Hello ! Voilà un petit chapitre que j'ai écrit dans la journée, je ne voulais pas trop laisser mes personnages et les situations en attente. Vous allez voir, c'est plein de bouleversements (inn)attendus...

Chapitre 7 : Rangement, changements…

JOUR 22

Zayn n’a rien voulu me dire sur ce qui s’est passé. Il a pleuré toute la nuit, et je suis resté avec lui. Il ne s’est endormi qu’il y a une ou deux heures, quand je me suis réveillé. Je suis resté allongé à côté de lui pour m’assurer qu’il ne se réveille pas. Maintenant que je suis sûr qu’il dort je vais pouvoir retourner à mon appartement.

Je me suis réveillé il y a une heure. Louis n’est pas rentré, il m’a laissé tout seul, il est resté chez Zayn. Je crois que je suis jaloux. Ouais c’est ça, je suis jaloux ! Ça m’énerve, il n’a pas dormi avec moi mais avec Zayn.  Et après tout ce que Zayn a fait et malgré ses excuses, je trouve ça injuste.  Je me mets alors à pleurer. C’est idiot mais je ne peux pas retenir mes larmes. J’aime Louis, je suis profondément amoureux de lui, je l’ai toujours été. Je l’aime tellement, c’est de pire en pire.

-          Pourquoi tu pleures ?

Louis me regarde depuis la porte de l’appartement. J’essaye de lui répondre mais je n’arrive à sortir aucun son excepté une espèce de grognement. Il s’approche de moi, s’assoit sur le bord de la table basse et m’ouvre son bras valide pour que je vienne me blottir contre lui. Je ne me fais pas prier et je viens glisser ma tête dans son cou. Je pleure tout contre lui, il caresse doucement mon dos de sa main valide. Il presse ses lèvres sur le haut de mon crâne et murmure :

-          Je suis désolé. Je suis désolé de te faire autant souffrir Hazza. Je tiens beaucoup à toi tu sais… Je… Je crois que j’ai besoin de toi dans ma vie…

Est-ce que j’ai bien entendu ? Je décolle ma tête de son épaule et le regarde droit dans les yeux. Il ne quitte pas mon regard et approche tout doucement son visage du mien. Est-ce qu’il va … ? Non c’est pas possible.

Je ferais tout pour qu’il arrête de pleurer. Et puis je me sens proche de lui, je pense sincèrement ce que je lui ai dit. Je m’arrête à quelques millimètres de ses lèvres, c’est à lui de décider s’il veut franchir ces quelques millimètres qui nous séparent. J’ai mon front contre son front, Nous nous regardons les yeux dans les yeux. Nos souffles se mêlent, nos lèvres ne sont séparées que de quelques millimètres. Après de très très longues secondes Harry ferme les yeux et franchit ces quelques millimètres, il pose ses lèvres contre les miennes, d’abord hésitant puis il prend de l’assurance et commence à faire pression dessus. C’est agréable. Je glisse mes doigts à l’arrière de son crâne et intensifie ce baiser. Harry demande le passage avec sa langue et j’entrouvre mes lèvres pour le laisser faire. Tout doucement sa langue pénètre dans ma bouche et vient chercher la mienne. Je le laisse faire, c’est lui qui prend les commandes. Il a glissé ses doigts dans ma nuque, nos lèvres ne se décollent plus. Sa langue et la mienne jouent ensemble, elles se caressent, elles dansent, elles s’apprivoisent Je me sens bien.  Après de très très longues minutes agréables au possible il décolle ses lèvres de miennes, il rouvre les yeux et me regarde. Nous sommes toujours front contre front, les yeux dans les yeux. Sa main a glissé sur ma joue qu’il caresse doucement, moi je joue avec ses bouclettes brunes. Aucun de nous n’ose briser le silence.

Il m’a embrassé. Je l’ai embrassé. On s’est embrassés. C’était merveilleux, divin, fantastique. J’avais toujours rêvé de l’embrasser comme ça.

-          Louis ?

