un idiot. Pourquoi est-ce que je pleure au juste ? Peut-être parce que Perrie me manque. Plus que je n’ai jamais voulu me l’avouer. Elle me manque terriblement. Je l’aime encore, je l’aimerai toute ma vie. Entendre sa voix tout à l’heure dans le bureau de Simon a ravivé mes blessures. Elles sont à vif maintenant. Mais je pensais pouvoir ne pas craquer en studio. Change your life n’est pas une chanson triste pourtant. Et je sais qu’elle affectionnait cette chanson tout particulièrement, c’est pour ça que j’ai fondu en larmes. J’entends une porte s’ouvrir, une cavalcade et je sens des petits bras s’enrouler autour de ma taille. C’est Lily. Je la prends sur mes genoux et la serre fort contre moi. Ça me fait du bien.

-          Pourquoi tu pleures Zayn ? C’est à cause de ta copine qui est au ciel ?

Je hoche la tête en silence et elle ajoute :

-          Tu sais ma maman elle dit toujours que les gens qui sont au ciel ils nous regardent de là où ils sont alors qu’il ne faut pas pleurer parce qu’ils ne sont pas vraiment partis. Et ma maman elle dit aussi que les gens qui sont plus là ils sont un petit peu dans notre cœur et qu’ils y restent toute notre vie parce qu’il fait chaud et que c’est confortable…

Elle est si petite mais elle a déjà tout compris. Je crois que sa mère l’a surprotégé suite à la mort de son père mais pour le moment ça me fait du bien. Elle me fait un gros bisou sur la joue et enroule ses bras autour de mon cou. Je la serre contre moi et lui glisse à l’oreille :

-          Merci ma puce. C’est gentil ce que tu as dit, et tu sais ma copine elle t’aurait trouvée trop mignonne…

Elle sourit et je lui fais un bisou sur le front. Je la laisse ensuite rejoindre Danielle qui est entrée pour la récupérer. Elle m’a fait du bien, et je me sens mieux. Maintenant je sais que je vais y arriver, que j’ai la force nécessaire pour y arriver.

Ce qu’a dit la petite est vraiment trop mignon. Et ça a eu un effet vraiment bénéfique sur Zayn puisqu’il remet son casque et fait signe à Simon de relancer la musique. Il a beaucoup pleuré, et ce ne seront peut-être pas les seules larmes de cet après-midi mais j’espère que ça lui a fait du bien de relâcher tout ce qu’il ressent.

Mon père vient de se réveiller. Ma demi-sœur est entrée en premier dans sa chambre, j’attends derrière la porte pour pouvoir entrer à mon tour. Elle en ressort après une quinzaine de minutes en me disant :

-          Je vous laisse, je pense que vous avez des choses à vous dire.

-          Ok.

J’entre dans la chambre et ferme la porte derrière-moi. Mon père est allongé sur son lit, dans un vieux pyjama de flanelle. Il a dû perdre une cinquantaine de kilos depuis la dernière fois que je l’ai vu. Mais pas de doute c’est bien lui, il a les mêmes yeux perçants qu’auparavant, le même nez aplati et la même cicatrice sur le menton.

-          Je t’en prie viens t’assoir, dit-il en me désignant la chaise à côté de son lit

-          Non je préfère pas, je suis bien près de la porte.

Il soupire et dit :

-          Je suis content que tu sois venue

-          On m’a dit que tu voulais me parler, alors je suis là, dis-moi ce que tu voulais me dire.

-          Je suis désolé. J’ai changé tu sais Jenny, je suis plus pareil. Toi aussi tu as changé. Tu es devenue une belle jeune femme.

-          Une belle jeune femme rongée par les démons de son passé à savoir une mère morte sous les coups de son mari, un père qui la battait elle et sa mère jour et nuit, parce qu’il était trop bourré pour se rendre compte de ce qu’il faisait… Oui j’ai changé. J’ai essayé d’oublier tout ça, essayé de faire abstraction de ces cauchemars qui me hantent toutes les nuits depuis que j’ai quatre ans. Mais tu vois, maintenant que je me sentais mieux, que je vivais vraiment, le passé s’est rappelé à moi et je suis là alors que je crève d’envie de repartir. Je n’ai plus rien à voir avec cette vie. Rien du tout. Et je me fiche de savoir si tu as changé ou pas. Tu as tué maman, et tu as ruiné ma jeunesse. Et ça rien ne pourra le changer.

Il fallait que je le dise. Il fallait que je lui balance toute ces rancœurs à la figure.

-          J’ai changé. J’ai voulu rattraper mes erreurs. Un an après ton départ j’ai arrêté de boire, j’ai passé six mois en prison pour coups et blessures et en sortant je n’étais plus le même homme. J’ai souvent pensé à t’appeler, à essayer de m’excuser, mais qu’est-ce que j’aurai pu te dire ? Ma conduite était impardonnable, inexcusable, inexplicable même.  Et je ne voulais pas gâcher ta vie. J’ai été heureux quand tu m’as dit que ta fille était née, mais je me suis dit que tu avais fait ta vie maintenant et que je n’avais pas le droit de la briser. Alors je n’ai pas répondu et j’ai attendu toute ces années. Je sais que tu ne me croiras pas mais j’ai vraiment changé, je n’ai frappé personne depuis des années, et je n’ai plus touché à une seule goutte d’alcool depuis près de dix ans.

-          Pourquoi me dire tout ça maintenant après tant d’années ?

-          Je ne veux pas mourir sans te l’avoir dit, sans avoir au moins essayé d’avoir des excuses. Tu es venue toute seule ?

-          Oui.

-          Dommage. J’aurai aimé connaître ma petite fille, la voir au moins une fois…

Son regard est immensément triste, et malgré tout ce qu’il a fait je me dis qu’il a le droit de la voir au moins une fois.  Je cherche alors une photo récente d’elle sur mon téléphone et je m’approche du lit pour la montrer à mon père. Je n’oublierai jamais ce qu’il m’a fait subir, mais je pense être capable de lui pardonner. Après tant d’années je pense qu’il est temps que je tourne la page, et que je lui pardonne.

Ça fait plus de deux heures et demies qu’on répète inlassablement la même chanson. A chaque fois il y a quelque chose qui ne va pas. Je n’en peux plus, je commence à fatiguer. En plus j’ai envie d’embrasser Louis, mais je ne peux pas. Ça m’énerve. Après la cinquantième version de la chanson environ Zayn enlève violemment son casque et dit :

-          Putain Niall tu le fais exprès ou quoi ? C’est toujours à cause de toi que ça merde.

-          A CAUSE DE MOI ?? TU RIGOLES J’ESPERE, lui répond Niall en hurlant, C’EST PAS MOI QUI AI FAIT FOIRE LES VINGT PREMIERES PRISES EN ME METTANT A CHIALER EN PLEIN MILIEU

-          C’EST PAS NON PLUS TOI QUI A PERDU TA FIANCEE BORDEL DE MERDE !

Nos deux amis se toisent du regard et personne n’ose intervenir. C’est l’occasion pour eux de crever l’abcès. C’est le moment ou jamais.

-          T’AS TELLEMENT CHANGE DEPUIS SA MORT…, dit Niall, TU PRENDS LES GENS DE HAUT, TU FAIS DES CONNERIES, TU TRAITES TES AMIS COMME DES INCONNUS, OU ENCORE PIRE, COMME DES PEDOPHILES !

-          EXCUSE-MOI DE SOUFFRIR ! EXCUSE-MOI D’ETRE MAL PARCE QUE J’AI PERDU MA FIANCEE ! C’EST PAS DE MA FAUTE JE TE RAPPELLE !!

Zayn lance un regard noir à Louis qui fond alors en larmes. Putain mais c’est pas vrai !

-          STOOOOOOOOOOOOOOOP !

Jade vient de débarquer dans la pièce en criant, elle semble furieuse. Elle se dirige vers nous en fusillant Niall et Zayn du regard.

-          Vous arrêtez tout de suite de vous engueuler les garçons, parce qu’après je sais comment ça va se finir, je vais devoir faire un choix entre mon copain et le fiancé de ma meilleure amie, et ça je ne le veux pas ! Alors Zayn tu sors, tu vas fumer un coup ça te fera du bien, Niall toi et moi on va aller s’expliquer ailleurs, Harry charges-toi de Louis, il a besoin de toi, et Liam va retrouver Danielle là-bas, ça te fera du bien.

Elle a dit cela d’une voix très calme et posée mais ses yeux traduisent un immense agacement. Je pense que c’est moralement dur pour elle aussi. Sans me préoccuper des autres je prends Louis dans mes bras, tout contre moi pour qu’il se calme. Il pleure à chaudes larmes sans réussir à s’arrêter. Je sais que le reproche de Zayn l’a profondément blessé.

Je suis en train d’allumer ma cigarette sur le trottoir quand Jesy me rejoint. On reste un long moment à se regarder en silence avant qu’elle ne me dise :

-          Tu sais, Jade m’a un peu expliqué tout ce qui c’était passé ces derniers temps. Et je pense que t’es encore à vif, c’est pour ça que tu réagis au quart de tour. Mais dans le fond t’es pas un mauvais type. T’es un mec bien Zayn, vraiment, t’es juste encore en souffrance à cause de la mort de Perrie. T’as pensé à te faire aider ?

-          Comment ça ?

-          Je vois un psy depuis deux semaines, ça me fait énormément de bien. Je sais qu’avec lui je peux parler librement de mes émotions, de tout ce que je ressens, sans avoir peur d’être jugée. Bref, tu devrais y réfléchir.

-          Ouais, je verrais.

-          Tu me files une clope ?

Jade m’a pris par le bras et m’a fait sortir par la sortie de service pour qu’on puisse parler en privé dans la ruelle derrière l’immeuble. Elle est furieuse.

-          Tu m’avais promis d’essayer Niall ! je sais que c’est pas facile pour toi, mais essaye de le comprendre putain ! Il a perdu sa fiancée il y a à peine quelques mois, il doit enregistrer un titre pour lui rendre hommage, alors oui aujourd’hui c’est vraiment dur pour lui, je pensais que tu pourrais au moins comprendre ça !

-          Désolé mais j’en ai marre qu’il ait le droit de faire n’importe quoi juste au nom de son chagrin ! ça ne lui donne pas le droit de me traiter comme une merde !

-          Il te traite pas comme une merde putain ! Il a besoin de passer ses nerfs, ça aurait pu être n’importe qui ! mais pourquoi tu comprends pas ça Niall ??? Hein ? Pourquoi ?

-          J’en sais rien… Désolé Jade, je sais que ça te blesse. Mais j’en veux toujours à Zayn. Il m’a quand même explosé le poignet.

Je suis toujours en larmes dans les bras d’Harry. Instinctivement j’ai resserré notre étreinte. Je me fous des gens autour, je me fous de savoir qui nous regarde ou pas, j’ai juste besoin de lui. J’aimerai tant qu’il puisse me dire que tout cela n’est qu’un vilain cauchemar, que l’accident n’a pas eu lieu. Que je ne m’en voudrais pas toute ma vie d’être le putain de responsable de la mort de la fiancée d’un de mes meilleurs amis ! Zayn m’en voudra toujours, même s’il ne le dit pas, et ça je viens de le comprendre. Toute ma vie je devrais porter la responsabilité sur mes épaules. Toute ma vie je me dirais que je suis un assassin, un idiot, un irresponsable. Perrie est morte à cause de moi, Eleanor ne sortira peut-être jamais du coma, tout ça par ma faute.

-          Louis ? J’ai une idée, me glisse Harry à l’oreille, on termine l’enregistrement et après on ira quelque part. Tu me fais confiance ?

-          Oui.

-          C’est bien.  Je t’aime. Et je vais t’aider à t’en sortir. D’accord ?

-          Merci…

Je le serre encore plus fort dans mes bras et ses lèvres viennent doucement embrasser mon cou.

J’ai Lily dans mes bras, et je lui explique grosso modo comment fonctionne une table de mixage. Niall et Jade viennent de rentrer dans le studio, un peu moins en froid que quand ils sont sortis apparemment. Danielle me sourit, je crois qu’elle aime l’idée que j’ai un enfant dans les bras.

-          Comment t’as sur pour Harry et Louis ?, demande ma copine à Jade

-          T’as pas vu leurs chevalières ?

Tout le monde nie en silence.

-          Ils portent chacun les initiales de l’autre.  Et ils ont la même chaîne autour du cou même si Louis essaye de la cacher sous son pull.

-          T’es vachement observatrice, dis-je

-          Perrie me disait toujours…

-          …qu’il faut toujours observer les moindres petits détails pour comprendre les gens, dit Zayn en arrivant dans la pièce, Niall je suis désolé, je me suis un peu emporté.

-          C’est pas grave mec.

Il se lève et va serrer Zayn dans ses bras. Je ne comprendrais jamais leur psychologie.

-          Bon les amoureux, maintenant que vous êtes grillés vous pouvez peut-être venir nous rejoindre et nous expliquer !, dis-je en poussant la porte du studio.

Louis et Harry se séparent l’un de l’autre, entrelacent leurs doigts et viennent nous rejoindre. Louis pleure toujours, mais plus doucement.  Je pense que la remarque de Zayn l’a profondément blessé. Les amoureux s’installent sur un tabouret et complètent le cercle formé par Jesy, Jade, Niall, Dani, Zayn, Louis et Harry. Leigh-Anne a disparu avec Simon on ne sait où.

-          Comment vous nous avez grillé ? dit Louis

-          Les chevalières, répond Jade, et les chaînes, c’est pas discret.

Effectivement maintenant je comprends qu’ils ont chacun une chevalière avec les initiales de l’autre. C’est mignon.  Mais je ne comprends pas comment ils se sont remis ensemble. Enfin leurs mères ont été bien claires là-dessus, elles leur ont interdit de se voir.

-          Désolé mais moi j’en pouvais plus de me cacher, reprend Harry, j’aime Louis et il m’aime, on ne s’attend pas à ce que vous compreniez, juste à ce que vous acceptiez et que vous gardiez le secret.

-          Moi je vous trouve mignons, dit Lily à la surprise générale, et puis chacun a le droit d’aimer qui il veut.

Louis sourit et tend ses bras à la petite. Elle lui tend les bras aussi et je lui passe. Lui et Harry font un gros câlin à la petite, et en profitent pour s’embrasser par au-dessus de son épaule. On rigole tous doucement, c’est vrai qu’ils sont mignons ensemble.  Je récupère ensuite la fille de ma petite amie et je l’installe sur les genoux. Elle me sourit et se blottit contre mon torse. Je dois avouer qu’elle a été particulièrement sage pendant le début de notre session d’enregistrement, et je suis agréablement surpris.

-          BOISSONS CHAUDES POUR TOUT LE MONDE ! dit Simon en revenant dans la salle

Il est suivi de Leigh-Anne qui porte un plateau avec plusieurs thermos et des gobelets en plastique. C’est vrai que c’est une bonne idée.

J’ai montré beaucoup de photos à mon père, je lui ai raconté un peu de ma vie avec David, sa mort aussi, à quel point Lily est belle et pétillante, mais j’ai gardé pour moi mon histoire avec Zayn. J’ai vu mon père sourire, pour la première fois de ma vie.

-          Papa, il faut que je parte maintenant, je reviendrai te voir demain matin

-          D’accord Jenny. Merci d’être venue, ça compte beaucoup pour moi.

-          Ça compte aussi pour moi. J’en avais besoin je crois. Allez, à demain !!

Je lui prends doucement la main pour lui dire au revoir et je ressors de sa chambre. Dans l’entrée je récupère mon manteau, mes bottes et mon sac à main. Ma demi-sœur me rejoint et dit :

-          Ça a été ?

-          Oui.

-          Tu m’en veux pas de t’avoir appelée alors ?

-          Non. Merci. Et merci de ce que tu fais pour lui.

-          C’est normal c’est mon père…

-          Merci quand même.

Je mets mon sac sur l’épaule et sors de la maison. Je repasserai demain matin.  En sortant je passe un coup de fil à Zayn :

-          Coucou ma puce ? ça va ?, me dit-il

-          Ouais. Je sors de chez mon père là. Ça s’est mieux passé que ce que je pensais.

-          C’est bien alors.

-          Et vous ? comment ça va ? Vous en êtes où de votre session d’enregistrement ?

-          On n’a pas vraiment avancé, là on fait une petite pause et après on s’y remet.

-          D’accord. T’as réussi à écouter ce que tu devais écouter ?

-          Oui. C’était parfait. Je te ferais écouter le cd, tu verras.

-          D’accord. Tant mieux si t’as réussi. T’as choisi la chanson que tu vas chanter alors ?

-          Oui.

-          Tu vas chanter quoi ?

-          Attend deux secondes je m’éloigne ils rigolent trop fort…. Voilà c’est bon. Tu me disais ?

-          Je te demandais quelle chanson tu avais choisi pour ton duo avec elle.

-          Little things. C’est une de nos chansons qu’elle aimait le plus, et en plus… je l’ai jamais dit à personne mais… pendant tout l’enregistrement de la chanson elle était là, et c’est elle qui a fait que j’ai aussi bien chanté le jour-là.

-          C’est vrai que tu chantes particulièrement bien sur celle-là.

-          Merci.

-          Tu vas y arriver ?

-          Oui t’inquiètes, je découvre en moi des ressources que je n’imaginai même pas. Et puis j’ai Lily pour me consoler dès que je craque…

-          Comment ça ?

-          Je t’expliquerai. Tu rentres quand ?

-          Demain dans la journée je pense.

-          D’accord.

-          Tu fais un gros bisou à Lily de ma part ?

-          Oui c’est promis. Prend soin de toi, je t’aime !

-          Je t’aime aussi. Bisous !

-          Bisous !

Je raccroche et me dirige vers le bar de la ville. Il n’est même pas 17h, le bar devrait être encore ouvert.

On vient de finir de goûter et il est temps pour nous de retourner en studio.  Les tensions se sont un peu apaisées entre mes amis et tant mieux. J’espère juste qu’on va enfin y arriver, parce que j’en ai marre de répéter sans cesse les mêmes paroles. Avant de me laisser entrer dans le studio Danielle m’attire dans un coin de la pièce et m’embrasse longuement, langoureusement. C’est fou ce que ça fait du bien !! Après de très très longues minutes elle décolle ses lèvres des miennes et dit à voix basse :

-          Je t’aime Liam… Et ça change d’entendre ta voix en vrai et pas après mixage…

-          Tu l’aimes ma voix ?

-          J’adore ta voix ! Je suis ta plus grande fan Liam !!

-          Je t’aime Danielle. Faut que j’y aille maintenant, les garçons m’attendent.

Elle me vole un dernier baiser et me laisse passer, je vais rejoindre les garçons qui m’attendent à l’intérieur du studio. Lorsqu’on est prêts on se lance dans une nouvelle session d’enregistrement.

