Coucou ! Voilà la suite de British expérience, je suis sûre que vous allez l'ADORER ! ;)

 

Chapitre 15: Immersion chez les aristos…

Petite gare de campagne du Nord de l’Angleterre

-          Bougez-vous un peu les mecs !, dit Amy, on est attendus je vous rappelle…

Oui bah ça va, c’est pas de notre faute si on a de la neige jusqu’au milieu des mollets et qu’on galère à avancer.

-          Amy a raison faut qu’on se dépêche, dit Liam

Ah le traître, il ferait tout pour passer pour un gentil aux yeux de sa belle. Je lui tire la langue et nous continuons à avancer. Le quai est très large et avec deux sacs chacun sur nos épaules nous peinons à rejoindre le hall de la gare. Les filles sont descendues du train en courant et se sont réfugiées au chaud dans la gare, nous laissant nous débrouiller avec les bagages. Elles nous regardent en rigolant.

Faut bien avouer que voir les garçons galérer dans la neige c’est drôle. Mais j’ai quand même un peu pitié d’eux parce que leurs pantalons sont trempés jusqu’aux genoux. Une fois qu’ils sont dans le hall ils posent les sacs par terre, enlèvent la neige qu’ils ont dans les cheveux, sur leurs vestes et sur leurs pantalons puis chacun récupère son sac et nous prenons la direction de la sortie. Harry m’a pris la main, comme d’habitude, et même à travers nos gants je sens la chaleur se diffuser en moi par ce simple contact. Bref c’est génial. A l’extérieur de la gare deux vans noirs nous attendent. Devant le premier se trouve un homme dans les bras duquel se jette immédiatement Amy.

-          Joooohn !

Liam regarde l’homme d’un air mauvais et Amy qui s’en rend compte dit immédiatement à son petit-ami.

-          Liam j’te présente John, l’intendant de mes parents, et mon précepteur quand j’étais petite, John je te présente Liam mon petit-ami…

Liam serre la main à John pendant que Niall glisse à Perola :

-          C’est quoi un précepteur ?

-          Aucune idée, répond la jeune femme en haussant les épaules.

Amy continue alors les présentations :

-          Alors là-bas au fond en train de s’embrasser c’est Zayn et Perrie

Les amoureux interpellés cessent de s’embrasser et font un timide signe de la main à John

-          Là avec les longs manteaux c’est Agathe et Harry

Nous répondons d’un signe de tête

-          Les deux qui se cachent sous leurs bonnets c’est Louis et Eleanor, et les morphales juste derrière c’est Niall et Perola.

Je tourne la tête vers Niall et m’aperçois que lui et sa petite amie ont (encore) entamé un paquet de gâteaux. Ils sont désespérants.

-          Il me semblait bien que c’était une voix que je connaissais, dit un autre homme en sortant du deuxième van

-          Franck ! C’est génial que tu sois là aussi !, s’écrie Amy en allant le serrer dans ses bras, Franck je te présente mes amis, dit-elle puis se tournant vers nous elle ajoute : Franck est l’un des domestiques de mon père, il est entré à leur service le jour de mes six ans, et m’a toujours considéré comme sa propre fille !

Amy semble vraiment heureuse de nous présenter aux domestiques de ses parents, et eux semblent heureux de nous découvrir. Ils ont l’air d’hommes sensés et raisonnables et pas de bourges froids et coincés. Tant mieux. Au moins on aura les domestiques dans notre poche.

-          Mlle Amy, dit Franck, il faudrait y aller, Monsieur votre Père et Madame votre Mère nous attendent !

-          Oui,  ça serait tellement dommage de les faire attendre en ce neigeux soir de Décembre, dit Amy d’un ton très sérieux

A ma grande surprise les deux domestiques éclatent de rire.  Amy me fait comprendre qu’elle m’expliquera et nous montons dans les vans. Louanor et Zerrie dans celui de derrière et nous autres dans le premier.

Dans le deuxième van

Les bouches de Zayn et Perrie ne se quittent plus, s’en est presque écœurant, mais bon puisque l’ambiance est à l’amour j’en profite pour prendre ma petite amie dans mes bras et l’embrasser doucement dans le cou. Elle rigole et son rire me transporte au paradis. Je l’aime. Tellement…

Dans le premier van

Je continue à grignoter avec Perola le paquet de gâteaux qu’elle a sorti de son sac en observant les autres. Amy explique à Liam l’attitude des domestiques et Harry et Agathe écoutente, interessés eux aussi.