Je vois un regain d’attention dans son regard et je sais qu’il m’écoute.

-          Je t’aime…

-          Je sais Harry.

Je rougis et baisse la tête. C’est stupide.  Louis pose ses doigts sous mon menton et me force à relever la tête. Il dépose un léger baiser sur mes lèvres et dit :

-          Allez viens, on va préparer le petit-déjeuner

-          Oui.

Il glisse ses doigts dans les miens et m’entraine jusqu’à la cuisine. 

Je viens de me réveiller, j’ai dû dormir deux heures au maximum cette nuit. Je m’en veux. Je m’en veux d’être attiré par Jenny. Bien sûr elle est gentille, mais de là à l’embrasser ! Louis n’est plus là, il doit être retourne dans son appartement. Je regarde tout autour de moi, ma chambre est en bordel, il y a encore des affaires à Perrie qui traînent partout… Ça me fait mal de voir ses affaires au milieu des miennes, mais je n’ai eu ni le temps ni la force de faire du tri. Et si j’occupais ma journée à ça ? Je n’ai rien d’autre à faire de toute façon, et puis ça me changera les idées… Mais le boulot est énorme et j’aurais surement besoin d’aide. Je n’ai qu’à aller demander à Louis et Harry de m’aider. Je me lève et prend la direction de l’appartement d’à côté, la porte est ouverte et je rentre sans frapper. Ils ne sont pas dans le salon, ils doivent être dans la cuisine. Je les entends d’ici chuchoter et rigoler, lorsque j’arrive devant la cuisine je les surprends en train de s’embrasser. Je me racle la gorge et ils se tournent vers moi, un peu honteux. Comme ils s’apprêtent à me fournir quelques explications je les arrête en disant :

-          Ça me regarde pas, vous faits ce que vous voulez, je voulais juste savoir si vous accepteriez de m’aider à faire du tri dans les affaires de Perrie.

Ils se regardent et Louis dit :

-          D’accord, pas de problème. Tu veux déjeuner quelque chose avant ?

-          Oui je veux bien.

-          Alors assieds-toi, me dit Harry, thé ou café ?

-          J’m’en fous mais un truc bien fort s’il-te-plaît.

Je m’assois sur une chaise à côté de la table et les regarde préparer. Ils ont l’air plus complice que jamais. C’est bien. C’est mal. J’en sais rien et je m’en fous, ils sont grands ils peuvent bien se débrouiller tout seuls. Harry me file une tasse de café que je bois presque d’une seule traite.

Je viens de sortir le pain du grille-pain, je pose les tranches sur une assiette, sort le Nutella et amène le tout sur la table.  Visiblement j’ai eu une bonne idée parce que Zayn s’empare du pot, du couteau et s’en fait une généreuse tartine. Rien de mieux que le Nutella pour guérir un cœur. C’est une des phrases préférées d’Eleanor. Harry s’est assis sur la chaise à côté de moi, et a discrètement posé sa main au niveau de mon genou. Je le laisse faire, j’aime ça. Je sais pas, c’est bizarre, je ne devrais pas le laisser faire, j’aime Eleanor. Et pourtant je me laisse faire. Ça nous fait du bien à tous les deux je crois.

Mon portable posé sur la table vient de vibrer. Je m‘en saisis et regarde le sms que je viens de recevoir

A Haz’ : Comment ça se passe avec Louis ? Et t’as des nouvelles de Zayn ?  Liam

Je regarde Louis et lui montre le sms, parce que je ne sais pas quoi répondre à propos de Zayn.

-          Liam demande comment tu vas, dit Louis à Zayn

-          Dis-lui que je vais bien. C’est pas la peine de l’inquiéter. Et puis c’est bon c‘est passé, j’ai fait une erreur, je la referais plus, ça va aller maintenant.

Il se lève et ajoute :

-          J’vous attends à mon appartement.

