Chapitre 2 : Ce qui m’était arrivé…         

 

Après m’être réveillée, nue, dans des draps inconnus, il me tardait de savoir comment j’en étais arrivée à une telle situation. Je ne me souviens de rien de ce qui s’est passé ces derniers jours, je ne comprends rien à ce qui m’arrive.

 

-          Harry ?

-          Oui Cécile ?

-          Avant de commencer je voudrais savoir deux choses… On est où ? Et est-ce qu’on a … ?

Sans que j’ai eu besoin de finir ma phrase Harry avait compris. Il me répond immédiatement

-          Non on n’a pas couché ensemble. Et on est à New York…

-          A New-York ? Mais qu’est-ce qu’on fout à New-York ?

-          Bah c’est ce que tu voulais savoir non ? Alors je vais te raconter… pour le début de l’histoire je ne peux que te raconter ce que tu nous as dit. Il y a cinq jours de cela tu as reçu une lettre à la maison, une lettre de notre management…

 

L’image de cette lettre revient alors à la surface. J’ai effectivement reçu une réponse à une lettre envoyée quelques mois plus tôt. Mais que disais cette lettre ? Impossible de m’en souvenir.  Le brouillard épais qui embrume mon cerveau m’empêche d’en savoir plus. Je décide donc d’écouter Harry pour en savoir plus

 

-          Cette lettre t’annonçait qu’on voulait te rencontrer et qu’il fallait que tu nous donne une date ou tu serais dispo pour qu’on t’invite à un de nos concerts. Et tu as donné la date d’avant-hier.

 

Ça veut dire que ça fait trois jours que je suis avec eux ? C’est impossible. Je n’en ai strictement aucun souvenir…

 

-          On t’a attendue mais tu n’es jamais venue…

 

Comment ça jamais venue ? Qu’est-ce que je fais là avec lui alors ? Et pourquoi n’y avais-je pas été si j’avais pourtant décidé de cette date-là ? Il me reste bien des zones d’ombre à éclaircir…

 

-          Sauf qu’on t’a trouvée hier en larmes devant notre hôtel.  Et comme on s’est doutés qu’il y avait eu un problème la veille on t’a fait rentrer. Mais là impossible de savoir quoi que ce soit, tu étais un peu comme là, amnésique…

 

Amnésique ? Déjà la veille ? Mais qu’est-ce qui avait bien pu se passer pour qu’on en arrive là ? Qu’avais-je fait entre le moment où j’étais partie de France et le moment où les garçons m’ont récupérée sur le trottoir ? Et puis, pourquoi est-ce que je ne parviens pas à me souvenir de la soirée d’hier ?

525182_501446613255754_957860382_n

 

-          Du coup on a décidé de trinquer quand même à ta venue, et on a un peu abusé sur l’alcool. T’as fini la soirée complètement bourrée, moi aussi.

-          T’es sûr qu’on a pas… ?

-         Certain. On s’est embrassés je crois, mais il ne s’est rien passé. J’admets que j’aurai bien voulu mais vu ton état ça se serait apparenté à du viol..

-          J’étais si bourrée que ça ?

-          Complètement..

 

Bon ça au moins ça explique la migraine, le dur réveil et l’amnésie partielle. Les souvenirs commençaient d’ailleurs peu à peu à affluer vers mon esprit. Je me souviens un tout petit peu de la soirée d’hier. Je revois dans mon esprit les cadavres de bouteille jonchant le sol, Harry qui m’embrasse, le strip-poker… Comment ça le strip-poker ?

 

-          Est-ce qu’on a joué au strip-poker ?

-          Ouais. C’est pour ça qu’on était nus tous les deux ce matin.

-          Ok je vois…

 

En fait je ne vois pas du tout. A part ces quelques images, rien ne me revient. Je sais que la soirée d’hier va me revenir, mon amnésie n’est que due à l’alcool. Mais que c’était-il passé avant ? Il faut que je le sache !

 

-          On est vraiment à New-York ?

-          Regarde par la fenêtre et tu verras

 

Je me lève, complètement étourdie par tant de révélations et m’approche de la fenêtre. Des gratte-ciels à perte de vue. Pas de doute, on est bien à New-York… Et pourtant je n’ai aucun souvenir de mon arrivée en Amérique…

 

-          J’aimerai quand même bien savoir ce qui t’es arrivé

-          J’aimerai bien le savoir aussi Harry…

-          T’as vraiment aucun souvenir ?

-          Mon dernier souvenir d’avant la soirée d’hier c’est la lettre du management. Je ne me souviens pas être partie, ni même être arrivée aux Etats-Unis…

-          Faut qu’on tire cette histoire au clair. J’appelle les garçons et on va tenter d’en discuter…

 

Rien. Rien du tout dans mon esprit. Comment pouvais-je avoir purement oublié 24h de ma vie ? Que s’est-il passé ce jour-là ? Pourquoi est-ce que je ne me souviens de rien ? Le mystère reste complet…