Chapitre 8 : Urgences …

 

Je me souviens enfin de mon arrivée à l’hôpital. La sortie du camion de pompiers sur un brancard, l’arrivée aux urgences, les médecins qui s’affairent autour de moi… Mais impossible de me souvenir du visage de ces personnes. Et impossible de me souvenir de ce qu’il s’est passé après. Je crois que dans les séries médicales ils appellent ça le choc post-traumatique.  D’ailleurs en parlant de séries médicales, l’hôpital devant lequel nous nous sommes arrêtés ressemble à tous les immenses hôpitaux américains que l’on voit dans Urgences ou Greys anatomy. J’aurai aimé pouvoir visiter un tel lieu en d’autres circonstances…

-          Tu veux qu’on vienne avec toi ?, demande Zayn

-          Je suis pas sûre que si on débarque tous ensemble ils soient très enclins à nous recevoir

-          Je pense que tu as raison, dit calmement Liam

-          Harry ? Louis ? Vous voulez bien venir avec moi ?

-          Bien sûr, me dit Harry

Louis acquiesce d’un signe de tête. Nous nous levons tous les trois et sortons du bus. Deux gardes du corps nous emboîtent le pas. L’hôpital se dresse à une cinquantaine de mètres de nous. Prenant mon courage à deux mains je me dirige vers l’entrée des urgences. Les garçons me suivent en silence.

Par chance à cette heure de la journée il n’y a pas grand monde aux urgences, et l’infirmière chargée des admissions est disponible.  Alors que je m’approche elle lève la tête et me regarde. Ses yeux me lancent un regard surpris et sa bouche s’entrouvre. Au moment ou j’arrive au niveau de son bureau Harry et Louis se placent juste derrière moi, un de chaque côté, en parade face à un éventuel malaise.

-          Bonjour madame j’ai été transportée ici il y a trois  jours suite à un accident de la route, et j’aimerai voir le médecin qui s’est occupé de moi s’il-vous-plaît

-          Il me semblait bien que votre visage me disait quelque chose mademoiselle. Je vais appeler le docteur Smith.

Elle compose un numéro sur son téléphone, parle pendant deux minutes puis nous dit :

-          Il va arriver, en attendant je vous invite à vous asseoir là dans la salle d’attente.

Nous allons nous asseoir sur des minables petits sièges métalliques accrochés au mur du fond de la salle. Je suis assise au milieu des garçons.  

-          Tu angoisse ?, me demande Louis

-          Un peu.

Il passe doucement sa main sur mon bras. Harry lui passe sa main dans mon dos. Indifférente aux gestes des garçons j’essaye de rassembler tous mes souvenirs. C’est impossible. Je ne me souviens que de mon entrée à l’hôpital, pas de ma sortie.  Ni même de ce qui a pu se passer à l’intérieur de l’hôpital. Je me souviens seulement de l’agitation à mon arrivée.

Je suis interrompue dans mes pensées par l’arrivée du fameux docteur Smith. Bien qu’il se soit occupé de moi, son visage ne me dit absolument rien. Par contre le mien doit lui dire quelque chose vu qu’il sourit en me voyant.

-          Mademoiselle ?

Je lui serre la main sans lui répondre. Voyant que je suis complètement perdue les garçons prennent le relai

-          Bonjour monsieur, commence Harry, notre amie a été admise ici il y a trois jours suite à un accident de la route, mais elle ne se souviens de rien…

-          Enfin de presque rien, continue Louis, en tout cas tout ce qui s’est passé à l’hôpital elle ne s’en souvient pas. Elle aurait besoin de toutes les informations que vous pouvez avoir sur elle et sur son séjour ici.

-          Je vois, répond le médecin, suivez-moi jusqu’à mon bureau.

Nous suivons le médecin. Je n’ai toujours pas prononcé un mot. Comment est-ce que je peux ne me souvenir de rien du tout ? Sentant mon trouble Harry glisse sa main dans la mienne. Ce geste s’est fait en toute discrétion mais il m’emplit d’un nouveau sentiment : je me sens presque bien… Pourtant je garde toujours en tête l’accident et mon séjour ici.