Lorsque j’ai fini de chanter la dernière note de la chanson je demande à Simon de nous faire écouter le résultat. C’est parfait. Absolument parfait. Et quand ça sera synchronisé avec la voix de Perrie ça sera encore mieux.

-          Merci les mecs d’avoir fait ça pour elle, c’est parfait… Merci.

Je sens les larmes me monter aux yeux et je tente de les refouler mais en vain. J’en laisse échapper une et l’essuie du bout des doigts en souriant.

-          J’crois que j’ai encore pas fini de pleurer…

Liam me sourit et me prend dans ses bras. Nous sommes vites rejoints par Niall, puis par Harry et Louis. Ce genre de câlin collectif nous fait du bien. Après de longues minutes on se sépare et on retourne dans la salle de montage où tout le monde nous attend.  Dès qu’on entre Simon nous dit :

-          Je viens de bricoler vite fait un montage avec la voix de Perrie.  Vous voulez entendre ce que ça donne ? Sachant qu’on calera tout ça bien en post-production après

-          Ouais vas-y Simon, fait-nous écouter, dit Jade en même temps que moi

Il lance l’enregistrement et on passe trois minutes à écouter de manière quasi religieuse la chanson qu’on vient d’enregistrer, avec la voix de Perrie. Le rendu est vraiment magnifique. Jade m’a pris la main au milieu de l’enregistrement, elle semble aussi émue que moi. De son autre main elle tient celle de Jesy qui tient celle de Leigh-Anne. Je respire un grand coup à la fin de l’enregistrement et dit :

-          Vous êtes tous géniaux, merci d’avoir pu rendre ça possible… J’vous adore ! Tous !

-          C’est normal, dit Simon, mais le boulot ne s’arrête pas là pour toi, il te reste encore un enregistrement à faire.

-          Oui je sais Simon.

Je me tourne vers les garçons et dit :

-          Je ne vous oblige pas à rester, vous devez avoir des trucs à faire

-          Moi je reste, dit Niall, de toute façon je pense que Jade veut rester aussi

-          On reste aussi Danielle et moi, dit Liam, on sera là si t’as besoin de soutien

-          Nous on s’en va, dit Harry, désolé mais il faut absolument que j’emmène Louis quelque part…

-          Désolé Zayn, ajoute Louis

-          C’est pas grave les garçons, je comprends tout à fait, allez-y

-          Nous tu ne nous a pas demandé mais on reste, ajoute Leigh-Anne

-          Merci les filles, c’est sympa…

Je prends la main de Louis et après avoir salué tous les gens qui sont là on sort et on reprend la voiture. C’est moi qui conduis. Louis est prostré dans le silence, il refuse de dire quoi que ce soit. Il est encore très marqué par la remarque de Zayn de tout à l’heure. Je le comprends. Mais ça m’énerve de le voir prostré comme ça. Mais j’ai mon idée sur comment l’aider. Il n’a pas réussi à effacer l’accident de sa mémoire, et pour cause, il n’en a jamais parlé à personne depuis que c’est arrivé. Il a besoin d’une thérapie de choc.

-          Hazza ? On va où ?

-          Tu verras, fais-moi confiance.

Il croise ses bras et s’emmure à nouveau dans le silence. J’espère que je vais réussir à le dérider un peu.

Zayn vient de redescendre avec le CD qu’il avait laissé dans le bureau de Simon. Il l’insère dans le pc et dit en se tournant vers les filles :

-          Vous saviez que Perrie avait enregistré autant de maquettes ?

-          Euh…, hésite Jesy en regardant Leigh-Anne

-          Elle nous avait fait promettre de ne pas te le dire en fait, lais maintenant qu’elle n’est plus là t’as le droit de savoir : quand tu n’étais pas là et que tu lui manquais trop elle venait ici, et elle chantait à peu près tout ce qu’elle connaissait pour se détendre et essayer de ne pas trop pleurer.

-          Il m’est déjà arrivé plusieurs fois de devoir la mettre dehors le soir parce qu’elle était encore là au milieu de la nuit, ajoute Simon

-          Ok.

Zayn se retourne vers le PC et nous dit :

-          J’ai choisi celle-là

Il lance l’enregistrement et je reconnais la chanson aux premières notes, j’échange un regard avec Niall qui l’a reconnue aussi : c’est Little Things, une de nos chansons. Il paraît que Perrie l’aimait tout particulièrement, et si je me souviens bien elle était aussi là lors de l’enregistrement de cette chanson.

La maquette de Perrie sur cette chanson est particulièrement impressionnante, elle a posé sa voix sur quasiment toute la chanson, et c’est vraiment exploitable pour un duo avec Zayn. Mais ça va être émotionnellement très très dur pour lui. Lily, sur les genoux de ma petite amie a fermé les yeux et écoute la chanson en souriant. Elle est vraiment mignonne, et je sais que si Zayn craque elle sera là pour le consoler. Je regarde mon ami qui a déjà les larmes aux yeux, et bah ça promet pour la suite ! Je prends doucement la main de Jade et entrelace mes doigts aux siens. Elle m’a fait comprendre qu’il fallait que je pardonne à Zayn. Et même si je ne lui ai pas dit, je lui ai pardonné. De toute façon il a besoin de nous comme on a besoin de lui.

-          Bon, Simon je vais en studio, tu me dis quand c’est bon ok ?, dit soudain Zayn

Lily qui a ouvert les yeux lui tend les bras et Zayn vient la prendre dans ses bras. Il la serre contre lui un long moment, il s’est vraiment attaché à cette gamine et ça c’est bien. Ça l’aidera à aller mieux.

-          Il est hors de question que je sorte de la voiture ici Harry !

Mon petit-ami me regarde d’un air suppliant

-          Bon ok, mais cinq minutes pas plus d’accord ?

-          Génial !

Je sors de la voiture, bras croisés, mal à l’aise. Harry s’est gré à quelques dizaines de mètres de l’endroit où a eu lieu l’accident, à quelques dizaines de mètres de l’endroit où ma vie a basculé. D’un sourire il m’enjoint à l’accompagner, mais c’est impossible. Dans ma tête défilent déjà les images de cette nuit funeste. Je me mets alors à sangloter comme un idiot, planté là, au milieu du trottoir. Harry s’approche de moi et me prend dans ses bras, je voudrais le repousser, lui dire qu’on ne peut pas faire ça, mais mon cœur me pousse à me réfugier dans ses bras, sous sa protection. J’ai besoin de lui. Alors je le laisse m’étreindre longuement, jusqu’à ce que je me sois un peu calmé. Lorsque mes larmes ne coulent plus que par intermittences il prend ma main et m’emmène jusqu’au carrefour où l’accident s’est produit. Je regarde la route, les yeux dans le vague, j’essaye de m’imaginer la scène vu de l’extérieur, mais je n’y arrive pas, tout ce qui me vient en tête c’est le regard paniqué d’Eleanor et le cri déchirant de Perrie, puis plus rien. C’est à ce moment-là ce soir-là que j’ai sombré dans l’inconscience, jusqu’à mon réveil à l’hôpital. Harry me serre un peu plus fort la main.

-          Tu sais que…

-          Que tu n’étais pas repassé ici depuis l’accident ? Oui je le sais, me répond Harry, et c’est pour ça qu’on est là aujourd’hui. Il faut que tu réussisses à tourner la page de cet accident, il faut que tu voies qu’on peut aussi passer ici en toute tranquillité, sans avoir d’accident.

-          J’ai grillé le stop Harry, c’était de ma faute et entièrement de ma faute

-          T’avais bu !

-          Raison de plus. J’aurai jamais dû prendre le volant…

-          Le fait est que c’est fait et qu’on ne peut pas revenir en arrière.

-          Je suis un assassin Harry. Un assassin. Perrie est morte à cause de moi.

-          Louis !

Je décolle mes yeux de la route et les pose sur mon petit-ami qui vient de sévèrement m’interpeller.

-          Ne dis pas ça. C’était un accident. Un simple accident d’accord ?

-          Non. Je suis un meurtrier Harry, par ma faute Perrie est morte ! Et Eleanor ne s’en sortira peut-être jamais !

-          Elle va s’en sortir. Et il faut que tu arrives à passer le cap de la mort de Perrie. C’était pas ta faute et tu le sais… Mais c’est plus facile pour toi de t’accuser plutôt que d’accepter que ce soit un simple accident…

-          Tu le penses vraiment ?

-          De quoi ?

-          Que je ne suis pas un meurtrier.

-          Tu n’en es pas un à mes yeux…

-          Merci. Mais tu ne m’enlèveras pas cette idée de la tête.

-          Si Perrie était là elle te dirait que tu n’y peux rien, que c’était un bête accident…

-          Qu’est-ce que t’en sais ?

-          Je le sais, c’est tout. Fais-moi confiance Louis…

Je souris et m’apprête à l’embrasser quand un éclat lumineux attire mon regard à une cinquantaine de mètres.

-          Putain merde ! Haz on s’en va !!!

Je le force à me suivre en courant à moitié et une fois que nous sommes à l’intérieur de la voiture il me dit :

-          Putain mais qu’est-ce qui te prend ?

-          Y’avait un photographe planqué au coin d’un immeuble. On est dans la merde putain…

Je pense à la réaction que ma mère va avoir si le photographe a eu le temps de prendre des photos d’Harry et moi main dans la main et je fonds en larmes.

On en est à la quatrième prise, comme il fallait s’y attendre Zayn a beaucoup pleuré, faisant foirer toutes ses tentatives de chant. Jesy et Leigh-Anne discutent à voix basse dans un coin de la salle, Danielle est en train de me faire un massage divinement agréable dans le dos, Niall et Jade discutent de Zayn d’après ce que j’en entends, Lily est avec Simon, elle observe Zayn à travers la vitre. Lorsqu’il fond à nouveau en larmes la petite descend de son tabouret, ouvre la porte donnant sur le studio et va rejoindre Zayn.

Encore une fois je sens des petits bras enserrer ma taille. Mais qu’est-ce que je ferais sans elle bon Dieu ? Je prends Lily dans mes bras pour l’installer sur mes genoux et Lily me regarde avec ses magnifiques grands yeux avant de me dire :

-          Tu sais, je n’aime pas quand tu pleures. Ça me rend triste. Et ça rendrait triste ma maman. Et ta copine qui est au Ciel aussi.

-          Je sais Lily. Mais je suis triste parce que ma copine qui est au Ciel me manque…

-          Je sais. Niall il m’a dit ça. Mais moi je lui ai dit qu’il ne fallait pas être triste parce qu’elle est bien là où elle est et elle te regarde. Et elle serait très très triste de te voir pleurer.

Comment elle fait pour trouver exactement les mots justes à chaque fois ?

-          Oui ma puce. Je vais faire en sorte de ne plus pleurer. Tu veux bien me faire un câlin maintenant ?

Elle enroule ses petits bras autour de mon cou et me serre très fort contre elle. Heureusement que Lily est entrée dans ma vie, avec Jenny, je ne sais pas comment j’aurai tenu sinon. Parce que Perrie me manque énormément.

-          Ma puce ?, dis-je soudain, je te propose un truc : tu restes ici avec moi pendant que j’enregistre ma chanson d’accord ? Comme ça tu m’empêches de pleurer…

-          Ouiiiii !

-          Mais faut pas faire de bruit quand je chante d’accord ?

-          Promis…

Je la pose sur le tabouret à côté du mien, remet mon casque et fais signe à Simon que je suis prêt. Cette fois c’est la bonne ! Je le sens, je le sais. Je souris en entendant les premières notes de la chanson et je me lance à poser ma voix sur celle de ma fiancée tout en regardant Lily qui me regarde en souriant.

J’ai passé près de vingt minutes à calmer Louis. Bien évidemment il a peur de ce que nos mères vont dire de tout ça, mais on s’en fout, on s’aime et c’est l’essentiel. Maintenant qu’il a arrêté de pleurer je peux enfin passer à la partie deux de mon plan. La première était de l’amener sur le lieu de l’accident, il lui fallait un électrochoc pour qu’il accepte de parler, et je sais que maintenant c’est le cas. La deuxième risque d’être plus délicate, je veux l’amener au cimetière où est enterrée Perrie, jusqu’à présent il a toujours refusé de s’y rendre. Mais il le faut. Il a besoin de pouvoir présenter ses excuses à Perrie, même si elle n’est plus là, il en a besoin, ça l’aidera à tourner la page.

Zayn a merdé sa première maquette mais il est en train d’enregistrer la deuxième, sous les yeux attentifs de Lily, assise sur le tabouret à côté du sien Jade joue avec le bout de mes doigts, ça lui évite d’être trop triste en écoutant la voix de Perrie résonner entre ces murs. Simon commence à fatiguer, Liam a engagé la conversation à voix basse avec Leigh-Anne et Jesy et Danielle est sortie il y a dix minutes pour prendre un peu l’air. J’ai hâte que cette journée se termine, elle a été très éprouvante pour nous tous. Zayn vient de finir d’enregistrer, il demande maintenant à écouter le résultat, avec la voix de Perrie. Nous nous taisons tous à l’écoute du morceau, c’est vraiment magnifique ! Leurs voix s’harmonisent et se répondent parfaitement… Zayn sourit, prend Lily dans ses bras et couvre le crâne de la petite fille de baisers. Il a l’air vraiment heureux d’avoir réussi, d’avoir pu enregistrer ce morceau, même avec un peu de mal. Il vient ensuite nous rejoindre dans la salle de montage et donne Lily à Jade. Il va ensuite serrer Simon dans ses bras, longtemps, très longtemps. Il lui dit ensuite :

-          Tu peux me faire une copie du Cd s’il-te-plaît ? Je voudrais le faire écouter à quelqu’un

Simon hoche la tête en souriant et Zayn se tourne vers nous.

-          Merci d’être restés, ça fait du bien de se sentir soutenu… Niall je peux te parler ?

-          Oui oui bien sûr.

-          Lily tu dis au revoir à tout le monde, dès que je reviens on s’en va.

-          D’accord, répond la petite en souriant

Je prends Niall par l’épaule et l’emmène dehors par la sortie de service. Je lui dis alors :

-          Je suis désolé de m’être énervé comme ça contre toi tout à l’heure. C’était vraiment con.

-          C’est pas grave mec, t’es tout pardonné… Moi je m’excuse de t’avoir fait la gueule pendant plus d’un mois, ça ne servait à rien…

-          Ouais mais je le méritais.

On se regarde longuement puis on éclate de rire tous les deux. Ça fait du bien de retrouver mon ami ! Je le serre longuement dans mes bras et il en profite pour me dire :

-          Tu sais, Perrie serait vraiment fière de ce que tu as fait aujourd’hui, t’as été super courageux.

-          Merci.

Nous rentrons ensuite dans la salle et les trois filles, les trois meilleures amies de ma fiancée viennent me serrer dans leur bras. Je les serre longuement contre moi, leur présence me fait du bien, beaucoup de bien. Jesy finit par me dire :

-          Réfléchis bien à ce que je t’ai dit, ça pourrait vraiment t’aider…

-          Et si t’as besoin de quoi que ce soit n’oublie pas qu’on est là, dit Leigh-Anne

-          Merci les filles.

Je récupère le Cd que Simon me tend, puis Lily qui discute à voix basse avec Jade et nous remontons, nous nous installons dans la voiture et je dis :

-          Ça te dérange si on passe encore quelque part avant de rentrer ? Je voudrais te présenter quelqu’un.. 

-          Oh chouette !, me répond la fillette

Lorsque Louis comprend où on est, il me regarde, complètement terrifié et me dit :

-          Je peux pas. C’est au-dessus de mes forces d’aller là-bas.

-          Pourtant il va bien falloir que tu y aille un jour.

-           Non. S’il-te-plaît Haz, tout ce que tu veux mais pas ça !! ça me rappelle trop l’accident.

-          Justement. Il faut que tu puisses tourner la page Louis. Tourner la page.

-          Je peux pas. C’est vraiment au-dessus de mes forces. J’y arriverai pas…

-          Je serai là avec toi tout le temps. Mais tu dois bien ça à Perrie non ?

J’ai touché la corde sensible et après un très très long moment de silence il me dit :

-          Ok. Mais on ne reste pas longtemps hein ?

-          Promis. On va aller acheter des fleurs avant d’y aller ok ?

-          Oui. Merci Haz.

-          Merci de ?

-          De me forcer à faire tout ça. Là pour le moment je te déteste parce que j’ai vraiment pas envie d’y aller mais je sais que tu fais ça pour mon bien. Alors merci.

-          Ne me remercie pas, allez, on y va.

-          Attends !

Il m’attrape le bras, m’attire à lui et m’embrasse très longuement. Après cela il sourit et nous sortons de la voiture. Je sais qu’il y a un fleuriste juste à côté du cimetière et c’est vers-là que nous nous dirigeons tout d’abord, main dans la main puisque de toute façon nous avons été grillés.  Lorsque nous entrons dans la boutique Louis se tourne vers moi et dit :

-          On prend quoi ?

-          Des roses. Blanches.

-          Tu crois ?

-          J’en suis certain. Les dernières fois que je suis passé c’est les fleurs que j’ai déposé sur sa tombe, et y’en avait d’autres.

-          D’accord.

Louis se dirige vers le comptoir et négocie avec la vendeuse pour avoir les fleurs choisies. Il paye, récupère le petit bouquet et reprend ma main avant de sortir du magasin.

-          J’ai peur Harry.

-          Tu devrais pas, tu sais, elle ne va pas sortir de sa tombe pour t’engueuler.

-          C’est pas drôle Hazza.

-          Je sais. Mais t’as souri quand même…

Il rigole et je dois avouer que ça me détend. Mais je reste complètement paniqué alors que nous entrons dans le cimetière. Je ne suis jamais venu, je n’ai pas la moindre idée de l’endroit où peut se trouver la tombe de Perrie. Mais Harry lui à l’air de savoir puisqu’il me guide dans le dédale des allées. Il ralentit lorsque nous entrons dans la bonne allée et il me dit :

-          Ça va aller ?

-          Oui. T’as raison, il faut que je le fasse.

-          Oui. C’est la tombe qui est presque au fond là-bas, avec la croix blanche.

Je repère la tombe des yeux et dit :

-          Attends. Je me sens pas encore prêt. Laisse-moi encore deux minutes s’il-te-plaît…

Jade et moi venons d’entrer dans son appartement. Elle est fatiguée, tout comme moi, on a vécu des émotions assez fortes cet après-midi, mais ça c’était à prévoir.

-          T’as faim ?, me demande-t-elle

-          Oui et toi ?

-          Ouais. Bon bah je vais préparer un truc alors…

Je l’attrape par les hanches et la force à se retourner vers moi. Je la regarde en souriant et dit :

-          On va commander des pizzas, j’ai pas envie que tu cuisines ce soir… On va plutôt se poser sur le canapé d’accord ?

