Et voilà le chapitre suivant. C'est l'avant-dernier, ou l'avant avant dernier (ça me fait trop bizarre de dire ça). Faites attention on jongle entre les points de vue dans ce chapitre, c'est normal au vu de l'histoire. Bref je vous laisse découvrire ça, en sachant que la première aprtie, du point de vue de Cécile, se passe pendant le chapitre 23. Ah encore une chose ! Les deux chapitres ont le même titre mais c'est normal, c'est un choix que j'ai fait...

Chapitre 24: Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ?

Point de vue de Cécile

Ce que j’ai fait est lâche mais je ne voulais partir dans de longues explications avec Harry. Je reviendrai ce soir comme promis, mais avant cela il y a quelque chose que je veux régler. Je me ballade depuis près d’une heure dans les rues de New-York en réfléchissant. Réfléchir à quoi ? Au fait de porter plainte ou non contre le chauffeur du taxi. Je me sens coupable malgré ce qu’il a fait. Pourtant je devrais porter plainte, je devrais lui faire payer. Mais je n’y arrive pas. Et dans un coin de ma tête je ne cesse de penser à Harry, je l’imagine en train de péter les plombs. Je le vois en larmes, en larmes et en colère. Mais il faut que je chasse tout ça de mon esprit. Pour me reconcentrer je me pose à la terrasse d’un café et commande une limonade. Je la déguste tranquillement en listant dans ma tête le pour et le contre d’un dépôt de plainte. Dans les arguments pour je classe : l’aspect immoral de son acte, le fait que je suis une victime et… c’est tout. Dans les arguments contre je mets : le fait que je suis responsable de l’accident, qu’un homme est mort à cause de moi, le fait aussi que le chauffeur est dans le coma et ne pourra pas se défendre. En dernière minute j’ajoute à cette liste le fait que s’il est marié cela va probablement détruire son couple, voire sa famille. Cette dernière idée me frappe de plein fouet. Je ne peux pas porter plainte, comment réagirait sa femme si elle savait que son mari, dans le coma, avait tenté de violer une jeune fille ? Non non non définitivement je ne peux pas porter plainte.

Je paye ma consommation et je reprends ma déambulation dans les rues de la ville. Je m’autorise à penser à Harry. Je l’aime vraiment, et il m’a prouvé hier qu’il tenait énormément à moi. Mais est-ce que j’ai les épaules assez larges pour supporter la pression médiatique si jamais lui et moi officialisons ? Je ne sais pas. Rhaa je suis complètement paumée, je ne sais pas quoi penser. Je crois qu’il est sincère et qu’il m’aime vraiment. Peut-être que je devrais lui laisser sa chance. Mes pas m’ont porté jusqu’à un commissariat de police. Je remets alors en question l’idée de porter plainte. Il faut que je le fasse. Parce que s’il s’en sort il recommencera sûrement. C’est cette idée qui me motive maintenant… Malgré tout ce qui me pousse à ne pas le faire je grimpe les marches et pousse la porte du commissariat. Les agents de police me regardent ‘un air intrigué et à nouveau je me remets à douter. J’aimerai tellement qu’Harry soit là avec moi. Lui au moins, saurait me dire quoi faire.

Point de vue d’Harry

Je marche depuis une demi-heure maintenant dans la rue. J’ai fait le tour de tout le quartier sans la trouver. J’ai essayé déjà cinq fois d’appeler sur son téléphone mais il est éteint. Je suis de plus en plus nerveux. Je suis passé devant le marchand de journaux et pas moins de cinq tabloïds nous affichent en une. J’espère qu’elle n’a pas vu ça ou alors elle s’enfuira à jamais.

- Tu comptes ratisser toute la ville tout seul ?

La voix m’a fait sursauter et je me retourne. C’est Louis. Il a mis une veste et me regarde avec les mains dans les poches.

- T’es tout seul ?

- Oui. Les autres n’ont pas voulu venir. Ils ont dit que tu finirais bien par revoir.

J’ai toujours autant envie de le frapper, mais ça me fait chaud au cœur qu’il soit venu m’aider.

- T’as pas répondu, tu comptes ratisser toute la ville ?

- Je vois pas quoi faire d’autre.

- Alors on va la chercher ensemble. Tu sais pourquoi elle est partie ?

- Non…

- T’as pas la moindre idée de l’endroit où elle peut être ?

- Absolument pas.

- Il s’est passé quoi hier soir que vous ne voulez pas me dire ?