Et il part sans ajouter un mot. Il s’est passé quoi pour qu’il soit dans un tel état ? J’interroge Louis du regard mais il me répond :

-          Je sais rien, il a rien voulu me dire. Mais je l’ai jamais vu pleurer autant, sauf après la mort de Perrie. Mais c’était pas pareil, là il semblait s’en vouloir de quelque chose, mais je sais pas quoi.

-          Ok. Je réponds quoi à Liam ?

-          Que Zayn va bien. Et tu dis rien sur nous deux.

-          Pourquoi ? Y’aurait quoi à dire sur nous deux ?

-          Qu’on s’est… enfin tu vois. Il est pas au courant que tu es amoureux.

-          En fait si il l’est. Mais je dirais rien… A une condition…

Il me regarde en souriant et comprends immédiatement. Il se rapproche de moi et m’embrasse. Ça ne dure que quelques secondes mais c’est très agréable. Je pianote ensuite sur mon téléphone pour répondre à Liam.

A Liam : Zayn = Ok. Moi et Lou = Ok.

J’envoie et laisse mon téléphone dans la cuisine alors que nous nous dirigeons, Louis et moi vers l’appartement de Zayn.

J’ai très mal dormi, j’ai tourné et retourné dans ma tête ce qui s’est passé hier avec Zayn. Lily est à l’école et je me retrouve seule à l’appartement. Je m’en veux. Je m’en veux que nous ayons été attirés l’un par l’autre. C’est idiot mais c’est comme ça… Et si je lui envoyais un message ? Au moins pour savoir comment il va. Parce qu’il est quand même parti très précipitamment hier soir. Oui, je vais faire ça. Je sors mon portable de ma poche, et commence à rédiger un message pour Zayn.

A Zayn : Salut, comment ça va depuis hier ?

Nan je ne peux pas envoyer ça. C’est trop stupide.

A Zayn : Salut ! J’suis désolée pour hier soirs, je voulais pas que ça dérape entre nous…

Non, ça ne va pas non plus, je ne vais pas m’excuser, j’ai adoré !

A Zayn : Salut, Lily t’as réclamé ce matin…

Oui, ça c’est bien. Si je parle de Lily et pas de nous ça désamorcera peut-être la tension entre nous deux.  J’envoie le message et attends la réponse. Pour maîtriser ma nervosité j’allume la télé que je regarde d’un œil distrait.  

Mon portable a vibré dans ma poche au moment où les garçons sont entrés dans mon appartement. J’ai regardé discrètement, c’est un message de Jenny. Peu importe, j’ai pas envie de voir ça. Je pose mon téléphone sur le buffet dans l’entrée et conduit mes amis jusqu’à ma chambre. Harry manque de s’étouffer en voyant le bordel qui y règne.

-          J’ai quasiment rien touché depuis que…

Je ne termine pas ma phrase mais les garçons ont compris.

-          On commence par quoi ?, demande Louis

-          Les fringues, dis-je, y’en a partout.

-          Tu vas en faire quoi ?, me demande Harry

-          En garder une ou deux et bazarder tout le reste à des associations. Du coup je vous donne des grands sacs poubelles et vous mettez toutes ses fringues dedans. Sauf le sweat style université qu’elle portait tout le temps, celui-là je veux le garder. Et son t-shirt bleu turquoise qu’elle aimait bien aussi. Tout le reste on balance. Les chaussures vous les mettez dans un sac à part, je crois que les filles voudront bien les récupérer.

Zayn file dans la cuisine chercher des sacs poubelles, Louis en profite pour me voler un rapide baiser. La tâche est immense, il y a des fringues partout dans la chambre, et pour cause, Perrie en avait des tonnes. Zayn revient et nous file à chacun un sac poubelle.

-          Zayn ? dit Louis,  On devrait faire un sac avec des hauts, un sac avec des pantalons, un sac avec des sous-vêtements, si tu veux donner tout ça à des associations ça sera plus simple.

-          Si tu veux. Je m’occupe des sous-vêtements, dit Zayn, Haz tu te charges de tout ce qui est pantalons, jupes, shorts, Louis t-shirts et pulls.