-          Oui… Merci mon cœur…

Elle m’embrasse doucement et m’attire vers le canapé. Je m’installe dessus et elle s’allonge, la tête sur mes genoux, comme d’habitude.  Je commande rapidement des pizzas tout en caressant doucement son crâne. Elle a fermé les yeux, elle doit penser à Perrie. Et je la comprends. Si elle veut demain on passera au cimetière, enfin en tout cas je lui proposerai qu’on y passe.

Pour une fois c’est Dani’ qui conduit. Je suis en train de pianoter sur mon téléphone quand je reçois un appel de Jay, la mère de Louis. Je fronce les sourcils en me demandant pourquoi elle m’appelle et décroche.

-          Allô Liam ?

-          Oui Jay, un problème ?

-          J’arrive pas à joindre mon fils sur son portable, est-ce que tu sais où il est ?

-          Je n’en ai pas la moindre idée désolé. Mais il a dû oublier son portable ou alors il n’a plus de batterie. C’est très urgent ce que tu dois lui dire ?

Si c’est vraiment urgent j’essayerai de joindre Harry pour qu’il transmette le message à Louis.

-          Bah plutôt. Je viens d’avoir un coup de téléphone d’un paparazzi qui me demandait si mon fils sortait avec Harry parce qu’il venait de les surprendre main dans la main…

-          Merde…

Je regrette ce mot juste après l’avoir laissé échapper.

-          Liam ? T’es en train de me dire que c’est vrai ?

-          Hem… Pas vraiment… Enfin j’en sais rien, c’est pas mes histoires, c’est à Louis de t’expliquer tout ça, moi je ne me mêle pas de sa vie privée.

-          Liam ? Dis-moi juste si mon fils sort bel et bien avec Harry.

-          Il va me tuer pour te l’avoir dit mais… oui. Il sort avec Harry.

Après un silence très pesant elle reprend.

-          T’en penses quoi toi ?

-          Je sais pas, c’est sa vie, pas la mienne, je veux pas juger je…

-          Liam, tu tiens à Louis autant que moi et je sais que tu as un avis là-dessus, alors dis-le moi s’il-te-plaît.

-          Je pense que c’est dégueulasse pour El’. Mais je sais que ça fait du bien à la fois à Louis et à Harry. Alors j’accepte leur relation, ils ont l’air vraiment heureux quand ils sont l’un avec l’autre Jay, vraiment.

-          Ok. Merci de ton aide, j’essayerai de joindre mon fils un peu plus tard.

Elle raccroche et je regarde Danielle qui m’interroge du regard.

-          Louis va se faire exploser par sa mère. Elle est au courant pour lui et Harry, ils se sont fait voir main dans la main.

-          C’est peut-être mieux comme ça.

-          Comment ça ?

-          Si ils doivent se cacher perpétuellement ils ne seront jamais heureux, alors vaut peut-être mieux que ça se sache.

-          T’as pensé à Eleanor ? Le jour où elle va sortir du coma ça va lui faire un vrai choc.

-          Oui mais en attendant Harry soutient Louis dans les épreuves. Sinon j’imagine même pas où Louis en serait en ce moment.

-          Oui. Mais c’est quand même dégueulasse pour Eleanor.

-          Putain Liam mais arrête avec Eleanor ? Pourquoi tu la défends autant ?

Et merde, je suis grillé. Je ne peux pas mentir à Danielle, elle le sentirait, et ne rien lui répondre ne ferait qu’encore plus la pousser à m’interroger.

-          Eleanor et moi on a failli sortir ensemble avant qu’elle ne rencontre Louis. Et je suppose qu’il y a une infime partie de moi qui a gardé souvenir de ce temps-là.

Je me suis garé devant le cimetière et on est chez le fleuriste avec Lily. J’ai pris mon traditionnel bouquet de roses blanches pour Perrie et je la laisse choisir une fleur pour son papa. Elle a choisi un gerbera. « Jaune comme le soleil pour le réchauffer ». Elle est vraiment trop mignonne. Lorsque je paye les fleurs la vendeuse s’exclame :

-          Encore un bouquet de roses blanches ?!? J’en ai vendu un il y a moins de vingt minutes…

-          Faut croire qu’il y a des gens aux goûts particuliers, dis-je en souriant

Je récupère mon bouquet, confie le gerbera à Lily et prend sa main pour l’emmener au cimetière.

Lorsque Louis a enfin consenti à bouger nous nous sommes approchés de la tombe de Perrie. Il a déposé les fleurs sur la tombe avant de fondre en larmes dans mes bras. C’est sûr que ça doit être horrible pour lui, mais il le fallait. Je suis persuadé que ça lui fera du bien. Il s’écarte soudain de mes bras, s’accroupit devant la tombe de Perrie et dit :

-          Je suis désolé Perrie. Je m’en veux terriblement. Je n’aurai pas dû prendre le volant ce soir-là, c’était vraiment stupide de ma part. Vraiment. Pardonne-moi.

Ses larmes coulent de moins en moins et je sens que j’ai gagné mon pari. Pouvoir présenter des excuses à Perrie, même symboliques doit lui avoir fait du bien.

-          Hazza ? On peut rester encore un peu ?

-          Bien sûr. On reste tout le temps que tu le voudras Louis.

-          Merci.

Toujours accroupi dans la neige, une main sur la pierre tombale il prononce à voix basse des paroles que je ne comprends pas et que je ne cherche pas à comprendre. J’en profite pour observer autour de moi et aperçois deux silhouettes familières qui remontent l’allée centrale. C’est Zayn et Lily. Mon ami me fait un petit signe de la main auquel je réponds et s’engouffre avec la petite, deux allées plus loin que la nôtre. Cela doit être pour aller voir le père de Lily qui doit être enterré ici. La petite dépose une fleur sur la tombe avant de se tourner vers Zayn et d’échanger quelques mots avec lui. Ils prennent ensuite la direction de l’endroit où nous nous trouvons. Louis qui n’a pas vu nos amis arriver sursaute lorsque Zayn dit :

-          Ah bah c’était vous le deuxième bouquet de roses blanches…

Mon petit-ami se relève précipitamment, fuit le regard de Zayn et me dit du bout des lèvres :

-          On peut y aller s’il-te-plaît ?

Avant que j’ai pu répondre quoi que ce soit Zayn dit :

-          Louis ? Je crois qu’il faut qu’on parle…

J’ai bien compris que Louis s’en voulait par rapport à ma remarque de tout à l’heure. Mais je voudrais m’excuser, mes paroles ont dépassé ma pensée, encore une fois.

-          Lily ? Tu veux bien aller te promener un peu avec Harry s’il-te-plaît ? Je voudrais parler un peu avec Louis

-          D’accord !!

Elle tend la main à Harry qui sourit en la lui prenant. Ils s’éloignent en marchant et en discutant. Je me tourne alors vers Louis qui garde la tête baissée et n’ose poser ses yeux sur moi.

-          Louis ? Regarde-moi…

Il lève très lentement la tête mais son regard est toujours fuyant.

-          Je suis désolé de ce que j’ai dit tout à l’heure. C’était inutile et vain, et ça ne changera rien à la situation…

-          Je m’en veux… Perrie est morte par ma faute et je ne pourrais jamais me le pardonner…

-          Louis… C’est pas ta faute. C’était un accident.

-          J’avais trop bu putain ! Tout le monde le sait que j’avais trop bu !!

-          On n’aurait pas du te laisser prendre le volant, c’est notre faute à tous. Et tu souffres déjà bien assez, la mère de ton enfant est dans le coma alors ne te rajoute pas des souffrances inutiles.

-          Tu penses vraiment ce que tu viens de dire ?

-          Oui. Bien sûr… Et puis tu sais je pense que Perrie te dirais la même chose que moi. En plus elle t’adorait Louis !

-          Je sais. Raison de plus…

-          Louis, arrête ! Je ne veux plus t’entendre culpabiliser à cause de ça. Le passé est fait, on ne peut pas le changer, alors concentre toi sur l’avenir ok ? Penses à Eleanor, au bébé, et à Harry aussi, parce que je sais à quel point tu l’aimes. Penses à la manière dont ils vont tous souffrir si tu continues à t’en vouloir comme ça.

Il fond en larmes et je le prends dans mes bras. Je le serre contre moi et le laisse pleurer, ça ne pourra lui faire que du bien. Je pense vraiment ce que je viens de lui dire, il est temps pour tout le monde de tourner la page. Maintenant que le Cd hommage à Perrie est enregistré on va tous pouvoir passer à autre chose. Et moi le premier. J’en ai vraiment vraiment besoin.

On a englouti nos pizzas en quatrième vitesse et on a décidé d’aller se coucher, même s’il n’est que 18h30. Jade est vraiment épuisée, et moi aussi en fait. Elle s’est allongée à côté de moi, en sous-vêtements et s’est blottie contre moi. Elle a posé sa main sur mon torse qu’elle caresse tout doucement. Je l’aime. Je suis profondément amoureux d’elle. Et je pense que notre histoire durera. Je le sens…

-          Bébé ?

-          Oui mon cœur ?, dis-je en la regardant

-          Elle me manque.

-          Perrie ?

Elle hoche la tête en silence et je comprends que la journée d’aujourd’hui a réveillé en elle une douleur qu’elle essayait d’enfouir. Je me décale un peu dans le lit pour me mettre à sa hauteur, je glisse mes doigts sous son menton et je l’embrasse doucement. Elle enroule ses bras autour de mon cou et enfouis sa tête dans mon cou, tout contre mon torse. Elle a besoin de soutien, elle a besoin d’être entourée, protégée. Comme une enfant… Et j’aime ça. Je serais capable de lui apporter ce soutien dont elle a besoin. Après de longues minutes elle commence à m’embrasser dans le cou, me faisant sursauter.

-          Jade attends, qu’est-ce que tu fais ??

-          J’ai besoin de vivre Niall, de vivre en oubliant le passé, je veux me tourner vers l’avenir, et mon avenir immédiat c’est toi.

Je sens sa main glisser dans mon dos jusqu’à mon caleçon.

-          Bébé attends… T’es sûre ?

-          J’en suis certaine Niall. Mais si tu me poses encore une fois la question tu vas dormir sur le canapé.

-          Euh… okay je te laisse faire alors.

Elle nous fait basculer et je me retrouve allongé sur le dos, elle à califourchon au-dessus de moi. Si c’est ce qu’elle veut, pourquoi pas. Je suis prêt à tout pour elle. Et puis après tout il n’est pas tard, on pourra toujours dormir après.

Après une longue ballade avec Lily je l’ai ramenée à Zayn qui avait eu le temps de s’expliquer avec mon petit-ami. Ça n’était pas prévu dans mon plan ça, mais ça lui a fait du bien je pense. Louis entrelace ses doigts aux miens et m’embrasse furtivement.

-          Berk. J’aime pas quand les gens s’embrassent sur la bouche…

Louis et moi posons les yeux sur Lily qui vient de dire ça et éclatons de rire. Il a l’air d’aller mieux. Zayn me sourit et je le serre rapidement dans mes bras. Je ne sais pas ce qu’il a dit à Louis, je ne le saurai probablement jamais, mais je l’en remercie parce que Louis semble se sentir vraiment mieux. Nous nous décidons à partir Louis et moi, je commence à avoir faim, et j’ai envie de profiter un peu de mon petit-copain. Mon amoureux. Mon chéri. Je souris bêtement en montant dans la voiture et Louis me regarde en rigolant.

Lily est accrochée à ma taille, de ses petits bras elle me fait un câlin. J’ai entamé un long monologue intérieur destiné à Perrie. C’est idiot mais ça m’aide à me sentir mieux. A un moment je m’accroupis pour être à la hauteur de Lily et je lui dis :

-          Lily ?

-          Oui ?

-          Je te présente Perrie, tu sais ma copine qui est au Ciel…

-          Bonjour Perrie. Tu sais Zayn il est très très gentil avec moi.

Je souris et embrasse la petite sur le front.

-          Allez Lily maintenant on y va, il va être 19h et on n’a pas encore mangé.

J’ai fini mon repas à l’auberge et je discute avec la patronne, mon amie, quand mon téléphone sonne. Pensant que c’est Zayn je décroche sans regarder.

-          Allo ?

-          Je…Jenny ?

C’est ma demi-sœur. Sa voix est tremblante, il a dû se passer quelque chose.

-          Qu’est-ce qu’il se passe ?

-          Papa… Il est mort…

Elle fond en larmes et je dis :

-          Bouge pas, j’arrive !

Je raccroche et dis à mon interlocutrice :

-          Désolé, mon père vient de mourir, faut que j’aille soutenir ma demi-sœur.

-          Vas-y, c’est bien que tu aies pu lui parler avant qu’il meure.

-          Oui. Merci !!

Je serre la vieille femme dans mes bras et prend la direction de la sortie du village, et de ma maison d’enfance. J’en profite pour passer un coup de fil à Zayn

-          Allô ?

-          Bébé ? ça va ?, me dit-il

-          Bof. Mon père vient de mourir, je vais voir ma demi-sœur là, et je penses que je vais être obligée de dormir là-bas, et je penses aussi que je vais devoir repousser un peu mon retour.

-          Oh. Ça va toi ? Tu te sens comment ?

-          Je m’en fous. Enfin je veux dire, ouais ça me touche un peu, mais je vais pas me mettre à pleurer pour ça. Et puis en tant que grande sœur il va falloir que j’aide ma demi-sœur à surmonter ça, parce qu’elle va l’encaisser beaucoup plus difficilement.

-          D’accord. Je t’aime.

-          Je t’aime aussi Zayn. Je peux te rappeler demain matin ? J’arrive chez moi là et je risque d’être un peu occupée.

-          Oui pas de souci. Je t’aime… 

-          Moi aussi Zayn. Embrasse Lily de ma part, essayez de passer une bonne nuit !

-          Toi aussi. N’oublie pas que tu peux m’appeler n’importe quand si ça va pas…

-          Oui. Bisous !

Je raccroche et entre dans la maison. Ma demi-sœur se jette sur moi, en larmes. Ça risque d’être très très très dur pour elle.

Danielle a réussi à me faire éteindre mon téléphone malgré le fait que je m’inquiète pour Louis. Mais elle veut profiter de moi, en tête à tête, sans que les conneries de mes amis ne viennent interférer entre nous. Elle a plutôt bien pris mes révélations sur Eleanor, et tant mieux. On est posés sur mon canapé, elle est dans mes bras, on regarde Batman à la télé. Je connais toutes les répliques par cœur et je m’amuse à les lui glisser à l’oreille en même temps que les acteurs. Ça la fait beaucoup rire et depuis le début du film elle m’appelle « son Batman ». Je dois dire que ça me plaît beaucoup. Ça m’excite aussi beaucoup, et elle semble le comprendre puisque dès le film fini elle se retourne et m’embrasse à pleine bouche. Mes mains se glissent sous son pull et elle vient déboutonner mon jean. C’est fou ce que j’ai envie d’elle ! En à peine quelques minutes, et sans cesser de nous embrasser nous finissons tous les deux nus. Alors que je me place au-dessus d’elle et que j’introduis deux doigts en elle son téléphone, dans son sac, se met à sonner. Je m’interromps et elle me dit :

-          Je laisse sonner, continue s’il-te-plaît c’est trop bon…

-          T’es sûre ?

-          Liam. S’il-te-plaît !!!

Je bouge alors un peu mes doigts dans son intimité et elle gémit de plaisir. Visiblement je fais ça bien !!

Ça fait plus d’une demi-heure que Jade et moi faisons l’amour, et je ne vais pas tarder à atteindre le septième ciel. Mes coups de rein en elle se font de plus en plus puissants et elle agrippe le drap de plus en plus fort. Elle gémit de plus en plus fort, signe que ça doit être agréable pour elle.

-          Attention Jade je vais…

Elle me sourit et m’invite à jouir en elle. Quelques secondes plus tard c’est chose faite. Elle atteint elle aussi l’orgasme quelques secondes plus tard et je peux doucement me retirer…

Je m’allonge sur le dos pour reprendre mon souffle et Jade vient se blottir contre moi. Elle caresse doucement mon sexe tout en embrassant mon torse. Je passe un bras dans son dos et l’attire un peu plus contre moi. C’était démentiel ! Mieux que toute les dernières fois où on l’a fait. Et ça nous a permis d’oublier un peu cette dure journée. Sa main s’arrête petit à petit de bouger et je comprends qu’elle vient de s’endormir. En même temps avec ce qu’on a fait je peux aisément la comprendre. Tout en caressant doucement son dos et son crâne je repense à la journée d’aujourd’hui. Je pense qu’elle marque un tournant dans notre vie à tous. On va pouvoir tourner la page de l’accident et de la mort de Perrie. Sauf peut-être Louis. Mais j’ai espoir qu’Eleanor se réveille bientôt et que la situation revienne à peu près à la normale. Même si ça risque de briser le cœur d’Haz. En même temps c’est pas malin d’être tombé amoureux de Louis !!  Enfin bref, je vais pas les juger, mais je pensais que l’engueulade avec leurs mères leur avait servi de leçon.

Je suis en train de ranger les courses pendant que Lily se prépare pour aller au lit. Ce soir elle dormira dans le bureau, ça me donnera un libre accès à la télé. On s’est arrêtés à la pizzeria pour manger et on est rentrés. Cette journée m’a épuisé psychologiquement. Mais je sais aussi qu’elle marque un tournant.

-          Zayn ?

-          Oui ma puce ?

-          Tu veux bien me faire une queue de cheval avant que j’aille au lit ? Sinon j’ai tout le temps les cheveux dans les yeux…

-          Oui ma puce, y’a pas de souci.

La petite s’installe sur une chaise et je vais chercher une brosse et un de ses chouchou dans la salle de bain. Je m’applique ensuite à lui faire une queue de cheval et je l’entend fredonner change your life pendant que je la coiffe. A force de l’entendre elle doit l’avoir mémorisée sans s’en rendre compte.

-          Zayn ?

-          Oui ?

-          Elle rentre quand maman ?

-          Je ne sais pas. Peut-être demain, sinon après-demain je pense. Pourquoi ? T’en as déjà marre de moi ?

-          Mais non ! C’est juste que ma maman me manque. C’est la première fois qu’elle me laisse comme ça pendant plusieurs jours.

-          On lui téléphonera demain d’accord ?

-          Ouiiiiii !! Chouette !

Elle se lève et me fait un énorme câlin. J’en profite pour l’emmener jusqu’au bureau où j’ai installé son matelas. Je la pose dessus et elle récupère son doudou. Je remonte ensuite la couverture sur elle et me met instinctivement à lui fredonner Little things pour qu’elle s’endorme. Vingt minutes plus tard et ayant épuisé tout le stocks de berceuses possibles je m’assure qu’elle dort et sort de la pièce sans faire de bruit.