Nous entrons dans le bureau du médecin et nous nous installons sur trois chaises. Le médecin qui s’est assis de l’autre côté du bureau pianote quelques secondes sur son ordinateur puis se tourne vers nous.

-          Je me souviens très bien de vous mademoiselle. Vous êtes la première victime de l’accident qu’on nous a amené. Vous étiez en état de choc, mais aucune blessure apparente. On a fait quelques examens, vous n’aviez rien hormis quelques bleus. Un vrai miracle.  On a juste réussi à vous faire dire le nom de votre hôtel, et comme vous alliez bien, on vous a fait appeler un taxi. En tout et pour tout vous avez dû passer environ cinq heures chez nous. Vous êtes arrivée à seize heures, une heure environ après l’accident, et vous êtes repartie vers vingt-et-une heures. C’est tout ce que je peux vous dire.

-          Le nom de son hôtel ?, demande Harry

-          L’hôtel international

-          Vous connaissez l’adresse ?, ajoute Louis

-          Non mais je vais faire en sorte qu’on vous la trouve.

Il me regarde ensuite longuement. Mon regard est vide. Il a beau m’avoir raconté toute l’histoire, rien ne m’est revenu. Contrairement aux autres fois, aucun souvenir n’est remonté à la surface. Le trou noir…

-          Mademoiselle ?

mediaCART4P6Z - Copie

 

Je suis incapable de lui répondre. Qu’est-ce que je pourrais lui dire de toute façon ?

 

Harry et Louis se regardent. Harry se tourne vers moi, pose ses mains sur mes cuisses et me regarde droit dans les yeux. Ses yeux verts m’électrisent complètement. Sans prononcer un mot et par un simple regard il me redonne confiance.  Je me sens tellement bien quand nous sommes comme ça en parfaite communion... Mais qu'est-ce que je viens de dire là ? Je dois être folle. Mais c'est la vérité. Harry me fait du bien. Vraiment. Il glisse ensuite à nouveau ses doigts dans les miens et m’incite à parler au médecin.

-          Excusez-moi monsieur, mais je ne me souviens absolument pas des heures que j’ai passées ici.

-          Me permettriez-vous de vous examiner ? Juste pour s’assurer que tout va bien…

-          Si vous voulez.

-          Vous pouvez m’attendre ici tous les deux, dit le docteur aux garçons.

Je suis le docteur à travers un long couloir, jusqu’à une salle de consultation. Nous avons croisé beaucoup d’infirmiers, mais aucun visage ne me semble familier… Je me sens étrangère, perdue. Cet immense hôpital ne me rappelle rien. Absolument rien…

Le docteur me fait m’allonger sur la table de consultation et effectue des contrôles somme toute classiques.  Il vérifie les battements de mon cœur, ma tension, mes réflexes etc…  Tout va bien. Tout est Ok.

-          Vous êtes en parfaite santé mademoiselle. Mais vous êtes victime d’une petite amnésie post-traumatique. Cela va s’estomper dans les jours qui viennent, mais en attendant je vous conseille de bien vous reposer.

-          Merci.

Le médecin me raccompagne ensuite jusqu’à la salle où nous attendent les garçons. Alors que nous nous apprêtons à partir, une question me vient à l’esprit.

-          Le chauffeur du taxi est-ce qu’il est… ?

-          Il est dans le coma.

-          Je peux le voir ?

-          Si vous le voulez. Ça vous aidera peut-être mademoiselle. Chambre 28, quatrième étage.

-          Merci beaucoup.

Nous sortons tous les trois et retournons dans le hall. Une fois là-bas Harry me demande :

-          Tu veux vraiment aller le voir ?

-          Ça m’aidera peut-être.

-          Ok.

-          Je vous laisse y aller tous les deux, dit Louis, je vais aller raconter aux autres ce qu’on a appris.

Louis a tout compris sans que j’ai eu besoin de prononcer un seul mot. J’ai besoin d’Harry, et seulement d’Harry, pour traverser cette épreuve avec moi.  J’ai l’impression qu’il se passe quelque chose entre nous. Mais c’est idiot. Ça doit juste être dû à ce fameux stress post-traumatique…