Bonjour à tous ! Ou plutôt bonsoir vu l'heure. Voilà le premier chapitre de The End of the Night, riche en rebondissements, je vous laisse le lire on se retrouve après pour vos commentaires...

Chapitre 1 : Have a good night honey

 

-          J’pense que je vais rentrer je suis crevée, dis-je à mon petit-ami

-          Tu veux pas rester encore un peu ? On va pas tarder non plus mais il faut qu’on ramène Harry et Niall vu leur état, me répond Zayn

Je tourne la tête et observe les amis de mon fiancé. Ils sont complètement bourrés.

-          On la ramène si tu veux, dit Louis, El’ et moi on va rentrer maintenant

-          T’as pas un peu trop bu Louis ?, dit Zayn

-          Mais non ! lui répond-t-il en rigolant

-          C’est bon Zayn je rentre avec eux, dis-je

Je l’embrasse tendrement et dit

-          Si jamais je dors quand tu rentres je te souhaite déjà une bonne nuit chéri…

Il sourit bêtement parce qu’il est rare que je l’appelle comme ça. Je dépose un dernier baiser sur les lèvres et je file avec Louis et Eleanor. 

Zayn semble soucieux de laisser sa désormais fiancée s’éloigner de lui. Je sais qu’il aurait préféré la ramener lui-même mais nous devons d’abord ramener nos amis à leurs appartements respectifs, comme à chaque fois que nous sortons en boîte et qu’ils se laissent aller sur l’alcool. Comme Zayn et moi ne buvons pas, ou presque pas d’alcool on sert de chauffeur.

-          J’ai un mauvais pressentiment, me dit Zayn

-          N’importe quoi, dis-je, tu te fais des films Zayn

J’essaye d’en rire mais j’ai moi aussi un très mauvais pressentiment.

-          Garde Niall et Harry je reviens !

Je prends ma veste et file sur le parking, Louis vient juste de démarrer sa voiture, je me précipite dans la mienne et met le contact pour pouvoir les suivre. Après tout, leur appartement n’est qu’à un petit quart d’heure de route, je peux bien faire l’aller-retour pour m’assurer que tout va bien.

Louis rigole bruyamment dans la voiture en chahutant avec Eleanor assise à l’avant. Peut-être que Zayn avait raison en fait et qu’il a trop bu. Il conduit d’une main et de l’autre chatouille le ventre de sa copine. Ils rigolent tous les deux, et je vois plusieurs fois Louis quitter la route des yeux. Pourtant sa vitesse est un peu excessive, et il devrait faire attention…

Je les suis de près, de toute façon à cette heure-ci il n’y a pas un chat dans les rues. J’avais peut-être raison de me méfier, la voiture fait des zigzags sur la route, comme si le chauffeur à l’intérieur ne faisait pas attention. Nous arrivons au dernier carrefour avant la grande rue qui mène à leur appartement, je commence à me détendre quand, soudain, l’impensable se produit.

-          PUTAIN MERDE !

Je pile net et me précipite dehors. Louis a grillé le stop, sûrement par habitude, ou par inattention, sauf qu’une voiture est venue les percuter de plein fouet, et à pleine vitesse. La voiture de mes amis a été éjectée sur plusieurs mètres, et l’autre s’est arrêtée nette après le choc. Le chauffeur de la seconde voiture est indemne et se précipite lui aussi vers la BMW noire de Louis. Dans la voiture mes amis sont tous inconscients, et couverts de sang. Je prends mon téléphone et téléphone aux pompiers, en panique. Ils arrivent quelques minutes après seulement.

-          Il s’est passé quoi ?, demande le premier en sautant hors du camion

-          Ils ont percuté ma voiture, dit le chauffeur de l’autre véhicule, enfin je les ai percuté parce qu’ils ont grillé le stop.