Hazza s’est endormi sur mes genoux en regardant la télé. J’avise alors mon téléphone sur la table basse, je l’avais laissé ici cet après-midi et depuis qu’on est rentrés je ne l’ai pas regardé.  Je m’en empare et m’aperçois que j’ai sept appels en absence. Tous de ma mère. Il a dû se passer quelque chose de grave pour qu’elle m’appelle autant de fois ! Sans réfléchir je compose le numéro et porte le combiné à mon oreille. Lorsqu’elle décroche je m’écrie :

-          Maman ! Y’a un problème pour que tu m’ai appelé autant de fois ?

-          Je sais pas, c’est à toi de me le dire…

Elle a dit ça sur un ton sec et dur, je ne comprends pas pourquoi.

-          Comment ça ? Qu’est-ce qui se passe ?

-          T’as rien à me dire Louis ?

Je percute alors qu’elle est très probablement au courant du retour de ma relation avec Harry.

-          Maman, m’en veux pas mais… je suis de nouveau avec Harry.

-          Je sais. Qu’est-ce que je t’avais dit à ce propos ?

-          Que je devais cesser de le voir en dehors du boulot…

-          Et alors ? Pourquoi tu t’affiches de nouveau avec lui ?

-          Parce que je l’aime.

-          Mais tu n’aimes plus Eleanor ?

-          Si. Mais j’aime aussi Harry. Je sais que c’est pas facile à comprendre mais sans Harry ma vie n’est pas complète.

-          Explique-moi

-          Sans lui je me serais foutu en l’air le lendemain de l’accident. Sans lui je pleurerai nuit et jour à cause de ça, sans lui j’aurai pas eu le courage de passer voir Perrie au cimetière cet après-midi, sans lui je ne me sens pas moi, sans lui je ne peux pas vivre.

-          Et quand El’ va se réveiller ?

-          Je sais pas. J’y ai pas réfléchi. Et je ne veux pas y penser pour le moment. J’ai besoin d’Harry et d’Eleanor c’est tout ce que je sais.

-          Tu sais ce que j’en penses ?

-          Oui maman. Mais j’aime Harry et je suis incapable de vivre sans lui. Je suis désolé mais va falloir l’accepter. Soit tu acceptes que je sois avec Harry, soit tu acceptes l’idée que je puisses me foutre en l’air à n’importe quel moment…

-          C’est du chantage ?

Ma mère a haussé la voix et je commence sérieusement à m’énerver.

-          Peut-être bien ouais…

-          Espèce de petit insolent !! Je croyais t’avoir mieux élevé que ça !!

-          OUI MAIS TU PENSAIS AUSSI POUVOIR ME SEPARER D’HARRY SANS QUE J’EN SOUFFRE, ET SANS QUE JE SOIS D’ACCORD AVEC CA ! VISIBLEMENT TU T’ETAIS TROMPEE !! J’AIME HARRY ET JE NE TE DEMANDE PAS TON AVIS ! JE SUIS MAJEUR ET VACCINE, JE FAIS CE QUE JE VEUX, COMME JE VEUX ! ET TU NE M’EMPECHERA PAS DE SORTIR AVEC HARRY !

Je raccroche et éteins mon téléphone. J’en ai marre que l’on se permette de juger ma relation avec Harry. Je l’aime. Point final…

-          Bébé ? Tu sais que tu me fais peur quand tu t’énerves comme ça ?, me dit Harry que j’ai du réveiller par mes cris

-          Désolé de t’avoir réveillé mon cœur.

-          Tu criais comme ça après qui ?

-          Personne, laisse-tomber…

-          Lou’ ?

-          Ma mère. Tu devrais appeler la tienne d’ailleurs, parce qu’elle doit être aussi furieuse que la mienne.

-          Je m’en fous, j’ai éteint mon téléphone depuis ce matin, et je ne compte pas le rallumer de sitôt. Mais tu devrais rappeler ta mère, elle doit être effondrée que tu lui ai parlé comme ça.

-          J’en ai rien à battre Haz’, elle n’avait qu’à pas juger ma relation avec toi.

-          Louis, c’est ta mère, elle a le droit de donner son avis…

-          Non. Pas sur ma vie privée. Pas sur quelque chose d’aussi privé que mes relations affectives.

-          C’est ta mère Louis, elle a le droit de dire ce qu’elle pense de ça…

-          Je sais. Mais ce qu’elle dit me blesse.

-          Oui mais…

-          Haz’ ! On peut arrêter de parler de ça ?, dis-je en le coupant, à moins que tu tiennes à ce qu’on se prenne la tête à cause de ma mère ?

-          Non c’est bon ça ira, me dit-il en souriant…

Je ne peux pas résister à ce sourire. Il est complètement irrésistible. Je l’embrasse doucement et dit :

-          Ça te dit qu’on aille prendre un bon bain ? ça nous fera du bien je pense…

-          Oui mais à une condition !

-          Laquelle ?

Harry me lance un regard coquin et je comprends. Il veut qu’on fasse l’amour dans la baignoire… Pourquoi pas après tout…

J’ai froid, je me lève du canapé et je vais chercher le sweat de Perrie dans mon armoire. Je le porte de temps en temps, et ça me fait du bien. Je me remets ensuite devant la télé. Je la regarde sans vraiment la regarder, je retourne tous les évènements de la journée dans ma tête. Perrie me manque. Jenny me manque. Les deux amours de ma vie me manquent… J’essuie une larme en train de se former au coin de mon œil et sors mon téléphone de ma poche.

A Jen’ : Bébé tu me manques trop. J’espère que pour toi ça va…

J’envoie le message et seulement quelques secondes plus tard la réponse me parvient.

A Zayn : Tu me manques aussi, j’aimerai que tu sois là pour me prendre dans tes bras. Ma demi-sœur vient d’aller se coucher, tu peux me téléphoner si tu veux mais pas longtemps après faut que j’aille dormir.

Sans hésiter je compose le numéro de ma petite amie et vais me poster à la fenêtre pour téléphoner. Elle répond après seulement quelques tonalités.

-          Allô mon cœur ?

-          Oh bébé, dis-je, ça va ? t’as l’air triste et fatiguée…

-          Je le suis.

-          Triste ou fatiguée ?

-          Les deux.

-          T’as réussi à consoler un peu ta demi-sœur ?

-          Oui. Une fois que le corps de mon père a été emmené par le service mortuaire elle a consenti à se calmer. Je l’ai envoyée se coucher, elle a besoin de dormir, demain on risque d’avoir un grand nombre de démarches à faire.

-          Oui. Tu comptes rester pour l’enterrement ?

-          Non. Ça n’est pas ma place. Je ne veux pas y être. Mais j’estime que je dois aider ma demi-sœur au moins dans les toutes premières démarches à faire.

-          Oui t’as raison…

-          Je sais. Assez parlé de moi, toi ça va ?

-          Bof. Lily est couchée et je me retrouve tout seul avec mes pensées.

-          Tu veux en parler ?

-          Ouais. Enfin seulement si tu veux bien…

-          Vas y, tu sais que tu peux me confier à moi…

-          Merci. Perrie me manque. L’enregistrement d’aujourd’hui a ravivé toutes ces blessures que j’essaye de guérir vainement depuis des mois. En plus on s’est pris la tête avec Niall, mais après on s’est réconciliés, et je me suis emporté contre Louis, mais là aussi j’ai réussi à recoller les morceaux. J’ai le sentiment qu’il est temps pour moi de tourner la page, mais j’y arrive pas. Elle est toujours dans mes pensées… Bien sûr tu y es aussi, mais je suis sûr que tu comprends que je ne pourrais jamais vraiment faire le deuil de Perrie.

-          Je comprends. Et je l’accepte. Tu sais, je sais pas si t’y as déjà songé mais tu devrais te faire aider et aller voir un psy, ou peut-être même pas un psy mais quelqu’un à qui tu pourrais parler.

-          Je sais, Jesy m’a dit la même chose. Je vais y réfléchir. Pour la nouvelle année j’y penserais…

-          C’est bien. Ça t’aidera à aller mieux.

-          Oui. Tu sais, c’est pas parce que je parle pas de ce que je ressens que je ne ressens rien… C’est comme pour mes sentiments pour toi, je les exprime très peu et pourtant je ressens quelque chose de fort…

-          Zayn… Je le sais ça, et j’ai pas besoin de grandes déclarations.

-          Vraiment ?

-          Bien sûr…

Elle étouffe un bâillement et je dis :

-          Bébé, va au lit, t’as besoin de dormir maintenant…

-          Oui je vais y aller. Je t’aime Zayn. A en crever.

-          Moi aussi. Gros bisous. Je te rappelle demain, j’ai promis à Lily qu’elle pourrait te parler

-          D’accord. Bisous.

Elle raccroche et je range mon portable dans ma poche. J’en sors une clope et mon briquet et je me met à fumer, par ma fenêtre ouverte. L’air frais me fait beaucoup de bien.  Je pense que je vais effectivement me faire aider. Après tout ça n’est pas une honte d’avoir besoin d’aide après un tel drame. Je voudrais aussi pouvoir en parler avec ma mère. Mais Perrie est un sujet qu’elle évite soigneusement d’aborder avec moi. Et c’est aussi pour ça que je ne lui ai rien dit, ni de l’existence de Jenny, ni de celle de Lily. Pourtant je voudrais qu’elle voie à quel point j’essaye de me reconstruire, à quel point j’essaye d’aller mieux. Je lui téléphonerai demain, c’est décidé, mais pour le moment il faut que j’aille dormir.

On est partis se coucher après avoir fait l’amour comme des sauvages dans le salon. Elle a quand même regardé qui l’avait appelé par acquis de conscience, mais quand elle a vu que c’était son chorégraphe elle a décrété qu’elle le rappellerait demain. On discute maintenant sur l’oreiller, de tout et de rien, quand elle en vient à me poser une question qui, je dois bien l’avouer, devait bien arriver un jour après ce que je lui ai dit tout à l’heure :

-          Tu veux bien me raconter ce qui s’est passé avec Eleanor avant qu’elle ne se mette avec Louis ?

-          Y’a pas grand-chose à dire là-dessus mon cœur. On s’est tournés autour pendant plusieurs semaines, puis j’ai eu le tort de lui faire rencontre Louis. Je m’en suis beaucoup voulu sur le coup, mais maintenant je ne regrette pas parce qu’il est évident qu’ils sont faits l’un pour l’autre.

-          Vraiment ?

-          Oui vraiment. Mais ça me fait un peu mal au cœur quand je vois Louis sortir avec Haz sans penser à El’ parce que je lui ai en quelque sorte confié El’ et ça m’énerve qu’il n’en prenne pas plus soin.

-          Ouais mais je le comprends.

-          Je crois que je commence à le comprendre aussi.

-          C’est bien. Tu sais, ils ont le droit d’être heureux.

-          Oui. Mais séparément ça serait pas mal non plus… enfin bon, c’est pas nos affaires, moi je dis rien et je les laisse vivre ce qu’ils ont à vivre.

-          Cool. On peut dormir maintenant ? Je suis épuisée…

-          En même temps tu t’es pas vraiment reposée ce soir…

-          Oh ça va hein, me dit pas que t’en avais pas envie…

-          Si.

Je l’embrasse longuement mais doucement et j’éteins ma lampe de chevet. Dan’ se blottit dans mes bras et je la serre contre moi.

Hazza est en train de me sucer divinement bien. On est toujours dans la baignoire et il a pris possession de mon corps d’une manière sauvage, presque bestiale, maintenant il essaye de me faire jouir par l’action de sa langue et de ses lèvres. Et je sais qu’il va y arriver, parce que mon bassin se cambre à intervalles réguliers, signe que mon plaisir augmente. Sa bouche s’active à pomper mon membre bien dur et bien dressé.

-          Haz putain c’est boooon…

Je soupire de soulagement et il accélère encore le rythme. J’approche vraiment du point de non-retour maintenant, et j’essaye de prévenir Harry mais il ne m’écoute pas et n’en fait qu’à sa tête, accélérant encore le rythme. Mon bassin se cambre une dernière fois et j’éjacule longuement dans sa bouche. Visiblement depuis la dernière fois que c’est arrivé il a changé sa vision des choses parce qu’il avale le tout sans broncher. J’ai fermé les yeux et je reprends doucement mon souffle. Je sens son corps chaud se coller au mien et ses lèvres venir tout doucement embrasser le coin de ma mâchoire. Il remonte ensuite doucement avec sa langue jusqu’à ma bouche et il m’embrasse doucement. Il a un goût bizarre, ça doit être celui de mon sperme. C’est pas grave, c’est surprenant mais pas désagréable comme goût. J’enroule mes bras autour du cou d’Harry et l’empêche de décoller ses lèvres des miennes. Je l’aime. Vraiment. Sincèrement. Et au lit c’est un Dieu, il faut bien l’avouer…

JOUR 80

Ce matin Lily n’est pas venue me rejoindre dans mon lit, elle doit encore dormir. Mais ça m’inquiètes un peu, elle est si matinale d’habitude. Je me lève et vais voir dans le bureau. Lily est bien réveillée, mais elle me regarde tristement.

-          Zayn j’ai très très mal à la tête. Et je suis fatiguée aussi. Beaucoup.

-          Oh ma puce…

Je m’approche d’elle et par réflexe je pose ma main sur son front. Elle a de la température.

-          Est-ce que tu as mal à la gorge ?

Elle nie d’un signe de tête.

-          Au ventre ?

Nouvelle négation.

-          T’as pas envie de vomir ?

Elle nie encore une fois. Ça me rassure un peu. Je la prend dans mes bras, enroulée dans sa couverture, avec son doudou dans les bras et je la porte jusqu’au canapé où je l’allonge. Je lui dis ensuite.

-          T’as du prendre froid, je vais te préparer un thé bien chaud et après tu redormiras un peu d’accord ?

-          Oui.

Je me dirige alors vers la cuisine pour lui prépare une boisson bien chaude.

Il est dix heures du matin et Jade est en train d’enfiler sa veste. On va passer au cimetière voir Perrie. Je lui ai proposé ce matin et elle a accepté, ravie que je lui propose de l’accompagner. Après je pense qu’on passera voir Eleanor à l’hôpital, ça fait longtemps que je n’y ai pas été.

-          Bébé ?

-          Ouais Jade ?

-          Merci de m’accompagner. Tu sais, en fait je voulais pas te le dire mais… j’y ai jamais été.

-          QUOI ?!?

-          J’ai jamais été voir Perrie au cimetière. J’ai jamais eu le courage… Tu y as été toi ?

-          Oui. Quelques fois. Pourquoi maintenant ?

-          Parce que tu es avec moi, et je sais qu’avec toi j’aurai la force de le faire…

-          D’accord. On y va alors…

Je l’embrasse longuement, prend sa main et on descend.

Je viens de me lever, Louis dort encore, il était vraiment épuisé. Je me dirige vers la cuisine et récupère mon téléphone laissé-là. Je l’allume et attend de recevoir les tonnes de messages et appels en absence que j’ai dû avoir. Ma mère a essayé de m’appeler douze fois et elle m’a laissé un sms.

A Hazza : Appelle-moi. On a des choses à se dire je pense.

Je compose avec un peu d’appréhension son numéro et m’assois sur une chaise pour lui répondre. Elle décroche après quelques sonneries.

-          Salut maman, j’avais éteint mon téléphone désolé.

-          Je m’en doute. T’as rien à me dire ?

-          Je sais pas, tu t’attends à ce que je te dise quoi ?

-          La vérité pour une fois…

-          La vérité ? Sur quoi ?

-          Sur ce que t’as fait hier par exemple…

-          Bah on a enregistré le titre en hommage à Perrie, on est sortis tard parce qu’on a fait plein de prises voilà !

-          C’est tout ?

-          Oui. Tout ce que tu as besoin de savoir. Le reste ne regarde que moi.

-          Je crois pas. Je suis ta mère Harry et j’ai le droit de savoir ce qui se passe au juste ! parce que si tu arrives à éviter les journalistes tant mieux pour toi mais ils sont venus sonner tout l’après-midi et toute la soirée d’hier à notre porte, et ce matin j’en ai déjà foutu quatre dehors.

-          Désolé.

-          Dis-moi la vérité.

-          Tu la connais déjà. Tu refuses juste d’y croire.

-          Tu sors avec Louis ?

-          Oui.

-          Depuis combien de temps ?

-          Après la mort de Perrie.

-          Et ce que je t’ai dit la dernière fois que je suis venu tu n’en as pas tenu compte ?

-          Si. Mais c’est lui qui est revenu. Et s’il l’avait pas fait je l’aurai fait moi.

-          Pourquoi ?

-          Je l’aime. Depuis toujours. Ça fait des années que je l’aime.

-          Ça je le sais. Je veux savoir pourquoi tu profites de la détresse de Louis pour le mettre dans ton lit.

-          C’est pas qu’une simple histoire de cul maman.

-          Alors explique-moi.

-          On a des sentiments l’un envers l’autre. Oui au début il m’a peut-être aimé pour les mauvaises raisons mais maintenant je suis convaincu de son amour pour moi.

-          Et Eleanor ? T’y as pensé ?

-          Oui. J’y penses tous les jours tu vois, parce que je vois Louis souffrir de son absence au quotidien mais je supporte et j’ai hâte qu’elle se réveille. Même si ça va me briser le cœur.

-          Je comprends pas.

-          Moi non plus. Mais au fond de moi je suis persuadé que c’est mieux qu’elle se réveille. Il le faut. Pourtant j’aime Louis et je sais qu’il m’aime. Et le jour où Eleanor se réveillera je m’arrangerai pour prendre du recul, mais je sais que je resterais proche de Louis, il me l’a promis…

-          C’est vain de penser que je peux te faire changer d’avis ?

-          Oui. J’aime Louis. Et je compte en profiter tant que je le peux. Et lui aussi.

-          D’accord.

Elle raccroche sans dire un mot de plus. Ça me fait un peu mal au cœur de me prendre la tête avec elle mais je n’avais pas d’autre choix.

-          C’est vrai ce que t’as dit ?

Je sursaute et me tourne ver Louis qui vient d’entrer dans la cuisine.

-          Ça dépend, t’as entendu quoi ?

-          Tout. Tu m’as réveillé en te levant.

-          Désolé. Je pense tout ce que j’ai dit.

-          Même à propos d’El’ ?

-          Oui même à propos d’Eleanor. T’as besoin d’elle c’est évident…

-          Oh Hazza…

Il fond en larmes dans mes bras. Je crois que j’ai touché un point sensible.

Lily vient de se rendormir sur le canapé du salon, mais ça ne m’inquiètes pas trop, elle a sûrement pris froid, demain on n’en parlera plus. Je me prépare un café et m’apprête à aller veiller sur elle quand mon téléphone vibre dans ma poche. C’est Simon.

-          Ouep Simon ?