-          En fait je les connais depuis que je suis toute petite, et on a toujours été très proches eux et moi, dit la jeune fille, ils ont jamais vraiment accepté la manière dont mes parents me traitent.

-          Pourquoi ils restent alors ?, demande Harry

-          L’argent, répond John, l’argent. Tout est question d’argent. Vous verriez mon salaire jeune homme que vous envieriez mon job.

Si il savait qu’on gagne sûrement plus en un mois que lui en un an c’est nous qu’il envierait.  Mais bon je le comprends, surtout s’il a une famille à nourrir, il lui faut bien gagner sa vie. Ça me fait bizarre de me dire qu’Amy a toujours vécu entourée de personnel de maison, je ne connais pas ça moi, je suis juste le mec « normal » avec une vie « normale ». Enfin ça c’était avant d’être connu. Je me mets à rire tout seul et tout le monde se retourne vers moi.

-          Ça va Niall ?, dit Agathe morte de rire

-          Oui oui désolé. Je pensais juste à…

-          A quoi ?, ajoute Perola

-          Au fait qu’Amy a vécu toute sa vie avec des domestiques gravitant autour d’elle et que nous on connaît pas ce genre de trucs…

-          T’as des raisonnements bizarres, dit Harry

-          Je sais, dis-je en rigolant toujours…

John gare alors la voiture, et Jack derrière fait pareil. Nous sortons et récupérons nos sacs dans le coffre. Les voitures se sont immobilisées à l’entrée d’une immense propriété. Un immense parc, parfaitement entretenu entoure une immense maison, d’ici on dirait plutôt un château.

Woooh c’est vraiment beau. Comme en écho à mes pensées Perrie dit :

-          C’est trop beau !

-          Ouais bah ne rêve pas trop, dit Amy, c’est loin d’être un château de conte de fées… Ou à la rigueur si mais plutôt celui de la méchante reine.

-          Dis pas ça ma puce, dit Liam, je suis sûre que ce n’est pas si terrible que ça…

-          Vous vous trompez jeune homme, dit John en passant devant nous et en ouvrant la grille en fer forgé qui mène au parc

Nous marchons alors sur l’allée de briques, parfaitement dégagée de la neige, jusqu’à la maison. Suivis par les deux domestiques.  Personne ne parle, tout le monde admire la beauté du lieu. Quoiqu’en dise Amy la propriété est vraiment magnifique. En plus nous sommes en plein campagne, la ville la plus proche et à un quart d’heure de route, c’est un lieu parfait. Nous montons la volée de marche jusqu’à la porte d’entrée lorsque celle-ci s’ouvre sur un homme aux cheveux grisonnants, vêtu tout de noir.

Merde il est encore là lui ? Le valet de mon père nous attendait visiblement. Il nous regarde d’un air mauvais.

-          Bonjour Pierce.

-          Mlle Amy. Vous êtes en retard…

-          Vous demanderez des comptes à la météo Pierce. Ecartez-vous nous aimerions rentrer.

Il est contraint d’obéir aux ordres et nous laisse entrer. Le hall est aussi glacial que dans mes souvenirs. Immense et vide, tout en marbre. A droite un double escalier mène aux étages supérieurs et aux chambres, à gauche un double escalier dessert le sous-sol où se trouvent les chambres des domestiques mais aussi les cuisines. En face une rangée de portes dessert les bureaux de mes parents, la salle à manger, le salon, la bibliothèque, le fumoir de mon père, le boudoir de ma mère etc… La porte du salon est grande ouverte et je distingue que mes parents ont sorti le grand jeu avec la porcelaine, la cristallerie et l’argenterie.

Amy se tourne vers nous avec un vague regard d’excuse pour tant de faste puis elle dit :

-          Essuyez-vous les pieds sur le paillasson, si vous salissez l’entrée mon père va vous tuer.

Elle ajoute ensuite en chuchotant :

-          Arrangez un peu vos cheveux les garçons s’il-vous-plaît. Et Harry remet ton pull correctement.

Puis elle reprend en s’adressant à l’homme en noir :

-          Pierce, merci de bien vouloir nous débarrasser de nos manteaux.