Nous nous mettons alors au travail. Nous passons trois heures entières à faire du tri, rien que dans les vêtements qui sont sortis et éparpillés dans la chambre.  Nous réussissons à remplir cinq immenses sacs poubelles. Mais aucune trace du sweat que Zayn cherche, par contre on a trouvé le t-shirt. Il l’a glissé sous son oreiller en souriant. Maintenant il est parti réchauffer des pizzas qu’il avait dans son congélateur. Louis et moi avons fermé les sacs poubelles et les avons déposés dans l’entrée. Il nous restera à trier son armoire cet après-midi.

Je suis content d’avoir retrouvé le t-shirt préféré de Perrie, en plus c’était moi qui lui avais offert. J’ai réussi à me vider un peu l’esprit et j’ai presque oublié l’incident d’hier avec Jenny. Je surveille les pizzas qui chauffent dans le four. Louis et Harry discutent à voix basse dans l’entrée. Ils sont bien trop complices pour être de simples amis. Je ne sais pas trop ce qui se passe entre eux, mais ça m’intrigue. J’espère juste qu’ils ne sont pas en train de faire les idiots. Il ne faudrait pas que Louis oublie qu’il a une petite amie. Mais en même temps ça fait du bien à Harry. Et ça à l’air de faire du bien à Louis aussi. Pour la première fois depuis l’accident il semble heureux. Je vois Louis jeter un coup d’œil vers le buffet dans l’entrée et il gueule :

-          Zayn y’a ton téléphone qui sonne !

Merde.

-          C’est qui ?

-          Une certaine… Jenny, dit-il en regardant mon portable

Putain. Elle ne va pas me laisser tranquille ?

-          Tu prends ou pas ?, dit Harry

-          Non. Mais amène-moi mon téléphone.

Je suis encore tombée sur la messagerie de Zayn. Maintenant je suis sûre qu’il m’en veut. Il n’a répondu à aucun de mes messages, et chacun de mes appels est resté sans réponse. Putain j’ai été conne, je pensais qu’on pouvait être amis. Je voulais tellement y croire… Je prends mon téléphone et l’envoie contre le mur du salon. Il se brise et tombe au sol. Au moins comme ça je ne pourrais plus l’appeler ni lui envoyer de message. Le compte-minute sonne dans la cuisine, il est l’heure pour moi d’aller chercher Lily. Et après on passera au cimetière voir David je pense.

Nous mangeons nos pizzas en silence. Je pianote sur mon téléphone. Jenny m’a laissé cinq messages en tout, en comptant celui de ce matin. Et j’ai quinze appels en absence. Un de Niall, un de Liam et tous les autres de Jenny.

Mais qui peut bien être Jenny ? Zayn a pâli quand j’ai prononcé son nom. Est-ce à cause d’elle qu’il était dans cet état-là hier soir ? Peut-être bien. Zayn lance un appel, met le haut-parleur et pose son téléphone sur la table de la cuisine. C’est Niall qui répond quelques secondes plus tard :

-          Allô ?

-          Salut, dit Zayn, t’as essayé de m’appeler ?

-          Ouais. Je voulais prendre de tes nouvelles, et savoir si t’en as de Louis parce que j’ai pas réussi à le joindre, ni Haz d’ailleurs et comme je suppose qu’ils sont ensemble…

-           Tu crois pas si bien dire. Et ils sont avec moi, dit Zayn, ça va toi ? Il fait beau en Irlande ?

-          Non il pleut…

-          Bah ici aussi, dit Harry

-          Comme d’hab, on est au mois d’octobre de toute façon. Bref, Zayn ça va ?

-          Ouais ouais. Les garçons m’aident à faire le tri dans les affaires de Perrie.

-          C’était pas encore fait ?

-          Non. J’ai eu ni le temps ni le courage avant, mais c’était trop le bordel dans ma chambre, il fallait absolument qu’on le fasse…

-          Ouais je comprends. Louis il va comment ?

-          Bien, dis-je, je vais bien…

-          T’es passé voir El’ ?