Une vingtaine de pompiers sont déjà en train de désincarcérer mes amis. Perrie est la première à être sortie, dans un état critique. Elle est emmenée immédiatement en ambulance vers l’hôpital principal de la capitale. Quelques secondes plus tard c’est Eleanor et Louis qui sont sortis de la voiture. Eux aussi sont emmenés en ambulance très rapidement. Je remonte dans ma voiture et suis les ambulances. Dans la voiture j’en profite pour appeler Zayn.

Ça fait plus d’une demi-heure que Liam est parti, ça n’est vraiment pas normal. Niall et Harry, bourrés au possible sont en train de draguer un peu plus loin dans la salle. Soudain mon téléphone sonne, je m’en empare et regarde qui m’appelle : c’est Liam. Je décroche immédiatement

-          Allô ?

-          Ouais Zayn c’est moi. Tu prends Harry et Niall avec toi, tu les force à monter dans ta voiture et tu fonce à l’hôpital central !

-          Quoi ? Il s’est passé quoi ?

Mais Liam a déjà raccroché, sans me donner plus d’explications. Mon sang n’a fait qu’un tour et mon cœur semble vouloir transpercer ma poitrine. Il est arrivé quelque chose de grave, de sûrement très grave vu la manière dont a parlé Liam.

Je vois Zayn arriver vers nous d’un pas rapide. Il me chope par le bras, attrape Harry par le col de sa veste et nous force à avancer.

-          Mais attends, dit Harry, elle allait me donner son numéro…

-          Tu la reverras, lui répond sèchement Zayn

-          On va où Zayn ?, dis-je en rigolant, tu nous ramène déjà chez nous ?

-          Ta gueule et avance !

Je les pousse dehors jusqu’au parking. Là je leur fais signe d’avancer jusqu’à ma voiture. Ils s’installent à l’arrière en silence. Je démarre et prend la direction de l’hôpital, bien évidemment à l’autre bout de la ville. Je vois mon compteur avoisiner très rapidement les 130km/h en plein ville. Je me force à ralentir et tente de maîtriser mes nerfs. Tous les scénarios possibles tournent encore et encore dans ma tête, je ne parviens pas à imaginer clairement quoi que ce soit, et c’est peut-être mieux ainsi.

Je suis arrivé à l’hôpital une vingtaine de minutes après les ambulances, et je me suis aussitôt présenté à l’accueil des urgences pour savoir ce qu’il en était.

-          Patientez-là monsieur, un docteur va venir vous dire ce qu’il en est.

Je me suis assis sur une des chaises de la salle d’attente, mais je me relève instantanément, je ne tiens pas en place, je suis terrifié à l’idée qu’il puisse être arrivé quelque chose de gave à mes amis. Je marche, je tourne en rond, je fais les cent pas dans la salle d’attente, étonnamment je suis tout seul, jusqu’au moment où un médecin, en blouse blanche entre dans la salle. Je me précipite vers lui et dit :

-          Alors ?

-          Vous êtes ?

-          Un ami.

-          Je ne vous cache pas que l’état de vos amis est sérieux, ils sont pour le moment encore tous inconscients, sauf le jeune homme qui commence à se réveiller. Par contre je tiens à vous prévenir tout de suite, on est beaucoup plus préoccupé par l’état de la jeune fille blonde, et son pronostic vital est pour le moment toujours engagé.

-          D’accord

Il retourne dans l’unité de soins intensifs et me laisse-là, tout seul, pour prendre conscience de ce qu’il vient de m’annoncer. Perrie en danger de mort. Je sens mes jambes chanceler et je m’assois pour ne pas m’évanouir. 

Je gare la voiture à cheval sur deux places et sors en courant, suivi par Niall et Harry qui courent en zigzag. Je rentre dans le hall des urgences en courant, et tout essoufflé. Liam est là, tout seul, assis sur une chaise, la tête dans les mains.

-          Putain il s’est passé quoi ? Ils sont où les autres ? Elle est où Perrie ? Liam putain réponds-moi !

Il lève la tête vers moi et me fais signe de venir m’assoir à côté de lui. Je prends une chaise et m’installe en face de lui. Les garçons derrière moi, semblant avoir compris la gravité de la situation, se sont tus et assis en silence.

