Chapitre 10 : I wish I wasn’t there…

 

Penser à la France m’a fait penser à mes parents.

-          Faut que j’appelle mes parents. Maintenant que je sais à peu près ce qui m’est arrivé je dois les appeler. Ils doivent être morts d’inquiétude.

-          Je pense que c’est une bonne idée, dit Liam

-          Tu devais rentrer quand en France ?, demande Louis

-          Je n’en sais rien !

-          Dis leur que tu prendras un avion demain dans la nuit, dit Harry

-          Comment ça ?

-          Il veut te garder encore un peu avec lui, plaisante Niall

-          Ok. Je vais leur téléphoner alors.

Je sors mon téléphone, compose le numéro de chez moi et le porte à mon oreille. Mon cœur bat à deux mille à l’heure ; je ne sais pas si c’est à cause de la remarque de Niall ou si c’est la peur d’être confrontée aux questions de mes parents.

-          Allô ?

La voix de ma mère à l’autre bout du fil m’a électrisé.  Je mets plusieurs secondes avant de répondre

-          Maman ?

-          Cécile ! Mais t’es où ? Tu devais rentrer ce matin !!

-          Calme-toi, crie pas. J’ai eu un petit accident, mais je vais bien. Je suis en sécurité maintenant.

-          Tu es où ?

-          A Boston actuellement. Je sais que ça va te paraître difficile à croire mais je suis avec les One Direction. Je vais bien et ils prennent soin de moi. Là on essaye d’en savoir un maximum sur ce qui a pu m’arriver.

-          Il s’est passé quoi ?

-          Je vous raconterai quand je rentre.  Je sais pas encore tout. Mais l’important c’est que je vais très bien et que je suis en sécurité.

J’ai essayé de mettre toute la conviction possible dans cette dernière phrase mais je sais que ma mère n’est pas dupe.

-          Tu rentres quand ?

-          Je prends un avion demain dans la nuit.

-          Prends soin de toi en attendant. Bisous.

Elle a raccroché avant que j’ai eu le temps de répondre. C’est sûr que je l’ai inquiétée. En même temps je devrais être déjà en France. J’imagine bien l’inquiétude de mes parents ces deux derniers jours. Sans nouvelles de leur fille partie seule aux Etats-Unis.

-          Pourquoi tu pleures ?, dit Niall d’une voix triste

-          Hein ? Mais je …

Ah bah si. Il a raison je pleure. Les larmes coulent (encore) le long de mes joues.  La France me manque. Mes parents me manquent. Mes habitudes me manquent.

-          J’aurais dû rentrer ce matin, dis-je pour expliquer mes larmes, mes parents étaient morts d’inquiétude.

-          C’est normal, dit Liam

-          On est arrivés ! Hurle Niall, Y’a un restaurant juste là !

Nous rigolons tous de l’attitude du blondinet. Un vrai morphale. Un bon vivant. 

-          La compagnie de taxis est basée en face du restaurant, on ira tout à l’heure si tu veux, me glisse Harry à l’oreille

-          Oui…

Il passe doucement sa main dans mon dos et je frissonne. Et merde. Je suis en train de tomber amoureuse de lui. Mais c’est pas possible qu’est-ce que je suis conne ! Je ne vais quand même pas rentrer dans son jeu ? Il met des filles dans son lit tous les soirs !

Nous sortons du bus, toujours suivis des gardes du corps. Niall se précipite dans le restaurant, suivi par nous tous. Le serveur, un peu débordé nous dit de nous installer où nous voulons. Mauvaise idée. Niall est tellement pressé qu’il file au fond du restaurant et nous réserve ainsi une immense table. Une vingtaine de places. Les garçons et moi nous installons à un bout, les gardes du corps à l’autre bout. Je suis assise entre Harry et Louis et je me sens un peu seule. Je suis la seule fille, la seule étrangère, la seule à avoir eu un accident. Je suis à part.

Mais Harry me ramène bien vite à la réalité en glissant, sans que personne ne s’en aperçoive, sa main sur ma cuisse. Je le regarde d’un air réprobateur mais il me répond par un simple sourire. Ah qu’est-ce que son sourire est craquant ! Mais qu’est-ce que je dis là ?!? Oh la la… C’est pathétique.  Je suis vraiment pathétique.  L’accident m’a fait perdre tout mon bon sens et toute ma raison… C’est complètement idiot et pourtant Harry me plaît. Et si je lui plaisais aussi ? Nan nan c’est idiot…

3919_425493637505848_1059337938_n - Copie - Copie (2)

-          Vous voulez manger quoi ?, dit Niall

-          J’ai pas faim, dis-je

J’ai en effet l’estomac tout retourné de mes émotions de la matinée.

-          T’auras qu’à manger un bout de ma pizza, dit Louis

Harry lui lance un rapide regard.

-          Sinon t’auras qu’à manger dans l’assiette d’Harry, reprend le jeune homme

Oh oh. Jalousie ? C’est probable. Il faudra que j’essaye d’en savoir plus là-dessus. Niall, très pressé de manger note les commandes de chacun sur un bout de papier et l’amène directement au comptoir. Un vrai morfale. A croire qu’il n’a rien mangé ce matin. En parlant de ce matin, il faut que je sache quelque chose…

-          Ça lui arrive souvent de mettre des fans dans son lit ?, dis-je

-          Hein ?, dit Harry en me regardant

-          Chut c’est pas à toi que je pose la question. Liam ? Louis ? Niall ? Zayn ?

-          C’est pas la première fois que ça arrive, dit Liam

-          C’est même plutôt fréquent, ajoute Louis

-          Mais t’es une des plus jeunes, conclut Zayn

-          Ouais c’est vrai ça !, dit Niall, t’as quel âge au fait ?

-          Seize ans…

-          QUOI ?!?, dit Harry

-          Mais vous êtes cons les mecs, elle l’a dit dans sa lettre… dit Liam

-          Merci Liam. Y’en a au moins un qui a lu ma lettre, dis-je

-          Deux !, dit Zayn

-          Trois !, dit Louis

-          Je l’ai lu mais je m’en souvenais plus. Par contre si le management apprend que j’ai couché avec une fille aussi jeune je suis mort, ajoute Harry

-          Ah oui j’avais oublié que tu ne te tapais que des filles majeures, et jusqu’à plusieurs par soir !

Je ne veux pas passer pour une fille facile. Je crois que j’aime Harry, mais je ne vais pas lui faciliter la tâche.  Le jeune homme semble un peu vexé mais il tente de se défendre.

-          C’est pas pareil ! T’es pas un coup arrangé comme ça pour assouvir mes pulsions. On a quand même passé une nuit ensemble sans coucher.

-          On était bourrés Harry !

J’ai rigolé en disant cette dernière phrase. Harry a bien compris que je plaisantais. Il dépose un léger baiser sur mon front au moment où le serveur apporte nos plats. Je me sens rougir. J’ai honte. Je rougis à cause de lui ! Je suis vraiment pathétique. Désespérante…