-          Salut ! Est-ce que tu peux passer ? Je voudrais te montrer un truc.

-          Je peux pas, Lily est malade.

-          D’accord. C’est pas grave. Je te met tout ça dans une enveloppe et je te l’envoie. Tu l’auras pour Noël.

-          Oui mais… de quoi tu parles ?

-          Je t’ai pas tout copié sur le cd hier, j’ai retrouvé d’autres enregistrements, et une vidéo aussi.

-          Ok. Merci Simon. Mais comment ça se fait que vous ne retrouvez tout ça que maintenant ?

-          Ta fiancée avait des ressources que nous n’imaginions même pas. Pour que personne ne sache qu’elle avait passé du temps en studio elle a planqué les cassettes. Les premières étaient derrière une dalle du plafond, la série qu’on vient de retrouver était scotchée sous la table de mixage, tout au fond contre le mur.

-          Woooh… Je reconnais bien ma Perrie là…

-          Nous aussi on la reconnait bien là-dedans, me dit Simon en rigolant, je te met tout ça dans une enveloppe ?

-          Ouais. Mais ne me l’envoie pas, je passerai la chercher dès que je pourrais.

-          D’accord. Prend soin de Lily, elle tient à toi cette gosse, et t’as besoin d’elle.

-          Je sais. Merci Simon.

Je raccroche et range le téléphone dans ma poche. Ce que Perrie a fait me fait beaucoup rire, c’est tout à fait elle de faire ce genre de choses complètement folles. Je m’assois dans le fauteuil et observe Lily qui dort. Elle est vraiment mignonne. J’en profite pour envoyer un message à Jenny.

A Jen’ : Lily a un peu pris froid mais rien de grave t’inquiètes je m’occupe d’elle. Bon courage pour aujourd’hui…

Je pose le téléphone sur la table et prend une bd dans l’étagère à côté de moi. On va rester bien au calme aujourd’hui Lily et moi.

Il faut que j’emmène Danielle à une répétition de danse. C’est pas vraiment ce qui était prévu à la base mais bon… son chorégraphe a insisté pour qu’elle vienne. Elle a consenti à y aller en me promettant qu’elle allait tout faire pour que ça dure le moins longtemps possible. J’irai voir Eleanor pendant ce temps.

-          Encore désolé bébé, je file, je te promets que je vais tout faire pour finir le plus tôt possible.

-          Ouais. Rappelle-lui aussi qu’il est hors de question que tu bosses le 24.

-          Oui promis.

Elle m’embrasse rapidement et sort de la voiture en me faisant un petit signe de la main. Son chorégraphe est un idiot… Mais qu’est-ce que je raconte ? Je ne serais quand même pas en train de faire une crise de jalousie à propos de son chorégraphe ? Putain j’suis con. Je souris et remet le contact pour aller jusqu’à l’hôpital.

J’ai compris ce matin qu’Harry voulait que ma petite amie se réveille. Pour mon bien. Et ce même s’il m’aime à la folie. C’est vraiment… gentil. Bien évidemment pour changer j’ai fondu en larmes et il m’a longuement consolé. Je crois qu’il m’aime vraiment et qu’il serait prêt à tout pour moi. Il est en train de préparer à manger, et je l’observe en silence. Ce qui est bien avec Harry c’est qu’on n’a pas besoin de parler pour se comprendre.

-          Hazza ? on mange quoi ?

-          Pâtes. Aux lardons.

-          Encore ?

-          Putain tu soules Louis, j’essaye de faire du mieux que je peux et tu te plains tout le temps…

-          Désolé.

Je m’approche de lui et l’enlace par derrière. Ça me fait du bien de me blottir contre lui. Il sourit et me tape sur le haut du crâne avec la cuillère en bois.

-          T’arrêtes de râler hein ?

-          Promis Hazza. Je t’aime. On fait quoi cet après-midi ?

-          Rien. On regarde un film en amoureux…

-          C’est pas ce que j’appelle rien.

-          Ça te fait envie ?

-          Oui mais quoi comme film ?

-          Titanic.

-          Encore ?

-          Quoi ? On l’a jamais regardé ensemble…

-          Si. Trois fois. Mais on le regardera si ça te fait plaisir.

-          Cool. Je t’aime Lou’.

-          Je t’aime aussi Hazza !!

Lily s’est réveillée, et comme elle était un peu moins fatiguée je lui ai proposé d’aller prendre une douche. Je suis assis par terre, devant la porte de la salle de bain, prêt à intervenir au moindre problème. Lily est sous la douche, je l’entends chantonner. C’est cool qu’elle aille un peu mieux. Mais à mon avis elle aura encore beaucoup besoin de dormir cet après-midi. Jenny ne m’a pas répondu, mais elle doit être occupée, je la comprends.

-          Viens Jade, tu peux le faire. Je sais que t’en es capable.

Ma petite amie prend ma main à contrecœur et me suis. Il nous reste juste la travée à traverser pour arriver à la tombe de Perrie. Jade a choisi de déposer sur sa tombe une rose blanche, fleur symbolique. Lorsque nous arrivons devant la tombe Jade dépose la fleur sur la pierre tombale et se tourne vers moi. Elle n’ose pas regarder la tombe de Perrie, ça doit rendre le deuil plus présent à ses yeux. J’enroule mon bras autour de sa taille et l’encourage du regard à se tourner vers la tombe. Elle finit par y poser les yeux et reste comme ça, un long moment à la fixer. Je suis content qu’elle ait accepté de venir, je pense que c’était vraiment important.

Je suis assis auprès d’Eleanor, j’ai par habitude pris sa main dans la mienne. L’évolution de son ventre est assez impressionnante, et on ne peut désormais plus nier que l’accouchement se rapproche. Je ne sais pas si Louis y a déjà réfléchi. Il faudrait peut-être qu’il se fasse à l’idée qu’Eleanor ne sera peut-être pas réveillée au moment où leur enfant viendra au monde. J’ai peur qu’il ne soit pas préparé à ça. Il faudra que je lui en touche un mot. Ou que j’en touche un mot à Harry. Lorsque mon téléphone sonne je décroche sans regarder qui m’appelle.

-          Allô Liam ?

-          Anne ? Y’a un problème ?

Pourquoi est-ce que la mère d’Harry m’appelle ?

-          En fait je voudrais ton avis sur quelque chose.

-          Pourquoi c’est toujours à moi qu’on demande ça ?

-          Parce que tu passes plus de temps que moi avec mon propre fils et que tu es toujours le plus raisonnable de la bande.

-          Tu veux mon avis sur quoi Anne ?

-          Sur la relation entre mon petit Hazza et Louis.

-          Pff… J’en sais rien.  C’est vraiment nul pour Eleanor, je pense qu’on est tous d’accord là-dessus, y compris les principaux intéressés, mais en même temps on ne peut pas leur interdire de s’aimer si ? Harry est tombé amoureux de Louis au premier regard, peut-être qu’après trois ans sa chance d’être heureux est enfin venue…

-          Et Eleanor ? Comment ça va se passer pour eux trois quand Eleanor va se réveiller ?

-          Je sais pas Anne. Je pense que Louis aime les deux et pourtant il va devoir faire un choix, et il choisira Eleanor parce qu’elle est la mère de leur enfant. J’espère juste qu’Harry saura supporter ça. Mais si tu veux mon avis Anne, et même si c’est cruel, je ne pense pas qu’Eleanor soit prête de se réveiller, en près de trois mois il n’y a pas eu un seul signe d’activité, elle ne se réveillera pas avant un long moment.

-          D’accord. Merci beaucoup Liam. J’avais besoin d’un avis extérieur.

-          De rien. Anne est-ce que tu sais si Jay a eu Louis au téléphone depuis hier ?

-          Oui elle l’a eu. Et ça s’est mal passé, comme moi avec Harry ce matin.

-          D’accord. Bon courage alors.

-          Merci.

Elle raccroche et je range mon téléphone dans ma poche. Je regarde maintenant Eleanor et tout doucement je lui caresse la main. La pauvre. Elle va avoir des problèmes quand elle va se réveiller. Quelqu’un se racle la gorge dans mon dos et je sursaute. Niall et Jade me regardent, fixant ma main soudée à celle d’Eleanor. Je détache mes doigts des siens et dit :

-          Attendez, c’est pas du tout ce que vous croyez !

Harry est encore en train d’engloutir son assiette de pâtes. J’ai fini la mienne. Il est assis sur mes genoux, sur le canapé et on regarde distraitement les infos avant de se poser devant un bon film. Devant Titanic puisqu’Harry tient absolument à le regarder. De toute façon je pourrais regarder n’importe quoi pour lui faire plaisir. Je souris à cette idée et mon petit-ami me dit :

-          Pourquoi tu souris bêtement ?

-          Pour rien Haz, termine de manger.

Il hausse les sourcils et finit son assiette en silence. Il la pose ensuite sur la table basse et me dit :

-          Toi sur moi ou moi sur toi ?

-          Moi sur toi, dis-je en souriant

Il s’installe de manière à ce que je puisse poser ma tête sur ses genoux et démarre le dvd. C’est parti pour trois heures et demi. Mais ça me plaît.  Il laisse ses doigts s’égarer sur mon crâne tout en regardant le film. C’est plutôt cool.

On a mangé des œufs avec Zayn et maintenant on regarde la télé. J’ai la tête posée sur ses genoux, mon doudou dans les bras et j’essaye de me reposer. Je suis encore très très fatiguée. Et j’ai mal à la tête. Beaucoup. Zayn a dit que j’ai dû prendre froid mais je ne comprends pas, je suis toute chaude. Zayn a mis un dessin animé pour que je puisse regarder la télé et il dort à moitié. Il a fermé les yeux et moi ça me fait rire. Il sursaute et moi aussi quand on sonne à la porte.

-          Bouge pas ma puce, je vais voir qui c’est.

Il m’embrasse doucement sur le front et se lève pour aller ouvrir.

Qui peut bien venir ici quelques jours avant Noël et à une telle heure surtout ? Je regarde rapidement ma montre, il est à peine 14h. J’ouvre la porte et me retrouve nez à nez avec Jonnie, le frère de Perrie.

-          Jonnie ? Mais qu’est-ce que tu fais là ?

Je le serre dans mes bras et l’invite à entrer. Une fois dans l’entrée il me regarde et dit :

-          Faut qu’on parle. C’est important.

-          Ça concerne Perrie ?

-          Oui.

-          Ok alors attends un instant.

Je me dirige vers Lily et la prend dans mes bras. Je l’embrasse sur la joue et lui dis :

-          Ma puce, est-ce que ça te dérangerai d’aller un moment chez Harry et Louis ?

Elle nie d’un signe de tête. Génial. Je frappe un grand coup dans la cloison qui sépare mon appartement de celui de Louis et dit :

-          LOUIS ! HARRY ! Je peux vous envoyer Lily un moment ?

-          Pas de souci, me répond Louis par le même moyen

Je pose Lily par terre et lui dis :

-          Tu peux y aller ma puce, tu sais c’est la porte juste à côté. Je viendrais te chercher quand j’aurai fini.

Après mes confessions sur ma presque relation avec Eleanor Niall est allé nous chercher des sandwichs. On a décidé de manger ici, de toute façon on n’a rien d’autre à faire. On discute maintenant de la relation entre Harry et Louis. On ne sait trop quoi en penser. C’est assez déroutant comme affaire.

Si l’on me demandait mon avis sur la relation entre Louis et Harry je dois bien avouer que je ne saurais rien en dire. C’est mal, à cause d’Eleanor, et c’est bien pour eux parce qu’ils se sentent bien ensemble. Mais ça risque de créer beaucoup de problèmes au réveil d’Eleanor. J’ai vraiment peur que tout vole en éclats à cause de ça, que notre fragile équilibre à peine retrouvé se disloque à nouveau.

-          Vous devriez leur en parler, dit soudain Jade, si vous avez des craintes à propos de ça confiez les leur. Il le faut. Ça vous soulagera et ça les aidera à réfléchir.

-          T’as sûrement raison, dit Liam, mais ils vont nous en vouloir…

-          De vrais amis ne nous en voudraient pas de dire la vérité. Alors on leur parlera.

Je suis assis au milieu du canapé, Lily à ma gauche, Louis à ma droite. Les deux ont posé leur tête sur mon épaule et nous regardons le film en silence. Lily dort à moitié mais elle a l’air d’être un peu malade, elle a le front brûlant. Il faudra que je pense à le dire à Zayn. Je ne comprends pas pourquoi il nous l’a envoyée. Peut-être que Jenny est rentrée plus tôt.

Je reviens avec les deux cafés et les pose sur la table. Jonnie me regarde un long moment avant de dire :

-          C’est qui la gamine ?

-          La fille d’une amie…

-          D’accord.

-          Tu voulais me parler de quoi Jonnie ?

-          Voilà, c’est pas facile à dire, mais la situation a récemment changé et il faut que tu sois au courant pour pouvoir prendre ta décision.

-          Hein ? Je comprends rien.

-          Je vais essayer de t’expliquer ça dans l’ordre.  Est-ce que vous aviez déjà parlé d’avoir des enfants avec ma sœur ?

-          On avait évoqué l’idée, mais elle m’avait dit qu’elle préférait attendre encore quelques années, pour qu’on soit vraiment sûrs de nous.

-          Ingénieux.

-          Comment ça ?

Il sort un papier de a poche et me le tend en disant :

-          Elle était stérile. C’est pas qu’elle voulait prendre son temps pour avoir un enfant, c’est qu’elle ne le pouvait pas.

Je jette un rapide coup d’œil à la feuille qu’il m’a donnée, ce sont les résultats d’analyse de Perrie qui prouvent qu’elle était bien stérile.

-          Depuis quand elle le savait ?

-          Depuis le début Zayn.

-          Et toi ? Comment ça se fait que tu sois au courant alors que je ne le suis pas ?

-          On était tous au courant, mais on avait interdiction de te le dire. Parce qu’elle avait une idée en tête. Et elle nous avait fait jurer de ne rien te dire.

-          Alors pourquoi me le dire maintenant ?

-          Je vais y venir. Laisse-moi d’abord tout t’expliquer.

-          Ok.

-          Il paraît que vous aviez parlé d’éventuellement adopter un enfant plus tard, que c’était quelque chose qui vous tenait à cœur.

-          Effectivement.

-          Elle y avait songé très fortement, puis elle avait décidé de passer à l’action, sans te le dire, pour ne pas que tu sois déçu si jamais sa demande était refusée.

-          Attends, t’essayes de me dire qu’elle avait engagé une procédure d’adoption ?

-          Oui. Depuis plus d’un an et demi. Le dossier administratif a été une simple formalité, il fallait ensuite trouver l’enfant à adopter, et nouer le contact avec lui, puis via le biais d’associations diverses finaliser l’adoption.

-          Mais elle est morte avant ?

-          Oui. Elle est morte avant. Mais elle avait prévu le coup, elle a fait témoigner tous les gens qui te connaissent pour que si jamais il lui arrivait quelque chose tu puisses quand même adopter.

-          Attends je comprends rien…

-          L’agence d’adoption a téléphoné à la maison ce matin. Un petit garçon t’attend, enfin il attend Perrie, mais vu qu’elle n’est plus là si tu décides de finaliser l’adoption tu en deviendras légalement son père.

-          T’étais au courant de la procédure d’adoption ?

-          On était tous au courant, maman, moi, ta mère, tes sœurs, les filles…

-          Ok. Attends si je résume bien il y a quelque part dans le monde un petit garçon qui s’attendait à être adopté par Perrie mais que je peux adopter sans avoir besoin de faire aucune autre démarche ?

-          Oui c’est ça. Il est au Ghana et il s’appelle Henry. Il a quatre ans. Ça faisait plus de six mois que Perrie était en relation avec lui. Ils ont tissé des liens vraiment solides.

Il farfouille encore une fois dans sa poche et en sors une photo. Un charmant et souriant petit enfant noir y est représenté. Henry. J’ai un peu de mal à y croire. C’est si soudain. Et tellement inattendu. Mais je ne peux pas faire ça. C’était un projet que Perrie voulait qu’on murisse en commun, mais maintenant qu’elle n’est plus là… Jonnie me tend une enveloppe et me dit :

-          Y’a là-dedans tout ce que tu as besoin de savoir sur Henry et sur les procédures d’adoption. Je te le laisse, c’est ta décision, et quelle qu’elle soit on la respectera. Mais on s’est dit qu’il fallait que tu saches. D’autant plus que la demande d’adoption a été validée par les autorités du Ghana et du Royaume-Uni.

-          Ok. Merci Jonnie. C’est un peu soudain pour moi mais merci.

-          De rien. Ça me soulage d’un vrai poids, c’était dur de rien te dire, mais Perrie nous avait fait promettre.

-          Je comprends. Y’a encore beaucoup de choses qu’on ne sait pas sur Perrie je pense.

-          Probablement. Mais tu sais à quel point ma sœur était imprévisible.

-          Oui. Mais c’est ça qui me plaisait chez elle…

-          Je sais…

Il me serre longuement dans ses bras puis dit :

-          Je te laisse je veux passer au cimetière et après je rentre chez ma mère. Elle a besoin de moi.

-          Je comprends. Merci d’être passé. Et n’hésite pas à repasser quand tu veux.

-          Promis.

Il sort de mon appartement et je me retrouve seul avec tout cela à penser. C’est dingue. Même si je ne vais pas le faire, il faut au moins que je lise ces papiers qu’il m’a laissés.

Louis s’est endormi sur mon épaule, Lily somnole toujours et je regarde le film. Comme je le connais par cœur mon esprit s’égare et je pense à ma mère avec laquelle je me suis engueulée ce matin. Et à la mère de Louis aussi qui doit être furieuse après moi, et après son fils. Les pauvres. Mais elles l’ont cherché, j’aime Louis et Louis m’aime, et ça rien ne pourra le changer. Et même si Eleanor se réveille je sais que Louis et moi garderons une proximité tout à fait enviable.  De toute façon il le faudra.

Alors que nous nous apprêtions à rentrer à la maison Jade a reçu un message. Après l’avoir lu elle m’a dit :

-          Tu peux me déposer chez Zayn ? Il voudrait me parler. Seule.

-          Euh ouais si tu veux.

-          Merci beaucoup mon cœur.

-          Tu sais ce qu’il te veut ?

-          Non.  Mais il a dit que c’était urgent.

-          Ok. J’en profiterai pour aller voir Louis et Harry, il faut que je leur parle.

-          Oui.

Nous montons dans la voiture et je prends le volant pour la mener chez Zayn.