-          Ils ont eu un accident, ils sont en soins intensifs.

-          Tous les trois ?

-          Oui. Louis est en train de reprendre conscience, mais Perrie est… dans un état critique.

-          QUOI ?!?

Je me suis levé et ai essayé de passer les portes battantes menant au service mais Liam m’a retenu par le bras.

-          Laisse-moi, je veux la voir ! C’est ma fiancée !!

-          Zayn tu peux rien faire, il faut juste attendre. Fais leur confiance, c’est des médecins…

-          C’est ma fiancée Liam ! Elle va devenir ma femme, je dois la voir !

-          Zayn arrête, dit Harry, Liam a raison

La gravité de la chose semblait avoir très vite fait décuver Niall et Harry qui semblent désormais très lucides.

-          Mets-toi assis je vais nous chercher des cafés, dit Niall

Lui et Harry prennent la direction de la cafétéria. Je reste donc seul avec Liam dans la salle d’attente. Même l’infirmière d’accueil est partie, nous laissant complètement seuls.

-          C’est arrivé comment ?

La question a franchi mes lèvres sans que je l’aie voulu.

-          Louis a grillé le stop, et la voiture qui venait de leur droite les a percuté.

-          Et l’autre voiture elle s’en sort comment ?

-          Le chauffeur n’a rien. C’est normal il s’est arrêté net après avoir éjecté la voiture de Louis.

Les garçons reviennent et nous tendent un café à chacun. Je n’aime en principe pas le café mais là je l’avale d’une seule traite. Je suis hyper nerveux, et j’ai peur de craquer.

L’attente se promet d’être longue. Zayn et Liam ne disent rien mais sont très très très nerveux. Bien sûr je m’inquiète aussi, mais je maîtrise mieux mon anxiété. A moins que ce soit l’alcool qui ne me fasse cet effet-là. Niall vient de s‘endormir sur mon épaule et je ne tarde pas à le rejoindre dans les bras de Morphée. 

Les heures défilent, lentement, longuement, la nuit ne semble plus vouloir en finir.  Quart d’heure après quart d’heure, minute après minute, seconde près seconde nous attendons. Nous attendons encore, encore, encore et encore. Niall et Harry se sont endormis, mais Zayn n’arrive pas à céder au sommeil. Moi je somnole, mais pour ne pas laisser Zayn trop seul, je lutte contre l’endormissement. Le problème avec Zayn c’est qu’il ne parle de ce qu’il ressent à personne. Au bout de plus de trois heures nous entendons enfin de l’agitation dans le couloir. Zayn s’est levé d’un bond, comme s’il était monté sur ressorts, je me lève à mon tour et nous attendons. Le même médecin que tout à l’heure entre dans la pièce. Je comprends en voyant son regard que la nouvelle est terrible.

 

-          Je suis le fiancé de la jeune fille blonde, dit Zayn, comment elle va ?

 

Le médecin secoue la tête de gauche à droite avec un regard désolé. Non. C’est impossible.

 

-          Elle est… ?, dit Zayn

 

-          On n’a pas réussi à la ranimer, je suis désolé

 

-          NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON…

 

Zayn vient de s’effondrer en larmes par terre. Je me précipite vers lui et l’oblige à poser sa tête sur mon épaule. Il pleure de tout son saoul, il vient de perdre tout ce qui le maintenait en vie. Sa fiancée…

 

Je me suis réveillé en entendant le cri déchirant de Zayn. Avant même d’avoir ouvert les yeux j’avais compris. Perrie est morte. Perrie n'a pas survécu à l’accident…

 

Le cri de Zayn m’a réveillé. Il est à genoux par terre, en larmes, dans les bras de Liam. Je comprends alors ce qui vient de se passer… 

Zayn pleure, encore et encore, dans mes bras. Je ne peux pas alléger sa peine, aussi je me contente de passer ma main dans son dos. Il se lève soudain, brusquement, et les yeux plein de rage et de douleur il dit :

 

-          Je vais le tuer !