-          Non, j’irai peut-être ce soir… peut-être pas…

-          Louis ? Il se passe quoi ?, reprend Niall, y’a un problème avec Harry

J’entrelace discrètement mes doigts à ceux d’Harry et réponds :

-          Non. Tout va bien.

-          Ok cool alors. Bon faut que je vous laisse, mes parents m’appellent pour manger !

-          Ok. Bisous !, dit Zayn, et bonjour à tes parents

Il raccroche et repose son téléphone sur la table. Il le retourne et en enlève la batterie.

Voilà, comme ça je suis injoignable pour un long moment. Comme ça Jenny sortira de ma tête et de ma vie. Enfin je pense. J’espère. Je m’en veux tellement d’avoir dérapé avec elle. Je n’aurais jamais dû l’embrasser. Jamais. C’était la plus grosse erreur de ma vie je crois. Bien sûr c’était agréable, qui dirait qu’un baiser avec une jolie jeune fille ne l’est pas ? Mais c’était trop tôt. Je ne peux pas faire ça à Perrie.

-          Zayn ? ça va ?, me dit Harry

-          Ouais. Désolé je pensais à autre chose. On peut continuer maintenant ? Parce qu’on a toute l’armoire à ranger…

-          Ouais, me dit Harry, on y retourne.

Nous retournons dans la chambre et nous reprenons notre travail. Louis sort les affaires de Perrie du placard, je les trie, Harry les range dans les sacs poubelles. Au bout de deux heures de ce travail harassant Louis me tend le sweat de Perrie. Je fonds alors en larmes. C’est tellement stupide, mais je suis heureux de l’avoir trouvé, heureux de pouvoir le prendre tout contre moi. Il porte son odeur. Louis et Harry sont venus me prendre dans leurs bras.  Je pleure en tenant le sweat de Perrie. Elle me manque. Et je me sens con de pleurer, mais je sais que ça va m’aider à relâcher la pression que j’encaisse depuis hier.  Après de longues minutes je prends le Pull de Perrie, l’enfile par au-dessus du mien et nous continuons notre tri. Son odeur m’enivre. Ça me manque…

Je continue à sortir les affaires de Perrie du placard. Je ne pensais pas qu’on pouvait mettre autant de choses dans une armoire ! Je m’attaque au rayon du bas : les chaussures. Je sors les paires une à une, et Harry les mets dans un grand bac que Zayn lui a apporté. Comment on peut avoir autant de paires de chaussures ? Remarque, Eleanor en a presque autant. En sortant la dernière paire, vraiment tout au fond du meuble je mets la main sur une grosse enveloppe. Je la sort et enlève la poussière qui la recouvre. Je reconnais l’écriture de Perrie sur le dessus. Une seule inscription, simple, claire, nette :

« Pour Zayn, au cas où… <3 »

Je tends l’enveloppe à Zayn qui me regarde sans vraiment comprendre.

-          C’était au fond de ton placard, derrière les chaussures de ta fiancée. Et c’est pour toi. On te laisse découvrir ça tranquille, Haz on s’en va, on va voir Eleanor…

-          Merci, dit Zayn, merci d’être venus m’aider.

-          De rien, dit Harry, c’est normal…

Je me lève, serre Zayn dans mes bras et emboîte le pas à Louis. Une fois dans l’appartement de Louis, et tout en l’aidant à mettre sa veste je dis :

-          Pourquoi on est pas restés avec lui ?

-          T’as pas vu ce qui était marqué sur l’enveloppe ?

-          Non j’ai pas eu le temps…

-          C’était marqué « Pour Zayn, au cas où… »

-          Au cas où quoi ?

-          T’es con ou tu le fais exprès ?

Je baisse la tête et sens une larme couler sur ma joue. Merde. Pourquoi est-ce que je suis si émotif ?