Le majordome s’incline et  récupère nos manteaux, nos bonnets, nos gants et nos écharpes.  Amy pendant ce temps s’occupe de bien aligner nos sacs contre le mur avec l’aide de Liam. Les mains de la jeune fille tremblent, elle est nerveuse. Une fois que le majordome s’est éloigné avec la pile de manteaux elle s’adresse encore une fois à nous à voix basse.

-          Vous oubliez pas, vous restez poli, pas de gros mots, pas d’évocation du sexe, enfin vous essayez juste de pas trop vous faire remarquer quoi. Agathe tu pourrais aider ton petit-ami à remettre son pull correctement puisque visiblement il n’y arrive pas tout seul…

Quoi ? Mais il est bien mon pull ! Agathe l’a un peu redescendu sur l’arrière et il baille moins à l’avant. Ah oui effectivement c’est mieux.

-          Amy ?

Un jeune homme un peu plus âgé que nous vient de descendre, Amy se tourne vers lui et dit d’un ton glacial :

-          Mon cher frère, vous êtes donc rentré vous aussi ?

-          Je ne manquerai pour rien au monde un dîner en famille, surtout lorsque vous êtes là ma chère sœur. Mais vous ne me présentez pas ? On n’apprend donc pas à être poli à Londres ?

Se tournant vers nous le jeune homme dit :

-          Je suis Erik, le frère d’Amy.  Elle a dû vous parler de moi.

Son air hautain nous à un peu figés sur place et personne n’ose dire quoi que ce soit. C’est Liam qui rompt soudain le silence.

-          Enchanté Erik, je suis Liam, le petit-ami de votre sœur

Les deux hommes échangent une poignée de main méfiante

-          Harry, un ami, dit mon ami en serrant lui aussi la main à Erik, et Agathe, ma petite amie

La jeune fille hésite mais finit par serrer elle aussi la main au jeune homme. Chacun notre tour nous nous présentons et lui serrons la main, moi en dernier.

-          Et bien, ne restons pas dans le hall, dit Erik, allons rejoindre Père et Mère dans la salle à manger, je crois qu’ils nous y attendent.

Eleanor me regarde, ne sachant si elle doit rire ou pleurer de tant de cérémonie. Je glisse mes doigts dans les siens et esquisse un sourire.

Nous suivons tous les dix mon frère dans un silence morne. Il n’a pas pu s’empêcher de me rabaisser devant mes amis, mais je lui ferais payer ça. Heureusement que Liam a sauvé la situation. Je lui revaudrai ça ce soir, il l’a bien mérité.

Amy semble anxieuse et je lui caresse doucement le dos de la main avec mon pouce. La présence de l’anneau à son doigt me gêne, je n’ai pas l’habitude de sentir quelque chose de froid, surtout à cet endroit-là.  Nous pénétrons dans l’immense salle à manger, la table y est dressée, pleine de vaisselle coûteuse et de verres hors de prix. Un couple nous y attend, l’homme a une cinquantaine d’années et est vêtu d’un costume et d’une cravate, la mère d’Amy se tient quelques centimètres derrière-lui, dans un tailleur gris, probablement taillé sur mesure.  Amy me regarde furtivement avant de s’approcher d’eux et de dire.

-          Père, Mère, je vous remercie de l’invitation que vous nous avez faite à mes amis et moi et je vous prie de bien vouloir les accueillir comme il se doit.

Son père vient de baisser les yeux sur nos doigts entrelacés. Amy reprend :

-          Je vous présente Liam, mon petit-ami.

Je serre la main à ses parents, puis Amy présente nos amis tour à tour et ils serrent chacun la main à ses parents. Perrie semble mal à l’aise mais Zayn la rassure en lui souriant. Il est vrai qu’elle dénote un peu et qu’Erik regarde avec mépris la mèche violette que la jeune fille arbore.

-          Bien, dit le père de ma petite amie, passons à table maintenant.

Amy nous désigne à chacun une place, et je me retrouve entre elle et Niall. Perola est à côté de son petit-ami, à côté d’elle en bout de table Erik, puis en face de nous Louis et Eleanor, Zayn et Perrie, Harry et Agathe, cette dernière se trouvant à côté du père d’Amy.