Ça y est on y est. C’est le grand dilemme. Dois-je lui dire la vérité ?

- Rien de particulier. T’étais juste un peu trop bourré.

1000189_523592854374463_1908810182_n - Copie

- Et après qu’on soit rentré, il s’est passé quelque chose avec Cécile ?

- Oui. Elle s’est souvenue que le chauffeur de taxi avait failli la violer.

- Oh putain.

- Oui comme tu dis. C’est aussi pour ça que je veux la protéger à tout prix…

- Je comprends.

Il me serre alors dans ses bras et je me laisse faire. C’est même plutôt agréable de pouvoir parler comme ça avec son meilleur ami. Je décide de laisser mes rancœurs de côté pour le moment.

- Elle serait pas partie porter plainte par hasard ?, dit soudain Louis

- Elle avait pas l’air décidée à le faire hier soir…

- On sait jamais. De toute façon c’est la seule idée qu’on ait alors on va faire le tour des commissariats les plus proches.

- D’accord. Merci Louis. Merci de m’aider.

- De rien. J’ai quelque chose à me faire pardonner même si je sais pas quoi.

Je ne réponds pas et nous partons en direction du commissariat le plus proche. Aucune trace d’elle. Tout comme dans les dix-sept commissariats suivants. Il est bientôt quatorze heures, nous devons partir dans une heure et demie pour nous préparer pour le concert.

- On en fait encore un et on rentre Harry. Si elle est pas là on arrête de la chercher.

- D’accord.

- Harry, elle a promis qu’elle reviendrait. Si tu l’aimes tu dois lui faire confiance.

- Je l’aime trop pour la laisser s’éloigner.

- Harry. Elle reprend l’avion ce soir je te rappelle.

- Malheureusement.

Je monte les quelques marches et pousse la porte du commissariat.

Point de vue de Cécile

Ça y est, j’ai porté plainte. Tout se contredit toujours en moi mais j’ai l’impression d’avoir pris une pas si mauvaise décision. En retournant dans le hall je m’aperçois qu’Harry et Louis sont là, en grande conversation avec un des policiers. C’est Louis qui me voit le premier, il tape alors sur le bras d’Harry qui se retourne vers moi. Sa bouche s’entrouvre, mais son sourire s’élargit. Il semble heureux de me voir. Il ouvre ses bras et je me jette dedans. Il me serre tout contre lui et je m’aperçois rapidement qu’il pleure. Je passe alors mes doigts doucement dans ses bouclettes et lui glisse à l’oreille :

- Je suis désolée Harry, tellement désolée. Mais j’avais besoin de faire ça toute seule.

- Tu as porté plainte ?

- Oui. Je vais briser la vie d’une femme mais il fallait que je le fasse.

- Ne me refais plus jamais ça Cécile. T’aurais vu mon état de nervosité toute la journée…

- Je sais Harry. Je suis désolée. Je t’aime

- Oh mon bébé je t’aime aussi !

Je l’embrasse doucement puis je me tourne vers Louis :

- Ça va ? T’es plus aussi bourré qu’hier soir ?

- Oui ça va.

- Et même pas une gueule de bois ?

- Ça c’est l’habitude, dit-il en rigolant

Je lui tape dans la main puis je remercie chaleureusement les policiers qui ont enregistré ma plainte et nous sortons du commissariat. Alors que je tente de glisser mes doigts dans les siens Harry m’en empêche et dit :

- Il faut que je te parle de quelque chose.

- Oui ?

- On est en une de tous les tabloïds…

- Quoi ? Comment ça ?

- Tu te souviens qu’on a évoqué les photos de Boston hier ?, commence Louis

- Et bah y’a des photos de nous deux qui ont été prises, dont une où on s’embrasse, continue Harry, et elles sont à la une des journaux.

- On voit mon visage ?

- Oui. D’ailleurs ça m’étonne que tu te sois pas fait agresser ce matin dans la rue vu la haine que ça va déclencher

- Tant pis. Ça peut pas être pire que ce que j’ai déjà vécu.

Il me sourit et m’embrasse.

- On peut officialiser ça alors ?

- C’est déjà officiel Harry !, dis-je en rigolant

Il glisse alors ses doigts dans les miens et nous reprenons tous les trois la route de l’hôtel, à quelques rues de là.

Alors ? Louis et Harry qui se rabibochent ? Les retrouvailels Harry-Cécile ? L'officialisation officielle de leur relation ?? Dites-moi tout !!!!!!!!!!!!!