 

-          Non non non tu restes là Zayn, dis-je en le retenant par la taille

J’ouvre difficilement les yeux, je ne sais pas où je suis, mais des tas de personnes s’affairent autour de moi.

-          Monsieur est-ce que vous m’entendez ?

-          Oui, dis-je faiblement

-          Vous êtes à l’hôpital, vous avez eu un accident, est-ce que vous vous en souvenez ?

Je revois l’accident dans ma tête et dit :

-          Oui je crois.

-          D’accord, on est en train de vous plâtrer le bras, vous avez tout l’avant-bras brisé, mais vous vous en sortez miraculeusement bien.

-          Ma copine… Où est ma copine ?

-          Votre petite-amie ?

-          La fille brune qui était dans la voiture.

-          Elle est dans la salle d’à côté, les médecins s’occupent d’elle.

-          Comment elle va ?

-          Je ne sais pas, je vais aller me renseigner.

-          Et Perrie ?

-          Perrie ?

-          La jeune fille blonde…

Un long cri résonne soudain. C’est la voix de Zayn.

-          Elle est décédée, dit l’infirmière en confirmant mes craintes

Zayn pleure toujours toute les larmes de son corps, c’est la première fois que je le vois pleurer, mais je le comprends, il vient de perdre sa fiancée, sa princesse, sa petite chérie. S’il y a bien une personne que Zayn aimait c’était Perrie. Au point de nous souler à parler d’elle tout le temps, au point d’être systématiquement de mauvaise humeur quand elle lui manquait trop. Les larmes ne semblent pas vouloir cesser de couler, ça fait plus d’une demi-heure maintenant, et la peine de Zayn nous semble si grande qu’aucun d’entre nous ne peut bouger, par peur de déclencher une réaction chez Zayn.

Il n’y a plus rien dans ma tête. Rien à part la voix de Perrie qui me dit « passe une bonne nuit chéri ». Ces mots résonnent dans ma tête, inlassablement. Ce sont les derniers mots qu’elle m’a dit. Ses derniers mots… Les larmes coulent sans s’arrêter sur mes joues, je ne cherche même pas à les essuyer d’ailleurs. On m’a arraché mon cœur, ma raison de vivre. Avec ma fiancée s’est éteinte toute ma vie… Personne ne pourra consoler ma peine. Personne ne savait à quel point je l’aimais… Si. Ma maman. Je sors mon téléphone de ma poche et compose un numéro que je connais par cœur. Il et trois heures du matin mais je sais qu’elle répondra.

-          Allô ?, me dit une voix ensommeillée

-          Maman ? J’ai besoin de toi. Est-ce que tu peux venir ?

-          Zayn ça va pas mon cœur ?

-          Non pas trop, dis-je avec une voix terrible

-          Zayn tu pleures ?

-          Oui. Viens s’il te plaît.

-          Je suis là dans trois heures mon bébé…

-          D’accord. Merci. Je t’aime maman.

-          Je t’aime aussi Zayn.

L’avantage avec ma maman c’est qu’elle ne pose pas de questions quand je l’appelle à l’aide. 

L’infirmière revient après ce qui me semble une éternité. Mon plâtre est fini, et j’attends juste d’en avoir plus sur l’état de ma petite-amie.

-          Venez avec moi

Je descends de mon lit d’hôpital et je suis l’infirmière, elle me conduit jusqu’au bureau d’un médecin. Il me serre la main et dit :

-          Bonjour Monsieur, vous êtes le petit-ami de Mlle Eleanor ?

-          Oui c’est ça.

-          Elle est dans le coma.

-          Et le bébé ?

-          Elle ne l’a miraculeusement pas perdu.

-          Concrètement ça veut dire quoi ?

-          Qu’elle va bien, mais qu’elle dort. Elle peut se réveiller dans trois jours comme dans trois ans, mais le bébé va continuer à se développer dans son ventre normalement puisqu’elle respire correctement et que son sang circule bien.

Mes jambes tremblent et je prends conscience de ce que cela veut dire. Elle va rester à l’hôpital très longtemps, peut-être même pour toujours, tant qu’elle est dans le coma en tout cas.