A peine sommes-nous installés que trois domestiques amènent les plats constituant l’entrée à table : de la terrine de poisson.  Ils s’éclipsent ensuite rapidement. Erik dit alors :

-          Et bien Sœur, occupez-vous donc de nous servir, ainsi nous verrons si vous vous souvenez toujours de ce que l’on vous a appris étant petite.

Amy fusille son frère du regard et se lève afin de faire le service. Elle commence d’abord par servir sa mère, puis chacune des filles présente, dans un ordre décroissant d’âge. Puis elle nous sert, dans l’ordre croissant d’âge, et elle finit par se servir elle-même. Lorsqu’elle se rassoit je vois son père esquisser un sourire et dire :

-          Ma fille, je ne pensais pas que les cours de bonne conduite de votre enfance vous resteraient encore en mémoire.

Je me saisis de mes couverts, sans vraiment faire attention et m’apprête à manger. J’entends Zayn se racler la gorge et me faire des gros yeux. Je tourne la tête et regarde les autres, ils sont tous en train de manger, je ne vois pas où est le problème. Liam me glisse alors à voix basse :

-          On commence toujours pas les couverts les plus à l’extérieur Niall !

Je repose alors les couverts que j’avais en main et reprends les bons. Le père d’Amy s’exclame alors :

-          Monsieur Liam, ne vous a-t-on jamais appris que chuchoter à table est impoli ?

Je vois la main de Liam tressaillir mais il répond, sur le même ton :

-          Veuillez m’en excuser Monsieur, mais j’essayer de faire adopter à mon ami une meilleure attitude sans importuner votre dîner ni le sien. Il aurait été au contraire plus impoli  de lui faire remarquer devant tout le monde, le mettant ainsi mal à l’aise aux yeux de tous.

J’échange un regard avec Amy qui ne semble pas catastrophée du tout et qui me fait comprendre d’un regard que c’était exactement ce qu’il fallait répondre.

-          Jeune homme, vous m’avez l’air d’avoir été très bien élevé, répond le père d’Amy, je ne vous pensais pas aussi au fait des traditions de la bonne société.

Niall s’est fait tout petit et mange en silence. Perola l’imite et semble mal à l’aise. Liam et Amy échangent de temps à autre un regard complice. Zayn encourage Perrie à se détendre par des sourires un peu forcés. Eleanor, Agathe, Harry et moi sommes plutôt détendus mais essayons d’être les plus parfaits possibles.

Lorsque le plat arrive je grimace, c’est un rôti accompagné de petits légumes, et au vu de ma confession religieuse je ne pourrais pas en manger. C’est Erik qui fait le service, j’essaye de décliner poliment lorsqu’il me propose de la viande mais il insiste et je le laisse me mettre une tranche dans l’assiette. Je ne la mangerai pas c’est tout. En face de moi Niall hésite sur les couverts à utiliser, en posant les doigts sur ceux les plus à l’extérieur il lève les yeux vers moi et je lui confirme d’un regard qu’il s’agit bien de ceux-là. Le repas se passe dans un silence assez pesant, interrompu seulement quelquefois par des questions du père d’Amy à ses enfants sur leur vie. 

Zayn a laissé le morceau de viande dans son assiette, et je sais bien pourquoi, mais s’il invoque sa religion comme excuse il s’expose aux critiques acerbes de mes parents. Erik lance d’une voix légèrement railleuse :

-          Monsieur Zayn, vous ne mangez pas votre viande ? Ce n’est pas à votre goût peut-être ?

Oh le connard ! Il a parfaitement compris lui aussi. Zayn tente alors de se justifier.

-          C’est parce que ma…

Je lui donne un coup de pied sous la table et il se reprend, semblant comprendre le message

-          Vu mon appétit il serait indécent que je mange ce rôti qui me semble succulent, au risque de ne pas goûter au reste du repas.

Amy soupire discrètement de soulagement. Visiblement je me suis bien rattrapé.

-          Il est bien évident jeune homme, et bienvenu de votre part, que vous contrôliez votre appétit afin d’honorer l’intégralité du repas, répond la mère d’Amy

Je hoche la tête en silence pendant que les domestiques viennent nous débarrasser de nos assiettes.