Je ne sais vraiment pas quoi faire, j’ai lu et relu tous les papiers, y compris les lettres que Perrie a envoyées aux différentes associations et autorités. Elle voulait vraiment cet enfant, elle savait que je le voulais aussi.  Mais je ne comprends pas pourquoi elle ne m’en a pas parlé, on aurait pu faire les démarches ensemble, on aurait dû les faire ensemble. C’est comme ça que ça devait se passer. Mais dans un sens je comprends qu’elle n’ait pas voulu m’avouer sa stérilité. Mais j’aurai pu comprendre. Je l’aimais. Elle était ma vie entière et j’aurais tout accepté par amour pour elle. J’en ai marre, je tourne et retourne toute ces questions dans ma tête, je pleure, je ne sais pas quoi faire. J’ai envoyé un message à Jade, j’ai besoin de lui parler. Seul à seule. Je me rends compte qu’elle connaissait Perrie bien mieux que moi puisqu’elle a même témoigné en ma faveur dans le dossier d’adoption. Je ne comprends plus rien, je voudrais revenir quelques heures en arrière et empêcher Jonnie de bouleverser ma vie comme ça.

Le film vient de se finir et les deux se sont endormis. Je me lève précautionneusement, en faisant bien attention à ne pas les réveiller. Lorsque j’éteins le dvd je vois la porte de l’appartement s’ouvrir et je me retourne pour dire à notre visiteur de ne pas faire de bruit. C’est Niall. Il comprend le message et me suis en silence jusqu’à la cuisine. Je ferme la porte afin que nous puissions discuter. C’est bizarre, il est tout seul, pourtant il ne quitte jamais Jade.

-          Jade n’est pas avec toi ?

-          Elle est chez Zayn. Il lui a demandé de venir seule, il voulait lui parler.

-          Ok.

-          Et moi je suis venu vous parler à toi et à Louis.

-          Euh… ouais si tu veux.

Je viens de récupérer Danielle à la sortie de son studio de danse. Normalement elle ne devrait plus avoir affaire à son chorégraphe d’ici à l’année prochaine. A moins qu’il ne l’appelle en catastrophe pour lui faire tester une nouvelle idée fulgurante. Bref.

-          Ça va mon cœur ? T’as l’air soucieux…

-          Je pensais à ton chorégraphe…

-          Oh oh. T’es jaloux ?

-          Moi ? j’crois pas…

-          Si t’es jaloux Liam.

Elle éclate de rire et pose sa main sur ma cuisse qu’elle caresse doucement.  Ouais je suis jaloux. Tant pis.

-          Tu ne t’es pas trop ennuyé sans moi ?

-          Je suis passé à l’hôpital voir Eleanor, et Niall et Jade m’y ont rejoint donc on est restés à discuter longtemps.

-          Ok. Des nouvelles d’Harry et Louis ?

-          J’ai eu la mère d’Harry au téléphone, elle m’a demandé mon &vis sur la relation que son fils entretient avec Lou’.

-          Et t’as dit quoi ?

-          Qu’ils avaient le droit de faire ce qu’ils veulent.

-          C’est bien.

-          Je n’en sais rien. Tout va voler en éclat quand Eleanor va se réveiller, on verra à ce moment-là, de toute façon c’est pas prêt d’arriver.

-          Pourquoi tu dis ça ?

-          J’ai discuté un peu avec les médecins, ils ne sont pas très confiants sur le fait qu’elle se réveille avant l’accouchement.

-          Comment ça ?

-          Au mieux elle se réveille au moment de l’accouchement, au pire elle pourrait encore rester de nombreux mois dans le coma, voire des années.

-          On sait jamais Liam. Si ça se trouve elle va se réveiller demain. On ne peut pas savoir…

-          Et si elle ne se réveille pas ?

-          Elle se réveillera. Si elle avait dû mourir elle serait morte au moment de l’accident. Fais-moi confiance, elle se réveillera.

-          Tu crois ?

-          J’en suis persuadée.

Jade me regarde un long moment sans comprendre avant de poser les yeux sur les papiers étalés sur la table. Lorsque ses yeux se posent sur la photo d’Henry elle comprend pourquoi je pleure. Elle s’approche de moi mais je la repousse.

-          Tu savais ? Tu savais que Perrie était stérile et qu’elle avait engagé une procédure d’adoption ?

J’ai haussé la voix et elle n’ose pas répondre.

-          Tu savais hein ? Réponds-moi !

-          Oui je le savais.

Elle baisse les yeux et je comprends que j’ai été trop loin en haussant la voix sur elle comme ça. Je me lève et la prend dans mes bras. J’ai besoin d’elle. Je veux comprendre. Après ce long câlin nous nous asseyons sur deux chaises côte-à-côte et elle dit immédiatement :

-          Elle voulait te le dire.

-          Comment ça ?

-          Je l’ai eue au téléphone le soir de vos fiançailles, juste avant que vous partiez en boite. Elle m’a dit pour vos fiançailles. Et elle m’a aussi dit qu’elle te dirait tout le lendemain, que maintenant il fallait que tu sois au courant.

-          Ok. Pourquoi elle ne me l’a pas dit avant ?

-          Elle avait peur.

-          Peur de quoi ?

-          Zayn, elle avait peur que tu ne veuilles plus d’elle parce qu’elle ne pouvait pas avoir d’enfants…

-          Mais je l’aimais ! J’aurais pu comprendre !

-          C’est ce qu’on lui a dit, mais elle n’a rien voulu savoir et elle nous a forcés à nous taire.

-          Pourquoi tu ne me l’as pas dit ?

-          C’était pas à moi de te le dire.  Mais je pensais que ta mère te l’aurait dit après la mort de Perrie.

-          Elle ne m’a rien dit.

-          Sûrement par loyauté envers Perrie.

-          Peut-être. Qu’est-ce que je dois faire maintenant ?

-          Je ne sais pas Zayn, c’est à toi de décider.

-          La procédure d’adoption a été validée par les autorités, Henry m’attend. Enfin il attend Perrie, pas moi. Mais grâce à vos témoignages à tous  je peux aller le chercher. Je peux concrétiser ce que Perrie voulait pour nous. Mais sans elle je ne sais pas si j’y arriverait.

-          Zayn faut que tu prennes le temps d’y réfléchir, c’est pas une décision facile à prendre. Tu devrais en parler avec Jenny aussi quand elle reviendra.

-          Je sais pas. J’ai toujours essayé de séparer au maximum ce qui concernait Perrie et ce qui concernait Jenny.

-          Oui mais la ça t’engage pour la vie si tu décides d’aller chercher Henry.

-          Je sais c’est pour ça que j’hésite. J’aurai tellement aimé pouvoir en parler avec Perrie.

-          Je comprends Zayn.

Harry me toise pendant un long moment avant de baisser les yeux et de dire

-          Oui t’as raison. Mais je n’arrive pas à contrôler mes sentiments pour lui. J’suis désolé, je comprends tes craintes mais je suis dépendant. Sans lui je me sens complètement perdu.

-          Hazza ?, dit Louis depuis le salon, tu parles avec qui ?

Il pousse la porte de la cuisine me voit. 

-          Ah salut Niall. T’es tout seul ?

-          Jade est chez Zayn, dit Harry, on t’expliquera.

-          Vous parliez de quoi ?

-          De ta relation avec Harry, dis-je

-          Quoi ? Mais vous ne voulez pas arrêter de nous bassiner avec ça ! commence à s’énerver Louis

-          Attends Lou’, l’interromps Harry, Niall est pas venu pour nous engueuler ou nous décourager, il veut simplement discuter avec nous.

-          Oh.

Louis entre complètement dans la cuisine et vient se placer derrière lui. Il l’enlace et me regarde en disant :

-          Vas y, je t’écoutes.

J’ai rangé tous les papiers d’adoption avec mes papiers d’identité dans la poche intérieure de ma veste. J’y réfléchirai et on verra. Jade m’a aidé à y voir plus clair.

-          Elle est où Lily ?

-          Chez Hazza et Louis, elle est malade.

-          Elle a quoi ?

-          De la température, elle a dû prendre froid…

-          Oh la pauvre.

-          Jade, t’as tissé beaucoup de liens avec elle, qu’est-ce qu’elle te confie tout le temps ?

-          Elle a un petit copain qu’elle aime beaucoup.

-          Romain ?

-          Oui, tu le connais ?

-          C’est le fils des voisins de Jenny. Ils sont tout le temps fourrés ensemble.

-          Bah tu m‘étonnes.

-          Pourquoi elle te confie ça à toi et pas à moi ?

-          Parce que je suis une fille, et que c’est toujours plus facile de dire ce genre de choses à une fille qu’à un garçon.

-          Mouais. Viens avec moi, on va la chercher.

Je fais un rapide câlin à Jade et on se dirige vers l’appartement voisin.

-          Tu crois que ça plairait à Louis ça ?

-          J’en sais rien, tu le connais mieux que moi Liam.

-          Bon tu sais quoi ? Je vais lui acheter un maillot de foot et il sera content.

-          Si tu le dis.

Je me dirige vers le fond du magasin où devraient se trouver les maillots de football. J’en trouve un plutôt pas mal et décide de l’acheter comme cadeau d’anniversaire pour Louis. Comme ça ça sera réglé.  Je n’ai pas vraiment la tête à ça, j’essaye de me persuader qu’Eleanor va se réveiller un jour. Un jour oui, mais quand ? Avant l’accouchement. Il le faut. Il faut qu’elle soit là pour l’arrive de son bébé sinon Louis ne s’en sortira pas.

Jade et Zayn viennent de nous rejoindre dans la cuisine, Lily dort toujours sur le canapé, son nounours tout serré contre elle. Nous sommes tous dans ma cuisine, en train de goûter et de discuter. Le sujet a dérivé sur la grossesse de ma petite-amie, Zayn et Niall veulent savoir si j’ai réfléchi à ce qui se passerait après l’accouchement.

-          Non j’y ai pas pensé. J’ai toujours espoir qu’elle se réveille avant, dis-je

Harry vient m’embrasser sur la joue, je sais que ça lui fait toujours un petit pincement au cœur quand je parle d’Eleanor mais on s’est longuement expliqués là-dessus et il comprend.

-          Et si elle se réveille pas avant ? Il va falloir que tu commences à prévoir, dit Zayn, ce bébé va avoir besoin d’un lit, de biberons, de couches, de lait de…

-          C’est bon Zayn, je sais de quoi a besoin un bébé. Mais ça ne rendrait que plus vrai le fait qu’elle ne sera pas là pour l’accouchement.

-          Je comprends, reprend Jade, mais songes-y, il va être grand temps que tu y réfléchisses. Elle doit accoucher quand normalement ?

-          Trois mois, dit Harry, elle doit accoucher dans trois mois.

-          Je… je sais qu’il faut que j’y réfléchisse, dis-je, mais comprenez que c’est pas facile. Un enfant c’est un projet qui se mûrit à deux, et sans El’ je sais pas trop comment je vais faire.

-          On t’aidera, dit Niall en engloutissant la fin de sa tartine, si Eleanor ne se réveille pas on t’aidera.  Et même si elle se réveille on vous aidera.

-          Merci Niall, c’est gentil, dis-je

-          Je t’aiderai aussi, me dit Harry à voix basse, et ils ont raison, il faut que tu y réfléchisses.

Il a entrelacé ses doigts aux miens et je lui souris en disant :

-          Oui, je vais y réfléchir.

-          T’as déjà pensé à un prénom ?, dit Zayn

-          Non. J’aurai aimé y réfléchir avec El’, alors je repousse encore et toujours le moment d’y penser. On verra bien, j’ai encore trois mois de toute façon.

-          Oui, dit Jade, mais si tu veux de l’aide ou des conseils tu sais qu’on est tous là pour toi.

-          Merci. Ça fait du bien d’avoir des amis comme vous.

J’ai entendu bouger dans le salon et j’ai été voir si Lily s’était réveillé. C’est bien le cas.

-          Coucou ma puce, ça va mieux ?

-          Oui un peu mieux. Il est quelle heure ?

-          Presque quatre heures, est-ce que tu veux goûter ?

-          Ouiiiiii !!

Elle ma fait un grand sourire et se jette à mon cou. Je la prend dans mes bras et elle s’agrippe a moi comme un petit koala. Je vais ensuite rejoindre mes amis dans la cuisine.

-          Tu veux une tartine de confiture ?, dis-je

-          A moins que tu ne préfères le Nutella, dit Louis, c’est parfait pour les petites filles malades comme toi le Nutella

-          Oh oui je voudrais du Nutella.

-          Je te fais ta tartine ! s’exclame Harry

Lily est assise sur mes genoux, elle regarde Harry qui s’applique à faire sa tartine.

-          Elle devrait boire un truc chaud aussi, dit Jade en posant sa main sur le front de la petite fille, elle a de la fièvre.

-          Je sais, dis-je, tu préfères du thé ou du chocolat Lily ?

-          Je voudrais bien un chocolat

Louis se lève pour lui préparer une tasse de chocolat chaud.

-          Tu veux pas un peu arrêter de te faire du souci pour eux Liam ?

Ma petite amie me regarde l’air dépité.

-          Excuse-moi. J’ai toujours tendance à me faire du souci pour mes amis…

-          Je sais. Et c’est une grande qualité. Mais là ça devient maladif. Met ta veste on s’en va.

-          Mais t’as pas fini ton café…

Elle finit sa tasse d’une seule traite et me dit :

-          Maintenant j’ai fini.  Met ta veste, on y va.

-          Mais on va où ?

-          Bah chez Harry et Louis puisque tu t’inquiètes tant pour eux…

-          Non c’est bon, je te jure je vais les sortir de ma tête, je te propose un autre programme pour ce soir ok ?

-          Comme tu veux.

-          Je t’aime Dan’

-          Moi aussi je m’aime !!

Elle éclate de rire devant ma mine déconfite et m’embrasse doucement au coin des lèvres. C’et pour ça que je l’aime, pour sa joie de vivre et sa simplicité. Je prends sa main et nous nous dirigeons vers la voiture. Cet arrêt dans un café nous a fait du bien.

On a laissé les amoureux avec Zayn et Lily et on a décidé de rentrer. Dans la voiture je pose à Jade la question qui me taraude depuis un moment.

-          Il te voulait quoi Zayn ?

-          Parler. De Perrie. Il commence à s’ouvrir et ça lui fait du bien.

-          D’accord.

Elle me cache quelque chose, je le sais parce que son regard est fuyant. Mais c’est pas grave, elle a aussi le droit d’avoir des secrets qu’elle partage avec Zayn, ils ont une histoire commun dont je ne fais pas partie.

-          Bébé ?

Je tourne la tête vers ma petite-amie

-          Désolé, dit-elle en prenant ma main, je ne peux pas te le dire, mais c’est rien de grave.

-          Promis ?

-          Oui. De toute façon Zayn a une décision à prendre, et une fois que ce sera fait je pense qu’il vous en parlera.

Je me pose au café, seule. Ma demi-sœur est en train de terminer les démarches administratives. Ça a été une véritable course aujourd’hui, des pompes funèbres au cimetière, en passant par l’Eglise et l’état-civil. Je ne suis restée que pour aider ma demi-sœur dans les démarches, pas par amour pour mon père défunt. Je rentrerai demain matin, le plus tôt possible quoi. Je jette un coup d’œil à mon téléphone et voir le sms que Zayn m’a envoyé ce matin. Lily est malade. Même s’il me dit que ce n’est pas grave je m’affole un peu vite et lui téléphone. Lorsqu’il décroche je l’agresse à moitié :

-          Elle a quoi ? Tu l’as emmenée chez le médecin ? ça dure depuis combien de temps ?

Il rigole doucement et dit :

-          Bonjour à toi aussi mon cœur. Elle va bien ne t’en fais pas, elle a juste pris froid hier.

-          T’es sûr ?

-          Oui. Elle est en train de boire son chocolat chaud là, elle a beaucoup dormi aujourd’hui mais elle va mieux.

-          Génial. Ça me rassure.

-          T’inquiètes pas. Ça va toi ?

-          Oui ça va. J’ai enfin pu me poser un peu, pour la première fois de la journée.

-          Vous avez fait toutes les démarches que vous deviez faire ?

-          Quasiment, on a encore rendez-vous avec le notaire ce soir pour les questions d’héritage.

-          Ok. Lily a fini son chocolat chaud est-ce que tu veux que je te la passe ?

-          Oui !

J’entends un peu de bruit puis la voix de ma fille :

-          Allô maman ?

-          Coucou ma puce. Ça va ? Zayn m’a dit que tu étais malade.

-          Oui mais ça va mieux maintenant.

-          Génial. Je rentre demain matin ma puce d’accord ?

-          Oui. Cool. Mais… pourquoi tu es partie maman ?

-          Parce que je devais absolument voir une personne, mais maintenant c’est fait. Tu me repasses Zayn s’il-te-plaît ?

-          Oui maman. Bisous.

-          Bisous.

Zayn reprend le combiné et dit :

-          Ça te rassure ? Elle va bien je te dis, un coup de froid ça arrive à tout le monde.

-          Merci de prendre soin d’elle comme ça.

-          De rien. Tu sais je la considère un peu comme si c’était ma fille.

-          C’est mignon…

-          …

-          Zayn ?

-          …

-          Zayn !

-          Hein ? Désolé j’étais ailleurs, je pensais à… nan peu importe. Tu disais ?

-          Que c’était mignon que tu considères Lily comme ta fille. Mais tu m’inquiètes Zayn, tu pensais à quoi ?

-          A rien, ce n’est pas important…

-          Promis ?

-          Oui…

-          D’accord. Je te laisse, je vais retourner dans ma maison d’enfance voir tout ce que mon père y a entreposé.

-          D’accord. Rappelle-moi ce soir si tu veux.

-          Pas de souci. Je t’aime Zayn.

-          Je t’aime aussi Jenny.

Je raccroche avec ma petite amie et surprend un sourire entendu entre Louis et Harry.

-          Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a ? Pourquoi vous vous foutez de moi ?

-          C’est juste que c’est… commence Harry

-          Trop mignon ! termine Louis

-          N’importe quoi les amoureux !

-          Nous ? On raconte jamais n’importe quoi !, se défend Harry en rigolant, vous voulez rester encore un peu ici ?

-          Oh oui ! chouette chouette chouette ! s’exclame Lily

-          Je crois qu’elle a choisi, dis-je en souriant

C’est cool que Lily s’entende bien avec tout le monde, y compris avec mes amis.  Harry a pris la petite dans ses bras et pendant que Louis passe le bol de Lily à l’eau il lui propose d’aller choisir ensemble un jeu. Louis profite de ce moment où il se retrouve seul avec moi pour me demander :

-          Ça va ? T’as pas l’air bien…

-          Nan c’est bon t’inquiètes ça va.

-          Sûr ? Parce que t’as vraiment l’air à l’Ouest…

-          Je sais. Mais ça va je te promets.

Je le serre rapidement dans mes bras et on va retrouver Harry et Lily dans le salon.

-          Pop-corn ?

Ma petite amie me regarde en souriant et je réponds au vendeur :

-          Oui. Un grand pop-corn.