-          Oh Hazza… Tu sais que c’est pas ce que je voulais dire…

Je relève la tête vers Louis et il m’invite à poser ma tête contre son torse. Il glisse son bras valide dans mon dos et m’explique :

-          Au cas où il lui arrive quelque chose de grave. Elle a laissé ça à l’intention de Zayn au cas où il lui arrive quelque chose. Elle savait qu’il le trouverait en faisant le tri de ses affaires…

-          Elle était maligne…

-          Très. On peut aller voir El’ maintenant ?

-          Bien sûr… Louis je peux avoir un bisou avant de partir ?

-          Oui.

Il dépose furtivement ses lèvres sur les miennes et nous descendons de l’immeuble. Il prend place côté passager et je m’installe au volant de ma voiture, que j’avais laissée là il y a une quinzaine de jours.

J’ai ouvert l’enveloppe sur le lit et j’en ai sorti tout ce qu’il y a dedans. Il y a plein de choses différentes. Je m’empare d’abord d’un petit carnet, Perrie y a collé plein de photos d’elle, de moi, de nous, de nos familles, que des moments que nous avons partagés, des sourires, beaucoup de sourires immortalisés sur ces photos. Les larmes coulent à nouveau sur mes joues mais je ne cherche pas à les arrêter. Je glisse le carnet sous mon oreiller, avec le t-shirt de Perrie.

 Je m’empare ensuite d’une pochette en plastique dans laquelle je distingue plusieurs petits objets. Le premier d’entre eux qui arrive dans ma main c’est un petit parasol en papier, comme ceux qu’on met dans les glaces en été, je m’en souviens, je sais pourquoi Perrie l’a gardé : il symbolise notre premier rendez-vous. Je l’avais invitée au restaurant, un chaud soir d’été et elle avait commandé une glace en dessert. Et elle avait rangé dans sa poche le petit parasol décoratif qui était dessus, en souvenir. Le deuxième objet c’est une petite clé, la clé de son journal intime, qu’elle avait abandonné lorsqu’on s’était mis ensemble. Le troisième est un emballage vide de préservatif, celui qu’on avait utilisé pour notre première fois je crois, je reconnais la marque. Il y a aussi une montre, ma vieille montre, que j’avais remplacée à mon poignet par une neuve offerte par Perrie à Noël dernier. Je sors aussi de la pochette  un tout petit morceau de papier, un petit mot doux que je lui avais adressé sans que personne ne le voie alors que nous étions en direct sur un plateau de télévision. Je ne pensais pas qu’elle était si attachée à ces choses. Je remets tous les objets dans la pochette et je récupère la dernière chose que Perrie a mis dans l’enveloppe : une petite liasse de feuilles, une lettre sûrement. Je déplie les feuilles et reconnais son écriture, trois pages recto-verso de sa fine écriture. Je me plonge dans la lecture de ces nombreux mots…

Nous sommes à l’hôpital, Louis est au chevet d’Eleanor, je suis resté hors de la chambre, j’observe les amoureux à travers la vitre qui sépare la chambre d’Eleanor et le couloir. Louis semble tellement amoureux. Et en plus il va être papa. Il caresse tout doucement le ventre de sa chérie. Je ne suis pas à ma place ici. Je me sens mal, j’ai besoin de prendre l’air. Je prends conscience que je suis en train de détourner Louis du droit chemin. Je me sauve, à moitié en courant, direction le parking, direction l’air libre. Dans le couloir je sens quelqu’un m’attraper par le bras et je me retourne violemment en me dégageant de cette emprise. Louis se tient face à moi, sa main valide posée sur sa hanche, il attend des explications…

Jamais une lettre ne m’aura autant fait pleurer. J’ai posé tout ce que Perrie m’avait laissé sur ma table de nuit et je me suis blotti dans mon lit, capuche du sweat sur la tête, et je pleure à chaudes larmes. Même depuis là où elle est Perrie m’a bouleversé, elle a aussi changé mon regard sur les choses, sur l’avenir, même sans elle…  Epuisé par une courte nuit et beaucoup de larmes je finis par m’endormir, en pleurant toujours.