Maintenant place au dessert : un pudding, dans la plus pure tradition anglaise.  Je n’en raffole pas, mais il est au moins annonciateur d’une bonne nouvelle : la fin du repas. Amy se lève et fait le service, exactement de la même manière que pour l’entrée.  Lorsqu’elle se rassoit à sa place je la vois sourire et je comprends qu’elle est soulagée que le repas se soit passé sans problème majeur.

-          Le pudding est succulent mère, il faudra féliciter le cuisinier, dit-elle

-          Vous pourrez vous en charger vous-même ma fille, lui répond sa mère

-          Je n’y manquerai pas.

Amy fait un discret clin d’œil à Zayn et continue à manger son pudding. Lorsque le repas est fini, son père lui dit :

-          Ma fille, allez montrer à vos amis leurs chambres, dans l’aile Nord. Monsieur Liam, voudrez-vous bien m’accorder quelques minutes ?

-          Bien père, vos désirs sont des ordres !

Amy se lève et fais signe à son petit-ami de répondre lui-aussi.

-          Vous m’en verrez très honoré Monsieur.

Amy nous fais signe de la suivre. Nous récupérons nos sacs dans le hall, elle prend le sien et celui de Liam et nous montons, jusqu’au troisième étage. Là elle pousse la porte donnant sur un long couloir et dit :

-          On a toute l’aile pour nous, il y a dix chambres mais je suppose qu’on ne va en utiliser que cinq ?

Nous hochons la tête en souriant.

Cool je vais pouvoir dormir avec Perrie. J’ai besoin de me retrouver un peu seule avec elle.

-          Bon alors, je prends la chambre du bout, c’était la mienne quand j’étais petite, dit Amy en rigolant, Louis et Eleanor prenez celle avec la porte rouge, Zayn et Perrie la violette, Harry et Agathe la bleue et Niall et Perola la verte. Normalement les lits devraient être faits, les salles de bains sont attenantes à chaque chambre, si vous avez le moindre problème vous n’hésitez pas à m’appeler.  Je vous laisse vous installer, faut que je redescende, je veux pas laisser Liam seul trop longtemps. Et je dois négocier avec le cuisinier pour qu’on ait pas le même problème que ce soir avec Zayn.

-          Merci, dis-je en souriant

-          C’est normal Zayn.

Nous nous séparons et chaque couple rentre dans la chambre qui lui a été attribuée. Notre chambre est immense et luxueuse, je n’ai jamais dormi dans une telle chambre, même dans les hôtels luxueux où nous avons été logés. 

Dans le fumoir

J’ai suivi le père et le frère d’Amy, me demandant bien ce qu’ils me réservaient. Le père et le fils ont chacun pris un cigare, j’ai poliment décliné lorsqu’on m’en a proposé un.  Les hommes se sont appuyés sur le bord du billard, et semblent réfléchir à la manière dont ils vont aborder les choses avec moi. Je me suis adossé au bureau et j’attends, les bras croisés. Je ne suis pas à l’aise, mais je suis prêt à en découdre.

-          Très bien jeune homme, dit le père d’Amy, venons-en aux choses sérieuses. Vous m’avez l’air d’être quelqu’un de bien,  et je suis content que ma fille se soit trouvé quelqu’un. Pourtant je suis très déçu…

Il arrête sa phrase là et je ne peux m’empêcher de réagir.

-          Serait-il impoli de vous demander pourquoi, monsieur ?, dis-je

-          Ma fille n’est plus vierge, j’en suis persuadé ; elle portait son anneau de chasteté au mauvais doigt et ne semble pas s’en être aperçue, ce qui me fait penser qu’elle ne doit pas le porter souvent, et j’en déduis donc qu’elle n’est plus vierge. Or vous comprendrez, jeune homme, que si vous voulez entrer dans la famille il faut se plier aux traditions.

-          C’est-à-dire ?

-          Pas de relations intimes avant le mariage, mais puisque cela semble déjà transgressé je vous saurais gré de bien vouloir remédier au problème.

C’est une blague ? Il veut que j’épouse Amy ? Comme ça ? Non non non. De toute façon je ne suis pas prêt à m’engager.