On va voir un film en amoureux, et après on ira manger dans un restaurant un peu chic du centre de Londres. J’ai besoin de passer ce genre de moments romantiques avec elle.

-          Liam ?

Je me retourne et me retrouve face à quatre jeunes filles qui me regardent, la bouche grande ouverte, les larmes aux yeux. Ce sont des fans, c’est clair.

-          Est-ce que… on peut… avoir une photo ?

Je souris et me prête au jeu des photos avec chacune des jeunes filles. Danielle me regarde faire en souriant, elle sait que ça fait aussi partie de ma vie. Les filles essayent ensuite de grappiller encore quelques minutes avec moi en me posant des questions.

-          C’est ta petite amie qui nous observe juste là ? demande l’une des fans

-          Oui.

-          Elle est belle, en dit une autre

-          Belle ? Elle est magnifique tu veux dire !, s’exclame la troisième

-          Ahaha, je lui dirais, dis-je en souriant

-          Comment ils vont les autres garçons ?, me demande timidement la quatrième

-          Ils vont bien aux dernières nouvelles, dis-je, je les ai vus hier et ils allaient bien.

-          Cool, dit-elle pensivement

-          Excusez-moi les filles mais je dois vous laisser, note film commence dans dix minutes ! Bon film !

Je leur fait un petit signe de la main et vais rejoindre Danielle qui grignote du pop-corn en m’attendant. J’entrelace mes doigts aux siens et l’embrasse furtivement en prenant la direction de la salle.

Lily est en train de foutre la pâtée aux petits chevaux à Harry et Louis. Je suis assis dans le fauteuil, je les regarde jouer, mais je suis ailleurs. Je pense à cet enfant que Perrie m’a « laissé ». est-ce que dans de telles circonstances elle aurait voulu que je l’adopte ou pas ? Est-ce que je dois aller chercher cet enfant qui n’attend sûrement que ça ? Oh mon Dieu !!! Pitié !! Mais qu’est-ce que je dois faire ?? J’en sais strictement rien… J’ai tellement peur de prendre la mauvaise décision…

-          Allô Zayn ici la Terre !!!!

Je sursaute et regarde mes amis qui semblent très inquiets pour moi.

-          Quoi ?

-          Ça fait trois fois qu’on t’appelle, dit Lily en baissant les yeux

-          Oh désolé. Vous avez dit quoi ?

-          On t’a demandé si tu voulais faire une partie avec nous, dit Louis

-          Oh. Non. Lily on va rentrer je pense…

-          D’accord, me dit la petite fille en souriant

Je la prends dans mes bras et on salue les garçons. Alors que je suis presque sorti de l’appartement j’entends Louis me dire :

-          Si tu veux parler de quoi que ce soit Zayn t’hésite pas, Haz et moi on est là pour toi.

-          Oui promis.

Je sors et rentre dans mon appartement juste à côté. Lily me fait un gros câlin et je souris.

-          Ça te dit qu’on lise un livre ensemble avant de manger ma puce ?

-          Oh oui !

-          T’aime bien les BD ?

-          Les BD ? J’en ai jamais lu…

-          Bah on va en lire une ensemble…

-          Chouette !

On sort du cinéma main dans la main. Le film était cool, le reste de la soirée s’annonce génial ! Danielle et moi marchons main dans la main pour rejoindre la voiture, j’ai repéré deux paparazzis qui nous ont pisté depuis notre sortie du cinéma, Danielle aussi les a repérés mais elle semble ne pas y prêter plus d’attention que ça, tant mieux. Heureusement que ma vie au milieu du tourbillon médiatique ne la dérange pas plus que ça. Lorsque je démarre la voiture mon téléphone sonne et je décroche en mettant le haut-parleur tout en conduisant.

-          Allô Liam ?

-          Ouep Louis, un problème ?

-          Est-ce que tu sais ce qui se passe avec Zayn ? Il est bizarre…

-          Comment ça bizarre ?

-          Il semble un peu… ailleurs. Il nous a envoyé Lily pendant près de deux heures sans nous donner d’explications, ensuite il a demandé à voir jade en privé et tout à l’heure il semblait vraiment vraiment ailleurs…

-          Il doit penser à Perrie c’est tout.

-          Non je ne pense pas, intervient Harry dans la conversation, il n’est pas comme quand il pense à Perrie.

-          Bah j’en sais rien alors, dis-je, vous savez pas s’il s’est passé quelque chose de particulier ?

-          Non on sait pas, dit Louis, mais on va s’arranger pour savoir parce que c’est vraiment plus que flippant !

-          Ok pas de souci. Je vous rappelle demain les garçons ok ? Je voudrais profiter de ma soirée avec Danielle.

-          Oui pas de souci, répondent les amoureux en chœur

-          Bonne soirée à vous !

-          A vous aussi !

Je raccroche et balance mon téléphone sur la banquette arrière. Je regarde Danielle en souriant et dis :

-          Comme ça on sera tranquilles pour la soirée. J’en ai marre de me prendre la tête avec ces histoires.

-          C’est bien. Faut que t’apprennes à décrocher.

-          Avec toi c’est facile, tu me fais tout oublier.

-          Vraiment ?

-          Oui.  Je t’ai déjà dit que t’étais belle ?

-          Oui. Tu me le dis à peu près dix fois par jour…

-          Bah c’est parce que c’est vrai.

-          N’importe quoi.

On vient de finir de manger et Lily est partie se brosser les dents. Je fais rapidement la vaisselle en essayant de me sortir Henry de la tête. Mais c’est peine perdue. Son visage souriant s’impose à mon esprit et je me demande si ce n’est pas un signe du destin ? Et s’il fallait que j’adopte cet enfant ? Mais non ! Qu’est-ce que je raconte ? Je ne peux pas faire ça. Ma vie est ailleurs maintenant, auprès de Jenny, et c’est avec elle qu’un jour je fonderai une famille. Henry n’est qu’un malheureux concours de circonstances. J’aurai été heureux de fonder une famille avec Perrie, mais maintenant qu’elle n’est plus là ça n’a plus vraiment de sens. Enfin je crois.

-          Zayn, je suis de nouveau toute chaude…

Je prends Lily dans mes bras et confirme ses dires en posant ma main sur son front. Effectivement la température est remontée.

-          T’as de nouveau mal à la tête ?

-          Oui un peu.

-          Ça va vite passer, je te promet que demain ça ira mieux. Mais je vais quand même prendre ta température pour être sûr d’accord ?

-          Oui.

-          Va te mettre dans ton lit je vais essayer de trouver le thermomètre.

-          D’accord.

La petite va se coucher et je file dans la salle de bain chercher un thermomètre. Je sais qu’on en a un, mais le problème c’est que je n’ai aucune idée de l’endroit où Perrie l’a rangé. Je farfouille dans tout les placards et finit par mettre la main sur ledit objet. Génial !! Je me dirige vers le bureau pour prendre la température de Lily. Lorsque je me penche vers elle je m’aperçois qu’elle s’est déjà endormie, et je n’ai pas le courage de la réveiller. Ce n’est rien, je suis persuadé qu’elle a jute pris froid. Je pose le thermomètre sur la table, embrasse la petite sur le front et rejoins le salon. Je sens que je vais me sentir très très seul ce soir. Seul avec mes pensées…

Harry est allongé sur le canapé, la tête sur mes genoux. Je joue avec ses bouclettes brunes tout en réfléchissant. Je m’inquiète pour Zayn. Il est vraiment très bizarre aujourd’hui. Harry aussi est songeur.

-          Bébé ? Je m’inquiètes pour Zayn, dit-il soudain

-          Je sais. Moi aussi.

-          Qu’est-ce qu’il a bien pu se passer en fait ?

-          J’en sais rien. Je suis persuadé que ça concerne Perrie, mais je n’en sais pas plus.

-          Qu’est-ce que ça peut bien être ?

-          J’en sais rien, dis-je, ça pourrait être n’importe quoi. Tu sais comment était Perrie.

-          Ouais. Un peu comme Zayn quoi…

-          Exact.

-          Ils sont chiants à jamais s’ouvrir aux autres.

-          Les mecs ? Est-ce que je peux squatter un peu ?

Nous tournons tous les deux la tête vers Zayn qui se tient à la porte de notre appartement.

-          Bien sûr, entre. T’es tout seul ?

-          Lily dort, elle a de nouveau de la fièvre.

-          Merde, pas cool, dit Harry, Jenny rentre quand ?

-          Demain matin en principe.

-          Pourquoi elle était partie au fait ?, dis-je

-          Elle allait voir son père sur son lit de mort, dit Zayn, il est décédé hier soir.

-          Oh. Mais… elle avait pas des relations conflictuelles avec son père ? dis-je en me souvenant d’une conversation

-          Si si, mais il voulait la voir une dernière fois avant de mourir… On peut parler d’autre chose les mecs ?

-          Oui désolé, dis-je

JOUR 81

Je m’éveille en sentant le petit corps de Lily se blottir contre moi.

-          Mmmh…. Coucou ma puce. Bien dormi ?

-          Oui. J’ai plus mal à la tête mais j’ai toujours le front tout chaud.

-          D’accord. Viens-là.

Je lui ouvre mes bras et elle se blottit dedans. Tout en la câlinant je repense à ma soirée d’hier. J’ai squatté jusque tard dans la nuit chez Harry et Louis. On n’a pas beaucoup parlé, on a joué au poker. On y joue des fois, ça détend, on fait souvent ça quand l’un d’entre nous va mal et n’a pas envie de parler. J’ai refusé de leur dire, j’ai refusé de parler de mes problèmes. Tant pis. J’en parlerai avec ma mère à l’occasion, elle est la seule à qui je peux dire ça. Lily s’est rendormie et j’en profite pour me lever et préparer le petit-déjeuner.

Je m’éveille difficilement sur le canapé du salon, Harry est allongé par terre à côté de moi. Lorsque j’avise les jetons de casino et les bouteilles de bière sur la table basse du salon la soirée me revient un peu en mémoire. On a dû abuser un peu sur l’alcool. Mais Zayn semblait en avoir besoin, et on ne s’est pas vraiment posé de question. Bon du coup on n’a aussi pas pu déterminer ce qui avait foutu Zayn dans un tel état. Tant pis, il finira bien par se confier là-dessus. Enfin j’espère.

-          Bébé ? Il est l’heure qu’on se lève, me dit ma petite amie en caressant doucement ma joue

-          Oh noooon… Je veux dormir encore…

-          Dormir ? tu y perdrais quelque chose

J’ouvre alors les yeux et m’aperçois que ma petite copine porte des sous-vêtements archi sexy. Un régal pour les yeux.  Et pas que pour les yeux au vu de mon érection matinale qui prend de l’ampleur. Ah ouais, je comprends pourquoi elle m’a réveillé. La petite coquine. Elle se glisse sous la couette et m’enlève mon caleçon. Je me retrouve complètement nu sous elle, elle éclate alors de rire. Elle m’embrasse sur la bouche d’abord, puis elle dérape dans mon cou, et enfin sur mes pectoraux…. L’excitation monte de plus en plus vite en moi, c’est dingue. C’est dingue l’effet qu’elle me fait. Lorsque ses lèvres entrent en contact avec mon sexe je ne peux retenir un très long gémissement. Je l’entend rire et je sens sa langue s’activer sur mon sexe.

Je rentre dans la chambre avec le plateau du petit-déjeuner. C’est le dernier que je prends en tête à tête avec Lily en principe. Jenny doit rentrer ce matin. J’espère qu’elle va bien.  On devrait le savoir assez vite de toute façon. Lily s’est rendormie et à sentir son front brûlant je me dis que ce n’est peut-être pas une bonne idée de la sortir aujourd’hui. En plus il s’est remis à neiger. Il va falloir que je sollicite quelqu’un pour aller chercher ma copine à la gare, parce que je ne peux pas laisser Lily toute seule. Je m’empare de mon téléphone et sors de la chambre pour téléphoner. Je devrais pouvoir solliciter Liam. En principe il se lève tôt.

-          Allô Liam ?

-          Mmmh ?

-          Scuse, je te réveille ?

-          Non.

-          Ça va mec ? t’as l’air énervé.

-          Le chorégraphe de Danielle l’a appelé en urgence à huit heures du matin, ça craint, je vais pas supporter ça longtemps.

-          Ah merde pas cool.

-          Bref, tu veux quoi ?

-          Est-ce que tu pourrais aller chercher Jenny à la gare ?

-          Oui si tu veux, ça m’occupera. Elle arrive quand ?

-          Je sais pas encore, je te bipe dès que je sais.

-          Ok… Zayn ? Je peux te poser une question ?

-          Oui.

-          Qu’est-ce qui se passe ? Hazza et Lou’ m’ont appelés tout paniqués hier parce qu’ils te trouvaient bizarre.

-          Ça va maintenant Liam, t’inquiètes, j’étais juste un peu à l’Ouest. Je pensais à Perrie.

-          Tu me jures que tu me caches rien ?

-          Promis. Enfin si, mais ça sera vite réglé.

-          Ok. Si t’as besoin de parler je suis là.

-          Oui merci. Je te laisse je dois aller retrouver Lily, je crois qu’elle vient de se réveiller. Je te bipe dès que je sais pour Jenny.

-          Ok pas de souci !

Je raccroche et range mon téléphone. J’ai menti à Liam, il n’y a pas un bruit dans mon appartement, et Lily doit sûrement encore dormir. Mais je sais qu’il aurait fini par me faire craquer. Et je ne veux pas en parler. J’ai enfoui ça tout au fond de mon esprit. Je ne veux plus y penser. Je voudrais pouvoir oublier. Mais j’ai besoin d’en parler, il faudrait que je téléphone à ma mère. Mais après, d’abord je vais me griller une cigarette.

-          PUTAIN JADE NOOOON C’EST TROP BOOOOOOOOON !!!

Je n’ai pas pu m’empêcher de crier et ma copine augmente la cadence, elle me pompe plus vite et plus fort et dans un long, immense, râle de plaisir j’éjacule longuement. A mon grand étonnement elle avale sans broncher et viens s’allonger à côté de moi. Je mets un long moment à me calmer, j’ai encore l’impression de sentir sa langue s’activer sur mon sexe. Je respire longuement, m’oblige à me calmer puis je rouvre les yeux et regarde ma petite amie.

-          Merci

-          De rien, je savais que ça te ferait plaisir, me dit-elle en souriant

-          Oui mais… pourquoi ?

-          Je sais pas. Comme ça.

-          Ma puce, y’a forcément une raison. On ne fait pas une pipe d’enfer comme ça à son copain dès le matin sans aucune raison.

-          Ça me fait du bien.

-          Comment ça ?

-          Je me sens plus vivante quand on fait des trucs toi et moi.

-          Comment ça, je comprends pas…

-          Ça m’aide à vivre, c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour aller mieux.

-          Oh bébé… Tu vois le sexe un peu comme une…thérapie en fait ?

-          Oui…

Elle rougit et baisse la tête.

-          Bébé ? C’est pas que j’aime pas ce qu’on fait hein, dis-je, j’adore vraiment, ce matin c’était divin, mais t’es bien consciente que ça va pas pouvoir durer ?

-          Oui…

-          Il faut que tu te fasses aider. Que tu acceptes de te faire aider.

-          Non… J’y arriverai pas…

-          Bébé… Je vais t’aider d’accord ? Je suis aussi là pour ça.

-          Non…

-          Jade, regarde-moi s’il-te-plaît.

Elle lève lentement la tête et je dis :

-          Dis-moi la vérité : tu me fais l’amour pour oublier ta douleur ou parce que tu m’aimes ?

-          J’aimerai pouvoir te faire l’amour parce que je t’aime Niall, et c’est le cas, je t’aime, mais je vois le sexe comme un moyen d’oublier toute mes angoisses et ma tristesse. Désolé.

-          Alors il est d’autant plus temps d’agir. Je veux que tu prennes du plaisir en faisant l’amour avec moi. Je ne veux pas qu’on ait des relations sexuelles juste parce que tu vas mal, ça n’a rien à voir avec moi, je m’en fous de savoir que tu me fais l’amour pour oublier ta tristesse, mais c’est pour toi que je dis ça. Il va bien falloir que tu tournes la page à un moment où à un autre. Et ce moment il est grand temps qu’il arrive. Maintenant.

-          Tu crois ?

-          J’en suis persuadé. Tu sais quoi ? On va se lever, s’habiller, et après on ira voir dans différents cabinets de psychologie pour voir si y’n a un qui peut te prendre dans le début de l’année prochaine ok ?

-          Ok. Merci Niall. Mais t’es pas obligé tu sais…

-          Je me sens pas obligé.

Harry dort toujours et je nous ai préparé un bon petit déjeuner. J’amène le plateau sur la table basse du salon et me met à genoux à côté de mon petit-ami. Je l’embrasse doucement et il se réveille.

-          Mmmmh… Louis… Embrasse-moi encore.

-          Hors de question t’as le goût de bière.

-          Putain merde, qu’est-ce qu’on a encore fait ?

-          Rien Haz, on a juste joué au poker avec Zayn. On a dû boire un peu trop, mais pas trop trop non plus. Je t’ai préparé le petit-déjeuner Hazza.

-          Vraiment ? Putain si tu savais à quel point je t’aime… On ne m’amène jamais mon petit-déj au lit.

-          En même temps t’es pas vraiment au lit.

Il se redresse et regarde autour de lui avant d’éclater de rire. Ça fait du bien de le voir heureux comme ça.

Je me suis enfilé deux cigarettes. Deux. J’ai honte. Je sais que c’est vraiment nul. Je sors mon téléphone de ma poche et compose le numéro de ma mère. Je ferme la fenêtre et me pose dans le fauteuil pour lui téléphoner.

-          Allô Zayn ?

-          Oui maman ! ça va ?

-          Bah oui et toi ?

-          Ouais ça va à peu près…

-          Comment ça à peu près ?

-          J’ai plein de trucs à te dire.

-          Je t’écoute mon cœur.

-          J’ai une copine.

-          Oh… déjà ?

-          Je savais que t’allais dire ça. Ça te choque ?

-          Oui…enfin non… enfin j’en sais rien. C’est surtout que je m’y attendais pas du tout…

-          Désolé. Ça fait un moment en fait. Un bon mois.

-          Ah oui quand même. Elle s’appelle comment ?

-          Jenny. Et elle a une fille qui s’appelle Lily.

-          Elle a quel âge ?

-          Lily à neuf ans, Jenny en a vingt-cinq.

-          D’accord. Tu l’aimes ? Enfin tu les aimes ? Parce que je suppose que Lily fait aussi partie de ta vie

-          Oui je les aime. Enormément. Elles sont devenues une partie de mon univers. En plus Lily est une gamine vraiment attachante, elle est devenue amie avec tout le monde.