Harry me regarde, ne sachant que dire, ne sachant que faire. C’est moi qui ouvre la discussion :

-          T’allais où comme ça en courant ?

-          Loin…, dit-il d’une toute petite voix

-          QUOI ?

-          Loin, dit-il d’une voix plus assurée

-          Comment ça loin ?

-          Je me sens pas à ma place ici. Louis t’es amoureux d’Eleanor, elle porte votre enfant, à te regarder avec elle ça crève les yeux que je n’ai pas ma place dans ta vie ou dans ton bonheur. Je peux pas rester à regarder ça, parce que je t’aime… Je suis amoureux de toi, et ça m’est intolérable ce que je suis en train de faire, ça m’est intolérable de profiter de ta peine pour te séduire. Je suis pas comme ça… Je t’attends à la voiture, prends tout le temps que tu veux avec El’, je t’attends de toute façon…

Il tourne les talons et s’éloigne. Ça me brise le cœur…

-          ATTENDS !

Je lui cours après et lui attrape le bras, quand il se retourne je l’attire contre moi et je presse mes lèvres contre les siennes. Il semble surpris et cherche à se dégager mais je le retiens contre moi, je glisse mes doigts dans ses bouclettes, j’intensifie notre baiser. Nos langues s’entremêlent alors, quand il se rend enfin tout entier à mon étreinte. Il a enroulé ses bras autour de mon cou, je sens une larme couler sur sa joue, et je souris. Je sais que je suis en train de faire quelque chose de bien. Quelque chose de bon pour moi. Lorsque notre baiser cesse enfin il refuse d’enlever ses bras de mon cou et il reste blotti tout contre moi.

-          Hazza ?

-          Mmmh…

-          Je t’aime.

 

 

Alors ? Louis qui est resté veiller sur Zayn toute la nuit ? Harry qui prend conscience d'à quel point il est jaloux ? Louis qui retrouve Harry ? Le premier VRAI baiser entre eux ? Zayn qui se décide enfin à trier les affaires de Perrie ? Zayn qui surprend Haz et Lou en train de s'embrasse rmais qui décide de ne pas s'en préoccuper ? Liam qui s'inuiète pour ses amis ? La réponse de Haz au sms de Liam ? Les hésitations de Jenny quant à l'attitude à adopter vis-à-vis de Zayn ? Zayn qui ne daigne même pas ouvrir le sms de Jenny ? Zayn qui décide de donner toute les fringues de Perrie à des associations ? Zayn qui veut néanmoins garder un t-shirt et un sweat à sa fiancée ? Zayn qui refuse de répondre à l'appel de Jenny que lui signale Louis ? Jenny qui se dit qu'elle a "perdu" Zayn ? Le coup de fil à Niall ? Zayn qui désactive son téléphone ? Les garçons qui retournent faire du tri ? Zayn qui fond en larmes en prenant le sweat de Perrie dans ses mains ? Louis qui met la main sur une mystérieuse enveloppe ? Louis qui comprends et laisse Zayn découvrir ça tout seul ? Louis qui explique à Harry ? Zayn qui découvre ce que Perrie lui a laissé ? Le carnet avec les photos ? Les petits objets tous très symboliques ? La lettre ? Les doutes d'Harry qui voit Louis si amoureux d'Eleanor ? Zayn qui est complètement bouleversé et retourné par la lettre de Perrie ? Harry qui confie ses hésitations à Louis ? Louis qui refuse de le laisser partir ? Le baiser qu'ils échangent ? Le "je t'aime" de Louis ? 

Comment vous pensez que ça va évoluer Zayn/Jenny ? Et Louis/Harry ? Comment Niall et Liam vont-ils réagir s'ils découvrent la relation Louis/Harry ? Comment ça va se passer entre les deux garçons quand El' va se réveiller ? Zayn va-t-il réussir à dépasser la mort de Perrie ? 

 

PS : Si vous le réclamez assez fort je vous publierai peut-être en bonus la lettre de Perrie qui a tant bouleversé Zayn ;)