Dans la chambre d’Amy et Liam

Bizarrement je ne sens pas du tout la discussion de mon père avec Liam, j’ai peur que a se passe mal. Mais je ne peux pas aller les interrompre, alors je pose nos sacs sur le lit et je redescends, je vais aller parler immédiatement au cuisinier, comme ça ça sera fait.  En sortant dans le couloir je m’aperçois que la porte de Louis et Eleanor est mal fermée et qu’il s’embrasse langoureusement sur le lit. Je ferme discrètement la porte et continue mon chemin. Je descends les trois étages et me rends dans les cuisines. Je connais le chemin par cœur malgré le dédale de couloirs : c’était mon refuge quand j’étais petite.  Lorsque j’entre, Marcel le cuisinier se tourne vers moi avec un grand sourire :

-          Je savais que tu ne tarderais pas à venir me voir !

Je vais le serrer très fort dans mes bras, lui aussi est un ami.

-          Tu veux grignoter quelque chose ?

-          Oh oui j’adorerai.

Il me prépare alors avec soin un de mes péchés mignons : une tranche de pain de mie recouverte de crème fraîche avec une pointe de sel et de poivre. Pas du tout le genre de chose que l’on mange à notre table habituellement. Je m’assois sur le bord du plan de travail et pendant que Marcel continue la vaisselle nous discutons :

-          Ça va ? Quoi de neuf ?

-          Rien de particulier. Je suis en couple depuis 5 mois.

-          Oh. Comment s’appelle l’heureux élu ?

-          Liam. Je te le présenterai demain, tu verras il est super sympa.

-          Il est beau ?

-          Grave. J’ai jamais vu un mec aussi beau. Et quoi de neuf ici depuis que je suis partie ?

-          Ça fait combien de temps que tu n’es pas venue ?

-          Un an et demi.

-          Woooh. Tant que ça ? Mais t’as quel âge maintenant ?

-          Dix-neuf ans.

-          Et dire que j’ai l’impression que hier encore tu venais me voir avec tes deux petites couettes pour réclamer à manger

Nous rigolons de bon cœur puis je dis :

-          En fait je venais te voir pour te parler d’un truc.

-          Dis-moi tout

-          Voilà en fait je suis ici avec des amis, on a mangé avec mes parents et Erik tout à l’heure, c’était excellent d’ailleurs, mais j’ai un de mes amis qu’est musulman, du coup il n’a pas touché au rôti et Erik l’a un peu vanné. Y’aurait moyen que tu remédie à ça ?

-          Erik est vraiment con quand il s’y met. C’est bien que tu me le dises, je commanderais de la viande halal pour demain, comme ça ton copain pourra manger comme vous.

-          Oh merci Marcel j’t’adore !!!

-          Mais c’est normal Amy, tu sais que je serais toujours à ton service !

-          Merci beaucoup !

Je lui fais un bisou sur chaque joue puis je dis :

-          J’suis désolée mais je dois y aller, Liam est avec mon père et mon frère et bizarrement j’ai comme un mauvais pressentiment.

-          Bon courage ! Et bonne nuit ! N’oublie pas de repasser me voir demain !

-          Avec joie, j’y manquerais pas !

Je ressors de la cuisine, enlève les miettes de pain de ma jupe et remonte dans le hall.

Dans la chambre de Louis et Eleanor

L’ambiance est devenue très très chaude entre nous deux. Eleanor m’embrasse très langoureusement depuis près d’un quart d’heure et je n’en peux déjà plus. Mais j’ai envie de faire durer le plaisir ce soir, aussi j’arrête de l’embrasser et je dis :

-          Viens on va prendre un bain, on a toute la soirée devant nous.

-          Oui si tu veux, me répond-t-elle en souriant

Elle commence alors à se déshabiller tout en se dirigeant vers la salle de bain. Lorsqu’elle pousse la porte coulissante donnant sur la salle de bain elle est déjà complètement nue. Son corps me rend dingue, et une solide érection pointe déjà le bout de son nez dans mon caleçon. Je souris, me déshabille et vais la rejoindre.

Dans la chambre de Zayn et Perrie

-          Tu trouves pas ça carrément flippant ?, me dit ma copine

-          Si bien sûr que si c’est flippant, mais je la plains d’avoir dû endurer ça. Mais on va essayer de rendre notre séjour ici aussi cool que possible d’accord ?

-          Bien sûr. Et puis l’important c’est qu’on soit ensemble pour Noël.

Et elle n’a encore rien vu, elle ne s’attend sûrement pas à ce qu’elle va avoir comme cadeau de Noël. Perrie me regarde en souriant avant de se jeter sur moi et de me faire basculer sur le lit tout en m’embrassant. Ses mains commencent aussitôt à déboutonner ma chemise, et je comprends que nous allons passer une douce nuit.