-          C’est bien alors. Jenny est au courant de la mort de Perrie et tout ça ?

-          Oui. Elle m’aide à surmonter ça, je t’expliquerai elle est grosso modo dans la même situation que moi.

-          Ok. T’avais autre chose à me dire ?

-          Ouais je…

-          ZAAAYN ??? crie Lily depuis ma chambre

-          Merde maman Lily vient de se réveiller, je te rappellerai plus tard dans la journée. Désolé.

Je raccroche, laisse mon téléphone au salon et file dans ma chambre. Lily est assise sur le lit et me sourit quand j’entre.

-          T’es réveillée ma puce ? ça va ?

-          Oui ça va !! Mais j’ai faim !

Je rigole et pose le plateau sur le lit avant de m’assoir avec elle. On va déjeuner tranquillement, et je voudrais lui parler de quelque chose aussi. Alors qu’elle commence son verre de jus d’orange je lui dis :

-          Ma puce ? Est-ce que tu as un amoureux ?

Elle rougit et ne réponds pas. Puis après un moment de réflexion elle dit :

-          Tu promets de pas le dire à ma maman ?

-          Promis.

-          Mon amoureux c’est Romain, tu sais je t’avais dit que je l’aimais bien.

-          Et c’est ton amoureux ?

-          Bah oui, on se fait des bisous !!

-          Ah oui ?

-          Oui.

-          Des bisous sur la bouche comme les amoureux ?

-          Oui, dit-elle en rougissant, mais c’est… berk… parce qu’il bave beaucoup !!

Je souris et la prend dans mes bras. Elle est trop mignonne. Et j’ai réussi à savoir ce qu’elle pouvait bien raconter à Jade. Je suis assez fier de moi.

Je suis à la gare, j’essaye de négocier avec le vendeur pour avoir une place sur le prochain train pour Londres. J’ai hâte de rentrer. 

-          Tenez madame, mais vous avez de la chance qu’il reste de la place.

-          Merci beaucoup.

Je regarde mon billet, je pars dans vingt-cinq minutes, juste le temps de biper Zayn pour lui dire à quelle heure j’arrive. Je lui met un rapide sms :

A Zayn (l) : coucou mon cœur, j’suis à la gare, j’arrive à onze heures à Londres, j’&i hâte de vous retrouver toi et Lily.

La réponse me parvient quelques secondes plus tard :

A Jen’ (l) : C’est Liam qui viendra te chercher, je t’expliquerai. Bon voyage et Lily te fait plein de bisous !!

Je souris et m’engouffre dans mon train. En m’asseyant à ma place dans le train je repense à la soirée d’hier et du rendez-vous avec le notaire. Je devrais toucher une somme d’argent correcte,  de quoi nous mettre à l’abri Lily et moi pendant un long moment. Tant mieux. Indirectement mon père aura ainsi protégé sa petite fille.

-          T’es sûr Niall ?

-          Jade. S’il-te-plaît arrête d’hésiter, tu sais comme moi que c’est nécessaire. Tu ne peux pas continuer à vivre comme ça en essayant simplement d’oublier ta peine. Ça va faire trois mois. Trois mois ! Il est temps de commencer à prendre les choses en main.

-          Oui. M’engueule pas s’il-te-plaît.

-          Désolé bébé, mais je voudrais que tu comprennes que c’est important…

-          Je sais. J’ai droit à un bisou avant qu’on y aille ?

-          Bien sûr mon ange…

Je la prends dans mes bras et l’embrasse doucement.  Je remonte ensuite sa capuche sur sa tête pour la protéger des paparazzis au cas où, je prends sa main et nous sortons de la voiture. Nous sommes devant l’un des cabinets de psychologie les plus réputés de la capitale. En espérant qu’ils réussissent à lui trouver de la place avant six mois. On s’engouffre dans l’immeuble et on se dirige vers le secrétariat, au premier étage. Jade ne semble pas trop trop rassurée, elle serre ma main un peu fort et ne me lâche pas d’une semelle. Le hall est complètement aseptisé, les murs blancs brillent et nous reflètent presque notre image, les sièges sont alignés à intervalles parfaitement réguliers contre le mur, tout est archi propre et nickel, même les magazines posés sur les petites tables sont bien rangés. Jade me regarde complètement paniquée et me chuchote :

-          C’est trop parfait ici, ça me rassure pas.

-          Tu ne veux pas qu’on essaye de voir s’ils peuvent te prévoir un rendez-vous, c’est les meilleurs psychologues de la ville ?

-          S’il-te-plaît Niall, on s’en va.

-          Ok.

Je n’insiste pas et on redescend sans avoir vu personne. J’&voue que ça m’a aussi mis mal à l’aise. Je crois qu’on va chercher un psy un peu plus humain. Je repère un photographe placé en face de la sortie, il a dû me suivre depuis chez moi. Je force Jade à baisser la tête et nous nous dépêchons de monter dans la voiture.

-          Désolé bébé mais…

-          Y’avait un photographe, je sais je l’ai vu aussi, j’ai tout autant l’habitude que toi de les repérer je te rappelle.

Elle rigole et je remets le contact.

Je dois aller chercher la copine de Zayn à onze heures à la gare. Et il m’a demandé aussi d’aller chercher le paquet qui l’attend au secrétariat de chez Simon. Je vais en profiter pour demander à Simon s’il sait ce qui se passe avec Zayn, parce que c’est vrai qu’il avait l’air bizarre. Je me gare devant chez Simon et me dépêche de descendre de la voiture. Il s’est remis à neiger ce matin, ça faisait longtemps qu’on n’avait pas eu un hiver aussi enneigé. Je rentre dans le hall, salue la secrétaire d’un signe de tête et monte dans le bureau de Simon. J’espère qu’il est là et pourra me recevoir. Je toque à la porte et Simon vient m’ouvrir.

-          Liam ! Qu’est-ce que tu fais là ? y’a un problème ?

-          Je peux te parler Simon ?

-          Oui vas y entre.

Je rentre et m’installe en face du bureau de Simon, il reprend place dans son fauteuil et attend que je commence.

-          Je m’inquiète pour Zayn, il nous cache un truc mais je ne sais pas quoi.

-          Comment ça ?

-          Il a passé la soiré chez Harry et Louis hier, il était complètement à l’Ouest…

-          Poker ?

-          Oui.

Effectivement Simon était au courant de cette petite coutume entre nous de jouer au poker lorsque l’un d’entre nous va mal mais ne veux pas se confier.

-          Il t’a rien dit Simon ?, dis-je

-          Non. Je ne sais pas du tout. Mais si ça se trouve c’est rien, il doit juste penser à Perrie.

-          Non non, ce n’est pas comme quand il pense à Perrie. C’est pire.

-          Merde… Il s’est passé quoi ?

-          Personne n’en sait rien mais c’ezt depuis hier après-midi.

-          Ok. On verra bien, si ça dure vous me l’amenez, moi je le ferai parler.

-          Ok. Merci Simon. T’as un paquet pour lui ? Il m’a demandé de lui ramener en même temps que sa petite amie.

-          Elle rentre aujourd’hui ?

-          Oui. Je dois aller la chercher à la gare parce que Zayn est bloqué avec Lily chez lui, la petite est malade.

-          Elle a dû prendre froid, dit Simon en farfouillant dans son bureau, en même temps vu le temps c’est pas étonnant.

Il sort une énorme enveloppe du tiroir de son bureau et me la tend.

-          C’est ce que j’ai promis à Zayn.  Merci de lui donner.

-          De rien. Faut que j’y aille maintenant, sinon je vais être en retard à la gare.

Lily est assise sur le canapé, elle lit une BD, toute seule. Je lui ai prêté un de mes Astérix, elle a l’air d’adorer ça. Tant mieux. Dans moins d’une heure maintenant sa mère devrait être là.  Elle m’a manqué. Et j’ai décidé de ne pas lui parler d’Henry. Je me suis persuadé tout seul de ne pas adopter cet enfant. Il représente ma vie avec Perrie, une vie qui a volé en éclat au moment de l’accident.

Harry est en train de composer à la guitare, assis sur le canapé, aidé de son ordinateur portable, de son téléphone, d’un carnet et d’un crayon. Ça faisait longtemps qu’il n’avait pas composé comme ça.  J’ai pris un manga que je lis tout en observant mon petit ami faire. Il est vraiment trop mignon quand il se concentre comme ça sur ce qu’il compose. Je suis sûr que la chanson sera magnifique. Et puis j’adore le voir jouer de la guitare, je trouve ça terriblement sexy. A un moment il lève la tête vers moi et dit :

-          Tu sais que ça fait plus de cinq minutes que t’as pas tourné une seule page de ton livre ?

-          Oui. J’étais en train de te regarder.

-          C’est mignon.

-          J’y peux rien, j’suis amoureux…

Je rougis légèrement et me replonge dans mon livre. Harry rigole et se remet à composer. Ça serait tellement merveilleux qu’on puisse faire ça tous les jours, comme un véritable couple.

On a pris rendez-vous pour Jade tout début janvier, chez un psychologue qui nous a reçu lui-même dans son cabinet. Jade semble en confiance avec lui et je sais que ça l’aidera. Elle a toujours sa capuche et son bonnet sur la tête, et le photographe nous suit toujours. Je soupire et tente de protéger l’identité de ma petite amie au maximum. C’est pas qu’on a honte d’être ensemble, c’est juste qu’on voudrait vivre notre histoire à l’abri des regards du monde entier. Une fois dans la voiture je dis à Jade :

-          Garde encore un peu ta capuche bébé et baisse la tête, on doit passer devant lui pour filer.

Elle s’exécute en soupirant et j’en profite pour lui dire :

-          Ça te dit qu’on aille faire un tour à l’extérieur de Londres ? Là au moins on pourra être tranquilles.

-          Oui j’adorerai.

-          Génial. On file alors…

Je m’engage sur l’autoroute et Jade qui peut enfin souffler enlève sa capuche et son bonnet. Elle s’amuse à glisser ses doigts dans ses longs cheveux et je rigole de la voir faire. Je suis heureux d’être son petit copain.

Le train va arriver en gare. Enfin. Deux heures et demies de train c’est loin d’être le pied. Je suis fatiguée, et j’ai envie de retrouver ma fille. Et Zayn aussi. J’ai besoin de les voir, de les serrer dans mes bras.  Je suis la première à descendre sur le quai lorsque le train s’immobilise, mon sac de voyage sur l’épaule. Liam m’attend au bout du quai, bonnet enfoncé sur la tête et doudoune zippée jusqu’en haut. Il me sourit et me fait la bise quand j’arrive. Il prend ensuite mon sac de voyage et nous nous dirigeons vers sa voiture.

-          Ça va t’as fait bon voyage ?

-          Bof. C’est long. Et j’avais vraiment envie de rentrer.

-          Je comprends. Lily a encore un peu de fièvre c’est pour ça que Zayn n’a pas voulu la sortir pour venir te chercher.

-          Encore ? Elle en avait déjà hier non ?

-          Oui.

-          Ok.

On monte dans la voiture et Liam met le contact, je crois qu’il a compris que je n’ai qu’une envie, celle de retrouver Zayn.

Lily a fini la BD et elle s’est allongée sur le canapé, elle est fatiguée. Par acquis de conscience j’ai pris sa température, elle est à 38’5 °C, pas énorme mais suffisant pour la fatiguer. En revanche elle ne se plaint plus d’avoir mal nulle part, et tant mieux. Ça me rassure.  Jenny ne devrait plus tarder maintenant, j’ai hâte. Elle m’a manqué. Et elle a beaucoup manqué à Lily. Et puis dans quelques jours ont doit tous se réunir, avec les autres garçons, pour fêter Noël. Et je suis content que Jenny ait accepté d’être là, et puis après il faudra bien que je consente à la présenter, au moins à mes parents. Je suis assis dans le fauteuil, je veille sur Lily qui dort sur le canapé. Dans l’appartement d’à côté j’entends des accords de guitare et j’en déduis qu’Harry doit composer. Pour une fois. Ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé. Et puis il pourrait même essayer de mettre Louis à contribution, ça lui ferait du bien.

Je me gare en bas de chez Zayn et dit à Jenny de monter, je récupère ses affaires dans le coffre et lui emboîte le pas.  Elle a été plutôt silencieuse pendant tout le trajet elle a l’air mystérieuse et réservée comme Zayn. J’espère qu’ils ne sont pas comme ça dans leur vie à deux sinon cela doit leur paraître bien ennuyeux.  Elle est entrée dans l’appartement de zayn sans frapper ou sonner et quand j’arrive les amoureux sont dans les bras l’un de l’autre. Ça doit leur faire du bien de se retrouver. J’attends patiemment qu’ils aient fini et quand Zayn lâche enfin sa copine qui va saluer sa fille je donne à Zayn le sac avec les affaires de Jenny et l’enveloppe que je tiens à la main.

-          L’enveloppe vient de chez Simon. Et rappelle-toi que tu peux lui parler à lui si tu ne veux pas nous parler à nous.

-          Merci beaucoup Liam.

-          Sans indiscrétion je peux savoir ce qu’il y a dans l’enveloppe ?

-          Tout ce que ma fiancée avait caché au studio.

-          Ok. Je suis à côté chez Louis si t’as besoin de quoi que ce soit.

-          Merci.

Je me dirige alors vers l’appartement d’à côté, chez mes amis. Lorsque j’entre je trouve harry en train de composer, Louis en train de lire, bien loin de l’excitation habituelle de cet appartement. Peut-être qu’ils s’assagissent avec le temps.

Ça fait tellement bien de retrouver Jenny. Elle m’a tant manqué. Je l’embrasse encore et encore, ses lèvres au goût sucré m’ont manqué. On s’est posés dans la cuisine, pour ne pas réveiller Lily qui dort encore.

-          Ça fait longtemps qu’elle dort ?

-          Une petite vingtaine de minutes. La fièvre la fatigue…

-          Elle a encore de la fièvre ?

-          Oui. Elle était à 38,5 tout à l’heure.

-          Elle a mal quelque part ?

Je n’aime pas trop le ton qu’elle a employé, mais je suppose que c’est le ton de la mère inquiète pour sa fille.

-          Non, elle ne se plaint pas d’avoir mal. Hier elle avait mal au crâne mais aujourd’hui ça va mieux.

-          Tu lui as donné quelque chose pour faire tomber la fièvre ?

-          Non.

-          Tu l’as emmenée chez le médecin ?

-          Non plus.

-          Pourquoi ?

-          C’est juste un coup de froid, dans deux jours on n’en parlera plus.

-          Comment tu peux le savoir ? T’es médecin peut-être ?

Liam s’est posé avec nous pour discuter, j’ai rangé mes affaires et il est en train de nous expliquer à quel point il déteste le chorégraphe de sa belle.

-          …n’importe quand, et elle est obligée d’accourir, je suis sûr qu’en plus il l’appelle pour rien, juste pour le plaisir de la faire chier.

-          Tu serais pas un peu jaloux Liam ? suggère Louis en souriant

-          Je suis pas sûr, j’en sais rien, peut-être, mais ça me fait chier il explose toutes les journées qu’on devait passer ens…

Il s’interrompt parce que nous entendons des éclats de voix provenant de l’appartement d’à côté. Ils crient tellement fort qu’on les entend comme s’ils étaient à côté.

-          … INCONSCIENT DE PAS L’AVOIR AMENEE VOIR QUELQU’UN

-          MAIS ELLE N’EST PAS MALADE !!! ELLE A JUSTE PRIS FROID !!

-          ET COMMENT ELLE A PU PRENDRE FROID ?? TU DEVAIS LA SURVEILLER ET LA PROTEGER JE TE RAPELLES !!!

-          MAIS TU CROIS QUE J’AI FAIT QUOI ?? J’AI PRIS SOIN D’ELLE COMME MA PROPRE FILLE !!

-          TU TE SERAIS ARRANGE POUR QUE TA FILLE NE PRENNE PAS FROID !!!

Louis me regarde, puis regarde Liam et dit :

-          On devrait peut-être intervenir non ?

-          On interviendra si ça devient vraiment critique, répond Liam

On se tait pour écouter la suite de la dispute.

-          TU LUI AVAIS MIS SON MANTEAU AU MOINS ? ET SON ECHARPE ? ET SON BONNET ?

-          OUI OUI ET OUI !!! TU ME PRENDS POUR QUI PUTAIN ? TU MAS CONFIE TA FILLE ET J’EN AI PRIS SOIN COMME JAMAIS JE N’AI PRIS SOIN DE QUELQU’UN

-          ET TU LUI AS DONNE QUOI A MANGER, SI CA SE TROUVE ELLE EST MALADE A CAUSE DE CA !!

-          ON A BIEN MANGE, A HEURES REGULIERES TOUS LES JOURS !! JE N’AI RIEN À ME REPROCHER À CE PROPOS !!

-          T’ES SUR ?? PARCE QU’EN GENERAL LES JEUNES HOMMES COMME TOI ONT TENDANCE A MANGER N’IMPORTE QUOI ET N’IMPORTE QUAND !!!

-          MAIS N’IMPORTE QUOI ? TU ME PRENDS POUR QUI ?

-          POUR LA PERSONNE QUE TU ES ZAYN ! TU ES COMPLETEMENT IMMATURE !!

Soudain un grand silence puis une porte qui claque violemment.

J’ai été le premier à bondir après avoir entendu la porte claquer.  Je me précipite dans l’appartement d’à côté où j’entre. Lily est recroquevillée sur le canapé, en larmes. Je la prends tout doucement contre moi et elle s’agrippe à moi en enroulant ses bras autour de mon cou. Liam et Harry m’ont suivi et se sont précipités vers la cuisine, ils sont maintenant en train de consoler Jenny. J’ai encore un peu de mal à comprendre ce qui vient de se passer.  Je berce la petite dans mes bras jusqu’à ce qu’elle se calme un peu. Je ne dis rien, que dire ? La dispute entre Jenny et Zayn a été si violente.

Jenny pleure à chaudes larmes dans mes bras mais j’aimerai qu’elle se calme et qu’elle puisse nous expliquer ce qui s’est passé. Harry et moi passons doucement notre main dans le dos de Jenny. Peu à peu elle sèche ses larmes et dit :

-          Je ne comprends pas... Il m’a regardée méchamment, puis il a tourné les talons et il a pris sa veste avant de partir en claquant la porte… Mais qu’est-ce que j’ai fait putain ? 

 

 

Alors ? Qu'en avez vous pensé ? L'évolution du couple Liam/Danielle ? Celle de Louis/Harry ? Celle de Niall/Jade ? Celle de Zayn/Jenny ? La relation fusionnelle entre Zayn et Lily ? Les différents enregistrements ? Ce que Jonnie vient amener à Zayn ? Jenny qui va voir son père ? Bref dites-moi votre avis sur tout, même les petits détails que vous avez aimé...  J'attends avec impatience vos commentaires.