-          Je peux la voir ?

-          Pas avant demain, dit le docteur, vous devriez rentrer chez vous vous reposer un peu jeune homme.

-          Oui. Merci.

Je serre de ma main valide celle du docteur et je prends la direction de la sortie. 

Personne ne sait quoi dire, personne ne sait quoi faire pour aider Zayn dans ce terrible moment. Il vient d’appeler sa mère, et il est de nouveau reparti à pleurer. Ses sanglots résonnent froidement dans le hall désert. Nous sommes tous très tristes et je surprends Liam et Harry à essuyer quelques larmes eux-aussi. Je m’aperçois que je pleure moi aussi. En fait tout le monde aimait Perrie, bien sûr c’était la copine de Zayn, mais elle était devenue une vraie amie pour tout le monde.  Et ce jour qui avait pourtant bien commencé, avec la grossesse d’Eleanor et les fiançailles de Zayn et Perrie, s’était changé en cauchemar.

 

Les portes battantes viennent de s’ouvrir et Louis vient de nous joindre. Il a le visage tuméfié, un énorme plâtre au bras, et ce même bras en écharpe. Zayn s’est immédiatement jeté sur lui, plein de fureur. Il l’a attrapé à la gorge et l’a collé au mur avec une telle force que la tête de Louis a fait un drôle de bruit. Liam et Niall se sont précipités sur Zayn pour qu’il lâche Louis mais il les écarte d’un simple revers de la main. Louis est terrifié, Zayn le regarde méchamment, les larmes coulant toujours de ses yeux.

 

-          Je te déteste !, se met-il à crier, à cause de toi elle est morte ! Tu es le seul responsable, et je t’en voudrais pour toujours ! Ne t’avise plus JAMAIS de m’adresser la parole ! Tu n’existes plus pour moi !

 

-          Lâchez-le, dit une voix tonitruante

 

Le médecin vient de rentrer dans la pièce, escorté par deux infirmières et Zayn lâche d’un seul coup Louis qui s’effondre au sol. Zayn récupère sa veste et sors en courant de l’hôpital. Liam lui court aussitôt après.

 

Je rattrape Zayn sur le parking, pose ma main sur son épaule et dit :

-          Viens à la maison ce soir, faut pas que tu restes seul.

-          Nan c’est bon ça va aller, me répond-t-il

-          Zayn, fait pas l’enfant. Viens dormir chez moi. S’il-te-plaît.

-          D’accord.

-          Téléphone à ta mère et dis-lui de venir directement chez moi.

-          Oui. Merci…

-          Je vais juste prévenir les autres qu’on s’en va.

-          D’accord.

Je rentre à nouveau dans le hall de l’hôpital. Louis est maintenant assis sur une chaise, encore sous le choc de ce qui vient de se passer. Niall et Harry sont en train de discuter avec lui.

-          Je prends Zayn chez moi ce soir, dis-je à l’attention de Louis, j’ai pas envie d’un nouveau drame.

-          Merci, dit Louis

-          Ça va toi ? Et Eleanor ?

-          Moi j’ai jute le bras cassé, Eleanor est dans le coma.

-          Et le bébé ?

-          Il va continuer à se développer ans son ventre, même si elle est dans le coma.

Je vais serrer mon ami dans mes bras.

-          Ça va aller ?

-          Je pense oui.

-          T’as pu voir Eleanor ?

-          Non. Pas avant demain matin.

-          Tu devrais rentrer dormir un peu. Hazza, t’as moins bu que Niall, c’est toi qui ramène Louis s’il-te-plaît

-          Pas de souci, me répond Harry

Je compose une nouvelle fois le numéro de ma maman :

-          Oui ?

-          Maman ? c’est moi. C’est juste pour te dire de venir directement à l’appartement de Liam, je vais passer le reste de la nuit là-bas.

-          D’accord. Essaye de dormir un peu mon cœur.

-          Oui maman.