Dans la chambre d’Harry et Agathe

Haz est parti prendre une douche, je me suis occupée de déballer un peu mes affaires, au moins de sortir un pyjama pour ce soir. J’ai mis en garde Harry, je suis dans ma période « rouge » et il serait donc privé de sexe pendant au moins quatre jours. J’espère que ça ne le privera pas trop. Au pire du pire si ça lui pèse trop je le laisserai aller voir Amy pour qu’elle s’occupe de lui.  Harry ressort de la salle de bain et me dit :

-          Tu peux y aller ma puce, tu verras la douche est géniale !

Je file dans la salle de bain pour prendre une douche bien chaude.

Dans la chambre de Niall et Perola

Nous en sommes au deuxième paquet de gâteau. Nous sommes assis sur le lit, et nous grignotons tout en nous embrassant. Pas besoin de paroles, les regards, caresses et sourires échangés nous suffisent. Et pourtant j’aimerais en savoir plus, je voudrais savoir ce qu’elle ressent au fond d’elle-même. Elle ne m’a jamais confessé ses sentiments, et j’aimerai qu’elle le fasse.

Dans le fumoir

Les deux hommes jubilent, je suis dos au mur, si je refuse ils me chasseront sans ménagement de chez eux, je n’ai d’autre choix que d’accepter. Et pourtant je sais que ni Amy ni moi ne sommes prêts à nous engager.

-          Très bien. Je m’arrangerai pour régulariser la situation.

-          Je savais que vous étiez un jeune homme très bien, dit le père d’Amy, bien maintenant allons rejoindre ma femme dans le salon, je suppose qu’Amy y est aussi.

Dans le salon

Je me suis installée là en attendant de pouvoir retrouver Liam. Si les traditions n’ont pas changé les hommes devraient nous rejoindre, ma mère et moi ici après avoir fini leur virile discussion. Ma mère est assise, jambes croisées, dans le fauteuil. Elle lit quelque chose sur son téléphone en m’ignorant totalement. Comme depuis que je suis toute petite.  Je me suis assise sur le canapé, la télé trône en face de moi mais je n’ose pas l’allumer. Dedans se reflète le sapin de Noël, seul élément joyeux de la maison.  Au bout d’une dizaine de minutes et alors que je commence à m’impatienter mon père, Erik et Liam nous rejoignent enfin.  Liam me rejoint et entrelace immédiatement ses doigts aux miens, mais sans me regarder. Quelque chose ne va pas, je le sais, je l’interrogerai la dessus plus tard.

-          Bien, maintenant que nous sommes tous là, commence ma mère,  nous pouvons discuter de votre bulletin scolaire ma fille.

Merde. C’est pour ça que je n’ai pas reçu les résultats de mes partiels, mes parents se sont arrangés pour qu’ils arrivent chez eux. Le pire c’est que je ne sais vraiment pas dire si je les ai réussi ou pas.

-          Vos résultats sont excellents, reprend mon père, et c’est pour cette raison que nous vous avons réservé une petite surprise…

Hein ? Une surprise ? C’est à peine si j’avais des cadeaux à Noël étant petite alors là non le coup de la surprise je le sens pas. Je serre un peu plus fort la main de Liam m’attendant au pire…

 

Alors alors alors ? L'arrivée à la gare ? Les retrouvailles d'Amy avec John et Franck ? L'arrivée de toute la troupe au château ? L'attitude froide de Pierce ? Erik qui débarque et traite sa soeur comme une moins que rien ? La découverte des parents d'Amy par Liam et les autres ? Le début du repas ? L'incident Niall et Liam qui sauve la situation ? L'incident Zayn rattrapé de justesse ? La découverte des chambres par les différents couples ? Liam qui se trouve face au dilemme proposé par le père d'Amy ? Amy qui discute avec Marcel ? Louis et Eleanor très caliente ? Zayn et Perrie qui se chauffent ? Haz et Agathe trop mignons ? Niall et Perola les morphales ? Liam qui finit par accepter l'ultimatum ? Vous pensez qu'il tiendra sa promesse ? Le "conseil de famille" de la fin ? La grande surprise des parents d'Amy ça pourrait être quoi ?