Je range mon téléphone dans ma poche, et m’appuie contre ma voiture. Mes larmes se sont taries, je ne pleure plus, j’ai juste l’impression que mon monde entier s’est écroulé.

-          Il est hors de question que tu conduises Zayn, me dit Liam, monte dans ma voiture

Brisé, sans volonté, je me laisse faire et je prends place dans la voiture de mon ami. Il démarre la voiture et sors du parking.

Louis tente de reprendre ses esprits, il est un peu sous le choc, notamment à cause de la réaction de Zayn.

-          Il me le pardonnera jamais, dit-il faiblement

-          Louis c’était un accident, dit Harry, et il finira par te le pardonner. Maintenant on y va, faut qu’on dorme tous.

-          Vous voulez bien rester à l’appartement ce soir ?, dit Louis, je ne voudrais pas rester seul

-          Moi je reste, dis-je

-          Pareil, ajoute Harry, on ne va pas te laisser

Nous récupérons nos vestes et prenons la direction du parking. Louis semble avoir mal à son bras, mais par fierté il ne dit rien. 

Le trajet s’est fait dans un silence pesant, mais je n’en veux pas à Zayn, je ne peux même pas m’imaginer ce qu’il doit ressentir à l’intérieur.

-          Eleanor elle va comment ?, me demande soudain mon ami

-          Elle est dans le coma.

-          Et le bébé ?, dit-il soudain inquiet

-          Elle ne l’a pas perdu.  Il peut continuer à se développer en elle-même si elle est dans le coma.

-          D’accord. C’est vraiment pas cool pour elle.

Oui, c’est vrai, je me fais du souci pour Eleanor, je l’ai toujours bien aimé. Et je ne lui en veux pas à elle, seulement à son connard de petit ami. Liam ouvre la porte de son appartement et me fais rentrer.

-          Tu veux un thé avant d’aller au lit ?, me demande Liam

-          Nan c’est bon, j’vais essayer de dormir un peu…

Il me serre dans ses bras et nous nous séparons. Ce n’est pas la première fois que je squatte chez lui et j’ai mes habitudes sur son canapé. Je m’y allonge, sur le dos, croise les bras derrière ma tête et contemple le plafond. Le sommeil ne viendra pas, et je le sais. Je n’ai plus qu’à attendre que ma mère arrive. 

Les garçons se partagent le canapé de mon appartement, et je suis parti m’allonger dans mon lit. J’ai mal partout, à mon bras surtout, mais au cœur aussi. Je sais que j’ai commis l’irréparable, et quoiqu’en disent les garçons je sais que Zayn ne me pardonnera jamais la mort de Perrie… Je m’allonge sur le dos et glisse mon bras valide sous mon crâne en contemplant le plafond. Le lit me paraît froid et vide sans Eleanor…

Cette journée a été la pire de notre vie à tous. Elle commençait pourtant bien, et les raisons pour lesquelles nous nous étions retrouvés en boîte en valaient la peine. Pourtant aujourd’hui la vie de Zayn a basculé, celle de Louis aussi, et par conséquent celle de tout le groupe. Mais remettons ces questions à demain, il faut que je dorme un peu. Au moins quelques heures en attendant la mère de Zayn. Il faudra aussi que Zayn se charge des démarches pour les obsèques, tandis que nous autres allons devoir négocier une période de pause avec notre management…

 

 

Alors ? Comment trouvez vous ce premier chapitre ? L'attitude désinvolte de Louis au début ? Le mauvais pressentiment de Liam ? L'accident ? L'arrivée de Zayn à l'hôpital ? La mort de Perrie ? L'état de Louis ? Le coma d'Eleanor ? Le fait qu'Eleanor n'ait pas perdu son bébé ? La douleur inconsolable de Zayn ? Le fait qu'il apelle sa maman ? La réaction de Zayn quand il voit Louis ? Liam qui propose à Zayn de retser chez lui ? Louis qui ne veut pas rester seul ? Et enfin je vous invite à me confier vos attentes, idées, suggestions etc pour la suite de l'histoire !